Index Strasbourg curieux Strasbourg à la loupe

Agenda curieux :: Actu des sites Strasbourgeois :: Hébergement strasbourgeois

Strasbourg à la loupe » Afges Strasbourg

Sites

39701 articles (38887 non lus) dans 281 sites

Exposition Exposition (1396 non lus)
Concert / soirée Concert / soirée (3677 non lus)
Guide / média Guide / média (12351 non lus)
Média_vidéo Média_vidéo (1132 non lus)
Projection Projection (34 non lus)
Politique / social Politique / social (11815 non lus)
théâtre théâtre (835 non lus)
Artiste Artiste (209 non lus)
Inclassables Inclassables (349 non lus)
Edition/bd/imprimerie Edition/bd/imprimerie (1875 non lus)
Vélo transport Vélo transport (1301 non lus)
Monde Numérique Monde Numérique (1631 non lus)
Monde Numérique Média Monde Numérique Média (512 non lus)
Nature et Agriculture Nature et Agriculture (996 non lus)
Vie/assoc Quartiers Vie/assoc Quartiers (774 non lus)
 «  Expand/Collapse
MagpieRSS Object
(
    [parser] => Resource id #19
    [current_item] => Array
        (
        )

    [items] => Array
        (
            [0] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => [COMMUNIQUÉ] Augmentation de frais d’inscription pour les étudiant-e-s extra européen-ne-s : Bienvenue en France !
                    [link#] => 1
                    [link] => http://afges.org/communique-augmentation-de-frais-dinscription-pour-les-etudiant-e-s-extra-europeen-ne-s-bienvenue-en-france/
                    [comments#] => 1
                    [comments] => http://afges.org/communique-augmentation-de-frais-dinscription-pour-les-etudiant-e-s-extra-europeen-ne-s-bienvenue-en-france/#respond
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Mon, 26 Nov 2018 11:45:30 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Lucas Pierre
                            [subject#] => 7
                            [subject] => Enseignement supérieur
                            [subject#2] => Fédération
                            [subject#3] => Innovation sociale
                            [subject#4] => Questions sociales
                            [subject#5] => Représentation étudiante
                            [subject#6] => Communiqué de presse
                            [subject#7] => International
                        )

                    [category#] => 7
                    [category] => Enseignement supérieur
                    [category#2] => Fédération
                    [category#3] => Innovation sociale
                    [category#4] => Questions sociales
                    [category#5] => Représentation étudiante
                    [category#6] => Communiqué de presse
                    [category#7] => International
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => http://afges.org/?p=2915
                    [description#] => 1
                    [description] => Ce lundi 19 novembre, le gouvernement dévoilait sa nouvelle “Stratégie d’attractivité pour les étudiants internationaux”. Celle-ci consiste en un ensemble de mesures stratégiques regroupées sous le nom de “Bienvenue en France”. Bien qu’un certain nombre de celles-ci soient cohérentes, l’une d’entre elles est fondamentalement opposée aux valeurs inclusives de l’enseignement supérieur : l’augmentation abusive des […]
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p><span style="font-weight: 400;">Ce lundi 19 novembre, le gouvernement dévoilait sa nouvelle “Stratégie d&rsquo;attractivité pour les étudiants internationaux”. Celle-ci consiste en un ensemble de mesures stratégiques regroupées sous le nom de “Bienvenue en France”. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Bien qu’un certain nombre de celles-ci soient cohérentes, l’une d’entre elles est fondamentalement opposée aux valeurs inclusives de l’enseignement supérieur : </span><b>l’augmentation abusive des frais d’inscription pour les étudiant-e-s extra-européen-ne-s</b><span style="font-weight: 400;">.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Ainsi un-e étudiant-e concerné-e devra désormais payer 2770 euros pour une année en licence et 3770 euros pour une année en master. Ces chiffres multiplient par 15 les frais d’inscriptions actuels. L’Etat prétend couvrir cette perte massive de pouvoir d’achat par un total de 14000 nouvelles bourses destinées aux étudiant-e-s internationa-les-ux, en plus des 7000 déjà disponibles. Ce chiffre ne semble en aucun cas être adapté, rien qu’au regard de l’Université de Strasbourg, qui accueillait 10129 étudiant-e-s internationa-les-ux lors de l’année 2017-2018, dont plus de 69% (environ 7000) n’étaient pas issu-e-s de l’Union Européenne. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Les frais d’inscriptions élevés de nos voisins européens ne constituent pas un exemple, bien au contraire, c’est la France, et sa force d’inclusivité, sa force sociale et juste, qui doit être une exemple pour nos voisins européens.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">De plus, la présence d’étudiant-e-s internationa-les-ux dans nos établissements d’enseignement supérieur ne doit pas être considérée comme un coût, mais bien comme une richesse. En effet, que ce soit durant leurs études ou même après celles-ci, ces étudiant-e-s apportent une plus-value à notre pays, en s’y installant et en y travaillant, ou même simplement en participant à l’économie française.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Enfin, le code de l’éducation défini que le service public de l’enseignement supérieur contribue “A la construction d&rsquo;une société inclusive. A cette fin, il veille à favoriser l&rsquo;inclusion des individus, sans distinction d&rsquo;origine, de milieu social et de condition de santé” (Article L123-2, 3°). Ce passage de cette “Stratégie d&rsquo;attractivité” est en parfaite contradiction avec ces buts. Comment conserver la politique de coopération internationale de l’Université de Strasbourg ? Comment garantir l’attractivité internationale de notre région et même de la future communauté européenne d’Alsace ? </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Nous arrivons donc ici face à une situation présentée comme étant d’”équité”, alors que des étudiant-e-s risquent d’être mis-es à l’écart, de par leur origine et leur catégorie sociale. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">L’AFGES s’oppose à ce qu’une quelconque différence de traitement ait lieu entre les étudiant-e-s ! L’Université se doit de rester un lieu d’émancipation, vecteur de mixité sociale. L’Université de Strasbourg plus que toute autre, fière d’être située au sein de la capitale européenne, fière de ses 20% d’étudiant-e-s internationa-les-ux, se doit de s’opposer à ce projet qui risquerait de drastiquement réduire la diversité en son sein.</span></p>
<hr />
<p><span style="font-weight: 400;">On Monday the 19th of November, the government presented their new « Stratégie d&rsquo;attractivité pour les étudiants internationaux » (« Strategy for attracting international students ») . It consists of a range of measures range of strategic measures under the banner of « Bienvenue en France » (« Welcome to France ») . </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Even if certain measures are sensible, one of them is fundamentally in contradiction with the values of inclusiveness in higher education: <strong>the excessive increase in admission fees for non-european students.</strong></span></p>
<p><span style="font-weight: 400;"> With this decision, a non-european student would have to pay 2770 euros for a year of undergraduate study and 3770 euros for a year of masters’ studies. This represents 15 times the current costs. The State claims to be covering this huge reduction in financial means by creating 14000 new grants for international students on top of the 7000 already available . This number of grants does not seem sufficient at all, bearing in mind that for Strasbourg University alone for 2017-18, there were 10129 international students of whom 69% (approximately 7000) were from outside the European Union.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;"> The high annual admission fees of our european neighbours should not be considered as a model; quite the opposite, France’s socially fair and inclusive model should be the benchmark for our european partners. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Moreover, having international students in our higher education system should be considered as a source of richness and not a cost. Whether it be during their studies or even afterwards, international students bring value to our country by working here or even just taking part in the French economy. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Finally, the French Code of Education stipulates that the higher education public service contributes « to the creation of an inclusive society. As such it should promote the inclusiveness of all individuals whatever their origin, social background or state of health » (article L123-2,3) The validation of this « Stratégie d&rsquo;attractivité pour les étudiants internationaux” is in direct contradiction with these objectives. So, how can we maintain Strasbourg University’s policy of international cooperation ? How can we guarantee the international attractiveness of the region and the future Alsace european community? </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Here, we are now confronted with a question of « fairness and equality » as some students could be excluded because of their origin or social category. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">L’AFGES is fundamentally opposed to any discriminatory treatment between students. University should remain a place where personal emancipation and social mixing can thrive. Strasbourg University, given its unique position, proudly situated in the European capital and proud to be home to 20% of their international students, perhaps more than any other university, must stand against this project which would only lead to a drastic reduction in its diversity.</span></p>

                        )

                    [wfw] => Array
                        (
                            [commentrss#] => 1
                            [commentrss] => http://afges.org/communique-augmentation-de-frais-dinscription-pour-les-etudiant-e-s-extra-europeen-ne-s-bienvenue-en-france/feed/
                        )

                    [slash] => Array
                        (
                            [comments#] => 1
                            [comments] => 0
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => Ce lundi 19 novembre, le gouvernement dévoilait sa nouvelle “Stratégie d&#8217;attractivité pour les étudiants internationaux”. Celle-ci consiste en un ensemble de mesures stratégiques regroupées sous le nom de “Bienvenue en France”. Bien qu’un certain nombre de celles-ci soient cohérentes, l’une d’entre elles est fondamentalement opposée aux valeurs inclusives de l’enseignement supérieur : l’augmentation abusive des [&#8230;]
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p><span style="font-weight: 400;">Ce lundi 19 novembre, le gouvernement dévoilait sa nouvelle “Stratégie d&rsquo;attractivité pour les étudiants internationaux”. Celle-ci consiste en un ensemble de mesures stratégiques regroupées sous le nom de “Bienvenue en France”. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Bien qu’un certain nombre de celles-ci soient cohérentes, l’une d’entre elles est fondamentalement opposée aux valeurs inclusives de l’enseignement supérieur : </span><b>l’augmentation abusive des frais d’inscription pour les étudiant-e-s extra-européen-ne-s</b><span style="font-weight: 400;">.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Ainsi un-e étudiant-e concerné-e devra désormais payer 2770 euros pour une année en licence et 3770 euros pour une année en master. Ces chiffres multiplient par 15 les frais d’inscriptions actuels. L’Etat prétend couvrir cette perte massive de pouvoir d’achat par un total de 14000 nouvelles bourses destinées aux étudiant-e-s internationa-les-ux, en plus des 7000 déjà disponibles. Ce chiffre ne semble en aucun cas être adapté, rien qu’au regard de l’Université de Strasbourg, qui accueillait 10129 étudiant-e-s internationa-les-ux lors de l’année 2017-2018, dont plus de 69% (environ 7000) n’étaient pas issu-e-s de l’Union Européenne. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Les frais d’inscriptions élevés de nos voisins européens ne constituent pas un exemple, bien au contraire, c’est la France, et sa force d’inclusivité, sa force sociale et juste, qui doit être une exemple pour nos voisins européens.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">De plus, la présence d’étudiant-e-s internationa-les-ux dans nos établissements d’enseignement supérieur ne doit pas être considérée comme un coût, mais bien comme une richesse. En effet, que ce soit durant leurs études ou même après celles-ci, ces étudiant-e-s apportent une plus-value à notre pays, en s’y installant et en y travaillant, ou même simplement en participant à l’économie française.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Enfin, le code de l’éducation défini que le service public de l’enseignement supérieur contribue “A la construction d&rsquo;une société inclusive. A cette fin, il veille à favoriser l&rsquo;inclusion des individus, sans distinction d&rsquo;origine, de milieu social et de condition de santé” (Article L123-2, 3°). Ce passage de cette “Stratégie d&rsquo;attractivité” est en parfaite contradiction avec ces buts. Comment conserver la politique de coopération internationale de l’Université de Strasbourg ? Comment garantir l’attractivité internationale de notre région et même de la future communauté européenne d’Alsace ? </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Nous arrivons donc ici face à une situation présentée comme étant d’”équité”, alors que des étudiant-e-s risquent d’être mis-es à l’écart, de par leur origine et leur catégorie sociale. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">L’AFGES s’oppose à ce qu’une quelconque différence de traitement ait lieu entre les étudiant-e-s ! L’Université se doit de rester un lieu d’émancipation, vecteur de mixité sociale. L’Université de Strasbourg plus que toute autre, fière d’être située au sein de la capitale européenne, fière de ses 20% d’étudiant-e-s internationa-les-ux, se doit de s’opposer à ce projet qui risquerait de drastiquement réduire la diversité en son sein.</span></p>
<hr />
<p><span style="font-weight: 400;">On Monday the 19th of November, the government presented their new « Stratégie d&rsquo;attractivité pour les étudiants internationaux » (« Strategy for attracting international students ») . It consists of a range of measures range of strategic measures under the banner of « Bienvenue en France » (« Welcome to France ») . </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Even if certain measures are sensible, one of them is fundamentally in contradiction with the values of inclusiveness in higher education: <strong>the excessive increase in admission fees for non-european students.</strong></span></p>
<p><span style="font-weight: 400;"> With this decision, a non-european student would have to pay 2770 euros for a year of undergraduate study and 3770 euros for a year of masters’ studies. This represents 15 times the current costs. The State claims to be covering this huge reduction in financial means by creating 14000 new grants for international students on top of the 7000 already available . This number of grants does not seem sufficient at all, bearing in mind that for Strasbourg University alone for 2017-18, there were 10129 international students of whom 69% (approximately 7000) were from outside the European Union.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;"> The high annual admission fees of our european neighbours should not be considered as a model; quite the opposite, France’s socially fair and inclusive model should be the benchmark for our european partners. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Moreover, having international students in our higher education system should be considered as a source of richness and not a cost. Whether it be during their studies or even afterwards, international students bring value to our country by working here or even just taking part in the French economy. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Finally, the French Code of Education stipulates that the higher education public service contributes « to the creation of an inclusive society. As such it should promote the inclusiveness of all individuals whatever their origin, social background or state of health » (article L123-2,3) The validation of this « Stratégie d&rsquo;attractivité pour les étudiants internationaux” is in direct contradiction with these objectives. So, how can we maintain Strasbourg University’s policy of international cooperation ? How can we guarantee the international attractiveness of the region and the future Alsace european community? </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Here, we are now confronted with a question of « fairness and equality » as some students could be excluded because of their origin or social category. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">L’AFGES is fundamentally opposed to any discriminatory treatment between students. University should remain a place where personal emancipation and social mixing can thrive. Strasbourg University, given its unique position, proudly situated in the European capital and proud to be home to 20% of their international students, perhaps more than any other university, must stand against this project which would only lead to a drastic reduction in its diversity.</span></p>

                    [category@term] => Enseignement supérieur
                    [category#2@term] => Fédération
                    [category#3@term] => Innovation sociale
                    [category#4@term] => Questions sociales
                    [category#5@term] => Représentation étudiante
                    [category#6@term] => Communiqué de presse
                    [category#7@term] => International
                    [date_timestamp] => 1543232730
                )

            [1] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => [COMMUNIQUÉ] Renouvellement du bureau de l’AFGES : Rassembler, échanger et innover pour l’emancipation,  la réussite et la défense des étudiant-e-s
                    [link#] => 1
                    [link] => http://afges.org/communique-renouvellement-du-bureau-de-lafges-rassembler-echanger-et-innover-pour-lemancipation-la-reussite-et-la-defense-des-etudiant-e-s/
                    [comments#] => 1
                    [comments] => http://afges.org/communique-renouvellement-du-bureau-de-lafges-rassembler-echanger-et-innover-pour-lemancipation-la-reussite-et-la-defense-des-etudiant-e-s/#respond
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Mon, 15 Oct 2018 15:51:20 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Lucas Pierre
                            [subject#] => 5
                            [subject] => Fédération
                            [subject#2] => Historique
                            [subject#3] => bureau
                            [subject#4] => CDP
                            [subject#5] => élection
                        )

                    [category#] => 5
                    [category] => Fédération
                    [category#2] => Historique
                    [category#3] => bureau
                    [category#4] => CDP
                    [category#5] => élection
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => http://afges.org/?p=2897
                    [description#] => 1
                    [description] => Lors de l&#8217;assemblée générale ordinaire du samedi 6 Octobre 2018, les administrateur-trice-s de l’AFGES &#8211; les étudiant-e-s d’Alsace ont élu-e-s à la majorité la nouvelle mandature 2018-2019. À la tête de la doyenne des fédérations étudiantes françaises, a été élu Jean-Valentin FOURY, étudiant à l’UFR de Physique &#38; Ingénierie. Celui-ci sera épaulé lors de son [&#8230;]
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p>Lors de l&rsquo;assemblée générale ordinaire du samedi 6 Octobre 2018, les administrateur-trice-s de l’AFGES &#8211; les étudiant-e-s d’Alsace ont élu-e-s à la majorité la nouvelle mandature 2018-2019.</p>
<p>À la tête de la doyenne des fédérations étudiantes françaises, a été élu Jean-Valentin FOURY, étudiant à l’UFR de Physique &amp; Ingénierie. Celui-ci sera épaulé lors de son mandat par Jules WERLE, étudiant en administration économique et sociale en tant que 1er Vice-Président de l’organisation.</p>
<p>Les objectifs de ce nouveaux mandat seront d’intensifier la lutte contre la précarité étudiante par le biais des AGORAé en renforçant leur visibilité. Aujourd’hui nos épiceries sociales et solidaires permettent à plus de 200 étudiant-e-s d’accéder à des produits d’alimentation courants à 10% des prix du marché, mais leur donnent également l’opportunité de créer du lien social grâce aux différentes activitées proposées. Nous souhaitons élargir le champ d’action de nos épiceries en diversifiant leur offre : Les besoins des étudiant-e-s ne se limitent pas à l’alimentaire, nous souhaitons également proposer des produits textiles et d’hygiènes.</p>
<p>L’action de l’AFGES ne s’arrête pas à la lutte contre la précarité, elle touche également à la réussite étudiante. L’ouverture cette année d’une salle d’étude ouverte le dimanche pour désengorger la seule bibliothèque ouverte sur ce créneau (BNU) sera couplée avec notre volonté d’être le principal acteur étudiant pour l’insertion professionnelle. D’une part avec le développement des cellules spécifiques aux seins des facultés et d’autre part l’organisation d’états généraux de l’insertion professionnelle afin de recueillir les attentes des étudiant-e-s sur ce sujet essentiel.</p>
<p>Afin de rester proactif-ve-s dans le contexte réformiste du gouvernement actuel, nous poursuivrons notre engagement de défendre l’intérêt des étudiant-e-s pour garantir les meilleures conditions d’études à l’université de Strasbourg. Alexandre MENY, chargé des affaires académiques pour l’AFGES aura pour missions de suivre le contenu de ces réformes et d’en informer les étudiant-e-s. Enfin, nous devons rester vigilant sur la bonne application des réformes de l’année passée dans le but de replacer les intérêts des étudiant-e-s au centre de ces changements.</p>

                        )

                    [wfw] => Array
                        (
                            [commentrss#] => 1
                            [commentrss] => http://afges.org/communique-renouvellement-du-bureau-de-lafges-rassembler-echanger-et-innover-pour-lemancipation-la-reussite-et-la-defense-des-etudiant-e-s/feed/
                        )

                    [slash] => Array
                        (
                            [comments#] => 1
                            [comments] => 0
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => Lors de l&#8217;assemblée générale ordinaire du samedi 6 Octobre 2018, les administrateur-trice-s de l’AFGES &#8211; les étudiant-e-s d’Alsace ont élu-e-s à la majorité la nouvelle mandature 2018-2019. À la tête de la doyenne des fédérations étudiantes françaises, a été élu Jean-Valentin FOURY, étudiant à l’UFR de Physique &#38; Ingénierie. Celui-ci sera épaulé lors de son [&#8230;]
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p>Lors de l&rsquo;assemblée générale ordinaire du samedi 6 Octobre 2018, les administrateur-trice-s de l’AFGES &#8211; les étudiant-e-s d’Alsace ont élu-e-s à la majorité la nouvelle mandature 2018-2019.</p>
<p>À la tête de la doyenne des fédérations étudiantes françaises, a été élu Jean-Valentin FOURY, étudiant à l’UFR de Physique &amp; Ingénierie. Celui-ci sera épaulé lors de son mandat par Jules WERLE, étudiant en administration économique et sociale en tant que 1er Vice-Président de l’organisation.</p>
<p>Les objectifs de ce nouveaux mandat seront d’intensifier la lutte contre la précarité étudiante par le biais des AGORAé en renforçant leur visibilité. Aujourd’hui nos épiceries sociales et solidaires permettent à plus de 200 étudiant-e-s d’accéder à des produits d’alimentation courants à 10% des prix du marché, mais leur donnent également l’opportunité de créer du lien social grâce aux différentes activitées proposées. Nous souhaitons élargir le champ d’action de nos épiceries en diversifiant leur offre : Les besoins des étudiant-e-s ne se limitent pas à l’alimentaire, nous souhaitons également proposer des produits textiles et d’hygiènes.</p>
<p>L’action de l’AFGES ne s’arrête pas à la lutte contre la précarité, elle touche également à la réussite étudiante. L’ouverture cette année d’une salle d’étude ouverte le dimanche pour désengorger la seule bibliothèque ouverte sur ce créneau (BNU) sera couplée avec notre volonté d’être le principal acteur étudiant pour l’insertion professionnelle. D’une part avec le développement des cellules spécifiques aux seins des facultés et d’autre part l’organisation d’états généraux de l’insertion professionnelle afin de recueillir les attentes des étudiant-e-s sur ce sujet essentiel.</p>
<p>Afin de rester proactif-ve-s dans le contexte réformiste du gouvernement actuel, nous poursuivrons notre engagement de défendre l’intérêt des étudiant-e-s pour garantir les meilleures conditions d’études à l’université de Strasbourg. Alexandre MENY, chargé des affaires académiques pour l’AFGES aura pour missions de suivre le contenu de ces réformes et d’en informer les étudiant-e-s. Enfin, nous devons rester vigilant sur la bonne application des réformes de l’année passée dans le but de replacer les intérêts des étudiant-e-s au centre de ces changements.</p>

                    [category@term] => Fédération
                    [category#2@term] => Historique
                    [category#3@term] => bureau
                    [category#4@term] => CDP
                    [category#5@term] => élection
                    [date_timestamp] => 1539618680
                )

            [2] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => [COMMUNIQUÉ] L’AFGES alerte les députés : l’Université doit rester un lieu de liberté et d’expression !
                    [link#] => 1
                    [link] => http://afges.org/communique-lafges-alerte-les-deputes-luniversite-doit-rester-un-lieu-de-liberte-et-dexpression/
                    [comments#] => 1
                    [comments] => http://afges.org/communique-lafges-alerte-les-deputes-luniversite-doit-rester-un-lieu-de-liberte-et-dexpression/#respond
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Wed, 27 Jun 2018 06:46:16 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Lucas Pierre
                            [subject#] => 9
                            [subject] => Fédération
                            [subject#2] => Historique
                            [subject#3] => Représentation étudiante
                            [subject#4] => Code pénal
                            [subject#5] => Communiqué de presse
                            [subject#6] => Député
                            [subject#7] => Hetzel
                            [subject#8] => Loi
                            [subject#9] => Université
                        )

                    [category#] => 9
                    [category] => Fédération
                    [category#2] => Historique
                    [category#3] => Représentation étudiante
                    [category#4] => Code pénal
                    [category#5] => Communiqué de presse
                    [category#6] => Député
                    [category#7] => Hetzel
                    [category#8] => Loi
                    [category#9] => Université
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => http://afges.org/?p=2879
                    [description#] => 1
                    [description] => Alors que la situation au sein des Universités s’était apaisée, l’intervention d’un député vient relancer des tensions inutiles dans nos établissements. En effet, le 13 juin dernier, le député alsacien Patrick Hetzel a déposé une proposition de loi visant à supprimer le mot “Scolaire” de l’article 431-22 du code pénal. Cette proposition n’est pas anodine, [&#8230;]
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p><span style="font-weight: 400;">Alors que la situation au sein des Universités s’était apaisée, l’intervention d’un député vient relancer des tensions inutiles dans nos établissements. En effet, le 13 juin dernier, le député alsacien Patrick Hetzel a déposé une proposition de loi visant à supprimer le mot “Scolaire” de l’article 431-22 du code pénal.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Cette proposition n’est pas anodine, car elle vise à retirer l’obligation de consulter le Président de l&rsquo;Université et laisse par conséquent libre court aux interventions policières sur nos Campus. Cette obligation empêche actuellement toute intervention policière sans l’accord du président de l’Université.</span></p>
<p><b>L’AFGES s&rsquo;est toujours positionnée contre les violences pouvant être perpétrées sur les campus universitaires. Elle ne peut pas accepter une telle proposition et s’y oppose fermement. </b><span style="font-weight: 400;">Cette modification constituerait une remise en cause non seulement des décisions de la Cour de Cassation, mais aussi et surtout du principe d’autonomie des universités. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">L’Université doit rester un lieu de liberté, d’expression et d’émancipation intellectuelle de la jeunesse. De ce fait, il est inconcevable que les Universités soient des lieux où les autorités policières pourraient intervenir à n’importe quel moment, outrepassant ainsi la souveraineté du Président de l’Université.</span></p>
<p><b>L’AFGES, représentante des étudiant-e-s d’Alsace, demande expressément aux députés et plus particulièrement aux députés Alsaciens, de rejeter dans l’ensemble des instances parlementaires cette proposition de loi, mettant à mal les valeurs portées dans nos universités et le principe fondamental de liberté d&rsquo;expression dans notre république.</b></p>

                        )

                    [wfw] => Array
                        (
                            [commentrss#] => 1
                            [commentrss] => http://afges.org/communique-lafges-alerte-les-deputes-luniversite-doit-rester-un-lieu-de-liberte-et-dexpression/feed/
                        )

                    [slash] => Array
                        (
                            [comments#] => 1
                            [comments] => 0
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => Alors que la situation au sein des Universités s’était apaisée, l’intervention d’un député vient relancer des tensions inutiles dans nos établissements. En effet, le 13 juin dernier, le député alsacien Patrick Hetzel a déposé une proposition de loi visant à supprimer le mot “Scolaire” de l’article 431-22 du code pénal. Cette proposition n’est pas anodine, [&#8230;]
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p><span style="font-weight: 400;">Alors que la situation au sein des Universités s’était apaisée, l’intervention d’un député vient relancer des tensions inutiles dans nos établissements. En effet, le 13 juin dernier, le député alsacien Patrick Hetzel a déposé une proposition de loi visant à supprimer le mot “Scolaire” de l’article 431-22 du code pénal.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Cette proposition n’est pas anodine, car elle vise à retirer l’obligation de consulter le Président de l&rsquo;Université et laisse par conséquent libre court aux interventions policières sur nos Campus. Cette obligation empêche actuellement toute intervention policière sans l’accord du président de l’Université.</span></p>
<p><b>L’AFGES s&rsquo;est toujours positionnée contre les violences pouvant être perpétrées sur les campus universitaires. Elle ne peut pas accepter une telle proposition et s’y oppose fermement. </b><span style="font-weight: 400;">Cette modification constituerait une remise en cause non seulement des décisions de la Cour de Cassation, mais aussi et surtout du principe d’autonomie des universités. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">L’Université doit rester un lieu de liberté, d’expression et d’émancipation intellectuelle de la jeunesse. De ce fait, il est inconcevable que les Universités soient des lieux où les autorités policières pourraient intervenir à n’importe quel moment, outrepassant ainsi la souveraineté du Président de l’Université.</span></p>
<p><b>L’AFGES, représentante des étudiant-e-s d’Alsace, demande expressément aux députés et plus particulièrement aux députés Alsaciens, de rejeter dans l’ensemble des instances parlementaires cette proposition de loi, mettant à mal les valeurs portées dans nos universités et le principe fondamental de liberté d&rsquo;expression dans notre république.</b></p>

                    [category@term] => Fédération
                    [category#2@term] => Historique
                    [category#3@term] => Représentation étudiante
                    [category#4@term] => Code pénal
                    [category#5@term] => Communiqué de presse
                    [category#6@term] => Député
                    [category#7@term] => Hetzel
                    [category#8@term] => Loi
                    [category#9@term] => Université
                    [date_timestamp] => 1530081976
                )

            [3] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => [COMMUNIQUÉ] HOTLINE : L’AFGES accompagne les étudiant-e-s et lycéen-ne-s dans leur vie universitaire!
                    [link#] => 1
                    [link] => http://afges.org/communique-hotline-lafges-accompagne-les-etudiant-e-s-et-lyceen-ne-s-dans-leur-vie-universitaire/
                    [comments#] => 1
                    [comments] => http://afges.org/communique-hotline-lafges-accompagne-les-etudiant-e-s-et-lyceen-ne-s-dans-leur-vie-universitaire/#respond
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Wed, 13 Jun 2018 08:37:06 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Lucas Pierre
                            [subject#] => 8
                            [subject] => Enseignement supérieur
                            [subject#2] => Fédération
                            [subject#3] => Innovation sociale
                            [subject#4] => Questions sociales
                            [subject#5] => Représentation étudiante
                            [subject#6] => défense
                            [subject#7] => hotline
                            [subject#8] => ParcourSup
                        )

                    [category#] => 8
                    [category] => Enseignement supérieur
                    [category#2] => Fédération
                    [category#3] => Innovation sociale
                    [category#4] => Questions sociales
                    [category#5] => Représentation étudiante
                    [category#6] => défense
                    [category#7] => hotline
                    [category#8] => ParcourSup
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => http://afges.org/?p=2868
                    [description#] => 1
                    [description] => Afin d’accompagner au mieux les étudiant-e-s et lycéen-ne-s dans la connaissance et la mise en application de leurs droits,  l’AFGES lance une nouvelle fois une campagne d’information sur sa hotline. La défense des droits est une thématique ancrée dans les missions et valeurs même de l’AFGES, que ce soit par l’intermédiaire des élu-e-s étudiant-e-s ou [&#8230;]
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p><span style="font-weight: 400;">Afin d’accompagner au mieux les étudiant-e-s et lycéen-ne-s dans la connaissance et la mise en application de leurs droits,  l’AFGES lance une nouvelle fois une campagne d’information sur sa hotline. La défense des droits est une thématique ancrée dans les missions et valeurs même de l’AFGES, que ce soit par l’intermédiaire des élu-e-s étudiant-e-s ou par les actions de la fédération. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">C’est pourquoi, depuis de nombreuses années l’AFGES accompagne, informe, et sensibilise les étudiant-e-s sur leurs droits, et leur propose un suivi individuel et personnalisé de leurs éventuelles difficultés. Actuellement, l’AFGES met à leur disposition une hotline </span><b>(</b><a href="mailto:hotline@afges.org"><b>hotline@afges.org</b></a><b>)</b><span style="font-weight: 400;"> afin de répondre aux différentes problématiques auxquelles les étudiant-e-s peuvent être confronté-e-s  durant leur vie Universitaire.</span></p>
<p><b>La hotline, est donc destinée à </b><b>tous les étudiant-e-s rencontrant des difficultés,</b><b> qu’elles soient académiques (examens, inscriptions, régimes spéciaux, Parcoursup, etc.), sociaux (bourses, logement, sécurité sociale etc.) ou juridiques.  </b></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Au vu des changements que connaît actuellement l’Enseignement Supérieur, et afin d’accompagner au mieux les futur-e-s ou actuel-le-s étudiant-e-s de l’Université de Strasbourg, la hotline de l’AFGES traitera également les cas liés à la réforme (Parcoursup, réorientation, inscription à l’Université &#8230; )</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">L’AFGES ayant participé à la mise en place de la réforme au niveau national mais aussi à l’échelle de l’Université de Strasbourg, ses élu-e-s et les membres de son bureau, sont au coeur de l’actualité et à même de traiter efficacement les différents cas se présentant à eux. Le but de cet outil ne s’arrête pas à la simple assistance des étudiant-e-s ou lycéen-ne-s mais nécessite, par moment, un véritable suivi afin de garantir une résolution des litiges et une issue favorable pour la personne nous ayant sollicité.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Il convient de préciser que depuis le début de l’année Universitaire, la </span><a href="mailto:hotline@afges.org"><b>hotline@afges.org</b></a><span style="font-weight: 400;"> a recueilli plus d’un soixantaine  de cas de défense. </span><b>Avec la mise en place de nouvelles réformes, que ce soit au niveau de la licence ou du master, l’AFGES sont donc mobilisé-e-s pour répondre à toutes les interrogations et accompagner les lycéen-ne-s et étudiant-e-s dans les démarches liées à toute thématique qui leur poserait des difficultés (Parcoursup, sélection en master, etc).</b></p>
<p><i><span style="font-weight: 400;">Que vous soyez étudiant-e-s ou lycéen-ne-s, que vous ayez un problème avec vos examens, vos admissions ou avec parcoursup, l’AFGES répondra à vos différentes questions !</span></i></p>

                        )

                    [wfw] => Array
                        (
                            [commentrss#] => 1
                            [commentrss] => http://afges.org/communique-hotline-lafges-accompagne-les-etudiant-e-s-et-lyceen-ne-s-dans-leur-vie-universitaire/feed/
                        )

                    [slash] => Array
                        (
                            [comments#] => 1
                            [comments] => 0
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => Afin d’accompagner au mieux les étudiant-e-s et lycéen-ne-s dans la connaissance et la mise en application de leurs droits,  l’AFGES lance une nouvelle fois une campagne d’information sur sa hotline. La défense des droits est une thématique ancrée dans les missions et valeurs même de l’AFGES, que ce soit par l’intermédiaire des élu-e-s étudiant-e-s ou [&#8230;]
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p><span style="font-weight: 400;">Afin d’accompagner au mieux les étudiant-e-s et lycéen-ne-s dans la connaissance et la mise en application de leurs droits,  l’AFGES lance une nouvelle fois une campagne d’information sur sa hotline. La défense des droits est une thématique ancrée dans les missions et valeurs même de l’AFGES, que ce soit par l’intermédiaire des élu-e-s étudiant-e-s ou par les actions de la fédération. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">C’est pourquoi, depuis de nombreuses années l’AFGES accompagne, informe, et sensibilise les étudiant-e-s sur leurs droits, et leur propose un suivi individuel et personnalisé de leurs éventuelles difficultés. Actuellement, l’AFGES met à leur disposition une hotline </span><b>(</b><a href="mailto:hotline@afges.org"><b>hotline@afges.org</b></a><b>)</b><span style="font-weight: 400;"> afin de répondre aux différentes problématiques auxquelles les étudiant-e-s peuvent être confronté-e-s  durant leur vie Universitaire.</span></p>
<p><b>La hotline, est donc destinée à </b><b>tous les étudiant-e-s rencontrant des difficultés,</b><b> qu’elles soient académiques (examens, inscriptions, régimes spéciaux, Parcoursup, etc.), sociaux (bourses, logement, sécurité sociale etc.) ou juridiques.  </b></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Au vu des changements que connaît actuellement l’Enseignement Supérieur, et afin d’accompagner au mieux les futur-e-s ou actuel-le-s étudiant-e-s de l’Université de Strasbourg, la hotline de l’AFGES traitera également les cas liés à la réforme (Parcoursup, réorientation, inscription à l’Université &#8230; )</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">L’AFGES ayant participé à la mise en place de la réforme au niveau national mais aussi à l’échelle de l’Université de Strasbourg, ses élu-e-s et les membres de son bureau, sont au coeur de l’actualité et à même de traiter efficacement les différents cas se présentant à eux. Le but de cet outil ne s’arrête pas à la simple assistance des étudiant-e-s ou lycéen-ne-s mais nécessite, par moment, un véritable suivi afin de garantir une résolution des litiges et une issue favorable pour la personne nous ayant sollicité.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Il convient de préciser que depuis le début de l’année Universitaire, la </span><a href="mailto:hotline@afges.org"><b>hotline@afges.org</b></a><span style="font-weight: 400;"> a recueilli plus d’un soixantaine  de cas de défense. </span><b>Avec la mise en place de nouvelles réformes, que ce soit au niveau de la licence ou du master, l’AFGES sont donc mobilisé-e-s pour répondre à toutes les interrogations et accompagner les lycéen-ne-s et étudiant-e-s dans les démarches liées à toute thématique qui leur poserait des difficultés (Parcoursup, sélection en master, etc).</b></p>
<p><i><span style="font-weight: 400;">Que vous soyez étudiant-e-s ou lycéen-ne-s, que vous ayez un problème avec vos examens, vos admissions ou avec parcoursup, l’AFGES répondra à vos différentes questions !</span></i></p>

                    [category@term] => Enseignement supérieur
                    [category#2@term] => Fédération
                    [category#3@term] => Innovation sociale
                    [category#4@term] => Questions sociales
                    [category#5@term] => Représentation étudiante
                    [category#6@term] => défense
                    [category#7@term] => hotline
                    [category#8@term] => ParcourSup
                    [date_timestamp] => 1528879026
                )

            [4] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => [COMMUNIQUÉ] L’AFGES condamne : les agissements des bloqueurs n’ont plus leur place à l’Université !
                    [link#] => 1
                    [link] => http://afges.org/communique-lafges-condamne-les-agissements-des-bloqueurs-nont-plus-leur-place-a-luniversite/
                    [comments#] => 1
                    [comments] => http://afges.org/communique-lafges-condamne-les-agissements-des-bloqueurs-nont-plus-leur-place-a-luniversite/#respond
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Thu, 03 May 2018 08:29:20 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Lucas Pierre
                            [subject#] => 3
                            [subject] => Enseignement supérieur
                            [subject#2] => Fédération
                            [subject#3] => Représentation étudiante
                        )

                    [category#] => 3
                    [category] => Enseignement supérieur
                    [category#2] => Fédération
                    [category#3] => Représentation étudiante
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => http://afges.org/?p=2855
                    [description#] => 1
                    [description] => Ce matin, un groupe minoritaire d’une dizaine de personnes a encore une fois sévit sur le campus central. En effet, pas moins de 700 étudiant-e-s, qui devaient passer leur examen du CLES(certification de langue de l’enseignement supérieur), ont été lâchement empêché-e-s de pouvoir accéder à leur bâtiment d’examen. De plus, depuis le début de la [&#8230;]
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p><span style="font-weight: 400;">Ce matin, un groupe minoritaire d’une dizaine de personnes a encore une fois sévit sur le campus central. En effet, pas moins de 700 étudiant-e-s, qui devaient passer leur examen du CLES</span><i><span style="font-weight: 400;">(certification de langue de l’enseignement supérieur),</span></i><span style="font-weight: 400;"> ont été lâchement empêché-e-s de pouvoir accéder à leur bâtiment d’examen.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">De plus, depuis le début de la journée, un certain nombre d’étudiant-e-s n’ont pu accéder aux bâtiments universitaires ou sont même enfermé-e-s à l’intérieur. En effet des étudiant-e-s se trouvant en cours, ou simplement dans leur composante, ont été bloqué-e-s temporairement et ne pouvaient plus circuler librement. Il est inacceptable que les étudiant-e-s soient pris en otage pour quelques raisons que ce soient.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Ces oeuvres répétitives, saccageant le rôle de l’université et en désaccord total avec le souhait des étudiant-e-s (</span><i><span style="font-weight: 400;">cf le vote électronique</span></i><span style="font-weight: 400;">), ne sont plus tolérables sur les campus de Strasbourg. L’AFGES condamne fermement ces agissements fallacieux de la part d’un petit groupe, parfois non étudiant, qui agit en rêvant d’un second mai 68.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">La réforme n’est pas bonne en tout point, mais il est nécessaire de faire en sorte qu’elle soit appliquée au mieux à l’Université de Strasbourg. Ce travail de longue haleine a été pris en charge par les élu-e-s de l’AFGES depuis le mois d’octobre. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Ces révoltes n’ont pas lieu d’être, puisque le comité de suivi de la réforme mis en place à l’initiative de l’AFGES, et fait le travail nécessaire pour ne pas avoir la moindre sélection et le meilleur accompagnement des étudiant-e-s en difficulté à la rentrée 2018. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Aussi, si ces actions continuent, il est certain qu’elles ne représentent plus aucun mouvement étudiant, mais bien un agissement politique vers une convergence des luttes, sortant totalement du cadre du monde universitaire. Si c’est malheureusement le dernier objectif des bloqueurs, alors ils n’ont plus rien à faire sur un campus universitaire. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Et si l’AFGES répète encore une fois que le blocage est un moyen d’expression et que nous le respectons, il ne doit en aucun cas être un frein à celles et ceux qui veulent étudier.</span></p>

                        )

                    [wfw] => Array
                        (
                            [commentrss#] => 1
                            [commentrss] => http://afges.org/communique-lafges-condamne-les-agissements-des-bloqueurs-nont-plus-leur-place-a-luniversite/feed/
                        )

                    [slash] => Array
                        (
                            [comments#] => 1
                            [comments] => 0
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => Ce matin, un groupe minoritaire d’une dizaine de personnes a encore une fois sévit sur le campus central. En effet, pas moins de 700 étudiant-e-s, qui devaient passer leur examen du CLES(certification de langue de l’enseignement supérieur), ont été lâchement empêché-e-s de pouvoir accéder à leur bâtiment d’examen. De plus, depuis le début de la [&#8230;]
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p><span style="font-weight: 400;">Ce matin, un groupe minoritaire d’une dizaine de personnes a encore une fois sévit sur le campus central. En effet, pas moins de 700 étudiant-e-s, qui devaient passer leur examen du CLES</span><i><span style="font-weight: 400;">(certification de langue de l’enseignement supérieur),</span></i><span style="font-weight: 400;"> ont été lâchement empêché-e-s de pouvoir accéder à leur bâtiment d’examen.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">De plus, depuis le début de la journée, un certain nombre d’étudiant-e-s n’ont pu accéder aux bâtiments universitaires ou sont même enfermé-e-s à l’intérieur. En effet des étudiant-e-s se trouvant en cours, ou simplement dans leur composante, ont été bloqué-e-s temporairement et ne pouvaient plus circuler librement. Il est inacceptable que les étudiant-e-s soient pris en otage pour quelques raisons que ce soient.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Ces oeuvres répétitives, saccageant le rôle de l’université et en désaccord total avec le souhait des étudiant-e-s (</span><i><span style="font-weight: 400;">cf le vote électronique</span></i><span style="font-weight: 400;">), ne sont plus tolérables sur les campus de Strasbourg. L’AFGES condamne fermement ces agissements fallacieux de la part d’un petit groupe, parfois non étudiant, qui agit en rêvant d’un second mai 68.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">La réforme n’est pas bonne en tout point, mais il est nécessaire de faire en sorte qu’elle soit appliquée au mieux à l’Université de Strasbourg. Ce travail de longue haleine a été pris en charge par les élu-e-s de l’AFGES depuis le mois d’octobre. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Ces révoltes n’ont pas lieu d’être, puisque le comité de suivi de la réforme mis en place à l’initiative de l’AFGES, et fait le travail nécessaire pour ne pas avoir la moindre sélection et le meilleur accompagnement des étudiant-e-s en difficulté à la rentrée 2018. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Aussi, si ces actions continuent, il est certain qu’elles ne représentent plus aucun mouvement étudiant, mais bien un agissement politique vers une convergence des luttes, sortant totalement du cadre du monde universitaire. Si c’est malheureusement le dernier objectif des bloqueurs, alors ils n’ont plus rien à faire sur un campus universitaire. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Et si l’AFGES répète encore une fois que le blocage est un moyen d’expression et que nous le respectons, il ne doit en aucun cas être un frein à celles et ceux qui veulent étudier.</span></p>

                    [category@term] => Enseignement supérieur
                    [category#2@term] => Fédération
                    [category#3@term] => Représentation étudiante
                    [date_timestamp] => 1525336160
                )

            [5] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => [COMMUNIQUÉ] La volonté des étudiant-e-s doit être respectée!
                    [link#] => 1
                    [link] => http://afges.org/communique-la-volonte-des-etudiant-e-s-doit-etre-respectee/
                    [comments#] => 1
                    [comments] => http://afges.org/communique-la-volonte-des-etudiant-e-s-doit-etre-respectee/#respond
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Sat, 21 Apr 2018 09:39:22 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Lucas Pierre
                            [subject#] => 5
                            [subject] => Représentation étudiante
                            [subject#2] => blocage
                            [subject#3] => déblocage
                            [subject#4] => démocratie
                            [subject#5] => violence
                        )

                    [category#] => 5
                    [category] => Représentation étudiante
                    [category#2] => blocage
                    [category#3] => déblocage
                    [category#4] => démocratie
                    [category#5] => violence
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => http://afges.org/?p=2847
                    [description#] => 1
                    [description] => Suite à la demande faite par le bureau et les élu-e-s de l’AFGES concernant la mise en place d’une consultation sur la question des blocages, L’Université de Strasbourg a mis en place ce vote électronique du 16 avril au 18 avril. Les étudiant-e-s de l’Université de Strasbourg se sont exprimé-e-s massivement, soit 16 272 votant-e-s [&#8230;]
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p><span style="font-weight: 400;">Suite à la demande faite par le bureau et les élu-e-s de l’AFGES concernant la </span><span style="font-weight: 400;">mise en place d’une consultation sur la question des blocages, L’Université de Strasbourg a mis en place ce vote électronique du 16 avril au 18 avril. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Les étudiant-e-s de l’Université de Strasbourg se sont exprimé-e-s massivement, soit 16 272 votant-e-s ! </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">71,88% d’entre eux-elles refusent le blocage ! </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">L’AFGES réaffirme sa position d’opposition aux différents blocages ! L’Université de Strasbourg doit rester un lieu de liberté et d&rsquo;émancipation intellectuelle de la jeunesse. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Suite à la mobilisation du 19 avril, un bâtiment de l’Université a une nouvelle fois été occupé. Il est inacceptable que des bâtiments, avec des étudiant-e-s à l&rsquo;intérieur, se retrouvent occupés de cette manière, en dépit de la majorité s’étant prononcée contre ce type de pratique.</span></p>
<p><b>L’AFGES condamne ces agissements et rappelle son attachement aux principes de démocratie et de liberté d’expression. Ainsi, au vu des résultats du vote électronique, l’AFGES demande à ce que l’ensemble des blocages ne soient pas reconduits.</b></p>
<p><span style="font-weight: 400;">En parallèle, des déblocages sauvages se multiplient au sein du Campus. </span><b>L’AFGES rappelle que ces déblocages risquent d’engendrer une escalade de violence et des réponses de plus en plus virulentes de la part des opposant-e-s. </b></p>
<p><span style="font-weight: 400;">La majorité s’est exprimée, le calme doit revenir au sein du campus, afin que tou-te-s les étudiant-e-s puissent étudier librement et dans de bonnes conditions. </span></p>

                        )

                    [wfw] => Array
                        (
                            [commentrss#] => 1
                            [commentrss] => http://afges.org/communique-la-volonte-des-etudiant-e-s-doit-etre-respectee/feed/
                        )

                    [slash] => Array
                        (
                            [comments#] => 1
                            [comments] => 0
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => Suite à la demande faite par le bureau et les élu-e-s de l’AFGES concernant la mise en place d’une consultation sur la question des blocages, L’Université de Strasbourg a mis en place ce vote électronique du 16 avril au 18 avril. Les étudiant-e-s de l’Université de Strasbourg se sont exprimé-e-s massivement, soit 16 272 votant-e-s [&#8230;]
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p><span style="font-weight: 400;">Suite à la demande faite par le bureau et les élu-e-s de l’AFGES concernant la </span><span style="font-weight: 400;">mise en place d’une consultation sur la question des blocages, L’Université de Strasbourg a mis en place ce vote électronique du 16 avril au 18 avril. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Les étudiant-e-s de l’Université de Strasbourg se sont exprimé-e-s massivement, soit 16 272 votant-e-s ! </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">71,88% d’entre eux-elles refusent le blocage ! </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">L’AFGES réaffirme sa position d’opposition aux différents blocages ! L’Université de Strasbourg doit rester un lieu de liberté et d&rsquo;émancipation intellectuelle de la jeunesse. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Suite à la mobilisation du 19 avril, un bâtiment de l’Université a une nouvelle fois été occupé. Il est inacceptable que des bâtiments, avec des étudiant-e-s à l&rsquo;intérieur, se retrouvent occupés de cette manière, en dépit de la majorité s’étant prononcée contre ce type de pratique.</span></p>
<p><b>L’AFGES condamne ces agissements et rappelle son attachement aux principes de démocratie et de liberté d’expression. Ainsi, au vu des résultats du vote électronique, l’AFGES demande à ce que l’ensemble des blocages ne soient pas reconduits.</b></p>
<p><span style="font-weight: 400;">En parallèle, des déblocages sauvages se multiplient au sein du Campus. </span><b>L’AFGES rappelle que ces déblocages risquent d’engendrer une escalade de violence et des réponses de plus en plus virulentes de la part des opposant-e-s. </b></p>
<p><span style="font-weight: 400;">La majorité s’est exprimée, le calme doit revenir au sein du campus, afin que tou-te-s les étudiant-e-s puissent étudier librement et dans de bonnes conditions. </span></p>

                    [category@term] => Représentation étudiante
                    [category#2@term] => blocage
                    [category#3@term] => déblocage
                    [category#4@term] => démocratie
                    [category#5@term] => violence
                    [date_timestamp] => 1524303562
                )

            [6] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => [COMMUNIQUÉ] Les étudiant-e-s de l’université de Strasbourg entendu-e-s !
                    [link#] => 1
                    [link] => http://afges.org/communique-les-etudiant-e-s-de-luniversite-de-strasbourg-entendu-e-s/
                    [comments#] => 1
                    [comments] => http://afges.org/communique-les-etudiant-e-s-de-luniversite-de-strasbourg-entendu-e-s/#respond
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Mon, 16 Apr 2018 18:30:45 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Lucas Pierre
                            [subject#] => 2
                            [subject] => Représentation étudiante
                            [subject#2] => Communiqué de presse
                        )

                    [category#] => 2
                    [category] => Représentation étudiante
                    [category#2] => Communiqué de presse
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => http://afges.org/?p=2838
                    [description#] => 1
                    [description] => L’Assemblée Générale étudiante de ce matin a décidé le blocage de tous les bâtiments de l’Université et d’en occuper un, à partir du mardi 17 avril. Il est inacceptable que les étudiant-e-s devant se rendrent à leurs examens ou souhaitant s’investir dans leur cursus ne puissent le faire dans de bonnes conditions. En effet, les [&#8230;]
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p><span style="font-weight: 400;">L’Assemblée Générale étudiante de ce matin a décidé le blocage de tous les bâtiments de l’Université et d’en occuper un, à partir du mardi 17 avril. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Il est inacceptable que les étudiant-e-s devant se rendrent à leurs examens ou souhaitant s’investir dans leur cursus ne puissent le faire dans de bonnes conditions. En effet, les blocages ne doivent pas être un frein à la diffusion de savoir ou même à la poursuite des études.</span></p>
<p><b>C’est dans cette optique que les élu-e-s étudiant-e-s de </b><b>l’AFGES ont interpellé  officiellement, il y a une semaine, le Conseil d’administration de l’Université de Strasbourg, et particulièrement son Président, afin que soit mise en place le plus rapidement possible une consultation électronique sur la question des blocages</b><span style="font-weight: 400;">. C’est chose faite ! </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Les étudiant-e-s pourront répondre à la consultation de l’Université du 16 avril au </span><span style="font-weight: 400;">mercredi 18 avril à 8h. Cette consultation est anonyme et la conservation des données ne durera qu’une semaine. Les étudiant-e-s retrouveront le lien pour la consultation sur leur boite mail étudiante, mails qui arriveront au fur et à mesure au vu du nombre d’étudiant-e-s inscrit-e-s à l’Université.</span></p>
<p><b>Nous invitons tout-e-s les étudiant-e-s à s’exprimer durant cette consultation.</b> <b>En effet </b><b>la liberté d’expression et la démocratie sont des principes chers à l’AFGES et à l’Université. </b><span style="font-weight: 400;">Les décisions prises dans ces Assemblées Générales ne sont pas représentatives de l’avis de l’ensemble des étudiant-e-s de l’Université concernant les blocages. C’est de ce fait que le vote électronique</span> <span style="font-weight: 400;">permettra à chacun-e de pouvoir s’exprimer, notamment ceux et celles ne pouvant pas assister aux Assemblées Générales.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">L’AFGES et ses élu-e-s saluent la position tenue par l’Université de Strasbourg concernant le vote électronique et veilleront au bon déroulement des consultations.</span></p>
<p>&nbsp;</p>

                        )

                    [wfw] => Array
                        (
                            [commentrss#] => 1
                            [commentrss] => http://afges.org/communique-les-etudiant-e-s-de-luniversite-de-strasbourg-entendu-e-s/feed/
                        )

                    [slash] => Array
                        (
                            [comments#] => 1
                            [comments] => 0
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => L’Assemblée Générale étudiante de ce matin a décidé le blocage de tous les bâtiments de l’Université et d’en occuper un, à partir du mardi 17 avril. Il est inacceptable que les étudiant-e-s devant se rendrent à leurs examens ou souhaitant s’investir dans leur cursus ne puissent le faire dans de bonnes conditions. En effet, les [&#8230;]
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p><span style="font-weight: 400;">L’Assemblée Générale étudiante de ce matin a décidé le blocage de tous les bâtiments de l’Université et d’en occuper un, à partir du mardi 17 avril. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Il est inacceptable que les étudiant-e-s devant se rendrent à leurs examens ou souhaitant s’investir dans leur cursus ne puissent le faire dans de bonnes conditions. En effet, les blocages ne doivent pas être un frein à la diffusion de savoir ou même à la poursuite des études.</span></p>
<p><b>C’est dans cette optique que les élu-e-s étudiant-e-s de </b><b>l’AFGES ont interpellé  officiellement, il y a une semaine, le Conseil d’administration de l’Université de Strasbourg, et particulièrement son Président, afin que soit mise en place le plus rapidement possible une consultation électronique sur la question des blocages</b><span style="font-weight: 400;">. C’est chose faite ! </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Les étudiant-e-s pourront répondre à la consultation de l’Université du 16 avril au </span><span style="font-weight: 400;">mercredi 18 avril à 8h. Cette consultation est anonyme et la conservation des données ne durera qu’une semaine. Les étudiant-e-s retrouveront le lien pour la consultation sur leur boite mail étudiante, mails qui arriveront au fur et à mesure au vu du nombre d’étudiant-e-s inscrit-e-s à l’Université.</span></p>
<p><b>Nous invitons tout-e-s les étudiant-e-s à s’exprimer durant cette consultation.</b> <b>En effet </b><b>la liberté d’expression et la démocratie sont des principes chers à l’AFGES et à l’Université. </b><span style="font-weight: 400;">Les décisions prises dans ces Assemblées Générales ne sont pas représentatives de l’avis de l’ensemble des étudiant-e-s de l’Université concernant les blocages. C’est de ce fait que le vote électronique</span> <span style="font-weight: 400;">permettra à chacun-e de pouvoir s’exprimer, notamment ceux et celles ne pouvant pas assister aux Assemblées Générales.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">L’AFGES et ses élu-e-s saluent la position tenue par l’Université de Strasbourg concernant le vote électronique et veilleront au bon déroulement des consultations.</span></p>
<p>&nbsp;</p>

                    [category@term] => Représentation étudiante
                    [category#2@term] => Communiqué de presse
                    [date_timestamp] => 1523903445
                )

            [7] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => [COMMUNIQUÉ] Le déblocage à l’Université de Strasbourg a été voté par l’Assemblée Générale Étudiante du 11 avril 2018.
                    [link#] => 1
                    [link] => http://afges.org/communique-le-deblocage-a-luniversite-de-strasbourg-a-ete-vote-par-lassemblee-generale-etudiante-du-11-avril-2018/
                    [comments#] => 1
                    [comments] => http://afges.org/communique-le-deblocage-a-luniversite-de-strasbourg-a-ete-vote-par-lassemblee-generale-etudiante-du-11-avril-2018/#comments
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Thu, 12 Apr 2018 08:53:47 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Lucas Pierre
                            [subject#] => 5
                            [subject] => Représentation étudiante
                            [subject#2] => blocus
                            [subject#3] => Communiqué de presse
                            [subject#4] => Unistra
                            [subject#5] => Université
                        )

                    [category#] => 5
                    [category] => Représentation étudiante
                    [category#2] => blocus
                    [category#3] => Communiqué de presse
                    [category#4] => Unistra
                    [category#5] => Université
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => http://afges.org/?p=2833
                    [description#] => 1
                    [description] => Hier se tenait en fin de matinée une Assemblée Générale Étudiante devant le Patio, bloqué depuis quelques jours, au même titre que le Portique ou encore l’Escarpe, bâtiments de l’Université de Strasbourg. Après plus de 3h de prises de parole, l’Assemblée Générale Étudiante a voté sur le maintien ou non des blocus. 430 voix s’y [&#8230;]
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p><span style="font-weight: 400;">Hier se tenait en fin de matinée une Assemblée Générale Étudiante devant le Patio, bloqué depuis quelques jours, au même titre que le Portique ou encore l’Escarpe, bâtiments de l’Université de Strasbourg.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Après plus de 3h de prises de parole, l’Assemblée Générale Étudiante a voté sur le maintien ou non des blocus. 430 voix s’y sont exprimées défavorables, contre 420 pour leur maintien. C’est donc du fait de la volonté d’une majorité d’étudiant-e-s opposée aux blocages que ces derniers n’ont pas été reconduits. Les bâtiments ont donc été débloqués jusqu&rsquo;à la prochaine Assemblée Générale qui se tiendra dans la journée.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Nous réaffirmons que la liberté d’expression des étudiant-e-s est un principe essentiel au débat et au processus démocratique. Même si cette Assemblée Générale s’est déroulée dans un calme relatif et un respect mutuel, malgré les tensions croissantes, cette manifestation n’est pas assez représentative à l’échelle de l’Université.</span></p>
<p><b>L’AFGES interpelle donc l’Université de Strasbourg, et particulièrement son Président, afin que soit mis en place le plus rapidement possible une consultation électronique sur la question des blocages</b><span style="font-weight: 400;">. Ce vote électronique, à l’instar de ce qui a été fait à l’Université de Lorraine, permettra à chacun-e de pouvoir s’exprimer, notamment ceux et celles ne pouvant pas assister aux Assemblées Générales.</span><span style="font-weight: 400;"><br />
</span></p>

                        )

                    [wfw] => Array
                        (
                            [commentrss#] => 1
                            [commentrss] => http://afges.org/communique-le-deblocage-a-luniversite-de-strasbourg-a-ete-vote-par-lassemblee-generale-etudiante-du-11-avril-2018/feed/
                        )

                    [slash] => Array
                        (
                            [comments#] => 1
                            [comments] => 1
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => Hier se tenait en fin de matinée une Assemblée Générale Étudiante devant le Patio, bloqué depuis quelques jours, au même titre que le Portique ou encore l’Escarpe, bâtiments de l’Université de Strasbourg. Après plus de 3h de prises de parole, l’Assemblée Générale Étudiante a voté sur le maintien ou non des blocus. 430 voix s’y [&#8230;]
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p><span style="font-weight: 400;">Hier se tenait en fin de matinée une Assemblée Générale Étudiante devant le Patio, bloqué depuis quelques jours, au même titre que le Portique ou encore l’Escarpe, bâtiments de l’Université de Strasbourg.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Après plus de 3h de prises de parole, l’Assemblée Générale Étudiante a voté sur le maintien ou non des blocus. 430 voix s’y sont exprimées défavorables, contre 420 pour leur maintien. C’est donc du fait de la volonté d’une majorité d’étudiant-e-s opposée aux blocages que ces derniers n’ont pas été reconduits. Les bâtiments ont donc été débloqués jusqu&rsquo;à la prochaine Assemblée Générale qui se tiendra dans la journée.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Nous réaffirmons que la liberté d’expression des étudiant-e-s est un principe essentiel au débat et au processus démocratique. Même si cette Assemblée Générale s’est déroulée dans un calme relatif et un respect mutuel, malgré les tensions croissantes, cette manifestation n’est pas assez représentative à l’échelle de l’Université.</span></p>
<p><b>L’AFGES interpelle donc l’Université de Strasbourg, et particulièrement son Président, afin que soit mis en place le plus rapidement possible une consultation électronique sur la question des blocages</b><span style="font-weight: 400;">. Ce vote électronique, à l’instar de ce qui a été fait à l’Université de Lorraine, permettra à chacun-e de pouvoir s’exprimer, notamment ceux et celles ne pouvant pas assister aux Assemblées Générales.</span><span style="font-weight: 400;"><br />
</span></p>

                    [category@term] => Représentation étudiante
                    [category#2@term] => blocus
                    [category#3@term] => Communiqué de presse
                    [category#4@term] => Unistra
                    [category#5@term] => Université
                    [date_timestamp] => 1523523227
                )

            [8] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => [COMMUNIQUÉ] L’Université doit être un lieu de savoir, d’émancipation et de débat!
                    [link#] => 1
                    [link] => http://afges.org/communique-luniversite-doit-etre-un-lieu-de-savoir-demancipation-et-de-debat/
                    [comments#] => 1
                    [comments] => http://afges.org/communique-luniversite-doit-etre-un-lieu-de-savoir-demancipation-et-de-debat/#respond
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Tue, 10 Apr 2018 14:50:59 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Lucas Pierre
                            [subject#] => 3
                            [subject] => Enseignement supérieur
                            [subject#2] => Représentation étudiante
                            [subject#3] => CDP
                        )

                    [category#] => 3
                    [category] => Enseignement supérieur
                    [category#2] => Représentation étudiante
                    [category#3] => CDP
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => http://afges.org/?p=2827
                    [description#] => 1
                    [description] => Depuis plusieurs semaines, des tensions autour des réformes actuelles sont présentes au sein de certains campus de l’Université de Strasbourg. Ces tensions se sont récemment soldées par des blocus, organisés par quelques groupe d’étudiant-e-s, personnels enseignants et administratifs. Les Assemblées Générales sont des méthodes de mobilisation sur lesquelles il n’appartient pas à l’AFGES d’émettre un [&#8230;]
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p><span style="font-weight: 400;">Depuis</span> <span style="font-weight: 400;">plusieurs</span><span style="font-weight: 400;"> semaines, des tensions autour des réformes actuelles sont </span><span style="font-weight: 400;">présentes</span><span style="font-weight: 400;"> au sein de certains campus de l’Université de Strasbourg. Ces tensions se sont récemment soldées par des blocus, organisés par quelques groupe d’étudiant-e-s, </span><span style="font-weight: 400;">personnels</span><span style="font-weight: 400;"> enseignants et administratifs.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Les Assemblées Générales sont des méthodes de mobilisation sur lesquelles il n’appartient pas à l’AFGES d’émettre un jugement, du moment que celles-ci se font sans débordement.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">En effet la liberté d’expression des étudiant-e-s, principe cher à l’AFGES car essentiel au débat et au processus démocratique, doit être respectée de manière stricte. Cependant, le débat de fond implique le respect de chacun-e, et il est de ce fait inacceptable d&#8217;empiéter sur la liberté d’expression des autres étudiant-e-s, remettant ainsi en cause la représentativité même des décisions prises lors de ces Assemblées Générales. En effet, force est de constater que de trop nombreuses fois lors d’Assemblées Générales, les personnes manifestant  un désaccord avec les positions portées par la majorité, se sont vues couper la parole ou huer.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Il n’est par ailleurs en aucun cas acceptable que les étudiant-e-s devant se rendre en examens ou souhaitant s’investir dans leurs cursus ne puissent le faire dans de bonnes conditions. En effet, les blocus ne doivent pas être un frein à la diffusion de savoir ou même à la poursuite des études. A l’heure où la formation en apprentissage, en alternance, les stages ou la formation continue se font de plus en plus présent-e-s dans l’enseignement supérieur, nombreux-ses sont les étudiant-e-s qui risquent de perdre leur emploi ou leurs droits s’ils/elles ne peuvent accéder à leur lieu de formation, et ce pourquoi ils/elles ont dû parfois prendre congé. La mobilisation de certain-e-s étudiant-e-s ne doit pas se faire au détriment des autres.</span></p>
<p><b>L’AFGES s’oppose fermement aux blocus des bâtiments de l’Université de Strasbourg</b><span style="font-weight: 400;">, et condamne tout autant les actes de violences physiques ou verbales, de discriminations, de menaces et de dégradations qui ont pu ou pourraient avoir lieu, et ce peu importe de qui ils émanent.</span></p>
<p><b>Elle dénonce par ailleurs les raccourcis démagogues, les discours simplistes, et prendra toutes les mesures nécessaires pour lutter contre la désinformation croissante sur nos campus</b><span style="font-weight: 400;"> : Le débat doit avoir lieu à la lumière de tous les éléments du contexte complexe de cette actualité.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">L’AFGES rappelle également qu’une part importante de la réforme se joue à l’échelle locale. Ainsi, elle s’est mobilisée depuis des mois, par le biais de ses élu-e-s, pour veiller au bon déroulé de l’application de la réforme, veiller à ce que cette dernière ne pénalise nullement les étudiant-e-s tout en apportant une réelle amélioration de leurs conditions de vie et d’étude, et permette l’accès de toutes et tous à l’Université.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">L’AFGES appelle donc au calme au sein de l’Université de Strasbourg, au respect des personnes et des bâtiments dans leur ensemble. L’ensemble du réseau AFGES, de ses élu-e-s et de son bureau restent à votre disposition pour répondre à vos interrogations sur changetoncampus.org ou hotline@afges.org</span></p>

                        )

                    [wfw] => Array
                        (
                            [commentrss#] => 1
                            [commentrss] => http://afges.org/communique-luniversite-doit-etre-un-lieu-de-savoir-demancipation-et-de-debat/feed/
                        )

                    [slash] => Array
                        (
                            [comments#] => 1
                            [comments] => 0
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => Depuis plusieurs semaines, des tensions autour des réformes actuelles sont présentes au sein de certains campus de l’Université de Strasbourg. Ces tensions se sont récemment soldées par des blocus, organisés par quelques groupe d’étudiant-e-s, personnels enseignants et administratifs. Les Assemblées Générales sont des méthodes de mobilisation sur lesquelles il n’appartient pas à l’AFGES d’émettre un [&#8230;]
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p><span style="font-weight: 400;">Depuis</span> <span style="font-weight: 400;">plusieurs</span><span style="font-weight: 400;"> semaines, des tensions autour des réformes actuelles sont </span><span style="font-weight: 400;">présentes</span><span style="font-weight: 400;"> au sein de certains campus de l’Université de Strasbourg. Ces tensions se sont récemment soldées par des blocus, organisés par quelques groupe d’étudiant-e-s, </span><span style="font-weight: 400;">personnels</span><span style="font-weight: 400;"> enseignants et administratifs.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Les Assemblées Générales sont des méthodes de mobilisation sur lesquelles il n’appartient pas à l’AFGES d’émettre un jugement, du moment que celles-ci se font sans débordement.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">En effet la liberté d’expression des étudiant-e-s, principe cher à l’AFGES car essentiel au débat et au processus démocratique, doit être respectée de manière stricte. Cependant, le débat de fond implique le respect de chacun-e, et il est de ce fait inacceptable d&#8217;empiéter sur la liberté d’expression des autres étudiant-e-s, remettant ainsi en cause la représentativité même des décisions prises lors de ces Assemblées Générales. En effet, force est de constater que de trop nombreuses fois lors d’Assemblées Générales, les personnes manifestant  un désaccord avec les positions portées par la majorité, se sont vues couper la parole ou huer.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Il n’est par ailleurs en aucun cas acceptable que les étudiant-e-s devant se rendre en examens ou souhaitant s’investir dans leurs cursus ne puissent le faire dans de bonnes conditions. En effet, les blocus ne doivent pas être un frein à la diffusion de savoir ou même à la poursuite des études. A l’heure où la formation en apprentissage, en alternance, les stages ou la formation continue se font de plus en plus présent-e-s dans l’enseignement supérieur, nombreux-ses sont les étudiant-e-s qui risquent de perdre leur emploi ou leurs droits s’ils/elles ne peuvent accéder à leur lieu de formation, et ce pourquoi ils/elles ont dû parfois prendre congé. La mobilisation de certain-e-s étudiant-e-s ne doit pas se faire au détriment des autres.</span></p>
<p><b>L’AFGES s’oppose fermement aux blocus des bâtiments de l’Université de Strasbourg</b><span style="font-weight: 400;">, et condamne tout autant les actes de violences physiques ou verbales, de discriminations, de menaces et de dégradations qui ont pu ou pourraient avoir lieu, et ce peu importe de qui ils émanent.</span></p>
<p><b>Elle dénonce par ailleurs les raccourcis démagogues, les discours simplistes, et prendra toutes les mesures nécessaires pour lutter contre la désinformation croissante sur nos campus</b><span style="font-weight: 400;"> : Le débat doit avoir lieu à la lumière de tous les éléments du contexte complexe de cette actualité.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">L’AFGES rappelle également qu’une part importante de la réforme se joue à l’échelle locale. Ainsi, elle s’est mobilisée depuis des mois, par le biais de ses élu-e-s, pour veiller au bon déroulé de l’application de la réforme, veiller à ce que cette dernière ne pénalise nullement les étudiant-e-s tout en apportant une réelle amélioration de leurs conditions de vie et d’étude, et permette l’accès de toutes et tous à l’Université.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">L’AFGES appelle donc au calme au sein de l’Université de Strasbourg, au respect des personnes et des bâtiments dans leur ensemble. L’ensemble du réseau AFGES, de ses élu-e-s et de son bureau restent à votre disposition pour répondre à vos interrogations sur changetoncampus.org ou hotline@afges.org</span></p>

                    [category@term] => Enseignement supérieur
                    [category#2@term] => Représentation étudiante
                    [category#3@term] => CDP
                    [date_timestamp] => 1523371859
                )

            [9] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => État de bien-être et de santé des étudiant-e-s
                    [link#] => 1
                    [link] => http://afges.org/etat-de-bien-etre-et-de-sante-des-etudiant-e-s/
                    [comments#] => 1
                    [comments] => http://afges.org/etat-de-bien-etre-et-de-sante-des-etudiant-e-s/#respond
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Mon, 19 Mar 2018 07:50:19 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Lucas Pierre
                            [subject#] => 7
                            [subject] => Santé & Social
                            [subject#2] => AFGES
                            [subject#3] => alsace
                            [subject#4] => bilan
                            [subject#5] => enquête
                            [subject#6] => santé
                            [subject#7] => Université
                        )

                    [category#] => 7
                    [category] => Santé & Social
                    [category#2] => AFGES
                    [category#3] => alsace
                    [category#4] => bilan
                    [category#5] => enquête
                    [category#6] => santé
                    [category#7] => Université
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => http://afges.org/?p=2793
                    [description#] => 1
                    [description] => L’enquête réalisée par l’Observatoire Régional de l’Enseignement Supérieur et de l’Insertion Professionnel des Étudiants (ORESIPE) dans le cadre du Schéma Directeur de la Vie Étudiante (SDVE-Alsace) met en lumière l’état de santé et de bien-être des étudiants. Ainsi, nous apprenons que malgré un état de santé jugé globalement positif par 77% des étudiant.e.s, il existence [&#8230;]
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p><span style="font-weight: 400;">L’enquête réalisée par l’</span><b>Observatoire Régional de l’Enseignement Supérieur et de l’Insertion Professionnel des Étudiants</b><span style="font-weight: 400;"> (ORESIPE) dans le cadre du </span><b>Schéma Directeur de la Vie Étudiante</b><span style="font-weight: 400;"> (SDVE-Alsace) met en lumière </span><b>l’état de santé</b><span style="font-weight: 400;"> et de </span><b>bien-être</b><span style="font-weight: 400;"> des </span><b>étudiants</b><span style="font-weight: 400;">. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Ainsi, nous apprenons que malgré un état de santé jugé globalement positif par </span><b>77%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiant.e.s, il existence encore des fragilités dans le bien-être et l’hygiène de vie de ces derniers. Ces fragilités existent notamment dans le domaine de la </span><b>psychologie</b><span style="font-weight: 400;">, de </span><b>l’alimentation</b><span style="font-weight: 400;">, de la </span><b>pratique sportive</b><span style="font-weight: 400;">, dans les problématiques liés au </span><b>handicap</b><span style="font-weight: 400;"> et dans la la </span><b>prise en charge médicale</b><span style="font-weight: 400;">. </span><span style="font-weight: 400;">Concernant l’aspect </span><b>psychologique</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiant.e.s, nous pouvons noter que </span><b>73%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiant.e.s se disent souvent voire toujours fatigué.e.s, </span><b>58%</b><span style="font-weight: 400;"> se sentent souvent voire toujours stressé.e.s et environ </span><b>25% </b><span style="font-weight: 400;">des étudiant.e.s se sentent déprimé.e.s. Face à ces problèmes, seulement </span><b>42%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiant.e.s ont connaissance de structures telles que le </span><b>CAMUS</b><span style="font-weight: 400;"> et de leurs services qui pourraient leur apporter de l’aide.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Les </span><b>habitudes alimentaires</b><span style="font-weight: 400;"> ne sont pas en reste puisque </span><b>57% </b><span style="font-weight: 400;">des étudiant.e.s ne prennent pas souvent voire jamais de petit-déjeuner, </span><b>37%</b><span style="font-weight: 400;"> le déjeuner et </span><b>37% </b><span style="font-weight: 400;">le dîner. Les causes sont multiples, mais les plus récurrentes sont le </span><b>manque de temps</b><span style="font-weight: 400;"> et d’</span><b>appétit</b><span style="font-weight: 400;">.</span></p>
<p><b>4%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiant.e.s sont touché.e.s par le handicap, parmi eux, seulement </span><b>32%</b><span style="font-weight: 400;"> ont fait une demande auprès du service handicap. Plus d’un quart (</span><b>29%</b><span style="font-weight: 400;">) des étudiant.e.s concerné.e.s estiment qu’ils/elles ne sont pas suffisamment informé.e.s sur les services existants. </span><span style="font-weight: 400;">Quant à la pratique sportive, le sondage révèle que près d’un tiers des étudiant.e.s (</span><b>32%</b><span style="font-weight: 400;">) ne pratique que rarement voire jamais d’activité sportive (</span><b>27%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiant.e.s ne pratiquent jamais de sport, </span><b>15%</b><span style="font-weight: 400;"> que rarement). Encore une fois, les raisons sont multiples mais le </span><b>manque de temps</b><span style="font-weight: 400;"> reste la raison principale, suivi de </span><b>l’absence de motivation</b><span style="font-weight: 400;">.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Autre donnée alarmante : </span><b>70% </b><span style="font-weight: 400;">des étudiant.e.s ont déjà </span><b>renoncé à consulter un médecin</b><span style="font-weight: 400;"> alors qu’ils/elles sont malades, </span><b>52%</b><span style="font-weight: 400;"> préférant se soigner seuls ou attendre que ça aille mieux et </span><b>12%</b><span style="font-weight: 400;"> pour des raisons financières. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Face à ces problèmes qui ont été mis en lumière par ce sondage, l’AFGES a voulu organiser la </span><b>Semaine du Bien-Être Étudiant</b><span style="font-weight: 400;"> (SBEE) afin d’informer et sensibiliser les étudiants sur ces différents problématiques touchant à leur santé et de promouvoir les structures qui peuvent apporter des aides auprès des étudiant.e.s en situation de mal-être.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Cette année, l’AFGES est fière de vous présenter la 4</span><span style="font-weight: 400;">e</span><span style="font-weight: 400;"> édition de la SBEE qui se déroulera du </span><b>19 au 23 mars 2018</b><span style="font-weight: 400;">, sur l’ensemble des campus de Strasbourg. Nous vous attendons nombreux pour vous mobiliser pour la santé, pour votre santé.</span></p>
<h2><b>Points clefs de l’enquête sur la condition de vie des étudiants d’Alsace : </b></h2>
<ul>
<li style="font-weight: 400;"><span style="font-weight: 400;">Sondage réalisé par l’</span><b>ORESIPE</b><span style="font-weight: 400;"> sur une population de </span><b>4541 étudiants</b><span style="font-weight: 400;"> (Sur les environ 57 000 répondants potentiel), diffusé par mail sur une période de 6 semaines</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>73%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants se sentent souvent voire toujours fatigués</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>70%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants ont déjà renoncé à consulter un médecin alors qu’ils étaient malades dont </span><b>12%</b><span style="font-weight: 400;"> pour des raisons financières</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>37%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants ne déjeunent pas systématiquement à midi, 54% d’entre eux par manque de temps</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>68%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants atteints de handicap n’ont pas fait de demande auprès du service handicap</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>27%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants ne pratiquent jamais le sport</span></li>
</ul>
<h3><b>Bien-être et État de Santé</b></h3>
<ul>
<li style="font-weight: 400;"><span style="font-weight: 400;">État de santé jugé </span><b>globalement positif</b></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>77%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants se jugent en bonne/excellente santé</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>18%</b><span style="font-weight: 400;"> s’estiment en moyennement bonne santé</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>5%</b><span style="font-weight: 400;"> en pas très bonne/mauvaise santé</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>12%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants ont déjà renoncé à voir un médecin pour des raisons financières</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>70%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants ont déjà renoncé à consulter un médecin alors qu’ils étaient malades</span></li>
</ul>
<h3><b>Santé psychologique des étudiants</b></h3>
<h4><span style="font-weight: 400;">Existence de </span><b>fragilités psychologiques</b></h4>
<ul>
<li style="font-weight: 400;"><b>21%</b><span style="font-weight: 400;"> ressentent le sentiment de solitude</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><span style="font-weight: 400;">Environ </span><b>25% </b><span style="font-weight: 400;">des étudiants se sentent déprimés (27% des femmes, 21% des hommes)</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>73%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants se disent souvent/toujours fatigués</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>58%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants se disent souvent/toujours stressés (66% femmes, 41% hommes)</span>
<ul>
<li style="font-weight: 400;"><b>38%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants se sentent souvent/toujours stressés en dehors des examens</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>75% </b><span style="font-weight: 400;">se sentent souvent/toujours stressé pendant les périodes d’examens</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>16%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants ont eu recours à un traitement médicamenteux pour y faire face</span></li>
</ul>
</li>
<li style="font-weight: 400;"><span style="font-weight: 400;">Seulement </span><b>42% </b><span style="font-weight: 400;">des étudiants ont connaissance des services du CAMUS</span>
<ul>
<li style="font-weight: 400;"><b>25% </b><span style="font-weight: 400;">des étudiants ont connaissance des étudiants-relais du CAMUS</span></li>
</ul>
</li>
</ul>
<p><img class="alignnone size-medium wp-image-2797" src="http://afges.org/wp-content/uploads/2018/03/1-300x175.png" alt="" width="300" height="175" /><img class="alignnone " src="https://i.goopics.net/kpevZ.png" width="409" height="239" /></p>
<pre><b><i>Figure 1.</i></b><i><span style="font-weight: 400;"> Perception de leur santé par les étudiants selon le sexe - tiré de l'enquête ORESIPE 2017</span></i><i>
</i><b><i>Champ :</i></b><i><span style="font-weight: 400;"> 4477 répondants : 1452 hommes, 3025 femmes</span></i></pre>
<h4><span style="font-weight: 400;">Des absences par manque de </span><b>motivation </b><span style="font-weight: 400;">et des</span><b> problèmes de santé</b></h4>
<ul>
<li style="font-weight: 400;"><b>29%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants déclarent être de temps en temps/souvent absents</span>
<ul>
<li style="font-weight: 400;"><b>48% </b><span style="font-weight: 400;">d’entre eux par manque de motivation</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>13% </b><span style="font-weight: 400;">d’entre eux pour des problèmes de santé</span></li>
</ul>
</li>
</ul>
<h3><b>Habitudes alimentaires</b></h3>
<ul>
<li style="font-weight: 400;"><b>37%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants ne déjeunent pas systématiquement le midi</span>
<ul>
<li style="font-weight: 400;"><span style="font-weight: 400;">Par manque de temps pour </span><b>54%</b><span style="font-weight: 400;"> d’entre eux</span></li>
</ul>
</li>
<li style="font-weight: 400;"><b>57%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants déclarent ne pas prendre souvent/jamais de petit déjeuner</span>
<ul>
<li style="font-weight: 400;"><b>53% </b><span style="font-weight: 400;">d’entre eux par manque de temps</span></li>
</ul>
</li>
<li style="font-weight: 400;"><b>37% </b><span style="font-weight: 400;">des étudiants déclarent ne pas dîner systématiquement</span>
<ul>
<li style="font-weight: 400;"><b>57% </b><span style="font-weight: 400;">d’entre eux</span> <span style="font-weight: 400;">par manque d’appétit</span></li>
</ul>
</li>
</ul>
<p><img class="alignnone size-medium wp-image-2798" src="http://afges.org/wp-content/uploads/2018/03/2-300x63.png" alt="" width="300" height="63" /><img class="alignleft " src="https://i.goopics.net/wdL9Z.jpg" width="532" height="118" /></p>
<pre><b><i>



Figure 2</i></b><i><span style="font-weight: 400;">. Saut des repas selon la cohabitation des étudiants </span></i><i><span style="font-weight: 400;">- tiré de l'enquête ORESIPE 2017</span></i></pre>
<h3><b>Handicap</b></h3>
<ul>
<li style="font-weight: 400;"><b>4%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants (117 étudiants parmi 2925 étudiants répondant) déclarent être atteint d’un handicap</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>32% </b><span style="font-weight: 400;">des étudiants concernés ont fait une demande auprès du service handicap</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>14% </b><span style="font-weight: 400;">des étudiants concernés n’ont pas connaissance de ce service</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>29% </b><span style="font-weight: 400;">des étudiants atteints de handicap estiment ne pas être suffisamment informés sur les aides mises en place par les établissements</span></li>
</ul>
<h3>Activités sportives</h3>
<ul>
<li><strong style="font-size: 16px;">27</strong><span style="font-size: 16px;">% </span><span style="font-size: 16px;">des étudiants ne pratiquent jamais le sport</span>
<ul>
<li><strong>42%</strong> <span style="font-weight: 400;">par manque de temps</span></li>
<li><strong>39%</strong> <span style="font-weight: 400;">par manque d’envie</span></li>
<li><strong>6%</strong><span style="font-weight: 400;"> pour des raisons financières</span></li>
<li><strong>4%</strong> <span style="font-weight: 400;">car ils estiment que l’offre n’est pas adaptée</span></li>
</ul>
</li>
<li><strong>15%</strong><span style="font-weight: 400;"> des étudiants pratiquent rarement du sport</span></li>
<li><strong>32%</strong> <span style="font-weight: 400;">des étudiants pratiquent régulièrement (dont 2% à haut niveau)</span></li>
<li><strong>37%</strong> <span style="font-weight: 400;">des étudiants pratiquant un sport le font dans leur établissement</span>
<ul>
<li><strong>76%</strong><span style="font-weight: 400;"> parmi eux dans le cadre d’une activité personnelle</span></li>
<li><strong>24%</strong><span style="font-weight: 400;"> parmi eux dans le cadre d’une unité d’enseignement</span></li>
</ul>
</li>
</ul>
<pre><img class="alignnone size-medium wp-image-2799" src="http://afges.org/wp-content/uploads/2018/03/3-300x122.png" alt="" width="300" height="122" /><img class="alignnone " src="https://i.goopics.net/VPa9A.png" width="519" height="211" />
<b><i>Figure 3</i></b><i><span style="font-weight: 400;">. Principales raisons de non pratique de sport </span></i><i><span style="font-weight: 400;">- tiré de l'enquête ORESIPE 2017</span></i></pre>

                        )

                    [wfw] => Array
                        (
                            [commentrss#] => 1
                            [commentrss] => http://afges.org/etat-de-bien-etre-et-de-sante-des-etudiant-e-s/feed/
                        )

                    [slash] => Array
                        (
                            [comments#] => 1
                            [comments] => 0
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => L’enquête réalisée par l’Observatoire Régional de l’Enseignement Supérieur et de l’Insertion Professionnel des Étudiants (ORESIPE) dans le cadre du Schéma Directeur de la Vie Étudiante (SDVE-Alsace) met en lumière l’état de santé et de bien-être des étudiants. Ainsi, nous apprenons que malgré un état de santé jugé globalement positif par 77% des étudiant.e.s, il existence [&#8230;]
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p><span style="font-weight: 400;">L’enquête réalisée par l’</span><b>Observatoire Régional de l’Enseignement Supérieur et de l’Insertion Professionnel des Étudiants</b><span style="font-weight: 400;"> (ORESIPE) dans le cadre du </span><b>Schéma Directeur de la Vie Étudiante</b><span style="font-weight: 400;"> (SDVE-Alsace) met en lumière </span><b>l’état de santé</b><span style="font-weight: 400;"> et de </span><b>bien-être</b><span style="font-weight: 400;"> des </span><b>étudiants</b><span style="font-weight: 400;">. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Ainsi, nous apprenons que malgré un état de santé jugé globalement positif par </span><b>77%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiant.e.s, il existence encore des fragilités dans le bien-être et l’hygiène de vie de ces derniers. Ces fragilités existent notamment dans le domaine de la </span><b>psychologie</b><span style="font-weight: 400;">, de </span><b>l’alimentation</b><span style="font-weight: 400;">, de la </span><b>pratique sportive</b><span style="font-weight: 400;">, dans les problématiques liés au </span><b>handicap</b><span style="font-weight: 400;"> et dans la la </span><b>prise en charge médicale</b><span style="font-weight: 400;">. </span><span style="font-weight: 400;">Concernant l’aspect </span><b>psychologique</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiant.e.s, nous pouvons noter que </span><b>73%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiant.e.s se disent souvent voire toujours fatigué.e.s, </span><b>58%</b><span style="font-weight: 400;"> se sentent souvent voire toujours stressé.e.s et environ </span><b>25% </b><span style="font-weight: 400;">des étudiant.e.s se sentent déprimé.e.s. Face à ces problèmes, seulement </span><b>42%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiant.e.s ont connaissance de structures telles que le </span><b>CAMUS</b><span style="font-weight: 400;"> et de leurs services qui pourraient leur apporter de l’aide.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Les </span><b>habitudes alimentaires</b><span style="font-weight: 400;"> ne sont pas en reste puisque </span><b>57% </b><span style="font-weight: 400;">des étudiant.e.s ne prennent pas souvent voire jamais de petit-déjeuner, </span><b>37%</b><span style="font-weight: 400;"> le déjeuner et </span><b>37% </b><span style="font-weight: 400;">le dîner. Les causes sont multiples, mais les plus récurrentes sont le </span><b>manque de temps</b><span style="font-weight: 400;"> et d’</span><b>appétit</b><span style="font-weight: 400;">.</span></p>
<p><b>4%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiant.e.s sont touché.e.s par le handicap, parmi eux, seulement </span><b>32%</b><span style="font-weight: 400;"> ont fait une demande auprès du service handicap. Plus d’un quart (</span><b>29%</b><span style="font-weight: 400;">) des étudiant.e.s concerné.e.s estiment qu’ils/elles ne sont pas suffisamment informé.e.s sur les services existants. </span><span style="font-weight: 400;">Quant à la pratique sportive, le sondage révèle que près d’un tiers des étudiant.e.s (</span><b>32%</b><span style="font-weight: 400;">) ne pratique que rarement voire jamais d’activité sportive (</span><b>27%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiant.e.s ne pratiquent jamais de sport, </span><b>15%</b><span style="font-weight: 400;"> que rarement). Encore une fois, les raisons sont multiples mais le </span><b>manque de temps</b><span style="font-weight: 400;"> reste la raison principale, suivi de </span><b>l’absence de motivation</b><span style="font-weight: 400;">.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Autre donnée alarmante : </span><b>70% </b><span style="font-weight: 400;">des étudiant.e.s ont déjà </span><b>renoncé à consulter un médecin</b><span style="font-weight: 400;"> alors qu’ils/elles sont malades, </span><b>52%</b><span style="font-weight: 400;"> préférant se soigner seuls ou attendre que ça aille mieux et </span><b>12%</b><span style="font-weight: 400;"> pour des raisons financières. </span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Face à ces problèmes qui ont été mis en lumière par ce sondage, l’AFGES a voulu organiser la </span><b>Semaine du Bien-Être Étudiant</b><span style="font-weight: 400;"> (SBEE) afin d’informer et sensibiliser les étudiants sur ces différents problématiques touchant à leur santé et de promouvoir les structures qui peuvent apporter des aides auprès des étudiant.e.s en situation de mal-être.</span></p>
<p><span style="font-weight: 400;">Cette année, l’AFGES est fière de vous présenter la 4</span><span style="font-weight: 400;">e</span><span style="font-weight: 400;"> édition de la SBEE qui se déroulera du </span><b>19 au 23 mars 2018</b><span style="font-weight: 400;">, sur l’ensemble des campus de Strasbourg. Nous vous attendons nombreux pour vous mobiliser pour la santé, pour votre santé.</span></p>
<h2><b>Points clefs de l’enquête sur la condition de vie des étudiants d’Alsace : </b></h2>
<ul>
<li style="font-weight: 400;"><span style="font-weight: 400;">Sondage réalisé par l’</span><b>ORESIPE</b><span style="font-weight: 400;"> sur une population de </span><b>4541 étudiants</b><span style="font-weight: 400;"> (Sur les environ 57 000 répondants potentiel), diffusé par mail sur une période de 6 semaines</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>73%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants se sentent souvent voire toujours fatigués</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>70%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants ont déjà renoncé à consulter un médecin alors qu’ils étaient malades dont </span><b>12%</b><span style="font-weight: 400;"> pour des raisons financières</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>37%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants ne déjeunent pas systématiquement à midi, 54% d’entre eux par manque de temps</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>68%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants atteints de handicap n’ont pas fait de demande auprès du service handicap</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>27%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants ne pratiquent jamais le sport</span></li>
</ul>
<h3><b>Bien-être et État de Santé</b></h3>
<ul>
<li style="font-weight: 400;"><span style="font-weight: 400;">État de santé jugé </span><b>globalement positif</b></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>77%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants se jugent en bonne/excellente santé</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>18%</b><span style="font-weight: 400;"> s’estiment en moyennement bonne santé</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>5%</b><span style="font-weight: 400;"> en pas très bonne/mauvaise santé</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>12%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants ont déjà renoncé à voir un médecin pour des raisons financières</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>70%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants ont déjà renoncé à consulter un médecin alors qu’ils étaient malades</span></li>
</ul>
<h3><b>Santé psychologique des étudiants</b></h3>
<h4><span style="font-weight: 400;">Existence de </span><b>fragilités psychologiques</b></h4>
<ul>
<li style="font-weight: 400;"><b>21%</b><span style="font-weight: 400;"> ressentent le sentiment de solitude</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><span style="font-weight: 400;">Environ </span><b>25% </b><span style="font-weight: 400;">des étudiants se sentent déprimés (27% des femmes, 21% des hommes)</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>73%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants se disent souvent/toujours fatigués</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>58%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants se disent souvent/toujours stressés (66% femmes, 41% hommes)</span>
<ul>
<li style="font-weight: 400;"><b>38%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants se sentent souvent/toujours stressés en dehors des examens</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>75% </b><span style="font-weight: 400;">se sentent souvent/toujours stressé pendant les périodes d’examens</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>16%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants ont eu recours à un traitement médicamenteux pour y faire face</span></li>
</ul>
</li>
<li style="font-weight: 400;"><span style="font-weight: 400;">Seulement </span><b>42% </b><span style="font-weight: 400;">des étudiants ont connaissance des services du CAMUS</span>
<ul>
<li style="font-weight: 400;"><b>25% </b><span style="font-weight: 400;">des étudiants ont connaissance des étudiants-relais du CAMUS</span></li>
</ul>
</li>
</ul>
<p><img class="alignnone size-medium wp-image-2797" src="http://afges.org/wp-content/uploads/2018/03/1-300x175.png" alt="" width="300" height="175" /><img class="alignnone " src="https://i.goopics.net/kpevZ.png" width="409" height="239" /></p>
<pre><b><i>Figure 1.</i></b><i><span style="font-weight: 400;"> Perception de leur santé par les étudiants selon le sexe - tiré de l'enquête ORESIPE 2017</span></i><i>
</i><b><i>Champ :</i></b><i><span style="font-weight: 400;"> 4477 répondants : 1452 hommes, 3025 femmes</span></i></pre>
<h4><span style="font-weight: 400;">Des absences par manque de </span><b>motivation </b><span style="font-weight: 400;">et des</span><b> problèmes de santé</b></h4>
<ul>
<li style="font-weight: 400;"><b>29%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants déclarent être de temps en temps/souvent absents</span>
<ul>
<li style="font-weight: 400;"><b>48% </b><span style="font-weight: 400;">d’entre eux par manque de motivation</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>13% </b><span style="font-weight: 400;">d’entre eux pour des problèmes de santé</span></li>
</ul>
</li>
</ul>
<h3><b>Habitudes alimentaires</b></h3>
<ul>
<li style="font-weight: 400;"><b>37%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants ne déjeunent pas systématiquement le midi</span>
<ul>
<li style="font-weight: 400;"><span style="font-weight: 400;">Par manque de temps pour </span><b>54%</b><span style="font-weight: 400;"> d’entre eux</span></li>
</ul>
</li>
<li style="font-weight: 400;"><b>57%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants déclarent ne pas prendre souvent/jamais de petit déjeuner</span>
<ul>
<li style="font-weight: 400;"><b>53% </b><span style="font-weight: 400;">d’entre eux par manque de temps</span></li>
</ul>
</li>
<li style="font-weight: 400;"><b>37% </b><span style="font-weight: 400;">des étudiants déclarent ne pas dîner systématiquement</span>
<ul>
<li style="font-weight: 400;"><b>57% </b><span style="font-weight: 400;">d’entre eux</span> <span style="font-weight: 400;">par manque d’appétit</span></li>
</ul>
</li>
</ul>
<p><img class="alignnone size-medium wp-image-2798" src="http://afges.org/wp-content/uploads/2018/03/2-300x63.png" alt="" width="300" height="63" /><img class="alignleft " src="https://i.goopics.net/wdL9Z.jpg" width="532" height="118" /></p>
<pre><b><i>



Figure 2</i></b><i><span style="font-weight: 400;">. Saut des repas selon la cohabitation des étudiants </span></i><i><span style="font-weight: 400;">- tiré de l'enquête ORESIPE 2017</span></i></pre>
<h3><b>Handicap</b></h3>
<ul>
<li style="font-weight: 400;"><b>4%</b><span style="font-weight: 400;"> des étudiants (117 étudiants parmi 2925 étudiants répondant) déclarent être atteint d’un handicap</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>32% </b><span style="font-weight: 400;">des étudiants concernés ont fait une demande auprès du service handicap</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>14% </b><span style="font-weight: 400;">des étudiants concernés n’ont pas connaissance de ce service</span></li>
<li style="font-weight: 400;"><b>29% </b><span style="font-weight: 400;">des étudiants atteints de handicap estiment ne pas être suffisamment informés sur les aides mises en place par les établissements</span></li>
</ul>
<h3>Activités sportives</h3>
<ul>
<li><strong style="font-size: 16px;">27</strong><span style="font-size: 16px;">% </span><span style="font-size: 16px;">des étudiants ne pratiquent jamais le sport</span>
<ul>
<li><strong>42%</strong> <span style="font-weight: 400;">par manque de temps</span></li>
<li><strong>39%</strong> <span style="font-weight: 400;">par manque d’envie</span></li>
<li><strong>6%</strong><span style="font-weight: 400;"> pour des raisons financières</span></li>
<li><strong>4%</strong> <span style="font-weight: 400;">car ils estiment que l’offre n’est pas adaptée</span></li>
</ul>
</li>
<li><strong>15%</strong><span style="font-weight: 400;"> des étudiants pratiquent rarement du sport</span></li>
<li><strong>32%</strong> <span style="font-weight: 400;">des étudiants pratiquent régulièrement (dont 2% à haut niveau)</span></li>
<li><strong>37%</strong> <span style="font-weight: 400;">des étudiants pratiquant un sport le font dans leur établissement</span>
<ul>
<li><strong>76%</strong><span style="font-weight: 400;"> parmi eux dans le cadre d’une activité personnelle</span></li>
<li><strong>24%</strong><span style="font-weight: 400;"> parmi eux dans le cadre d’une unité d’enseignement</span></li>
</ul>
</li>
</ul>
<pre><img class="alignnone size-medium wp-image-2799" src="http://afges.org/wp-content/uploads/2018/03/3-300x122.png" alt="" width="300" height="122" /><img class="alignnone " src="https://i.goopics.net/VPa9A.png" width="519" height="211" />
<b><i>Figure 3</i></b><i><span style="font-weight: 400;">. Principales raisons de non pratique de sport </span></i><i><span style="font-weight: 400;">- tiré de l'enquête ORESIPE 2017</span></i></pre>

                    [category@term] => Santé & Social
                    [category#2@term] => AFGES
                    [category#3@term] => alsace
                    [category#4@term] => bilan
                    [category#5@term] => enquête
                    [category#6@term] => santé
                    [category#7@term] => Université
                    [date_timestamp] => 1521445819
                )

        )

    [channel] => Array
        (
            [title#] => 1
            [title] => AFGES
            [atom] => Array
                (
                    [link#] => 1
                    [link@] => href,rel,type
                    [link@href] => http://afges.org/feed/
                    [link@rel] => self
                    [link@type] => application/rss+xml
                )

            [link#] => 1
            [link] => http://afges.org
            [description#] => 1
            [description] => Les étudiant-e-s d'Alsace
            [lastbuilddate#] => 1
            [lastbuilddate] => Mon, 26 Nov 2018 11:45:30 +0000
            [language#] => 1
            [language] => fr-FR
            [sy] => Array
                (
                    [updateperiod#] => 1
                    [updateperiod] => hourly
                    [updatefrequency#] => 1
                    [updatefrequency] => 1
                )

            [generator#] => 1
            [generator] => https://wordpress.org/?v=4.9.9
            [tagline#] => 1
            [tagline] => Les étudiant-e-s d'Alsace
            [subtitle#] => 1
            [subtitle] => Les étudiant-e-s d'Alsace
        )

    [textinput] => Array
        (
        )

    [image] => Array
        (
        )

    [feed_type] => RSS
    [feed_version] => 2.0
    [encoding] => UTF-8
    [_source_encoding] => 
    [ERROR] => 
    [WARNING] => 
    [_ATOM_CONTENT_CONSTRUCTS] => Array
        (
            [0] => content
            [1] => summary
            [2] => title
            [3] => info
            [4] => tagline
            [5] => copyright
            [6] => rights
            [7] => subtitle
        )

    [_XHTML_CONTENT_CONSTRUCTS] => Array
        (
            [0] => body
            [1] => div
        )

    [_KNOWN_ENCODINGS] => Array
        (
            [0] => UTF-8
            [1] => US-ASCII
            [2] => ISO-8859-1
        )

    [stack] => Array
        (
        )

    [inchannel] => 
    [initem] => 
    [incontent] => Array
        (
        )

    [exclude_top] => 
    [intextinput] => 
    [inimage] => 
    [current_namespace] => 
    [current_category] => 0
    [last_modified] => Mon, 26 Nov 2018 11:45:30 GMT

    [etag] => "5f845c7c213a2b65e89c1844f49d90ca"

    [rss_origin] => 5
)