Index Strasbourg curieux Strasbourg à la loupe

Agenda curieux :: Actu des sites Strasbourgeois :: Hébergement strasbourgeois

Strasbourg à la loupe » Afges Strasbourg

Sites

33628 articles (32814 non lus) dans 281 sites

Exposition Exposition (1358 non lus)
Concert / soirée Concert / soirée (3076 non lus)
Guide / média Guide / média (10739 non lus)
Média_vidéo Média_vidéo (1125 non lus)
Projection Projection (34 non lus)
Politique / social Politique / social (9424 non lus)
théâtre théâtre (807 non lus)
Artiste Artiste (205 non lus)
Inclassables Inclassables (287 non lus)
Edition/bd/imprimerie Edition/bd/imprimerie (1677 non lus)
Vélo transport Vélo transport (1158 non lus)
Monde Numérique Monde Numérique (1053 non lus)
Monde Numérique Média Monde Numérique Média (451 non lus)
Nature et Agriculture Nature et Agriculture (922 non lus)
Vie/assoc Quartiers Vie/assoc Quartiers (498 non lus)
 «  Expand/Collapse
MagpieRSS Object
(
    [parser] => Resource id #19
    [current_item] => Array
        (
        )

    [items] => Array
        (
            [0] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => [COMMUNIQUÉ] HOTLINE : L’AFGES accompagne les étudiant-e-s et lycéen-ne-s dans leur vie universitaire!
                    [link#] => 1
                    [link] => http://afges.org/communique-hotline-lafges-accompagne-les-etudiant-e-s-et-lyceen-ne-s-dans-leur-vie-universitaire/
                    [comments#] => 1
                    [comments] => http://afges.org/communique-hotline-lafges-accompagne-les-etudiant-e-s-et-lyceen-ne-s-dans-leur-vie-universitaire/#respond
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Wed, 13 Jun 2018 08:37:06 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Lucas Pierre
                            [subject#] => 8
                            [subject] => Enseignement supérieur
                            [subject#2] => Fédération
                            [subject#3] => Innovation sociale
                            [subject#4] => Questions sociales
                            [subject#5] => Représentation étudiante
                            [subject#6] => défense
                            [subject#7] => hotline
                            [subject#8] => ParcourSup
                        )

                    [category#] => 8
                    [category] => Enseignement supérieur
                    [category#2] => Fédération
                    [category#3] => Innovation sociale
                    [category#4] => Questions sociales
                    [category#5] => Représentation étudiante
                    [category#6] => défense
                    [category#7] => hotline
                    [category#8] => ParcourSup
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => http://afges.org/?p=2868
                    [description#] => 1
                    [description] => Afin d’accompagner au mieux les étudiant-e-s et lycéen-ne-s dans la connaissance et la mise en application de leurs droits,  l’AFGES lance une nouvelle fois une campagne d’information sur sa hotline. La défense des droits est une thématique ancrée dans les missions et valeurs même de l’AFGES, que ce soit par l’intermédiaire des élu-e-s étudiant-e-s ou […]
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p><span style="font-weight: 400;">Afin d’accompagner au mieux les étudiant-e-s et lycéen-ne-s dans la connaissance et la mise en application de leurs droits,  l’AFGES lance une nouvelle fois une campagne d’information sur sa hotline. La défense des droits est une thématique ancrée dans les missions et valeurs même de l’AFGES, que ce soit par l’intermédiaire des élu-e-s étudiant-e-s ou par les actions de la fédération. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">C’est pourquoi, depuis de nombreuses années l’AFGES accompagne, informe, et sensibilise les étudiant-e-s sur leurs droits, et leur propose un suivi individuel et personnalisé de leurs éventuelles difficultés. Actuellement, l’AFGES met à leur disposition une hotline </span><b>(</b><a href="mailto:hotline@afges.org"><b>hotline@afges.org</b></a><b>)</b><span style="font-weight: 400;"> afin de répondre aux différentes problématiques auxquelles les étudiant-e-s peuvent être confronté-e-s  durant leur vie Universitaire.</span></p>
<p><b>La hotline, est donc destinée à </b><b>tous les étudiant-e-s rencontrant des difficultés,</b><b> qu’elles soient académiques (examens, inscriptions, régimes spéciaux, Parcoursup, etc.), sociaux (bourses, logement, sécurité sociale etc.) ou juridiques.  </b></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Au vu des changements que connaît actuellement l’Enseignement Supérieur, et afin d’accompagner au mieux les futur-e-s ou actuel-le-s étudiant-e-s de l’Université de Strasbourg, la hotline de l’AFGES traitera également les cas liés à la réforme (Parcoursup, réorientation, inscription à l’Université &#8230; )</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">L’AFGES ayant participé à la mise en place de la réforme au niveau national mais aussi à l’échelle de l’Université de Strasbourg, ses élu-e-s et les membres de son bureau, sont au coeur de l’actualité et à même de traiter efficacement les différents cas se présentant à eux. Le but de cet outil ne s’arrête pas à la simple assistance des étudiant-e-s ou lycéen-ne-s mais nécessite, par moment, un véritable suivi afin de garantir une résolution des litiges et une issue favorable pour la personne nous ayant sollicité.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Il convient de préciser que depuis le début de l’année Universitaire, la </span><a href="mailto:hotline@afges.org"><b>hotline@afges.org</b></a><span style="font-weight: 400;"> a recueilli plus d’un soixantaine  de cas de défense. </span><b>Avec la mise en place de nouvelles réformes, que ce soit au niveau de la licence ou du master, l’AFGES sont donc mobilisé-e-s pour répondre à toutes les interrogations et accompagner les lycéen-ne-s et étudiant-e-s dans les démarches liées à toute thématique qui leur poserait des difficultés (Parcoursup, sélection en master, etc).</b></p>
<p><i><span style="font-weight: 400;">Que vous soyez étudiant-e-s ou lycéen-ne-s, que vous ayez un problème avec vos examens, vos admissions ou avec parcoursup, l’AFGES répondra à vos différentes questions !</span></i></p>

                        )

                    [wfw] => Array
                        (
                            [commentrss#] => 1
                            [commentrss] => http://afges.org/communique-hotline-lafges-accompagne-les-etudiant-e-s-et-lyceen-ne-s-dans-leur-vie-universitaire/feed/
                        )

                    [slash] => Array
                        (
                            [comments#] => 1
                            [comments] => 0
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => Afin d’accompagner au mieux les étudiant-e-s et lycéen-ne-s dans la connaissance et la mise en application de leurs droits,  l’AFGES lance une nouvelle fois une campagne d’information sur sa hotline. La défense des droits est une thématique ancrée dans les missions et valeurs même de l’AFGES, que ce soit par l’intermédiaire des élu-e-s étudiant-e-s ou [&#8230;]
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p><span style="font-weight: 400;">Afin d’accompagner au mieux les étudiant-e-s et lycéen-ne-s dans la connaissance et la mise en application de leurs droits,  l’AFGES lance une nouvelle fois une campagne d’information sur sa hotline. La défense des droits est une thématique ancrée dans les missions et valeurs même de l’AFGES, que ce soit par l’intermédiaire des élu-e-s étudiant-e-s ou par les actions de la fédération. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">C’est pourquoi, depuis de nombreuses années l’AFGES accompagne, informe, et sensibilise les étudiant-e-s sur leurs droits, et leur propose un suivi individuel et personnalisé de leurs éventuelles difficultés. Actuellement, l’AFGES met à leur disposition une hotline </span><b>(</b><a href="mailto:hotline@afges.org"><b>hotline@afges.org</b></a><b>)</b><span style="font-weight: 400;"> afin de répondre aux différentes problématiques auxquelles les étudiant-e-s peuvent être confronté-e-s  durant leur vie Universitaire.</span></p>
<p><b>La hotline, est donc destinée à </b><b>tous les étudiant-e-s rencontrant des difficultés,</b><b> qu’elles soient académiques (examens, inscriptions, régimes spéciaux, Parcoursup, etc.), sociaux (bourses, logement, sécurité sociale etc.) ou juridiques.  </b></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Au vu des changements que connaît actuellement l’Enseignement Supérieur, et afin d’accompagner au mieux les futur-e-s ou actuel-le-s étudiant-e-s de l’Université de Strasbourg, la hotline de l’AFGES traitera également les cas liés à la réforme (Parcoursup, réorientation, inscription à l’Université &#8230; )</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">L’AFGES ayant participé à la mise en place de la réforme au niveau national mais aussi à l’échelle de l’Université de Strasbourg, ses élu-e-s et les membres de son bureau, sont au coeur de l’actualité et à même de traiter efficacement les différents cas se présentant à eux. Le but de cet outil ne s’arrête pas à la simple assistance des étudiant-e-s ou lycéen-ne-s mais nécessite, par moment, un véritable suivi afin de garantir une résolution des litiges et une issue favorable pour la personne nous ayant sollicité.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Il convient de préciser que depuis le début de l’année Universitaire, la </span><a href="mailto:hotline@afges.org"><b>hotline@afges.org</b></a><span style="font-weight: 400;"> a recueilli plus d’un soixantaine  de cas de défense. </span><b>Avec la mise en place de nouvelles réformes, que ce soit au niveau de la licence ou du master, l’AFGES sont donc mobilisé-e-s pour répondre à toutes les interrogations et accompagner les lycéen-ne-s et étudiant-e-s dans les démarches liées à toute thématique qui leur poserait des difficultés (Parcoursup, sélection en master, etc).</b></p>
<p><i><span style="font-weight: 400;">Que vous soyez étudiant-e-s ou lycéen-ne-s, que vous ayez un problème avec vos examens, vos admissions ou avec parcoursup, l’AFGES répondra à vos différentes questions !</span></i></p>

                    [category@term] => Enseignement supérieur
                    [category#2@term] => Fédération
                    [category#3@term] => Innovation sociale
                    [category#4@term] => Questions sociales
                    [category#5@term] => Représentation étudiante
                    [category#6@term] => défense
                    [category#7@term] => hotline
                    [category#8@term] => ParcourSup
                    [date_timestamp] => 1528879026
                )

            [1] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => [COMMUNIQUÉ] L’AFGES condamne : les agissements des bloqueurs n’ont plus leur place à l’Université !
                    [link#] => 1
                    [link] => http://afges.org/communique-lafges-condamne-les-agissements-des-bloqueurs-nont-plus-leur-place-a-luniversite/
                    [comments#] => 1
                    [comments] => http://afges.org/communique-lafges-condamne-les-agissements-des-bloqueurs-nont-plus-leur-place-a-luniversite/#respond
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Thu, 03 May 2018 08:29:20 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Lucas Pierre
                            [subject#] => 3
                            [subject] => Enseignement supérieur
                            [subject#2] => Fédération
                            [subject#3] => Représentation étudiante
                        )

                    [category#] => 3
                    [category] => Enseignement supérieur
                    [category#2] => Fédération
                    [category#3] => Représentation étudiante
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => http://afges.org/?p=2855
                    [description#] => 1
                    [description] => Ce matin, un groupe minoritaire d’une dizaine de personnes a encore une fois sévit sur le campus central. En effet, pas moins de 700 étudiant-e-s, qui devaient passer leur examen du CLES(certification de langue de l’enseignement supérieur), ont été lâchement empêché-e-s de pouvoir accéder à leur bâtiment d’examen. De plus, depuis le début de la [&#8230;]
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p><span style="font-weight: 400;">Ce matin, un groupe minoritaire d’une dizaine de personnes a encore une fois sévit sur le campus central. En effet, pas moins de 700 étudiant-e-s, qui devaient passer leur examen du CLES</span><i><span style="font-weight: 400;">(certification de langue de l’enseignement supérieur),</span></i><span style="font-weight: 400;"> ont été lâchement empêché-e-s de pouvoir accéder à leur bâtiment d’examen.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">De plus, depuis le début de la journée, un certain nombre d’étudiant-e-s n’ont pu accéder aux bâtiments universitaires ou sont même enfermé-e-s à l’intérieur. En effet des étudiant-e-s se trouvant en cours, ou simplement dans leur composante, ont été bloqué-e-s temporairement et ne pouvaient plus circuler librement. Il est inacceptable que les étudiant-e-s soient pris en otage pour quelques raisons que ce soient.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Ces oeuvres répétitives, saccageant le rôle de l’université et en désaccord total avec le souhait des étudiant-e-s (</span><i><span style="font-weight: 400;">cf le vote électronique</span></i><span style="font-weight: 400;">), ne sont plus tolérables sur les campus de Strasbourg. L’AFGES condamne fermement ces agissements fallacieux de la part d’un petit groupe, parfois non étudiant, qui agit en rêvant d’un second mai 68.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">La réforme n’est pas bonne en tout point, mais il est nécessaire de faire en sorte qu’elle soit appliquée au mieux à l’Université de Strasbourg. Ce travail de longue haleine a été pris en charge par les élu-e-s de l’AFGES depuis le mois d’octobre. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Ces révoltes n’ont pas lieu d’être, puisque le comité de suivi de la réforme mis en place à l’initiative de l’AFGES, et fait le travail nécessaire pour ne pas avoir la moindre sélection et le meilleur accompagnement des étudiant-e-s en difficulté à la rentrée 2018. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Aussi, si ces actions continuent, il est certain qu’elles ne représentent plus aucun mouvement étudiant, mais bien un agissement politique vers une convergence des luttes, sortant totalement du cadre du monde universitaire. Si c’est malheureusement le dernier objectif des bloqueurs, alors ils n’ont plus rien à faire sur un campus universitaire. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Et si l’AFGES répète encore une fois que le blocage est un moyen d’expression et que nous le respectons, il ne doit en aucun cas être un frein à celles et ceux qui veulent étudier.</span></p>

                        )

                    [wfw] => Array
                        (
                            [commentrss#] => 1
                            [commentrss] => http://afges.org/communique-lafges-condamne-les-agissements-des-bloqueurs-nont-plus-leur-place-a-luniversite/feed/
                        )

                    [slash] => Array
                        (
                            [comments#] => 1
                            [comments] => 0
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => Ce matin, un groupe minoritaire d’une dizaine de personnes a encore une fois sévit sur le campus central. En effet, pas moins de 700 étudiant-e-s, qui devaient passer leur examen du CLES(certification de langue de l’enseignement supérieur), ont été lâchement empêché-e-s de pouvoir accéder à leur bâtiment d’examen. De plus, depuis le début de la [&#8230;]
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p><span style="font-weight: 400;">Ce matin, un groupe minoritaire d’une dizaine de personnes a encore une fois sévit sur le campus central. En effet, pas moins de 700 étudiant-e-s, qui devaient passer leur examen du CLES</span><i><span style="font-weight: 400;">(certification de langue de l’enseignement supérieur),</span></i><span style="font-weight: 400;"> ont été lâchement empêché-e-s de pouvoir accéder à leur bâtiment d’examen.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">De plus, depuis le début de la journée, un certain nombre d’étudiant-e-s n’ont pu accéder aux bâtiments universitaires ou sont même enfermé-e-s à l’intérieur. En effet des étudiant-e-s se trouvant en cours, ou simplement dans leur composante, ont été bloqué-e-s temporairement et ne pouvaient plus circuler librement. Il est inacceptable que les étudiant-e-s soient pris en otage pour quelques raisons que ce soient.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Ces oeuvres répétitives, saccageant le rôle de l’université et en désaccord total avec le souhait des étudiant-e-s (</span><i><span style="font-weight: 400;">cf le vote électronique</span></i><span style="font-weight: 400;">), ne sont plus tolérables sur les campus de Strasbourg. L’AFGES condamne fermement ces agissements fallacieux de la part d’un petit groupe, parfois non étudiant, qui agit en rêvant d’un second mai 68.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">La réforme n’est pas bonne en tout point, mais il est nécessaire de faire en sorte qu’elle soit appliquée au mieux à l’Université de Strasbourg. Ce travail de longue haleine a été pris en charge par les élu-e-s de l’AFGES depuis le mois d’octobre. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Ces révoltes n’ont pas lieu d’être, puisque le comité de suivi de la réforme mis en place à l’initiative de l’AFGES, et fait le travail nécessaire pour ne pas avoir la moindre sélection et le meilleur accompagnement des étudiant-e-s en difficulté à la rentrée 2018. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Aussi, si ces actions continuent, il est certain qu’elles ne représentent plus aucun mouvement étudiant, mais bien un agissement politique vers une convergence des luttes, sortant totalement du cadre du monde universitaire. Si c’est malheureusement le dernier objectif des bloqueurs, alors ils n’ont plus rien à faire sur un campus universitaire. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Et si l’AFGES répète encore une fois que le blocage est un moyen d’expression et que nous le respectons, il ne doit en aucun cas être un frein à celles et ceux qui veulent étudier.</span></p>

                    [category@term] => Enseignement supérieur
                    [category#2@term] => Fédération
                    [category#3@term] => Représentation étudiante
                    [date_timestamp] => 1525336160
                )

            [2] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => [COMMUNIQUÉ] La volonté des étudiant-e-s doit être respectée!
                    [link#] => 1
                    [link] => http://afges.org/communique-la-volonte-des-etudiant-e-s-doit-etre-respectee/
                    [comments#] => 1
                    [comments] => http://afges.org/communique-la-volonte-des-etudiant-e-s-doit-etre-respectee/#respond
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Sat, 21 Apr 2018 09:39:22 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Lucas Pierre
                            [subject#] => 5
                            [subject] => Représentation étudiante
                            [subject#2] => blocage
                            [subject#3] => déblocage
                            [subject#4] => démocratie
                            [subject#5] => violence
                        )

                    [category#] => 5
                    [category] => Représentation étudiante
                    [category#2] => blocage
                    [category#3] => déblocage
                    [category#4] => démocratie
                    [category#5] => violence
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => http://afges.org/?p=2847
                    [description#] => 1
                    [description] => Suite à la demande faite par le bureau et les élu-e-s de l’AFGES concernant la mise en place d’une consultation sur la question des blocages, L’Université de Strasbourg a mis en place ce vote électronique du 16 avril au 18 avril. Les étudiant-e-s de l’Université de Strasbourg se sont exprimé-e-s massivement, soit 16 272 votant-e-s [&#8230;]
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p><span style="font-weight: 400;">Suite à la demande faite par le bureau et les élu-e-s de l’AFGES concernant la </span><span style="font-weight: 400;">mise en place d’une consultation sur la question des blocages, L’Université de Strasbourg a mis en place ce vote électronique du 16 avril au 18 avril. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Les étudiant-e-s de l’Université de Strasbourg se sont exprimé-e-s massivement, soit 16 272 votant-e-s ! </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">71,88% d’entre eux-elles refusent le blocage ! </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">L’AFGES réaffirme sa position d’opposition aux différents blocages ! L’Université de Strasbourg doit rester un lieu de liberté et d&rsquo;émancipation intellectuelle de la jeunesse. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Suite à la mobilisation du 19 avril, un bâtiment de l’Université a une nouvelle fois été occupé. Il est inacceptable que des bâtiments, avec des étudiant-e-s à l&rsquo;intérieur, se retrouvent occupés de cette manière, en dépit de la majorité s’étant prononcée contre ce type de pratique.</span></p>
<p><b>L’AFGES condamne ces agissements et rappelle son attachement aux principes de démocratie et de liberté d’expression. Ainsi, au vu des résultats du vote électronique, l’AFGES demande à ce que l’ensemble des blocages ne soient pas reconduits.</b></p>
<p><span style="font-weight: 400;">En parallèle, des déblocages sauvages se multiplient au sein du Campus. </span><b>L’AFGES rappelle que ces déblocages risquent d’engendrer une escalade de violence et des réponses de plus en plus virulentes de la part des opposant-e-s. </b></p>
<p><span style="font-weight: 400;">La majorité s’est exprimée, le calme doit revenir au sein du campus, afin que tou-te-s les étudiant-e-s puissent étudier librement et dans de bonnes conditions. </span></p>

                        )

                    [wfw] => Array
                        (
                            [commentrss#] => 1
                            [commentrss] => http://afges.org/communique-la-volonte-des-etudiant-e-s-doit-etre-respectee/feed/
                        )

                    [slash] => Array
                        (
                            [comments#] => 1
                            [comments] => 0
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => Suite à la demande faite par le bureau et les élu-e-s de l’AFGES concernant la mise en place d’une consultation sur la question des blocages, L’Université de Strasbourg a mis en place ce vote électronique du 16 avril au 18 avril. Les étudiant-e-s de l’Université de Strasbourg se sont exprimé-e-s massivement, soit 16 272 votant-e-s [&#8230;]
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p><span style="font-weight: 400;">Suite à la demande faite par le bureau et les élu-e-s de l’AFGES concernant la </span><span style="font-weight: 400;">mise en place d’une consultation sur la question des blocages, L’Université de Strasbourg a mis en place ce vote électronique du 16 avril au 18 avril. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Les étudiant-e-s de l’Université de Strasbourg se sont exprimé-e-s massivement, soit 16 272 votant-e-s ! </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">71,88% d’entre eux-elles refusent le blocage ! </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">L’AFGES réaffirme sa position d’opposition aux différents blocages ! L’Université de Strasbourg doit rester un lieu de liberté et d&rsquo;émancipation intellectuelle de la jeunesse. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Suite à la mobilisation du 19 avril, un bâtiment de l’Université a une nouvelle fois été occupé. Il est inacceptable que des bâtiments, avec des étudiant-e-s à l&rsquo;intérieur, se retrouvent occupés de cette manière, en dépit de la majorité s’étant prononcée contre ce type de pratique.</span></p>
<p><b>L’AFGES condamne ces agissements et rappelle son attachement aux principes de démocratie et de liberté d’expression. Ainsi, au vu des résultats du vote électronique, l’AFGES demande à ce que l’ensemble des blocages ne soient pas reconduits.</b></p>
<p><span style="font-weight: 400;">En parallèle, des déblocages sauvages se multiplient au sein du Campus. </span><b>L’AFGES rappelle que ces déblocages risquent d’engendrer une escalade de violence et des réponses de plus en plus virulentes de la part des opposant-e-s. </b></p>
<p><span style="font-weight: 400;">La majorité s’est exprimée, le calme doit revenir au sein du campus, afin que tou-te-s les étudiant-e-s puissent étudier librement et dans de bonnes conditions. </span></p>

                    [category@term] => Représentation étudiante
                    [category#2@term] => blocage
                    [category#3@term] => déblocage
                    [category#4@term] => démocratie
                    [category#5@term] => violence
                    [date_timestamp] => 1524303562
                )

            [3] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => [COMMUNIQUÉ] Les étudiant-e-s de l’université de Strasbourg entendu-e-s !
                    [link#] => 1
                    [link] => http://afges.org/communique-les-etudiant-e-s-de-luniversite-de-strasbourg-entendu-e-s/
                    [comments#] => 1
                    [comments] => http://afges.org/communique-les-etudiant-e-s-de-luniversite-de-strasbourg-entendu-e-s/#respond
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Mon, 16 Apr 2018 18:30:45 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Lucas Pierre
                            [subject#] => 2
                            [subject] => Représentation étudiante
                            [subject#2] => Communiqué de presse
                        )

                    [category#] => 2
                    [category] => Représentation étudiante
                    [category#2] => Communiqué de presse
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => http://afges.org/?p=2838
                    [description#] => 1
                    [description] => L’Assemblée Générale étudiante de ce matin a décidé le blocage de tous les bâtiments de l’Université et d’en occuper un, à partir du mardi 17 avril. Il est inacceptable que les étudiant-e-s devant se rendrent à leurs examens ou souhaitant s’investir dans leur cursus ne puissent le faire dans de bonnes conditions. En effet, les [&#8230;]
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p><span style="font-weight: 400;">L’Assemblée Générale étudiante de ce matin a décidé le blocage de tous les bâtiments de l’Université et d’en occuper un, à partir du mardi 17 avril. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Il est inacceptable que les étudiant-e-s devant se rendrent à leurs examens ou souhaitant s’investir dans leur cursus ne puissent le faire dans de bonnes conditions. En effet, les blocages ne doivent pas être un frein à la diffusion de savoir ou même à la poursuite des études.</span></p>
<p><b>C’est dans cette optique que les élu-e-s étudiant-e-s de </b><b>l’AFGES ont interpellé  officiellement, il y a une semaine, le Conseil d’administration de l’Université de Strasbourg, et particulièrement son Président, afin que soit mise en place le plus rapidement possible une consultation électronique sur la question des blocages</b><span style="font-weight: 400;">. C’est chose faite ! </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Les étudiant-e-s pourront répondre à la consultation de l’Université du 16 avril au </span><span style="font-weight: 400;">mercredi 18 avril à 8h. Cette consultation est anonyme et la conservation des données ne durera qu’une semaine. Les étudiant-e-s retrouveront le lien pour la consultation sur leur boite mail étudiante, mails qui arriveront au fur et à mesure au vu du nombre d’étudiant-e-s inscrit-e-s à l’Université.</span></p>
<p><b>Nous invitons tout-e-s les étudiant-e-s à s’exprimer durant cette consultation.</b> <b>En effet </b><b>la liberté d’expression et la démocratie sont des principes chers à l’AFGES et à l’Université. </b><span style="font-weight: 400;">Les décisions prises dans ces Assemblées Générales ne sont pas représentatives de l’avis de l’ensemble des étudiant-e-s de l’Université concernant les blocages. C’est de ce fait que le vote électronique</span> <span style="font-weight: 400;">permettra à chacun-e de pouvoir s’exprimer, notamment ceux et celles ne pouvant pas assister aux Assemblées Générales.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">L’AFGES et ses élu-e-s saluent la position tenue par l’Université de Strasbourg concernant le vote électronique et veilleront au bon déroulement des consultations.</span></p>
<p>&nbsp;</p>

                        )

                    [wfw] => Array
                        (
                            [commentrss#] => 1
                            [commentrss] => http://afges.org/communique-les-etudiant-e-s-de-luniversite-de-strasbourg-entendu-e-s/feed/
                        )

                    [slash] => Array
                        (
                            [comments#] => 1
                            [comments] => 0
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => L’Assemblée Générale étudiante de ce matin a décidé le blocage de tous les bâtiments de l’Université et d’en occuper un, à partir du mardi 17 avril. Il est inacceptable que les étudiant-e-s devant se rendrent à leurs examens ou souhaitant s’investir dans leur cursus ne puissent le faire dans de bonnes conditions. En effet, les [&#8230;]
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p><span style="font-weight: 400;">L’Assemblée Générale étudiante de ce matin a décidé le blocage de tous les bâtiments de l’Université et d’en occuper un, à partir du mardi 17 avril. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Il est inacceptable que les étudiant-e-s devant se rendrent à leurs examens ou souhaitant s’investir dans leur cursus ne puissent le faire dans de bonnes conditions. En effet, les blocages ne doivent pas être un frein à la diffusion de savoir ou même à la poursuite des études.</span></p>
<p><b>C’est dans cette optique que les élu-e-s étudiant-e-s de </b><b>l’AFGES ont interpellé  officiellement, il y a une semaine, le Conseil d’administration de l’Université de Strasbourg, et particulièrement son Président, afin que soit mise en place le plus rapidement possible une consultation électronique sur la question des blocages</b><span style="font-weight: 400;">. C’est chose faite ! </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Les étudiant-e-s pourront répondre à la consultation de l’Université du 16 avril au </span><span style="font-weight: 400;">mercredi 18 avril à 8h. Cette consultation est anonyme et la conservation des données ne durera qu’une semaine. Les étudiant-e-s retrouveront le lien pour la consultation sur leur boite mail étudiante, mails qui arriveront au fur et à mesure au vu du nombre d’étudiant-e-s inscrit-e-s à l’Université.</span></p>
<p><b>Nous invitons tout-e-s les étudiant-e-s à s’exprimer durant cette consultation.</b> <b>En effet </b><b>la liberté d’expression et la démocratie sont des principes chers à l’AFGES et à l’Université. </b><span style="font-weight: 400;">Les décisions prises dans ces Assemblées Générales ne sont pas représentatives de l’avis de l’ensemble des étudiant-e-s de l’Université concernant les blocages. C’est de ce fait que le vote électronique</span> <span style="font-weight: 400;">permettra à chacun-e de pouvoir s’exprimer, notamment ceux et celles ne pouvant pas assister aux Assemblées Générales.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">L’AFGES et ses élu-e-s saluent la position tenue par l’Université de Strasbourg concernant le vote électronique et veilleront au bon déroulement des consultations.</span></p>
<p>&nbsp;</p>

                    [category@term] => Représentation étudiante
                    [category#2@term] => Communiqué de presse
                    [date_timestamp] => 1523903445
                )

            [4] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => [COMMUNIQUÉ] Le déblocage à l’Université de Strasbourg a été voté par l’Assemblée Générale Étudiante du 11 avril 2018.
                    [link#] => 1
                    [link] => http://afges.org/communique-le-deblocage-a-luniversite-de-strasbourg-a-ete-vote-par-lassemblee-generale-etudiante-du-11-avril-2018/
                    [comments#] => 1
                    [comments] => http://afges.org/communique-le-deblocage-a-luniversite-de-strasbourg-a-ete-vote-par-lassemblee-generale-etudiante-du-11-avril-2018/#comments
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Thu, 12 Apr 2018 08:53:47 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Lucas Pierre
                            [subject#] => 5
                            [subject] => Représentation étudiante
                            [subject#2] => blocus
                            [subject#3] => Communiqué de presse
                            [subject#4] => Unistra
                            [subject#5] => Université
                        )

                    [category#] => 5
                    [category] => Représentation étudiante
                    [category#2] => blocus
                    [category#3] => Communiqué de presse
                    [category#4] => Unistra
                    [category#5] => Université
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => http://afges.org/?p=2833
                    [description#] => 1
                    [description] => Hier se tenait en fin de matinée une Assemblée Générale Étudiante devant le Patio, bloqué depuis quelques jours, au même titre que le Portique ou encore l’Escarpe, bâtiments de l’Université de Strasbourg. Après plus de 3h de prises de parole, l’Assemblée Générale Étudiante a voté sur le maintien ou non des blocus. 430 voix s’y [&#8230;]
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p><span style="font-weight: 400;">Hier se tenait en fin de matinée une Assemblée Générale Étudiante devant le Patio, bloqué depuis quelques jours, au même titre que le Portique ou encore l’Escarpe, bâtiments de l’Université de Strasbourg.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Après plus de 3h de prises de parole, l’Assemblée Générale Étudiante a voté sur le maintien ou non des blocus. 430 voix s’y sont exprimées défavorables, contre 420 pour leur maintien. C’est donc du fait de la volonté d’une majorité d’étudiant-e-s opposée aux blocages que ces derniers n’ont pas été reconduits. Les bâtiments ont donc été débloqués jusqu&rsquo;à la prochaine Assemblée Générale qui se tiendra dans la journée.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Nous réaffirmons que la liberté d’expression des étudiant-e-s est un principe essentiel au débat et au processus démocratique. Même si cette Assemblée Générale s’est déroulée dans un calme relatif et un respect mutuel, malgré les tensions croissantes, cette manifestation n’est pas assez représentative à l’échelle de l’Université.</span></p>
<p><b>L’AFGES interpelle donc l’Université de Strasbourg, et particulièrement son Président, afin que soit mis en place le plus rapidement possible une consultation électronique sur la question des blocages</b><span style="font-weight: 400;">. Ce vote électronique, à l’instar de ce qui a été fait à l’Université de Lorraine, permettra à chacun-e de pouvoir s’exprimer, notamment ceux et celles ne pouvant pas assister aux Assemblées Générales.</span><span style="font-weight: 400;"><br />
</span></p>

                        )

                    [wfw] => Array
                        (
                            [commentrss#] => 1
                            [commentrss] => http://afges.org/communique-le-deblocage-a-luniversite-de-strasbourg-a-ete-vote-par-lassemblee-generale-etudiante-du-11-avril-2018/feed/
                        )

                    [slash] => Array
                        (
                            [comments#] => 1
                            [comments] => 1
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => Hier se tenait en fin de matinée une Assemblée Générale Étudiante devant le Patio, bloqué depuis quelques jours, au même titre que le Portique ou encore l’Escarpe, bâtiments de l’Université de Strasbourg. Après plus de 3h de prises de parole, l’Assemblée Générale Étudiante a voté sur le maintien ou non des blocus. 430 voix s’y [&#8230;]
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p><span style="font-weight: 400;">Hier se tenait en fin de matinée une Assemblée Générale Étudiante devant le Patio, bloqué depuis quelques jours, au même titre que le Portique ou encore l’Escarpe, bâtiments de l’Université de Strasbourg.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Après plus de 3h de prises de parole, l’Assemblée Générale Étudiante a voté sur le maintien ou non des blocus. 430 voix s’y sont exprimées défavorables, contre 420 pour leur maintien. C’est donc du fait de la volonté d’une majorité d’étudiant-e-s opposée aux blocages que ces derniers n’ont pas été reconduits. Les bâtiments ont donc été débloqués jusqu&rsquo;à la prochaine Assemblée Générale qui se tiendra dans la journée.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Nous réaffirmons que la liberté d’expression des étudiant-e-s est un principe essentiel au débat et au processus démocratique. Même si cette Assemblée Générale s’est déroulée dans un calme relatif et un respect mutuel, malgré les tensions croissantes, cette manifestation n’est pas assez représentative à l’échelle de l’Université.</span></p>
<p><b>L’AFGES interpelle donc l’Université de Strasbourg, et particulièrement son Président, afin que soit mis en place le plus rapidement possible une consultation électronique sur la question des blocages</b><span style="font-weight: 400;">. Ce vote électronique, à l’instar de ce qui a été fait à l’Université de Lorraine, permettra à chacun-e de pouvoir s’exprimer, notamment ceux et celles ne pouvant pas assister aux Assemblées Générales.</span><span style="font-weight: 400;"><br />
</span></p>

                    [category@term] => Représentation étudiante
                    [category#2@term] => blocus
                    [category#3@term] => Communiqué de presse
                    [category#4@term] => Unistra
                    [category#5@term] => Université
                    [date_timestamp] => 1523523227
                )

            [5] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => [COMMUNIQUÉ] L’Université doit être un lieu de savoir, d’émancipation et de débat!
                    [link#] => 1
                    [link] => http://afges.org/communique-luniversite-doit-etre-un-lieu-de-savoir-demancipation-et-de-debat/
                    [comments#] => 1
                    [comments] => http://afges.org/communique-luniversite-doit-etre-un-lieu-de-savoir-demancipation-et-de-debat/#respond
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Tue, 10 Apr 2018 14:50:59 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Lucas Pierre
                            [subject#] => 3
                            [subject] => Enseignement supérieur
                            [subject#2] => Représentation étudiante
                            [subject#3] => CDP
                        )

                    [category#] => 3
                    [category] => Enseignement supérieur
                    [category#2] => Représentation étudiante
                    [category#3] => CDP
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => http://afges.org/?p=2827
                    [description#] => 1
                    [description] => Depuis plusieurs semaines, des tensions autour des réformes actuelles sont présentes au sein de certains campus de l’Université de Strasbourg. Ces tensions se sont récemment soldées par des blocus, organisés par quelques groupe d’étudiant-e-s, personnels enseignants et administratifs. Les Assemblées Générales sont des méthodes de mobilisation sur lesquelles il n’appartient pas à l’AFGES d’émettre un [&#8230;]
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p><span style="font-weight: 400;">Depuis</span> <span style="font-weight: 400;">plusieurs</span><span style="font-weight: 400;"> semaines, des tensions autour des réformes actuelles sont </span><span style="font-weight: 400;">présentes</span><span style="font-weight: 400;"> au sein de certains campus de l’Université de Strasbourg. Ces tensions se sont récemment soldées par des blocus, organisés par quelques groupe d’étudiant-e-s, </span><span style="font-weight: 400;">personnels</span><span style="font-weight: 400;"> enseignants et administratifs.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Les Assemblées Générales sont des méthodes de mobilisation sur lesquelles il n’appartient pas à l’AFGES d’émettre un jugement, du moment que celles-ci se font sans débordement.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">En effet la liberté d’expression des étudiant-e-s, principe cher à l’AFGES car essentiel au débat et au processus démocratique, doit être respectée de manière stricte. Cependant, le débat de fond implique le respect de chacun-e, et il est de ce fait inacceptable d&#8217;empiéter sur la liberté d’expression des autres étudiant-e-s, remettant ainsi en cause la représentativité même des décisions prises lors de ces Assemblées Générales. En effet, force est de constater que de trop nombreuses fois lors d’Assemblées Générales, les personnes manifestant  un désaccord avec les positions portées par la majorité, se sont vues couper la parole ou huer.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Il n’est par ailleurs en aucun cas acceptable que les étudiant-e-s devant se rendre en examens ou souhaitant s’investir dans leurs cursus ne puissent le faire dans de bonnes conditions. En effet, les blocus ne doivent pas être un frein à la diffusion de savoir ou même à la poursuite des études. A l’heure où la formation en apprentissage, en alternance, les stages ou la formation continue se font de plus en plus présent-e-s dans l’enseignement supérieur, nombreux-ses sont les étudiant-e-s qui risquent de perdre leur emploi ou leurs droits s’ils/elles ne peuvent accéder à leur lieu de formation, et ce pourquoi ils/elles ont dû parfois prendre congé. La mobilisation de certain-e-s étudiant-e-s ne doit pas se faire au détriment des autres.</span></p>
<p><b>L’AFGES s’oppose fermement aux blocus des bâtiments de l’Université de Strasbourg</b><span style="font-weight: 400;">, et condamne tout autant les actes de violences physiques ou verbales, de discriminations, de menaces et de dégradations qui ont pu ou pourraient avoir lieu, et ce peu importe de qui ils émanent.</span></p>
<p><b>Elle dénonce par ailleurs les raccourcis démagogues, les discours simplistes, et prendra toutes les mesures nécessaires pour lutter contre la désinformation croissante sur nos campus</b><span style="font-weight: 400;"> : Le débat doit avoir lieu à la lumière de tous les éléments du contexte complexe de cette actualité.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">L’AFGES rappelle également qu’une part importante de la réforme se joue à l’échelle locale. Ainsi, elle s’est mobilisée depuis des mois, par le biais de ses élu-e-s, pour veiller au bon déroulé de l’application de la réforme, veiller à ce que cette dernière ne pénalise nullement les étudiant-e-s tout en apportant une réelle amélioration de leurs conditions de vie et d’étude, et permette l’accès de toutes et tous à l’Université.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">L’AFGES appelle donc au calme au sein de l’Université de Strasbourg, au respect des personnes et des bâtiments dans leur ensemble. L’ensemble du réseau AFGES, de ses élu-e-s et de son bureau restent à votre disposition pour répondre à vos interrogations sur changetoncampus.org ou hotline@afges.org</span></p>

                        )

                    [wfw] => Array
                        (
                            [commentrss#] => 1
                            [commentrss] => http://afges.org/communique-luniversite-doit-etre-un-lieu-de-savoir-demancipation-et-de-debat/feed/
                        )

                    [slash] => Array
                        (
                            [comments#] => 1
                            [comments] => 0
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => Depuis plusieurs semaines, des tensions autour des réformes actuelles sont présentes au sein de certains campus de l’Université de Strasbourg. Ces tensions se sont récemment soldées par des blocus, organisés par quelques groupe d’étudiant-e-s, personnels enseignants et administratifs. Les Assemblées Générales sont des méthodes de mobilisation sur lesquelles il n’appartient pas à l’AFGES d’émettre un [&#8230;]
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p><span style="font-weight: 400;">Depuis</span> <span style="font-weight: 400;">plusieurs</span><span style="font-weight: 400;"> semaines, des tensions autour des réformes actuelles sont </span><span style="font-weight: 400;">présentes</span><span style="font-weight: 400;"> au sein de certains campus de l’Université de Strasbourg. Ces tensions se sont récemment soldées par des blocus, organisés par quelques groupe d’étudiant-e-s, </span><span style="font-weight: 400;">personnels</span><span style="font-weight: 400;"> enseignants et administratifs.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Les Assemblées Générales sont des méthodes de mobilisation sur lesquelles il n’appartient pas à l’AFGES d’émettre un jugement, du moment que celles-ci se font sans débordement.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">En effet la liberté d’expression des étudiant-e-s, principe cher à l’AFGES car essentiel au débat et au processus démocratique, doit être respectée de manière stricte. Cependant, le débat de fond implique le respect de chacun-e, et il est de ce fait inacceptable d&#8217;empiéter sur la liberté d’expression des autres étudiant-e-s, remettant ainsi en cause la représentativité même des décisions prises lors de ces Assemblées Générales. En effet, force est de constater que de trop nombreuses fois lors d’Assemblées Générales, les personnes manifestant  un désaccord avec les positions portées par la majorité, se sont vues couper la parole ou huer.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Il n’est par ailleurs en aucun cas acceptable que les étudiant-e-s devant se rendre en examens ou souhaitant s’investir dans leurs cursus ne puissent le faire dans de bonnes conditions. En effet, les blocus ne doivent pas être un frein à la diffusion de savoir ou même à la poursuite des études. A l’heure où la formation en apprentissage, en alternance, les stages ou la formation continue se font de plus en plus présent-e-s dans l’enseignement supérieur, nombreux-ses sont les étudiant-e-s qui risquent de perdre leur emploi ou leurs droits s’ils/elles ne peuvent accéder à leur lieu de formation, et ce pourquoi ils/elles ont dû parfois prendre congé. La mobilisation de certain-e-s étudiant-e-s ne doit pas se faire au détriment des autres.</span></p>
<p><b>L’AFGES s’oppose fermement aux blocus des bâtiments de l’Université de Strasbourg</b><span style="font-weight: 400;">, et condamne tout autant les actes de violences physiques ou verbales, de discriminations, de menaces et de dégradations qui ont pu ou pourraient avoir lieu, et ce peu importe de qui ils émanent.</span></p>
<p><b>Elle dénonce par ailleurs les raccourcis démagogues, les discours simplistes, et prendra toutes les mesures nécessaires pour lutter contre la désinformation croissante sur nos campus</b><span style="font-weight: 400;"> : Le débat doit avoir lieu à la lumière de tous les éléments du contexte complexe de cette actualité.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">L’AFGES rappelle également qu’une part importante de la réforme se joue à l’échelle locale. Ainsi, elle s’est mobilisée depuis des mois, par le biais de ses élu-e-s, pour veiller au bon déroulé de l’application de la réforme, veiller à ce que cette dernière ne pénalise nullement les étudiant-e-s tout en apportant une réelle amélioration de leurs conditions de vie et d’étude, et permette l’accès de toutes et tous à l’Université.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">L’AFGES appelle donc au calme au sein de l’Université de Strasbourg, au respect des personnes et des bâtiments dans leur ensemble. L’ensemble du réseau AFGES, de ses élu-e-s et de son bureau restent à votre disposition pour répondre à vos interrogations sur changetoncampus.org ou hotline@afges.org</span></p>

                    [category@term] => Enseignement supérieur
                    [category#2@term] => Représentation étudiante
                    [category#3@term] => CDP
                    [date_timestamp] => 1523371859
                )

            [6] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => État de bien-être et de santé des étudiant-e-s
                    [link#] => 1
                    [link] => http://afges.org/etat-de-bien-etre-et-de-sante-des-etudiant-e-s/
                    [comments#] => 1
                    [comments] => http://afges.org/etat-de-bien-etre-et-de-sante-des-etudiant-e-s/#respond
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Mon, 19 Mar 2018 07:50:19 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Lucas Pierre
                            [subject#] => 7
                            [subject] => Santé & Social
                            [subject#2] => AFGES
                            [subject#3] => alsace
                            [subject#4] => bilan
                            [subject#5] => enquête
                            [subject#6] => santé
                            [subject#7] => Université
                        )

                    [category#] => 7
                    [category] => Santé & Social
                    [category#2] => AFGES
                    [category#3] => alsace
                    [category#4] => bilan
                    [category#5] => enquête
                    [category#6] => santé
                    [category#7] => Université
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => http://afges.org/?p=2793
                    [description#] => 1
                    [description] => L’enquête réalisée par l’Observatoire Régional de l’Enseignement Supérieur et de l’Insertion Professionnel des Étudiants (ORESIPE) dans le cadre du Schéma Directeur de la Vie Étudiante (SDVE-Alsace) met en lumière l’état de santé et de bien-être des étudiants. Ainsi, nous apprenons que malgré un état de santé jugé globalement positif par 77% des étudiant.e.s, il existence [&#8230;]
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p><span style="font-weight: 400;">L’enquête réalisée par l’</span><b>Observatoire Régional de l’Enseignement Supérieur et de l’Insertion Professionnel des Étudiants</b><span style="font-weight: 400;"> (ORESIPE) dans le cadre du </span><b>Schéma Directeur de la Vie Étudiante</b><span style="font-weight: 400;"> (SDVE-Alsace) met en lumière </span><b>l’état de santé</b><span style="font-weight: 400;"> et de </span><b>bien-être</b><span style="font-weight: 400;"> des </span><b>étudiants</b><span style="font-weight: 400;">. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Ainsi, nous apprenons que malgré un état de santé jugé globalement positif par </span><b>77%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiant.e.s, il existence encore des fragilités dans le bien-être et l’hygiène de vie de ces derniers. Ces fragilités existent notamment dans le domaine de la </span><b>psychologie</b><span style="font-weight: 400;">, de </span><b>l’alimentation</b><span style="font-weight: 400;">, de la </span><b>pratique sportive</b><span style="font-weight: 400;">, dans les problématiques liés au </span><b>handicap</b><span style="font-weight: 400;"> et dans la la </span><b>prise en charge médicale</b><span style="font-weight: 400;">. </span><span style="font-weight: 400;">Concernant l’aspect </span><b>psychologique</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiant.e.s, nous pouvons noter que </span><b>73%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiant.e.s se disent souvent voire toujours fatigué.e.s, </span><b>58%</b><span style="font-weight: 400;"> se sentent souvent voire toujours stressé.e.s et environ </span><b>25% </b><span style="font-weight: 400;">des étudiant.e.s se sentent déprimé.e.s. Face à ces problèmes, seulement </span><b>42%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiant.e.s ont connaissance de structures telles que le </span><b>CAMUS</b><span style="font-weight: 400;"> et de leurs services qui pourraient leur apporter de l’aide.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Les </span><b>habitudes alimentaires</b><span style="font-weight: 400;"> ne sont pas en reste puisque </span><b>57% </b><span style="font-weight: 400;">des étudiant.e.s ne prennent pas souvent voire jamais de petit-déjeuner, </span><b>37%</b><span style="font-weight: 400;"> le déjeuner et </span><b>37% </b><span style="font-weight: 400;">le dîner. Les causes sont multiples, mais les plus récurrentes sont le </span><b>manque de temps</b><span style="font-weight: 400;"> et d’</span><b>appétit</b><span style="font-weight: 400;">.</span></p>
<p><b>4%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiant.e.s sont touché.e.s par le handicap, parmi eux, seulement </span><b>32%</b><span style="font-weight: 400;"> ont fait une demande auprès du service handicap. Plus d’un quart (</span><b>29%</b><span style="font-weight: 400;">) des étudiant.e.s concerné.e.s estiment qu’ils/elles ne sont pas suffisamment informé.e.s sur les services existants. </span><span style="font-weight: 400;">Quant à la pratique sportive, le sondage révèle que près d’un tiers des étudiant.e.s (</span><b>32%</b><span style="font-weight: 400;">) ne pratique que rarement voire jamais d’activité sportive (</span><b>27%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiant.e.s ne pratiquent jamais de sport, </span><b>15%</b><span style="font-weight: 400;"> que rarement). Encore une fois, les raisons sont multiples mais le </span><b>manque de temps</b><span style="font-weight: 400;"> reste la raison principale, suivi de </span><b>l’absence de motivation</b><span style="font-weight: 400;">.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Autre donnée alarmante : </span><b>70% </b><span style="font-weight: 400;">des étudiant.e.s ont déjà </span><b>renoncé à consulter un médecin</b><span style="font-weight: 400;"> alors qu’ils/elles sont malades, </span><b>52%</b><span style="font-weight: 400;"> préférant se soigner seuls ou attendre que ça aille mieux et </span><b>12%</b><span style="font-weight: 400;"> pour des raisons financières. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Face à ces problèmes qui ont été mis en lumière par ce sondage, l’AFGES a voulu organiser la </span><b>Semaine du Bien-Être Étudiant</b><span style="font-weight: 400;"> (SBEE) afin d’informer et sensibiliser les étudiants sur ces différents problématiques touchant à leur santé et de promouvoir les structures qui peuvent apporter des aides auprès des étudiant.e.s en situation de mal-être.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Cette année, l’AFGES est fière de vous présenter la 4</span><span style="font-weight: 400;">e</span><span style="font-weight: 400;"> édition de la SBEE qui se déroulera du </span><b>19 au 23 mars 2018</b><span style="font-weight: 400;">, sur l’ensemble des campus de Strasbourg. Nous vous attendons nombreux pour vous mobiliser pour la santé, pour votre santé.</span></p>
<h2><b>Points clefs de l’enquête sur la condition de vie des étudiants d’Alsace : </b></h2>
<ul>
<li style="font-weight: 400;"><span style="font-weight: 400;">Sondage réalisé par l’</span><b>ORESIPE</b><span style="font-weight: 400;"> sur une population de </span><b>4541 étudiants</b><span style="font-weight: 400;"> (Sur les environ 57 000 répondants potentiel), diffusé par mail sur une période de 6 semaines</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>73%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants se sentent souvent voire toujours fatigués</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>70%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants ont déjà renoncé à consulter un médecin alors qu’ils étaient malades dont </span><b>12%</b><span style="font-weight: 400;"> pour des raisons financières</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>37%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants ne déjeunent pas systématiquement à midi, 54% d’entre eux par manque de temps</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>68%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants atteints de handicap n’ont pas fait de demande auprès du service handicap</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>27%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants ne pratiquent jamais le sport</span></li>
</ul>
<h3><b>Bien-être et État de Santé</b></h3>
<ul>
<li style="font-weight: 400;"><span style="font-weight: 400;">État de santé jugé </span><b>globalement positif</b></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>77%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants se jugent en bonne/excellente santé</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>18%</b><span style="font-weight: 400;"> s’estiment en moyennement bonne santé</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>5%</b><span style="font-weight: 400;"> en pas très bonne/mauvaise santé</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>12%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants ont déjà renoncé à voir un médecin pour des raisons financières</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>70%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants ont déjà renoncé à consulter un médecin alors qu’ils étaient malades</span></li>
</ul>
<h3><b>Santé psychologique des étudiants</b></h3>
<h4><span style="font-weight: 400;">Existence de </span><b>fragilités psychologiques</b></h4>
<ul>
<li style="font-weight: 400;"><b>21%</b><span style="font-weight: 400;"> ressentent le sentiment de solitude</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><span style="font-weight: 400;">Environ </span><b>25% </b><span style="font-weight: 400;">des étudiants se sentent déprimés (27% des femmes, 21% des hommes)</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>73%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants se disent souvent/toujours fatigués</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>58%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants se disent souvent/toujours stressés (66% femmes, 41% hommes)</span>
<ul>
<li style="font-weight: 400;"><b>38%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants se sentent souvent/toujours stressés en dehors des examens</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>75% </b><span style="font-weight: 400;">se sentent souvent/toujours stressé pendant les périodes d’examens</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>16%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants ont eu recours à un traitement médicamenteux pour y faire face</span></li>
</ul>
</li>
<li style="font-weight: 400;"><span style="font-weight: 400;">Seulement </span><b>42% </b><span style="font-weight: 400;">des étudiants ont connaissance des services du CAMUS</span>
<ul>
<li style="font-weight: 400;"><b>25% </b><span style="font-weight: 400;">des étudiants ont connaissance des étudiants-relais du CAMUS</span></li>
</ul>
</li>
</ul>
<p><img class="alignnone size-medium wp-image-2797" src="http://afges.org/wp-content/uploads/2018/03/1-300x175.png" alt="" width="300" height="175" /><img class="alignnone " src="https://i.goopics.net/kpevZ.png" width="409" height="239" /></p>
<pre><b><i>Figure 1.</i></b><i><span style="font-weight: 400;"> Perception de leur santé par les étudiants selon le sexe - tiré de l'enquête ORESIPE 2017</span></i><i>
</i><b><i>Champ :</i></b><i><span style="font-weight: 400;"> 4477 répondants : 1452 hommes, 3025 femmes</span></i></pre>
<h4><span style="font-weight: 400;">Des absences par manque de </span><b>motivation </b><span style="font-weight: 400;">et des</span><b> problèmes de santé</b></h4>
<ul>
<li style="font-weight: 400;"><b>29%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants déclarent être de temps en temps/souvent absents</span>
<ul>
<li style="font-weight: 400;"><b>48% </b><span style="font-weight: 400;">d’entre eux par manque de motivation</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>13% </b><span style="font-weight: 400;">d’entre eux pour des problèmes de santé</span></li>
</ul>
</li>
</ul>
<h3><b>Habitudes alimentaires</b></h3>
<ul>
<li style="font-weight: 400;"><b>37%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants ne déjeunent pas systématiquement le midi</span>
<ul>
<li style="font-weight: 400;"><span style="font-weight: 400;">Par manque de temps pour </span><b>54%</b><span style="font-weight: 400;"> d’entre eux</span></li>
</ul>
</li>
<li style="font-weight: 400;"><b>57%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants déclarent ne pas prendre souvent/jamais de petit déjeuner</span>
<ul>
<li style="font-weight: 400;"><b>53% </b><span style="font-weight: 400;">d’entre eux par manque de temps</span></li>
</ul>
</li>
<li style="font-weight: 400;"><b>37% </b><span style="font-weight: 400;">des étudiants déclarent ne pas dîner systématiquement</span>
<ul>
<li style="font-weight: 400;"><b>57% </b><span style="font-weight: 400;">d’entre eux</span> <span style="font-weight: 400;">par manque d’appétit</span></li>
</ul>
</li>
</ul>
<p><img class="alignnone size-medium wp-image-2798" src="http://afges.org/wp-content/uploads/2018/03/2-300x63.png" alt="" width="300" height="63" /><img class="alignleft " src="https://i.goopics.net/wdL9Z.jpg" width="532" height="118" /></p>
<pre><b><i>



Figure 2</i></b><i><span style="font-weight: 400;">. Saut des repas selon la cohabitation des étudiants </span></i><i><span style="font-weight: 400;">- tiré de l'enquête ORESIPE 2017</span></i></pre>
<h3><b>Handicap</b></h3>
<ul>
<li style="font-weight: 400;"><b>4%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants (117 étudiants parmi 2925 étudiants répondant) déclarent être atteint d’un handicap</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>32% </b><span style="font-weight: 400;">des étudiants concernés ont fait une demande auprès du service handicap</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>14% </b><span style="font-weight: 400;">des étudiants concernés n’ont pas connaissance de ce service</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>29% </b><span style="font-weight: 400;">des étudiants atteints de handicap estiment ne pas être suffisamment informés sur les aides mises en place par les établissements</span></li>
</ul>
<h3>Activités sportives</h3>
<ul>
<li><strong style="font-size: 16px;">27</strong><span style="font-size: 16px;">% </span><span style="font-size: 16px;">des étudiants ne pratiquent jamais le sport</span>
<ul>
<li><strong>42%</strong> <span style="font-weight: 400;">par manque de temps</span></li>
<li><strong>39%</strong> <span style="font-weight: 400;">par manque d’envie</span></li>
<li><strong>6%</strong><span style="font-weight: 400;"> pour des raisons financières</span></li>
<li><strong>4%</strong> <span style="font-weight: 400;">car ils estiment que l’offre n’est pas adaptée</span></li>
</ul>
</li>
<li><strong>15%</strong><span style="font-weight: 400;"> des étudiants pratiquent rarement du sport</span></li>
<li><strong>32%</strong> <span style="font-weight: 400;">des étudiants pratiquent régulièrement (dont 2% à haut niveau)</span></li>
<li><strong>37%</strong> <span style="font-weight: 400;">des étudiants pratiquant un sport le font dans leur établissement</span>
<ul>
<li><strong>76%</strong><span style="font-weight: 400;"> parmi eux dans le cadre d’une activité personnelle</span></li>
<li><strong>24%</strong><span style="font-weight: 400;"> parmi eux dans le cadre d’une unité d’enseignement</span></li>
</ul>
</li>
</ul>
<pre><img class="alignnone size-medium wp-image-2799" src="http://afges.org/wp-content/uploads/2018/03/3-300x122.png" alt="" width="300" height="122" /><img class="alignnone " src="https://i.goopics.net/VPa9A.png" width="519" height="211" />
<b><i>Figure 3</i></b><i><span style="font-weight: 400;">. Principales raisons de non pratique de sport </span></i><i><span style="font-weight: 400;">- tiré de l'enquête ORESIPE 2017</span></i></pre>

                        )

                    [wfw] => Array
                        (
                            [commentrss#] => 1
                            [commentrss] => http://afges.org/etat-de-bien-etre-et-de-sante-des-etudiant-e-s/feed/
                        )

                    [slash] => Array
                        (
                            [comments#] => 1
                            [comments] => 0
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => L’enquête réalisée par l’Observatoire Régional de l’Enseignement Supérieur et de l’Insertion Professionnel des Étudiants (ORESIPE) dans le cadre du Schéma Directeur de la Vie Étudiante (SDVE-Alsace) met en lumière l’état de santé et de bien-être des étudiants. Ainsi, nous apprenons que malgré un état de santé jugé globalement positif par 77% des étudiant.e.s, il existence [&#8230;]
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p><span style="font-weight: 400;">L’enquête réalisée par l’</span><b>Observatoire Régional de l’Enseignement Supérieur et de l’Insertion Professionnel des Étudiants</b><span style="font-weight: 400;"> (ORESIPE) dans le cadre du </span><b>Schéma Directeur de la Vie Étudiante</b><span style="font-weight: 400;"> (SDVE-Alsace) met en lumière </span><b>l’état de santé</b><span style="font-weight: 400;"> et de </span><b>bien-être</b><span style="font-weight: 400;"> des </span><b>étudiants</b><span style="font-weight: 400;">. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Ainsi, nous apprenons que malgré un état de santé jugé globalement positif par </span><b>77%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiant.e.s, il existence encore des fragilités dans le bien-être et l’hygiène de vie de ces derniers. Ces fragilités existent notamment dans le domaine de la </span><b>psychologie</b><span style="font-weight: 400;">, de </span><b>l’alimentation</b><span style="font-weight: 400;">, de la </span><b>pratique sportive</b><span style="font-weight: 400;">, dans les problématiques liés au </span><b>handicap</b><span style="font-weight: 400;"> et dans la la </span><b>prise en charge médicale</b><span style="font-weight: 400;">. </span><span style="font-weight: 400;">Concernant l’aspect </span><b>psychologique</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiant.e.s, nous pouvons noter que </span><b>73%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiant.e.s se disent souvent voire toujours fatigué.e.s, </span><b>58%</b><span style="font-weight: 400;"> se sentent souvent voire toujours stressé.e.s et environ </span><b>25% </b><span style="font-weight: 400;">des étudiant.e.s se sentent déprimé.e.s. Face à ces problèmes, seulement </span><b>42%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiant.e.s ont connaissance de structures telles que le </span><b>CAMUS</b><span style="font-weight: 400;"> et de leurs services qui pourraient leur apporter de l’aide.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Les </span><b>habitudes alimentaires</b><span style="font-weight: 400;"> ne sont pas en reste puisque </span><b>57% </b><span style="font-weight: 400;">des étudiant.e.s ne prennent pas souvent voire jamais de petit-déjeuner, </span><b>37%</b><span style="font-weight: 400;"> le déjeuner et </span><b>37% </b><span style="font-weight: 400;">le dîner. Les causes sont multiples, mais les plus récurrentes sont le </span><b>manque de temps</b><span style="font-weight: 400;"> et d’</span><b>appétit</b><span style="font-weight: 400;">.</span></p>
<p><b>4%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiant.e.s sont touché.e.s par le handicap, parmi eux, seulement </span><b>32%</b><span style="font-weight: 400;"> ont fait une demande auprès du service handicap. Plus d’un quart (</span><b>29%</b><span style="font-weight: 400;">) des étudiant.e.s concerné.e.s estiment qu’ils/elles ne sont pas suffisamment informé.e.s sur les services existants. </span><span style="font-weight: 400;">Quant à la pratique sportive, le sondage révèle que près d’un tiers des étudiant.e.s (</span><b>32%</b><span style="font-weight: 400;">) ne pratique que rarement voire jamais d’activité sportive (</span><b>27%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiant.e.s ne pratiquent jamais de sport, </span><b>15%</b><span style="font-weight: 400;"> que rarement). Encore une fois, les raisons sont multiples mais le </span><b>manque de temps</b><span style="font-weight: 400;"> reste la raison principale, suivi de </span><b>l’absence de motivation</b><span style="font-weight: 400;">.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Autre donnée alarmante : </span><b>70% </b><span style="font-weight: 400;">des étudiant.e.s ont déjà </span><b>renoncé à consulter un médecin</b><span style="font-weight: 400;"> alors qu’ils/elles sont malades, </span><b>52%</b><span style="font-weight: 400;"> préférant se soigner seuls ou attendre que ça aille mieux et </span><b>12%</b><span style="font-weight: 400;"> pour des raisons financières. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Face à ces problèmes qui ont été mis en lumière par ce sondage, l’AFGES a voulu organiser la </span><b>Semaine du Bien-Être Étudiant</b><span style="font-weight: 400;"> (SBEE) afin d’informer et sensibiliser les étudiants sur ces différents problématiques touchant à leur santé et de promouvoir les structures qui peuvent apporter des aides auprès des étudiant.e.s en situation de mal-être.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Cette année, l’AFGES est fière de vous présenter la 4</span><span style="font-weight: 400;">e</span><span style="font-weight: 400;"> édition de la SBEE qui se déroulera du </span><b>19 au 23 mars 2018</b><span style="font-weight: 400;">, sur l’ensemble des campus de Strasbourg. Nous vous attendons nombreux pour vous mobiliser pour la santé, pour votre santé.</span></p>
<h2><b>Points clefs de l’enquête sur la condition de vie des étudiants d’Alsace : </b></h2>
<ul>
<li style="font-weight: 400;"><span style="font-weight: 400;">Sondage réalisé par l’</span><b>ORESIPE</b><span style="font-weight: 400;"> sur une population de </span><b>4541 étudiants</b><span style="font-weight: 400;"> (Sur les environ 57 000 répondants potentiel), diffusé par mail sur une période de 6 semaines</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>73%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants se sentent souvent voire toujours fatigués</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>70%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants ont déjà renoncé à consulter un médecin alors qu’ils étaient malades dont </span><b>12%</b><span style="font-weight: 400;"> pour des raisons financières</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>37%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants ne déjeunent pas systématiquement à midi, 54% d’entre eux par manque de temps</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>68%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants atteints de handicap n’ont pas fait de demande auprès du service handicap</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>27%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants ne pratiquent jamais le sport</span></li>
</ul>
<h3><b>Bien-être et État de Santé</b></h3>
<ul>
<li style="font-weight: 400;"><span style="font-weight: 400;">État de santé jugé </span><b>globalement positif</b></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>77%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants se jugent en bonne/excellente santé</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>18%</b><span style="font-weight: 400;"> s’estiment en moyennement bonne santé</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>5%</b><span style="font-weight: 400;"> en pas très bonne/mauvaise santé</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>12%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants ont déjà renoncé à voir un médecin pour des raisons financières</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>70%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants ont déjà renoncé à consulter un médecin alors qu’ils étaient malades</span></li>
</ul>
<h3><b>Santé psychologique des étudiants</b></h3>
<h4><span style="font-weight: 400;">Existence de </span><b>fragilités psychologiques</b></h4>
<ul>
<li style="font-weight: 400;"><b>21%</b><span style="font-weight: 400;"> ressentent le sentiment de solitude</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><span style="font-weight: 400;">Environ </span><b>25% </b><span style="font-weight: 400;">des étudiants se sentent déprimés (27% des femmes, 21% des hommes)</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>73%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants se disent souvent/toujours fatigués</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>58%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants se disent souvent/toujours stressés (66% femmes, 41% hommes)</span>
<ul>
<li style="font-weight: 400;"><b>38%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants se sentent souvent/toujours stressés en dehors des examens</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>75% </b><span style="font-weight: 400;">se sentent souvent/toujours stressé pendant les périodes d’examens</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>16%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants ont eu recours à un traitement médicamenteux pour y faire face</span></li>
</ul>
</li>
<li style="font-weight: 400;"><span style="font-weight: 400;">Seulement </span><b>42% </b><span style="font-weight: 400;">des étudiants ont connaissance des services du CAMUS</span>
<ul>
<li style="font-weight: 400;"><b>25% </b><span style="font-weight: 400;">des étudiants ont connaissance des étudiants-relais du CAMUS</span></li>
</ul>
</li>
</ul>
<p><img class="alignnone size-medium wp-image-2797" src="http://afges.org/wp-content/uploads/2018/03/1-300x175.png" alt="" width="300" height="175" /><img class="alignnone " src="https://i.goopics.net/kpevZ.png" width="409" height="239" /></p>
<pre><b><i>Figure 1.</i></b><i><span style="font-weight: 400;"> Perception de leur santé par les étudiants selon le sexe - tiré de l'enquête ORESIPE 2017</span></i><i>
</i><b><i>Champ :</i></b><i><span style="font-weight: 400;"> 4477 répondants : 1452 hommes, 3025 femmes</span></i></pre>
<h4><span style="font-weight: 400;">Des absences par manque de </span><b>motivation </b><span style="font-weight: 400;">et des</span><b> problèmes de santé</b></h4>
<ul>
<li style="font-weight: 400;"><b>29%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants déclarent être de temps en temps/souvent absents</span>
<ul>
<li style="font-weight: 400;"><b>48% </b><span style="font-weight: 400;">d’entre eux par manque de motivation</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>13% </b><span style="font-weight: 400;">d’entre eux pour des problèmes de santé</span></li>
</ul>
</li>
</ul>
<h3><b>Habitudes alimentaires</b></h3>
<ul>
<li style="font-weight: 400;"><b>37%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants ne déjeunent pas systématiquement le midi</span>
<ul>
<li style="font-weight: 400;"><span style="font-weight: 400;">Par manque de temps pour </span><b>54%</b><span style="font-weight: 400;"> d’entre eux</span></li>
</ul>
</li>
<li style="font-weight: 400;"><b>57%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants déclarent ne pas prendre souvent/jamais de petit déjeuner</span>
<ul>
<li style="font-weight: 400;"><b>53% </b><span style="font-weight: 400;">d’entre eux par manque de temps</span></li>
</ul>
</li>
<li style="font-weight: 400;"><b>37% </b><span style="font-weight: 400;">des étudiants déclarent ne pas dîner systématiquement</span>
<ul>
<li style="font-weight: 400;"><b>57% </b><span style="font-weight: 400;">d’entre eux</span> <span style="font-weight: 400;">par manque d’appétit</span></li>
</ul>
</li>
</ul>
<p><img class="alignnone size-medium wp-image-2798" src="http://afges.org/wp-content/uploads/2018/03/2-300x63.png" alt="" width="300" height="63" /><img class="alignleft " src="https://i.goopics.net/wdL9Z.jpg" width="532" height="118" /></p>
<pre><b><i>



Figure 2</i></b><i><span style="font-weight: 400;">. Saut des repas selon la cohabitation des étudiants </span></i><i><span style="font-weight: 400;">- tiré de l'enquête ORESIPE 2017</span></i></pre>
<h3><b>Handicap</b></h3>
<ul>
<li style="font-weight: 400;"><b>4%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants (117 étudiants parmi 2925 étudiants répondant) déclarent être atteint d’un handicap</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>32% </b><span style="font-weight: 400;">des étudiants concernés ont fait une demande auprès du service handicap</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>14% </b><span style="font-weight: 400;">des étudiants concernés n’ont pas connaissance de ce service</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>29% </b><span style="font-weight: 400;">des étudiants atteints de handicap estiment ne pas être suffisamment informés sur les aides mises en place par les établissements</span></li>
</ul>
<h3>Activités sportives</h3>
<ul>
<li><strong style="font-size: 16px;">27</strong><span style="font-size: 16px;">% </span><span style="font-size: 16px;">des étudiants ne pratiquent jamais le sport</span>
<ul>
<li><strong>42%</strong> <span style="font-weight: 400;">par manque de temps</span></li>
<li><strong>39%</strong> <span style="font-weight: 400;">par manque d’envie</span></li>
<li><strong>6%</strong><span style="font-weight: 400;"> pour des raisons financières</span></li>
<li><strong>4%</strong> <span style="font-weight: 400;">car ils estiment que l’offre n’est pas adaptée</span></li>
</ul>
</li>
<li><strong>15%</strong><span style="font-weight: 400;"> des étudiants pratiquent rarement du sport</span></li>
<li><strong>32%</strong> <span style="font-weight: 400;">des étudiants pratiquent régulièrement (dont 2% à haut niveau)</span></li>
<li><strong>37%</strong> <span style="font-weight: 400;">des étudiants pratiquant un sport le font dans leur établissement</span>
<ul>
<li><strong>76%</strong><span style="font-weight: 400;"> parmi eux dans le cadre d’une activité personnelle</span></li>
<li><strong>24%</strong><span style="font-weight: 400;"> parmi eux dans le cadre d’une unité d’enseignement</span></li>
</ul>
</li>
</ul>
<pre><img class="alignnone size-medium wp-image-2799" src="http://afges.org/wp-content/uploads/2018/03/3-300x122.png" alt="" width="300" height="122" /><img class="alignnone " src="https://i.goopics.net/VPa9A.png" width="519" height="211" />
<b><i>Figure 3</i></b><i><span style="font-weight: 400;">. Principales raisons de non pratique de sport </span></i><i><span style="font-weight: 400;">- tiré de l'enquête ORESIPE 2017</span></i></pre>

                    [category@term] => Santé & Social
                    [category#2@term] => AFGES
                    [category#3@term] => alsace
                    [category#4@term] => bilan
                    [category#5@term] => enquête
                    [category#6@term] => santé
                    [category#7@term] => Université
                    [date_timestamp] => 1521445819
                )

            [7] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => L’AFGES, 95 ans au service de la jeunesse Alsacienne
                    [link#] => 1
                    [link] => http://afges.org/lafges-95-ans-au-service-de-la-jeunesse-alsacienne/
                    [comments#] => 1
                    [comments] => http://afges.org/lafges-95-ans-au-service-de-la-jeunesse-alsacienne/#respond
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Tue, 13 Feb 2018 17:00:08 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Lucas Pierre
                            [subject#] => 6
                            [subject] => Historique
                            [subject#2] => Anniversaire
                            [subject#3] => Célébration
                            [subject#4] => étudiant
                            [subject#5] => Histoire
                            [subject#6] => strasbourg
                        )

                    [category#] => 6
                    [category] => Historique
                    [category#2] => Anniversaire
                    [category#3] => Célébration
                    [category#4] => étudiant
                    [category#5] => Histoire
                    [category#6] => strasbourg
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => http://afges.org/?p=2789
                    [description#] => 1
                    [description] => Ce week-end, c’était l’anniversaire de la plus vieille fédération étudiante encore en activité. Créée en 1923, l’AGES : Assemblée Générale des Etudiants de Strasbourg est très vite courtisée par le gouvernement français, étant la seule organisation étudiante qui n’avait pas d’héritage germanique. Deux ans après sa création, l’AGES créé le SEC : Strasbourg Etudiant Club. [&#8230;]
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p><span style="font-weight: 400;">Ce week-end, c’était l’anniversaire de la plus vieille fédération étudiante encore en activité. Créée en 1923, l’AGES : Assemblée Générale des Etudiants de Strasbourg est très vite courtisée par le gouvernement français, étant la seule organisation étudiante qui n’avait pas d’héritage germanique.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Deux ans après sa création, l’AGES créé le SEC : Strasbourg Etudiant Club. Une innovation réelle permettant à tou-te-s les étudiant-e-s de pratiquer une activité sportive. En 1926, plusieurs associations de filières se sont créées. A ce titre, l’AGE de Strasbourg change de nom et devient l’Association Fédérative Générale des Etudiants de Strasbourg. La même année, la création d’une “Caisse de malades” va permettre aux étudiant-e-s dans le besoin de se soigner, c’est l’ancêtre de la sécurité sociale et des mutuelles étudiantes. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">En 1927, Strasbourg accueille en grande pompe la venue du Président du conseil, Raymond Poincaré. Voulant encourager le développement de cette prometteuse fédération, un don de 400 000 Francs or est fait à l’AFGES, afin qu’elle puisse racheter le fond de commerce de la Brasserie Schutzenberger. Que faire avec cet espace ? L’idée peut paraître banale aujourd’hui, mais l’AFGES a créé dans le bâtiment de la Gallia, le premier restaurant universitaire laïque.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">L’année suivante, l’AFGES rachète un château en corse nommé “Morsiglia”. Cet édifice servira de camp de vacances aux étudiant-e-s à des prix abordables, un pari fou dans une France où la majorité de la population n’a pas de vacance et où les congés payés n’existent pas encore.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">En 1929, l’AFGES crée la médecine préventive. Nécessaire aux étudiant-e-s, elle sera plus tard nationalisée et gérée par les Universités via les SUMPPS.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Frappée comme toute l’Alsace par la seconde Guerre mondiale, elle accompagnera l’Université de Strasbourg dans sa fuite vers Clermont et la zone libre. Mais l’AFGES pleurera longtemps les étudiant-e-s en médecine et en Pharmacie, forcé-e-s par le régime Nazi à rester sur le territoire occupé. Elle pleurera également ces étudiant-e-s tué-e-s lors des rafles de 1943, alors qu’ils essayaient de cacher des juif-ve-s persécuté-e-s.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Au sortir de la guerre, l’AFGES se réinstalle dans son bâtiment de la Gallia. C’est à l’aube des années 50 que de nombreux dispositifs mis en place par et pour les étudiant-e-s prirent un tournant majeur : Avec la contribution de l’AFGES et d’autres fédérations, l’État créé ainsi le réseau des oeuvres (aujourd’hui les CROUS), acteur public central de la vie étudiante, et leur confie des missions jusque-là assumées par les étudiant-e-s.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">L’AFGES connaîtra une période très difficile dans les années 60. A l’époque des grands bouleversements dans le monde étudiant, l’AFGES est prise par les étudiant-e-s contestataires appelés aussi “les situationnistes”. A l’aide des finances de la fédération, ils publieront le célèbre “De la misère en milieu étudiant”, l’un des déclencheurs de Mai 68.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Il faudra l’intervention des pères fondateurs, pour que l’AFGES puisse juridiquement reprendre le contrôle et continuer ses missions historiques.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">En 1989, l’AFGES créée avec d’autres fédérations, la FAGE : Fédération des Associations Générales Etudiantes, en réponse à la loi Jospin. Aujourd’hui première organisation étudiante de France, la FAGE a toujours son siège juridique à Strasbourg, dans le bâtiment de la Gallia. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Dans une histoire plus récente, l’AFGES ouvre en 2013 la première épicerie sociale et solidaire étudiante à Strasbourg, “l’AGORAé Esplanade”. Elle continuera dans cette lancée en ouvrant la seconde AGORAé en décembre 2017, “l’AGORAé Gallia”. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Fait marquant, l’AFGES perdra la gestion de son emblématique restaurant “la Gallia” en 2015, </span><span style="font-weight: 400;">suite à une décennie de relations tendues avec le Crous</span><span style="font-weight: 400;"> : Une blessure dans l’histoire d’une fédération quasi centenaire, mais qui s’efface peu à peu et laisse place aux nouvelles générations et aux nouveaux projets.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Finalement, c’est tournée vers l’avenir que l’AFGES célèbre son 95ème anniversaire, prête à relever les défis et à innover pour servir au mieux les étudiant-e-s de Strasbourg et d’Alsace. La fédération développe actuellement de nouveaux services à l’étudiant-e, disponible dès la rentrée 2018 ! </span><span style="font-weight: 400;">Nous vous tiendrons au fait de l&rsquo;avancée de ces projets</span><span style="font-weight: 400;"> !</span></p>
<p>&nbsp;</p>

                        )

                    [wfw] => Array
                        (
                            [commentrss#] => 1
                            [commentrss] => http://afges.org/lafges-95-ans-au-service-de-la-jeunesse-alsacienne/feed/
                        )

                    [slash] => Array
                        (
                            [comments#] => 1
                            [comments] => 0
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => Ce week-end, c’était l’anniversaire de la plus vieille fédération étudiante encore en activité. Créée en 1923, l’AGES : Assemblée Générale des Etudiants de Strasbourg est très vite courtisée par le gouvernement français, étant la seule organisation étudiante qui n’avait pas d’héritage germanique. Deux ans après sa création, l’AGES créé le SEC : Strasbourg Etudiant Club. [&#8230;]
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p><span style="font-weight: 400;">Ce week-end, c’était l’anniversaire de la plus vieille fédération étudiante encore en activité. Créée en 1923, l’AGES : Assemblée Générale des Etudiants de Strasbourg est très vite courtisée par le gouvernement français, étant la seule organisation étudiante qui n’avait pas d’héritage germanique.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Deux ans après sa création, l’AGES créé le SEC : Strasbourg Etudiant Club. Une innovation réelle permettant à tou-te-s les étudiant-e-s de pratiquer une activité sportive. En 1926, plusieurs associations de filières se sont créées. A ce titre, l’AGE de Strasbourg change de nom et devient l’Association Fédérative Générale des Etudiants de Strasbourg. La même année, la création d’une “Caisse de malades” va permettre aux étudiant-e-s dans le besoin de se soigner, c’est l’ancêtre de la sécurité sociale et des mutuelles étudiantes. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">En 1927, Strasbourg accueille en grande pompe la venue du Président du conseil, Raymond Poincaré. Voulant encourager le développement de cette prometteuse fédération, un don de 400 000 Francs or est fait à l’AFGES, afin qu’elle puisse racheter le fond de commerce de la Brasserie Schutzenberger. Que faire avec cet espace ? L’idée peut paraître banale aujourd’hui, mais l’AFGES a créé dans le bâtiment de la Gallia, le premier restaurant universitaire laïque.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">L’année suivante, l’AFGES rachète un château en corse nommé “Morsiglia”. Cet édifice servira de camp de vacances aux étudiant-e-s à des prix abordables, un pari fou dans une France où la majorité de la population n’a pas de vacance et où les congés payés n’existent pas encore.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">En 1929, l’AFGES crée la médecine préventive. Nécessaire aux étudiant-e-s, elle sera plus tard nationalisée et gérée par les Universités via les SUMPPS.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Frappée comme toute l’Alsace par la seconde Guerre mondiale, elle accompagnera l’Université de Strasbourg dans sa fuite vers Clermont et la zone libre. Mais l’AFGES pleurera longtemps les étudiant-e-s en médecine et en Pharmacie, forcé-e-s par le régime Nazi à rester sur le territoire occupé. Elle pleurera également ces étudiant-e-s tué-e-s lors des rafles de 1943, alors qu’ils essayaient de cacher des juif-ve-s persécuté-e-s.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Au sortir de la guerre, l’AFGES se réinstalle dans son bâtiment de la Gallia. C’est à l’aube des années 50 que de nombreux dispositifs mis en place par et pour les étudiant-e-s prirent un tournant majeur : Avec la contribution de l’AFGES et d’autres fédérations, l’État créé ainsi le réseau des oeuvres (aujourd’hui les CROUS), acteur public central de la vie étudiante, et leur confie des missions jusque-là assumées par les étudiant-e-s.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">L’AFGES connaîtra une période très difficile dans les années 60. A l’époque des grands bouleversements dans le monde étudiant, l’AFGES est prise par les étudiant-e-s contestataires appelés aussi “les situationnistes”. A l’aide des finances de la fédération, ils publieront le célèbre “De la misère en milieu étudiant”, l’un des déclencheurs de Mai 68.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Il faudra l’intervention des pères fondateurs, pour que l’AFGES puisse juridiquement reprendre le contrôle et continuer ses missions historiques.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">En 1989, l’AFGES créée avec d’autres fédérations, la FAGE : Fédération des Associations Générales Etudiantes, en réponse à la loi Jospin. Aujourd’hui première organisation étudiante de France, la FAGE a toujours son siège juridique à Strasbourg, dans le bâtiment de la Gallia. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Dans une histoire plus récente, l’AFGES ouvre en 2013 la première épicerie sociale et solidaire étudiante à Strasbourg, “l’AGORAé Esplanade”. Elle continuera dans cette lancée en ouvrant la seconde AGORAé en décembre 2017, “l’AGORAé Gallia”. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Fait marquant, l’AFGES perdra la gestion de son emblématique restaurant “la Gallia” en 2015, </span><span style="font-weight: 400;">suite à une décennie de relations tendues avec le Crous</span><span style="font-weight: 400;"> : Une blessure dans l’histoire d’une fédération quasi centenaire, mais qui s’efface peu à peu et laisse place aux nouvelles générations et aux nouveaux projets.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Finalement, c’est tournée vers l’avenir que l’AFGES célèbre son 95ème anniversaire, prête à relever les défis et à innover pour servir au mieux les étudiant-e-s de Strasbourg et d’Alsace. La fédération développe actuellement de nouveaux services à l’étudiant-e, disponible dès la rentrée 2018 ! </span><span style="font-weight: 400;">Nous vous tiendrons au fait de l&rsquo;avancée de ces projets</span><span style="font-weight: 400;"> !</span></p>
<p>&nbsp;</p>

                    [category@term] => Historique
                    [category#2@term] => Anniversaire
                    [category#3@term] => Célébration
                    [category#4@term] => étudiant
                    [category#5@term] => Histoire
                    [category#6@term] => strasbourg
                    [date_timestamp] => 1518541208
                )

            [8] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => [COMMUNIQUÉ] L’AFGES avertit… la jeunesse d’Alsace refuse la sélection à l’Université !
                    [link#] => 1
                    [link] => http://afges.org/communique-lafges-avertit-la-jeunesse-dalsace-refuse-la-selection-a-luniversite/
                    [comments#] => 1
                    [comments] => http://afges.org/communique-lafges-avertit-la-jeunesse-dalsace-refuse-la-selection-a-luniversite/#respond
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Tue, 13 Feb 2018 08:00:52 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Lucas Pierre
                            [subject#] => 2
                            [subject] => Enseignement supérieur
                            [subject#2] => Communiqué de presse
                        )

                    [category#] => 2
                    [category] => Enseignement supérieur
                    [category#2] => Communiqué de presse
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => http://afges.org/?p=2784
                    [description#] => 1
                    [description] => L’AFGES avertit&#8230; la jeunesse d’Alsace refuse la sélection à l’Université ! Alors que le processus législatif concernant la réforme du 1er cycle Universitaire, arrive à son terme, l&#8217;AFGES souhaite alerter les députés et sénateurs alsaciens concernant les amendements adoptés lors de la séance du Sénat du 8 février 2018. Ces amendements, destinés à être discutés [&#8230;]
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <h2><span style="color: #ff6600;">L’AFGES avertit&#8230; la jeunesse d’Alsace refuse la sélection à l’Université !</span></h2>
<p>Alors que le processus législatif concernant la réforme du 1er cycle Universitaire, arrive à son terme, l&rsquo;AFGES <strong>souhaite alerter les députés et sénateurs alsaciens concernant les amendements adoptés lors de la séance du Sénat du 8 février 2018.</strong></p>
<p>Ces amendements, destinés à être discutés lors de la commission mixte paritaire du 13 février 2018, portent atteinte aux valeurs fondamentales défendues par le réseau associatif étudiant. De ce fait l’AFGES se doit de réagir afin que l’enseignement supérieur, au service de la société dans laquelle il s’inscrit, permette à tous les jeunes d’accéder au parcours de formation de leur choix. <strong>En effet les études supérieures doivent être synonymes d’ouverture intellectuelle et d’émancipation pour la jeunesse.</strong><br />
Le fait d’en limiter l’accès ne ferait qu&rsquo;accentuer les inégalités sociales alors que les études supérieures sont une étape prépondérante et indispensable à la construction d’un projet professionnel et personnel viable dans un monde du travail en mutation, où la qualification devient la règle d’or.</p>
<p>Ainsi, l’AFGES ne peut accepter que les amendements reviennent sur la définition des capacités d’accueil en les mettant en lien avec l&rsquo;insertion professionnelle. Le rôle de l’Université est de donner aux jeunes la possibilité de se former et d’acquérir des compétences afin d’accéder à un niveau de qualification nécessaire pour prétendre à divers débouchés professionnels.</p>
<p>Ces amendements visent donc à instaurer une véritable sélection sociale aussi injuste qu’inefficace, à l’entrée de nos Universités.<br />
C’est sur la base de ces principes que l’AFGES refuse de transiger avec ses valeurs et s’oppose fermement à ces amendements délétères pour des dizaines de milliers de jeunes.</p>
<p><strong>L&rsquo;AFGES souhaite rappeler aux sénateurs et députés du territoire alsacien, la responsabilité qui </strong><strong>est la leur de siéger dans cette commission mixte. La sélection n&rsquo;est pas et ne sera jamais la </strong><strong>solution aux problèmes que connaît l&rsquo;Enseignement Supérieur et la Recherche.</strong></p>

                        )

                    [wfw] => Array
                        (
                            [commentrss#] => 1
                            [commentrss] => http://afges.org/communique-lafges-avertit-la-jeunesse-dalsace-refuse-la-selection-a-luniversite/feed/
                        )

                    [slash] => Array
                        (
                            [comments#] => 1
                            [comments] => 0
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => L’AFGES avertit&#8230; la jeunesse d’Alsace refuse la sélection à l’Université ! Alors que le processus législatif concernant la réforme du 1er cycle Universitaire, arrive à son terme, l&#8217;AFGES souhaite alerter les députés et sénateurs alsaciens concernant les amendements adoptés lors de la séance du Sénat du 8 février 2018. Ces amendements, destinés à être discutés [&#8230;]
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <h2><span style="color: #ff6600;">L’AFGES avertit&#8230; la jeunesse d’Alsace refuse la sélection à l’Université !</span></h2>
<p>Alors que le processus législatif concernant la réforme du 1er cycle Universitaire, arrive à son terme, l&rsquo;AFGES <strong>souhaite alerter les députés et sénateurs alsaciens concernant les amendements adoptés lors de la séance du Sénat du 8 février 2018.</strong></p>
<p>Ces amendements, destinés à être discutés lors de la commission mixte paritaire du 13 février 2018, portent atteinte aux valeurs fondamentales défendues par le réseau associatif étudiant. De ce fait l’AFGES se doit de réagir afin que l’enseignement supérieur, au service de la société dans laquelle il s’inscrit, permette à tous les jeunes d’accéder au parcours de formation de leur choix. <strong>En effet les études supérieures doivent être synonymes d’ouverture intellectuelle et d’émancipation pour la jeunesse.</strong><br />
Le fait d’en limiter l’accès ne ferait qu&rsquo;accentuer les inégalités sociales alors que les études supérieures sont une étape prépondérante et indispensable à la construction d’un projet professionnel et personnel viable dans un monde du travail en mutation, où la qualification devient la règle d’or.</p>
<p>Ainsi, l’AFGES ne peut accepter que les amendements reviennent sur la définition des capacités d’accueil en les mettant en lien avec l&rsquo;insertion professionnelle. Le rôle de l’Université est de donner aux jeunes la possibilité de se former et d’acquérir des compétences afin d’accéder à un niveau de qualification nécessaire pour prétendre à divers débouchés professionnels.</p>
<p>Ces amendements visent donc à instaurer une véritable sélection sociale aussi injuste qu’inefficace, à l’entrée de nos Universités.<br />
C’est sur la base de ces principes que l’AFGES refuse de transiger avec ses valeurs et s’oppose fermement à ces amendements délétères pour des dizaines de milliers de jeunes.</p>
<p><strong>L&rsquo;AFGES souhaite rappeler aux sénateurs et députés du territoire alsacien, la responsabilité qui </strong><strong>est la leur de siéger dans cette commission mixte. La sélection n&rsquo;est pas et ne sera jamais la </strong><strong>solution aux problèmes que connaît l&rsquo;Enseignement Supérieur et la Recherche.</strong></p>

                    [category@term] => Enseignement supérieur
                    [category#2@term] => Communiqué de presse
                    [date_timestamp] => 1518508852
                )

            [9] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => [COMMUNIQUÉ] Réforme du 1er cycle Universitaire : Pas d’avenir sans investissement !
                    [link#] => 1
                    [link] => http://afges.org/communique-reforme-du-1er-cycle-universitaire-pas-davenir-sans-investissement/
                    [comments#] => 1
                    [comments] => http://afges.org/communique-reforme-du-1er-cycle-universitaire-pas-davenir-sans-investissement/#respond
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Sun, 17 Dec 2017 16:00:02 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Lucas Pierre
                            [subject#] => 1
                            [subject] => Uncategorized
                        )

                    [category#] => 1
                    [category] => Uncategorized
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => http://afges.org/?p=2759
                    [description#] => 1
                    [description] => Réforme du 1er cycle Universitaire : Pas d’avenir sans investissement ! A l’aube de la mise en place de la réforme du 1er cycle Universitaire, présentée par le gouvernement, c’est avec inquiétude que l’AFGES – les étudiant-e-s d’Alsace, reçoit les propositions de capacités d’accueil dans les formations universitaires. Cette année à l’Université de Strasbourg, toutes [&#8230;]
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <h2><span style="color: #ff6600;">Réforme du 1er cycle Universitaire : Pas d’avenir sans investissement ! </span></h2>
<p>A l’aube de la mise en place de la réforme du 1er cycle Universitaire, présentée par le gouvernement, c’est avec inquiétude que l’AFGES – les étudiant-e-s d’Alsace, reçoit les propositions de capacités d’accueil dans les formations universitaires.<br />
Cette année à l’Université de Strasbourg, toutes les filières vont définir un plafond maximum d’étudiant-e au sein des composantes.</p>
<p>L’AFGES et son réseau saluent certaines avancées majeures proposées par le “Plan Étudiant”, à la fois sur l’orientation, l’accompagnement et l’amélioration des conditions de vie des étudiant-e-s.</p>
<p>Pourtant, l’AFGES souhaite affirmer une nouvelle fois combien les études supérieures constituent une étape cruciale de l’éducation des jeunes, dans le sens où elles sont synonymes d’ouverture intellectuelle et d’émancipation.<br />
De ce fait, l’enseignement supérieur au service de la société dans laquelle il s’inscrit doit permettre aux jeunes d’accéder à un parcours de formation qui leur correspond .<br />
Depuis plusieurs années, on constate une hausse continue du nombre d’étudiant-e-s accédant à l’enseignement supérieur. La rentrée 2017 aura été particulièrement marquante sur ce point. Cette pression démographique, couplée à une sous-dotation structurelle des universités a conduit ces dernières à mettre en place des “capacités d’accueil” afin de limiter le nombre de néo-bachelier-e-s intégrant certaines formations.</p>
<p>Les élu-e-s des conseils centraux de l’Université de Strasbourg ont, en refusant les capacités d’accueil en Commission de la Formation et de la Vie Universitaire (CFVU), démontré leur volonté de faire face à un pendant de la réforme qui imposerait une restriction d’accès à l’enseignement supérieur. A travers ce vote, qui dénonce les conditions déplorables subies par les composantes et l’Université dans son ensemble, nous appelons le Rectorat à prendre ses responsabilités et à apporter des réponses concrètes à cette situation devenue insoutenable.</p>
<p><strong>Face à cela, l’AFGES réaffirme que le manque d’investissement ne saurait être une </strong><strong>justification à une sélection sous quelque forme qu’elle soit.</strong></p>
<p><strong>Nous attendons du rectorat et du Ministère de l’Enseignements Supérieur de la </strong><strong>Recherche et de l’Innovation</strong>, qu’ils mettent en oeuvre leurs promesses d’augmentation des financement pour permettre à l’Université d’accueillir le plus grand nombre d’étudiant-e-s possible dans des conditions décentes.</p>
<p><strong>Nous attendons également de l’Université de Strasbour</strong>g, qu’elle prenne ses responsabilités vis-à-vis de l’application du “Plan Étudiant” qui donne beaucoup de latitude aux Universités, afi n de garantir à l’intégralité des étudiant-e-s demandant l’accès à notre université d’avoir la possibilité de s’y inscrire.</p>
<p>C’est pourquoi, l’AFGES demande :</p>
<ul>
<li>D’une part,<strong> la création d’une commission de suivi de la réforme interne à l’Université de </strong><strong>Strasbourg, avec la présence d’élu-e-s étudiant-e-s.</strong><br />
Celle-ci devra permettre dans un premier temps de dégager des préconisations en termes d’amélioration de la réussite des étudiant-e-s, notamment en dressant un état des lieux de la mise en place des différents dispositifs d’accompagnement au sein des formations ; et dans un second temps de cadrer les déclinaisons des “attendus” prévus par la réforme au sein de notre Université.</li>
<li>Et d’autre par<strong>t un investissement massif du rectorat et du Ministère de l’Enseignement Supé</strong><strong>rieur de la Recherche et de l’Innovation</strong>, afin de doter les universités de moyens adaptés pour l’accueil de tou-te-s les bachelier-e-s.</li>
</ul>

                        )

                    [wfw] => Array
                        (
                            [commentrss#] => 1
                            [commentrss] => http://afges.org/communique-reforme-du-1er-cycle-universitaire-pas-davenir-sans-investissement/feed/
                        )

                    [slash] => Array
                        (
                            [comments#] => 1
                            [comments] => 0
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => Réforme du 1er cycle Universitaire : Pas d’avenir sans investissement ! A l’aube de la mise en place de la réforme du 1er cycle Universitaire, présentée par le gouvernement, c’est avec inquiétude que l’AFGES – les étudiant-e-s d’Alsace, reçoit les propositions de capacités d’accueil dans les formations universitaires. Cette année à l’Université de Strasbourg, toutes [&#8230;]
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <h2><span style="color: #ff6600;">Réforme du 1er cycle Universitaire : Pas d’avenir sans investissement ! </span></h2>
<p>A l’aube de la mise en place de la réforme du 1er cycle Universitaire, présentée par le gouvernement, c’est avec inquiétude que l’AFGES – les étudiant-e-s d’Alsace, reçoit les propositions de capacités d’accueil dans les formations universitaires.<br />
Cette année à l’Université de Strasbourg, toutes les filières vont définir un plafond maximum d’étudiant-e au sein des composantes.</p>
<p>L’AFGES et son réseau saluent certaines avancées majeures proposées par le “Plan Étudiant”, à la fois sur l’orientation, l’accompagnement et l’amélioration des conditions de vie des étudiant-e-s.</p>
<p>Pourtant, l’AFGES souhaite affirmer une nouvelle fois combien les études supérieures constituent une étape cruciale de l’éducation des jeunes, dans le sens où elles sont synonymes d’ouverture intellectuelle et d’émancipation.<br />
De ce fait, l’enseignement supérieur au service de la société dans laquelle il s’inscrit doit permettre aux jeunes d’accéder à un parcours de formation qui leur correspond .<br />
Depuis plusieurs années, on constate une hausse continue du nombre d’étudiant-e-s accédant à l’enseignement supérieur. La rentrée 2017 aura été particulièrement marquante sur ce point. Cette pression démographique, couplée à une sous-dotation structurelle des universités a conduit ces dernières à mettre en place des “capacités d’accueil” afin de limiter le nombre de néo-bachelier-e-s intégrant certaines formations.</p>
<p>Les élu-e-s des conseils centraux de l’Université de Strasbourg ont, en refusant les capacités d’accueil en Commission de la Formation et de la Vie Universitaire (CFVU), démontré leur volonté de faire face à un pendant de la réforme qui imposerait une restriction d’accès à l’enseignement supérieur. A travers ce vote, qui dénonce les conditions déplorables subies par les composantes et l’Université dans son ensemble, nous appelons le Rectorat à prendre ses responsabilités et à apporter des réponses concrètes à cette situation devenue insoutenable.</p>
<p><strong>Face à cela, l’AFGES réaffirme que le manque d’investissement ne saurait être une </strong><strong>justification à une sélection sous quelque forme qu’elle soit.</strong></p>
<p><strong>Nous attendons du rectorat et du Ministère de l’Enseignements Supérieur de la </strong><strong>Recherche et de l’Innovation</strong>, qu’ils mettent en oeuvre leurs promesses d’augmentation des financement pour permettre à l’Université d’accueillir le plus grand nombre d’étudiant-e-s possible dans des conditions décentes.</p>
<p><strong>Nous attendons également de l’Université de Strasbour</strong>g, qu’elle prenne ses responsabilités vis-à-vis de l’application du “Plan Étudiant” qui donne beaucoup de latitude aux Universités, afi n de garantir à l’intégralité des étudiant-e-s demandant l’accès à notre université d’avoir la possibilité de s’y inscrire.</p>
<p>C’est pourquoi, l’AFGES demande :</p>
<ul>
<li>D’une part,<strong> la création d’une commission de suivi de la réforme interne à l’Université de </strong><strong>Strasbourg, avec la présence d’élu-e-s étudiant-e-s.</strong><br />
Celle-ci devra permettre dans un premier temps de dégager des préconisations en termes d’amélioration de la réussite des étudiant-e-s, notamment en dressant un état des lieux de la mise en place des différents dispositifs d’accompagnement au sein des formations ; et dans un second temps de cadrer les déclinaisons des “attendus” prévus par la réforme au sein de notre Université.</li>
<li>Et d’autre par<strong>t un investissement massif du rectorat et du Ministère de l’Enseignement Supé</strong><strong>rieur de la Recherche et de l’Innovation</strong>, afin de doter les universités de moyens adaptés pour l’accueil de tou-te-s les bachelier-e-s.</li>
</ul>

                    [category@term] => Uncategorized
                    [date_timestamp] => 1513526402
                )

        )

    [channel] => Array
        (
            [title#] => 1
            [title] => AFGES
            [atom] => Array
                (
                    [link#] => 1
                    [link@] => href,rel,type
                    [link@href] => http://afges.org/feed/
                    [link@rel] => self
                    [link@type] => application/rss+xml
                )

            [link#] => 1
            [link] => http://afges.org
            [description#] => 1
            [description] => Les étudiant-e-s d'Alsace
            [lastbuilddate#] => 1
            [lastbuilddate] => Wed, 13 Jun 2018 08:38:58 +0000
            [language#] => 1
            [language] => fr-FR
            [sy] => Array
                (
                    [updateperiod#] => 1
                    [updateperiod] => hourly
                    [updatefrequency#] => 1
                    [updatefrequency] => 1
                )

            [generator#] => 1
            [generator] => https://wordpress.org/?v=4.9.6
            [tagline#] => 1
            [tagline] => Les étudiant-e-s d'Alsace
            [subtitle#] => 1
            [subtitle] => Les étudiant-e-s d'Alsace
        )

    [textinput] => Array
        (
        )

    [image] => Array
        (
        )

    [feed_type] => RSS
    [feed_version] => 2.0
    [encoding] => UTF-8
    [_source_encoding] => 
    [ERROR] => 
    [WARNING] => 
    [_ATOM_CONTENT_CONSTRUCTS] => Array
        (
            [0] => content
            [1] => summary
            [2] => title
            [3] => info
            [4] => tagline
            [5] => copyright
            [6] => rights
            [7] => subtitle
        )

    [_XHTML_CONTENT_CONSTRUCTS] => Array
        (
            [0] => body
            [1] => div
        )

    [_KNOWN_ENCODINGS] => Array
        (
            [0] => UTF-8
            [1] => US-ASCII
            [2] => ISO-8859-1
        )

    [stack] => Array
        (
        )

    [inchannel] => 
    [initem] => 
    [incontent] => Array
        (
        )

    [exclude_top] => 
    [intextinput] => 
    [inimage] => 
    [current_namespace] => 
    [current_category] => 0
    [last_modified] => Wed, 13 Jun 2018 08:38:58 GMT

    [etag] => "2e678d82d48864bd5e24e42c9c445d3e"

    [rss_origin] => 5
)