Index Strasbourg curieux Strasbourg à la loupe

Agenda curieux :: Actu des sites Strasbourgeois :: Hébergement strasbourgeois

Strasbourg à la loupe » Shadok

Feeds

4480 items (4477 unread) in 267 feeds

Exposition Exposition (58 unread)
Concert / soirée Concert / soirée (264 unread)
Guide / média Guide / média (1525 unread)
Média_vidéo Média_vidéo (3 unread)
Projection Projection (13 unread)
Politique / social Politique / social (2060 unread)
théâtre théâtre (7 unread)
Artiste Artiste
Inclassables Inclassables (43 unread)
Edition/bd/imprimerie Edition/bd/imprimerie (164 unread)
Vélo transport Vélo transport (46 unread)
Monde Numérique Monde Numérique (78 unread)
Monde Numérique Média Monde Numérique Média
Nature et Agriculture Nature et Agriculture (54 unread)
Vie/assoc Quartiers Vie/assoc Quartiers (162 unread)
 «  Expand/Collapse
MagpieRSS Object
(
    [parser] => Resource id #18
    [current_item] => Array
        (
        )

    [items] => Array
        (
            [0] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Entretien avec Michaël Cros • ProVivance LAB 2097
                    [link#] => 1
                    [link] => https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/entretien-avec-michael-cros-%e2%80%a2/
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Mon, 07 Oct 2019 13:27:08 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Administrateurs Shadok
                            [subject#] => 1
                            [subject] => blog
                        )

                    [category#] => 1
                    [category] => blog
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => https://www.shadok.strasbourg.eu/?p=17241
                    [description#] => 1
                    [description] => <p><img width="1024" height="697" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/IMGP0727-1024x697.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="Photo de ÜBER BEAST MACHINE, créature végétale et électrique apparue en 2017." srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/IMGP0727-1024x697.jpg 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/IMGP0727-1024x697-150x102.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/IMGP0727-1024x697-300x204.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/IMGP0727-1024x697-768x523.jpg 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/IMGP0727-1024x697-600x408.jpg 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/IMGP0727-1024x697-245x167.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/IMGP0727-1024x697-580x395.jpg 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/IMGP0727-1024x697-551x375.jpg 551w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/IMGP0727-1024x697-270x184.jpg 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/IMGP0727-1024x697-500x340.jpg 500w" sizes="(max-width: 1024px) 100vw, 1024px" /></p>
<h4>Dans le cadre du cycle thématique <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/projets/science-fiction/" target="_blank" rel="noopener">Hier c’était demain : science-fiction et imaginaires collectifs</a></h4>
<p><em>Univers post-apocalyptique, nouvelles espèces et questionnements ontologiques, <span style="color: #000000;">Michaël Cros</span> interroge l'anthropocène au regard de nos émotions.</em></p>
<p><strong>Artiste transdisciplinaire, vous mettez en scène des corps en associant arts de la marionnette, danse contemporaine et arts numériques. Votre univers est composé de corps hybridés, mécanisés et végétaux. Comment ces êtres altérés vous permettent-ils de questionner la condition humaine ?<br />
</strong>Ces êtres altérés ont des caractères, ils ont rarement des visages, ils sont sombres et ils ont des mobilités particulières. Ce qui m’intéresse, c’est que dans la relation avec des spectateurs, cela crée des réactions, cela met en place des phénomènes d’empathie, d’aversion, d'inquiétude... Finalement ces créatures peuvent elles aussi nous questionner. “Moi je suis humain mais elles c’est quoi ? Et pourquoi j’éprouve ça en les voyant alors que ce sont des artefacts ?“ En plus je donne très peu de contexte, c’est-à-dire qu’à chaque fois que le peuple sombre apparaît, on ne sait pas d’où il vient, on ne sait pas pourquoi il est là. Ce n'est que très récemment que j’ai commencé à poser le genre science-fiction.</p>
<p><strong>Vos créations prennent place dans un univers fictionnel où, en 2097, après une catastrophe environnementale, de nouvelles formes de vie font leur apparition. L’une d’entre elles, l’Über Beast Machine, ne peut survivre sans l’aide des techniciens du Pro-Vivance Lab, qui étudient ces nouvelles espèces. Pourquoi avoir situé votre univers dans un imaginaire post-apocalyptique ?<br />
</strong>Je pars du principe que les scénarios de collapsologie ont déjà eu lieu et qu’on est sur le “après”. L'idée c'est de pouvoir ouvrir un espace imaginaire qui ne soit pas lié à notre actualité. Le postulat 2097, c’était dire que peut-être qu’il y a eu un effondrement - il aurait eu lieu en 2028 - qu’après cela le capitalisme collapse, qu’il y a une reconfiguration du monde et surtout, qu’il y a une nouvelle forme de concorde qui se met en place, entre humains et non humains. Ce jeu de projection est alimenté par la pensée anthropologique contemporaine avec des auteurs comme <span style="color: #000000;">Bruno Latour</span>, <span style="color: #000000;">Tim Ingold</span> mais aussi <span style="color: #000000;">Donna Haraway</span> qui dit : <em>“non, l'anthropocène c’est encore mettre l’humain au centre, peut-être qu’il y a d’autres imaginaires à inventer”</em>.</p>
<p><strong>L’hybridation, dans l’imaginaire de la SF, convoque souvent l’Homme et la machine, mais rarement le règne végétal. Comment vous est venue l’idée d’inventer une créature de ce type ?<em><br />
</em></strong>Je me suis inspiré du milieu des arts de la marionnette, que je connais très bien. Entre la marionnette contemporaine et le robot, je trouve qu’il y a des passerelles très intéressantes. Faire appel au végétal c'était ouvrir d'autres possibilités, c’est-à-dire que ce n’est pas forcément l’humain qui va manipuler l’objet mais ça peut être la pluie, le soleil, les éléments... Ça c’était en 2010. Entre-temps eux aussi ont évolué, ces bébés végétaux sont apparus dans des contextes différents, à chaque fois ils s’immiscent dans les univers que je propose et ils sont toujours impactés par leur environnement.</p>
<p><strong>Pour revenir à Über Beast Machine, cette créature est fragile et ne peut survivre sans des soins prodigués par les humains. Là encore, vous allez à contre-courant des scénarios post-apocalyptiques où, souvent, l’Homme est menacé par une nouvelle espèce. Est-ce pour nous faire prendre conscience de la nécessité de respecter la nature ?<em><br />
</em></strong>Ce que je pose comme question c'est : “où l’humain se situe dans son environnement ?“ Et on peut dire que dans notre société occidentale - <em>“</em>naturaliste<em>“</em> comme la qualifie l’anthropologue <span style="color: #000000;">Philippe Descola</span> - l’humain se pense <em>“</em>hors<em>“</em> de la nature. Pour moi, l’expression du transhumanisme, c’est quelque chose qui relève de cela, d’une extraction encore plus forte de tout contexte environnemental, puisque l’immortalité c’est s’extraire d’un processus qui régit tout organisme biologique existant. C’est donc se sortir d’un cycle et l’anthropologie permet de se reposer cette question là : “est-ce qu’on se met au centre, est-ce qu’on se met à la périphérie ?” Mon travail propose une expérience de décentrement.</p>
<p><b>L’éthologue </b><span style="color: #000000;">Frans de Waal</span><b> interroge justement notre anthropocentrisme, allant jusqu’à se demander si nous sommes assez intelligents pour comprendre les animaux. Comment communiquer avec ces futures espèces hybrides ?</b><em style="font-weight: bold;"><br />
</em>Il y a deux choses. La première, si on revient sur l’Über Beast Machine, c’est que la mise en fiction du travail c’est un double mouvement. Le premier consiste en des protocoles de soin qui aident la créature. Le second mouvement, c’est le travail d’enquête sur sa psyché, de quoi elle est capable, son mode comportemental avec ses congénères, tout un ensemble de facteurs où là on serait vraiment des ethnologues de ces créatures et on chercherait à les comprendre, en tout cas à mieux percevoir leur puissance d’agir. L’autre chose, dans le travail de la Méta-Carpe, c’est un spectacle qui s’appelle Le solo Capture, et dans lequel je suis en interaction avec des singes. C'est moi qui suis le performeur, qui me met dans son état de corps sombre. Je ne cherche pas  pas à prendre les animaux comme faire-valoir, mais plutôt à montrer comment on peut cohabiter dans cet espace partagé.</p>
<p><strong>Qu’est-ce qu’évoque pour vous le thème de la résidence « <span style="color: #000000;">Hier c’était demain</span> »?<em><br />
</em></strong>J'aime bien ce thème, dans l’Über Beast Machine, il s'agit justement d'histoires de paradoxes temporels. Il y a tout un jeu, comme des indices qui auraient été déjà là dans le passé alors que l’on va vers un futur. L’autre idée, c’est celle de recyclage permanent, de quelque chose qui se récupère et qui prend une seconde vie, des choses qui se rejouent, qui revivent. Ça, ça me plaît beaucoup aussi.</p>
<h6><span style="color: #000000;">Entretien réalisé par Aurélien Montinari en septembre 2019</span></h6>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/entretien-avec-michael-cros-%e2%80%a2/">Entretien avec Michaël Cros • ProVivance LAB 2097</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p><img width="1024" height="697" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/IMGP0727-1024x697.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="Photo de ÜBER BEAST MACHINE, créature végétale et électrique apparue en 2017." srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/IMGP0727-1024x697.jpg 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/IMGP0727-1024x697-150x102.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/IMGP0727-1024x697-300x204.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/IMGP0727-1024x697-768x523.jpg 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/IMGP0727-1024x697-600x408.jpg 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/IMGP0727-1024x697-245x167.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/IMGP0727-1024x697-580x395.jpg 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/IMGP0727-1024x697-551x375.jpg 551w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/IMGP0727-1024x697-270x184.jpg 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/IMGP0727-1024x697-500x340.jpg 500w" sizes="(max-width: 1024px) 100vw, 1024px" /></p><h4>Dans le cadre du cycle thématique <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/projets/science-fiction/" target="_blank" rel="noopener">Hier c’était demain : science-fiction et imaginaires collectifs</a></h4>
<em>Univers post-apocalyptique, nouvelles espèces et questionnements ontologiques, <span style="color: #000000;">Michaël Cros</span> interroge l'anthropocène au regard de nos émotions.</em>

<strong>Artiste transdisciplinaire, vous mettez en scène des corps en associant arts de la marionnette, danse contemporaine et arts numériques. Votre univers est composé de corps hybridés, mécanisés et végétaux. Comment ces êtres altérés vous permettent-ils de questionner la condition humaine ?
</strong>Ces êtres altérés ont des caractères, ils ont rarement des visages, ils sont sombres et ils ont des mobilités particulières. Ce qui m’intéresse, c’est que dans la relation avec des spectateurs, cela crée des réactions, cela met en place des phénomènes d’empathie, d’aversion, d'inquiétude... Finalement ces créatures peuvent elles aussi nous questionner. “Moi je suis humain mais elles c’est quoi ? Et pourquoi j’éprouve ça en les voyant alors que ce sont des artefacts ?“ En plus je donne très peu de contexte, c’est-à-dire qu’à chaque fois que le peuple sombre apparaît, on ne sait pas d’où il vient, on ne sait pas pourquoi il est là. Ce n'est que très récemment que j’ai commencé à poser le genre science-fiction.

<strong>Vos créations prennent place dans un univers fictionnel où, en 2097, après une catastrophe environnementale, de nouvelles formes de vie font leur apparition. L’une d’entre elles, l’Über Beast Machine, ne peut survivre sans l’aide des techniciens du Pro-Vivance Lab, qui étudient ces nouvelles espèces. Pourquoi avoir situé votre univers dans un imaginaire post-apocalyptique ?
</strong>Je pars du principe que les scénarios de collapsologie ont déjà eu lieu et qu’on est sur le “après”. L'idée c'est de pouvoir ouvrir un espace imaginaire qui ne soit pas lié à notre actualité. Le postulat 2097, c’était dire que peut-être qu’il y a eu un effondrement - il aurait eu lieu en 2028 - qu’après cela le capitalisme collapse, qu’il y a une reconfiguration du monde et surtout, qu’il y a une nouvelle forme de concorde qui se met en place, entre humains et non humains. Ce jeu de projection est alimenté par la pensée anthropologique contemporaine avec des auteurs comme <span style="color: #000000;">Bruno Latour</span>, <span style="color: #000000;">Tim Ingold</span> mais aussi <span style="color: #000000;">Donna Haraway</span> qui dit : <em>“non, l'anthropocène c’est encore mettre l’humain au centre, peut-être qu’il y a d’autres imaginaires à inventer”</em>.

<strong>L’hybridation, dans l’imaginaire de la SF, convoque souvent l’Homme et la machine, mais rarement le règne végétal. Comment vous est venue l’idée d’inventer une créature de ce type ?<em>
</em></strong>Je me suis inspiré du milieu des arts de la marionnette, que je connais très bien. Entre la marionnette contemporaine et le robot, je trouve qu’il y a des passerelles très intéressantes. Faire appel au végétal c'était ouvrir d'autres possibilités, c’est-à-dire que ce n’est pas forcément l’humain qui va manipuler l’objet mais ça peut être la pluie, le soleil, les éléments... Ça c’était en 2010. Entre-temps eux aussi ont évolué, ces bébés végétaux sont apparus dans des contextes différents, à chaque fois ils s’immiscent dans les univers que je propose et ils sont toujours impactés par leur environnement.

<strong>Pour revenir à Über Beast Machine, cette créature est fragile et ne peut survivre sans des soins prodigués par les humains. Là encore, vous allez à contre-courant des scénarios post-apocalyptiques où, souvent, l’Homme est menacé par une nouvelle espèce. Est-ce pour nous faire prendre conscience de la nécessité de respecter la nature ?<em>
</em></strong>Ce que je pose comme question c'est : “où l’humain se situe dans son environnement ?“ Et on peut dire que dans notre société occidentale - <em>“</em>naturaliste<em>“</em> comme la qualifie l’anthropologue <span style="color: #000000;">Philippe Descola</span> - l’humain se pense <em>“</em>hors<em>“</em> de la nature. Pour moi, l’expression du transhumanisme, c’est quelque chose qui relève de cela, d’une extraction encore plus forte de tout contexte environnemental, puisque l’immortalité c’est s’extraire d’un processus qui régit tout organisme biologique existant. C’est donc se sortir d’un cycle et l’anthropologie permet de se reposer cette question là : “est-ce qu’on se met au centre, est-ce qu’on se met à la périphérie ?” Mon travail propose une expérience de décentrement.

<b>L’éthologue </b><span style="color: #000000;">Frans de Waal</span><b> interroge justement notre anthropocentrisme, allant jusqu’à se demander si nous sommes assez intelligents pour comprendre les animaux. Comment communiquer avec ces futures espèces hybrides ?</b><em style="font-weight: bold;">
</em>Il y a deux choses. La première, si on revient sur l’Über Beast Machine, c’est que la mise en fiction du travail c’est un double mouvement. Le premier consiste en des protocoles de soin qui aident la créature. Le second mouvement, c’est le travail d’enquête sur sa psyché, de quoi elle est capable, son mode comportemental avec ses congénères, tout un ensemble de facteurs où là on serait vraiment des ethnologues de ces créatures et on chercherait à les comprendre, en tout cas à mieux percevoir leur puissance d’agir. L’autre chose, dans le travail de la Méta-Carpe, c’est un spectacle qui s’appelle Le solo Capture, et dans lequel je suis en interaction avec des singes. C'est moi qui suis le performeur, qui me met dans son état de corps sombre. Je ne cherche pas  pas à prendre les animaux comme faire-valoir, mais plutôt à montrer comment on peut cohabiter dans cet espace partagé.

<strong>Qu’est-ce qu’évoque pour vous le thème de la résidence « <span style="color: #000000;">Hier c’était demain</span> »?<em>
</em></strong>J'aime bien ce thème, dans l’Über Beast Machine, il s'agit justement d'histoires de paradoxes temporels. Il y a tout un jeu, comme des indices qui auraient été déjà là dans le passé alors que l’on va vers un futur. L’autre idée, c’est celle de recyclage permanent, de quelque chose qui se récupère et qui prend une seconde vie, des choses qui se rejouent, qui revivent. Ça, ça me plaît beaucoup aussi.
<h6><span style="color: #000000;">Entretien réalisé par Aurélien Montinari en septembre 2019</span></h6><p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/entretien-avec-michael-cros-%e2%80%a2/">Entretien avec Michaël Cros • ProVivance LAB 2097</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => <p><img width="1024" height="697" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/IMGP0727-1024x697.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="Photo de ÜBER BEAST MACHINE, créature végétale et électrique apparue en 2017." srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/IMGP0727-1024x697.jpg 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/IMGP0727-1024x697-150x102.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/IMGP0727-1024x697-300x204.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/IMGP0727-1024x697-768x523.jpg 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/IMGP0727-1024x697-600x408.jpg 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/IMGP0727-1024x697-245x167.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/IMGP0727-1024x697-580x395.jpg 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/IMGP0727-1024x697-551x375.jpg 551w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/IMGP0727-1024x697-270x184.jpg 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/IMGP0727-1024x697-500x340.jpg 500w" sizes="(max-width: 1024px) 100vw, 1024px" /></p>
<h4>Dans le cadre du cycle thématique <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/projets/science-fiction/" target="_blank" rel="noopener">Hier c’était demain : science-fiction et imaginaires collectifs</a></h4>
<p><em>Univers post-apocalyptique, nouvelles espèces et questionnements ontologiques, <span style="color: #000000;">Michaël Cros</span> interroge l'anthropocène au regard de nos émotions.</em></p>
<p><strong>Artiste transdisciplinaire, vous mettez en scène des corps en associant arts de la marionnette, danse contemporaine et arts numériques. Votre univers est composé de corps hybridés, mécanisés et végétaux. Comment ces êtres altérés vous permettent-ils de questionner la condition humaine ?<br />
</strong>Ces êtres altérés ont des caractères, ils ont rarement des visages, ils sont sombres et ils ont des mobilités particulières. Ce qui m’intéresse, c’est que dans la relation avec des spectateurs, cela crée des réactions, cela met en place des phénomènes d’empathie, d’aversion, d'inquiétude... Finalement ces créatures peuvent elles aussi nous questionner. “Moi je suis humain mais elles c’est quoi ? Et pourquoi j’éprouve ça en les voyant alors que ce sont des artefacts ?“ En plus je donne très peu de contexte, c’est-à-dire qu’à chaque fois que le peuple sombre apparaît, on ne sait pas d’où il vient, on ne sait pas pourquoi il est là. Ce n'est que très récemment que j’ai commencé à poser le genre science-fiction.</p>
<p><strong>Vos créations prennent place dans un univers fictionnel où, en 2097, après une catastrophe environnementale, de nouvelles formes de vie font leur apparition. L’une d’entre elles, l’Über Beast Machine, ne peut survivre sans l’aide des techniciens du Pro-Vivance Lab, qui étudient ces nouvelles espèces. Pourquoi avoir situé votre univers dans un imaginaire post-apocalyptique ?<br />
</strong>Je pars du principe que les scénarios de collapsologie ont déjà eu lieu et qu’on est sur le “après”. L'idée c'est de pouvoir ouvrir un espace imaginaire qui ne soit pas lié à notre actualité. Le postulat 2097, c’était dire que peut-être qu’il y a eu un effondrement - il aurait eu lieu en 2028 - qu’après cela le capitalisme collapse, qu’il y a une reconfiguration du monde et surtout, qu’il y a une nouvelle forme de concorde qui se met en place, entre humains et non humains. Ce jeu de projection est alimenté par la pensée anthropologique contemporaine avec des auteurs comme <span style="color: #000000;">Bruno Latour</span>, <span style="color: #000000;">Tim Ingold</span> mais aussi <span style="color: #000000;">Donna Haraway</span> qui dit : <em>“non, l'anthropocène c’est encore mettre l’humain au centre, peut-être qu’il y a d’autres imaginaires à inventer”</em>.</p>
<p><strong>L’hybridation, dans l’imaginaire de la SF, convoque souvent l’Homme et la machine, mais rarement le règne végétal. Comment vous est venue l’idée d’inventer une créature de ce type ?<em><br />
</em></strong>Je me suis inspiré du milieu des arts de la marionnette, que je connais très bien. Entre la marionnette contemporaine et le robot, je trouve qu’il y a des passerelles très intéressantes. Faire appel au végétal c'était ouvrir d'autres possibilités, c’est-à-dire que ce n’est pas forcément l’humain qui va manipuler l’objet mais ça peut être la pluie, le soleil, les éléments... Ça c’était en 2010. Entre-temps eux aussi ont évolué, ces bébés végétaux sont apparus dans des contextes différents, à chaque fois ils s’immiscent dans les univers que je propose et ils sont toujours impactés par leur environnement.</p>
<p><strong>Pour revenir à Über Beast Machine, cette créature est fragile et ne peut survivre sans des soins prodigués par les humains. Là encore, vous allez à contre-courant des scénarios post-apocalyptiques où, souvent, l’Homme est menacé par une nouvelle espèce. Est-ce pour nous faire prendre conscience de la nécessité de respecter la nature ?<em><br />
</em></strong>Ce que je pose comme question c'est : “où l’humain se situe dans son environnement ?“ Et on peut dire que dans notre société occidentale - <em>“</em>naturaliste<em>“</em> comme la qualifie l’anthropologue <span style="color: #000000;">Philippe Descola</span> - l’humain se pense <em>“</em>hors<em>“</em> de la nature. Pour moi, l’expression du transhumanisme, c’est quelque chose qui relève de cela, d’une extraction encore plus forte de tout contexte environnemental, puisque l’immortalité c’est s’extraire d’un processus qui régit tout organisme biologique existant. C’est donc se sortir d’un cycle et l’anthropologie permet de se reposer cette question là : “est-ce qu’on se met au centre, est-ce qu’on se met à la périphérie ?” Mon travail propose une expérience de décentrement.</p>
<p><b>L’éthologue </b><span style="color: #000000;">Frans de Waal</span><b> interroge justement notre anthropocentrisme, allant jusqu’à se demander si nous sommes assez intelligents pour comprendre les animaux. Comment communiquer avec ces futures espèces hybrides ?</b><em style="font-weight: bold;"><br />
</em>Il y a deux choses. La première, si on revient sur l’Über Beast Machine, c’est que la mise en fiction du travail c’est un double mouvement. Le premier consiste en des protocoles de soin qui aident la créature. Le second mouvement, c’est le travail d’enquête sur sa psyché, de quoi elle est capable, son mode comportemental avec ses congénères, tout un ensemble de facteurs où là on serait vraiment des ethnologues de ces créatures et on chercherait à les comprendre, en tout cas à mieux percevoir leur puissance d’agir. L’autre chose, dans le travail de la Méta-Carpe, c’est un spectacle qui s’appelle Le solo Capture, et dans lequel je suis en interaction avec des singes. C'est moi qui suis le performeur, qui me met dans son état de corps sombre. Je ne cherche pas  pas à prendre les animaux comme faire-valoir, mais plutôt à montrer comment on peut cohabiter dans cet espace partagé.</p>
<p><strong>Qu’est-ce qu’évoque pour vous le thème de la résidence « <span style="color: #000000;">Hier c’était demain</span> »?<em><br />
</em></strong>J'aime bien ce thème, dans l’Über Beast Machine, il s'agit justement d'histoires de paradoxes temporels. Il y a tout un jeu, comme des indices qui auraient été déjà là dans le passé alors que l’on va vers un futur. L’autre idée, c’est celle de recyclage permanent, de quelque chose qui se récupère et qui prend une seconde vie, des choses qui se rejouent, qui revivent. Ça, ça me plaît beaucoup aussi.</p>
<h6><span style="color: #000000;">Entretien réalisé par Aurélien Montinari en septembre 2019</span></h6>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/entretien-avec-michael-cros-%e2%80%a2/">Entretien avec Michaël Cros • ProVivance LAB 2097</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p><img width="1024" height="697" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/IMGP0727-1024x697.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="Photo de ÜBER BEAST MACHINE, créature végétale et électrique apparue en 2017." srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/IMGP0727-1024x697.jpg 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/IMGP0727-1024x697-150x102.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/IMGP0727-1024x697-300x204.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/IMGP0727-1024x697-768x523.jpg 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/IMGP0727-1024x697-600x408.jpg 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/IMGP0727-1024x697-245x167.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/IMGP0727-1024x697-580x395.jpg 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/IMGP0727-1024x697-551x375.jpg 551w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/IMGP0727-1024x697-270x184.jpg 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/IMGP0727-1024x697-500x340.jpg 500w" sizes="(max-width: 1024px) 100vw, 1024px" /></p><h4>Dans le cadre du cycle thématique <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/projets/science-fiction/" target="_blank" rel="noopener">Hier c’était demain : science-fiction et imaginaires collectifs</a></h4>
<em>Univers post-apocalyptique, nouvelles espèces et questionnements ontologiques, <span style="color: #000000;">Michaël Cros</span> interroge l'anthropocène au regard de nos émotions.</em>

<strong>Artiste transdisciplinaire, vous mettez en scène des corps en associant arts de la marionnette, danse contemporaine et arts numériques. Votre univers est composé de corps hybridés, mécanisés et végétaux. Comment ces êtres altérés vous permettent-ils de questionner la condition humaine ?
</strong>Ces êtres altérés ont des caractères, ils ont rarement des visages, ils sont sombres et ils ont des mobilités particulières. Ce qui m’intéresse, c’est que dans la relation avec des spectateurs, cela crée des réactions, cela met en place des phénomènes d’empathie, d’aversion, d'inquiétude... Finalement ces créatures peuvent elles aussi nous questionner. “Moi je suis humain mais elles c’est quoi ? Et pourquoi j’éprouve ça en les voyant alors que ce sont des artefacts ?“ En plus je donne très peu de contexte, c’est-à-dire qu’à chaque fois que le peuple sombre apparaît, on ne sait pas d’où il vient, on ne sait pas pourquoi il est là. Ce n'est que très récemment que j’ai commencé à poser le genre science-fiction.

<strong>Vos créations prennent place dans un univers fictionnel où, en 2097, après une catastrophe environnementale, de nouvelles formes de vie font leur apparition. L’une d’entre elles, l’Über Beast Machine, ne peut survivre sans l’aide des techniciens du Pro-Vivance Lab, qui étudient ces nouvelles espèces. Pourquoi avoir situé votre univers dans un imaginaire post-apocalyptique ?
</strong>Je pars du principe que les scénarios de collapsologie ont déjà eu lieu et qu’on est sur le “après”. L'idée c'est de pouvoir ouvrir un espace imaginaire qui ne soit pas lié à notre actualité. Le postulat 2097, c’était dire que peut-être qu’il y a eu un effondrement - il aurait eu lieu en 2028 - qu’après cela le capitalisme collapse, qu’il y a une reconfiguration du monde et surtout, qu’il y a une nouvelle forme de concorde qui se met en place, entre humains et non humains. Ce jeu de projection est alimenté par la pensée anthropologique contemporaine avec des auteurs comme <span style="color: #000000;">Bruno Latour</span>, <span style="color: #000000;">Tim Ingold</span> mais aussi <span style="color: #000000;">Donna Haraway</span> qui dit : <em>“non, l'anthropocène c’est encore mettre l’humain au centre, peut-être qu’il y a d’autres imaginaires à inventer”</em>.

<strong>L’hybridation, dans l’imaginaire de la SF, convoque souvent l’Homme et la machine, mais rarement le règne végétal. Comment vous est venue l’idée d’inventer une créature de ce type ?<em>
</em></strong>Je me suis inspiré du milieu des arts de la marionnette, que je connais très bien. Entre la marionnette contemporaine et le robot, je trouve qu’il y a des passerelles très intéressantes. Faire appel au végétal c'était ouvrir d'autres possibilités, c’est-à-dire que ce n’est pas forcément l’humain qui va manipuler l’objet mais ça peut être la pluie, le soleil, les éléments... Ça c’était en 2010. Entre-temps eux aussi ont évolué, ces bébés végétaux sont apparus dans des contextes différents, à chaque fois ils s’immiscent dans les univers que je propose et ils sont toujours impactés par leur environnement.

<strong>Pour revenir à Über Beast Machine, cette créature est fragile et ne peut survivre sans des soins prodigués par les humains. Là encore, vous allez à contre-courant des scénarios post-apocalyptiques où, souvent, l’Homme est menacé par une nouvelle espèce. Est-ce pour nous faire prendre conscience de la nécessité de respecter la nature ?<em>
</em></strong>Ce que je pose comme question c'est : “où l’humain se situe dans son environnement ?“ Et on peut dire que dans notre société occidentale - <em>“</em>naturaliste<em>“</em> comme la qualifie l’anthropologue <span style="color: #000000;">Philippe Descola</span> - l’humain se pense <em>“</em>hors<em>“</em> de la nature. Pour moi, l’expression du transhumanisme, c’est quelque chose qui relève de cela, d’une extraction encore plus forte de tout contexte environnemental, puisque l’immortalité c’est s’extraire d’un processus qui régit tout organisme biologique existant. C’est donc se sortir d’un cycle et l’anthropologie permet de se reposer cette question là : “est-ce qu’on se met au centre, est-ce qu’on se met à la périphérie ?” Mon travail propose une expérience de décentrement.

<b>L’éthologue </b><span style="color: #000000;">Frans de Waal</span><b> interroge justement notre anthropocentrisme, allant jusqu’à se demander si nous sommes assez intelligents pour comprendre les animaux. Comment communiquer avec ces futures espèces hybrides ?</b><em style="font-weight: bold;">
</em>Il y a deux choses. La première, si on revient sur l’Über Beast Machine, c’est que la mise en fiction du travail c’est un double mouvement. Le premier consiste en des protocoles de soin qui aident la créature. Le second mouvement, c’est le travail d’enquête sur sa psyché, de quoi elle est capable, son mode comportemental avec ses congénères, tout un ensemble de facteurs où là on serait vraiment des ethnologues de ces créatures et on chercherait à les comprendre, en tout cas à mieux percevoir leur puissance d’agir. L’autre chose, dans le travail de la Méta-Carpe, c’est un spectacle qui s’appelle Le solo Capture, et dans lequel je suis en interaction avec des singes. C'est moi qui suis le performeur, qui me met dans son état de corps sombre. Je ne cherche pas  pas à prendre les animaux comme faire-valoir, mais plutôt à montrer comment on peut cohabiter dans cet espace partagé.

<strong>Qu’est-ce qu’évoque pour vous le thème de la résidence « <span style="color: #000000;">Hier c’était demain</span> »?<em>
</em></strong>J'aime bien ce thème, dans l’Über Beast Machine, il s'agit justement d'histoires de paradoxes temporels. Il y a tout un jeu, comme des indices qui auraient été déjà là dans le passé alors que l’on va vers un futur. L’autre idée, c’est celle de recyclage permanent, de quelque chose qui se récupère et qui prend une seconde vie, des choses qui se rejouent, qui revivent. Ça, ça me plaît beaucoup aussi.
<h6><span style="color: #000000;">Entretien réalisé par Aurélien Montinari en septembre 2019</span></h6><p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/entretien-avec-michael-cros-%e2%80%a2/">Entretien avec Michaël Cros • ProVivance LAB 2097</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [category@term] => blog
                    [date_timestamp] => 1570454828
                )

            [1] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Entretien avec Fabien Zocco • Spider and I
                    [link#] => 1
                    [link] => https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/entretien-avec-fabien-zocco-%e2%80%a2-spider-and-i/
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Fri, 04 Oct 2019 09:19:11 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Administrateurs Shadok
                            [subject#] => 1
                            [subject] => blog
                        )

                    [category#] => 1
                    [category] => blog
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => https://www.shadok.strasbourg.eu/?p=17234
                    [description#] => 1
                    [description] => <p><img width="571" height="321" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/SpiderandI.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/SpiderandI.jpg 571w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/SpiderandI-150x84.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/SpiderandI-300x169.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/SpiderandI-245x138.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/SpiderandI-270x152.jpg 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/SpiderandI-500x281.jpg 500w" sizes="(max-width: 571px) 100vw, 571px" /></p>
<h4>Dans le cadre du cycle thématique <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/projets/science-fiction/" target="_blank" rel="noopener">Hier c’était demain : science-fiction et imaginaires collectifs</a></h4>
<p><em>Les œuvres de <span style="color: #000000;">Fabien Zocco</span> développent une "technologie-fiction" ancrée dans notre quotidien et qui nous pousse à interroger notre rapport à la machine.</em></p>
<p><strong>Tes créations, films, installations, robots, produisent des artefacts issus d’un imaginaire dystopique, tu cherches à créer à travers eux une "poésie efficace", qu’entends-tu par-là ?<br />
</strong>Le langage a une importance assez forte dans mes projets. Il y a un côté "machine à écrire". J’utilise les technologies numériques pour produire des machines à fabriquer du langage mais un langage qui va devenir un peu mutant sous l’effet de la technologie.<br />
Dans le projet que je développe au Shadok, il n’y a plus, à première vue, de langage mais une machine qui produit des gestes : un robot-araignée. Tout l’enjeu du travail sera de le chorégraphier pour créer une autre forme de langage. Pour moi c'est une interrogation de la poésie. Le mot efficacité  peut renvoyer à une sorte d’efficience.</p>
<p><strong>Tu mets en scène un robot dont le comportement est indexé sur tes propres données biométriques via un bracelet connecté. Tu évoques les technologies du "quantified self", (mesure de soi). En quoi cela consiste-t-il ? Comment des données physiologiques peuvent-elles interagir avec un robot et pour quels résultats ?<br />
</strong>Ce robot, c'est une sorte d’objet miroir. C’est son comportement à lui seul qui devient dépositaire de mon état émotionnel. Il sera exposé dans une sorte de vivarium. Cela faisait longtemps que je voulais travailler sur un objet à comportement avec lequel je resterais attaché virtuellement. Pendant les temps d’exposition je ne serai pas à proximité du robot, je serai à distance, le bracelet communiquera en Bluetooth avec mon téléphone portable et je vaquerai à mes activités quotidiennes quelles qu’elles soient. Il y a un aspect performatif, je mène ma vie comme d’habitude et ce sont les micro variations d’émotions ou d’intensité d’activité que l’on traverse au quotidien qui vont venir nourrir ce robot. Une exposition dure de 10h du matin à 19h, donc sur ces temps d’activité je passe par des phases de repos, de calme, d’énervement et ce sont toutes ces phases qui vont être directement envoyées  vers le robot de façon à le manipuler à distance.</p>
<p><strong>Quelles valeurs (marchande, juridique, ontologique) peut-on attribuer à ce double de soi numérique ?<br />
</strong>Aujourd’hui on est tous un peu designers de nous-même et ça passe par cette question de l’avatar numérique, à travers la manière dont on se met en scène, tout un chacun,  à travers les réseaux sociaux, ou même par l’apparence physique. On est effectivement à un moment socioculturel où la fabrique de soi est devenue centrale. La vitrine publique que sont les réseaux sociaux est un phénomène de société que l’on peut difficilement nier. La constitution d’un double virtuel renvoie également à l'idée de l'immortalité de l’âme, qui pourrait nous survivre de manière virtuelle, avec le téléchargement de notre personnalité sur mémoire artificielle. On renoue ici avec des fantasmes ancestraux.</p>
<p><b>En 1976, Michel Foucault introduit la notion de bio-pouvoir, un principe d’un pouvoir qui s’exerce sur la vie et qui permettrait de gouverner la population, est-ce que tu penses que les objets connectés, leurs données, participent de cet organe de contrôle ?</b><br />
Oui, c’est une évidence. <span style="color: #000000;">Deleuze</span> parlait d’une sorte de désincarnation de ces dispositifs de contrôle. Les dispositifs deviennent immatériels mais sont complètement intégrés psychologiquement par les individus qui s’auto-contrôlent eux-mêmes. Les gens mettent des bracelets pour contrôler des éléments qui vont déterminer leur apparence physique, pour se conformer à des modèles qui sont imposés par biais du marketing.</p>
<p><strong>Pour l'artiste Stelarc, le corps doit être technologiquement amplifié. Penses-tu que nous sommes déjà des post-humains ?<br />
</strong>Cette mutation est déjà entamée. Les premiers exemples de cyborgs intégrés à la société, ce sont les sportifs. Par le biais du dopage, on est dans un système d’hybridation, non pas avec une machine mais avec des éléments artificiels qui sont de l’ordre de la pharmacologie.</p>
<p><strong>Qu’est-ce qu’évoque pour toi le thème de la Résidence, « <span style="color: #000000;">Hier c’était demain</span> »?<br />
</strong>Ce titre m’évoque l’aspect croisé entre différentes époques, ça renvoie à un imaginaire de la SF à la <span style="color: #000000;">H.G. Wells</span>, un père fondateur. Finalement la technologie n’est pas quelque chose d’uniquement tournée vers l’avenir, mais un point d’intersection entre le passé, le présent et le futur.</p>
<h6><span style="color: #000000;">Entretien réalisé par Aurélien Montinari en septembre 2019</span></h6>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/entretien-avec-fabien-zocco-%e2%80%a2-spider-and-i/">Entretien avec Fabien Zocco • Spider and I</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p><img width="571" height="321" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/SpiderandI.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/SpiderandI.jpg 571w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/SpiderandI-150x84.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/SpiderandI-300x169.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/SpiderandI-245x138.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/SpiderandI-270x152.jpg 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/SpiderandI-500x281.jpg 500w" sizes="(max-width: 571px) 100vw, 571px" /></p><h4>Dans le cadre du cycle thématique <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/projets/science-fiction/" target="_blank" rel="noopener">Hier c’était demain : science-fiction et imaginaires collectifs</a></h4>
<em>Les œuvres de <span style="color: #000000;">Fabien Zocco</span> développent une "technologie-fiction" ancrée dans notre quotidien et qui nous pousse à interroger notre rapport à la machine.</em>

<strong>Tes créations, films, installations, robots, produisent des artefacts issus d’un imaginaire dystopique, tu cherches à créer à travers eux une "poésie efficace", qu’entends-tu par-là ?
</strong>Le langage a une importance assez forte dans mes projets. Il y a un côté "machine à écrire". J’utilise les technologies numériques pour produire des machines à fabriquer du langage mais un langage qui va devenir un peu mutant sous l’effet de la technologie.
Dans le projet que je développe au Shadok, il n’y a plus, à première vue, de langage mais une machine qui produit des gestes : un robot-araignée. Tout l’enjeu du travail sera de le chorégraphier pour créer une autre forme de langage. Pour moi c'est une interrogation de la poésie. Le mot efficacité  peut renvoyer à une sorte d’efficience.

<strong>Tu mets en scène un robot dont le comportement est indexé sur tes propres données biométriques via un bracelet connecté. Tu évoques les technologies du "quantified self", (mesure de soi). En quoi cela consiste-t-il ? Comment des données physiologiques peuvent-elles interagir avec un robot et pour quels résultats ?
</strong>Ce robot, c'est une sorte d’objet miroir. C’est son comportement à lui seul qui devient dépositaire de mon état émotionnel. Il sera exposé dans une sorte de vivarium. Cela faisait longtemps que je voulais travailler sur un objet à comportement avec lequel je resterais attaché virtuellement. Pendant les temps d’exposition je ne serai pas à proximité du robot, je serai à distance, le bracelet communiquera en Bluetooth avec mon téléphone portable et je vaquerai à mes activités quotidiennes quelles qu’elles soient. Il y a un aspect performatif, je mène ma vie comme d’habitude et ce sont les micro variations d’émotions ou d’intensité d’activité que l’on traverse au quotidien qui vont venir nourrir ce robot. Une exposition dure de 10h du matin à 19h, donc sur ces temps d’activité je passe par des phases de repos, de calme, d’énervement et ce sont toutes ces phases qui vont être directement envoyées  vers le robot de façon à le manipuler à distance.

<strong>Quelles valeurs (marchande, juridique, ontologique) peut-on attribuer à ce double de soi numérique ?
</strong>Aujourd’hui on est tous un peu designers de nous-même et ça passe par cette question de l’avatar numérique, à travers la manière dont on se met en scène, tout un chacun,  à travers les réseaux sociaux, ou même par l’apparence physique. On est effectivement à un moment socioculturel où la fabrique de soi est devenue centrale. La vitrine publique que sont les réseaux sociaux est un phénomène de société que l’on peut difficilement nier. La constitution d’un double virtuel renvoie également à l'idée de l'immortalité de l’âme, qui pourrait nous survivre de manière virtuelle, avec le téléchargement de notre personnalité sur mémoire artificielle. On renoue ici avec des fantasmes ancestraux.

<b>En 1976, Michel Foucault introduit la notion de bio-pouvoir, un principe d’un pouvoir qui s’exerce sur la vie et qui permettrait de gouverner la population, est-ce que tu penses que les objets connectés, leurs données, participent de cet organe de contrôle ?</b>
Oui, c’est une évidence. <span style="color: #000000;">Deleuze</span> parlait d’une sorte de désincarnation de ces dispositifs de contrôle. Les dispositifs deviennent immatériels mais sont complètement intégrés psychologiquement par les individus qui s’auto-contrôlent eux-mêmes. Les gens mettent des bracelets pour contrôler des éléments qui vont déterminer leur apparence physique, pour se conformer à des modèles qui sont imposés par biais du marketing.

<strong>Pour l'artiste Stelarc, le corps doit être technologiquement amplifié. Penses-tu que nous sommes déjà des post-humains ?
</strong>Cette mutation est déjà entamée. Les premiers exemples de cyborgs intégrés à la société, ce sont les sportifs. Par le biais du dopage, on est dans un système d’hybridation, non pas avec une machine mais avec des éléments artificiels qui sont de l’ordre de la pharmacologie.

<strong>Qu’est-ce qu’évoque pour toi le thème de la Résidence, « <span style="color: #000000;">Hier c’était demain</span> »?
</strong>Ce titre m’évoque l’aspect croisé entre différentes époques, ça renvoie à un imaginaire de la SF à la <span style="color: #000000;">H.G. Wells</span>, un père fondateur. Finalement la technologie n’est pas quelque chose d’uniquement tournée vers l’avenir, mais un point d’intersection entre le passé, le présent et le futur.
<h6><span style="color: #000000;">Entretien réalisé par Aurélien Montinari en septembre 2019</span></h6><p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/entretien-avec-fabien-zocco-%e2%80%a2-spider-and-i/">Entretien avec Fabien Zocco • Spider and I</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => <p><img width="571" height="321" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/SpiderandI.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/SpiderandI.jpg 571w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/SpiderandI-150x84.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/SpiderandI-300x169.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/SpiderandI-245x138.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/SpiderandI-270x152.jpg 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/SpiderandI-500x281.jpg 500w" sizes="(max-width: 571px) 100vw, 571px" /></p>
<h4>Dans le cadre du cycle thématique <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/projets/science-fiction/" target="_blank" rel="noopener">Hier c’était demain : science-fiction et imaginaires collectifs</a></h4>
<p><em>Les œuvres de <span style="color: #000000;">Fabien Zocco</span> développent une "technologie-fiction" ancrée dans notre quotidien et qui nous pousse à interroger notre rapport à la machine.</em></p>
<p><strong>Tes créations, films, installations, robots, produisent des artefacts issus d’un imaginaire dystopique, tu cherches à créer à travers eux une "poésie efficace", qu’entends-tu par-là ?<br />
</strong>Le langage a une importance assez forte dans mes projets. Il y a un côté "machine à écrire". J’utilise les technologies numériques pour produire des machines à fabriquer du langage mais un langage qui va devenir un peu mutant sous l’effet de la technologie.<br />
Dans le projet que je développe au Shadok, il n’y a plus, à première vue, de langage mais une machine qui produit des gestes : un robot-araignée. Tout l’enjeu du travail sera de le chorégraphier pour créer une autre forme de langage. Pour moi c'est une interrogation de la poésie. Le mot efficacité  peut renvoyer à une sorte d’efficience.</p>
<p><strong>Tu mets en scène un robot dont le comportement est indexé sur tes propres données biométriques via un bracelet connecté. Tu évoques les technologies du "quantified self", (mesure de soi). En quoi cela consiste-t-il ? Comment des données physiologiques peuvent-elles interagir avec un robot et pour quels résultats ?<br />
</strong>Ce robot, c'est une sorte d’objet miroir. C’est son comportement à lui seul qui devient dépositaire de mon état émotionnel. Il sera exposé dans une sorte de vivarium. Cela faisait longtemps que je voulais travailler sur un objet à comportement avec lequel je resterais attaché virtuellement. Pendant les temps d’exposition je ne serai pas à proximité du robot, je serai à distance, le bracelet communiquera en Bluetooth avec mon téléphone portable et je vaquerai à mes activités quotidiennes quelles qu’elles soient. Il y a un aspect performatif, je mène ma vie comme d’habitude et ce sont les micro variations d’émotions ou d’intensité d’activité que l’on traverse au quotidien qui vont venir nourrir ce robot. Une exposition dure de 10h du matin à 19h, donc sur ces temps d’activité je passe par des phases de repos, de calme, d’énervement et ce sont toutes ces phases qui vont être directement envoyées  vers le robot de façon à le manipuler à distance.</p>
<p><strong>Quelles valeurs (marchande, juridique, ontologique) peut-on attribuer à ce double de soi numérique ?<br />
</strong>Aujourd’hui on est tous un peu designers de nous-même et ça passe par cette question de l’avatar numérique, à travers la manière dont on se met en scène, tout un chacun,  à travers les réseaux sociaux, ou même par l’apparence physique. On est effectivement à un moment socioculturel où la fabrique de soi est devenue centrale. La vitrine publique que sont les réseaux sociaux est un phénomène de société que l’on peut difficilement nier. La constitution d’un double virtuel renvoie également à l'idée de l'immortalité de l’âme, qui pourrait nous survivre de manière virtuelle, avec le téléchargement de notre personnalité sur mémoire artificielle. On renoue ici avec des fantasmes ancestraux.</p>
<p><b>En 1976, Michel Foucault introduit la notion de bio-pouvoir, un principe d’un pouvoir qui s’exerce sur la vie et qui permettrait de gouverner la population, est-ce que tu penses que les objets connectés, leurs données, participent de cet organe de contrôle ?</b><br />
Oui, c’est une évidence. <span style="color: #000000;">Deleuze</span> parlait d’une sorte de désincarnation de ces dispositifs de contrôle. Les dispositifs deviennent immatériels mais sont complètement intégrés psychologiquement par les individus qui s’auto-contrôlent eux-mêmes. Les gens mettent des bracelets pour contrôler des éléments qui vont déterminer leur apparence physique, pour se conformer à des modèles qui sont imposés par biais du marketing.</p>
<p><strong>Pour l'artiste Stelarc, le corps doit être technologiquement amplifié. Penses-tu que nous sommes déjà des post-humains ?<br />
</strong>Cette mutation est déjà entamée. Les premiers exemples de cyborgs intégrés à la société, ce sont les sportifs. Par le biais du dopage, on est dans un système d’hybridation, non pas avec une machine mais avec des éléments artificiels qui sont de l’ordre de la pharmacologie.</p>
<p><strong>Qu’est-ce qu’évoque pour toi le thème de la Résidence, « <span style="color: #000000;">Hier c’était demain</span> »?<br />
</strong>Ce titre m’évoque l’aspect croisé entre différentes époques, ça renvoie à un imaginaire de la SF à la <span style="color: #000000;">H.G. Wells</span>, un père fondateur. Finalement la technologie n’est pas quelque chose d’uniquement tournée vers l’avenir, mais un point d’intersection entre le passé, le présent et le futur.</p>
<h6><span style="color: #000000;">Entretien réalisé par Aurélien Montinari en septembre 2019</span></h6>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/entretien-avec-fabien-zocco-%e2%80%a2-spider-and-i/">Entretien avec Fabien Zocco • Spider and I</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p><img width="571" height="321" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/SpiderandI.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/SpiderandI.jpg 571w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/SpiderandI-150x84.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/SpiderandI-300x169.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/SpiderandI-245x138.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/SpiderandI-270x152.jpg 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/10/SpiderandI-500x281.jpg 500w" sizes="(max-width: 571px) 100vw, 571px" /></p><h4>Dans le cadre du cycle thématique <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/projets/science-fiction/" target="_blank" rel="noopener">Hier c’était demain : science-fiction et imaginaires collectifs</a></h4>
<em>Les œuvres de <span style="color: #000000;">Fabien Zocco</span> développent une "technologie-fiction" ancrée dans notre quotidien et qui nous pousse à interroger notre rapport à la machine.</em>

<strong>Tes créations, films, installations, robots, produisent des artefacts issus d’un imaginaire dystopique, tu cherches à créer à travers eux une "poésie efficace", qu’entends-tu par-là ?
</strong>Le langage a une importance assez forte dans mes projets. Il y a un côté "machine à écrire". J’utilise les technologies numériques pour produire des machines à fabriquer du langage mais un langage qui va devenir un peu mutant sous l’effet de la technologie.
Dans le projet que je développe au Shadok, il n’y a plus, à première vue, de langage mais une machine qui produit des gestes : un robot-araignée. Tout l’enjeu du travail sera de le chorégraphier pour créer une autre forme de langage. Pour moi c'est une interrogation de la poésie. Le mot efficacité  peut renvoyer à une sorte d’efficience.

<strong>Tu mets en scène un robot dont le comportement est indexé sur tes propres données biométriques via un bracelet connecté. Tu évoques les technologies du "quantified self", (mesure de soi). En quoi cela consiste-t-il ? Comment des données physiologiques peuvent-elles interagir avec un robot et pour quels résultats ?
</strong>Ce robot, c'est une sorte d’objet miroir. C’est son comportement à lui seul qui devient dépositaire de mon état émotionnel. Il sera exposé dans une sorte de vivarium. Cela faisait longtemps que je voulais travailler sur un objet à comportement avec lequel je resterais attaché virtuellement. Pendant les temps d’exposition je ne serai pas à proximité du robot, je serai à distance, le bracelet communiquera en Bluetooth avec mon téléphone portable et je vaquerai à mes activités quotidiennes quelles qu’elles soient. Il y a un aspect performatif, je mène ma vie comme d’habitude et ce sont les micro variations d’émotions ou d’intensité d’activité que l’on traverse au quotidien qui vont venir nourrir ce robot. Une exposition dure de 10h du matin à 19h, donc sur ces temps d’activité je passe par des phases de repos, de calme, d’énervement et ce sont toutes ces phases qui vont être directement envoyées  vers le robot de façon à le manipuler à distance.

<strong>Quelles valeurs (marchande, juridique, ontologique) peut-on attribuer à ce double de soi numérique ?
</strong>Aujourd’hui on est tous un peu designers de nous-même et ça passe par cette question de l’avatar numérique, à travers la manière dont on se met en scène, tout un chacun,  à travers les réseaux sociaux, ou même par l’apparence physique. On est effectivement à un moment socioculturel où la fabrique de soi est devenue centrale. La vitrine publique que sont les réseaux sociaux est un phénomène de société que l’on peut difficilement nier. La constitution d’un double virtuel renvoie également à l'idée de l'immortalité de l’âme, qui pourrait nous survivre de manière virtuelle, avec le téléchargement de notre personnalité sur mémoire artificielle. On renoue ici avec des fantasmes ancestraux.

<b>En 1976, Michel Foucault introduit la notion de bio-pouvoir, un principe d’un pouvoir qui s’exerce sur la vie et qui permettrait de gouverner la population, est-ce que tu penses que les objets connectés, leurs données, participent de cet organe de contrôle ?</b>
Oui, c’est une évidence. <span style="color: #000000;">Deleuze</span> parlait d’une sorte de désincarnation de ces dispositifs de contrôle. Les dispositifs deviennent immatériels mais sont complètement intégrés psychologiquement par les individus qui s’auto-contrôlent eux-mêmes. Les gens mettent des bracelets pour contrôler des éléments qui vont déterminer leur apparence physique, pour se conformer à des modèles qui sont imposés par biais du marketing.

<strong>Pour l'artiste Stelarc, le corps doit être technologiquement amplifié. Penses-tu que nous sommes déjà des post-humains ?
</strong>Cette mutation est déjà entamée. Les premiers exemples de cyborgs intégrés à la société, ce sont les sportifs. Par le biais du dopage, on est dans un système d’hybridation, non pas avec une machine mais avec des éléments artificiels qui sont de l’ordre de la pharmacologie.

<strong>Qu’est-ce qu’évoque pour toi le thème de la Résidence, « <span style="color: #000000;">Hier c’était demain</span> »?
</strong>Ce titre m’évoque l’aspect croisé entre différentes époques, ça renvoie à un imaginaire de la SF à la <span style="color: #000000;">H.G. Wells</span>, un père fondateur. Finalement la technologie n’est pas quelque chose d’uniquement tournée vers l’avenir, mais un point d’intersection entre le passé, le présent et le futur.
<h6><span style="color: #000000;">Entretien réalisé par Aurélien Montinari en septembre 2019</span></h6><p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/entretien-avec-fabien-zocco-%e2%80%a2-spider-and-i/">Entretien avec Fabien Zocco • Spider and I</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [category@term] => blog
                    [date_timestamp] => 1570180751
                )

            [2] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Introduction : Corps connecté
                    [link#] => 1
                    [link] => https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/introduction-corps-connecte/
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Thu, 12 Sep 2019 10:12:33 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Administrateurs Shadok
                            [subject#] => 1
                            [subject] => blog
                        )

                    [category#] => 1
                    [category] => blog
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => https://www.shadok.strasbourg.eu/?p=17209
                    [description#] => 1
                    [description] => <p><img width="1920" height="1080" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/09/T4sanstx.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/09/T4sanstx.jpg 1920w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/09/T4sanstx-150x84.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/09/T4sanstx-300x169.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/09/T4sanstx-768x432.jpg 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/09/T4sanstx-1024x576.jpg 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/09/T4sanstx-600x338.jpg 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/09/T4sanstx-245x138.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/09/T4sanstx-580x326.jpg 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/09/T4sanstx-667x375.jpg 667w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/09/T4sanstx-270x152.jpg 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/09/T4sanstx-500x281.jpg 500w" sizes="(max-width: 1920px) 100vw, 1920px" /></p>
<h4>Introduction au <span style="color: #ff0000;">Temps #4 • Corps connecté</span> dans le cadre du cycle <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/projets/science-fiction/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #ff0000;">Hier c'était demain, science-fiction et imaginaires collectifs</span></a></h4>
<p>&nbsp;</p>
<blockquote>
<p style="text-align: left;">« <em>Déjà ton espace est en train d’exploser sous le coup de ta science.<br />
La forme humaine d’origine sera bientôt obsolète</em>. » - Bruce Sterling</p>
</blockquote>
<p>&nbsp;</p>
<p>Avec le cycle <b><a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/projets/science-fiction/" target="_blank" rel="noopener">Hier c’était demain, science-fiction et imaginaires collectifs</a>,</b> le Shadok nous plonge dans la dimension anticipatrice de la SF ou comment ce genre pense le futur. Un genre avec ses codes, ses symboles et ses récits, qui nourrissent nos représentations.</p>
<p>Corps connecté, modifié ou encore amélioré, le mythe du surhumain peuple l’univers de la science-fiction, de la série <i>L’Homme qui valait trois milliards</i> au manga <i>Cobra</i>, en passant par la littérature cyberpunk avec le <i>Neuromancien</i> ou <i>Schismatrice</i>.</p>
<p>Implants, prothèses, greffes et autres ajouts sont censés donner au corps humains de nouvelles fonctions, de nouveaux pouvoirs.</p>
<p>Le corps appréhendé comme un dispositif améliorable à l’envie n’est pourtant pas une neuve. Le médecin et philosophe Julien Offray de La Mettrie déclarait dès le 18ème siècle : « <em>le corps humain n’est qu’une horloge</em> ».</p>
<p>Une vision mécaniste qui sera reprise par leurs ingénieurs de la Nasa plus de 200 ans plus tard. Échaudés par l’envoi dans l’espace du satellite Spoutnik par l’U.R.S.S. en 1957, les États-Unis se lancent dans une véritable course aux étoiles et réfléchissent à comment amplifier l’humain pour que ce dernier résiste aux vols spatiaux.</p>
<p>Si les projets cyborgs ne décolleront jamais, l’idée d’une technologique invasive allait, elle, faire son chemin et réapparaître dans la culture SF.</p>
<p>Du corps amélioré, il ne fallait qu’un pas pour que l’on évoque un « corps obsolète » comme aime à le scander l’artiste australien Stelarc.</p>
<p>Avec la technologie comme matériau, on nous promet donc de nouveaux horizons à l’instar des transhumanistes comme Mark Zuckerberg qui avoue travailler actuellement sur des technologies permettant de naviguer sur son smartphone, par la seule force de la pensée…</p>
<p>Des promesses pourtant à nuancer et qui laissent peut-être présager plus d’angoisse que de libération.</p>
<p>« <em>L’homme est devenu pour ainsi dire une sorte de dieu prothétique, dieu certes admirable s’il revêt tous ses organes auxiliaires, mais ceux-ci n’ont pas poussé avec lui et lui donnent souvent bien du mal</em> ». Sigmund Freud</p>
<p style="text-align: right;"><span style="color: #000000;">Aurélien Montinari </span></p>
<p>&nbsp;</p>
<p><span style="color: #ff0000;">Les évènements </span></p>
<ul>
<li><a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/agenda/vestiges/" target="_blank" rel="noopener">Vestiges / Toucher disparaître croire • Exposition</a> • du 14 septembre au 30 novembre</li>
<li><a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/agenda/le-corps-a-linterface-du-monde/" target="_blank" rel="noopener">Le corps à l’interface du monde • Rencontre</a> • 18 septembre à 19h30</li>
</ul>
<p>&nbsp;</p>
<p style="text-align: right;">
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/introduction-corps-connecte/">Introduction : Corps connecté</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p><img width="1920" height="1080" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/09/T4sanstx.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/09/T4sanstx.jpg 1920w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/09/T4sanstx-150x84.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/09/T4sanstx-300x169.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/09/T4sanstx-768x432.jpg 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/09/T4sanstx-1024x576.jpg 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/09/T4sanstx-600x338.jpg 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/09/T4sanstx-245x138.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/09/T4sanstx-580x326.jpg 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/09/T4sanstx-667x375.jpg 667w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/09/T4sanstx-270x152.jpg 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/09/T4sanstx-500x281.jpg 500w" sizes="(max-width: 1920px) 100vw, 1920px" /></p><h4>Introduction au <span style="color: #ff0000;">Temps #4 • Corps connecté</span> dans le cadre du cycle <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/projets/science-fiction/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #ff0000;">Hier c'était demain, science-fiction et imaginaires collectifs</span></a></h4>
&nbsp;
<blockquote>
<p style="text-align: left;">« <em>Déjà ton espace est en train d’exploser sous le coup de ta science.
La forme humaine d’origine sera bientôt obsolète</em>. » - Bruce Sterling</p>
</blockquote>
&nbsp;

Avec le cycle <b><a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/projets/science-fiction/" target="_blank" rel="noopener">Hier c’était demain, science-fiction et imaginaires collectifs</a>,</b> le Shadok nous plonge dans la dimension anticipatrice de la SF ou comment ce genre pense le futur. Un genre avec ses codes, ses symboles et ses récits, qui nourrissent nos représentations.

Corps connecté, modifié ou encore amélioré, le mythe du surhumain peuple l’univers de la science-fiction, de la série <i>L’Homme qui valait trois milliards</i> au manga <i>Cobra</i>, en passant par la littérature cyberpunk avec le <i>Neuromancien</i> ou <i>Schismatrice</i>.

Implants, prothèses, greffes et autres ajouts sont censés donner au corps humains de nouvelles fonctions, de nouveaux pouvoirs.

Le corps appréhendé comme un dispositif améliorable à l’envie n’est pourtant pas une neuve. Le médecin et philosophe Julien Offray de La Mettrie déclarait dès le 18ème siècle : « <em>le corps humain n’est qu’une horloge</em> ».

Une vision mécaniste qui sera reprise par leurs ingénieurs de la Nasa plus de 200 ans plus tard. Échaudés par l’envoi dans l’espace du satellite Spoutnik par l’U.R.S.S. en 1957, les États-Unis se lancent dans une véritable course aux étoiles et réfléchissent à comment amplifier l’humain pour que ce dernier résiste aux vols spatiaux.

Si les projets cyborgs ne décolleront jamais, l’idée d’une technologique invasive allait, elle, faire son chemin et réapparaître dans la culture SF.

Du corps amélioré, il ne fallait qu’un pas pour que l’on évoque un « corps obsolète » comme aime à le scander l’artiste australien Stelarc.

Avec la technologie comme matériau, on nous promet donc de nouveaux horizons à l’instar des transhumanistes comme Mark Zuckerberg qui avoue travailler actuellement sur des technologies permettant de naviguer sur son smartphone, par la seule force de la pensée…

Des promesses pourtant à nuancer et qui laissent peut-être présager plus d’angoisse que de libération.

« <em>L’homme est devenu pour ainsi dire une sorte de dieu prothétique, dieu certes admirable s’il revêt tous ses organes auxiliaires, mais ceux-ci n’ont pas poussé avec lui et lui donnent souvent bien du mal</em> ». Sigmund Freud
<p style="text-align: right;"><span style="color: #000000;">Aurélien Montinari </span></p>
&nbsp;

<span style="color: #ff0000;">Les évènements </span>
<ul>
 	<li><a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/agenda/vestiges/" target="_blank" rel="noopener">Vestiges / Toucher disparaître croire • Exposition</a> • du 14 septembre au 30 novembre</li>
 	<li><a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/agenda/le-corps-a-linterface-du-monde/" target="_blank" rel="noopener">Le corps à l’interface du monde • Rencontre</a> • 18 septembre à 19h30</li>
</ul>
&nbsp;
<p style="text-align: right;"></p><p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/introduction-corps-connecte/">Introduction : Corps connecté</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => <p><img width="1920" height="1080" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/09/T4sanstx.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/09/T4sanstx.jpg 1920w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/09/T4sanstx-150x84.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/09/T4sanstx-300x169.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/09/T4sanstx-768x432.jpg 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/09/T4sanstx-1024x576.jpg 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/09/T4sanstx-600x338.jpg 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/09/T4sanstx-245x138.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/09/T4sanstx-580x326.jpg 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/09/T4sanstx-667x375.jpg 667w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/09/T4sanstx-270x152.jpg 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/09/T4sanstx-500x281.jpg 500w" sizes="(max-width: 1920px) 100vw, 1920px" /></p>
<h4>Introduction au <span style="color: #ff0000;">Temps #4 • Corps connecté</span> dans le cadre du cycle <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/projets/science-fiction/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #ff0000;">Hier c'était demain, science-fiction et imaginaires collectifs</span></a></h4>
<p>&nbsp;</p>
<blockquote>
<p style="text-align: left;">« <em>Déjà ton espace est en train d’exploser sous le coup de ta science.<br />
La forme humaine d’origine sera bientôt obsolète</em>. » - Bruce Sterling</p>
</blockquote>
<p>&nbsp;</p>
<p>Avec le cycle <b><a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/projets/science-fiction/" target="_blank" rel="noopener">Hier c’était demain, science-fiction et imaginaires collectifs</a>,</b> le Shadok nous plonge dans la dimension anticipatrice de la SF ou comment ce genre pense le futur. Un genre avec ses codes, ses symboles et ses récits, qui nourrissent nos représentations.</p>
<p>Corps connecté, modifié ou encore amélioré, le mythe du surhumain peuple l’univers de la science-fiction, de la série <i>L’Homme qui valait trois milliards</i> au manga <i>Cobra</i>, en passant par la littérature cyberpunk avec le <i>Neuromancien</i> ou <i>Schismatrice</i>.</p>
<p>Implants, prothèses, greffes et autres ajouts sont censés donner au corps humains de nouvelles fonctions, de nouveaux pouvoirs.</p>
<p>Le corps appréhendé comme un dispositif améliorable à l’envie n’est pourtant pas une neuve. Le médecin et philosophe Julien Offray de La Mettrie déclarait dès le 18ème siècle : « <em>le corps humain n’est qu’une horloge</em> ».</p>
<p>Une vision mécaniste qui sera reprise par leurs ingénieurs de la Nasa plus de 200 ans plus tard. Échaudés par l’envoi dans l’espace du satellite Spoutnik par l’U.R.S.S. en 1957, les États-Unis se lancent dans une véritable course aux étoiles et réfléchissent à comment amplifier l’humain pour que ce dernier résiste aux vols spatiaux.</p>
<p>Si les projets cyborgs ne décolleront jamais, l’idée d’une technologique invasive allait, elle, faire son chemin et réapparaître dans la culture SF.</p>
<p>Du corps amélioré, il ne fallait qu’un pas pour que l’on évoque un « corps obsolète » comme aime à le scander l’artiste australien Stelarc.</p>
<p>Avec la technologie comme matériau, on nous promet donc de nouveaux horizons à l’instar des transhumanistes comme Mark Zuckerberg qui avoue travailler actuellement sur des technologies permettant de naviguer sur son smartphone, par la seule force de la pensée…</p>
<p>Des promesses pourtant à nuancer et qui laissent peut-être présager plus d’angoisse que de libération.</p>
<p>« <em>L’homme est devenu pour ainsi dire une sorte de dieu prothétique, dieu certes admirable s’il revêt tous ses organes auxiliaires, mais ceux-ci n’ont pas poussé avec lui et lui donnent souvent bien du mal</em> ». Sigmund Freud</p>
<p style="text-align: right;"><span style="color: #000000;">Aurélien Montinari </span></p>
<p>&nbsp;</p>
<p><span style="color: #ff0000;">Les évènements </span></p>
<ul>
<li><a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/agenda/vestiges/" target="_blank" rel="noopener">Vestiges / Toucher disparaître croire • Exposition</a> • du 14 septembre au 30 novembre</li>
<li><a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/agenda/le-corps-a-linterface-du-monde/" target="_blank" rel="noopener">Le corps à l’interface du monde • Rencontre</a> • 18 septembre à 19h30</li>
</ul>
<p>&nbsp;</p>
<p style="text-align: right;">
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/introduction-corps-connecte/">Introduction : Corps connecté</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p><img width="1920" height="1080" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/09/T4sanstx.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/09/T4sanstx.jpg 1920w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/09/T4sanstx-150x84.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/09/T4sanstx-300x169.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/09/T4sanstx-768x432.jpg 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/09/T4sanstx-1024x576.jpg 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/09/T4sanstx-600x338.jpg 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/09/T4sanstx-245x138.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/09/T4sanstx-580x326.jpg 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/09/T4sanstx-667x375.jpg 667w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/09/T4sanstx-270x152.jpg 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/09/T4sanstx-500x281.jpg 500w" sizes="(max-width: 1920px) 100vw, 1920px" /></p><h4>Introduction au <span style="color: #ff0000;">Temps #4 • Corps connecté</span> dans le cadre du cycle <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/projets/science-fiction/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #ff0000;">Hier c'était demain, science-fiction et imaginaires collectifs</span></a></h4>
&nbsp;
<blockquote>
<p style="text-align: left;">« <em>Déjà ton espace est en train d’exploser sous le coup de ta science.
La forme humaine d’origine sera bientôt obsolète</em>. » - Bruce Sterling</p>
</blockquote>
&nbsp;

Avec le cycle <b><a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/projets/science-fiction/" target="_blank" rel="noopener">Hier c’était demain, science-fiction et imaginaires collectifs</a>,</b> le Shadok nous plonge dans la dimension anticipatrice de la SF ou comment ce genre pense le futur. Un genre avec ses codes, ses symboles et ses récits, qui nourrissent nos représentations.

Corps connecté, modifié ou encore amélioré, le mythe du surhumain peuple l’univers de la science-fiction, de la série <i>L’Homme qui valait trois milliards</i> au manga <i>Cobra</i>, en passant par la littérature cyberpunk avec le <i>Neuromancien</i> ou <i>Schismatrice</i>.

Implants, prothèses, greffes et autres ajouts sont censés donner au corps humains de nouvelles fonctions, de nouveaux pouvoirs.

Le corps appréhendé comme un dispositif améliorable à l’envie n’est pourtant pas une neuve. Le médecin et philosophe Julien Offray de La Mettrie déclarait dès le 18ème siècle : « <em>le corps humain n’est qu’une horloge</em> ».

Une vision mécaniste qui sera reprise par leurs ingénieurs de la Nasa plus de 200 ans plus tard. Échaudés par l’envoi dans l’espace du satellite Spoutnik par l’U.R.S.S. en 1957, les États-Unis se lancent dans une véritable course aux étoiles et réfléchissent à comment amplifier l’humain pour que ce dernier résiste aux vols spatiaux.

Si les projets cyborgs ne décolleront jamais, l’idée d’une technologique invasive allait, elle, faire son chemin et réapparaître dans la culture SF.

Du corps amélioré, il ne fallait qu’un pas pour que l’on évoque un « corps obsolète » comme aime à le scander l’artiste australien Stelarc.

Avec la technologie comme matériau, on nous promet donc de nouveaux horizons à l’instar des transhumanistes comme Mark Zuckerberg qui avoue travailler actuellement sur des technologies permettant de naviguer sur son smartphone, par la seule force de la pensée…

Des promesses pourtant à nuancer et qui laissent peut-être présager plus d’angoisse que de libération.

« <em>L’homme est devenu pour ainsi dire une sorte de dieu prothétique, dieu certes admirable s’il revêt tous ses organes auxiliaires, mais ceux-ci n’ont pas poussé avec lui et lui donnent souvent bien du mal</em> ». Sigmund Freud
<p style="text-align: right;"><span style="color: #000000;">Aurélien Montinari </span></p>
&nbsp;

<span style="color: #ff0000;">Les évènements </span>
<ul>
 	<li><a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/agenda/vestiges/" target="_blank" rel="noopener">Vestiges / Toucher disparaître croire • Exposition</a> • du 14 septembre au 30 novembre</li>
 	<li><a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/agenda/le-corps-a-linterface-du-monde/" target="_blank" rel="noopener">Le corps à l’interface du monde • Rencontre</a> • 18 septembre à 19h30</li>
</ul>
&nbsp;
<p style="text-align: right;"></p><p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/introduction-corps-connecte/">Introduction : Corps connecté</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [category@term] => blog
                    [date_timestamp] => 1568283153
                )

            [3] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Entretien avec Rocio Berenguer • G5 Inter-espèces
                    [link#] => 1
                    [link] => https://www.shadok.strasbourg.eu/annees/2019/entretien-avec-rocio-berenguer-%e2%80%a2-g5-inter-especes/
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Wed, 17 Apr 2019 15:38:04 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Administrateurs Shadok
                            [subject#] => 2
                            [subject] => Hier c'était demain : science-fiction et imaginaires collectifs
                            [subject#2] => 2019
                        )

                    [category#] => 2
                    [category] => Hier c'était demain : science-fiction et imaginaires collectifs
                    [category#2] => 2019
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => https://www.shadok.strasbourg.eu/?p=16308
                    [description#] => 1
                    [description] => <p><img width="1436" height="944" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.39.37.png" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.39.37.png 1436w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.39.37-150x99.png 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.39.37-300x197.png 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.39.37-768x505.png 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.39.37-1024x673.png 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.39.37-600x394.png 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.39.37-245x161.png 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.39.37-580x381.png 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.39.37-570x375.png 570w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.39.37-270x177.png 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.39.37-500x329.png 500w" sizes="(max-width: 1436px) 100vw, 1436px" /></p>
<h4>Dans le cadre du cycle thématique <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/projets/science-fiction/" target="_blank" rel="noopener">Hier c’était demain : science-fiction et imaginaires collectifs </a></h4>
<p><i>Artiste transdisciplinaire accueillie en résidence durant le <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/temps-1-anthropocene/" target="_blank" rel="noopener">Temps 1 – Planète interdite (anthropocène)</a>, <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/rocio-berenguer/" target="_blank" rel="noopener">Rocio Berenguer</a> interroge notre prétendue position dominante dans le règne vivant ainsi que notre rapport à l’altérité. Elle tente d’engager un dialogue entre toutes les espèces.</i></p>
<p><strong>Le corps, son expression, sa mise en scène tient un rôle important dans votre travail. Comment le corps peut-il devenir un moyen d’interroger les nouveaux médias ?</strong></p>
<p>Interroger le numérique c’est trop large, je ne saurais pas comment m’y prendre.<br />
C’est vrai que le corps a une place assez centrale dans mon œuvre. Je pense qu’il y a beaucoup de stratégies, soit politiques, soit culturelles, qui passent justement par le corps. En fait nos corps sont souvent chorégraphiés par des designers, par les designers de certaines technologies, de certains espaces, de certaines logiques, donc en fait le corps, pour moi, c’est une matière qui absorbe ces formes. C’est un terrain de lutte aussi, de résistance, je parle de dramaturgie du corps.</p>
<p><strong>Avec le dispositif G5 et le IOFLE, vous considérez le futur de l’homme à travers le déclin de sa position dominante et via le dialogue entre les espèces (animal, minéral, végétal, machine, humain). Comment vous est venue l’idée de donner voix au chapitre à toutes les espèces ?</strong></p>
<p>J’essaye d’explorer par l’imaginaire tous les possibles. Pour moi, il y a une question d’interdépendance qui est primordiale, c’est juste que dans notre culture, nous, les humains, nous avons créé des rapports de hiérarchie en pensant que l’on peut tout dominer. C’est ce rapport là que j’essaie de réinterroger : détrôner l’humain du centre du cosmos.</p>
<p><strong>Dans le dialogue inter-espèces intervient également l’Intelligence Artificielle. Pensez-vous qu’une création puisse être considérée comme une espèce à part entière ? Quelle est pour vous la définition d’une espèce ?</strong></p>
<p>Dans cette proposition, c’est ce que j’essaie de défendre, oui.<br />
« Si on crée des esclaves on devient des esclaves » et donc, si on crée des machines-esclaves on devient des esclaves de ces créations. L’intérêt de la création c’est que l’on soit ouvert à un plus grand nombre d’altérités sans rapport de hiérarchie.<br />
On peut avoir des ennemis, on peut ne pas aimer l’autre, mais au moins l’autre existe et c’est ça le point important : considérer l’existence de l’autre, ne pas le voir comme un objet mais comme un sujet.</p>
<p><strong>Que ce soit à travers des systèmes de communication inter-espèces (SEMIC, EECCS) ou dans notre rapport à la prédation et à l’alimentation (WAF), vous prônez une horizontalité des rapports où toutes les espèces sont considérées comme des sujets. Pensez-vous que l’humain est prêt à donner la parole aux autres espèces, à abandonner sa position dominante ? Saura-t-il écouter ?</strong></p>
<p>Je pense que je ne peux pas répondre, je ne suis pas l’humanité (rires). Je peux répondre pour moi, moi je suis prête ! On est quelques-uns à être prêts, pour les autres, je ne peux pas répondre !</p>
<p><strong>Dans une fiction où l’Homme ne serait plus le seul à dicter ses lois et qui mettrait en scène la fin de l’anthropocène, quelles pourraient être les velléités des autres espèces ? Irions-nous vers plus d’harmonie ou, au contraire, plus de chaos ?</strong></p>
<p>Je crois qu’on serait obligé de sortir de la binarité, du mal ou de l’harmonie, parce que l’on serait obligé d’intégrer la complexité et dans la complexité il n’y a pas de bien ou de mal. Si des tigres sauvages sont lâchés dans la ville, et qu’ils ont le même statut que moi, je n’aurai pas le droit de les dominer, mais comme leur logique alimentaire est différente de la mienne, moi ça ne m’arrangera pas, ça va être un problème pour moi et tous les humains donc il va falloir trouver un système, un arrangement, pour ne pas se faire dévorer !</p>
<p><strong>Le nom de votre projet, <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/rocio-berenguer/" target="_blank" rel="noopener">G5 Inter-espèces</a>, évoque explicitement les discussions économiques, sociales et politiques du forum du G7. En quoi la science-fiction a-t-elle partie liée avec ces domaines ?</strong></p>
<p>Oui, je crois, il y a effectivement un lien avec le politique. Il y a un côté provocateur aussi peut-être. Ces dirigeants du monde se réunissent à 7, à 20, pour décider de comment on va vivre tous, les 7 milliards d’humains. Ce n’est évidemment pas aussi simple que ça, mais pour caricaturer, c’est un peu ça, aujourd’hui, le monde. Dans mon projet, on serait 5 mais pas que des humains, l’humain ne représenterait qu’une seule espèce.</p>
<p><strong>Qu’est-ce qu’évoque pour vous le thème de la résidence « Hier c’était demain » ?</strong></p>
<p>« Hier c’était demain », ça m’évoque<i> des </i>futurs déjà passés. Des images du futur qui sont obsolètes aujourd’hui.</p>
<h6>Entretien réalisé par Aurélien Montinari en mars 2019</h6>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/annees/2019/entretien-avec-rocio-berenguer-%e2%80%a2-g5-inter-especes/">Entretien avec Rocio Berenguer • G5 Inter-espèces</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p><img width="1436" height="944" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.39.37.png" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.39.37.png 1436w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.39.37-150x99.png 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.39.37-300x197.png 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.39.37-768x505.png 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.39.37-1024x673.png 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.39.37-600x394.png 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.39.37-245x161.png 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.39.37-580x381.png 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.39.37-570x375.png 570w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.39.37-270x177.png 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.39.37-500x329.png 500w" sizes="(max-width: 1436px) 100vw, 1436px" /></p><h4>Dans le cadre du cycle thématique <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/projets/science-fiction/" target="_blank" rel="noopener">Hier c’était demain : science-fiction et imaginaires collectifs </a></h4>
<i>Artiste transdisciplinaire accueillie en résidence durant le <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/temps-1-anthropocene/" target="_blank" rel="noopener">Temps 1 – Planète interdite (anthropocène)</a>, <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/rocio-berenguer/" target="_blank" rel="noopener">Rocio Berenguer</a> interroge notre prétendue position dominante dans le règne vivant ainsi que notre rapport à l’altérité. Elle tente d’engager un dialogue entre toutes les espèces.</i>

<strong>Le corps, son expression, sa mise en scène tient un rôle important dans votre travail. Comment le corps peut-il devenir un moyen d’interroger les nouveaux médias ?</strong>

Interroger le numérique c’est trop large, je ne saurais pas comment m’y prendre.
C’est vrai que le corps a une place assez centrale dans mon œuvre. Je pense qu’il y a beaucoup de stratégies, soit politiques, soit culturelles, qui passent justement par le corps. En fait nos corps sont souvent chorégraphiés par des designers, par les designers de certaines technologies, de certains espaces, de certaines logiques, donc en fait le corps, pour moi, c’est une matière qui absorbe ces formes. C’est un terrain de lutte aussi, de résistance, je parle de dramaturgie du corps.

<strong>Avec le dispositif G5 et le IOFLE, vous considérez le futur de l’homme à travers le déclin de sa position dominante et via le dialogue entre les espèces (animal, minéral, végétal, machine, humain). Comment vous est venue l’idée de donner voix au chapitre à toutes les espèces ?</strong>

J’essaye d’explorer par l’imaginaire tous les possibles. Pour moi, il y a une question d’interdépendance qui est primordiale, c’est juste que dans notre culture, nous, les humains, nous avons créé des rapports de hiérarchie en pensant que l’on peut tout dominer. C’est ce rapport là que j’essaie de réinterroger : détrôner l’humain du centre du cosmos.

<strong>Dans le dialogue inter-espèces intervient également l’Intelligence Artificielle. Pensez-vous qu’une création puisse être considérée comme une espèce à part entière ? Quelle est pour vous la définition d’une espèce ?</strong>

Dans cette proposition, c’est ce que j’essaie de défendre, oui.
« Si on crée des esclaves on devient des esclaves » et donc, si on crée des machines-esclaves on devient des esclaves de ces créations. L’intérêt de la création c’est que l’on soit ouvert à un plus grand nombre d’altérités sans rapport de hiérarchie.
On peut avoir des ennemis, on peut ne pas aimer l’autre, mais au moins l’autre existe et c’est ça le point important : considérer l’existence de l’autre, ne pas le voir comme un objet mais comme un sujet.

<strong>Que ce soit à travers des systèmes de communication inter-espèces (SEMIC, EECCS) ou dans notre rapport à la prédation et à l’alimentation (WAF), vous prônez une horizontalité des rapports où toutes les espèces sont considérées comme des sujets. Pensez-vous que l’humain est prêt à donner la parole aux autres espèces, à abandonner sa position dominante ? Saura-t-il écouter ?</strong>

Je pense que je ne peux pas répondre, je ne suis pas l’humanité (rires). Je peux répondre pour moi, moi je suis prête ! On est quelques-uns à être prêts, pour les autres, je ne peux pas répondre !

<strong>Dans une fiction où l’Homme ne serait plus le seul à dicter ses lois et qui mettrait en scène la fin de l’anthropocène, quelles pourraient être les velléités des autres espèces ? Irions-nous vers plus d’harmonie ou, au contraire, plus de chaos ?</strong>

Je crois qu’on serait obligé de sortir de la binarité, du mal ou de l’harmonie, parce que l’on serait obligé d’intégrer la complexité et dans la complexité il n’y a pas de bien ou de mal. Si des tigres sauvages sont lâchés dans la ville, et qu’ils ont le même statut que moi, je n’aurai pas le droit de les dominer, mais comme leur logique alimentaire est différente de la mienne, moi ça ne m’arrangera pas, ça va être un problème pour moi et tous les humains donc il va falloir trouver un système, un arrangement, pour ne pas se faire dévorer !

<strong>Le nom de votre projet, <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/rocio-berenguer/" target="_blank" rel="noopener">G5 Inter-espèces</a>, évoque explicitement les discussions économiques, sociales et politiques du forum du G7. En quoi la science-fiction a-t-elle partie liée avec ces domaines ?</strong>

Oui, je crois, il y a effectivement un lien avec le politique. Il y a un côté provocateur aussi peut-être. Ces dirigeants du monde se réunissent à 7, à 20, pour décider de comment on va vivre tous, les 7 milliards d’humains. Ce n’est évidemment pas aussi simple que ça, mais pour caricaturer, c’est un peu ça, aujourd’hui, le monde. Dans mon projet, on serait 5 mais pas que des humains, l’humain ne représenterait qu’une seule espèce.

<strong>Qu’est-ce qu’évoque pour vous le thème de la résidence « Hier c’était demain » ?</strong>

« Hier c’était demain », ça m’évoque<i> des </i>futurs déjà passés. Des images du futur qui sont obsolètes aujourd’hui.
<h6>Entretien réalisé par Aurélien Montinari en mars 2019</h6><p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/annees/2019/entretien-avec-rocio-berenguer-%e2%80%a2-g5-inter-especes/">Entretien avec Rocio Berenguer • G5 Inter-espèces</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => <p><img width="1436" height="944" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.39.37.png" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.39.37.png 1436w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.39.37-150x99.png 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.39.37-300x197.png 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.39.37-768x505.png 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.39.37-1024x673.png 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.39.37-600x394.png 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.39.37-245x161.png 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.39.37-580x381.png 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.39.37-570x375.png 570w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.39.37-270x177.png 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.39.37-500x329.png 500w" sizes="(max-width: 1436px) 100vw, 1436px" /></p>
<h4>Dans le cadre du cycle thématique <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/projets/science-fiction/" target="_blank" rel="noopener">Hier c’était demain : science-fiction et imaginaires collectifs </a></h4>
<p><i>Artiste transdisciplinaire accueillie en résidence durant le <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/temps-1-anthropocene/" target="_blank" rel="noopener">Temps 1 – Planète interdite (anthropocène)</a>, <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/rocio-berenguer/" target="_blank" rel="noopener">Rocio Berenguer</a> interroge notre prétendue position dominante dans le règne vivant ainsi que notre rapport à l’altérité. Elle tente d’engager un dialogue entre toutes les espèces.</i></p>
<p><strong>Le corps, son expression, sa mise en scène tient un rôle important dans votre travail. Comment le corps peut-il devenir un moyen d’interroger les nouveaux médias ?</strong></p>
<p>Interroger le numérique c’est trop large, je ne saurais pas comment m’y prendre.<br />
C’est vrai que le corps a une place assez centrale dans mon œuvre. Je pense qu’il y a beaucoup de stratégies, soit politiques, soit culturelles, qui passent justement par le corps. En fait nos corps sont souvent chorégraphiés par des designers, par les designers de certaines technologies, de certains espaces, de certaines logiques, donc en fait le corps, pour moi, c’est une matière qui absorbe ces formes. C’est un terrain de lutte aussi, de résistance, je parle de dramaturgie du corps.</p>
<p><strong>Avec le dispositif G5 et le IOFLE, vous considérez le futur de l’homme à travers le déclin de sa position dominante et via le dialogue entre les espèces (animal, minéral, végétal, machine, humain). Comment vous est venue l’idée de donner voix au chapitre à toutes les espèces ?</strong></p>
<p>J’essaye d’explorer par l’imaginaire tous les possibles. Pour moi, il y a une question d’interdépendance qui est primordiale, c’est juste que dans notre culture, nous, les humains, nous avons créé des rapports de hiérarchie en pensant que l’on peut tout dominer. C’est ce rapport là que j’essaie de réinterroger : détrôner l’humain du centre du cosmos.</p>
<p><strong>Dans le dialogue inter-espèces intervient également l’Intelligence Artificielle. Pensez-vous qu’une création puisse être considérée comme une espèce à part entière ? Quelle est pour vous la définition d’une espèce ?</strong></p>
<p>Dans cette proposition, c’est ce que j’essaie de défendre, oui.<br />
« Si on crée des esclaves on devient des esclaves » et donc, si on crée des machines-esclaves on devient des esclaves de ces créations. L’intérêt de la création c’est que l’on soit ouvert à un plus grand nombre d’altérités sans rapport de hiérarchie.<br />
On peut avoir des ennemis, on peut ne pas aimer l’autre, mais au moins l’autre existe et c’est ça le point important : considérer l’existence de l’autre, ne pas le voir comme un objet mais comme un sujet.</p>
<p><strong>Que ce soit à travers des systèmes de communication inter-espèces (SEMIC, EECCS) ou dans notre rapport à la prédation et à l’alimentation (WAF), vous prônez une horizontalité des rapports où toutes les espèces sont considérées comme des sujets. Pensez-vous que l’humain est prêt à donner la parole aux autres espèces, à abandonner sa position dominante ? Saura-t-il écouter ?</strong></p>
<p>Je pense que je ne peux pas répondre, je ne suis pas l’humanité (rires). Je peux répondre pour moi, moi je suis prête ! On est quelques-uns à être prêts, pour les autres, je ne peux pas répondre !</p>
<p><strong>Dans une fiction où l’Homme ne serait plus le seul à dicter ses lois et qui mettrait en scène la fin de l’anthropocène, quelles pourraient être les velléités des autres espèces ? Irions-nous vers plus d’harmonie ou, au contraire, plus de chaos ?</strong></p>
<p>Je crois qu’on serait obligé de sortir de la binarité, du mal ou de l’harmonie, parce que l’on serait obligé d’intégrer la complexité et dans la complexité il n’y a pas de bien ou de mal. Si des tigres sauvages sont lâchés dans la ville, et qu’ils ont le même statut que moi, je n’aurai pas le droit de les dominer, mais comme leur logique alimentaire est différente de la mienne, moi ça ne m’arrangera pas, ça va être un problème pour moi et tous les humains donc il va falloir trouver un système, un arrangement, pour ne pas se faire dévorer !</p>
<p><strong>Le nom de votre projet, <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/rocio-berenguer/" target="_blank" rel="noopener">G5 Inter-espèces</a>, évoque explicitement les discussions économiques, sociales et politiques du forum du G7. En quoi la science-fiction a-t-elle partie liée avec ces domaines ?</strong></p>
<p>Oui, je crois, il y a effectivement un lien avec le politique. Il y a un côté provocateur aussi peut-être. Ces dirigeants du monde se réunissent à 7, à 20, pour décider de comment on va vivre tous, les 7 milliards d’humains. Ce n’est évidemment pas aussi simple que ça, mais pour caricaturer, c’est un peu ça, aujourd’hui, le monde. Dans mon projet, on serait 5 mais pas que des humains, l’humain ne représenterait qu’une seule espèce.</p>
<p><strong>Qu’est-ce qu’évoque pour vous le thème de la résidence « Hier c’était demain » ?</strong></p>
<p>« Hier c’était demain », ça m’évoque<i> des </i>futurs déjà passés. Des images du futur qui sont obsolètes aujourd’hui.</p>
<h6>Entretien réalisé par Aurélien Montinari en mars 2019</h6>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/annees/2019/entretien-avec-rocio-berenguer-%e2%80%a2-g5-inter-especes/">Entretien avec Rocio Berenguer • G5 Inter-espèces</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p><img width="1436" height="944" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.39.37.png" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.39.37.png 1436w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.39.37-150x99.png 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.39.37-300x197.png 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.39.37-768x505.png 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.39.37-1024x673.png 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.39.37-600x394.png 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.39.37-245x161.png 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.39.37-580x381.png 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.39.37-570x375.png 570w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.39.37-270x177.png 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.39.37-500x329.png 500w" sizes="(max-width: 1436px) 100vw, 1436px" /></p><h4>Dans le cadre du cycle thématique <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/projets/science-fiction/" target="_blank" rel="noopener">Hier c’était demain : science-fiction et imaginaires collectifs </a></h4>
<i>Artiste transdisciplinaire accueillie en résidence durant le <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/temps-1-anthropocene/" target="_blank" rel="noopener">Temps 1 – Planète interdite (anthropocène)</a>, <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/rocio-berenguer/" target="_blank" rel="noopener">Rocio Berenguer</a> interroge notre prétendue position dominante dans le règne vivant ainsi que notre rapport à l’altérité. Elle tente d’engager un dialogue entre toutes les espèces.</i>

<strong>Le corps, son expression, sa mise en scène tient un rôle important dans votre travail. Comment le corps peut-il devenir un moyen d’interroger les nouveaux médias ?</strong>

Interroger le numérique c’est trop large, je ne saurais pas comment m’y prendre.
C’est vrai que le corps a une place assez centrale dans mon œuvre. Je pense qu’il y a beaucoup de stratégies, soit politiques, soit culturelles, qui passent justement par le corps. En fait nos corps sont souvent chorégraphiés par des designers, par les designers de certaines technologies, de certains espaces, de certaines logiques, donc en fait le corps, pour moi, c’est une matière qui absorbe ces formes. C’est un terrain de lutte aussi, de résistance, je parle de dramaturgie du corps.

<strong>Avec le dispositif G5 et le IOFLE, vous considérez le futur de l’homme à travers le déclin de sa position dominante et via le dialogue entre les espèces (animal, minéral, végétal, machine, humain). Comment vous est venue l’idée de donner voix au chapitre à toutes les espèces ?</strong>

J’essaye d’explorer par l’imaginaire tous les possibles. Pour moi, il y a une question d’interdépendance qui est primordiale, c’est juste que dans notre culture, nous, les humains, nous avons créé des rapports de hiérarchie en pensant que l’on peut tout dominer. C’est ce rapport là que j’essaie de réinterroger : détrôner l’humain du centre du cosmos.

<strong>Dans le dialogue inter-espèces intervient également l’Intelligence Artificielle. Pensez-vous qu’une création puisse être considérée comme une espèce à part entière ? Quelle est pour vous la définition d’une espèce ?</strong>

Dans cette proposition, c’est ce que j’essaie de défendre, oui.
« Si on crée des esclaves on devient des esclaves » et donc, si on crée des machines-esclaves on devient des esclaves de ces créations. L’intérêt de la création c’est que l’on soit ouvert à un plus grand nombre d’altérités sans rapport de hiérarchie.
On peut avoir des ennemis, on peut ne pas aimer l’autre, mais au moins l’autre existe et c’est ça le point important : considérer l’existence de l’autre, ne pas le voir comme un objet mais comme un sujet.

<strong>Que ce soit à travers des systèmes de communication inter-espèces (SEMIC, EECCS) ou dans notre rapport à la prédation et à l’alimentation (WAF), vous prônez une horizontalité des rapports où toutes les espèces sont considérées comme des sujets. Pensez-vous que l’humain est prêt à donner la parole aux autres espèces, à abandonner sa position dominante ? Saura-t-il écouter ?</strong>

Je pense que je ne peux pas répondre, je ne suis pas l’humanité (rires). Je peux répondre pour moi, moi je suis prête ! On est quelques-uns à être prêts, pour les autres, je ne peux pas répondre !

<strong>Dans une fiction où l’Homme ne serait plus le seul à dicter ses lois et qui mettrait en scène la fin de l’anthropocène, quelles pourraient être les velléités des autres espèces ? Irions-nous vers plus d’harmonie ou, au contraire, plus de chaos ?</strong>

Je crois qu’on serait obligé de sortir de la binarité, du mal ou de l’harmonie, parce que l’on serait obligé d’intégrer la complexité et dans la complexité il n’y a pas de bien ou de mal. Si des tigres sauvages sont lâchés dans la ville, et qu’ils ont le même statut que moi, je n’aurai pas le droit de les dominer, mais comme leur logique alimentaire est différente de la mienne, moi ça ne m’arrangera pas, ça va être un problème pour moi et tous les humains donc il va falloir trouver un système, un arrangement, pour ne pas se faire dévorer !

<strong>Le nom de votre projet, <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/rocio-berenguer/" target="_blank" rel="noopener">G5 Inter-espèces</a>, évoque explicitement les discussions économiques, sociales et politiques du forum du G7. En quoi la science-fiction a-t-elle partie liée avec ces domaines ?</strong>

Oui, je crois, il y a effectivement un lien avec le politique. Il y a un côté provocateur aussi peut-être. Ces dirigeants du monde se réunissent à 7, à 20, pour décider de comment on va vivre tous, les 7 milliards d’humains. Ce n’est évidemment pas aussi simple que ça, mais pour caricaturer, c’est un peu ça, aujourd’hui, le monde. Dans mon projet, on serait 5 mais pas que des humains, l’humain ne représenterait qu’une seule espèce.

<strong>Qu’est-ce qu’évoque pour vous le thème de la résidence « Hier c’était demain » ?</strong>

« Hier c’était demain », ça m’évoque<i> des </i>futurs déjà passés. Des images du futur qui sont obsolètes aujourd’hui.
<h6>Entretien réalisé par Aurélien Montinari en mars 2019</h6><p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/annees/2019/entretien-avec-rocio-berenguer-%e2%80%a2-g5-inter-especes/">Entretien avec Rocio Berenguer • G5 Inter-espèces</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [category@term] => Hier c'était demain : science-fiction et imaginaires collectifs
                    [category#2@term] => 2019
                    [date_timestamp] => 1555515484
                )

            [4] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Le Shadok recrute !
                    [link#] => 1
                    [link] => https://www.shadok.strasbourg.eu/annees/2019/le-shadok-recrute/
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Sun, 12 Aug 2018 10:35:05 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Administrateurs Shadok
                            [subject#] => 1
                            [subject] => 2019
                        )

                    [category#] => 1
                    [category] => 2019
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => https://www.shadok.strasbourg.eu/?p=17162
                    [description#] => 1
                    [description] => <p><img width="1200" height="1000" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/SC19.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/SC19.jpg 1200w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/SC19-150x125.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/SC19-300x250.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/SC19-768x640.jpg 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/SC19-1024x853.jpg 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/SC19-600x500.jpg 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/SC19-245x204.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/SC19-580x483.jpg 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/SC19-450x375.jpg 450w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/SC19-270x225.jpg 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/SC19-500x417.jpg 500w" sizes="(max-width: 1200px) 100vw, 1200px" /></p>
<h4>Nous recherchons différents profils pour compléter notre équipe à partir de la rentrée !</h4>
<p>&nbsp;</p>
<p><span style="color: #ff0000;">→ 1 responsable administratif-ve et financier-ère<br />
<span style="color: #000000;">Candidatures jusqu'au 29 septembre<br />
<strong>Plus d'infos</strong></span> <a style="color: #ff0000;" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #ff0000;">en cliquant ici</span></a> </span></p>
<p>&nbsp;</p>
<p><span style="color: #ff0000;">→ 3 volontaires en service civique<br />
<span style="color: #000000;">Missions en communication, médiation et animation du lieu<br />
À partir du 1er octobre pour 7 mois (24h/semaine)<br />
<strong>Plus d'infos</strong> <span style="color: #ff0000;"><a style="color: #ff0000;" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/actualites/service_civique_au_shadok/" target="_blank" rel="noopener">en cliquant ici</a></span></span></span></p>
<p>&nbsp;</p>
<p><span style="color: #ff0000;">→ Une équipe de vacataires<br />
<span style="color: #000000;">En soutien à l'accueil des publics et des évènements<br />
D'octobre 2019 à juillet 2020 (aux horaires d'ouverture)<br />
<strong>Plus d'infos</strong> <span style="color: #ff0000;"><a style="color: #ff0000;" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/actualites/shadok-crew-2019/" target="_blank" rel="noopener">en cliquant ici</a></span></span></span></p>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/annees/2019/le-shadok-recrute/">Le Shadok recrute !</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p><img width="1200" height="1000" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/SC19.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/SC19.jpg 1200w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/SC19-150x125.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/SC19-300x250.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/SC19-768x640.jpg 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/SC19-1024x853.jpg 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/SC19-600x500.jpg 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/SC19-245x204.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/SC19-580x483.jpg 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/SC19-450x375.jpg 450w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/SC19-270x225.jpg 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/SC19-500x417.jpg 500w" sizes="(max-width: 1200px) 100vw, 1200px" /></p><h4>Nous recherchons différents profils pour compléter notre équipe à partir de la rentrée !</h4>
&nbsp;

<span style="color: #ff0000;">→ 1 responsable administratif-ve et financier-ère
<span style="color: #000000;">Candidatures jusqu'au 29 septembre
<strong>Plus d'infos</strong></span> <a style="color: #ff0000;" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #ff0000;">en cliquant ici</span></a> </span>

&nbsp;

<span style="color: #ff0000;">→ 3 volontaires en service civique
<span style="color: #000000;">Missions en communication, médiation et animation du lieu
À partir du 1er octobre pour 7 mois (24h/semaine)
<strong>Plus d'infos</strong> <span style="color: #ff0000;"><a style="color: #ff0000;" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/actualites/service_civique_au_shadok/" target="_blank" rel="noopener">en cliquant ici</a></span></span></span>

&nbsp;

<span style="color: #ff0000;">→ Une équipe de vacataires
<span style="color: #000000;">En soutien à l'accueil des publics et des évènements
D'octobre 2019 à juillet 2020 (aux horaires d'ouverture)
<strong>Plus d'infos</strong> <span style="color: #ff0000;"><a style="color: #ff0000;" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/actualites/shadok-crew-2019/" target="_blank" rel="noopener">en cliquant ici</a></span></span></span><p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/annees/2019/le-shadok-recrute/">Le Shadok recrute !</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => <p><img width="1200" height="1000" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/SC19.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/SC19.jpg 1200w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/SC19-150x125.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/SC19-300x250.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/SC19-768x640.jpg 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/SC19-1024x853.jpg 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/SC19-600x500.jpg 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/SC19-245x204.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/SC19-580x483.jpg 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/SC19-450x375.jpg 450w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/SC19-270x225.jpg 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/SC19-500x417.jpg 500w" sizes="(max-width: 1200px) 100vw, 1200px" /></p>
<h4>Nous recherchons différents profils pour compléter notre équipe à partir de la rentrée !</h4>
<p>&nbsp;</p>
<p><span style="color: #ff0000;">→ 1 responsable administratif-ve et financier-ère<br />
<span style="color: #000000;">Candidatures jusqu'au 29 septembre<br />
<strong>Plus d'infos</strong></span> <a style="color: #ff0000;" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #ff0000;">en cliquant ici</span></a> </span></p>
<p>&nbsp;</p>
<p><span style="color: #ff0000;">→ 3 volontaires en service civique<br />
<span style="color: #000000;">Missions en communication, médiation et animation du lieu<br />
À partir du 1er octobre pour 7 mois (24h/semaine)<br />
<strong>Plus d'infos</strong> <span style="color: #ff0000;"><a style="color: #ff0000;" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/actualites/service_civique_au_shadok/" target="_blank" rel="noopener">en cliquant ici</a></span></span></span></p>
<p>&nbsp;</p>
<p><span style="color: #ff0000;">→ Une équipe de vacataires<br />
<span style="color: #000000;">En soutien à l'accueil des publics et des évènements<br />
D'octobre 2019 à juillet 2020 (aux horaires d'ouverture)<br />
<strong>Plus d'infos</strong> <span style="color: #ff0000;"><a style="color: #ff0000;" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/actualites/shadok-crew-2019/" target="_blank" rel="noopener">en cliquant ici</a></span></span></span></p>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/annees/2019/le-shadok-recrute/">Le Shadok recrute !</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p><img width="1200" height="1000" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/SC19.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/SC19.jpg 1200w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/SC19-150x125.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/SC19-300x250.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/SC19-768x640.jpg 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/SC19-1024x853.jpg 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/SC19-600x500.jpg 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/SC19-245x204.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/SC19-580x483.jpg 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/SC19-450x375.jpg 450w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/SC19-270x225.jpg 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/SC19-500x417.jpg 500w" sizes="(max-width: 1200px) 100vw, 1200px" /></p><h4>Nous recherchons différents profils pour compléter notre équipe à partir de la rentrée !</h4>
&nbsp;

<span style="color: #ff0000;">→ 1 responsable administratif-ve et financier-ère
<span style="color: #000000;">Candidatures jusqu'au 29 septembre
<strong>Plus d'infos</strong></span> <a style="color: #ff0000;" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #ff0000;">en cliquant ici</span></a> </span>

&nbsp;

<span style="color: #ff0000;">→ 3 volontaires en service civique
<span style="color: #000000;">Missions en communication, médiation et animation du lieu
À partir du 1er octobre pour 7 mois (24h/semaine)
<strong>Plus d'infos</strong> <span style="color: #ff0000;"><a style="color: #ff0000;" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/actualites/service_civique_au_shadok/" target="_blank" rel="noopener">en cliquant ici</a></span></span></span>

&nbsp;

<span style="color: #ff0000;">→ Une équipe de vacataires
<span style="color: #000000;">En soutien à l'accueil des publics et des évènements
D'octobre 2019 à juillet 2020 (aux horaires d'ouverture)
<strong>Plus d'infos</strong> <span style="color: #ff0000;"><a style="color: #ff0000;" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/actualites/shadok-crew-2019/" target="_blank" rel="noopener">en cliquant ici</a></span></span></span><p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/annees/2019/le-shadok-recrute/">Le Shadok recrute !</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [category@term] => 2019
                    [date_timestamp] => 1534070105
                )

            [5] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Appel à projets : occupation du bar-restaurant
                    [link#] => 1
                    [link] => https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/appel-a-projets-bar/
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Mon, 19 Aug 2019 09:13:21 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Administrateurs Shadok
                            [subject#] => 1
                            [subject] => blog
                        )

                    [category#] => 1
                    [category] => blog
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => https://www.shadok.strasbourg.eu/?p=17166
                    [description#] => 1
                    [description] => <p><img width="2048" height="1536" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/Terrasse-Fabcafé-Noé-MILESI.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/Terrasse-Fabcafé-Noé-MILESI.jpg 2048w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/Terrasse-Fabcafé-Noé-MILESI-150x113.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/Terrasse-Fabcafé-Noé-MILESI-300x225.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/Terrasse-Fabcafé-Noé-MILESI-768x576.jpg 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/Terrasse-Fabcafé-Noé-MILESI-1024x768.jpg 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/Terrasse-Fabcafé-Noé-MILESI-600x450.jpg 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/Terrasse-Fabcafé-Noé-MILESI-245x184.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/Terrasse-Fabcafé-Noé-MILESI-580x435.jpg 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/Terrasse-Fabcafé-Noé-MILESI-500x375.jpg 500w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/Terrasse-Fabcafé-Noé-MILESI-270x203.jpg 270w" sizes="(max-width: 2048px) 100vw, 2048px" /></p>
<h4>Avis d'occupation du domaine public pour l'exploitation d'un bar-restaurant au sein du Shadok</h4>
<p>Cet appel à projets porte sur l'occupation du bar-restaurant, situé au rez-de-chaussée du Shadok.<br />
Nous souhaitons en faire un espace de restauration dynamique et accueillant en cohérence avec les valeurs défendues par le Shadok, à savoir l’esprit collaboratif, la convivialité, l’inventivité.</p>
<p>Le cahier des charges est consultable en <span style="color: #ff0000;"><a style="color: #ff0000;" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/CahierdeschargesBar_Shadok.pdf" target="_blank" rel="noopener">cliquant ici</a>.<br />
</span>Les propositions de projets sont à transmettre pour le <span style="color: #000000;">15 septembre</span> au plus tard.</p>
<p>L'intégralité du dossier, avec les annexes, est disponible sur la plateforme Alsace Marchés Publics en <span style="color: #ff0000;"><a style="color: #ff0000;" href="https://alsacemarchespublics.eu/app.php/consultation/21876" target="_blank" rel="noopener">cliquant ici</a>.</span></p>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/appel-a-projets-bar/">Appel à projets : occupation du bar-restaurant</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p><img width="2048" height="1536" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/Terrasse-Fabcafé-Noé-MILESI.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/Terrasse-Fabcafé-Noé-MILESI.jpg 2048w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/Terrasse-Fabcafé-Noé-MILESI-150x113.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/Terrasse-Fabcafé-Noé-MILESI-300x225.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/Terrasse-Fabcafé-Noé-MILESI-768x576.jpg 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/Terrasse-Fabcafé-Noé-MILESI-1024x768.jpg 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/Terrasse-Fabcafé-Noé-MILESI-600x450.jpg 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/Terrasse-Fabcafé-Noé-MILESI-245x184.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/Terrasse-Fabcafé-Noé-MILESI-580x435.jpg 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/Terrasse-Fabcafé-Noé-MILESI-500x375.jpg 500w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/Terrasse-Fabcafé-Noé-MILESI-270x203.jpg 270w" sizes="(max-width: 2048px) 100vw, 2048px" /></p><h4>Avis d'occupation du domaine public pour l'exploitation d'un bar-restaurant au sein du Shadok</h4>
Cet appel à projets porte sur l'occupation du bar-restaurant, situé au rez-de-chaussée du Shadok.
Nous souhaitons en faire un espace de restauration dynamique et accueillant en cohérence avec les valeurs défendues par le Shadok, à savoir l’esprit collaboratif, la convivialité, l’inventivité.

Le cahier des charges est consultable en <span style="color: #ff0000;"><a style="color: #ff0000;" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/CahierdeschargesBar_Shadok.pdf" target="_blank" rel="noopener">cliquant ici</a>.
</span>Les propositions de projets sont à transmettre pour le <span style="color: #000000;">15 septembre</span> au plus tard.

L'intégralité du dossier, avec les annexes, est disponible sur la plateforme Alsace Marchés Publics en <span style="color: #ff0000;"><a style="color: #ff0000;" href="https://alsacemarchespublics.eu/app.php/consultation/21876" target="_blank" rel="noopener">cliquant ici</a>.</span><p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/appel-a-projets-bar/">Appel à projets : occupation du bar-restaurant</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => <p><img width="2048" height="1536" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/Terrasse-Fabcafé-Noé-MILESI.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/Terrasse-Fabcafé-Noé-MILESI.jpg 2048w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/Terrasse-Fabcafé-Noé-MILESI-150x113.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/Terrasse-Fabcafé-Noé-MILESI-300x225.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/Terrasse-Fabcafé-Noé-MILESI-768x576.jpg 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/Terrasse-Fabcafé-Noé-MILESI-1024x768.jpg 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/Terrasse-Fabcafé-Noé-MILESI-600x450.jpg 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/Terrasse-Fabcafé-Noé-MILESI-245x184.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/Terrasse-Fabcafé-Noé-MILESI-580x435.jpg 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/Terrasse-Fabcafé-Noé-MILESI-500x375.jpg 500w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/Terrasse-Fabcafé-Noé-MILESI-270x203.jpg 270w" sizes="(max-width: 2048px) 100vw, 2048px" /></p>
<h4>Avis d'occupation du domaine public pour l'exploitation d'un bar-restaurant au sein du Shadok</h4>
<p>Cet appel à projets porte sur l'occupation du bar-restaurant, situé au rez-de-chaussée du Shadok.<br />
Nous souhaitons en faire un espace de restauration dynamique et accueillant en cohérence avec les valeurs défendues par le Shadok, à savoir l’esprit collaboratif, la convivialité, l’inventivité.</p>
<p>Le cahier des charges est consultable en <span style="color: #ff0000;"><a style="color: #ff0000;" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/CahierdeschargesBar_Shadok.pdf" target="_blank" rel="noopener">cliquant ici</a>.<br />
</span>Les propositions de projets sont à transmettre pour le <span style="color: #000000;">15 septembre</span> au plus tard.</p>
<p>L'intégralité du dossier, avec les annexes, est disponible sur la plateforme Alsace Marchés Publics en <span style="color: #ff0000;"><a style="color: #ff0000;" href="https://alsacemarchespublics.eu/app.php/consultation/21876" target="_blank" rel="noopener">cliquant ici</a>.</span></p>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/appel-a-projets-bar/">Appel à projets : occupation du bar-restaurant</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p><img width="2048" height="1536" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/Terrasse-Fabcafé-Noé-MILESI.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/Terrasse-Fabcafé-Noé-MILESI.jpg 2048w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/Terrasse-Fabcafé-Noé-MILESI-150x113.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/Terrasse-Fabcafé-Noé-MILESI-300x225.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/Terrasse-Fabcafé-Noé-MILESI-768x576.jpg 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/Terrasse-Fabcafé-Noé-MILESI-1024x768.jpg 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/Terrasse-Fabcafé-Noé-MILESI-600x450.jpg 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/Terrasse-Fabcafé-Noé-MILESI-245x184.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/Terrasse-Fabcafé-Noé-MILESI-580x435.jpg 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/Terrasse-Fabcafé-Noé-MILESI-500x375.jpg 500w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/Terrasse-Fabcafé-Noé-MILESI-270x203.jpg 270w" sizes="(max-width: 2048px) 100vw, 2048px" /></p><h4>Avis d'occupation du domaine public pour l'exploitation d'un bar-restaurant au sein du Shadok</h4>
Cet appel à projets porte sur l'occupation du bar-restaurant, situé au rez-de-chaussée du Shadok.
Nous souhaitons en faire un espace de restauration dynamique et accueillant en cohérence avec les valeurs défendues par le Shadok, à savoir l’esprit collaboratif, la convivialité, l’inventivité.

Le cahier des charges est consultable en <span style="color: #ff0000;"><a style="color: #ff0000;" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/08/CahierdeschargesBar_Shadok.pdf" target="_blank" rel="noopener">cliquant ici</a>.
</span>Les propositions de projets sont à transmettre pour le <span style="color: #000000;">15 septembre</span> au plus tard.

L'intégralité du dossier, avec les annexes, est disponible sur la plateforme Alsace Marchés Publics en <span style="color: #ff0000;"><a style="color: #ff0000;" href="https://alsacemarchespublics.eu/app.php/consultation/21876" target="_blank" rel="noopener">cliquant ici</a>.</span><p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/appel-a-projets-bar/">Appel à projets : occupation du bar-restaurant</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [category@term] => blog
                    [date_timestamp] => 1566206001
                )

            [6] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Entretien avec Raphaël Gouisset • Je ne suis pas un astronaute
                    [link#] => 1
                    [link] => https://www.shadok.strasbourg.eu/annees/2019/entretien-avec-raphael-gouisset/
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Thu, 11 Jul 2019 14:12:54 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Administrateurs Shadok
                            [subject#] => 2
                            [subject] => Hier c'était demain : science-fiction et imaginaires collectifs
                            [subject#2] => 2019
                        )

                    [category#] => 2
                    [category] => Hier c'était demain : science-fiction et imaginaires collectifs
                    [category#2] => 2019
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => https://www.shadok.strasbourg.eu/annees/2019/entretien-avec-rocio-berenguer-%e2%80%a2-g5-inter-especes-copy/
                    [description#] => 1
                    [description] => <p><img width="2834" height="1400" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/07/RaphaelGouissetcCNESR.Gouisset.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/07/RaphaelGouissetcCNESR.Gouisset.jpg 2834w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/07/RaphaelGouissetcCNESR.Gouisset-150x74.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/07/RaphaelGouissetcCNESR.Gouisset-300x148.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/07/RaphaelGouissetcCNESR.Gouisset-768x379.jpg 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/07/RaphaelGouissetcCNESR.Gouisset-1024x506.jpg 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/07/RaphaelGouissetcCNESR.Gouisset-600x296.jpg 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/07/RaphaelGouissetcCNESR.Gouisset-245x121.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/07/RaphaelGouissetcCNESR.Gouisset-580x287.jpg 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/07/RaphaelGouissetcCNESR.Gouisset-700x346.jpg 700w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/07/RaphaelGouissetcCNESR.Gouisset-270x133.jpg 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/07/RaphaelGouissetcCNESR.Gouisset-500x247.jpg 500w" sizes="(max-width: 2834px) 100vw, 2834px" /></p>
<h4>Dans le cadre du cycle thématique <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/projets/science-fiction/" target="_blank" rel="noopener">Hier c’était demain : science-fiction et imaginaires collectifs </a></h4>
<p><i><a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/raphael-gouisset/">Raphaël Gouisset</a> nous invite, dans son dernier spectacle, à interroger l'avenir de l'Humanité, entre rêve d'enfant, introspection et futurologie.</i></p>
<p><strong>Performer, comédien, metteur en scène, votre prochain spectacle est un monologue sous forme de poème où vous évoquez la problématique de votre vie et celle du genre humain. Pourquoi prétendre être un astronaute ? Pourquoi dire justement l’inverse dans le titre de votre spectacle ?<br />
</strong>Il y a un côté rêve d'enfant, un mec tout seul dans son garage, quelque chose de très <em>Do It Yourself</em>. D'un point de vue scénique, mon but c'est de trouver des jeux qui m'amusent, comme un gamin dans la cour d'école qui dirait "hey les gars on joue à ça, on dirait que je serais ça, on dirait que tu serais ça...". Concernant la scénographie, on sera deux sur scène, un ami musicien et moi, il fera toute l'ambiance sonore en live et le <em>sound design</em> au fur et à mesure. On pourrait résumer ça à deux gars dans leur garage, y en a un qui visite l'autre : "Qu'est-ce que tu fais ?" "Je suis en train de jouer à Apollo". "Ok, moi je veux bien faire Houston" ! <span style="color: #000000;">Damien Brégère</span>, mon ami musicien c'est l'entité qui me raccroche au sol. Il n'y a pas d'artifices, y a juste un gars qui joue pendant 1h30. C'est une règle du jeu, 1h30 c'est le temps que met la Station Spatiale Internationale (ISS) à faire le tour de la Terre. Je mets 1h30 pour le faire le tour de la question, à savoir est-ce que j'ai envie de rester sur la Terre ou de partir dans les étoiles ?</p>
<p><strong>Vous dites vouloir « faire un spectacle pour brûler la vie par les deux bouts », est-ce une forme de pessimisme quant à l’avenir de l’espèce humaine ?<br />
</strong>Tous les indicateurs sont au rouge. J'ai deux parents qui travaillent dans l'environnement, et quand je leur pose la question : "est-ce qu'on est bien ou est-ce qu'on est mal barré ?" Il leur faut pas dix secondes pour me répondre : "on est mal barré". J'essaie de pas tomber non plus dans la collapsologie, même si ça m'intéresse beaucoup. J'ai pas forcément envie de faire un spectacle sur comment survivre sur Terre.</p>
<p><strong>Le poète René Daumal écrivait : « Mais où est ce vide qui m’attire ? (…) Faut-il que j’attende que quelqu’un vienne combler ce vide ou dois-je le combler moi-même ? » Est-ce que ce sont vos angoisses, vos espoirs que vous mettez en scène ? S’agit-il d’une forme de catharsis ?<br />
</strong>Oui, c'est ça, tout à fait, mes angoisses et mes espoirs. Là j'ai envie de jouer à trouver les points de croisement entre utilisation de ma vie personnelle et voyage spatial. Je cherche en ce moment comment être un astronaute <em>Do It Yourself</em>. Je n'aurai pas de combinaison, je vais faire avec les moyens du bord, comme si j'étais dans mon garage. En même temps j'utilise le streaming de la Station en live, une vidéo réelle qui montre la Terre à l'instant T.</p>
<p><strong>Peut-on parler à votre sujet de posture "exo-humaniste" ?<br />
</strong>Oui, sur ce projet-là, on pourrait coller ce terme d'exo-humanisme. J'aime bien l'idée d'avoir un regard transposé sur la condition humaine et sur moi-même. J'ai pas la prétention de dire que je peux résoudre des problèmes universels, c'est juste un <em>ego trip</em> ! Je tente de regarder les choses se faire dans une posture de jeu.</p>
<p><strong>Votre spectacle évoque les thèmes de la conquête spatiale, de l’écologie et de la sociologie prospective. Comment ces sujets s’articulent-ils ? Quel lien y a-t-il entre l’espace, la nature et la futurologie ?<br />
</strong>Terre, espace, SF, je pense que ça va être très mélangé tout ça. Ces trois dimensions se répondent constamment. L'idée c'est de me laisser regarder, d'assumer l'errance, la question. C'est pas pour rien que j'utilise Internet sur scène et que je montre une copie d'écran de mon ordinateur, je laisse voir quelque chose qui est de l'ordre de l'intime. Cette ordinateur c'est une fenêtre sur le monde, c'est aussi une pratique que les spectateurs ont et sur laquelle ils peuvent s'identifier et en même temps c'est une extension de soi qui est très personnelle et que moi je donne à voir.</p>
<p><strong>Regrettez-vous de ne pas être un astronaute ?<br />
</strong>Oui, d'une certaine manière oui. Je n'ai aucun problème par rapport à ça. Ça me fascine mais pas plus, pas moins, que le grand public. Moi j'aime m'emparer d'une question et rester très pop culture, très grand public. D'une certaine manière j'aurais bien aimé être astronaute, mais comme tout le monde ! Comme je peux pas, je me recréé cette aventure.</p>
<p><strong>Qu’est-ce qu’évoque pour le thème de la résidence « <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/projets/science-fiction/">Hier c’était demain</a> »?<br />
</strong>Ça me fait penser à un <em>glitch</em> temporel. Ce titre est bien trouvé car il s'agit de ré-imaginer le futur. Pour moi c'est <em>Retour vers le Futur</em>. Moi ça m'évoque en négatif l'espèce de lutte qu'il faut avoir contre le vintage, cet amour du Formica... Vivement les habitations bien isolées qui consomment peu. Y a des traits à tirer je trouve. Y a un deuil à faire pour pouvoir s'emparer du futur.</p>
<h6>Entretien réalisé par Aurélien Montinari en juillet 2019</h6>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/annees/2019/entretien-avec-raphael-gouisset/">Entretien avec Raphaël Gouisset • Je ne suis pas un astronaute</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p><img width="2834" height="1400" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/07/RaphaelGouissetcCNESR.Gouisset.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/07/RaphaelGouissetcCNESR.Gouisset.jpg 2834w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/07/RaphaelGouissetcCNESR.Gouisset-150x74.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/07/RaphaelGouissetcCNESR.Gouisset-300x148.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/07/RaphaelGouissetcCNESR.Gouisset-768x379.jpg 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/07/RaphaelGouissetcCNESR.Gouisset-1024x506.jpg 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/07/RaphaelGouissetcCNESR.Gouisset-600x296.jpg 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/07/RaphaelGouissetcCNESR.Gouisset-245x121.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/07/RaphaelGouissetcCNESR.Gouisset-580x287.jpg 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/07/RaphaelGouissetcCNESR.Gouisset-700x346.jpg 700w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/07/RaphaelGouissetcCNESR.Gouisset-270x133.jpg 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/07/RaphaelGouissetcCNESR.Gouisset-500x247.jpg 500w" sizes="(max-width: 2834px) 100vw, 2834px" /></p><h4>Dans le cadre du cycle thématique <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/projets/science-fiction/" target="_blank" rel="noopener">Hier c’était demain : science-fiction et imaginaires collectifs </a></h4>
<i><a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/raphael-gouisset/">Raphaël Gouisset</a> nous invite, dans son dernier spectacle, à interroger l'avenir de l'Humanité, entre rêve d'enfant, introspection et futurologie.</i>

<strong>Performer, comédien, metteur en scène, votre prochain spectacle est un monologue sous forme de poème où vous évoquez la problématique de votre vie et celle du genre humain. Pourquoi prétendre être un astronaute ? Pourquoi dire justement l’inverse dans le titre de votre spectacle ?
</strong>Il y a un côté rêve d'enfant, un mec tout seul dans son garage, quelque chose de très <em>Do It Yourself</em>. D'un point de vue scénique, mon but c'est de trouver des jeux qui m'amusent, comme un gamin dans la cour d'école qui dirait "hey les gars on joue à ça, on dirait que je serais ça, on dirait que tu serais ça...". Concernant la scénographie, on sera deux sur scène, un ami musicien et moi, il fera toute l'ambiance sonore en live et le <em>sound design</em> au fur et à mesure. On pourrait résumer ça à deux gars dans leur garage, y en a un qui visite l'autre : "Qu'est-ce que tu fais ?" "Je suis en train de jouer à Apollo". "Ok, moi je veux bien faire Houston" ! <span style="color: #000000;">Damien Brégère</span>, mon ami musicien c'est l'entité qui me raccroche au sol. Il n'y a pas d'artifices, y a juste un gars qui joue pendant 1h30. C'est une règle du jeu, 1h30 c'est le temps que met la Station Spatiale Internationale (ISS) à faire le tour de la Terre. Je mets 1h30 pour le faire le tour de la question, à savoir est-ce que j'ai envie de rester sur la Terre ou de partir dans les étoiles ?

<strong>Vous dites vouloir « faire un spectacle pour brûler la vie par les deux bouts », est-ce une forme de pessimisme quant à l’avenir de l’espèce humaine ?
</strong>Tous les indicateurs sont au rouge. J'ai deux parents qui travaillent dans l'environnement, et quand je leur pose la question : "est-ce qu'on est bien ou est-ce qu'on est mal barré ?" Il leur faut pas dix secondes pour me répondre : "on est mal barré". J'essaie de pas tomber non plus dans la collapsologie, même si ça m'intéresse beaucoup. J'ai pas forcément envie de faire un spectacle sur comment survivre sur Terre.

<strong>Le poète René Daumal écrivait : « Mais où est ce vide qui m’attire ? (…) Faut-il que j’attende que quelqu’un vienne combler ce vide ou dois-je le combler moi-même ? » Est-ce que ce sont vos angoisses, vos espoirs que vous mettez en scène ? S’agit-il d’une forme de catharsis ?
</strong>Oui, c'est ça, tout à fait, mes angoisses et mes espoirs. Là j'ai envie de jouer à trouver les points de croisement entre utilisation de ma vie personnelle et voyage spatial. Je cherche en ce moment comment être un astronaute <em>Do It Yourself</em>. Je n'aurai pas de combinaison, je vais faire avec les moyens du bord, comme si j'étais dans mon garage. En même temps j'utilise le streaming de la Station en live, une vidéo réelle qui montre la Terre à l'instant T.

<strong>Peut-on parler à votre sujet de posture "exo-humaniste" ?
</strong>Oui, sur ce projet-là, on pourrait coller ce terme d'exo-humanisme. J'aime bien l'idée d'avoir un regard transposé sur la condition humaine et sur moi-même. J'ai pas la prétention de dire que je peux résoudre des problèmes universels, c'est juste un <em>ego trip</em> ! Je tente de regarder les choses se faire dans une posture de jeu.

<strong>Votre spectacle évoque les thèmes de la conquête spatiale, de l’écologie et de la sociologie prospective. Comment ces sujets s’articulent-ils ? Quel lien y a-t-il entre l’espace, la nature et la futurologie ?
</strong>Terre, espace, SF, je pense que ça va être très mélangé tout ça. Ces trois dimensions se répondent constamment. L'idée c'est de me laisser regarder, d'assumer l'errance, la question. C'est pas pour rien que j'utilise Internet sur scène et que je montre une copie d'écran de mon ordinateur, je laisse voir quelque chose qui est de l'ordre de l'intime. Cette ordinateur c'est une fenêtre sur le monde, c'est aussi une pratique que les spectateurs ont et sur laquelle ils peuvent s'identifier et en même temps c'est une extension de soi qui est très personnelle et que moi je donne à voir.

<strong>Regrettez-vous de ne pas être un astronaute ?
</strong>Oui, d'une certaine manière oui. Je n'ai aucun problème par rapport à ça. Ça me fascine mais pas plus, pas moins, que le grand public. Moi j'aime m'emparer d'une question et rester très pop culture, très grand public. D'une certaine manière j'aurais bien aimé être astronaute, mais comme tout le monde ! Comme je peux pas, je me recréé cette aventure.

<strong>Qu’est-ce qu’évoque pour le thème de la résidence « <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/projets/science-fiction/">Hier c’était demain</a> »?
</strong>Ça me fait penser à un <em>glitch</em> temporel. Ce titre est bien trouvé car il s'agit de ré-imaginer le futur. Pour moi c'est <em>Retour vers le Futur</em>. Moi ça m'évoque en négatif l'espèce de lutte qu'il faut avoir contre le vintage, cet amour du Formica... Vivement les habitations bien isolées qui consomment peu. Y a des traits à tirer je trouve. Y a un deuil à faire pour pouvoir s'emparer du futur.
<h6>Entretien réalisé par Aurélien Montinari en juillet 2019</h6><p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/annees/2019/entretien-avec-raphael-gouisset/">Entretien avec Raphaël Gouisset • Je ne suis pas un astronaute</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => <p><img width="2834" height="1400" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/07/RaphaelGouissetcCNESR.Gouisset.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/07/RaphaelGouissetcCNESR.Gouisset.jpg 2834w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/07/RaphaelGouissetcCNESR.Gouisset-150x74.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/07/RaphaelGouissetcCNESR.Gouisset-300x148.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/07/RaphaelGouissetcCNESR.Gouisset-768x379.jpg 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/07/RaphaelGouissetcCNESR.Gouisset-1024x506.jpg 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/07/RaphaelGouissetcCNESR.Gouisset-600x296.jpg 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/07/RaphaelGouissetcCNESR.Gouisset-245x121.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/07/RaphaelGouissetcCNESR.Gouisset-580x287.jpg 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/07/RaphaelGouissetcCNESR.Gouisset-700x346.jpg 700w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/07/RaphaelGouissetcCNESR.Gouisset-270x133.jpg 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/07/RaphaelGouissetcCNESR.Gouisset-500x247.jpg 500w" sizes="(max-width: 2834px) 100vw, 2834px" /></p>
<h4>Dans le cadre du cycle thématique <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/projets/science-fiction/" target="_blank" rel="noopener">Hier c’était demain : science-fiction et imaginaires collectifs </a></h4>
<p><i><a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/raphael-gouisset/">Raphaël Gouisset</a> nous invite, dans son dernier spectacle, à interroger l'avenir de l'Humanité, entre rêve d'enfant, introspection et futurologie.</i></p>
<p><strong>Performer, comédien, metteur en scène, votre prochain spectacle est un monologue sous forme de poème où vous évoquez la problématique de votre vie et celle du genre humain. Pourquoi prétendre être un astronaute ? Pourquoi dire justement l’inverse dans le titre de votre spectacle ?<br />
</strong>Il y a un côté rêve d'enfant, un mec tout seul dans son garage, quelque chose de très <em>Do It Yourself</em>. D'un point de vue scénique, mon but c'est de trouver des jeux qui m'amusent, comme un gamin dans la cour d'école qui dirait "hey les gars on joue à ça, on dirait que je serais ça, on dirait que tu serais ça...". Concernant la scénographie, on sera deux sur scène, un ami musicien et moi, il fera toute l'ambiance sonore en live et le <em>sound design</em> au fur et à mesure. On pourrait résumer ça à deux gars dans leur garage, y en a un qui visite l'autre : "Qu'est-ce que tu fais ?" "Je suis en train de jouer à Apollo". "Ok, moi je veux bien faire Houston" ! <span style="color: #000000;">Damien Brégère</span>, mon ami musicien c'est l'entité qui me raccroche au sol. Il n'y a pas d'artifices, y a juste un gars qui joue pendant 1h30. C'est une règle du jeu, 1h30 c'est le temps que met la Station Spatiale Internationale (ISS) à faire le tour de la Terre. Je mets 1h30 pour le faire le tour de la question, à savoir est-ce que j'ai envie de rester sur la Terre ou de partir dans les étoiles ?</p>
<p><strong>Vous dites vouloir « faire un spectacle pour brûler la vie par les deux bouts », est-ce une forme de pessimisme quant à l’avenir de l’espèce humaine ?<br />
</strong>Tous les indicateurs sont au rouge. J'ai deux parents qui travaillent dans l'environnement, et quand je leur pose la question : "est-ce qu'on est bien ou est-ce qu'on est mal barré ?" Il leur faut pas dix secondes pour me répondre : "on est mal barré". J'essaie de pas tomber non plus dans la collapsologie, même si ça m'intéresse beaucoup. J'ai pas forcément envie de faire un spectacle sur comment survivre sur Terre.</p>
<p><strong>Le poète René Daumal écrivait : « Mais où est ce vide qui m’attire ? (…) Faut-il que j’attende que quelqu’un vienne combler ce vide ou dois-je le combler moi-même ? » Est-ce que ce sont vos angoisses, vos espoirs que vous mettez en scène ? S’agit-il d’une forme de catharsis ?<br />
</strong>Oui, c'est ça, tout à fait, mes angoisses et mes espoirs. Là j'ai envie de jouer à trouver les points de croisement entre utilisation de ma vie personnelle et voyage spatial. Je cherche en ce moment comment être un astronaute <em>Do It Yourself</em>. Je n'aurai pas de combinaison, je vais faire avec les moyens du bord, comme si j'étais dans mon garage. En même temps j'utilise le streaming de la Station en live, une vidéo réelle qui montre la Terre à l'instant T.</p>
<p><strong>Peut-on parler à votre sujet de posture "exo-humaniste" ?<br />
</strong>Oui, sur ce projet-là, on pourrait coller ce terme d'exo-humanisme. J'aime bien l'idée d'avoir un regard transposé sur la condition humaine et sur moi-même. J'ai pas la prétention de dire que je peux résoudre des problèmes universels, c'est juste un <em>ego trip</em> ! Je tente de regarder les choses se faire dans une posture de jeu.</p>
<p><strong>Votre spectacle évoque les thèmes de la conquête spatiale, de l’écologie et de la sociologie prospective. Comment ces sujets s’articulent-ils ? Quel lien y a-t-il entre l’espace, la nature et la futurologie ?<br />
</strong>Terre, espace, SF, je pense que ça va être très mélangé tout ça. Ces trois dimensions se répondent constamment. L'idée c'est de me laisser regarder, d'assumer l'errance, la question. C'est pas pour rien que j'utilise Internet sur scène et que je montre une copie d'écran de mon ordinateur, je laisse voir quelque chose qui est de l'ordre de l'intime. Cette ordinateur c'est une fenêtre sur le monde, c'est aussi une pratique que les spectateurs ont et sur laquelle ils peuvent s'identifier et en même temps c'est une extension de soi qui est très personnelle et que moi je donne à voir.</p>
<p><strong>Regrettez-vous de ne pas être un astronaute ?<br />
</strong>Oui, d'une certaine manière oui. Je n'ai aucun problème par rapport à ça. Ça me fascine mais pas plus, pas moins, que le grand public. Moi j'aime m'emparer d'une question et rester très pop culture, très grand public. D'une certaine manière j'aurais bien aimé être astronaute, mais comme tout le monde ! Comme je peux pas, je me recréé cette aventure.</p>
<p><strong>Qu’est-ce qu’évoque pour le thème de la résidence « <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/projets/science-fiction/">Hier c’était demain</a> »?<br />
</strong>Ça me fait penser à un <em>glitch</em> temporel. Ce titre est bien trouvé car il s'agit de ré-imaginer le futur. Pour moi c'est <em>Retour vers le Futur</em>. Moi ça m'évoque en négatif l'espèce de lutte qu'il faut avoir contre le vintage, cet amour du Formica... Vivement les habitations bien isolées qui consomment peu. Y a des traits à tirer je trouve. Y a un deuil à faire pour pouvoir s'emparer du futur.</p>
<h6>Entretien réalisé par Aurélien Montinari en juillet 2019</h6>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/annees/2019/entretien-avec-raphael-gouisset/">Entretien avec Raphaël Gouisset • Je ne suis pas un astronaute</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p><img width="2834" height="1400" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/07/RaphaelGouissetcCNESR.Gouisset.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/07/RaphaelGouissetcCNESR.Gouisset.jpg 2834w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/07/RaphaelGouissetcCNESR.Gouisset-150x74.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/07/RaphaelGouissetcCNESR.Gouisset-300x148.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/07/RaphaelGouissetcCNESR.Gouisset-768x379.jpg 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/07/RaphaelGouissetcCNESR.Gouisset-1024x506.jpg 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/07/RaphaelGouissetcCNESR.Gouisset-600x296.jpg 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/07/RaphaelGouissetcCNESR.Gouisset-245x121.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/07/RaphaelGouissetcCNESR.Gouisset-580x287.jpg 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/07/RaphaelGouissetcCNESR.Gouisset-700x346.jpg 700w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/07/RaphaelGouissetcCNESR.Gouisset-270x133.jpg 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/07/RaphaelGouissetcCNESR.Gouisset-500x247.jpg 500w" sizes="(max-width: 2834px) 100vw, 2834px" /></p><h4>Dans le cadre du cycle thématique <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/projets/science-fiction/" target="_blank" rel="noopener">Hier c’était demain : science-fiction et imaginaires collectifs </a></h4>
<i><a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/raphael-gouisset/">Raphaël Gouisset</a> nous invite, dans son dernier spectacle, à interroger l'avenir de l'Humanité, entre rêve d'enfant, introspection et futurologie.</i>

<strong>Performer, comédien, metteur en scène, votre prochain spectacle est un monologue sous forme de poème où vous évoquez la problématique de votre vie et celle du genre humain. Pourquoi prétendre être un astronaute ? Pourquoi dire justement l’inverse dans le titre de votre spectacle ?
</strong>Il y a un côté rêve d'enfant, un mec tout seul dans son garage, quelque chose de très <em>Do It Yourself</em>. D'un point de vue scénique, mon but c'est de trouver des jeux qui m'amusent, comme un gamin dans la cour d'école qui dirait "hey les gars on joue à ça, on dirait que je serais ça, on dirait que tu serais ça...". Concernant la scénographie, on sera deux sur scène, un ami musicien et moi, il fera toute l'ambiance sonore en live et le <em>sound design</em> au fur et à mesure. On pourrait résumer ça à deux gars dans leur garage, y en a un qui visite l'autre : "Qu'est-ce que tu fais ?" "Je suis en train de jouer à Apollo". "Ok, moi je veux bien faire Houston" ! <span style="color: #000000;">Damien Brégère</span>, mon ami musicien c'est l'entité qui me raccroche au sol. Il n'y a pas d'artifices, y a juste un gars qui joue pendant 1h30. C'est une règle du jeu, 1h30 c'est le temps que met la Station Spatiale Internationale (ISS) à faire le tour de la Terre. Je mets 1h30 pour le faire le tour de la question, à savoir est-ce que j'ai envie de rester sur la Terre ou de partir dans les étoiles ?

<strong>Vous dites vouloir « faire un spectacle pour brûler la vie par les deux bouts », est-ce une forme de pessimisme quant à l’avenir de l’espèce humaine ?
</strong>Tous les indicateurs sont au rouge. J'ai deux parents qui travaillent dans l'environnement, et quand je leur pose la question : "est-ce qu'on est bien ou est-ce qu'on est mal barré ?" Il leur faut pas dix secondes pour me répondre : "on est mal barré". J'essaie de pas tomber non plus dans la collapsologie, même si ça m'intéresse beaucoup. J'ai pas forcément envie de faire un spectacle sur comment survivre sur Terre.

<strong>Le poète René Daumal écrivait : « Mais où est ce vide qui m’attire ? (…) Faut-il que j’attende que quelqu’un vienne combler ce vide ou dois-je le combler moi-même ? » Est-ce que ce sont vos angoisses, vos espoirs que vous mettez en scène ? S’agit-il d’une forme de catharsis ?
</strong>Oui, c'est ça, tout à fait, mes angoisses et mes espoirs. Là j'ai envie de jouer à trouver les points de croisement entre utilisation de ma vie personnelle et voyage spatial. Je cherche en ce moment comment être un astronaute <em>Do It Yourself</em>. Je n'aurai pas de combinaison, je vais faire avec les moyens du bord, comme si j'étais dans mon garage. En même temps j'utilise le streaming de la Station en live, une vidéo réelle qui montre la Terre à l'instant T.

<strong>Peut-on parler à votre sujet de posture "exo-humaniste" ?
</strong>Oui, sur ce projet-là, on pourrait coller ce terme d'exo-humanisme. J'aime bien l'idée d'avoir un regard transposé sur la condition humaine et sur moi-même. J'ai pas la prétention de dire que je peux résoudre des problèmes universels, c'est juste un <em>ego trip</em> ! Je tente de regarder les choses se faire dans une posture de jeu.

<strong>Votre spectacle évoque les thèmes de la conquête spatiale, de l’écologie et de la sociologie prospective. Comment ces sujets s’articulent-ils ? Quel lien y a-t-il entre l’espace, la nature et la futurologie ?
</strong>Terre, espace, SF, je pense que ça va être très mélangé tout ça. Ces trois dimensions se répondent constamment. L'idée c'est de me laisser regarder, d'assumer l'errance, la question. C'est pas pour rien que j'utilise Internet sur scène et que je montre une copie d'écran de mon ordinateur, je laisse voir quelque chose qui est de l'ordre de l'intime. Cette ordinateur c'est une fenêtre sur le monde, c'est aussi une pratique que les spectateurs ont et sur laquelle ils peuvent s'identifier et en même temps c'est une extension de soi qui est très personnelle et que moi je donne à voir.

<strong>Regrettez-vous de ne pas être un astronaute ?
</strong>Oui, d'une certaine manière oui. Je n'ai aucun problème par rapport à ça. Ça me fascine mais pas plus, pas moins, que le grand public. Moi j'aime m'emparer d'une question et rester très pop culture, très grand public. D'une certaine manière j'aurais bien aimé être astronaute, mais comme tout le monde ! Comme je peux pas, je me recréé cette aventure.

<strong>Qu’est-ce qu’évoque pour le thème de la résidence « <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/projets/science-fiction/">Hier c’était demain</a> »?
</strong>Ça me fait penser à un <em>glitch</em> temporel. Ce titre est bien trouvé car il s'agit de ré-imaginer le futur. Pour moi c'est <em>Retour vers le Futur</em>. Moi ça m'évoque en négatif l'espèce de lutte qu'il faut avoir contre le vintage, cet amour du Formica... Vivement les habitations bien isolées qui consomment peu. Y a des traits à tirer je trouve. Y a un deuil à faire pour pouvoir s'emparer du futur.
<h6>Entretien réalisé par Aurélien Montinari en juillet 2019</h6><p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/annees/2019/entretien-avec-raphael-gouisset/">Entretien avec Raphaël Gouisset • Je ne suis pas un astronaute</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [category@term] => Hier c'était demain : science-fiction et imaginaires collectifs
                    [category#2@term] => 2019
                    [date_timestamp] => 1562854374
                )

            [7] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Entretien avec Frédéric Deslias • Les Furtifs
                    [link#] => 1
                    [link] => https://www.shadok.strasbourg.eu/annees/2019/entretien-avec-frederci-deslias-%e2%80%a2-les-furtifs/
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Mon, 06 May 2019 08:17:47 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Administrateurs Shadok
                            [subject#] => 2
                            [subject] => Hier c'était demain : science-fiction et imaginaires collectifs
                            [subject#2] => 2019
                        )

                    [category#] => 2
                    [category] => Hier c'était demain : science-fiction et imaginaires collectifs
                    [category#2] => 2019
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => https://www.shadok.strasbourg.eu/annees/2019/entretien-avec-rocio-berenguer-%e2%80%a2-g5-inter-especes-copy/
                    [description#] => 1
                    [description] => <p><img width="1950" height="1301" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/03/MOA_poster_v0_140319.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/03/MOA_poster_v0_140319.jpg 1950w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/03/MOA_poster_v0_140319-150x100.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/03/MOA_poster_v0_140319-300x200.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/03/MOA_poster_v0_140319-768x512.jpg 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/03/MOA_poster_v0_140319-1024x683.jpg 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/03/MOA_poster_v0_140319-600x400.jpg 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/03/MOA_poster_v0_140319-245x163.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/03/MOA_poster_v0_140319-580x387.jpg 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/03/MOA_poster_v0_140319-562x375.jpg 562w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/03/MOA_poster_v0_140319-270x180.jpg 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/03/MOA_poster_v0_140319-500x334.jpg 500w" sizes="(max-width: 1950px) 100vw, 1950px" /></p>
<h4>Dans le cadre du cycle thématique <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/projets/science-fiction/" target="_blank" rel="noopener">Hier c’était demain : science-fiction et imaginaires collectifs </a></h4>
<p class="Textbody"><b>Metteur en scène, vos œuvres questionnent l’être dans un environnement saturé d’informatique. Quels sont les avantages de la théâtralité pour mener à bien cette démarche ? Comment parler du numérique à travers la corporalité ?</b></p>
<p class="Textbody">Je travaillais plutôt avec des danseurs qu’avec des acteurs parce que je trouvais que les acteurs étaient trop bavards. On avait tellement de signes et de signifiants sous la main en travaillant l’image et le son au plateau, autant travailler avec des danseurs. J’ai l’impression qu’on les posait un peu comme des <i>ready-made, </i>au milieu de dispositifs technologiques et on regardait comment ils se comportaient.</p>
<p class="Textbody"><b>Vous déclarez jouer sur le sentiment d’empathie des spectateurs, comment l’univers numérique peut-il déclencher de tels sentiments ? Vous allez jusqu’à évoquer un « théâtre des humanités », qu’est-ce à dire ?</b></p>
<p class="Textbody">Notre dispositif consiste à cristalliser un acteur, danseur ou performer, comme un échantillon d’humanité. L’enjeu réside dans la capacité du spectateur à s’identifier, à être vivant, présent sur scène, d’une façon très frontale. C’est tout un jeu de complicité et de duplicité entre le danseur et le spectateur.</p>
<p class="Textbody"><b>En collaboration avec l’écrivain de science fiction Alain Damasio, vous mettez en place un univers corporationniste où les grandes firmes ont un contrôle total sur nos faits et gestes. Quel est, selon vous, le rapport qu’entretient le politique avec la technologie ? Comment ce qu’on nous présente comme un outil d’émancipation peut, finalement, participer de notre propre aliénation ?</b></p>
<p class="Textbody">Ce qu’il y a d’énormément présent dans <i><span style="color: #000000;">Les Furtifs</span>, </i>c'est la société de contrôle, le « techno-capitalisme ». Dans <span style="color: #000000;"><i>Les </i><i>Furtifs </i></span>la technologie fait filtre entre les hommes et les hommes. Quelque part, à l’inverse, le théâtre c’est l’endroit de la communauté, où des gens viennent ensemble même s’ils ne se connaissent pas.</p>
<p class="Textbody"><b>Est-il encore possible d’imaginer un « futur désirable », quels sont nos moyens d’évolution, de réaction, voire de contestation ?</b></p>
<p class="Textbody">C’est tout le propos des <span style="color: #000000;"><i>Furtifs </i></span>: ces sortes de chimères, qui sont au centre du livre et qui deviennent le symbole de comment l'homme pourrait faire muter l’homme, comment se (re)connecter à quelque chose de naturel qu’il avait abandonné ou perdu. C’est là l’enjeu de la science-fiction : récréer nos propres cosmogonies.</p>
<p class="Textbody"><b>Votre nouveau projet met en scène des personnages chimériques invisibles mais actifs, un peu dans l’esprit du Horla de Maupassant. Ces figures sont-elles le fruit de ce que vous appelez la « dévitalisation » des humains ? En quoi cela consiste ?</b></p>
<p class="Textbody">Ces figures elles vivent dans les angles morts des humains, ce qui permet de se connecter au spiritisme. Moi je me dis scientiste. Dans la science il y a des théories  qui « fonctionnent », elles nous ont permis d’aller dans l’espace, de découvrir des lois de la nature, etc. En même temps les théories sont là pour être remises en question, il n’y a pas de vérité figée. Quand Maupassant parle de spiritisme, c’est le pouvoir de l’imaginaire qu’il suscite en nous.</p>
<p class="Textbody"><b>Une partie du dispositif des Furtifs propose justement une chasse à ces êtres fantomatiques. Qu’est-ce qu’un jeu à réalité augmenté (Augmented Reality Game) ?</b></p>
<p class="Textbody">J’ai rejoint l’équipe du studio Red Corner qui propose de réaliser une fenêtre en réalité augmentée pour découvrir la ville en 2040 dans l’univers des <i><span style="color: #000000;">Furtifs</span> </i>à partir d'un smartphone.</p>
<p class="Textbody"><b>Quelle sera la prochaine évolution des Furtifs comme œuvre ?</b></p>
<p class="Textbody"><i><span style="color: #000000;">Les Furtifs</span> </i>est une forme transmédia qui se construit étape par étape. Il y a déjà une installation qui a germé au Shadok, il y a un podcast radiophonique qui, depuis 2019, se nourrit au fur et à mesure de nos avancées, et est publié en ligne. Il y a cette application en réalité augmentée qui est en train se créer. Il y a au cœur de ces médiums, un spectacle multimédia qui sera créé en janvier 2020, et peut-être d’autres choses...</p>
<p class="Textbody"><b>Qu’est-ce qu’évoque pour vous le thème de la résidence « Hier c’était demain » ?</b></p>
<p class="Textbody">J’ai l’impression qu' il y a une nouvelle scène qui est en train de se constituer autour de formes prospectivistes et science-fictionnestes. Quelque part la science-fiction c’était les années 60, finalement c'est déjà une littérature au passé. Mais là, en ce moment, quelques têtes tirent des fils du présent pour nous aider à envisager des « futurs désirables ». Faire ce cycle de curation au Shadok tombe à point nommé, cela permet de dresser un beau panorama d’artistes à l’œuvre.</p>
<h6>Entretien réalisé par Aurélien Montinari en avril 2019</h6>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/annees/2019/entretien-avec-frederci-deslias-%e2%80%a2-les-furtifs/">Entretien avec Frédéric Deslias • Les Furtifs</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p><img width="1950" height="1301" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/03/MOA_poster_v0_140319.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/03/MOA_poster_v0_140319.jpg 1950w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/03/MOA_poster_v0_140319-150x100.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/03/MOA_poster_v0_140319-300x200.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/03/MOA_poster_v0_140319-768x512.jpg 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/03/MOA_poster_v0_140319-1024x683.jpg 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/03/MOA_poster_v0_140319-600x400.jpg 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/03/MOA_poster_v0_140319-245x163.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/03/MOA_poster_v0_140319-580x387.jpg 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/03/MOA_poster_v0_140319-562x375.jpg 562w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/03/MOA_poster_v0_140319-270x180.jpg 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/03/MOA_poster_v0_140319-500x334.jpg 500w" sizes="(max-width: 1950px) 100vw, 1950px" /></p><h4>Dans le cadre du cycle thématique <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/projets/science-fiction/" target="_blank" rel="noopener">Hier c’était demain : science-fiction et imaginaires collectifs </a></h4>
<p class="Textbody"><b>Metteur en scène, vos œuvres questionnent l’être dans un environnement saturé d’informatique. Quels sont les avantages de la théâtralité pour mener à bien cette démarche ? Comment parler du numérique à travers la corporalité ?</b></p>
<p class="Textbody">Je travaillais plutôt avec des danseurs qu’avec des acteurs parce que je trouvais que les acteurs étaient trop bavards. On avait tellement de signes et de signifiants sous la main en travaillant l’image et le son au plateau, autant travailler avec des danseurs. J’ai l’impression qu’on les posait un peu comme des <i>ready-made, </i>au milieu de dispositifs technologiques et on regardait comment ils se comportaient.</p>
<p class="Textbody"><b>Vous déclarez jouer sur le sentiment d’empathie des spectateurs, comment l’univers numérique peut-il déclencher de tels sentiments ? Vous allez jusqu’à évoquer un « théâtre des humanités », qu’est-ce à dire ?</b></p>
<p class="Textbody">Notre dispositif consiste à cristalliser un acteur, danseur ou performer, comme un échantillon d’humanité. L’enjeu réside dans la capacité du spectateur à s’identifier, à être vivant, présent sur scène, d’une façon très frontale. C’est tout un jeu de complicité et de duplicité entre le danseur et le spectateur.</p>
<p class="Textbody"><b>En collaboration avec l’écrivain de science fiction Alain Damasio, vous mettez en place un univers corporationniste où les grandes firmes ont un contrôle total sur nos faits et gestes. Quel est, selon vous, le rapport qu’entretient le politique avec la technologie ? Comment ce qu’on nous présente comme un outil d’émancipation peut, finalement, participer de notre propre aliénation ?</b></p>
<p class="Textbody">Ce qu’il y a d’énormément présent dans <i><span style="color: #000000;">Les Furtifs</span>, </i>c'est la société de contrôle, le « techno-capitalisme ». Dans <span style="color: #000000;"><i>Les </i><i>Furtifs </i></span>la technologie fait filtre entre les hommes et les hommes. Quelque part, à l’inverse, le théâtre c’est l’endroit de la communauté, où des gens viennent ensemble même s’ils ne se connaissent pas.</p>
<p class="Textbody"><b>Est-il encore possible d’imaginer un « futur désirable », quels sont nos moyens d’évolution, de réaction, voire de contestation ?</b></p>
<p class="Textbody">C’est tout le propos des <span style="color: #000000;"><i>Furtifs </i></span>: ces sortes de chimères, qui sont au centre du livre et qui deviennent le symbole de comment l'homme pourrait faire muter l’homme, comment se (re)connecter à quelque chose de naturel qu’il avait abandonné ou perdu. C’est là l’enjeu de la science-fiction : récréer nos propres cosmogonies.</p>
<p class="Textbody"><b>Votre nouveau projet met en scène des personnages chimériques invisibles mais actifs, un peu dans l’esprit du Horla de Maupassant. Ces figures sont-elles le fruit de ce que vous appelez la « dévitalisation » des humains ? En quoi cela consiste ?</b></p>
<p class="Textbody">Ces figures elles vivent dans les angles morts des humains, ce qui permet de se connecter au spiritisme. Moi je me dis scientiste. Dans la science il y a des théories  qui « fonctionnent », elles nous ont permis d’aller dans l’espace, de découvrir des lois de la nature, etc. En même temps les théories sont là pour être remises en question, il n’y a pas de vérité figée. Quand Maupassant parle de spiritisme, c’est le pouvoir de l’imaginaire qu’il suscite en nous.</p>
<p class="Textbody"><b>Une partie du dispositif des Furtifs propose justement une chasse à ces êtres fantomatiques. Qu’est-ce qu’un jeu à réalité augmenté (Augmented Reality Game) ?</b></p>
<p class="Textbody">J’ai rejoint l’équipe du studio Red Corner qui propose de réaliser une fenêtre en réalité augmentée pour découvrir la ville en 2040 dans l’univers des <i><span style="color: #000000;">Furtifs</span> </i>à partir d'un smartphone.</p>
<p class="Textbody"><b>Quelle sera la prochaine évolution des Furtifs comme œuvre ?</b></p>
<p class="Textbody"><i><span style="color: #000000;">Les Furtifs</span> </i>est une forme transmédia qui se construit étape par étape. Il y a déjà une installation qui a germé au Shadok, il y a un podcast radiophonique qui, depuis 2019, se nourrit au fur et à mesure de nos avancées, et est publié en ligne. Il y a cette application en réalité augmentée qui est en train se créer. Il y a au cœur de ces médiums, un spectacle multimédia qui sera créé en janvier 2020, et peut-être d’autres choses...</p>
<p class="Textbody"><b>Qu’est-ce qu’évoque pour vous le thème de la résidence « Hier c’était demain » ?</b></p>
<p class="Textbody">J’ai l’impression qu' il y a une nouvelle scène qui est en train de se constituer autour de formes prospectivistes et science-fictionnestes. Quelque part la science-fiction c’était les années 60, finalement c'est déjà une littérature au passé. Mais là, en ce moment, quelques têtes tirent des fils du présent pour nous aider à envisager des « futurs désirables ». Faire ce cycle de curation au Shadok tombe à point nommé, cela permet de dresser un beau panorama d’artistes à l’œuvre.</p>

<h6>Entretien réalisé par Aurélien Montinari en avril 2019</h6><p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/annees/2019/entretien-avec-frederci-deslias-%e2%80%a2-les-furtifs/">Entretien avec Frédéric Deslias • Les Furtifs</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => <p><img width="1950" height="1301" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/03/MOA_poster_v0_140319.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/03/MOA_poster_v0_140319.jpg 1950w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/03/MOA_poster_v0_140319-150x100.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/03/MOA_poster_v0_140319-300x200.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/03/MOA_poster_v0_140319-768x512.jpg 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/03/MOA_poster_v0_140319-1024x683.jpg 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/03/MOA_poster_v0_140319-600x400.jpg 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/03/MOA_poster_v0_140319-245x163.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/03/MOA_poster_v0_140319-580x387.jpg 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/03/MOA_poster_v0_140319-562x375.jpg 562w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/03/MOA_poster_v0_140319-270x180.jpg 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/03/MOA_poster_v0_140319-500x334.jpg 500w" sizes="(max-width: 1950px) 100vw, 1950px" /></p>
<h4>Dans le cadre du cycle thématique <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/projets/science-fiction/" target="_blank" rel="noopener">Hier c’était demain : science-fiction et imaginaires collectifs </a></h4>
<p class="Textbody"><b>Metteur en scène, vos œuvres questionnent l’être dans un environnement saturé d’informatique. Quels sont les avantages de la théâtralité pour mener à bien cette démarche ? Comment parler du numérique à travers la corporalité ?</b></p>
<p class="Textbody">Je travaillais plutôt avec des danseurs qu’avec des acteurs parce que je trouvais que les acteurs étaient trop bavards. On avait tellement de signes et de signifiants sous la main en travaillant l’image et le son au plateau, autant travailler avec des danseurs. J’ai l’impression qu’on les posait un peu comme des <i>ready-made, </i>au milieu de dispositifs technologiques et on regardait comment ils se comportaient.</p>
<p class="Textbody"><b>Vous déclarez jouer sur le sentiment d’empathie des spectateurs, comment l’univers numérique peut-il déclencher de tels sentiments ? Vous allez jusqu’à évoquer un « théâtre des humanités », qu’est-ce à dire ?</b></p>
<p class="Textbody">Notre dispositif consiste à cristalliser un acteur, danseur ou performer, comme un échantillon d’humanité. L’enjeu réside dans la capacité du spectateur à s’identifier, à être vivant, présent sur scène, d’une façon très frontale. C’est tout un jeu de complicité et de duplicité entre le danseur et le spectateur.</p>
<p class="Textbody"><b>En collaboration avec l’écrivain de science fiction Alain Damasio, vous mettez en place un univers corporationniste où les grandes firmes ont un contrôle total sur nos faits et gestes. Quel est, selon vous, le rapport qu’entretient le politique avec la technologie ? Comment ce qu’on nous présente comme un outil d’émancipation peut, finalement, participer de notre propre aliénation ?</b></p>
<p class="Textbody">Ce qu’il y a d’énormément présent dans <i><span style="color: #000000;">Les Furtifs</span>, </i>c'est la société de contrôle, le « techno-capitalisme ». Dans <span style="color: #000000;"><i>Les </i><i>Furtifs </i></span>la technologie fait filtre entre les hommes et les hommes. Quelque part, à l’inverse, le théâtre c’est l’endroit de la communauté, où des gens viennent ensemble même s’ils ne se connaissent pas.</p>
<p class="Textbody"><b>Est-il encore possible d’imaginer un « futur désirable », quels sont nos moyens d’évolution, de réaction, voire de contestation ?</b></p>
<p class="Textbody">C’est tout le propos des <span style="color: #000000;"><i>Furtifs </i></span>: ces sortes de chimères, qui sont au centre du livre et qui deviennent le symbole de comment l'homme pourrait faire muter l’homme, comment se (re)connecter à quelque chose de naturel qu’il avait abandonné ou perdu. C’est là l’enjeu de la science-fiction : récréer nos propres cosmogonies.</p>
<p class="Textbody"><b>Votre nouveau projet met en scène des personnages chimériques invisibles mais actifs, un peu dans l’esprit du Horla de Maupassant. Ces figures sont-elles le fruit de ce que vous appelez la « dévitalisation » des humains ? En quoi cela consiste ?</b></p>
<p class="Textbody">Ces figures elles vivent dans les angles morts des humains, ce qui permet de se connecter au spiritisme. Moi je me dis scientiste. Dans la science il y a des théories  qui « fonctionnent », elles nous ont permis d’aller dans l’espace, de découvrir des lois de la nature, etc. En même temps les théories sont là pour être remises en question, il n’y a pas de vérité figée. Quand Maupassant parle de spiritisme, c’est le pouvoir de l’imaginaire qu’il suscite en nous.</p>
<p class="Textbody"><b>Une partie du dispositif des Furtifs propose justement une chasse à ces êtres fantomatiques. Qu’est-ce qu’un jeu à réalité augmenté (Augmented Reality Game) ?</b></p>
<p class="Textbody">J’ai rejoint l’équipe du studio Red Corner qui propose de réaliser une fenêtre en réalité augmentée pour découvrir la ville en 2040 dans l’univers des <i><span style="color: #000000;">Furtifs</span> </i>à partir d'un smartphone.</p>
<p class="Textbody"><b>Quelle sera la prochaine évolution des Furtifs comme œuvre ?</b></p>
<p class="Textbody"><i><span style="color: #000000;">Les Furtifs</span> </i>est une forme transmédia qui se construit étape par étape. Il y a déjà une installation qui a germé au Shadok, il y a un podcast radiophonique qui, depuis 2019, se nourrit au fur et à mesure de nos avancées, et est publié en ligne. Il y a cette application en réalité augmentée qui est en train se créer. Il y a au cœur de ces médiums, un spectacle multimédia qui sera créé en janvier 2020, et peut-être d’autres choses...</p>
<p class="Textbody"><b>Qu’est-ce qu’évoque pour vous le thème de la résidence « Hier c’était demain » ?</b></p>
<p class="Textbody">J’ai l’impression qu' il y a une nouvelle scène qui est en train de se constituer autour de formes prospectivistes et science-fictionnestes. Quelque part la science-fiction c’était les années 60, finalement c'est déjà une littérature au passé. Mais là, en ce moment, quelques têtes tirent des fils du présent pour nous aider à envisager des « futurs désirables ». Faire ce cycle de curation au Shadok tombe à point nommé, cela permet de dresser un beau panorama d’artistes à l’œuvre.</p>
<h6>Entretien réalisé par Aurélien Montinari en avril 2019</h6>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/annees/2019/entretien-avec-frederci-deslias-%e2%80%a2-les-furtifs/">Entretien avec Frédéric Deslias • Les Furtifs</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p><img width="1950" height="1301" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/03/MOA_poster_v0_140319.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/03/MOA_poster_v0_140319.jpg 1950w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/03/MOA_poster_v0_140319-150x100.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/03/MOA_poster_v0_140319-300x200.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/03/MOA_poster_v0_140319-768x512.jpg 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/03/MOA_poster_v0_140319-1024x683.jpg 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/03/MOA_poster_v0_140319-600x400.jpg 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/03/MOA_poster_v0_140319-245x163.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/03/MOA_poster_v0_140319-580x387.jpg 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/03/MOA_poster_v0_140319-562x375.jpg 562w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/03/MOA_poster_v0_140319-270x180.jpg 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/03/MOA_poster_v0_140319-500x334.jpg 500w" sizes="(max-width: 1950px) 100vw, 1950px" /></p><h4>Dans le cadre du cycle thématique <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/projets/science-fiction/" target="_blank" rel="noopener">Hier c’était demain : science-fiction et imaginaires collectifs </a></h4>
<p class="Textbody"><b>Metteur en scène, vos œuvres questionnent l’être dans un environnement saturé d’informatique. Quels sont les avantages de la théâtralité pour mener à bien cette démarche ? Comment parler du numérique à travers la corporalité ?</b></p>
<p class="Textbody">Je travaillais plutôt avec des danseurs qu’avec des acteurs parce que je trouvais que les acteurs étaient trop bavards. On avait tellement de signes et de signifiants sous la main en travaillant l’image et le son au plateau, autant travailler avec des danseurs. J’ai l’impression qu’on les posait un peu comme des <i>ready-made, </i>au milieu de dispositifs technologiques et on regardait comment ils se comportaient.</p>
<p class="Textbody"><b>Vous déclarez jouer sur le sentiment d’empathie des spectateurs, comment l’univers numérique peut-il déclencher de tels sentiments ? Vous allez jusqu’à évoquer un « théâtre des humanités », qu’est-ce à dire ?</b></p>
<p class="Textbody">Notre dispositif consiste à cristalliser un acteur, danseur ou performer, comme un échantillon d’humanité. L’enjeu réside dans la capacité du spectateur à s’identifier, à être vivant, présent sur scène, d’une façon très frontale. C’est tout un jeu de complicité et de duplicité entre le danseur et le spectateur.</p>
<p class="Textbody"><b>En collaboration avec l’écrivain de science fiction Alain Damasio, vous mettez en place un univers corporationniste où les grandes firmes ont un contrôle total sur nos faits et gestes. Quel est, selon vous, le rapport qu’entretient le politique avec la technologie ? Comment ce qu’on nous présente comme un outil d’émancipation peut, finalement, participer de notre propre aliénation ?</b></p>
<p class="Textbody">Ce qu’il y a d’énormément présent dans <i><span style="color: #000000;">Les Furtifs</span>, </i>c'est la société de contrôle, le « techno-capitalisme ». Dans <span style="color: #000000;"><i>Les </i><i>Furtifs </i></span>la technologie fait filtre entre les hommes et les hommes. Quelque part, à l’inverse, le théâtre c’est l’endroit de la communauté, où des gens viennent ensemble même s’ils ne se connaissent pas.</p>
<p class="Textbody"><b>Est-il encore possible d’imaginer un « futur désirable », quels sont nos moyens d’évolution, de réaction, voire de contestation ?</b></p>
<p class="Textbody">C’est tout le propos des <span style="color: #000000;"><i>Furtifs </i></span>: ces sortes de chimères, qui sont au centre du livre et qui deviennent le symbole de comment l'homme pourrait faire muter l’homme, comment se (re)connecter à quelque chose de naturel qu’il avait abandonné ou perdu. C’est là l’enjeu de la science-fiction : récréer nos propres cosmogonies.</p>
<p class="Textbody"><b>Votre nouveau projet met en scène des personnages chimériques invisibles mais actifs, un peu dans l’esprit du Horla de Maupassant. Ces figures sont-elles le fruit de ce que vous appelez la « dévitalisation » des humains ? En quoi cela consiste ?</b></p>
<p class="Textbody">Ces figures elles vivent dans les angles morts des humains, ce qui permet de se connecter au spiritisme. Moi je me dis scientiste. Dans la science il y a des théories  qui « fonctionnent », elles nous ont permis d’aller dans l’espace, de découvrir des lois de la nature, etc. En même temps les théories sont là pour être remises en question, il n’y a pas de vérité figée. Quand Maupassant parle de spiritisme, c’est le pouvoir de l’imaginaire qu’il suscite en nous.</p>
<p class="Textbody"><b>Une partie du dispositif des Furtifs propose justement une chasse à ces êtres fantomatiques. Qu’est-ce qu’un jeu à réalité augmenté (Augmented Reality Game) ?</b></p>
<p class="Textbody">J’ai rejoint l’équipe du studio Red Corner qui propose de réaliser une fenêtre en réalité augmentée pour découvrir la ville en 2040 dans l’univers des <i><span style="color: #000000;">Furtifs</span> </i>à partir d'un smartphone.</p>
<p class="Textbody"><b>Quelle sera la prochaine évolution des Furtifs comme œuvre ?</b></p>
<p class="Textbody"><i><span style="color: #000000;">Les Furtifs</span> </i>est une forme transmédia qui se construit étape par étape. Il y a déjà une installation qui a germé au Shadok, il y a un podcast radiophonique qui, depuis 2019, se nourrit au fur et à mesure de nos avancées, et est publié en ligne. Il y a cette application en réalité augmentée qui est en train se créer. Il y a au cœur de ces médiums, un spectacle multimédia qui sera créé en janvier 2020, et peut-être d’autres choses...</p>
<p class="Textbody"><b>Qu’est-ce qu’évoque pour vous le thème de la résidence « Hier c’était demain » ?</b></p>
<p class="Textbody">J’ai l’impression qu' il y a une nouvelle scène qui est en train de se constituer autour de formes prospectivistes et science-fictionnestes. Quelque part la science-fiction c’était les années 60, finalement c'est déjà une littérature au passé. Mais là, en ce moment, quelques têtes tirent des fils du présent pour nous aider à envisager des « futurs désirables ». Faire ce cycle de curation au Shadok tombe à point nommé, cela permet de dresser un beau panorama d’artistes à l’œuvre.</p>

<h6>Entretien réalisé par Aurélien Montinari en avril 2019</h6><p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/annees/2019/entretien-avec-frederci-deslias-%e2%80%a2-les-furtifs/">Entretien avec Frédéric Deslias • Les Furtifs</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [category@term] => Hier c'était demain : science-fiction et imaginaires collectifs
                    [category#2@term] => 2019
                    [date_timestamp] => 1557130667
                )

            [8] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Entretien avec Marie Picard et Emmanuel Vergès • Socio Fiction
                    [link#] => 1
                    [link] => https://www.shadok.strasbourg.eu/annees/2019/entretien-avec-marie-picard-et-emmanuel-verges%e2%80%a2-socio-fiction/
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Fri, 26 Apr 2019 09:39:22 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Administrateurs Shadok
                            [subject#] => 2
                            [subject] => Hier c'était demain : science-fiction et imaginaires collectifs
                            [subject#2] => 2019
                        )

                    [category#] => 2
                    [category] => Hier c'était demain : science-fiction et imaginaires collectifs
                    [category#2] => 2019
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => https://www.shadok.strasbourg.eu/annees/2019/entretien-avec-rocio-berenguer-%e2%80%a2-g5-inter-especes-copy/
                    [description#] => 1
                    [description] => <p><img width="1181" height="1181" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019.jpg 1181w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019-150x150.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019-300x300.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019-768x768.jpg 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019-1024x1024.jpg 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019-600x600.jpg 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019-245x245.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019-580x580.jpg 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019-375x375.jpg 375w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019-270x270.jpg 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019-500x500.jpg 500w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019-250x250.jpg 250w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019-540x540.jpg 540w" sizes="(max-width: 1181px) 100vw, 1181px" /></p>
<h4>Dans le cadre du cycle thématique <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/projets/science-fiction/" target="_blank" rel="noopener">Hier c’était demain : science-fiction et imaginaires collectifs </a></h4>
<p><em>Avec leur spectacle-performance <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/socio-fiction/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">Socio Fiction</span>, <span style="color: #000000;">Marie Picard</span> et Emmanuel Vergès</a> font du public, plus que des acteurs, des auteurs de leurs propres vies.  Le théâtre se fait ici dispositif pour écrire un futur désirable par et pour tous.</em></p>
<p><strong>Les récits sont au cœur de votre dispositif artistique. Comment l’écriture épouse-t-elle les nouveaux modes de communication ? Comment contrôler l’émergence des récits, leur véracité et leur impact à l’heure d’Internet ?</strong></p>
<p><u>Marie</u> : Nous accompagnons les publics à raconter des récits, sans quête de véracité, avec l’idée que créer des futurs désirables c’est déjà s’inventer, finalement, une capacité à entrevoir le futur comme étant désirable.</p>
<p><u>Emmanuel</u> : La véracité ne nous intéresse pas du tout, c’est plus le fait qu’on puisse raconter pour transformer.</p>
<p><strong>Pour le théoricien de la communication Marshall McLuhan, « le médium est le message ». Est-ce que le numérique est devenu un récit à part entière ?</strong></p>
<p><u>Emmanuel</u> : Internet nous amène à transformer nos manière de voir,  de représenter, ou d’organiser le monde. Cette révolution est une révolution plus culturelle que technologique et il faut prendre place dans cette révolution. Si le médium c’est le message, notre pouvoir d’agir est autour du récit.</p>
<p><u>Marie</u> : La question, dans <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/socio-fiction/" target="_blank" rel="noopener">Socio Fiction</a>, c’est celle de l’impact culturel d’une société en régime numérique. Nous partons de la possibilité qu’avec le public on puisse faire œuvre commune.</p>
<p><strong><a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/socio-fiction/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">Socio Fiction </span></a>consiste à intégrer les spectateurs à une mise en scène théâtrale au moyen de récits collectifs mis en commun. Vous appelez cette démarche « faire œuvre », en quoi cela consiste-t-il ?</strong></p>
<p><u>Marie</u> : Notre travail, c’est de générer des protocoles de participation, c’est quelque chose que l’on fait avec des méthodologies de facilitation. Quelle sera l’œuvre à la fin, c’est ce sur quoi on est en train de travailler au Shadok.</p>
<p><u>Emmanuel</u> : Travailler à deux c’est essayer de regarder une chose commune avec différents regards. Là, nous sommes dans la question de la mise en forme, essayer de discerner précisément les endroits où l'on va mettre les gens en situation.</p>
<p><strong>Pour l’auteur Maurice Blanchot, écrire est une « affirmation de la solitude ». Comment réussir à élaborer un récit à plusieurs voix, entre des personnes qui ne se connaissent pas ?</strong></p>
<p><u>Marie</u> : C’est par l’improvisation dans un cadre. Nous sommes auteurs du protocole et nous proposons au public d’interagir à l’intérieur. L’œuvre, c’est le protocole.</p>
<p><u>Emmanuel</u> : Nous nous demandons à quel endroit la contribution de l’un et de l’autre produit du commun qui n’appartient plus ni à l’un ni à l’autre. C’est complexe parce que ça vient toucher des choses très profondes en nous.</p>
<p><strong>Antonin Artaud définit le théâtre comme un « appel de forces ». Existe-t-il une dimension engagée dans <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/socio-fiction/" target="_blank" rel="noopener">Socio Fiction</a> ?</strong></p>
<p><u>Marie</u> : Avec <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/socio-fiction/" target="_blank" rel="noopener">Socio Fiction</a>, l’idée c’est de générer des communautés. Il y a dans notre dispositif l’idée de rendre le public auteur quelque part à la fois de l’œuvre mais possiblement aussi d’une partie de son futur.</p>
<p><u>Emmanuel</u> : Venir faire du théâtre, c’est aussi pour nous venir nous-même produire notre espace, dans un espace qui est un espace construit par la société, l’espace de la scène, qui est un espace éminemment politique.</p>
<p><strong>Pour vous, la science-fiction doit permettre de conserver des traces archivées de nos récits afin de nous raconter dans le futur. Comment le dispositif <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/socio-fiction/" target="_blank" rel="noopener">Socio Fiction</a> participe-t-il de cette élaboration patrimoniale ?</strong></p>
<p><u>Marie</u> : Il y a une question d’accumulation des récits, mais nous travaillons aussi sur la question du rôle et du statut du spectateur. On donne au spectateur un rôle d’auteur et ça c’est quelque chose qui reste.</p>
<p><u>Emmanuel</u> : Dans l’idée du devenir auteur il y a quelque chose que l’on essaye d’ancrer dans la tête des gens.</p>
<p><strong>Pensez-vous que l’écriture peut changer le réel ? Quelles formes, selon vous, pourrait revêtir les fictions de demain ?</strong></p>
<p><u>Emmanuel</u> : Le hashtag est un bon exemple, ce marqueur génère de nouvelles histoires et permet de relier des récits complètement éparses les uns avec les autres.</p>
<p><u>Marie</u> : Les écritures peuvent inverser les rapports de force. #metoo n’a pas changé nos relations au quotidien entre Femmes et Hommes, mais ça a libéré un pouvoir de parole.</p>
<p><strong>Qu’est-ce qu’évoque pour vous le thème de la résidence, <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/projets/science-fiction/" target="_blank" rel="noopener">« Hier c’était demain »</a> ?</strong></p>
<p><u>Emmanuel</u> : Ce thème correspond a une réflexion que nous avons sur les récits de science-fiction : ont-ils écrit, dans le passé, notre présent ? Tout ce qu’on fait aujourd’hui écrit profondément notre futur.</p>
<p><u>Marie</u> : Notre démarche, c'est de dire, soit le futur répète les cadres sociaux dans lesquels on est, soit à un moment on fait un pas de côté et on essaye de modifier notre façon d’être au monde.</p>
<h6>Entretien réalisé par Aurélien Montinari en avril 2019</h6>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/annees/2019/entretien-avec-marie-picard-et-emmanuel-verges%e2%80%a2-socio-fiction/">Entretien avec Marie Picard et Emmanuel Vergès • Socio Fiction</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p><img width="1181" height="1181" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019.jpg 1181w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019-150x150.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019-300x300.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019-768x768.jpg 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019-1024x1024.jpg 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019-600x600.jpg 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019-245x245.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019-580x580.jpg 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019-375x375.jpg 375w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019-270x270.jpg 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019-500x500.jpg 500w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019-250x250.jpg 250w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019-540x540.jpg 540w" sizes="(max-width: 1181px) 100vw, 1181px" /></p><h4>Dans le cadre du cycle thématique <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/projets/science-fiction/" target="_blank" rel="noopener">Hier c’était demain : science-fiction et imaginaires collectifs </a></h4>
<em>Avec leur spectacle-performance <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/socio-fiction/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">Socio Fiction</span>, <span style="color: #000000;">Marie Picard</span> et Emmanuel Vergès</a> font du public, plus que des acteurs, des auteurs de leurs propres vies.  Le théâtre se fait ici dispositif pour écrire un futur désirable par et pour tous.</em>

<strong>Les récits sont au cœur de votre dispositif artistique. Comment l’écriture épouse-t-elle les nouveaux modes de communication ? Comment contrôler l’émergence des récits, leur véracité et leur impact à l’heure d’Internet ?</strong>

<u>Marie</u> : Nous accompagnons les publics à raconter des récits, sans quête de véracité, avec l’idée que créer des futurs désirables c’est déjà s’inventer, finalement, une capacité à entrevoir le futur comme étant désirable.

<u>Emmanuel</u> : La véracité ne nous intéresse pas du tout, c’est plus le fait qu’on puisse raconter pour transformer.

<strong>Pour le théoricien de la communication Marshall McLuhan, « le médium est le message ». Est-ce que le numérique est devenu un récit à part entière ?</strong>

<u>Emmanuel</u> : Internet nous amène à transformer nos manière de voir,  de représenter, ou d’organiser le monde. Cette révolution est une révolution plus culturelle que technologique et il faut prendre place dans cette révolution. Si le médium c’est le message, notre pouvoir d’agir est autour du récit.

<u>Marie</u> : La question, dans <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/socio-fiction/" target="_blank" rel="noopener">Socio Fiction</a>, c’est celle de l’impact culturel d’une société en régime numérique. Nous partons de la possibilité qu’avec le public on puisse faire œuvre commune.

<strong><a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/socio-fiction/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">Socio Fiction </span></a>consiste à intégrer les spectateurs à une mise en scène théâtrale au moyen de récits collectifs mis en commun. Vous appelez cette démarche « faire œuvre », en quoi cela consiste-t-il ?</strong>

<u>Marie</u> : Notre travail, c’est de générer des protocoles de participation, c’est quelque chose que l’on fait avec des méthodologies de facilitation. Quelle sera l’œuvre à la fin, c’est ce sur quoi on est en train de travailler au Shadok.

<u>Emmanuel</u> : Travailler à deux c’est essayer de regarder une chose commune avec différents regards. Là, nous sommes dans la question de la mise en forme, essayer de discerner précisément les endroits où l'on va mettre les gens en situation.

<strong>Pour l’auteur Maurice Blanchot, écrire est une « affirmation de la solitude ». Comment réussir à élaborer un récit à plusieurs voix, entre des personnes qui ne se connaissent pas ?</strong>

<u>Marie</u> : C’est par l’improvisation dans un cadre. Nous sommes auteurs du protocole et nous proposons au public d’interagir à l’intérieur. L’œuvre, c’est le protocole.

<u>Emmanuel</u> : Nous nous demandons à quel endroit la contribution de l’un et de l’autre produit du commun qui n’appartient plus ni à l’un ni à l’autre. C’est complexe parce que ça vient toucher des choses très profondes en nous.

<strong>Antonin Artaud définit le théâtre comme un « appel de forces ». Existe-t-il une dimension engagée dans <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/socio-fiction/" target="_blank" rel="noopener">Socio Fiction</a> ?</strong>

<u>Marie</u> : Avec <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/socio-fiction/" target="_blank" rel="noopener">Socio Fiction</a>, l’idée c’est de générer des communautés. Il y a dans notre dispositif l’idée de rendre le public auteur quelque part à la fois de l’œuvre mais possiblement aussi d’une partie de son futur.

<u>Emmanuel</u> : Venir faire du théâtre, c’est aussi pour nous venir nous-même produire notre espace, dans un espace qui est un espace construit par la société, l’espace de la scène, qui est un espace éminemment politique.

<strong>Pour vous, la science-fiction doit permettre de conserver des traces archivées de nos récits afin de nous raconter dans le futur. Comment le dispositif <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/socio-fiction/" target="_blank" rel="noopener">Socio Fiction</a> participe-t-il de cette élaboration patrimoniale ?</strong>

<u>Marie</u> : Il y a une question d’accumulation des récits, mais nous travaillons aussi sur la question du rôle et du statut du spectateur. On donne au spectateur un rôle d’auteur et ça c’est quelque chose qui reste.

<u>Emmanuel</u> : Dans l’idée du devenir auteur il y a quelque chose que l’on essaye d’ancrer dans la tête des gens.

<strong>Pensez-vous que l’écriture peut changer le réel ? Quelles formes, selon vous, pourrait revêtir les fictions de demain ?</strong>

<u>Emmanuel</u> : Le hashtag est un bon exemple, ce marqueur génère de nouvelles histoires et permet de relier des récits complètement éparses les uns avec les autres.

<u>Marie</u> : Les écritures peuvent inverser les rapports de force. #metoo n’a pas changé nos relations au quotidien entre Femmes et Hommes, mais ça a libéré un pouvoir de parole.

<strong>Qu’est-ce qu’évoque pour vous le thème de la résidence, <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/projets/science-fiction/" target="_blank" rel="noopener">« Hier c’était demain »</a> ?</strong>

<u>Emmanuel</u> : Ce thème correspond a une réflexion que nous avons sur les récits de science-fiction : ont-ils écrit, dans le passé, notre présent ? Tout ce qu’on fait aujourd’hui écrit profondément notre futur.

<u>Marie</u> : Notre démarche, c'est de dire, soit le futur répète les cadres sociaux dans lesquels on est, soit à un moment on fait un pas de côté et on essaye de modifier notre façon d’être au monde.
<h6>Entretien réalisé par Aurélien Montinari en avril 2019</h6><p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/annees/2019/entretien-avec-marie-picard-et-emmanuel-verges%e2%80%a2-socio-fiction/">Entretien avec Marie Picard et Emmanuel Vergès • Socio Fiction</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => <p><img width="1181" height="1181" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019.jpg 1181w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019-150x150.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019-300x300.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019-768x768.jpg 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019-1024x1024.jpg 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019-600x600.jpg 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019-245x245.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019-580x580.jpg 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019-375x375.jpg 375w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019-270x270.jpg 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019-500x500.jpg 500w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019-250x250.jpg 250w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019-540x540.jpg 540w" sizes="(max-width: 1181px) 100vw, 1181px" /></p>
<h4>Dans le cadre du cycle thématique <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/projets/science-fiction/" target="_blank" rel="noopener">Hier c’était demain : science-fiction et imaginaires collectifs </a></h4>
<p><em>Avec leur spectacle-performance <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/socio-fiction/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">Socio Fiction</span>, <span style="color: #000000;">Marie Picard</span> et Emmanuel Vergès</a> font du public, plus que des acteurs, des auteurs de leurs propres vies.  Le théâtre se fait ici dispositif pour écrire un futur désirable par et pour tous.</em></p>
<p><strong>Les récits sont au cœur de votre dispositif artistique. Comment l’écriture épouse-t-elle les nouveaux modes de communication ? Comment contrôler l’émergence des récits, leur véracité et leur impact à l’heure d’Internet ?</strong></p>
<p><u>Marie</u> : Nous accompagnons les publics à raconter des récits, sans quête de véracité, avec l’idée que créer des futurs désirables c’est déjà s’inventer, finalement, une capacité à entrevoir le futur comme étant désirable.</p>
<p><u>Emmanuel</u> : La véracité ne nous intéresse pas du tout, c’est plus le fait qu’on puisse raconter pour transformer.</p>
<p><strong>Pour le théoricien de la communication Marshall McLuhan, « le médium est le message ». Est-ce que le numérique est devenu un récit à part entière ?</strong></p>
<p><u>Emmanuel</u> : Internet nous amène à transformer nos manière de voir,  de représenter, ou d’organiser le monde. Cette révolution est une révolution plus culturelle que technologique et il faut prendre place dans cette révolution. Si le médium c’est le message, notre pouvoir d’agir est autour du récit.</p>
<p><u>Marie</u> : La question, dans <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/socio-fiction/" target="_blank" rel="noopener">Socio Fiction</a>, c’est celle de l’impact culturel d’une société en régime numérique. Nous partons de la possibilité qu’avec le public on puisse faire œuvre commune.</p>
<p><strong><a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/socio-fiction/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">Socio Fiction </span></a>consiste à intégrer les spectateurs à une mise en scène théâtrale au moyen de récits collectifs mis en commun. Vous appelez cette démarche « faire œuvre », en quoi cela consiste-t-il ?</strong></p>
<p><u>Marie</u> : Notre travail, c’est de générer des protocoles de participation, c’est quelque chose que l’on fait avec des méthodologies de facilitation. Quelle sera l’œuvre à la fin, c’est ce sur quoi on est en train de travailler au Shadok.</p>
<p><u>Emmanuel</u> : Travailler à deux c’est essayer de regarder une chose commune avec différents regards. Là, nous sommes dans la question de la mise en forme, essayer de discerner précisément les endroits où l'on va mettre les gens en situation.</p>
<p><strong>Pour l’auteur Maurice Blanchot, écrire est une « affirmation de la solitude ». Comment réussir à élaborer un récit à plusieurs voix, entre des personnes qui ne se connaissent pas ?</strong></p>
<p><u>Marie</u> : C’est par l’improvisation dans un cadre. Nous sommes auteurs du protocole et nous proposons au public d’interagir à l’intérieur. L’œuvre, c’est le protocole.</p>
<p><u>Emmanuel</u> : Nous nous demandons à quel endroit la contribution de l’un et de l’autre produit du commun qui n’appartient plus ni à l’un ni à l’autre. C’est complexe parce que ça vient toucher des choses très profondes en nous.</p>
<p><strong>Antonin Artaud définit le théâtre comme un « appel de forces ». Existe-t-il une dimension engagée dans <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/socio-fiction/" target="_blank" rel="noopener">Socio Fiction</a> ?</strong></p>
<p><u>Marie</u> : Avec <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/socio-fiction/" target="_blank" rel="noopener">Socio Fiction</a>, l’idée c’est de générer des communautés. Il y a dans notre dispositif l’idée de rendre le public auteur quelque part à la fois de l’œuvre mais possiblement aussi d’une partie de son futur.</p>
<p><u>Emmanuel</u> : Venir faire du théâtre, c’est aussi pour nous venir nous-même produire notre espace, dans un espace qui est un espace construit par la société, l’espace de la scène, qui est un espace éminemment politique.</p>
<p><strong>Pour vous, la science-fiction doit permettre de conserver des traces archivées de nos récits afin de nous raconter dans le futur. Comment le dispositif <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/socio-fiction/" target="_blank" rel="noopener">Socio Fiction</a> participe-t-il de cette élaboration patrimoniale ?</strong></p>
<p><u>Marie</u> : Il y a une question d’accumulation des récits, mais nous travaillons aussi sur la question du rôle et du statut du spectateur. On donne au spectateur un rôle d’auteur et ça c’est quelque chose qui reste.</p>
<p><u>Emmanuel</u> : Dans l’idée du devenir auteur il y a quelque chose que l’on essaye d’ancrer dans la tête des gens.</p>
<p><strong>Pensez-vous que l’écriture peut changer le réel ? Quelles formes, selon vous, pourrait revêtir les fictions de demain ?</strong></p>
<p><u>Emmanuel</u> : Le hashtag est un bon exemple, ce marqueur génère de nouvelles histoires et permet de relier des récits complètement éparses les uns avec les autres.</p>
<p><u>Marie</u> : Les écritures peuvent inverser les rapports de force. #metoo n’a pas changé nos relations au quotidien entre Femmes et Hommes, mais ça a libéré un pouvoir de parole.</p>
<p><strong>Qu’est-ce qu’évoque pour vous le thème de la résidence, <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/projets/science-fiction/" target="_blank" rel="noopener">« Hier c’était demain »</a> ?</strong></p>
<p><u>Emmanuel</u> : Ce thème correspond a une réflexion que nous avons sur les récits de science-fiction : ont-ils écrit, dans le passé, notre présent ? Tout ce qu’on fait aujourd’hui écrit profondément notre futur.</p>
<p><u>Marie</u> : Notre démarche, c'est de dire, soit le futur répète les cadres sociaux dans lesquels on est, soit à un moment on fait un pas de côté et on essaye de modifier notre façon d’être au monde.</p>
<h6>Entretien réalisé par Aurélien Montinari en avril 2019</h6>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/annees/2019/entretien-avec-marie-picard-et-emmanuel-verges%e2%80%a2-socio-fiction/">Entretien avec Marie Picard et Emmanuel Vergès • Socio Fiction</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p><img width="1181" height="1181" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019.jpg 1181w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019-150x150.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019-300x300.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019-768x768.jpg 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019-1024x1024.jpg 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019-600x600.jpg 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019-245x245.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019-580x580.jpg 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019-375x375.jpg 375w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019-270x270.jpg 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019-500x500.jpg 500w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019-250x250.jpg 250w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/IMG_3019-540x540.jpg 540w" sizes="(max-width: 1181px) 100vw, 1181px" /></p><h4>Dans le cadre du cycle thématique <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/projets/science-fiction/" target="_blank" rel="noopener">Hier c’était demain : science-fiction et imaginaires collectifs </a></h4>
<em>Avec leur spectacle-performance <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/socio-fiction/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">Socio Fiction</span>, <span style="color: #000000;">Marie Picard</span> et Emmanuel Vergès</a> font du public, plus que des acteurs, des auteurs de leurs propres vies.  Le théâtre se fait ici dispositif pour écrire un futur désirable par et pour tous.</em>

<strong>Les récits sont au cœur de votre dispositif artistique. Comment l’écriture épouse-t-elle les nouveaux modes de communication ? Comment contrôler l’émergence des récits, leur véracité et leur impact à l’heure d’Internet ?</strong>

<u>Marie</u> : Nous accompagnons les publics à raconter des récits, sans quête de véracité, avec l’idée que créer des futurs désirables c’est déjà s’inventer, finalement, une capacité à entrevoir le futur comme étant désirable.

<u>Emmanuel</u> : La véracité ne nous intéresse pas du tout, c’est plus le fait qu’on puisse raconter pour transformer.

<strong>Pour le théoricien de la communication Marshall McLuhan, « le médium est le message ». Est-ce que le numérique est devenu un récit à part entière ?</strong>

<u>Emmanuel</u> : Internet nous amène à transformer nos manière de voir,  de représenter, ou d’organiser le monde. Cette révolution est une révolution plus culturelle que technologique et il faut prendre place dans cette révolution. Si le médium c’est le message, notre pouvoir d’agir est autour du récit.

<u>Marie</u> : La question, dans <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/socio-fiction/" target="_blank" rel="noopener">Socio Fiction</a>, c’est celle de l’impact culturel d’une société en régime numérique. Nous partons de la possibilité qu’avec le public on puisse faire œuvre commune.

<strong><a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/socio-fiction/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">Socio Fiction </span></a>consiste à intégrer les spectateurs à une mise en scène théâtrale au moyen de récits collectifs mis en commun. Vous appelez cette démarche « faire œuvre », en quoi cela consiste-t-il ?</strong>

<u>Marie</u> : Notre travail, c’est de générer des protocoles de participation, c’est quelque chose que l’on fait avec des méthodologies de facilitation. Quelle sera l’œuvre à la fin, c’est ce sur quoi on est en train de travailler au Shadok.

<u>Emmanuel</u> : Travailler à deux c’est essayer de regarder une chose commune avec différents regards. Là, nous sommes dans la question de la mise en forme, essayer de discerner précisément les endroits où l'on va mettre les gens en situation.

<strong>Pour l’auteur Maurice Blanchot, écrire est une « affirmation de la solitude ». Comment réussir à élaborer un récit à plusieurs voix, entre des personnes qui ne se connaissent pas ?</strong>

<u>Marie</u> : C’est par l’improvisation dans un cadre. Nous sommes auteurs du protocole et nous proposons au public d’interagir à l’intérieur. L’œuvre, c’est le protocole.

<u>Emmanuel</u> : Nous nous demandons à quel endroit la contribution de l’un et de l’autre produit du commun qui n’appartient plus ni à l’un ni à l’autre. C’est complexe parce que ça vient toucher des choses très profondes en nous.

<strong>Antonin Artaud définit le théâtre comme un « appel de forces ». Existe-t-il une dimension engagée dans <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/socio-fiction/" target="_blank" rel="noopener">Socio Fiction</a> ?</strong>

<u>Marie</u> : Avec <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/socio-fiction/" target="_blank" rel="noopener">Socio Fiction</a>, l’idée c’est de générer des communautés. Il y a dans notre dispositif l’idée de rendre le public auteur quelque part à la fois de l’œuvre mais possiblement aussi d’une partie de son futur.

<u>Emmanuel</u> : Venir faire du théâtre, c’est aussi pour nous venir nous-même produire notre espace, dans un espace qui est un espace construit par la société, l’espace de la scène, qui est un espace éminemment politique.

<strong>Pour vous, la science-fiction doit permettre de conserver des traces archivées de nos récits afin de nous raconter dans le futur. Comment le dispositif <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/socio-fiction/" target="_blank" rel="noopener">Socio Fiction</a> participe-t-il de cette élaboration patrimoniale ?</strong>

<u>Marie</u> : Il y a une question d’accumulation des récits, mais nous travaillons aussi sur la question du rôle et du statut du spectateur. On donne au spectateur un rôle d’auteur et ça c’est quelque chose qui reste.

<u>Emmanuel</u> : Dans l’idée du devenir auteur il y a quelque chose que l’on essaye d’ancrer dans la tête des gens.

<strong>Pensez-vous que l’écriture peut changer le réel ? Quelles formes, selon vous, pourrait revêtir les fictions de demain ?</strong>

<u>Emmanuel</u> : Le hashtag est un bon exemple, ce marqueur génère de nouvelles histoires et permet de relier des récits complètement éparses les uns avec les autres.

<u>Marie</u> : Les écritures peuvent inverser les rapports de force. #metoo n’a pas changé nos relations au quotidien entre Femmes et Hommes, mais ça a libéré un pouvoir de parole.

<strong>Qu’est-ce qu’évoque pour vous le thème de la résidence, <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/projets/science-fiction/" target="_blank" rel="noopener">« Hier c’était demain »</a> ?</strong>

<u>Emmanuel</u> : Ce thème correspond a une réflexion que nous avons sur les récits de science-fiction : ont-ils écrit, dans le passé, notre présent ? Tout ce qu’on fait aujourd’hui écrit profondément notre futur.

<u>Marie</u> : Notre démarche, c'est de dire, soit le futur répète les cadres sociaux dans lesquels on est, soit à un moment on fait un pas de côté et on essaye de modifier notre façon d’être au monde.
<h6>Entretien réalisé par Aurélien Montinari en avril 2019</h6><p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/annees/2019/entretien-avec-marie-picard-et-emmanuel-verges%e2%80%a2-socio-fiction/">Entretien avec Marie Picard et Emmanuel Vergès • Socio Fiction</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [category@term] => Hier c'était demain : science-fiction et imaginaires collectifs
                    [category#2@term] => 2019
                    [date_timestamp] => 1556271562
                )

            [9] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Entretien avec Art Act • Mycore
                    [link#] => 1
                    [link] => https://www.shadok.strasbourg.eu/annees/2019/art-act/
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Wed, 17 Apr 2019 15:30:10 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Administrateurs Shadok
                            [subject#] => 2
                            [subject] => Hier c'était demain : science-fiction et imaginaires collectifs
                            [subject#2] => 2019
                        )

                    [category#] => 2
                    [category] => Hier c'était demain : science-fiction et imaginaires collectifs
                    [category#2] => 2019
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => https://www.shadok.strasbourg.eu/?p=16305
                    [description#] => 1
                    [description] => <p><img width="1464" height="1102" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.38.54.png" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.38.54.png 1464w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.38.54-150x113.png 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.38.54-300x226.png 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.38.54-768x578.png 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.38.54-1024x771.png 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.38.54-600x452.png 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.38.54-245x184.png 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.38.54-580x437.png 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.38.54-498x375.png 498w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.38.54-270x203.png 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.38.54-500x376.png 500w" sizes="(max-width: 1464px) 100vw, 1464px" /></p>
<h4>Dans le cadre du cycle thématique <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/projets/science-fiction/" target="_blank" rel="noopener">Hier c’était demain : science-fiction et imaginaires collectifs </a></h4>
<p><i>Artistes accueillis en résidence durant le <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/temps-1-anthropocene/" target="_blank" rel="noopener">Temps 1 – Planète interdite (anthropocène)</a>, </i><em><a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/mycore/" target="_blank" rel="noopener">Sandra et Gaspard Bébié-Valérian (Art Act)</a> intègrent dans leurs œuvres des matériaux organiques. Chez eux, les organismes vivants sont appréhendés à travers leurs capacités médiatrices, dévoilant une nouvelle compréhension du monde qui nous entoure.</em></p>
<p><strong>Le vivant, son potentiel et sa force, est abordé dans vos œuvres à travers une démarche scientifique. Peut-on qualifier vos installations d’hybridation ?<br />
</strong></p>
<p>Oui, on n'hésite pas à travailler sur des modes transversaux dans les formes et à s’appuyer aussi sur des méthodologies qui ne sont pas forcément scientifiques. L'hybridation est importante parce qu’elle permet de ne pas se cantonner à un seul champ.<br />
Dans notre travail, nous avons tendance à parler aussi de limites. On tend quand même plus vers la dystopie que l’utopie.</p>
<p>&nbsp;</p>
<p><strong>La science mais aussi la magie, le sauvage, sont des notions présentes dans votre travail, pensez-vous que nous allons pénétrer dans l'ère du techno-paganisme, où la technologie ferait l'objet d'un culte ?</strong></p>
<p>Je pense que le techno-paganisme existe déjà. Je pense qu’il est même, à l’origine, intégré dans l’idée même de technologie.</p>
<p>Le fait pour moi d’être soumis à de la production technique est un bon exemple. Lorsque<br />
je code, je code d’une certaine façon et je pense que ce code est reconnaissable, il est distinct d’un autre, parce qu’il est une extension de ma façon de penser.<br />
Pour moi, le techno-paganisme c’est ça, c’est cette capacité à penser des forces qui nous entourent.</p>
<p>&nbsp;</p>
<p><strong>Pour Arthur C. Clarke, auteur de science-fiction, « toute technologie suffisamment développée se confond avec la magie », êtes-vous d’accord avec ce principe ?</strong></p>
<p>Oui. Il y a un anthropologue qui a travaillé sur les populations d'Amazonie, c’est Edouard Viveiros de Castro ; il parle, lui,  de communication transversale entre les incommunicables, c’est-à-dire que la magie possède quelque chose d’incommunicable.<br />
D'un côté, il y a un discours un peu dominant, une sorte de véracité des sciences et, de l’autre côté, nous vivons dans une société qui cherche toujours l’émerveillement, le fait de croire dans des choses qui relèvent de la magie.</p>
<p>&nbsp;</p>
<p><strong>Vos récents travaux portent sur le règle fungi et le potentiel des champignons.<br />
En quoi la médiation par le champignon vient s’inscrire dans l’exploitation du potentiel fungi ?</strong></p>
<p>Nous, on l’a vu plus d’un point de vue poétique. Ce qui nous intéresse, c'est comment on peut utiliser le champignon pour nous corriger. L'appréhender comme un remède pour nous remettre dans un chemin plus en symbiose avec la nature.</p>
<p>&nbsp;</p>
<p><strong>Le physarum par exemple, est un blob à la croissance phénoménale et capable de mémorisation spatiale.  Jusqu’où peut-on pousser les expériences ?</strong></p>
<p>Dans les expériences qui ont été faites, des chercheurs ont créé un jeu de go avec le physarum, sachant que le jeu de go est hyper complexe, le potentiel est donc énorme.</p>
<p>Le physarum est utilisé pour sa puissance de calcul, sa capacité à résoudre des problèmes par le déplacement. Le physarum peut potentiellement devenir un réseau qui transporte de l’électricité, qui s’auto-répare et qui va chercher son chemin. On peut faire plein de choses, par exemple connecter le physarum à une planche de ouija, la planche de communication utilisée par les médiums. Nous sommes dans cette logique là, sur des approches ambivalentes, comme utiliser le physarum dans des conditions non logiques.</p>
<p>&nbsp;</p>
<p><strong>Peut-on espérer un dialogue inter-espèces exempt de notion de domination ?</strong></p>
<p>Effectivement, il peut y avoir dialogue, en tout cas il peut y avoir des effets de réaction, d’action-réaction, par contre je ne crois pas à la notion de langage, peut-être une forme dialogue rudimentaire mais je me méfie de la notion de langage avec des entités non humaines. Je parlerais plutôt de questions-réponses, de stimulus, de feedbacks, quelque chose qui aille dans ce sens là.</p>
<p>&nbsp;</p>
<p><strong>Qu’est-ce qu’évoque pour vous le thème de la résidence « Hier c’était demain »?</strong></p>
<p>Pour moi, c’est le fait que tout est relatif et que lorsque l’on réfléchit en terme de temporalité, en réalité on réfléchit selon notre temporalité.<br />
On ne peut plus se dire que la science-fiction nous offre des mondes imaginaires, ancrés uniquement dans le futur. On peut faire également du rétrospectif. Le futur que l’on prédit dans 20 ans, est en réalité déjà obsolète.</p>
<p>&nbsp;</p>
<h6>Entretien réalisé par Aurélien Montinari en mars 2019</h6>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/annees/2019/art-act/">Entretien avec Art Act • Mycore</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p><img width="1464" height="1102" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.38.54.png" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.38.54.png 1464w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.38.54-150x113.png 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.38.54-300x226.png 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.38.54-768x578.png 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.38.54-1024x771.png 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.38.54-600x452.png 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.38.54-245x184.png 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.38.54-580x437.png 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.38.54-498x375.png 498w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.38.54-270x203.png 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.38.54-500x376.png 500w" sizes="(max-width: 1464px) 100vw, 1464px" /></p><h4>Dans le cadre du cycle thématique <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/projets/science-fiction/" target="_blank" rel="noopener">Hier c’était demain : science-fiction et imaginaires collectifs </a></h4>
<i>Artistes accueillis en résidence durant le <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/temps-1-anthropocene/" target="_blank" rel="noopener">Temps 1 – Planète interdite (anthropocène)</a>, </i><em><a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/mycore/" target="_blank" rel="noopener">Sandra et Gaspard Bébié-Valérian (Art Act)</a> intègrent dans leurs œuvres des matériaux organiques. Chez eux, les organismes vivants sont appréhendés à travers leurs capacités médiatrices, dévoilant une nouvelle compréhension du monde qui nous entoure.</em>

<strong>Le vivant, son potentiel et sa force, est abordé dans vos œuvres à travers une démarche scientifique. Peut-on qualifier vos installations d’hybridation ?
</strong>

Oui, on n'hésite pas à travailler sur des modes transversaux dans les formes et à s’appuyer aussi sur des méthodologies qui ne sont pas forcément scientifiques. L'hybridation est importante parce qu’elle permet de ne pas se cantonner à un seul champ.
Dans notre travail, nous avons tendance à parler aussi de limites. On tend quand même plus vers la dystopie que l’utopie.

&nbsp;

<strong>La science mais aussi la magie, le sauvage, sont des notions présentes dans votre travail, pensez-vous que nous allons pénétrer dans l'ère du techno-paganisme, où la technologie ferait l'objet d'un culte ?</strong>

Je pense que le techno-paganisme existe déjà. Je pense qu’il est même, à l’origine, intégré dans l’idée même de technologie.

Le fait pour moi d’être soumis à de la production technique est un bon exemple. Lorsque
je code, je code d’une certaine façon et je pense que ce code est reconnaissable, il est distinct d’un autre, parce qu’il est une extension de ma façon de penser.
Pour moi, le techno-paganisme c’est ça, c’est cette capacité à penser des forces qui nous entourent.

&nbsp;

<strong>Pour Arthur C. Clarke, auteur de science-fiction, « toute technologie suffisamment développée se confond avec la magie », êtes-vous d’accord avec ce principe ?</strong>

Oui. Il y a un anthropologue qui a travaillé sur les populations d'Amazonie, c’est Edouard Viveiros de Castro ; il parle, lui,  de communication transversale entre les incommunicables, c’est-à-dire que la magie possède quelque chose d’incommunicable.
D'un côté, il y a un discours un peu dominant, une sorte de véracité des sciences et, de l’autre côté, nous vivons dans une société qui cherche toujours l’émerveillement, le fait de croire dans des choses qui relèvent de la magie.

&nbsp;

<strong>Vos récents travaux portent sur le règle fungi et le potentiel des champignons.
En quoi la médiation par le champignon vient s’inscrire dans l’exploitation du potentiel fungi ?</strong>

Nous, on l’a vu plus d’un point de vue poétique. Ce qui nous intéresse, c'est comment on peut utiliser le champignon pour nous corriger. L'appréhender comme un remède pour nous remettre dans un chemin plus en symbiose avec la nature.

&nbsp;

<strong>Le physarum par exemple, est un blob à la croissance phénoménale et capable de mémorisation spatiale.  Jusqu’où peut-on pousser les expériences ?</strong>

Dans les expériences qui ont été faites, des chercheurs ont créé un jeu de go avec le physarum, sachant que le jeu de go est hyper complexe, le potentiel est donc énorme.

Le physarum est utilisé pour sa puissance de calcul, sa capacité à résoudre des problèmes par le déplacement. Le physarum peut potentiellement devenir un réseau qui transporte de l’électricité, qui s’auto-répare et qui va chercher son chemin. On peut faire plein de choses, par exemple connecter le physarum à une planche de ouija, la planche de communication utilisée par les médiums. Nous sommes dans cette logique là, sur des approches ambivalentes, comme utiliser le physarum dans des conditions non logiques.

&nbsp;

<strong>Peut-on espérer un dialogue inter-espèces exempt de notion de domination ?</strong>

Effectivement, il peut y avoir dialogue, en tout cas il peut y avoir des effets de réaction, d’action-réaction, par contre je ne crois pas à la notion de langage, peut-être une forme dialogue rudimentaire mais je me méfie de la notion de langage avec des entités non humaines. Je parlerais plutôt de questions-réponses, de stimulus, de feedbacks, quelque chose qui aille dans ce sens là.

&nbsp;

<strong>Qu’est-ce qu’évoque pour vous le thème de la résidence « Hier c’était demain »?</strong>

Pour moi, c’est le fait que tout est relatif et que lorsque l’on réfléchit en terme de temporalité, en réalité on réfléchit selon notre temporalité.
On ne peut plus se dire que la science-fiction nous offre des mondes imaginaires, ancrés uniquement dans le futur. On peut faire également du rétrospectif. Le futur que l’on prédit dans 20 ans, est en réalité déjà obsolète.

&nbsp;
<h6>Entretien réalisé par Aurélien Montinari en mars 2019</h6><p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/annees/2019/art-act/">Entretien avec Art Act • Mycore</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => <p><img width="1464" height="1102" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.38.54.png" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.38.54.png 1464w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.38.54-150x113.png 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.38.54-300x226.png 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.38.54-768x578.png 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.38.54-1024x771.png 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.38.54-600x452.png 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.38.54-245x184.png 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.38.54-580x437.png 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.38.54-498x375.png 498w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.38.54-270x203.png 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.38.54-500x376.png 500w" sizes="(max-width: 1464px) 100vw, 1464px" /></p>
<h4>Dans le cadre du cycle thématique <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/projets/science-fiction/" target="_blank" rel="noopener">Hier c’était demain : science-fiction et imaginaires collectifs </a></h4>
<p><i>Artistes accueillis en résidence durant le <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/temps-1-anthropocene/" target="_blank" rel="noopener">Temps 1 – Planète interdite (anthropocène)</a>, </i><em><a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/mycore/" target="_blank" rel="noopener">Sandra et Gaspard Bébié-Valérian (Art Act)</a> intègrent dans leurs œuvres des matériaux organiques. Chez eux, les organismes vivants sont appréhendés à travers leurs capacités médiatrices, dévoilant une nouvelle compréhension du monde qui nous entoure.</em></p>
<p><strong>Le vivant, son potentiel et sa force, est abordé dans vos œuvres à travers une démarche scientifique. Peut-on qualifier vos installations d’hybridation ?<br />
</strong></p>
<p>Oui, on n'hésite pas à travailler sur des modes transversaux dans les formes et à s’appuyer aussi sur des méthodologies qui ne sont pas forcément scientifiques. L'hybridation est importante parce qu’elle permet de ne pas se cantonner à un seul champ.<br />
Dans notre travail, nous avons tendance à parler aussi de limites. On tend quand même plus vers la dystopie que l’utopie.</p>
<p>&nbsp;</p>
<p><strong>La science mais aussi la magie, le sauvage, sont des notions présentes dans votre travail, pensez-vous que nous allons pénétrer dans l'ère du techno-paganisme, où la technologie ferait l'objet d'un culte ?</strong></p>
<p>Je pense que le techno-paganisme existe déjà. Je pense qu’il est même, à l’origine, intégré dans l’idée même de technologie.</p>
<p>Le fait pour moi d’être soumis à de la production technique est un bon exemple. Lorsque<br />
je code, je code d’une certaine façon et je pense que ce code est reconnaissable, il est distinct d’un autre, parce qu’il est une extension de ma façon de penser.<br />
Pour moi, le techno-paganisme c’est ça, c’est cette capacité à penser des forces qui nous entourent.</p>
<p>&nbsp;</p>
<p><strong>Pour Arthur C. Clarke, auteur de science-fiction, « toute technologie suffisamment développée se confond avec la magie », êtes-vous d’accord avec ce principe ?</strong></p>
<p>Oui. Il y a un anthropologue qui a travaillé sur les populations d'Amazonie, c’est Edouard Viveiros de Castro ; il parle, lui,  de communication transversale entre les incommunicables, c’est-à-dire que la magie possède quelque chose d’incommunicable.<br />
D'un côté, il y a un discours un peu dominant, une sorte de véracité des sciences et, de l’autre côté, nous vivons dans une société qui cherche toujours l’émerveillement, le fait de croire dans des choses qui relèvent de la magie.</p>
<p>&nbsp;</p>
<p><strong>Vos récents travaux portent sur le règle fungi et le potentiel des champignons.<br />
En quoi la médiation par le champignon vient s’inscrire dans l’exploitation du potentiel fungi ?</strong></p>
<p>Nous, on l’a vu plus d’un point de vue poétique. Ce qui nous intéresse, c'est comment on peut utiliser le champignon pour nous corriger. L'appréhender comme un remède pour nous remettre dans un chemin plus en symbiose avec la nature.</p>
<p>&nbsp;</p>
<p><strong>Le physarum par exemple, est un blob à la croissance phénoménale et capable de mémorisation spatiale.  Jusqu’où peut-on pousser les expériences ?</strong></p>
<p>Dans les expériences qui ont été faites, des chercheurs ont créé un jeu de go avec le physarum, sachant que le jeu de go est hyper complexe, le potentiel est donc énorme.</p>
<p>Le physarum est utilisé pour sa puissance de calcul, sa capacité à résoudre des problèmes par le déplacement. Le physarum peut potentiellement devenir un réseau qui transporte de l’électricité, qui s’auto-répare et qui va chercher son chemin. On peut faire plein de choses, par exemple connecter le physarum à une planche de ouija, la planche de communication utilisée par les médiums. Nous sommes dans cette logique là, sur des approches ambivalentes, comme utiliser le physarum dans des conditions non logiques.</p>
<p>&nbsp;</p>
<p><strong>Peut-on espérer un dialogue inter-espèces exempt de notion de domination ?</strong></p>
<p>Effectivement, il peut y avoir dialogue, en tout cas il peut y avoir des effets de réaction, d’action-réaction, par contre je ne crois pas à la notion de langage, peut-être une forme dialogue rudimentaire mais je me méfie de la notion de langage avec des entités non humaines. Je parlerais plutôt de questions-réponses, de stimulus, de feedbacks, quelque chose qui aille dans ce sens là.</p>
<p>&nbsp;</p>
<p><strong>Qu’est-ce qu’évoque pour vous le thème de la résidence « Hier c’était demain »?</strong></p>
<p>Pour moi, c’est le fait que tout est relatif et que lorsque l’on réfléchit en terme de temporalité, en réalité on réfléchit selon notre temporalité.<br />
On ne peut plus se dire que la science-fiction nous offre des mondes imaginaires, ancrés uniquement dans le futur. On peut faire également du rétrospectif. Le futur que l’on prédit dans 20 ans, est en réalité déjà obsolète.</p>
<p>&nbsp;</p>
<h6>Entretien réalisé par Aurélien Montinari en mars 2019</h6>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/annees/2019/art-act/">Entretien avec Art Act • Mycore</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p><img width="1464" height="1102" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.38.54.png" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.38.54.png 1464w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.38.54-150x113.png 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.38.54-300x226.png 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.38.54-768x578.png 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.38.54-1024x771.png 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.38.54-600x452.png 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.38.54-245x184.png 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.38.54-580x437.png 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.38.54-498x375.png 498w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.38.54-270x203.png 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/04/Capture-d’écran-2019-04-17-à-19.38.54-500x376.png 500w" sizes="(max-width: 1464px) 100vw, 1464px" /></p><h4>Dans le cadre du cycle thématique <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/projets/science-fiction/" target="_blank" rel="noopener">Hier c’était demain : science-fiction et imaginaires collectifs </a></h4>
<i>Artistes accueillis en résidence durant le <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/temps-1-anthropocene/" target="_blank" rel="noopener">Temps 1 – Planète interdite (anthropocène)</a>, </i><em><a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/mycore/" target="_blank" rel="noopener">Sandra et Gaspard Bébié-Valérian (Art Act)</a> intègrent dans leurs œuvres des matériaux organiques. Chez eux, les organismes vivants sont appréhendés à travers leurs capacités médiatrices, dévoilant une nouvelle compréhension du monde qui nous entoure.</em>

<strong>Le vivant, son potentiel et sa force, est abordé dans vos œuvres à travers une démarche scientifique. Peut-on qualifier vos installations d’hybridation ?
</strong>

Oui, on n'hésite pas à travailler sur des modes transversaux dans les formes et à s’appuyer aussi sur des méthodologies qui ne sont pas forcément scientifiques. L'hybridation est importante parce qu’elle permet de ne pas se cantonner à un seul champ.
Dans notre travail, nous avons tendance à parler aussi de limites. On tend quand même plus vers la dystopie que l’utopie.

&nbsp;

<strong>La science mais aussi la magie, le sauvage, sont des notions présentes dans votre travail, pensez-vous que nous allons pénétrer dans l'ère du techno-paganisme, où la technologie ferait l'objet d'un culte ?</strong>

Je pense que le techno-paganisme existe déjà. Je pense qu’il est même, à l’origine, intégré dans l’idée même de technologie.

Le fait pour moi d’être soumis à de la production technique est un bon exemple. Lorsque
je code, je code d’une certaine façon et je pense que ce code est reconnaissable, il est distinct d’un autre, parce qu’il est une extension de ma façon de penser.
Pour moi, le techno-paganisme c’est ça, c’est cette capacité à penser des forces qui nous entourent.

&nbsp;

<strong>Pour Arthur C. Clarke, auteur de science-fiction, « toute technologie suffisamment développée se confond avec la magie », êtes-vous d’accord avec ce principe ?</strong>

Oui. Il y a un anthropologue qui a travaillé sur les populations d'Amazonie, c’est Edouard Viveiros de Castro ; il parle, lui,  de communication transversale entre les incommunicables, c’est-à-dire que la magie possède quelque chose d’incommunicable.
D'un côté, il y a un discours un peu dominant, une sorte de véracité des sciences et, de l’autre côté, nous vivons dans une société qui cherche toujours l’émerveillement, le fait de croire dans des choses qui relèvent de la magie.

&nbsp;

<strong>Vos récents travaux portent sur le règle fungi et le potentiel des champignons.
En quoi la médiation par le champignon vient s’inscrire dans l’exploitation du potentiel fungi ?</strong>

Nous, on l’a vu plus d’un point de vue poétique. Ce qui nous intéresse, c'est comment on peut utiliser le champignon pour nous corriger. L'appréhender comme un remède pour nous remettre dans un chemin plus en symbiose avec la nature.

&nbsp;

<strong>Le physarum par exemple, est un blob à la croissance phénoménale et capable de mémorisation spatiale.  Jusqu’où peut-on pousser les expériences ?</strong>

Dans les expériences qui ont été faites, des chercheurs ont créé un jeu de go avec le physarum, sachant que le jeu de go est hyper complexe, le potentiel est donc énorme.

Le physarum est utilisé pour sa puissance de calcul, sa capacité à résoudre des problèmes par le déplacement. Le physarum peut potentiellement devenir un réseau qui transporte de l’électricité, qui s’auto-répare et qui va chercher son chemin. On peut faire plein de choses, par exemple connecter le physarum à une planche de ouija, la planche de communication utilisée par les médiums. Nous sommes dans cette logique là, sur des approches ambivalentes, comme utiliser le physarum dans des conditions non logiques.

&nbsp;

<strong>Peut-on espérer un dialogue inter-espèces exempt de notion de domination ?</strong>

Effectivement, il peut y avoir dialogue, en tout cas il peut y avoir des effets de réaction, d’action-réaction, par contre je ne crois pas à la notion de langage, peut-être une forme dialogue rudimentaire mais je me méfie de la notion de langage avec des entités non humaines. Je parlerais plutôt de questions-réponses, de stimulus, de feedbacks, quelque chose qui aille dans ce sens là.

&nbsp;

<strong>Qu’est-ce qu’évoque pour vous le thème de la résidence « Hier c’était demain »?</strong>

Pour moi, c’est le fait que tout est relatif et que lorsque l’on réfléchit en terme de temporalité, en réalité on réfléchit selon notre temporalité.
On ne peut plus se dire que la science-fiction nous offre des mondes imaginaires, ancrés uniquement dans le futur. On peut faire également du rétrospectif. Le futur que l’on prédit dans 20 ans, est en réalité déjà obsolète.

&nbsp;
<h6>Entretien réalisé par Aurélien Montinari en mars 2019</h6><p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/annees/2019/art-act/">Entretien avec Art Act • Mycore</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [category@term] => Hier c'était demain : science-fiction et imaginaires collectifs
                    [category#2@term] => 2019
                    [date_timestamp] => 1555515010
                )

            [10] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Fluxus, nouvel incubateur artistique et culturel régional
                    [link#] => 1
                    [link] => https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/actualites/fluxus-lancement/
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Thu, 24 Jan 2019 11:00:32 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Administrateurs Shadok
                            [subject#] => 13
                            [subject] => 2019
                            [subject#2] => Actualités
                            [subject#3] => Fluxus
                            [subject#4] => incubateur
                            [subject#5] => DRAC
                            [subject#6] => Grand Est
                            [subject#7] => Bliiida
                            [subject#8] => Saint-Ex
                            [subject#9] => Stand-up Artem
                            [subject#10] => art
                            [subject#11] => strasbourg
                            [subject#12] => culture
                            [subject#13] => Shadok
                        )

                    [category#] => 13
                    [category] => 2019
                    [category#2] => Actualités
                    [category#3] => Fluxus
                    [category#4] => incubateur
                    [category#5] => DRAC
                    [category#6] => Grand Est
                    [category#7] => Bliiida
                    [category#8] => Saint-Ex
                    [category#9] => Stand-up Artem
                    [category#10] => art
                    [category#11] => strasbourg
                    [category#12] => culture
                    [category#13] => Shadok
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => https://www.shadok.strasbourg.eu/?p=15403
                    [description#] => 1
                    [description] => <p><img width="655" height="420" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/01/Visuel-Fluxus-pour-vignette_seve-illustration-article.png" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/01/Visuel-Fluxus-pour-vignette_seve-illustration-article.png 655w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/01/Visuel-Fluxus-pour-vignette_seve-illustration-article-150x96.png 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/01/Visuel-Fluxus-pour-vignette_seve-illustration-article-300x192.png 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/01/Visuel-Fluxus-pour-vignette_seve-illustration-article-600x385.png 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/01/Visuel-Fluxus-pour-vignette_seve-illustration-article-245x157.png 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/01/Visuel-Fluxus-pour-vignette_seve-illustration-article-580x372.png 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/01/Visuel-Fluxus-pour-vignette_seve-illustration-article-585x375.png 585w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/01/Visuel-Fluxus-pour-vignette_seve-illustration-article-270x173.png 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/01/Visuel-Fluxus-pour-vignette_seve-illustration-article-500x321.png 500w" sizes="(max-width: 655px) 100vw, 655px" /></p>
<h4>Le premier dispositif d'incubation régional pour les entrepreneurs culturels et artistiques</h4>
<p>Afin de faire émerger des projets entrepreneuriaux innovants dans les domaines culturels et artistiques dans le Grand Est, il était nécessaire de proposer un soutien à la création d’entreprises.</p>
<p>C’est désormais chose faite avec l’incubateur <a href="http://www.fluxus-incubateur.fr/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">fluxus</span></a>, le premier dispositif d’incubation innovant transversal et régional en France, alliant formation collective et coaching individuel, pour accompagner pendant un an et de manière intensive des porteurs de projet dans le processus de création d'une activité économique viable et durable.</p>
<p>Initié par la <a href="http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Grand-Est" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">DRAC Grand Est</span></a> et coordonné par <a class="_ps2id" href="http://tcrm-blida.com/" target="_blank" rel="noopener" data-ps2id-offset="">Bliiida</a>, le tiers-lieu de la métropole de Metz, l’incubateur fluxus est également porté, dans sa phase d’expérimentation, par trois opérateurs régionaux : <a href="http://artem-nancy.fr/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">Stand-up Artem</span></a> à Nancy, <a href="http://www.saintex-reims.com/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">Saint-Ex</span></a> à Reims et <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">Le Shadok</span></a> à Strasbourg, avec le partenariat de l’<a href="https://culturegrandest.fr/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">Agence culturelle Grand Est.</span></a></p>
<p>Le projet <a href="http://www.fluxus-incubateur.fr/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">fluxus</span> </a>espère dynamiser le développement de projets innovants et compte déjà quatre acteurs créatifs : Éline Dussart pour « <a href="https://lindesigns.co/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">La ressourcerie</span></a> », Alessia Sana pour « <a href="http://www.alessiasanna.fr/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">Screen City</span></a> », Julie Martin &amp; Marie Legentil pour « <a href="https://www.bevegetalmyfriend.com/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">Be vegetal my Friend</span></a> » et Claire Baldeck &amp; Marianne Franclet pour « <a href="http://www.shoreoo.com/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">Shore.OO</span></a> ».</p>
<p>[embed]https://www.youtube.com/watch?v=vLZQSnl_Cnk[/embed]</p>
<h4>Comment intégrer la promotion 2019 ?</h4>
<p>Le dispositif Fluxus est encore en phase d'expérimentation pour l'année en cours, mais le recrutement de la prochaine promotion est déjà prévu. Si vous aussi vous avez un projet et que vous souhaitez participer à cette expérience d’un an d’incubation, les inscriptions pour la prochaine promotion seront ouvertes à partir du <strong>11 mai 2019</strong>.</p>
<p>En attendant, il est possible de participer à d’autres formations et événements, notamment des master class proposées tout au long de l'année.<br />
La première, sur le thème <a href="http://formations.culturegrandest.fr/fr/entrepreneuriat-culturel/fluxus-masterclass-1?fbclid=IwAR2oFFwhOMI3Sk_EzT1E0zMffM_GEzrECoMjS52le02sj3qeRy-Is8x2fJg" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">Communication digitale : techniques de référencement et analyse des publics</span></a> a lieu le <strong>12 février</strong> à Nancy (candidatures jusqu'au 04/02).</p>
<p><a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/01/dp_fluxus_08012019_def.pdf">Télécharger le dossier de presse de Fluxus</a></p>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/actualites/fluxus-lancement/">Fluxus, nouvel incubateur artistique et culturel régional</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p><img width="655" height="420" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/01/Visuel-Fluxus-pour-vignette_seve-illustration-article.png" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/01/Visuel-Fluxus-pour-vignette_seve-illustration-article.png 655w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/01/Visuel-Fluxus-pour-vignette_seve-illustration-article-150x96.png 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/01/Visuel-Fluxus-pour-vignette_seve-illustration-article-300x192.png 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/01/Visuel-Fluxus-pour-vignette_seve-illustration-article-600x385.png 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/01/Visuel-Fluxus-pour-vignette_seve-illustration-article-245x157.png 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/01/Visuel-Fluxus-pour-vignette_seve-illustration-article-580x372.png 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/01/Visuel-Fluxus-pour-vignette_seve-illustration-article-585x375.png 585w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/01/Visuel-Fluxus-pour-vignette_seve-illustration-article-270x173.png 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/01/Visuel-Fluxus-pour-vignette_seve-illustration-article-500x321.png 500w" sizes="(max-width: 655px) 100vw, 655px" /></p><h4>Le premier dispositif d'incubation régional pour les entrepreneurs culturels et artistiques</h4>
Afin de faire émerger des projets entrepreneuriaux innovants dans les domaines culturels et artistiques dans le Grand Est, il était nécessaire de proposer un soutien à la création d’entreprises.

C’est désormais chose faite avec l’incubateur <a href="http://www.fluxus-incubateur.fr/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">fluxus</span></a>, le premier dispositif d’incubation innovant transversal et régional en France, alliant formation collective et coaching individuel, pour accompagner pendant un an et de manière intensive des porteurs de projet dans le processus de création d'une activité économique viable et durable.

Initié par la <a href="http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Grand-Est" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">DRAC Grand Est</span></a> et coordonné par <a class="_ps2id" href="http://tcrm-blida.com/" target="_blank" rel="noopener" data-ps2id-offset="">Bliiida</a>, le tiers-lieu de la métropole de Metz, l’incubateur fluxus est également porté, dans sa phase d’expérimentation, par trois opérateurs régionaux : <a href="http://artem-nancy.fr/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">Stand-up Artem</span></a> à Nancy, <a href="http://www.saintex-reims.com/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">Saint-Ex</span></a> à Reims et <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">Le Shadok</span></a> à Strasbourg, avec le partenariat de l’<a href="https://culturegrandest.fr/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">Agence culturelle Grand Est.</span></a>

Le projet <a href="http://www.fluxus-incubateur.fr/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">fluxus</span> </a>espère dynamiser le développement de projets innovants et compte déjà quatre acteurs créatifs : Éline Dussart pour « <a href="https://lindesigns.co/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">La ressourcerie</span></a> », Alessia Sana pour « <a href="http://www.alessiasanna.fr/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">Screen City</span></a> », Julie Martin &amp; Marie Legentil pour « <a href="https://www.bevegetalmyfriend.com/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">Be vegetal my Friend</span></a> » et Claire Baldeck &amp; Marianne Franclet pour « <a href="http://www.shoreoo.com/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">Shore.OO</span></a> ».

[embed]https://www.youtube.com/watch?v=vLZQSnl_Cnk[/embed]
<h4>Comment intégrer la promotion 2019 ?</h4>
Le dispositif Fluxus est encore en phase d'expérimentation pour l'année en cours, mais le recrutement de la prochaine promotion est déjà prévu. Si vous aussi vous avez un projet et que vous souhaitez participer à cette expérience d’un an d’incubation, les inscriptions pour la prochaine promotion seront ouvertes à partir du <strong>11 mai 2019</strong>.

En attendant, il est possible de participer à d’autres formations et événements, notamment des master class proposées tout au long de l'année.
La première, sur le thème <a href="http://formations.culturegrandest.fr/fr/entrepreneuriat-culturel/fluxus-masterclass-1?fbclid=IwAR2oFFwhOMI3Sk_EzT1E0zMffM_GEzrECoMjS52le02sj3qeRy-Is8x2fJg" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">Communication digitale : techniques de référencement et analyse des publics</span></a> a lieu le <strong>12 février</strong> à Nancy (candidatures jusqu'au 04/02).

<a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/01/dp_fluxus_08012019_def.pdf">Télécharger le dossier de presse de Fluxus</a><p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/actualites/fluxus-lancement/">Fluxus, nouvel incubateur artistique et culturel régional</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => <p><img width="655" height="420" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/01/Visuel-Fluxus-pour-vignette_seve-illustration-article.png" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/01/Visuel-Fluxus-pour-vignette_seve-illustration-article.png 655w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/01/Visuel-Fluxus-pour-vignette_seve-illustration-article-150x96.png 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/01/Visuel-Fluxus-pour-vignette_seve-illustration-article-300x192.png 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/01/Visuel-Fluxus-pour-vignette_seve-illustration-article-600x385.png 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/01/Visuel-Fluxus-pour-vignette_seve-illustration-article-245x157.png 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/01/Visuel-Fluxus-pour-vignette_seve-illustration-article-580x372.png 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/01/Visuel-Fluxus-pour-vignette_seve-illustration-article-585x375.png 585w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/01/Visuel-Fluxus-pour-vignette_seve-illustration-article-270x173.png 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/01/Visuel-Fluxus-pour-vignette_seve-illustration-article-500x321.png 500w" sizes="(max-width: 655px) 100vw, 655px" /></p>
<h4>Le premier dispositif d'incubation régional pour les entrepreneurs culturels et artistiques</h4>
<p>Afin de faire émerger des projets entrepreneuriaux innovants dans les domaines culturels et artistiques dans le Grand Est, il était nécessaire de proposer un soutien à la création d’entreprises.</p>
<p>C’est désormais chose faite avec l’incubateur <a href="http://www.fluxus-incubateur.fr/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">fluxus</span></a>, le premier dispositif d’incubation innovant transversal et régional en France, alliant formation collective et coaching individuel, pour accompagner pendant un an et de manière intensive des porteurs de projet dans le processus de création d'une activité économique viable et durable.</p>
<p>Initié par la <a href="http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Grand-Est" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">DRAC Grand Est</span></a> et coordonné par <a class="_ps2id" href="http://tcrm-blida.com/" target="_blank" rel="noopener" data-ps2id-offset="">Bliiida</a>, le tiers-lieu de la métropole de Metz, l’incubateur fluxus est également porté, dans sa phase d’expérimentation, par trois opérateurs régionaux : <a href="http://artem-nancy.fr/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">Stand-up Artem</span></a> à Nancy, <a href="http://www.saintex-reims.com/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">Saint-Ex</span></a> à Reims et <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">Le Shadok</span></a> à Strasbourg, avec le partenariat de l’<a href="https://culturegrandest.fr/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">Agence culturelle Grand Est.</span></a></p>
<p>Le projet <a href="http://www.fluxus-incubateur.fr/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">fluxus</span> </a>espère dynamiser le développement de projets innovants et compte déjà quatre acteurs créatifs : Éline Dussart pour « <a href="https://lindesigns.co/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">La ressourcerie</span></a> », Alessia Sana pour « <a href="http://www.alessiasanna.fr/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">Screen City</span></a> », Julie Martin &amp; Marie Legentil pour « <a href="https://www.bevegetalmyfriend.com/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">Be vegetal my Friend</span></a> » et Claire Baldeck &amp; Marianne Franclet pour « <a href="http://www.shoreoo.com/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">Shore.OO</span></a> ».</p>
<p>[embed]https://www.youtube.com/watch?v=vLZQSnl_Cnk[/embed]</p>
<h4>Comment intégrer la promotion 2019 ?</h4>
<p>Le dispositif Fluxus est encore en phase d'expérimentation pour l'année en cours, mais le recrutement de la prochaine promotion est déjà prévu. Si vous aussi vous avez un projet et que vous souhaitez participer à cette expérience d’un an d’incubation, les inscriptions pour la prochaine promotion seront ouvertes à partir du <strong>11 mai 2019</strong>.</p>
<p>En attendant, il est possible de participer à d’autres formations et événements, notamment des master class proposées tout au long de l'année.<br />
La première, sur le thème <a href="http://formations.culturegrandest.fr/fr/entrepreneuriat-culturel/fluxus-masterclass-1?fbclid=IwAR2oFFwhOMI3Sk_EzT1E0zMffM_GEzrECoMjS52le02sj3qeRy-Is8x2fJg" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">Communication digitale : techniques de référencement et analyse des publics</span></a> a lieu le <strong>12 février</strong> à Nancy (candidatures jusqu'au 04/02).</p>
<p><a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/01/dp_fluxus_08012019_def.pdf">Télécharger le dossier de presse de Fluxus</a></p>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/actualites/fluxus-lancement/">Fluxus, nouvel incubateur artistique et culturel régional</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p><img width="655" height="420" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/01/Visuel-Fluxus-pour-vignette_seve-illustration-article.png" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/01/Visuel-Fluxus-pour-vignette_seve-illustration-article.png 655w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/01/Visuel-Fluxus-pour-vignette_seve-illustration-article-150x96.png 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/01/Visuel-Fluxus-pour-vignette_seve-illustration-article-300x192.png 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/01/Visuel-Fluxus-pour-vignette_seve-illustration-article-600x385.png 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/01/Visuel-Fluxus-pour-vignette_seve-illustration-article-245x157.png 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/01/Visuel-Fluxus-pour-vignette_seve-illustration-article-580x372.png 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/01/Visuel-Fluxus-pour-vignette_seve-illustration-article-585x375.png 585w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/01/Visuel-Fluxus-pour-vignette_seve-illustration-article-270x173.png 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/01/Visuel-Fluxus-pour-vignette_seve-illustration-article-500x321.png 500w" sizes="(max-width: 655px) 100vw, 655px" /></p><h4>Le premier dispositif d'incubation régional pour les entrepreneurs culturels et artistiques</h4>
Afin de faire émerger des projets entrepreneuriaux innovants dans les domaines culturels et artistiques dans le Grand Est, il était nécessaire de proposer un soutien à la création d’entreprises.

C’est désormais chose faite avec l’incubateur <a href="http://www.fluxus-incubateur.fr/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">fluxus</span></a>, le premier dispositif d’incubation innovant transversal et régional en France, alliant formation collective et coaching individuel, pour accompagner pendant un an et de manière intensive des porteurs de projet dans le processus de création d'une activité économique viable et durable.

Initié par la <a href="http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Grand-Est" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">DRAC Grand Est</span></a> et coordonné par <a class="_ps2id" href="http://tcrm-blida.com/" target="_blank" rel="noopener" data-ps2id-offset="">Bliiida</a>, le tiers-lieu de la métropole de Metz, l’incubateur fluxus est également porté, dans sa phase d’expérimentation, par trois opérateurs régionaux : <a href="http://artem-nancy.fr/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">Stand-up Artem</span></a> à Nancy, <a href="http://www.saintex-reims.com/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">Saint-Ex</span></a> à Reims et <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">Le Shadok</span></a> à Strasbourg, avec le partenariat de l’<a href="https://culturegrandest.fr/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">Agence culturelle Grand Est.</span></a>

Le projet <a href="http://www.fluxus-incubateur.fr/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">fluxus</span> </a>espère dynamiser le développement de projets innovants et compte déjà quatre acteurs créatifs : Éline Dussart pour « <a href="https://lindesigns.co/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">La ressourcerie</span></a> », Alessia Sana pour « <a href="http://www.alessiasanna.fr/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">Screen City</span></a> », Julie Martin &amp; Marie Legentil pour « <a href="https://www.bevegetalmyfriend.com/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">Be vegetal my Friend</span></a> » et Claire Baldeck &amp; Marianne Franclet pour « <a href="http://www.shoreoo.com/" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">Shore.OO</span></a> ».

[embed]https://www.youtube.com/watch?v=vLZQSnl_Cnk[/embed]
<h4>Comment intégrer la promotion 2019 ?</h4>
Le dispositif Fluxus est encore en phase d'expérimentation pour l'année en cours, mais le recrutement de la prochaine promotion est déjà prévu. Si vous aussi vous avez un projet et que vous souhaitez participer à cette expérience d’un an d’incubation, les inscriptions pour la prochaine promotion seront ouvertes à partir du <strong>11 mai 2019</strong>.

En attendant, il est possible de participer à d’autres formations et événements, notamment des master class proposées tout au long de l'année.
La première, sur le thème <a href="http://formations.culturegrandest.fr/fr/entrepreneuriat-culturel/fluxus-masterclass-1?fbclid=IwAR2oFFwhOMI3Sk_EzT1E0zMffM_GEzrECoMjS52le02sj3qeRy-Is8x2fJg" target="_blank" rel="noopener"><span style="color: #000000;">Communication digitale : techniques de référencement et analyse des publics</span></a> a lieu le <strong>12 février</strong> à Nancy (candidatures jusqu'au 04/02).

<a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/01/dp_fluxus_08012019_def.pdf">Télécharger le dossier de presse de Fluxus</a><p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/actualites/fluxus-lancement/">Fluxus, nouvel incubateur artistique et culturel régional</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [category@term] => 2019
                    [category#2@term] => Actualités
                    [category#3@term] => Fluxus
                    [category#4@term] => incubateur
                    [category#5@term] => DRAC
                    [category#6@term] => Grand Est
                    [category#7@term] => Bliiida
                    [category#8@term] => Saint-Ex
                    [category#9@term] => Stand-up Artem
                    [category#10@term] => art
                    [category#11@term] => strasbourg
                    [category#12@term] => culture
                    [category#13@term] => Shadok
                    [date_timestamp] => 1548327632
                )

            [11] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Appel à participations – Science-fiction et imaginaires collectifs au Shadok
                    [link#] => 1
                    [link] => https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/actualites/residence/science-fiction-imaginaires-collectifs/
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Fri, 28 Sep 2018 14:25:30 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Administrateurs Shadok
                            [subject#] => 6
                            [subject] => Résidence
                            [subject#2] => Actualités
                            [subject#3] => science-fiction
                            [subject#4] => utopies
                            [subject#5] => imaginaires
                            [subject#6] => résidence
                        )

                    [category#] => 6
                    [category] => Résidence
                    [category#2] => Actualités
                    [category#3] => science-fiction
                    [category#4] => utopies
                    [category#5] => imaginaires
                    [category#6] => résidence
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => https://www.shadok.strasbourg.eu/?p=14246
                    [description#] => 1
                    [description] => <p><img width="2480" height="3195" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/SCIFI-AAP-visuel.png" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/SCIFI-AAP-visuel.png 2480w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/SCIFI-AAP-visuel-150x193.png 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/SCIFI-AAP-visuel-300x386.png 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/SCIFI-AAP-visuel-768x989.png 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/SCIFI-AAP-visuel-795x1024.png 795w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/SCIFI-AAP-visuel-600x773.png 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/SCIFI-AAP-visuel-245x316.png 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/SCIFI-AAP-visuel-580x747.png 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/SCIFI-AAP-visuel-291x375.png 291w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/SCIFI-AAP-visuel-210x270.png 210w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/SCIFI-AAP-visuel-500x644.png 500w" sizes="(max-width: 2480px) 100vw, 2480px" /></p>
<h3><b>Science-fiction et imaginaires collectifs</b></h3>
<p><span style="color: #333333;"><strong>Hier c'était Demain - La culture numérique dans le rétroviseur du futur </strong></span></p>
<p>Le Shadok lance un appel à participations, intitulé « <span style="color: #000000;">Science-fiction et imaginaires collectifs »,</span> pour sa programmation 2019. Cette <span style="color: #000000;">résidence de recherche et développement</span> vise à rassembler <span style="color: #000000;">créatifs, artistes, chercheurs, auteurs, experts</span>, pour travailler individuellement et collectivement autour du renouvellement de nos imaginaires collectifs du futur.</p>
<p>K. Dick, Asimov, Atwood, Gibson, Orwell... Notre quotidien médiatique déborde, plus que jamais, de cet imaginaire futuriste issu de la science-fiction des années 50 à 80. Toutefois, bien que ces dystopies aient cherché à analyser et mettre en garde contre les dérives possibles liées aux technologies, elles semblent porter aujourd’hui un parfum de fatalisme.<br />
Sommes-nous encore capables d’imaginer un autre futur que ceux proposés par <em>Black Mirror</em>, <em>La Servante écarlate</em>, <em>Blade Runner</em> ou <em>1984</em> ?</p>
<p>Le projet se compose de quatre temps de résidence autour de différentes thématiques :</p>
<ul>
<li>1/<em> L'Anthropocène</em> • Du 11 au 26 février 2019</li>
<li>2/ <em>La Société du libre</em> • Du 10 au 25 avril 2019</li>
<li>3/ <em>Science de la fiction et fiction de la science</em> • Du 4 au 12 juillet 2019</li>
<li>4/ <em>Le corps connecté</em> • Du 9 au 24 septembre 2019</li>
</ul>
<p>&nbsp;</p>
<p>Il est demandé aux résidents d'être tous présents lors du Temps 3 et de choisir, par ordre de préférence, parmi les Temps 1, 2 ou 4 leur souhait de dates d'accueil en résidence.</p>
<p>&nbsp;</p>
<h4><a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Appel_%C3%A0_projet_SF_DEF_pages.pdf">Télécharger l'appel à participation</a></h4>
<p>&nbsp;</p>
<p>Proposition à envoyer par mail à <a href="mailto:contact.shadok@strasbourg.eu">contact.shadok@strasbourg.eu</a> avec pour objet <b>« Candidature appel à projets SCIENCE-FICTION » </b>avant le <span style="color: #ff0000;">20/10/2018 à 23h</span>.</p>
<p>Infos et renseignements sur le programme : projetshadoksf@gmail.com</p>
<p><em>En partenariat avec le Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg, AV.Lab, les Ensembles 2.2, Hackstub, l'Espace multimédia Gantner (Bourogne) et le Festival Musica </em></p>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/actualites/residence/science-fiction-imaginaires-collectifs/">Appel à participations &#8211; Science-fiction et imaginaires collectifs au Shadok</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p><img width="2480" height="3195" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/SCIFI-AAP-visuel.png" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/SCIFI-AAP-visuel.png 2480w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/SCIFI-AAP-visuel-150x193.png 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/SCIFI-AAP-visuel-300x386.png 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/SCIFI-AAP-visuel-768x989.png 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/SCIFI-AAP-visuel-795x1024.png 795w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/SCIFI-AAP-visuel-600x773.png 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/SCIFI-AAP-visuel-245x316.png 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/SCIFI-AAP-visuel-580x747.png 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/SCIFI-AAP-visuel-291x375.png 291w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/SCIFI-AAP-visuel-210x270.png 210w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/SCIFI-AAP-visuel-500x644.png 500w" sizes="(max-width: 2480px) 100vw, 2480px" /></p><h3><b>Science-fiction et imaginaires collectifs</b></h3>
<span style="color: #333333;"><strong>Hier c'était Demain - La culture numérique dans le rétroviseur du futur </strong></span>

Le Shadok lance un appel à participations, intitulé « <span style="color: #000000;">Science-fiction et imaginaires collectifs »,</span> pour sa programmation 2019. Cette <span style="color: #000000;">résidence de recherche et développement</span> vise à rassembler <span style="color: #000000;">créatifs, artistes, chercheurs, auteurs, experts</span>, pour travailler individuellement et collectivement autour du renouvellement de nos imaginaires collectifs du futur.

K. Dick, Asimov, Atwood, Gibson, Orwell... Notre quotidien médiatique déborde, plus que jamais, de cet imaginaire futuriste issu de la science-fiction des années 50 à 80. Toutefois, bien que ces dystopies aient cherché à analyser et mettre en garde contre les dérives possibles liées aux technologies, elles semblent porter aujourd’hui un parfum de fatalisme.
Sommes-nous encore capables d’imaginer un autre futur que ceux proposés par <em>Black Mirror</em>, <em>La Servante écarlate</em>, <em>Blade Runner</em> ou <em>1984</em> ?

Le projet se compose de quatre temps de résidence autour de différentes thématiques :
<ul>
 	<li>1/<em> L'Anthropocène</em> • Du 11 au 26 février 2019</li>
 	<li>2/ <em>La Société du libre</em> • Du 10 au 25 avril 2019</li>
 	<li>3/ <em>Science de la fiction et fiction de la science</em> • Du 4 au 12 juillet 2019</li>
 	<li>4/ <em>Le corps connecté</em> • Du 9 au 24 septembre 2019</li>
</ul>
&nbsp;

Il est demandé aux résidents d'être tous présents lors du Temps 3 et de choisir, par ordre de préférence, parmi les Temps 1, 2 ou 4 leur souhait de dates d'accueil en résidence.

&nbsp;
<h4><a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Appel_%C3%A0_projet_SF_DEF_pages.pdf">Télécharger l'appel à participation</a></h4>
&nbsp;

Proposition à envoyer par mail à <a href="mailto:contact.shadok@strasbourg.eu">contact.shadok@strasbourg.eu</a> avec pour objet <b>« Candidature appel à projets SCIENCE-FICTION » </b>avant le <span style="color: #ff0000;">20/10/2018 à 23h</span>.

Infos et renseignements sur le programme : projetshadoksf@gmail.com

<em>En partenariat avec le Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg, AV.Lab, les Ensembles 2.2, Hackstub, l'Espace multimédia Gantner (Bourogne) et le Festival Musica </em><p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/actualites/residence/science-fiction-imaginaires-collectifs/">Appel à participations &#8211; Science-fiction et imaginaires collectifs au Shadok</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => <p><img width="2480" height="3195" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/SCIFI-AAP-visuel.png" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/SCIFI-AAP-visuel.png 2480w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/SCIFI-AAP-visuel-150x193.png 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/SCIFI-AAP-visuel-300x386.png 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/SCIFI-AAP-visuel-768x989.png 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/SCIFI-AAP-visuel-795x1024.png 795w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/SCIFI-AAP-visuel-600x773.png 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/SCIFI-AAP-visuel-245x316.png 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/SCIFI-AAP-visuel-580x747.png 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/SCIFI-AAP-visuel-291x375.png 291w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/SCIFI-AAP-visuel-210x270.png 210w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/SCIFI-AAP-visuel-500x644.png 500w" sizes="(max-width: 2480px) 100vw, 2480px" /></p>
<h3><b>Science-fiction et imaginaires collectifs</b></h3>
<p><span style="color: #333333;"><strong>Hier c'était Demain - La culture numérique dans le rétroviseur du futur </strong></span></p>
<p>Le Shadok lance un appel à participations, intitulé « <span style="color: #000000;">Science-fiction et imaginaires collectifs »,</span> pour sa programmation 2019. Cette <span style="color: #000000;">résidence de recherche et développement</span> vise à rassembler <span style="color: #000000;">créatifs, artistes, chercheurs, auteurs, experts</span>, pour travailler individuellement et collectivement autour du renouvellement de nos imaginaires collectifs du futur.</p>
<p>K. Dick, Asimov, Atwood, Gibson, Orwell... Notre quotidien médiatique déborde, plus que jamais, de cet imaginaire futuriste issu de la science-fiction des années 50 à 80. Toutefois, bien que ces dystopies aient cherché à analyser et mettre en garde contre les dérives possibles liées aux technologies, elles semblent porter aujourd’hui un parfum de fatalisme.<br />
Sommes-nous encore capables d’imaginer un autre futur que ceux proposés par <em>Black Mirror</em>, <em>La Servante écarlate</em>, <em>Blade Runner</em> ou <em>1984</em> ?</p>
<p>Le projet se compose de quatre temps de résidence autour de différentes thématiques :</p>
<ul>
<li>1/<em> L'Anthropocène</em> • Du 11 au 26 février 2019</li>
<li>2/ <em>La Société du libre</em> • Du 10 au 25 avril 2019</li>
<li>3/ <em>Science de la fiction et fiction de la science</em> • Du 4 au 12 juillet 2019</li>
<li>4/ <em>Le corps connecté</em> • Du 9 au 24 septembre 2019</li>
</ul>
<p>&nbsp;</p>
<p>Il est demandé aux résidents d'être tous présents lors du Temps 3 et de choisir, par ordre de préférence, parmi les Temps 1, 2 ou 4 leur souhait de dates d'accueil en résidence.</p>
<p>&nbsp;</p>
<h4><a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Appel_%C3%A0_projet_SF_DEF_pages.pdf">Télécharger l'appel à participation</a></h4>
<p>&nbsp;</p>
<p>Proposition à envoyer par mail à <a href="mailto:contact.shadok@strasbourg.eu">contact.shadok@strasbourg.eu</a> avec pour objet <b>« Candidature appel à projets SCIENCE-FICTION » </b>avant le <span style="color: #ff0000;">20/10/2018 à 23h</span>.</p>
<p>Infos et renseignements sur le programme : projetshadoksf@gmail.com</p>
<p><em>En partenariat avec le Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg, AV.Lab, les Ensembles 2.2, Hackstub, l'Espace multimédia Gantner (Bourogne) et le Festival Musica </em></p>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/actualites/residence/science-fiction-imaginaires-collectifs/">Appel à participations &#8211; Science-fiction et imaginaires collectifs au Shadok</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p><img width="2480" height="3195" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/SCIFI-AAP-visuel.png" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/SCIFI-AAP-visuel.png 2480w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/SCIFI-AAP-visuel-150x193.png 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/SCIFI-AAP-visuel-300x386.png 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/SCIFI-AAP-visuel-768x989.png 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/SCIFI-AAP-visuel-795x1024.png 795w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/SCIFI-AAP-visuel-600x773.png 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/SCIFI-AAP-visuel-245x316.png 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/SCIFI-AAP-visuel-580x747.png 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/SCIFI-AAP-visuel-291x375.png 291w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/SCIFI-AAP-visuel-210x270.png 210w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/SCIFI-AAP-visuel-500x644.png 500w" sizes="(max-width: 2480px) 100vw, 2480px" /></p><h3><b>Science-fiction et imaginaires collectifs</b></h3>
<span style="color: #333333;"><strong>Hier c'était Demain - La culture numérique dans le rétroviseur du futur </strong></span>

Le Shadok lance un appel à participations, intitulé « <span style="color: #000000;">Science-fiction et imaginaires collectifs »,</span> pour sa programmation 2019. Cette <span style="color: #000000;">résidence de recherche et développement</span> vise à rassembler <span style="color: #000000;">créatifs, artistes, chercheurs, auteurs, experts</span>, pour travailler individuellement et collectivement autour du renouvellement de nos imaginaires collectifs du futur.

K. Dick, Asimov, Atwood, Gibson, Orwell... Notre quotidien médiatique déborde, plus que jamais, de cet imaginaire futuriste issu de la science-fiction des années 50 à 80. Toutefois, bien que ces dystopies aient cherché à analyser et mettre en garde contre les dérives possibles liées aux technologies, elles semblent porter aujourd’hui un parfum de fatalisme.
Sommes-nous encore capables d’imaginer un autre futur que ceux proposés par <em>Black Mirror</em>, <em>La Servante écarlate</em>, <em>Blade Runner</em> ou <em>1984</em> ?

Le projet se compose de quatre temps de résidence autour de différentes thématiques :
<ul>
 	<li>1/<em> L'Anthropocène</em> • Du 11 au 26 février 2019</li>
 	<li>2/ <em>La Société du libre</em> • Du 10 au 25 avril 2019</li>
 	<li>3/ <em>Science de la fiction et fiction de la science</em> • Du 4 au 12 juillet 2019</li>
 	<li>4/ <em>Le corps connecté</em> • Du 9 au 24 septembre 2019</li>
</ul>
&nbsp;

Il est demandé aux résidents d'être tous présents lors du Temps 3 et de choisir, par ordre de préférence, parmi les Temps 1, 2 ou 4 leur souhait de dates d'accueil en résidence.

&nbsp;
<h4><a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Appel_%C3%A0_projet_SF_DEF_pages.pdf">Télécharger l'appel à participation</a></h4>
&nbsp;

Proposition à envoyer par mail à <a href="mailto:contact.shadok@strasbourg.eu">contact.shadok@strasbourg.eu</a> avec pour objet <b>« Candidature appel à projets SCIENCE-FICTION » </b>avant le <span style="color: #ff0000;">20/10/2018 à 23h</span>.

Infos et renseignements sur le programme : projetshadoksf@gmail.com

<em>En partenariat avec le Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg, AV.Lab, les Ensembles 2.2, Hackstub, l'Espace multimédia Gantner (Bourogne) et le Festival Musica </em><p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/actualites/residence/science-fiction-imaginaires-collectifs/">Appel à participations &#8211; Science-fiction et imaginaires collectifs au Shadok</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [category@term] => Résidence
                    [category#2@term] => Actualités
                    [category#3@term] => science-fiction
                    [category#4@term] => utopies
                    [category#5@term] => imaginaires
                    [category#6@term] => résidence
                    [date_timestamp] => 1538144730
                )

            [12] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Appel à participation – Jusqu’ici tout va bien
                    [link#] => 1
                    [link] => https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/actualites/appel-a-participation-jusquici-tout-va-bien/
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Wed, 26 Sep 2018 14:02:51 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Administrateurs Shadok
                            [subject#] => 2
                            [subject] => 2018
                            [subject#2] => Actualités
                        )

                    [category#] => 2
                    [category] => 2018
                    [category#2] => Actualités
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => https://www.shadok.strasbourg.eu/?p=14214
                    [description#] => 1
                    [description] => <p><img width="2048" height="1365" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Jusquici-tout-va-bien-PdR-c-AADN.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Jusquici-tout-va-bien-PdR-c-AADN.jpg 2048w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Jusquici-tout-va-bien-PdR-c-AADN-150x100.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Jusquici-tout-va-bien-PdR-c-AADN-300x200.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Jusquici-tout-va-bien-PdR-c-AADN-768x512.jpg 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Jusquici-tout-va-bien-PdR-c-AADN-1024x683.jpg 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Jusquici-tout-va-bien-PdR-c-AADN-600x400.jpg 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Jusquici-tout-va-bien-PdR-c-AADN-245x163.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Jusquici-tout-va-bien-PdR-c-AADN-580x387.jpg 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Jusquici-tout-va-bien-PdR-c-AADN-563x375.jpg 563w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Jusquici-tout-va-bien-PdR-c-AADN-270x180.jpg 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Jusquici-tout-va-bien-PdR-c-AADN-500x333.jpg 500w" sizes="(max-width: 2048px) 100vw, 2048px" /></p>
<h4>Dans le cadre du spectacle déambulatoire <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/agenda/jusquici-tout-va-bien/" target="_blank" rel="noopener">Jusqu'ici tout va bien</a></h4>
<p>Dans le cadre de l'expérience participative et collective <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/agenda/jusquici-tout-va-bien/" target="_blank" rel="noopener">Jusqu'ici tout va bien</a>, nous recherchons des personnes intéressées pour prendre part à la création de ce spectacle déambulatoire et accompagner l'équipe artistique.</p>
<p><strong>C'est quoi ?</strong></p>
<div class="text_exposed_show">
<p><a class="profileLink" href="https://www.facebook.com/events/323554934869243/?acontext=%7B%22source%22%3A3%2C%22source_newsfeed_story_type%22%3A%22regular%22%2C%22action_history%22%3A%22%5B%7B%5C%22surface%5C%22%3A%5C%22newsfeed%5C%22%2C%5C%22mechanism%5C%22%3A%5C%22feed_story%5C%22%2C%5C%22extra_data%5C%22%3A%5B%5D%7D%5D%22%2C%22has_source%22%3Atrue%7D&amp;source=3&amp;source_newsfeed_story_type=regular&amp;action_history=%5B%7B%22surface%22%3A%22newsfeed%22%2C%22mechanism%22%3A%22feed_story%22%2C%22extra_data%22%3A%5B%5D%7D%5D&amp;has_source=1&amp;fref=mentions&amp;__xts__%5B0%5D=68.ARD08jDOY5SgeH8-5LpiUoDd8_13jhnPD1Vd7mXGUG4ZlYsa5YZiHh1VKdu5URhsuw8tORs1llgWRlILn3xfQZ4vKB9AncNyBqIS1768V1-BYUauRLtf-bFPvLbP-vOfvTGhAU0XM6Zwswy8PbN7FmbzBOAWtysCSGU_6G7hPSkCHRIXbSbezQ&amp;__tn__=K-R" data-hovercard="/ajax/hovercard/event.php?id=323554934869243&amp;extragetparams=%7B%22source%22%3A3%2C%22source_newsfeed_story_type%22%3A%22regular%22%2C%22action_history%22%3A%22%5B%7B%5C%22surface%5C%22%3A%5C%22newsfeed%5C%22%2C%5C%22mechanism%5C%22%3A%5C%22feed_story%5C%22%2C%5C%22extra_data%5C%22%3A%5B%5D%7D%5D%22%2C%22has_source%22%3Atrue%2C%22fref%22%3A%22mentions%22%7D" data-hovercard-prefer-more-content-show="1">Jusqu'ici tout va bien — Strasbourg</a> est une visite guidée décalée dans la ville connectée du quartier du <a class="profileLink" href="https://www.facebook.com/pages/Port-du-Rhin/215261315327053?fref=mentions&amp;__xts__%5B0%5D=68.ARD08jDOY5SgeH8-5LpiUoDd8_13jhnPD1Vd7mXGUG4ZlYsa5YZiHh1VKdu5URhsuw8tORs1llgWRlILn3xfQZ4vKB9AncNyBqIS1768V1-BYUauRLtf-bFPvLbP-vOfvTGhAU0XM6Zwswy8PbN7FmbzBOAWtysCSGU_6G7hPSkCHRIXbSbezQ&amp;__tn__=K-R" data-hovercard="/ajax/hovercard/page.php?id=215261315327053&amp;extragetparams=%7B%22fref%22%3A%22mentions%22%7D" data-hovercard-prefer-more-content-show="1">Port du Rhin</a>.<br />
En espace public, à la nuit tombée, venez explorer le quartier au-delà du visible.<br />
Au moyen de projections vidéos-mobiles, la déambulation anticipe un devenir possible et glisse entre les réalités pour mieux nous mettre en dialogue avec les tout petits écrans nichés au creux de nos poches.</p>
<p><strong>Pour qui ? </strong></p>
<p>Intéressé.e par le son, vous avez un penchant pour le théâtre, vous excellez dans le pilotage de drones, voire vous êtes un peu geek ? Participez à l’aventure de la mise en place du spectacle. En tant que complice, vous intégrez l’équipe artistique, vous participez aux échauffements et aux répétitions. Aussi, vous serez formé.e.s, équipé.e.s, chorégraphié.e.s et réparti.e.s en équipes.</p>
<p><strong>Quand et comment ?</strong></p>
<p>━ Jeudi 27 et vendredi 28 septembre soir pour les répétitions et la générale le vendredi<br />
━ Samedi 29 septembre à partir de 16h pour les échauffements puis la représentation à 20h30</p>
<h4>Contactez par mail : dorothee.reisacher@strasbourg.eu</h4>
</div>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/actualites/appel-a-participation-jusquici-tout-va-bien/">Appel à participation &#8211; Jusqu&rsquo;ici tout va bien</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p><img width="2048" height="1365" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Jusquici-tout-va-bien-PdR-c-AADN.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Jusquici-tout-va-bien-PdR-c-AADN.jpg 2048w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Jusquici-tout-va-bien-PdR-c-AADN-150x100.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Jusquici-tout-va-bien-PdR-c-AADN-300x200.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Jusquici-tout-va-bien-PdR-c-AADN-768x512.jpg 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Jusquici-tout-va-bien-PdR-c-AADN-1024x683.jpg 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Jusquici-tout-va-bien-PdR-c-AADN-600x400.jpg 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Jusquici-tout-va-bien-PdR-c-AADN-245x163.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Jusquici-tout-va-bien-PdR-c-AADN-580x387.jpg 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Jusquici-tout-va-bien-PdR-c-AADN-563x375.jpg 563w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Jusquici-tout-va-bien-PdR-c-AADN-270x180.jpg 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Jusquici-tout-va-bien-PdR-c-AADN-500x333.jpg 500w" sizes="(max-width: 2048px) 100vw, 2048px" /></p><h4>Dans le cadre du spectacle déambulatoire <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/agenda/jusquici-tout-va-bien/" target="_blank" rel="noopener">Jusqu'ici tout va bien</a></h4>
Dans le cadre de l'expérience participative et collective <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/agenda/jusquici-tout-va-bien/" target="_blank" rel="noopener">Jusqu'ici tout va bien</a>, nous recherchons des personnes intéressées pour prendre part à la création de ce spectacle déambulatoire et accompagner l'équipe artistique.

<strong>C'est quoi ?</strong>
<div class="text_exposed_show">

<a class="profileLink" href="https://www.facebook.com/events/323554934869243/?acontext=%7B%22source%22%3A3%2C%22source_newsfeed_story_type%22%3A%22regular%22%2C%22action_history%22%3A%22%5B%7B%5C%22surface%5C%22%3A%5C%22newsfeed%5C%22%2C%5C%22mechanism%5C%22%3A%5C%22feed_story%5C%22%2C%5C%22extra_data%5C%22%3A%5B%5D%7D%5D%22%2C%22has_source%22%3Atrue%7D&amp;source=3&amp;source_newsfeed_story_type=regular&amp;action_history=%5B%7B%22surface%22%3A%22newsfeed%22%2C%22mechanism%22%3A%22feed_story%22%2C%22extra_data%22%3A%5B%5D%7D%5D&amp;has_source=1&amp;fref=mentions&amp;__xts__%5B0%5D=68.ARD08jDOY5SgeH8-5LpiUoDd8_13jhnPD1Vd7mXGUG4ZlYsa5YZiHh1VKdu5URhsuw8tORs1llgWRlILn3xfQZ4vKB9AncNyBqIS1768V1-BYUauRLtf-bFPvLbP-vOfvTGhAU0XM6Zwswy8PbN7FmbzBOAWtysCSGU_6G7hPSkCHRIXbSbezQ&amp;__tn__=K-R" data-hovercard="/ajax/hovercard/event.php?id=323554934869243&amp;extragetparams=%7B%22source%22%3A3%2C%22source_newsfeed_story_type%22%3A%22regular%22%2C%22action_history%22%3A%22%5B%7B%5C%22surface%5C%22%3A%5C%22newsfeed%5C%22%2C%5C%22mechanism%5C%22%3A%5C%22feed_story%5C%22%2C%5C%22extra_data%5C%22%3A%5B%5D%7D%5D%22%2C%22has_source%22%3Atrue%2C%22fref%22%3A%22mentions%22%7D" data-hovercard-prefer-more-content-show="1">Jusqu'ici tout va bien — Strasbourg</a> est une visite guidée décalée dans la ville connectée du quartier du <a class="profileLink" href="https://www.facebook.com/pages/Port-du-Rhin/215261315327053?fref=mentions&amp;__xts__%5B0%5D=68.ARD08jDOY5SgeH8-5LpiUoDd8_13jhnPD1Vd7mXGUG4ZlYsa5YZiHh1VKdu5URhsuw8tORs1llgWRlILn3xfQZ4vKB9AncNyBqIS1768V1-BYUauRLtf-bFPvLbP-vOfvTGhAU0XM6Zwswy8PbN7FmbzBOAWtysCSGU_6G7hPSkCHRIXbSbezQ&amp;__tn__=K-R" data-hovercard="/ajax/hovercard/page.php?id=215261315327053&amp;extragetparams=%7B%22fref%22%3A%22mentions%22%7D" data-hovercard-prefer-more-content-show="1">Port du Rhin</a>.
En espace public, à la nuit tombée, venez explorer le quartier au-delà du visible.
Au moyen de projections vidéos-mobiles, la déambulation anticipe un devenir possible et glisse entre les réalités pour mieux nous mettre en dialogue avec les tout petits écrans nichés au creux de nos poches.

<strong>Pour qui ? </strong>

Intéressé.e par le son, vous avez un penchant pour le théâtre, vous excellez dans le pilotage de drones, voire vous êtes un peu geek ? Participez à l’aventure de la mise en place du spectacle. En tant que complice, vous intégrez l’équipe artistique, vous participez aux échauffements et aux répétitions. Aussi, vous serez formé.e.s, équipé.e.s, chorégraphié.e.s et réparti.e.s en équipes.

<strong>Quand et comment ?</strong>

━ Jeudi 27 et vendredi 28 septembre soir pour les répétitions et la générale le vendredi
━ Samedi 29 septembre à partir de 16h pour les échauffements puis la représentation à 20h30
<h4>Contactez par mail : dorothee.reisacher@strasbourg.eu</h4>
</div><p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/actualites/appel-a-participation-jusquici-tout-va-bien/">Appel à participation &#8211; Jusqu&rsquo;ici tout va bien</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => <p><img width="2048" height="1365" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Jusquici-tout-va-bien-PdR-c-AADN.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Jusquici-tout-va-bien-PdR-c-AADN.jpg 2048w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Jusquici-tout-va-bien-PdR-c-AADN-150x100.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Jusquici-tout-va-bien-PdR-c-AADN-300x200.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Jusquici-tout-va-bien-PdR-c-AADN-768x512.jpg 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Jusquici-tout-va-bien-PdR-c-AADN-1024x683.jpg 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Jusquici-tout-va-bien-PdR-c-AADN-600x400.jpg 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Jusquici-tout-va-bien-PdR-c-AADN-245x163.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Jusquici-tout-va-bien-PdR-c-AADN-580x387.jpg 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Jusquici-tout-va-bien-PdR-c-AADN-563x375.jpg 563w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Jusquici-tout-va-bien-PdR-c-AADN-270x180.jpg 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Jusquici-tout-va-bien-PdR-c-AADN-500x333.jpg 500w" sizes="(max-width: 2048px) 100vw, 2048px" /></p>
<h4>Dans le cadre du spectacle déambulatoire <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/agenda/jusquici-tout-va-bien/" target="_blank" rel="noopener">Jusqu'ici tout va bien</a></h4>
<p>Dans le cadre de l'expérience participative et collective <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/agenda/jusquici-tout-va-bien/" target="_blank" rel="noopener">Jusqu'ici tout va bien</a>, nous recherchons des personnes intéressées pour prendre part à la création de ce spectacle déambulatoire et accompagner l'équipe artistique.</p>
<p><strong>C'est quoi ?</strong></p>
<div class="text_exposed_show">
<p><a class="profileLink" href="https://www.facebook.com/events/323554934869243/?acontext=%7B%22source%22%3A3%2C%22source_newsfeed_story_type%22%3A%22regular%22%2C%22action_history%22%3A%22%5B%7B%5C%22surface%5C%22%3A%5C%22newsfeed%5C%22%2C%5C%22mechanism%5C%22%3A%5C%22feed_story%5C%22%2C%5C%22extra_data%5C%22%3A%5B%5D%7D%5D%22%2C%22has_source%22%3Atrue%7D&amp;source=3&amp;source_newsfeed_story_type=regular&amp;action_history=%5B%7B%22surface%22%3A%22newsfeed%22%2C%22mechanism%22%3A%22feed_story%22%2C%22extra_data%22%3A%5B%5D%7D%5D&amp;has_source=1&amp;fref=mentions&amp;__xts__%5B0%5D=68.ARD08jDOY5SgeH8-5LpiUoDd8_13jhnPD1Vd7mXGUG4ZlYsa5YZiHh1VKdu5URhsuw8tORs1llgWRlILn3xfQZ4vKB9AncNyBqIS1768V1-BYUauRLtf-bFPvLbP-vOfvTGhAU0XM6Zwswy8PbN7FmbzBOAWtysCSGU_6G7hPSkCHRIXbSbezQ&amp;__tn__=K-R" data-hovercard="/ajax/hovercard/event.php?id=323554934869243&amp;extragetparams=%7B%22source%22%3A3%2C%22source_newsfeed_story_type%22%3A%22regular%22%2C%22action_history%22%3A%22%5B%7B%5C%22surface%5C%22%3A%5C%22newsfeed%5C%22%2C%5C%22mechanism%5C%22%3A%5C%22feed_story%5C%22%2C%5C%22extra_data%5C%22%3A%5B%5D%7D%5D%22%2C%22has_source%22%3Atrue%2C%22fref%22%3A%22mentions%22%7D" data-hovercard-prefer-more-content-show="1">Jusqu'ici tout va bien — Strasbourg</a> est une visite guidée décalée dans la ville connectée du quartier du <a class="profileLink" href="https://www.facebook.com/pages/Port-du-Rhin/215261315327053?fref=mentions&amp;__xts__%5B0%5D=68.ARD08jDOY5SgeH8-5LpiUoDd8_13jhnPD1Vd7mXGUG4ZlYsa5YZiHh1VKdu5URhsuw8tORs1llgWRlILn3xfQZ4vKB9AncNyBqIS1768V1-BYUauRLtf-bFPvLbP-vOfvTGhAU0XM6Zwswy8PbN7FmbzBOAWtysCSGU_6G7hPSkCHRIXbSbezQ&amp;__tn__=K-R" data-hovercard="/ajax/hovercard/page.php?id=215261315327053&amp;extragetparams=%7B%22fref%22%3A%22mentions%22%7D" data-hovercard-prefer-more-content-show="1">Port du Rhin</a>.<br />
En espace public, à la nuit tombée, venez explorer le quartier au-delà du visible.<br />
Au moyen de projections vidéos-mobiles, la déambulation anticipe un devenir possible et glisse entre les réalités pour mieux nous mettre en dialogue avec les tout petits écrans nichés au creux de nos poches.</p>
<p><strong>Pour qui ? </strong></p>
<p>Intéressé.e par le son, vous avez un penchant pour le théâtre, vous excellez dans le pilotage de drones, voire vous êtes un peu geek ? Participez à l’aventure de la mise en place du spectacle. En tant que complice, vous intégrez l’équipe artistique, vous participez aux échauffements et aux répétitions. Aussi, vous serez formé.e.s, équipé.e.s, chorégraphié.e.s et réparti.e.s en équipes.</p>
<p><strong>Quand et comment ?</strong></p>
<p>━ Jeudi 27 et vendredi 28 septembre soir pour les répétitions et la générale le vendredi<br />
━ Samedi 29 septembre à partir de 16h pour les échauffements puis la représentation à 20h30</p>
<h4>Contactez par mail : dorothee.reisacher@strasbourg.eu</h4>
</div>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/actualites/appel-a-participation-jusquici-tout-va-bien/">Appel à participation &#8211; Jusqu&rsquo;ici tout va bien</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p><img width="2048" height="1365" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Jusquici-tout-va-bien-PdR-c-AADN.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Jusquici-tout-va-bien-PdR-c-AADN.jpg 2048w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Jusquici-tout-va-bien-PdR-c-AADN-150x100.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Jusquici-tout-va-bien-PdR-c-AADN-300x200.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Jusquici-tout-va-bien-PdR-c-AADN-768x512.jpg 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Jusquici-tout-va-bien-PdR-c-AADN-1024x683.jpg 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Jusquici-tout-va-bien-PdR-c-AADN-600x400.jpg 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Jusquici-tout-va-bien-PdR-c-AADN-245x163.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Jusquici-tout-va-bien-PdR-c-AADN-580x387.jpg 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Jusquici-tout-va-bien-PdR-c-AADN-563x375.jpg 563w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Jusquici-tout-va-bien-PdR-c-AADN-270x180.jpg 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/09/Jusquici-tout-va-bien-PdR-c-AADN-500x333.jpg 500w" sizes="(max-width: 2048px) 100vw, 2048px" /></p><h4>Dans le cadre du spectacle déambulatoire <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/agenda/jusquici-tout-va-bien/" target="_blank" rel="noopener">Jusqu'ici tout va bien</a></h4>
Dans le cadre de l'expérience participative et collective <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/agenda/jusquici-tout-va-bien/" target="_blank" rel="noopener">Jusqu'ici tout va bien</a>, nous recherchons des personnes intéressées pour prendre part à la création de ce spectacle déambulatoire et accompagner l'équipe artistique.

<strong>C'est quoi ?</strong>
<div class="text_exposed_show">

<a class="profileLink" href="https://www.facebook.com/events/323554934869243/?acontext=%7B%22source%22%3A3%2C%22source_newsfeed_story_type%22%3A%22regular%22%2C%22action_history%22%3A%22%5B%7B%5C%22surface%5C%22%3A%5C%22newsfeed%5C%22%2C%5C%22mechanism%5C%22%3A%5C%22feed_story%5C%22%2C%5C%22extra_data%5C%22%3A%5B%5D%7D%5D%22%2C%22has_source%22%3Atrue%7D&amp;source=3&amp;source_newsfeed_story_type=regular&amp;action_history=%5B%7B%22surface%22%3A%22newsfeed%22%2C%22mechanism%22%3A%22feed_story%22%2C%22extra_data%22%3A%5B%5D%7D%5D&amp;has_source=1&amp;fref=mentions&amp;__xts__%5B0%5D=68.ARD08jDOY5SgeH8-5LpiUoDd8_13jhnPD1Vd7mXGUG4ZlYsa5YZiHh1VKdu5URhsuw8tORs1llgWRlILn3xfQZ4vKB9AncNyBqIS1768V1-BYUauRLtf-bFPvLbP-vOfvTGhAU0XM6Zwswy8PbN7FmbzBOAWtysCSGU_6G7hPSkCHRIXbSbezQ&amp;__tn__=K-R" data-hovercard="/ajax/hovercard/event.php?id=323554934869243&amp;extragetparams=%7B%22source%22%3A3%2C%22source_newsfeed_story_type%22%3A%22regular%22%2C%22action_history%22%3A%22%5B%7B%5C%22surface%5C%22%3A%5C%22newsfeed%5C%22%2C%5C%22mechanism%5C%22%3A%5C%22feed_story%5C%22%2C%5C%22extra_data%5C%22%3A%5B%5D%7D%5D%22%2C%22has_source%22%3Atrue%2C%22fref%22%3A%22mentions%22%7D" data-hovercard-prefer-more-content-show="1">Jusqu'ici tout va bien — Strasbourg</a> est une visite guidée décalée dans la ville connectée du quartier du <a class="profileLink" href="https://www.facebook.com/pages/Port-du-Rhin/215261315327053?fref=mentions&amp;__xts__%5B0%5D=68.ARD08jDOY5SgeH8-5LpiUoDd8_13jhnPD1Vd7mXGUG4ZlYsa5YZiHh1VKdu5URhsuw8tORs1llgWRlILn3xfQZ4vKB9AncNyBqIS1768V1-BYUauRLtf-bFPvLbP-vOfvTGhAU0XM6Zwswy8PbN7FmbzBOAWtysCSGU_6G7hPSkCHRIXbSbezQ&amp;__tn__=K-R" data-hovercard="/ajax/hovercard/page.php?id=215261315327053&amp;extragetparams=%7B%22fref%22%3A%22mentions%22%7D" data-hovercard-prefer-more-content-show="1">Port du Rhin</a>.
En espace public, à la nuit tombée, venez explorer le quartier au-delà du visible.
Au moyen de projections vidéos-mobiles, la déambulation anticipe un devenir possible et glisse entre les réalités pour mieux nous mettre en dialogue avec les tout petits écrans nichés au creux de nos poches.

<strong>Pour qui ? </strong>

Intéressé.e par le son, vous avez un penchant pour le théâtre, vous excellez dans le pilotage de drones, voire vous êtes un peu geek ? Participez à l’aventure de la mise en place du spectacle. En tant que complice, vous intégrez l’équipe artistique, vous participez aux échauffements et aux répétitions. Aussi, vous serez formé.e.s, équipé.e.s, chorégraphié.e.s et réparti.e.s en équipes.

<strong>Quand et comment ?</strong>

━ Jeudi 27 et vendredi 28 septembre soir pour les répétitions et la générale le vendredi
━ Samedi 29 septembre à partir de 16h pour les échauffements puis la représentation à 20h30
<h4>Contactez par mail : dorothee.reisacher@strasbourg.eu</h4>
</div><p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/actualites/appel-a-participation-jusquici-tout-va-bien/">Appel à participation &#8211; Jusqu&rsquo;ici tout va bien</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [category@term] => 2018
                    [category#2@term] => Actualités
                    [date_timestamp] => 1537970571
                )

            [13] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Pépite Jeu Indé n°2 : Hyper Light Drifter
                    [link#] => 1
                    [link] => https://www.shadok.strasbourg.eu/pepites/pepite-hyper-light-drifter/
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Mon, 18 Jun 2018 13:36:49 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Administrateurs Shadok
                            [subject#] => 4
                            [subject] => Pépites
                            [subject#2] => jeu indé
                            [subject#3] => hyper light drifter
                            [subject#4] => pépite
                        )

                    [category#] => 4
                    [category] => Pépites
                    [category#2] => jeu indé
                    [category#3] => hyper light drifter
                    [category#4] => pépite
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => https://www.shadok.strasbourg.eu/?p=12786
                    [description#] => 1
                    [description] => <p><img width="1436" height="800" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-03-25-à-17.41.49-copie.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-03-25-à-17.41.49-copie.jpg 1436w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-03-25-à-17.41.49-copie-150x84.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-03-25-à-17.41.49-copie-300x167.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-03-25-à-17.41.49-copie-768x428.jpg 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-03-25-à-17.41.49-copie-1024x570.jpg 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-03-25-à-17.41.49-copie-600x334.jpg 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-03-25-à-17.41.49-copie-245x136.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-03-25-à-17.41.49-copie-580x323.jpg 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-03-25-à-17.41.49-copie-673x375.jpg 673w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-03-25-à-17.41.49-copie-270x150.jpg 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-03-25-à-17.41.49-copie-500x279.jpg 500w" sizes="(max-width: 1436px) 100vw, 1436px" /></p>
<p style="text-align: justify;"><em>       Découvrez ici des pépites du jeu vidéo indépendant, en prémices de la prochaine édition du Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg (14 au 23 septembre) et de sa programmation "jeux vidéo et réalité virtuelle", dont le Shadok est partenaire. </em><em>Allant du grand classique devenu incontournable, à la dernière sortie encore confidentielle, ces pépites vous permettront de découvrir la richesse, la profondeur et la diversité de la création contemporaine dans le domaine du jeu vidéo indépendant. </em><em>Aujourd'hui, nous parlons du jeu : <strong>HYPER LIGHT DRIFTER</strong>. </em></p>
<p>&nbsp;</p>
<p>https://www.youtube.com/watch?v=nWufEJ1Ava0</p>
<p>&nbsp;</p>
<p style="text-align: justify;">          Tantôt sujet de méfiance et de mépris, tantôt source d’enthousiasme ou d’adoration, la classification du jeu vidéo parmi les œuvres d’art ne fait pas consensus. Pourtant, au même titre que le cinéma, le jeu vidéo possède désormais ses propres critiques, ses ouvrages de théorie, ses compétitions internationales, ses chefs-d’œuvre et ses formations universitaires — bref, tout un circuit de consécration visant à ériger le panthéon des œuvres du passé à imiter pour produire les chefs-d’œuvre du futur.</p>
<p style="text-align: justify;">          Chaque année, de nouvelles compétitions exclusivement dédiées au jeu vidéo indépendant font leur apparition. En Alsace, nous avons l’<strong>Indie Game Contest</strong>, compétition associée au <strong>Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg</strong>, qui soumet chaque année 8 jeux français et 8 jeux internationaux au regard affuté d’un jury d’experts et d’habitués. Derniers venus en date au niveau international, les <strong>Emotional Games Awards</strong> récompensent de leur côté les jeux vidéo les plus marquants émotionnellement. En mettant l’accent sur les émotions éprouvées par le joueur, cette compétition participe à la dignification du jeu vidéo, qui se voit ainsi doté de cette dimension affective essentielle à toute œuvre d’art digne de ce nom.</p>
<p style="text-align: justify;">           Le jeu indépendant dont nous allons parler aujourd’hui a lui aussi été récompensé de nombreuses fois en compétition. Au cours de <strong>l’Independent Game Festival</strong> — la plus grosse compétition mondiale dédiée au jeu vidéo indépendant — le jeu <strong>Hyper Light Drifter</strong> a en effet reçu le prix de l’excellence en arts visuels, le prix du public, et a été finaliste pour le prix d’excellence sonore et même pour le grand prix. Il est pour cette raison actuellement considéré comme un des meilleurs exemples du potentiel artistique d’un jeu vidéo. Mais suffit-il de reprendre à son compte le classement des compétitions internationales et d’attester du vernis culturel de certaines œuvres pour développer une véritable pensée du jeu vidéo comme art ?</p>
<p>&nbsp;</p>
<p><img class="aligncenter wp-image-12812" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Hyper_Light_Drifter_Banner_Maps.jpg" width="677" height="380" /></p>
<p style="text-align: center;"><em>Une direction artistique aux petits oignons, inspirée des premiers Zelda</em></p>
<p>&nbsp;</p>
<p style="text-align: justify;">      Si la dimension artistique d’un jeu vidéo n’est pas à chercher dans une reconnaissance institutionnelle, où faut-il donc la trouver ? A en croire les derniers ouvrages grand public, c’est la belle image qui ferait le beau jeu. Le jeu contemplatif <strong>Journey</strong>, développé par le studio <strong>Thatgamecompagny</strong>, devient alors l’exemple par excellence du beau jeu. Dans <strong>Journey</strong>, tout ce qu’il nous reste en effet à faire, c’est simplement de surfer sur les dunes de sable, tout en contemplant rêveusement le coucher de soleil. Du côté d’<strong>Hyper Light Drifter</strong>, on sera par exemple immédiatement attiré par son univers rétro-futuriste en pixel-art, véritable hommage aux jeux 16-bit qui ont marqué les débuts de l’histoire du jeu vidéo. Les références aux jeux comme <strong>Zelda A Link To The Past</strong>, <strong>Diablo II</strong>, ou le film <strong>Nausicaa : La Vallée du Vent </strong>crèvent l’écran. <strong>Lord Yupa</strong>, personnage du film de <strong>Miyazaki</strong>, est d’ailleurs la source d’inspiration assumée du design des personnages, de même que les géants présents dans l’introduction du jeu font échos aux titans destructeurs des films de <strong>Miyazaki</strong>.</p>
<p>&nbsp;</p>
<p><img class="aligncenter wp-image-12815" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/HLD_Screenshot_01_rise_1080.jpg" width="680" height="382" /></p>
<p style="text-align: center;"><em>Des titans directement inspirés des films de Miyazaki</em></p>
<p>&nbsp;</p>
<p style="text-align: justify;">          Si n’importe quel jeu peut finalement se prêter à la posture contemplative, <strong>Hyper Light Drifter</strong> fait plus fort en l’incorporant directement dans la structure même du jeu. Dans <strong>Hyper Light Drifter</strong>, on accède en effet régulièrement à différents lieux qui n’ont aucune autre fonction que de proposer un moment de pause et d’observation au joueur.</p>
<p>&nbsp;</p>
<p style="text-align: center;"><em><img class="aligncenter wp-image-12818" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-02-12-à-16.46.17-copie-e1528374305200.jpg" width="640" height="360" />Rencontrer un homme-oiseau sur un promontoire rocheux</em></p>
<p>&nbsp;</p>
<p style="text-align: justify;">         Mais en voulant absolument trouver dans la belle image l’essence artistique du jeu vidéo, on court en réalité le risque de l’inscrire dès le départ dans un rapport de dérivation et de subordination par rapport aux autres arts — peinture, musique, cinéma, littérature —, dont sa beauté serait redevable. En réalité, on a tout à gagner à penser le jeu vidéo sur le même plan que les autres arts. Pour l’apprécier à sa juste valeur, <strong>Hyper Light Drifter</strong> doit donc plutôt être considéré comme la retranscription de l’expérience subjective de son créateur dans des équivalents formels propres au jeu vidéo. Atteint d’une maladie cardiaque incurable et vivant dans la proximité permanente de la mort, <strong>Alex Preston</strong>, le créateur du jeu, a en effet souhaité traduire dans ce jeu son expérience singulière et vacillante du monde.</p>
<p style="text-align: justify;">            Pour obtenir cet effet, il ne suffit pas d’insérer simplement dans le jeu des discours de personnages qui se lamentent ; il faut mettre en place tout un mécanisme qui s’exprime dans le langage propre au jeu vidéo. Pour ne donner qu’un seul exemple, dans <strong>Hyper Light Drifter</strong>, votre personnage est régulièrement victime d'attaques cardiaques qui vous font perdre son contrôle et vous réduisent à l’impuissance pendant plusieurs secondes. De même, plutôt que de faire dire aux personnages du jeu de longues explications sur l’origine du monde dans lequel vous évoluez, c’est à vous de la reconstituer à partir des traces et des indices que vous identifiez petit à petit dans le décor. <strong>Hyper Light Drifter</strong> fait donc passer son message, non à travers un ensemble de mots et les concepts, mais grâce à l’histoire visuelle que tissent collectivement les personnages et les décors du jeu.</p>
<p>&nbsp;</p>
<p><img class="aligncenter wp-image-12821" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-02-12-à-16.54.41-copie.jpg" width="689" height="387" /></p>
<p style="text-align: center;"><em>Evoluer dans les vestiges d'un cataclysme passé à reconstruire </em></p>
<p>&nbsp;</p>
<p><img class="aligncenter wp-image-12824" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-02-15-à-02.16.45-copie.jpg" width="708" height="334" /></p>
<p style="text-align: center;"><em>Les personnages non-joueur s'expriment uniquement par des images</em></p>
<p>&nbsp;</p>
<p style="text-align: justify;">      En définitive, ce qui fait le propre d’une œuvre d’art, c’est donc sa capacité à transposer une émotion humaine dans un système formel particulier — système de durées et de hauteurs qui se répondent mutuellement pour la musique, temporalité des plans et angles des prises de vue pour le cinéma, jeu du sens et des sons pour la poésie, jouabilité et mécanismes interactifs pour le jeu vidéo. L’émotion du récepteur provient dès lors, non pas d’une émotion brute qui serait réceptionnée comme telle, mais du fait de retrouver une émotion humaine dans un système organisé de couleurs, de sons, de signes, qui n’avait au départ rien à voir avec de l’humain, mais qui se fait finalement son réceptacle et son témoin.</p>
<p>&nbsp;</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Sortie </strong>: mars 2016</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Accès</strong> : via Steam pour 20€</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Supports </strong>: PC, Mac, Linux, PS4, Xbox One</p>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/pepites/pepite-hyper-light-drifter/">Pépite Jeu Indé n°2 : Hyper Light Drifter</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p><img width="1436" height="800" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-03-25-à-17.41.49-copie.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-03-25-à-17.41.49-copie.jpg 1436w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-03-25-à-17.41.49-copie-150x84.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-03-25-à-17.41.49-copie-300x167.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-03-25-à-17.41.49-copie-768x428.jpg 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-03-25-à-17.41.49-copie-1024x570.jpg 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-03-25-à-17.41.49-copie-600x334.jpg 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-03-25-à-17.41.49-copie-245x136.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-03-25-à-17.41.49-copie-580x323.jpg 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-03-25-à-17.41.49-copie-673x375.jpg 673w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-03-25-à-17.41.49-copie-270x150.jpg 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-03-25-à-17.41.49-copie-500x279.jpg 500w" sizes="(max-width: 1436px) 100vw, 1436px" /></p><p style="text-align: justify;"><em>       Découvrez ici des pépites du jeu vidéo indépendant, en prémices de la prochaine édition du Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg (14 au 23 septembre) et de sa programmation "jeux vidéo et réalité virtuelle", dont le Shadok est partenaire. </em><em>Allant du grand classique devenu incontournable, à la dernière sortie encore confidentielle, ces pépites vous permettront de découvrir la richesse, la profondeur et la diversité de la création contemporaine dans le domaine du jeu vidéo indépendant. </em><em>Aujourd'hui, nous parlons du jeu : <strong>HYPER LIGHT DRIFTER</strong>. </em></p>
&nbsp;

https://www.youtube.com/watch?v=nWufEJ1Ava0

&nbsp;
<p style="text-align: justify;">          Tantôt sujet de méfiance et de mépris, tantôt source d’enthousiasme ou d’adoration, la classification du jeu vidéo parmi les œuvres d’art ne fait pas consensus. Pourtant, au même titre que le cinéma, le jeu vidéo possède désormais ses propres critiques, ses ouvrages de théorie, ses compétitions internationales, ses chefs-d’œuvre et ses formations universitaires — bref, tout un circuit de consécration visant à ériger le panthéon des œuvres du passé à imiter pour produire les chefs-d’œuvre du futur.</p>
<p style="text-align: justify;">          Chaque année, de nouvelles compétitions exclusivement dédiées au jeu vidéo indépendant font leur apparition. En Alsace, nous avons l’<strong>Indie Game Contest</strong>, compétition associée au <strong>Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg</strong>, qui soumet chaque année 8 jeux français et 8 jeux internationaux au regard affuté d’un jury d’experts et d’habitués. Derniers venus en date au niveau international, les <strong>Emotional Games Awards</strong> récompensent de leur côté les jeux vidéo les plus marquants émotionnellement. En mettant l’accent sur les émotions éprouvées par le joueur, cette compétition participe à la dignification du jeu vidéo, qui se voit ainsi doté de cette dimension affective essentielle à toute œuvre d’art digne de ce nom.</p>
<p style="text-align: justify;">           Le jeu indépendant dont nous allons parler aujourd’hui a lui aussi été récompensé de nombreuses fois en compétition. Au cours de <strong>l’Independent Game Festival</strong> — la plus grosse compétition mondiale dédiée au jeu vidéo indépendant — le jeu <strong>Hyper Light Drifter</strong> a en effet reçu le prix de l’excellence en arts visuels, le prix du public, et a été finaliste pour le prix d’excellence sonore et même pour le grand prix. Il est pour cette raison actuellement considéré comme un des meilleurs exemples du potentiel artistique d’un jeu vidéo. Mais suffit-il de reprendre à son compte le classement des compétitions internationales et d’attester du vernis culturel de certaines œuvres pour développer une véritable pensée du jeu vidéo comme art ?</p>
&nbsp;

<img class="aligncenter wp-image-12812" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Hyper_Light_Drifter_Banner_Maps.jpg" width="677" height="380" />
<p style="text-align: center;"><em>Une direction artistique aux petits oignons, inspirée des premiers Zelda</em></p>
&nbsp;
<p style="text-align: justify;">      Si la dimension artistique d’un jeu vidéo n’est pas à chercher dans une reconnaissance institutionnelle, où faut-il donc la trouver ? A en croire les derniers ouvrages grand public, c’est la belle image qui ferait le beau jeu. Le jeu contemplatif <strong>Journey</strong>, développé par le studio <strong>Thatgamecompagny</strong>, devient alors l’exemple par excellence du beau jeu. Dans <strong>Journey</strong>, tout ce qu’il nous reste en effet à faire, c’est simplement de surfer sur les dunes de sable, tout en contemplant rêveusement le coucher de soleil. Du côté d’<strong>Hyper Light Drifter</strong>, on sera par exemple immédiatement attiré par son univers rétro-futuriste en pixel-art, véritable hommage aux jeux 16-bit qui ont marqué les débuts de l’histoire du jeu vidéo. Les références aux jeux comme <strong>Zelda A Link To The Past</strong>, <strong>Diablo II</strong>, ou le film <strong>Nausicaa : La Vallée du Vent </strong>crèvent l’écran. <strong>Lord Yupa</strong>, personnage du film de <strong>Miyazaki</strong>, est d’ailleurs la source d’inspiration assumée du design des personnages, de même que les géants présents dans l’introduction du jeu font échos aux titans destructeurs des films de <strong>Miyazaki</strong>.</p>
&nbsp;

<img class="aligncenter wp-image-12815" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/HLD_Screenshot_01_rise_1080.jpg" width="680" height="382" />
<p style="text-align: center;"><em>Des titans directement inspirés des films de Miyazaki</em></p>
&nbsp;
<p style="text-align: justify;">          Si n’importe quel jeu peut finalement se prêter à la posture contemplative, <strong>Hyper Light Drifter</strong> fait plus fort en l’incorporant directement dans la structure même du jeu. Dans <strong>Hyper Light Drifter</strong>, on accède en effet régulièrement à différents lieux qui n’ont aucune autre fonction que de proposer un moment de pause et d’observation au joueur.</p>
&nbsp;
<p style="text-align: center;"><em><img class="aligncenter wp-image-12818" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-02-12-à-16.46.17-copie-e1528374305200.jpg" width="640" height="360" />Rencontrer un homme-oiseau sur un promontoire rocheux</em></p>
&nbsp;
<p style="text-align: justify;">         Mais en voulant absolument trouver dans la belle image l’essence artistique du jeu vidéo, on court en réalité le risque de l’inscrire dès le départ dans un rapport de dérivation et de subordination par rapport aux autres arts — peinture, musique, cinéma, littérature —, dont sa beauté serait redevable. En réalité, on a tout à gagner à penser le jeu vidéo sur le même plan que les autres arts. Pour l’apprécier à sa juste valeur, <strong>Hyper Light Drifter</strong> doit donc plutôt être considéré comme la retranscription de l’expérience subjective de son créateur dans des équivalents formels propres au jeu vidéo. Atteint d’une maladie cardiaque incurable et vivant dans la proximité permanente de la mort, <strong>Alex Preston</strong>, le créateur du jeu, a en effet souhaité traduire dans ce jeu son expérience singulière et vacillante du monde.</p>
<p style="text-align: justify;">            Pour obtenir cet effet, il ne suffit pas d’insérer simplement dans le jeu des discours de personnages qui se lamentent ; il faut mettre en place tout un mécanisme qui s’exprime dans le langage propre au jeu vidéo. Pour ne donner qu’un seul exemple, dans <strong>Hyper Light Drifter</strong>, votre personnage est régulièrement victime d'attaques cardiaques qui vous font perdre son contrôle et vous réduisent à l’impuissance pendant plusieurs secondes. De même, plutôt que de faire dire aux personnages du jeu de longues explications sur l’origine du monde dans lequel vous évoluez, c’est à vous de la reconstituer à partir des traces et des indices que vous identifiez petit à petit dans le décor. <strong>Hyper Light Drifter</strong> fait donc passer son message, non à travers un ensemble de mots et les concepts, mais grâce à l’histoire visuelle que tissent collectivement les personnages et les décors du jeu.</p>
&nbsp;

<img class="aligncenter wp-image-12821" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-02-12-à-16.54.41-copie.jpg" width="689" height="387" />
<p style="text-align: center;"><em>Evoluer dans les vestiges d'un cataclysme passé à reconstruire </em></p>
&nbsp;

<img class="aligncenter wp-image-12824" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-02-15-à-02.16.45-copie.jpg" width="708" height="334" />
<p style="text-align: center;"><em>Les personnages non-joueur s'expriment uniquement par des images</em></p>
&nbsp;
<p style="text-align: justify;">      En définitive, ce qui fait le propre d’une œuvre d’art, c’est donc sa capacité à transposer une émotion humaine dans un système formel particulier — système de durées et de hauteurs qui se répondent mutuellement pour la musique, temporalité des plans et angles des prises de vue pour le cinéma, jeu du sens et des sons pour la poésie, jouabilité et mécanismes interactifs pour le jeu vidéo. L’émotion du récepteur provient dès lors, non pas d’une émotion brute qui serait réceptionnée comme telle, mais du fait de retrouver une émotion humaine dans un système organisé de couleurs, de sons, de signes, qui n’avait au départ rien à voir avec de l’humain, mais qui se fait finalement son réceptacle et son témoin.</p>
&nbsp;
<p style="text-align: justify;"><strong>Sortie </strong>: mars 2016</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Accès</strong> : via Steam pour 20€</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Supports </strong>: PC, Mac, Linux, PS4, Xbox One</p><p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/pepites/pepite-hyper-light-drifter/">Pépite Jeu Indé n°2 : Hyper Light Drifter</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => <p><img width="1436" height="800" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-03-25-à-17.41.49-copie.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-03-25-à-17.41.49-copie.jpg 1436w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-03-25-à-17.41.49-copie-150x84.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-03-25-à-17.41.49-copie-300x167.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-03-25-à-17.41.49-copie-768x428.jpg 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-03-25-à-17.41.49-copie-1024x570.jpg 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-03-25-à-17.41.49-copie-600x334.jpg 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-03-25-à-17.41.49-copie-245x136.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-03-25-à-17.41.49-copie-580x323.jpg 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-03-25-à-17.41.49-copie-673x375.jpg 673w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-03-25-à-17.41.49-copie-270x150.jpg 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-03-25-à-17.41.49-copie-500x279.jpg 500w" sizes="(max-width: 1436px) 100vw, 1436px" /></p>
<p style="text-align: justify;"><em>       Découvrez ici des pépites du jeu vidéo indépendant, en prémices de la prochaine édition du Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg (14 au 23 septembre) et de sa programmation "jeux vidéo et réalité virtuelle", dont le Shadok est partenaire. </em><em>Allant du grand classique devenu incontournable, à la dernière sortie encore confidentielle, ces pépites vous permettront de découvrir la richesse, la profondeur et la diversité de la création contemporaine dans le domaine du jeu vidéo indépendant. </em><em>Aujourd'hui, nous parlons du jeu : <strong>HYPER LIGHT DRIFTER</strong>. </em></p>
<p>&nbsp;</p>
<p>https://www.youtube.com/watch?v=nWufEJ1Ava0</p>
<p>&nbsp;</p>
<p style="text-align: justify;">          Tantôt sujet de méfiance et de mépris, tantôt source d’enthousiasme ou d’adoration, la classification du jeu vidéo parmi les œuvres d’art ne fait pas consensus. Pourtant, au même titre que le cinéma, le jeu vidéo possède désormais ses propres critiques, ses ouvrages de théorie, ses compétitions internationales, ses chefs-d’œuvre et ses formations universitaires — bref, tout un circuit de consécration visant à ériger le panthéon des œuvres du passé à imiter pour produire les chefs-d’œuvre du futur.</p>
<p style="text-align: justify;">          Chaque année, de nouvelles compétitions exclusivement dédiées au jeu vidéo indépendant font leur apparition. En Alsace, nous avons l’<strong>Indie Game Contest</strong>, compétition associée au <strong>Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg</strong>, qui soumet chaque année 8 jeux français et 8 jeux internationaux au regard affuté d’un jury d’experts et d’habitués. Derniers venus en date au niveau international, les <strong>Emotional Games Awards</strong> récompensent de leur côté les jeux vidéo les plus marquants émotionnellement. En mettant l’accent sur les émotions éprouvées par le joueur, cette compétition participe à la dignification du jeu vidéo, qui se voit ainsi doté de cette dimension affective essentielle à toute œuvre d’art digne de ce nom.</p>
<p style="text-align: justify;">           Le jeu indépendant dont nous allons parler aujourd’hui a lui aussi été récompensé de nombreuses fois en compétition. Au cours de <strong>l’Independent Game Festival</strong> — la plus grosse compétition mondiale dédiée au jeu vidéo indépendant — le jeu <strong>Hyper Light Drifter</strong> a en effet reçu le prix de l’excellence en arts visuels, le prix du public, et a été finaliste pour le prix d’excellence sonore et même pour le grand prix. Il est pour cette raison actuellement considéré comme un des meilleurs exemples du potentiel artistique d’un jeu vidéo. Mais suffit-il de reprendre à son compte le classement des compétitions internationales et d’attester du vernis culturel de certaines œuvres pour développer une véritable pensée du jeu vidéo comme art ?</p>
<p>&nbsp;</p>
<p><img class="aligncenter wp-image-12812" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Hyper_Light_Drifter_Banner_Maps.jpg" width="677" height="380" /></p>
<p style="text-align: center;"><em>Une direction artistique aux petits oignons, inspirée des premiers Zelda</em></p>
<p>&nbsp;</p>
<p style="text-align: justify;">      Si la dimension artistique d’un jeu vidéo n’est pas à chercher dans une reconnaissance institutionnelle, où faut-il donc la trouver ? A en croire les derniers ouvrages grand public, c’est la belle image qui ferait le beau jeu. Le jeu contemplatif <strong>Journey</strong>, développé par le studio <strong>Thatgamecompagny</strong>, devient alors l’exemple par excellence du beau jeu. Dans <strong>Journey</strong>, tout ce qu’il nous reste en effet à faire, c’est simplement de surfer sur les dunes de sable, tout en contemplant rêveusement le coucher de soleil. Du côté d’<strong>Hyper Light Drifter</strong>, on sera par exemple immédiatement attiré par son univers rétro-futuriste en pixel-art, véritable hommage aux jeux 16-bit qui ont marqué les débuts de l’histoire du jeu vidéo. Les références aux jeux comme <strong>Zelda A Link To The Past</strong>, <strong>Diablo II</strong>, ou le film <strong>Nausicaa : La Vallée du Vent </strong>crèvent l’écran. <strong>Lord Yupa</strong>, personnage du film de <strong>Miyazaki</strong>, est d’ailleurs la source d’inspiration assumée du design des personnages, de même que les géants présents dans l’introduction du jeu font échos aux titans destructeurs des films de <strong>Miyazaki</strong>.</p>
<p>&nbsp;</p>
<p><img class="aligncenter wp-image-12815" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/HLD_Screenshot_01_rise_1080.jpg" width="680" height="382" /></p>
<p style="text-align: center;"><em>Des titans directement inspirés des films de Miyazaki</em></p>
<p>&nbsp;</p>
<p style="text-align: justify;">          Si n’importe quel jeu peut finalement se prêter à la posture contemplative, <strong>Hyper Light Drifter</strong> fait plus fort en l’incorporant directement dans la structure même du jeu. Dans <strong>Hyper Light Drifter</strong>, on accède en effet régulièrement à différents lieux qui n’ont aucune autre fonction que de proposer un moment de pause et d’observation au joueur.</p>
<p>&nbsp;</p>
<p style="text-align: center;"><em><img class="aligncenter wp-image-12818" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-02-12-à-16.46.17-copie-e1528374305200.jpg" width="640" height="360" />Rencontrer un homme-oiseau sur un promontoire rocheux</em></p>
<p>&nbsp;</p>
<p style="text-align: justify;">         Mais en voulant absolument trouver dans la belle image l’essence artistique du jeu vidéo, on court en réalité le risque de l’inscrire dès le départ dans un rapport de dérivation et de subordination par rapport aux autres arts — peinture, musique, cinéma, littérature —, dont sa beauté serait redevable. En réalité, on a tout à gagner à penser le jeu vidéo sur le même plan que les autres arts. Pour l’apprécier à sa juste valeur, <strong>Hyper Light Drifter</strong> doit donc plutôt être considéré comme la retranscription de l’expérience subjective de son créateur dans des équivalents formels propres au jeu vidéo. Atteint d’une maladie cardiaque incurable et vivant dans la proximité permanente de la mort, <strong>Alex Preston</strong>, le créateur du jeu, a en effet souhaité traduire dans ce jeu son expérience singulière et vacillante du monde.</p>
<p style="text-align: justify;">            Pour obtenir cet effet, il ne suffit pas d’insérer simplement dans le jeu des discours de personnages qui se lamentent ; il faut mettre en place tout un mécanisme qui s’exprime dans le langage propre au jeu vidéo. Pour ne donner qu’un seul exemple, dans <strong>Hyper Light Drifter</strong>, votre personnage est régulièrement victime d'attaques cardiaques qui vous font perdre son contrôle et vous réduisent à l’impuissance pendant plusieurs secondes. De même, plutôt que de faire dire aux personnages du jeu de longues explications sur l’origine du monde dans lequel vous évoluez, c’est à vous de la reconstituer à partir des traces et des indices que vous identifiez petit à petit dans le décor. <strong>Hyper Light Drifter</strong> fait donc passer son message, non à travers un ensemble de mots et les concepts, mais grâce à l’histoire visuelle que tissent collectivement les personnages et les décors du jeu.</p>
<p>&nbsp;</p>
<p><img class="aligncenter wp-image-12821" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-02-12-à-16.54.41-copie.jpg" width="689" height="387" /></p>
<p style="text-align: center;"><em>Evoluer dans les vestiges d'un cataclysme passé à reconstruire </em></p>
<p>&nbsp;</p>
<p><img class="aligncenter wp-image-12824" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-02-15-à-02.16.45-copie.jpg" width="708" height="334" /></p>
<p style="text-align: center;"><em>Les personnages non-joueur s'expriment uniquement par des images</em></p>
<p>&nbsp;</p>
<p style="text-align: justify;">      En définitive, ce qui fait le propre d’une œuvre d’art, c’est donc sa capacité à transposer une émotion humaine dans un système formel particulier — système de durées et de hauteurs qui se répondent mutuellement pour la musique, temporalité des plans et angles des prises de vue pour le cinéma, jeu du sens et des sons pour la poésie, jouabilité et mécanismes interactifs pour le jeu vidéo. L’émotion du récepteur provient dès lors, non pas d’une émotion brute qui serait réceptionnée comme telle, mais du fait de retrouver une émotion humaine dans un système organisé de couleurs, de sons, de signes, qui n’avait au départ rien à voir avec de l’humain, mais qui se fait finalement son réceptacle et son témoin.</p>
<p>&nbsp;</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Sortie </strong>: mars 2016</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Accès</strong> : via Steam pour 20€</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Supports </strong>: PC, Mac, Linux, PS4, Xbox One</p>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/pepites/pepite-hyper-light-drifter/">Pépite Jeu Indé n°2 : Hyper Light Drifter</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p><img width="1436" height="800" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-03-25-à-17.41.49-copie.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-03-25-à-17.41.49-copie.jpg 1436w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-03-25-à-17.41.49-copie-150x84.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-03-25-à-17.41.49-copie-300x167.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-03-25-à-17.41.49-copie-768x428.jpg 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-03-25-à-17.41.49-copie-1024x570.jpg 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-03-25-à-17.41.49-copie-600x334.jpg 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-03-25-à-17.41.49-copie-245x136.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-03-25-à-17.41.49-copie-580x323.jpg 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-03-25-à-17.41.49-copie-673x375.jpg 673w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-03-25-à-17.41.49-copie-270x150.jpg 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-03-25-à-17.41.49-copie-500x279.jpg 500w" sizes="(max-width: 1436px) 100vw, 1436px" /></p><p style="text-align: justify;"><em>       Découvrez ici des pépites du jeu vidéo indépendant, en prémices de la prochaine édition du Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg (14 au 23 septembre) et de sa programmation "jeux vidéo et réalité virtuelle", dont le Shadok est partenaire. </em><em>Allant du grand classique devenu incontournable, à la dernière sortie encore confidentielle, ces pépites vous permettront de découvrir la richesse, la profondeur et la diversité de la création contemporaine dans le domaine du jeu vidéo indépendant. </em><em>Aujourd'hui, nous parlons du jeu : <strong>HYPER LIGHT DRIFTER</strong>. </em></p>
&nbsp;

https://www.youtube.com/watch?v=nWufEJ1Ava0

&nbsp;
<p style="text-align: justify;">          Tantôt sujet de méfiance et de mépris, tantôt source d’enthousiasme ou d’adoration, la classification du jeu vidéo parmi les œuvres d’art ne fait pas consensus. Pourtant, au même titre que le cinéma, le jeu vidéo possède désormais ses propres critiques, ses ouvrages de théorie, ses compétitions internationales, ses chefs-d’œuvre et ses formations universitaires — bref, tout un circuit de consécration visant à ériger le panthéon des œuvres du passé à imiter pour produire les chefs-d’œuvre du futur.</p>
<p style="text-align: justify;">          Chaque année, de nouvelles compétitions exclusivement dédiées au jeu vidéo indépendant font leur apparition. En Alsace, nous avons l’<strong>Indie Game Contest</strong>, compétition associée au <strong>Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg</strong>, qui soumet chaque année 8 jeux français et 8 jeux internationaux au regard affuté d’un jury d’experts et d’habitués. Derniers venus en date au niveau international, les <strong>Emotional Games Awards</strong> récompensent de leur côté les jeux vidéo les plus marquants émotionnellement. En mettant l’accent sur les émotions éprouvées par le joueur, cette compétition participe à la dignification du jeu vidéo, qui se voit ainsi doté de cette dimension affective essentielle à toute œuvre d’art digne de ce nom.</p>
<p style="text-align: justify;">           Le jeu indépendant dont nous allons parler aujourd’hui a lui aussi été récompensé de nombreuses fois en compétition. Au cours de <strong>l’Independent Game Festival</strong> — la plus grosse compétition mondiale dédiée au jeu vidéo indépendant — le jeu <strong>Hyper Light Drifter</strong> a en effet reçu le prix de l’excellence en arts visuels, le prix du public, et a été finaliste pour le prix d’excellence sonore et même pour le grand prix. Il est pour cette raison actuellement considéré comme un des meilleurs exemples du potentiel artistique d’un jeu vidéo. Mais suffit-il de reprendre à son compte le classement des compétitions internationales et d’attester du vernis culturel de certaines œuvres pour développer une véritable pensée du jeu vidéo comme art ?</p>
&nbsp;

<img class="aligncenter wp-image-12812" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Hyper_Light_Drifter_Banner_Maps.jpg" width="677" height="380" />
<p style="text-align: center;"><em>Une direction artistique aux petits oignons, inspirée des premiers Zelda</em></p>
&nbsp;
<p style="text-align: justify;">      Si la dimension artistique d’un jeu vidéo n’est pas à chercher dans une reconnaissance institutionnelle, où faut-il donc la trouver ? A en croire les derniers ouvrages grand public, c’est la belle image qui ferait le beau jeu. Le jeu contemplatif <strong>Journey</strong>, développé par le studio <strong>Thatgamecompagny</strong>, devient alors l’exemple par excellence du beau jeu. Dans <strong>Journey</strong>, tout ce qu’il nous reste en effet à faire, c’est simplement de surfer sur les dunes de sable, tout en contemplant rêveusement le coucher de soleil. Du côté d’<strong>Hyper Light Drifter</strong>, on sera par exemple immédiatement attiré par son univers rétro-futuriste en pixel-art, véritable hommage aux jeux 16-bit qui ont marqué les débuts de l’histoire du jeu vidéo. Les références aux jeux comme <strong>Zelda A Link To The Past</strong>, <strong>Diablo II</strong>, ou le film <strong>Nausicaa : La Vallée du Vent </strong>crèvent l’écran. <strong>Lord Yupa</strong>, personnage du film de <strong>Miyazaki</strong>, est d’ailleurs la source d’inspiration assumée du design des personnages, de même que les géants présents dans l’introduction du jeu font échos aux titans destructeurs des films de <strong>Miyazaki</strong>.</p>
&nbsp;

<img class="aligncenter wp-image-12815" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/HLD_Screenshot_01_rise_1080.jpg" width="680" height="382" />
<p style="text-align: center;"><em>Des titans directement inspirés des films de Miyazaki</em></p>
&nbsp;
<p style="text-align: justify;">          Si n’importe quel jeu peut finalement se prêter à la posture contemplative, <strong>Hyper Light Drifter</strong> fait plus fort en l’incorporant directement dans la structure même du jeu. Dans <strong>Hyper Light Drifter</strong>, on accède en effet régulièrement à différents lieux qui n’ont aucune autre fonction que de proposer un moment de pause et d’observation au joueur.</p>
&nbsp;
<p style="text-align: center;"><em><img class="aligncenter wp-image-12818" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-02-12-à-16.46.17-copie-e1528374305200.jpg" width="640" height="360" />Rencontrer un homme-oiseau sur un promontoire rocheux</em></p>
&nbsp;
<p style="text-align: justify;">         Mais en voulant absolument trouver dans la belle image l’essence artistique du jeu vidéo, on court en réalité le risque de l’inscrire dès le départ dans un rapport de dérivation et de subordination par rapport aux autres arts — peinture, musique, cinéma, littérature —, dont sa beauté serait redevable. En réalité, on a tout à gagner à penser le jeu vidéo sur le même plan que les autres arts. Pour l’apprécier à sa juste valeur, <strong>Hyper Light Drifter</strong> doit donc plutôt être considéré comme la retranscription de l’expérience subjective de son créateur dans des équivalents formels propres au jeu vidéo. Atteint d’une maladie cardiaque incurable et vivant dans la proximité permanente de la mort, <strong>Alex Preston</strong>, le créateur du jeu, a en effet souhaité traduire dans ce jeu son expérience singulière et vacillante du monde.</p>
<p style="text-align: justify;">            Pour obtenir cet effet, il ne suffit pas d’insérer simplement dans le jeu des discours de personnages qui se lamentent ; il faut mettre en place tout un mécanisme qui s’exprime dans le langage propre au jeu vidéo. Pour ne donner qu’un seul exemple, dans <strong>Hyper Light Drifter</strong>, votre personnage est régulièrement victime d'attaques cardiaques qui vous font perdre son contrôle et vous réduisent à l’impuissance pendant plusieurs secondes. De même, plutôt que de faire dire aux personnages du jeu de longues explications sur l’origine du monde dans lequel vous évoluez, c’est à vous de la reconstituer à partir des traces et des indices que vous identifiez petit à petit dans le décor. <strong>Hyper Light Drifter</strong> fait donc passer son message, non à travers un ensemble de mots et les concepts, mais grâce à l’histoire visuelle que tissent collectivement les personnages et les décors du jeu.</p>
&nbsp;

<img class="aligncenter wp-image-12821" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-02-12-à-16.54.41-copie.jpg" width="689" height="387" />
<p style="text-align: center;"><em>Evoluer dans les vestiges d'un cataclysme passé à reconstruire </em></p>
&nbsp;

<img class="aligncenter wp-image-12824" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/06/Capture-d’écran-2017-02-15-à-02.16.45-copie.jpg" width="708" height="334" />
<p style="text-align: center;"><em>Les personnages non-joueur s'expriment uniquement par des images</em></p>
&nbsp;
<p style="text-align: justify;">      En définitive, ce qui fait le propre d’une œuvre d’art, c’est donc sa capacité à transposer une émotion humaine dans un système formel particulier — système de durées et de hauteurs qui se répondent mutuellement pour la musique, temporalité des plans et angles des prises de vue pour le cinéma, jeu du sens et des sons pour la poésie, jouabilité et mécanismes interactifs pour le jeu vidéo. L’émotion du récepteur provient dès lors, non pas d’une émotion brute qui serait réceptionnée comme telle, mais du fait de retrouver une émotion humaine dans un système organisé de couleurs, de sons, de signes, qui n’avait au départ rien à voir avec de l’humain, mais qui se fait finalement son réceptacle et son témoin.</p>
&nbsp;
<p style="text-align: justify;"><strong>Sortie </strong>: mars 2016</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Accès</strong> : via Steam pour 20€</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Supports </strong>: PC, Mac, Linux, PS4, Xbox One</p><p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/pepites/pepite-hyper-light-drifter/">Pépite Jeu Indé n°2 : Hyper Light Drifter</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [category@term] => Pépites
                    [category#2@term] => jeu indé
                    [category#3@term] => hyper light drifter
                    [category#4@term] => pépite
                    [date_timestamp] => 1529329009
                )

            [14] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => REJOINS LA SHADOK CREW !
                    [link#] => 1
                    [link] => https://www.shadok.strasbourg.eu/annees/2018-annees/rejoins-la-shadok-crew-2018-2019/
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Tue, 05 Jun 2018 14:44:52 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Administrateurs Shadok
                            [subject#] => 2
                            [subject] => 2018
                            [subject#2] => Actualités
                        )

                    [category#] => 2
                    [category] => 2018
                    [category#2] => Actualités
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => https://www.shadok.strasbourg.eu/?p=12738
                    [description#] => 1
                    [description] => <p><img width="10416" height="8681" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2.jpg 10416w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-150x125.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-300x250.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-1024x853.jpg 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-600x500.jpg 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-245x204.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-580x483.jpg 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-450x375.jpg 450w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-270x225.jpg 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-500x417.jpg 500w" sizes="(max-width: 10416px) 100vw, 10416px" /></p>
<p>Nous relançons pour la rentrée la « Shadok Crew », une équipe d’étudiant·e·s dynamiques souhaitant s’investir dans l’aventure du Shadok !</p>
<p>Véritables <span class="highlight">ambass</span>adeur·rice·s du lieu, les membres de la Shadok Crew sont recrutés pour la saison 2018/19 sous le statut de vacataires entre septembre 2018 et juillet 2019. Nous recherchons des personnes motivées et curieuses, souhaitant en découvrir davantage sur les cultures numériques.</p>
<p>Selon un planning défini en soirée et/ou les week-ends, ce job étudiant consiste à :</p>
<ul>
<li>accueillir les publics au sein du lieu et les renseigner par téléphone sur les horaires, la programmation et les partenariats du lieu ;</li>
<li>proposer des visites guidées des expositions, préparées en amont avec la chargée de médiation ;</li>
<li>participer à la communication du Shadok dans des points clés du campus et du centre-ville ;</li>
<li>participer à des tâches quotidiennes de l’équipe du Shadok telles que : faire remplir des questionnaires de satisfaction, participer à l’animation de la page Facebook et du compte Instagram du lieu, surveiller les espaces d’expositions et événements, alerter l’équipe du Shadok en cas de problème quelconque…</li>
</ul>
<p>&nbsp;</p>
<p><strong>CALENDRIER DU RECRUTEMENT</strong></p>
<p>Date limite de réponse au formulaire ci-joint : <span style="color: #000000;"><strong>17 juin 2018</strong></span>.</p>
<p>Merci de noter que les entretiens se dérouleront les <span style="color: #000000;"><strong>27 et 28 juin 2018</strong></span>.</p>
<p>Les membres de la Shadok Crew bénéficieront ensuite d'une session d’intégration, afin d’être formés aux missions ci-dessus.</p>
<p>Ce job prend la forme de vacations ponctuelles (principalement les vendredis, samedis et dimanches) entre septembre 2018 et juillet 2019.</p>
<p>&nbsp;</p>
<p><strong><span style="color: #000000;">Lien du formulaire à remplir (CV à fournir dans le formulaire)</span></strong> : <a href="https://framaforms.org/rejoins-la-shadok-crew-1528205956">https://framaforms.org/rejoins-la-shadok-crew-1528205956</a></p>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/annees/2018-annees/rejoins-la-shadok-crew-2018-2019/">REJOINS LA SHADOK CREW !</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p><img width="10416" height="8681" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2.jpg 10416w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-150x125.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-300x250.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-1024x853.jpg 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-600x500.jpg 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-245x204.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-580x483.jpg 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-450x375.jpg 450w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-270x225.jpg 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-500x417.jpg 500w" sizes="(max-width: 10416px) 100vw, 10416px" /></p>Nous relançons pour la rentrée la « Shadok Crew », une équipe d’étudiant·e·s dynamiques souhaitant s’investir dans l’aventure du Shadok !

Véritables <span class="highlight">ambass</span>adeur·rice·s du lieu, les membres de la Shadok Crew sont recrutés pour la saison 2018/19 sous le statut de vacataires entre septembre 2018 et juillet 2019. Nous recherchons des personnes motivées et curieuses, souhaitant en découvrir davantage sur les cultures numériques.

Selon un planning défini en soirée et/ou les week-ends, ce job étudiant consiste à :
<ul>
 	<li>accueillir les publics au sein du lieu et les renseigner par téléphone sur les horaires, la programmation et les partenariats du lieu ;</li>
 	<li>proposer des visites guidées des expositions, préparées en amont avec la chargée de médiation ;</li>
 	<li>participer à la communication du Shadok dans des points clés du campus et du centre-ville ;</li>
 	<li>participer à des tâches quotidiennes de l’équipe du Shadok telles que : faire remplir des questionnaires de satisfaction, participer à l’animation de la page Facebook et du compte Instagram du lieu, surveiller les espaces d’expositions et événements, alerter l’équipe du Shadok en cas de problème quelconque…</li>
</ul>
&nbsp;

<strong>CALENDRIER DU RECRUTEMENT</strong>

Date limite de réponse au formulaire ci-joint : <span style="color: #000000;"><strong>17 juin 2018</strong></span>.

Merci de noter que les entretiens se dérouleront les <span style="color: #000000;"><strong>27 et 28 juin 2018</strong></span>.

Les membres de la Shadok Crew bénéficieront ensuite d'une session d’intégration, afin d’être formés aux missions ci-dessus.

Ce job prend la forme de vacations ponctuelles (principalement les vendredis, samedis et dimanches) entre septembre 2018 et juillet 2019.

&nbsp;

<strong><span style="color: #000000;">Lien du formulaire à remplir (CV à fournir dans le formulaire)</span></strong> : <a href="https://framaforms.org/rejoins-la-shadok-crew-1528205956">https://framaforms.org/rejoins-la-shadok-crew-1528205956</a><p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/annees/2018-annees/rejoins-la-shadok-crew-2018-2019/">REJOINS LA SHADOK CREW !</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => <p><img width="10416" height="8681" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2.jpg 10416w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-150x125.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-300x250.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-1024x853.jpg 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-600x500.jpg 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-245x204.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-580x483.jpg 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-450x375.jpg 450w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-270x225.jpg 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-500x417.jpg 500w" sizes="(max-width: 10416px) 100vw, 10416px" /></p>
<p>Nous relançons pour la rentrée la « Shadok Crew », une équipe d’étudiant·e·s dynamiques souhaitant s’investir dans l’aventure du Shadok !</p>
<p>Véritables <span class="highlight">ambass</span>adeur·rice·s du lieu, les membres de la Shadok Crew sont recrutés pour la saison 2018/19 sous le statut de vacataires entre septembre 2018 et juillet 2019. Nous recherchons des personnes motivées et curieuses, souhaitant en découvrir davantage sur les cultures numériques.</p>
<p>Selon un planning défini en soirée et/ou les week-ends, ce job étudiant consiste à :</p>
<ul>
<li>accueillir les publics au sein du lieu et les renseigner par téléphone sur les horaires, la programmation et les partenariats du lieu ;</li>
<li>proposer des visites guidées des expositions, préparées en amont avec la chargée de médiation ;</li>
<li>participer à la communication du Shadok dans des points clés du campus et du centre-ville ;</li>
<li>participer à des tâches quotidiennes de l’équipe du Shadok telles que : faire remplir des questionnaires de satisfaction, participer à l’animation de la page Facebook et du compte Instagram du lieu, surveiller les espaces d’expositions et événements, alerter l’équipe du Shadok en cas de problème quelconque…</li>
</ul>
<p>&nbsp;</p>
<p><strong>CALENDRIER DU RECRUTEMENT</strong></p>
<p>Date limite de réponse au formulaire ci-joint : <span style="color: #000000;"><strong>17 juin 2018</strong></span>.</p>
<p>Merci de noter que les entretiens se dérouleront les <span style="color: #000000;"><strong>27 et 28 juin 2018</strong></span>.</p>
<p>Les membres de la Shadok Crew bénéficieront ensuite d'une session d’intégration, afin d’être formés aux missions ci-dessus.</p>
<p>Ce job prend la forme de vacations ponctuelles (principalement les vendredis, samedis et dimanches) entre septembre 2018 et juillet 2019.</p>
<p>&nbsp;</p>
<p><strong><span style="color: #000000;">Lien du formulaire à remplir (CV à fournir dans le formulaire)</span></strong> : <a href="https://framaforms.org/rejoins-la-shadok-crew-1528205956">https://framaforms.org/rejoins-la-shadok-crew-1528205956</a></p>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/annees/2018-annees/rejoins-la-shadok-crew-2018-2019/">REJOINS LA SHADOK CREW !</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p><img width="10416" height="8681" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2.jpg 10416w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-150x125.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-300x250.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-1024x853.jpg 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-600x500.jpg 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-245x204.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-580x483.jpg 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-450x375.jpg 450w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-270x225.jpg 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-500x417.jpg 500w" sizes="(max-width: 10416px) 100vw, 10416px" /></p>Nous relançons pour la rentrée la « Shadok Crew », une équipe d’étudiant·e·s dynamiques souhaitant s’investir dans l’aventure du Shadok !

Véritables <span class="highlight">ambass</span>adeur·rice·s du lieu, les membres de la Shadok Crew sont recrutés pour la saison 2018/19 sous le statut de vacataires entre septembre 2018 et juillet 2019. Nous recherchons des personnes motivées et curieuses, souhaitant en découvrir davantage sur les cultures numériques.

Selon un planning défini en soirée et/ou les week-ends, ce job étudiant consiste à :
<ul>
 	<li>accueillir les publics au sein du lieu et les renseigner par téléphone sur les horaires, la programmation et les partenariats du lieu ;</li>
 	<li>proposer des visites guidées des expositions, préparées en amont avec la chargée de médiation ;</li>
 	<li>participer à la communication du Shadok dans des points clés du campus et du centre-ville ;</li>
 	<li>participer à des tâches quotidiennes de l’équipe du Shadok telles que : faire remplir des questionnaires de satisfaction, participer à l’animation de la page Facebook et du compte Instagram du lieu, surveiller les espaces d’expositions et événements, alerter l’équipe du Shadok en cas de problème quelconque…</li>
</ul>
&nbsp;

<strong>CALENDRIER DU RECRUTEMENT</strong>

Date limite de réponse au formulaire ci-joint : <span style="color: #000000;"><strong>17 juin 2018</strong></span>.

Merci de noter que les entretiens se dérouleront les <span style="color: #000000;"><strong>27 et 28 juin 2018</strong></span>.

Les membres de la Shadok Crew bénéficieront ensuite d'une session d’intégration, afin d’être formés aux missions ci-dessus.

Ce job prend la forme de vacations ponctuelles (principalement les vendredis, samedis et dimanches) entre septembre 2018 et juillet 2019.

&nbsp;

<strong><span style="color: #000000;">Lien du formulaire à remplir (CV à fournir dans le formulaire)</span></strong> : <a href="https://framaforms.org/rejoins-la-shadok-crew-1528205956">https://framaforms.org/rejoins-la-shadok-crew-1528205956</a><p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/annees/2018-annees/rejoins-la-shadok-crew-2018-2019/">REJOINS LA SHADOK CREW !</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [category@term] => 2018
                    [category#2@term] => Actualités
                    [date_timestamp] => 1528209892
                )

            [15] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Rejoins la Shadok Crew !
                    [link#] => 1
                    [link] => https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/actualites/shadok-crew-2019/
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Thu, 08 Aug 2019 10:09:10 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Administrateurs Shadok
                            [subject#] => 1
                            [subject] => Actualités
                        )

                    [category#] => 1
                    [category] => Actualités
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/actualites/rejoins-la-shadok-crew-2018-2019-copy/
                    [description#] => 1
                    [description] => <p><img width="10416" height="8681" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2.jpg 10416w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-150x125.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-300x250.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-1024x853.jpg 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-600x500.jpg 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-245x204.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-580x483.jpg 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-450x375.jpg 450w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-270x225.jpg 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-500x417.jpg 500w" sizes="(max-width: 10416px) 100vw, 10416px" /></p>
<h4>Recrutement de la « Shadok Crew »pour 2019/2020</h4>
<p><strong>La Shadok Crew c'est quoi ? Une équipe de vacataires dynamique souhaitant s’investir dans l’aventure du Shadok !</strong></p>
<p>Véritables <span class="highlight">ambass</span>adeur·rice·s du lieu, les membres de la Shadok Crew sont recrutés pour la saison 2019/20 sous le statut de vacataires entre septembre 2019 et juillet 2020.<br />
Nous recherchons des personnes motivées et curieuses, souhaitant en découvrir davantage sur les cultures numériques.</p>
<p><strong>Les missions principales consistent à :</strong></p>
<ul>
<li>accueillir les publics au sein du lieu et les renseigner par téléphone sur les horaires, la programmation et les partenariats du lieu ;</li>
<li>proposer des visites guidées des expositions, préparées en amont avec l'équipe du Shadok ;</li>
<li>participer à la communication du Shadok en représentant le lieu lors d'évènements hors-les-murs et en prenant part à la gestion des réseaux sociaux</li>
<li>participer aux tâches quotidiennes de l’équipe du Shadok telles que : traiter les mails de la boîte générique, veiller à la bonne tenue de l'accueil (documents de communication), aider lors de la mise en place d'évènements, surveiller les espaces d’expositions et événements, etc.</li>
</ul>
<p>&nbsp;</p>
<p><strong>Horaires et planning</strong></p>
<p>Les vacations ont lieu du mercredi au samedi de 14h à 19h ainsi que sur les évènements en soirée et exceptionnellement le dimanche. Un planning mensuel est établi sur la base des souhaits et disponibilités de chacun.e.</p>
<p>La quotité horaire mensuelle moyenne représente une dizaine d'heures par personne (variable selon la programmation du Shadok et le nombre de vacataires disponibles).</p>
<p>&nbsp;</p>
<p><strong>Calendrier de recrutement </strong></p>
<p>Date limite de réponse au formulaire ci-joint : <strong>6 septembre. </strong></p>
<p>Merci de noter que les entretiens se dérouleront les <strong>16 et 17 septembre</strong>.</p>
<p>Les membres de la Shadok Crew bénéficieront ensuite d'une session d’intégration, afin d’être formés aux missions ci-dessus.</p>
<p>&nbsp;</p>
<p><strong><span style="color: #000000;">Lien du formulaire à remplir (CV à fournir dans le formulaire)</span></strong> :<br />
<a href="https://framaforms.org/rejoins-la-shadok-crew-1565277568" target="_blank" rel="noopener">https://framaforms.org/rejoins-la-shadok-crew-1565277568</a></p>
<p>&nbsp;</p>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/actualites/shadok-crew-2019/">Rejoins la Shadok Crew !</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p><img width="10416" height="8681" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2.jpg 10416w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-150x125.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-300x250.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-1024x853.jpg 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-600x500.jpg 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-245x204.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-580x483.jpg 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-450x375.jpg 450w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-270x225.jpg 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-500x417.jpg 500w" sizes="(max-width: 10416px) 100vw, 10416px" /></p><h4>Recrutement de la « Shadok Crew »pour 2019/2020</h4>
<strong>La Shadok Crew c'est quoi ? Une équipe de vacataires dynamique souhaitant s’investir dans l’aventure du Shadok !</strong>

Véritables <span class="highlight">ambass</span>adeur·rice·s du lieu, les membres de la Shadok Crew sont recrutés pour la saison 2019/20 sous le statut de vacataires entre septembre 2019 et juillet 2020.
Nous recherchons des personnes motivées et curieuses, souhaitant en découvrir davantage sur les cultures numériques.

<strong>Les missions principales consistent à :</strong>
<ul>
 	<li>accueillir les publics au sein du lieu et les renseigner par téléphone sur les horaires, la programmation et les partenariats du lieu ;</li>
 	<li>proposer des visites guidées des expositions, préparées en amont avec l'équipe du Shadok ;</li>
 	<li>participer à la communication du Shadok en représentant le lieu lors d'évènements hors-les-murs et en prenant part à la gestion des réseaux sociaux</li>
 	<li>participer aux tâches quotidiennes de l’équipe du Shadok telles que : traiter les mails de la boîte générique, veiller à la bonne tenue de l'accueil (documents de communication), aider lors de la mise en place d'évènements, surveiller les espaces d’expositions et événements, etc.</li>
</ul>
&nbsp;

<strong>Horaires et planning</strong>

Les vacations ont lieu du mercredi au samedi de 14h à 19h ainsi que sur les évènements en soirée et exceptionnellement le dimanche. Un planning mensuel est établi sur la base des souhaits et disponibilités de chacun.e.

La quotité horaire mensuelle moyenne représente une dizaine d'heures par personne (variable selon la programmation du Shadok et le nombre de vacataires disponibles).

&nbsp;

<strong>Calendrier de recrutement </strong>

Date limite de réponse au formulaire ci-joint : <strong>6 septembre. </strong>

Merci de noter que les entretiens se dérouleront les <strong>16 et 17 septembre</strong>.

Les membres de la Shadok Crew bénéficieront ensuite d'une session d’intégration, afin d’être formés aux missions ci-dessus.

&nbsp;

<strong><span style="color: #000000;">Lien du formulaire à remplir (CV à fournir dans le formulaire)</span></strong> :
<a href="https://framaforms.org/rejoins-la-shadok-crew-1565277568" target="_blank" rel="noopener">https://framaforms.org/rejoins-la-shadok-crew-1565277568</a>

&nbsp;<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/actualites/shadok-crew-2019/">Rejoins la Shadok Crew !</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => <p><img width="10416" height="8681" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2.jpg 10416w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-150x125.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-300x250.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-1024x853.jpg 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-600x500.jpg 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-245x204.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-580x483.jpg 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-450x375.jpg 450w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-270x225.jpg 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-500x417.jpg 500w" sizes="(max-width: 10416px) 100vw, 10416px" /></p>
<h4>Recrutement de la « Shadok Crew »pour 2019/2020</h4>
<p><strong>La Shadok Crew c'est quoi ? Une équipe de vacataires dynamique souhaitant s’investir dans l’aventure du Shadok !</strong></p>
<p>Véritables <span class="highlight">ambass</span>adeur·rice·s du lieu, les membres de la Shadok Crew sont recrutés pour la saison 2019/20 sous le statut de vacataires entre septembre 2019 et juillet 2020.<br />
Nous recherchons des personnes motivées et curieuses, souhaitant en découvrir davantage sur les cultures numériques.</p>
<p><strong>Les missions principales consistent à :</strong></p>
<ul>
<li>accueillir les publics au sein du lieu et les renseigner par téléphone sur les horaires, la programmation et les partenariats du lieu ;</li>
<li>proposer des visites guidées des expositions, préparées en amont avec l'équipe du Shadok ;</li>
<li>participer à la communication du Shadok en représentant le lieu lors d'évènements hors-les-murs et en prenant part à la gestion des réseaux sociaux</li>
<li>participer aux tâches quotidiennes de l’équipe du Shadok telles que : traiter les mails de la boîte générique, veiller à la bonne tenue de l'accueil (documents de communication), aider lors de la mise en place d'évènements, surveiller les espaces d’expositions et événements, etc.</li>
</ul>
<p>&nbsp;</p>
<p><strong>Horaires et planning</strong></p>
<p>Les vacations ont lieu du mercredi au samedi de 14h à 19h ainsi que sur les évènements en soirée et exceptionnellement le dimanche. Un planning mensuel est établi sur la base des souhaits et disponibilités de chacun.e.</p>
<p>La quotité horaire mensuelle moyenne représente une dizaine d'heures par personne (variable selon la programmation du Shadok et le nombre de vacataires disponibles).</p>
<p>&nbsp;</p>
<p><strong>Calendrier de recrutement </strong></p>
<p>Date limite de réponse au formulaire ci-joint : <strong>6 septembre. </strong></p>
<p>Merci de noter que les entretiens se dérouleront les <strong>16 et 17 septembre</strong>.</p>
<p>Les membres de la Shadok Crew bénéficieront ensuite d'une session d’intégration, afin d’être formés aux missions ci-dessus.</p>
<p>&nbsp;</p>
<p><strong><span style="color: #000000;">Lien du formulaire à remplir (CV à fournir dans le formulaire)</span></strong> :<br />
<a href="https://framaforms.org/rejoins-la-shadok-crew-1565277568" target="_blank" rel="noopener">https://framaforms.org/rejoins-la-shadok-crew-1565277568</a></p>
<p>&nbsp;</p>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/actualites/shadok-crew-2019/">Rejoins la Shadok Crew !</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p><img width="10416" height="8681" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2.jpg 10416w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-150x125.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-300x250.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-1024x853.jpg 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-600x500.jpg 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-245x204.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-580x483.jpg 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-450x375.jpg 450w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-270x225.jpg 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2016/09/STS-112_crew2-500x417.jpg 500w" sizes="(max-width: 10416px) 100vw, 10416px" /></p><h4>Recrutement de la « Shadok Crew »pour 2019/2020</h4>
<strong>La Shadok Crew c'est quoi ? Une équipe de vacataires dynamique souhaitant s’investir dans l’aventure du Shadok !</strong>

Véritables <span class="highlight">ambass</span>adeur·rice·s du lieu, les membres de la Shadok Crew sont recrutés pour la saison 2019/20 sous le statut de vacataires entre septembre 2019 et juillet 2020.
Nous recherchons des personnes motivées et curieuses, souhaitant en découvrir davantage sur les cultures numériques.

<strong>Les missions principales consistent à :</strong>
<ul>
 	<li>accueillir les publics au sein du lieu et les renseigner par téléphone sur les horaires, la programmation et les partenariats du lieu ;</li>
 	<li>proposer des visites guidées des expositions, préparées en amont avec l'équipe du Shadok ;</li>
 	<li>participer à la communication du Shadok en représentant le lieu lors d'évènements hors-les-murs et en prenant part à la gestion des réseaux sociaux</li>
 	<li>participer aux tâches quotidiennes de l’équipe du Shadok telles que : traiter les mails de la boîte générique, veiller à la bonne tenue de l'accueil (documents de communication), aider lors de la mise en place d'évènements, surveiller les espaces d’expositions et événements, etc.</li>
</ul>
&nbsp;

<strong>Horaires et planning</strong>

Les vacations ont lieu du mercredi au samedi de 14h à 19h ainsi que sur les évènements en soirée et exceptionnellement le dimanche. Un planning mensuel est établi sur la base des souhaits et disponibilités de chacun.e.

La quotité horaire mensuelle moyenne représente une dizaine d'heures par personne (variable selon la programmation du Shadok et le nombre de vacataires disponibles).

&nbsp;

<strong>Calendrier de recrutement </strong>

Date limite de réponse au formulaire ci-joint : <strong>6 septembre. </strong>

Merci de noter que les entretiens se dérouleront les <strong>16 et 17 septembre</strong>.

Les membres de la Shadok Crew bénéficieront ensuite d'une session d’intégration, afin d’être formés aux missions ci-dessus.

&nbsp;

<strong><span style="color: #000000;">Lien du formulaire à remplir (CV à fournir dans le formulaire)</span></strong> :
<a href="https://framaforms.org/rejoins-la-shadok-crew-1565277568" target="_blank" rel="noopener">https://framaforms.org/rejoins-la-shadok-crew-1565277568</a>

&nbsp;<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/actualites/shadok-crew-2019/">Rejoins la Shadok Crew !</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [category@term] => Actualités
                    [date_timestamp] => 1565258950
                )

            [16] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Wanted : 3 volontaires en service civique
                    [link#] => 1
                    [link] => https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/actualites/service_civique_au_shadok/
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Tue, 16 Jul 2019 16:10:27 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Administrateurs Shadok
                            [subject#] => 2
                            [subject] => 2019
                            [subject#2] => Actualités
                        )

                    [category#] => 2
                    [category] => 2019
                    [category#2] => Actualités
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/actualites/rejoins-la-shadok-crew-2018-2019-copy/
                    [description#] => 1
                    [description] => <p><img width="300" height="229" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/02/Astronaut_red.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/02/Astronaut_red.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/02/Astronaut_red-150x115.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/02/Astronaut_red-245x187.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/02/Astronaut_red-270x206.jpg 270w" sizes="(max-width: 300px) 100vw, 300px" /></p>
<p>Nous recherchons trois volontaires en service civique pour participer à des missions d'accueil, d'animation et de communication du Shadok.</p>
<p>En lien avec l’équipe, les volontaires auront pour mission de :</p>
<ul>
<li>participer au développement d’outils de communication permettant la promotion du lieu et de ses activités de manière créative et originale sur le territoire,</li>
<li>participer à l’animation des réseaux sociaux dans lesquels s’inscrit le Shadok,</li>
<li>contribuer à imaginer des propositions et participer à la réalisation de supports, formats ou animations facilitant l’appropriation du lieu et de sa programmation par ses usagers (événements, signalétiques, supports graphiques, vidéos…),</li>
<li>participer à la dynamique globale d’animation du lieu en lien avec l’équipe d’accueil et de médiation.</li>
</ul>
<p>&nbsp;</p>
<p>Pour diversifier les expériences, les volontaires auront l'occasion d'imaginer et de construire des projets collectifs sur les champs de compétences de la collectivité. Ils bénéficieront d'un accompagnement spécifique et seront épaulés pour construire leur projet d'avenir. Aussi, ils bénéficieront d'une formation civique et citoyenne qui leur permettra d'appréhender les champs de compétences et les actions de la collectivité, d'échanger avec les élus et de questionner les politiques publiques qu'ils portent.</p>
<p>La procédure de sélection des candidat.e.s débutera mi-septembre 2019.</p>
<p><span style="color: #000000;"><strong>À partir du </strong></span><span class="event-date">1 octobre 2019</span> (7 mois, 24 h/semaine)</p>
<p><strong><span style="color: #000000;">Inscrivez-vous sur la plateforme</span></strong> : <a href="https://bit.ly/2LUHCbu">https://bit.ly/2LUHCbu</a></p>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/actualites/service_civique_au_shadok/">Wanted : 3 volontaires en service civique</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p><img width="300" height="229" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/02/Astronaut_red.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/02/Astronaut_red.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/02/Astronaut_red-150x115.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/02/Astronaut_red-245x187.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/02/Astronaut_red-270x206.jpg 270w" sizes="(max-width: 300px) 100vw, 300px" /></p>Nous recherchons trois volontaires en service civique pour participer à des missions d'accueil, d'animation et de communication du Shadok.

En lien avec l’équipe, les volontaires auront pour mission de :
<ul>
 	<li>participer au développement d’outils de communication permettant la promotion du lieu et de ses activités de manière créative et originale sur le territoire,</li>
 	<li>participer à l’animation des réseaux sociaux dans lesquels s’inscrit le Shadok,</li>
 	<li>contribuer à imaginer des propositions et participer à la réalisation de supports, formats ou animations facilitant l’appropriation du lieu et de sa programmation par ses usagers (événements, signalétiques, supports graphiques, vidéos…),</li>
 	<li>participer à la dynamique globale d’animation du lieu en lien avec l’équipe d’accueil et de médiation.</li>
</ul>
&nbsp;

Pour diversifier les expériences, les volontaires auront l'occasion d'imaginer et de construire des projets collectifs sur les champs de compétences de la collectivité. Ils bénéficieront d'un accompagnement spécifique et seront épaulés pour construire leur projet d'avenir. Aussi, ils bénéficieront d'une formation civique et citoyenne qui leur permettra d'appréhender les champs de compétences et les actions de la collectivité, d'échanger avec les élus et de questionner les politiques publiques qu'ils portent.

La procédure de sélection des candidat.e.s débutera mi-septembre 2019.

<span style="color: #000000;"><strong>À partir du </strong></span><span class="event-date">1 octobre 2019</span> (7 mois, 24 h/semaine)

<strong><span style="color: #000000;">Inscrivez-vous sur la plateforme</span></strong> : <a href="https://bit.ly/2LUHCbu">https://bit.ly/2LUHCbu</a><p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/actualites/service_civique_au_shadok/">Wanted : 3 volontaires en service civique</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => <p><img width="300" height="229" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/02/Astronaut_red.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/02/Astronaut_red.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/02/Astronaut_red-150x115.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/02/Astronaut_red-245x187.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/02/Astronaut_red-270x206.jpg 270w" sizes="(max-width: 300px) 100vw, 300px" /></p>
<p>Nous recherchons trois volontaires en service civique pour participer à des missions d'accueil, d'animation et de communication du Shadok.</p>
<p>En lien avec l’équipe, les volontaires auront pour mission de :</p>
<ul>
<li>participer au développement d’outils de communication permettant la promotion du lieu et de ses activités de manière créative et originale sur le territoire,</li>
<li>participer à l’animation des réseaux sociaux dans lesquels s’inscrit le Shadok,</li>
<li>contribuer à imaginer des propositions et participer à la réalisation de supports, formats ou animations facilitant l’appropriation du lieu et de sa programmation par ses usagers (événements, signalétiques, supports graphiques, vidéos…),</li>
<li>participer à la dynamique globale d’animation du lieu en lien avec l’équipe d’accueil et de médiation.</li>
</ul>
<p>&nbsp;</p>
<p>Pour diversifier les expériences, les volontaires auront l'occasion d'imaginer et de construire des projets collectifs sur les champs de compétences de la collectivité. Ils bénéficieront d'un accompagnement spécifique et seront épaulés pour construire leur projet d'avenir. Aussi, ils bénéficieront d'une formation civique et citoyenne qui leur permettra d'appréhender les champs de compétences et les actions de la collectivité, d'échanger avec les élus et de questionner les politiques publiques qu'ils portent.</p>
<p>La procédure de sélection des candidat.e.s débutera mi-septembre 2019.</p>
<p><span style="color: #000000;"><strong>À partir du </strong></span><span class="event-date">1 octobre 2019</span> (7 mois, 24 h/semaine)</p>
<p><strong><span style="color: #000000;">Inscrivez-vous sur la plateforme</span></strong> : <a href="https://bit.ly/2LUHCbu">https://bit.ly/2LUHCbu</a></p>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/actualites/service_civique_au_shadok/">Wanted : 3 volontaires en service civique</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p><img width="300" height="229" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/02/Astronaut_red.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/02/Astronaut_red.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/02/Astronaut_red-150x115.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/02/Astronaut_red-245x187.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2019/02/Astronaut_red-270x206.jpg 270w" sizes="(max-width: 300px) 100vw, 300px" /></p>Nous recherchons trois volontaires en service civique pour participer à des missions d'accueil, d'animation et de communication du Shadok.

En lien avec l’équipe, les volontaires auront pour mission de :
<ul>
 	<li>participer au développement d’outils de communication permettant la promotion du lieu et de ses activités de manière créative et originale sur le territoire,</li>
 	<li>participer à l’animation des réseaux sociaux dans lesquels s’inscrit le Shadok,</li>
 	<li>contribuer à imaginer des propositions et participer à la réalisation de supports, formats ou animations facilitant l’appropriation du lieu et de sa programmation par ses usagers (événements, signalétiques, supports graphiques, vidéos…),</li>
 	<li>participer à la dynamique globale d’animation du lieu en lien avec l’équipe d’accueil et de médiation.</li>
</ul>
&nbsp;

Pour diversifier les expériences, les volontaires auront l'occasion d'imaginer et de construire des projets collectifs sur les champs de compétences de la collectivité. Ils bénéficieront d'un accompagnement spécifique et seront épaulés pour construire leur projet d'avenir. Aussi, ils bénéficieront d'une formation civique et citoyenne qui leur permettra d'appréhender les champs de compétences et les actions de la collectivité, d'échanger avec les élus et de questionner les politiques publiques qu'ils portent.

La procédure de sélection des candidat.e.s débutera mi-septembre 2019.

<span style="color: #000000;"><strong>À partir du </strong></span><span class="event-date">1 octobre 2019</span> (7 mois, 24 h/semaine)

<strong><span style="color: #000000;">Inscrivez-vous sur la plateforme</span></strong> : <a href="https://bit.ly/2LUHCbu">https://bit.ly/2LUHCbu</a><p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/actualites/service_civique_au_shadok/">Wanted : 3 volontaires en service civique</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [category@term] => 2019
                    [category#2@term] => Actualités
                    [date_timestamp] => 1563293427
                )

            [17] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Pépite Jeu Indé n°1 : Gloom
                    [link#] => 1
                    [link] => https://www.shadok.strasbourg.eu/pepites/pepite-1-gloom-jeu-video/
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Mon, 11 Jun 2018 11:49:51 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Administrateurs Shadok
                            [subject#] => 5
                            [subject] => Pépites
                            [subject#2] => jeux vidéo
                            [subject#3] => gloom
                            [subject#4] => pépites
                            [subject#5] => lovecraft
                        )

                    [category#] => 5
                    [category] => Pépites
                    [category#2] => jeux vidéo
                    [category#3] => gloom
                    [category#4] => pépites
                    [category#5] => lovecraft
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => https://www.shadok.strasbourg.eu/?p=12672
                    [description#] => 1
                    [description] => <p><img width="1435" height="695" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/0.-You-Perished-in-a-Dream.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/0.-You-Perished-in-a-Dream.jpg 1435w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/0.-You-Perished-in-a-Dream-150x73.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/0.-You-Perished-in-a-Dream-300x145.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/0.-You-Perished-in-a-Dream-768x372.jpg 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/0.-You-Perished-in-a-Dream-1024x496.jpg 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/0.-You-Perished-in-a-Dream-600x291.jpg 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/0.-You-Perished-in-a-Dream-245x119.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/0.-You-Perished-in-a-Dream-580x281.jpg 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/0.-You-Perished-in-a-Dream-700x339.jpg 700w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/0.-You-Perished-in-a-Dream-270x131.jpg 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/0.-You-Perished-in-a-Dream-500x242.jpg 500w" sizes="(max-width: 1435px) 100vw, 1435px" /></p>
<p style="text-align: justify;"><em>       Découvrez ici des pépites du jeu vidéo indépendant, en prémices de la prochaine édition du Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg (14 au 23 septembre) et de sa programmation "jeux vidéo et réalité virtuelle", dont le Shadok est partenaire. </em><em>Allant du grand classique devenu incontournable, à la dernière sortie encore confidentielle, ces pépites vous permettront de découvrir la richesse, la profondeur et la diversité de la création contemporaine dans le domaine du jeu vidéo indépendant. </em><em>Aujourd'hui, nous parlons du jeu : <strong>GLOOM</strong>.</em></p>
<p>&nbsp;</p>
<p>https://www.youtube.com/watch?v=upXlfIwNWd0</p>
<p>&nbsp;</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>               </strong>Ces dernières années ont vu naître deux tendances opposées dans l’univers du jeu vidéo : d’un côté, la <strong>casualisation</strong>, consistant à rendre les jeux toujours plus accessibles, et de l’autre, le <strong>hardcore gaming</strong>, visant à produire des jeux de plus en plus difficiles, exigeants, voire punitifs. La série des <strong>Dark Souls</strong>, devenue mythique pour son extrême difficulté et son univers très sombre, typé dark fantasy, est devenue une source d’inspiration essentielle pour de nombreux jeux vidéo, jusqu’à donner naissance à un genre de jeux à part entière : les <strong>« Souls Like »</strong>.</p>
<p style="text-align: justify;">          C’est à cette catégorie de jeux qu’appartient notre pépite de cette semaine : <strong>GLOOM</strong>. Développé par le studio finlandais <strong>Hunchback Studio</strong>, piloté par <strong>Alexis Sirvio</strong>, le créateur du jeu, et mis en musique par <strong>Valtteri Hanhijoki</strong>, GLOOM vous propose de plonger dans un monde cauchemardesque directement inspiré de l’univers de <strong>Howard P. Lovecraft</strong>. Vous y incarnez un rêveur anonyme, égaré  dans les limbes du <strong>Rêve Commun</strong>. Votre mission est de retrouver votre identité en récoltant les pages perdues du <strong>« Necromicon »</strong>, le livre des morts, débloquées à la fin de chaque niveau.</p>
<p>&nbsp;</p>
<p><img class="aligncenter wp-image-12720" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/1.-Un-village-de-départ-pas-si-paisible-1-e1527683992490.jpg" width="628" height="354" /></p>
<p style="text-align: center;"><em>Un village pas si paisible... </em></p>
<p>&nbsp;</p>
<p style="text-align: justify;">        Malgré les apparences, GLOOM n’appartient pas à la catégorie des jeux de plateforme traditionnels. Il s’agit en effet d’un <strong>« Rogue-like »</strong>, en référence au jeu « Rogue », sorti en 1980. Le principe de Rogue repose en effet sur l’exploration d’un souterrain, dont les salles sont générées et agencées de façon aléatoire : on parle de <strong>« génération procédurale »</strong> dans le langage des développeurs. Autrement dit, à chaque nouvelle partie de GLOOM que vous lancez, vous ne savez jamais à l’avance quelle sera la configuration de salles et de monstres que vous allez rencontrer sur votre chemin.</p>
<p style="text-align: justify;">              Seconde caractéristique structurelle, GLOOM utilise le mécanisme de la <strong>« Permadeath »</strong>, ou <strong>« mort permanente »</strong>. Autrement dit, à chaque fois que vous mourrez dans GLOOM, il faut TOUT recommencer à zéro. Absolument rien n’est conservé d’une tentative à l’autre, si ce n’est l’expérience de jeu que vous accumulez dans la douleur et bien malgré vous au fur et à mesure des parties. Avec GLOOM, on est donc bien loin de satisfaire la pulsion capitaliste qu’incarne habituellement le jeu vidéo, nous poussant à accumuler autant que possible niveaux, équipements et trésors.</p>
<p>&nbsp;</p>
<p><img class="aligncenter wp-image-12704" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/2.-Améliorer-son-arme-à-la-forge-en-cours-de-run-e1527683181349.jpg" width="608" height="338" /></p>
<p style="text-align: center;"><em>Le passage par la forge permet d'améliorer temporairement armes et pistolets</em></p>
<p>&nbsp;</p>
<p style="text-align: justify;">                GLOOM est avec évidence un jeu qui fonctionne sur la frustration. Les parties, appelées des <strong>« runs »</strong>, sont assez courtes (10 minutes environ), et vous serez donc à chaque fois tenté d’en lancer une de plus, espérant ainsi conquérir une ou deux salles supplémentaires dans l’exploration du souterrain. Chaque nouvelle tentative vient nourrir en vous l’espoir de rassembler enfin la bonne combinaison d’armes, de bonus et de salles, qui vous permettra cette fois de parvenir à la fin du jeu, si convoitée, alors que finalement tout à fait abstraite et indéterminée. L’apparition intempestive d’adversaires, de bonus ou de boss, vient encore rajouter du piment à l’aventure, plongeant le joueur dans un état d’alerte permanent.</p>
<p style="text-align: justify;">               GLOOM paraîtra sans doute bien ingrat à bien des joueurs, et risque d’en décourager plus d’un dès les premières heures de jeu. Mais au fur et à mesure des parties, votre technique acquiert de plus en plus de finesse et accède à un degré de qualité supérieur. Vous vous engagez progressivement dans un corps à corps resserré avec la matière même du jeu vidéo, avec, à la clef, le sentiment d’une compréhension claire et lucide du jeu et de ses mécanismes. Avec GLOOM, le joueur tente une fois encore de réaliser l’un des plus vieux rêves de l’histoire du jeu vidéo : réussir, en une seule tentative, la partie parfaite. Parvenir pour la première fois à la fin du jeu déclenchera en vous un bel accès de <strong>« fiero »</strong>, la fierté du joueur, et l'affect spécifique du jeu vidéo en général.</p>
<p>&nbsp;</p>
<p><img class="aligncenter wp-image-12707" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/Will-you-enter-the-Amphitheatre--e1527683275691.jpg" width="594" height="328" /></p>
<p style="text-align: center;"><em>Invitation exclusive du "Maestro" à pénétrer dans l'Amphithéâtre</em></p>
<p>&nbsp;</p>
<p style="text-align: justify;">            En définitive, la véritable récompense que propose GLOOM, c’est l’accès à des niveaux très avancés de concentration et d’absorption dans le jeu, prenant ainsi le contre-pied de la tendance actuelle consistant à multiplier le nombre de tâches réalisées simultanément, empêchant le cerveau de s’absorber dans aucune. Malgré son univers cauchemardesque (ou peut-être grâce à la répulsion qu’il suscite), GLOOM vient pourtant paradoxalement mettre l’accent sur ce que le jeu a de meilleur à nous donner : une forte impulsion à nous améliorer, à faire advenir la meilleure version de soi, à développer une foi solide dans l’avenir et une confiance inébranlable dans sa propre capacité à surmonter les obstacles, même les plus difficiles.</p>
<p>&nbsp;</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Sortie </strong>: avril 2017</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Accès</strong> : via Steam pour 10€</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Supports </strong>: PC, Mac et Linux</p>
<p>&nbsp;</p>
<p>&nbsp;</p>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/pepites/pepite-1-gloom-jeu-video/">Pépite Jeu Indé n°1 : Gloom</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p><img width="1435" height="695" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/0.-You-Perished-in-a-Dream.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/0.-You-Perished-in-a-Dream.jpg 1435w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/0.-You-Perished-in-a-Dream-150x73.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/0.-You-Perished-in-a-Dream-300x145.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/0.-You-Perished-in-a-Dream-768x372.jpg 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/0.-You-Perished-in-a-Dream-1024x496.jpg 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/0.-You-Perished-in-a-Dream-600x291.jpg 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/0.-You-Perished-in-a-Dream-245x119.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/0.-You-Perished-in-a-Dream-580x281.jpg 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/0.-You-Perished-in-a-Dream-700x339.jpg 700w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/0.-You-Perished-in-a-Dream-270x131.jpg 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/0.-You-Perished-in-a-Dream-500x242.jpg 500w" sizes="(max-width: 1435px) 100vw, 1435px" /></p><p style="text-align: justify;"><em>       Découvrez ici des pépites du jeu vidéo indépendant, en prémices de la prochaine édition du Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg (14 au 23 septembre) et de sa programmation "jeux vidéo et réalité virtuelle", dont le Shadok est partenaire. </em><em>Allant du grand classique devenu incontournable, à la dernière sortie encore confidentielle, ces pépites vous permettront de découvrir la richesse, la profondeur et la diversité de la création contemporaine dans le domaine du jeu vidéo indépendant. </em><em>Aujourd'hui, nous parlons du jeu : <strong>GLOOM</strong>.</em></p>
&nbsp;

https://www.youtube.com/watch?v=upXlfIwNWd0

&nbsp;
<p style="text-align: justify;"><strong>               </strong>Ces dernières années ont vu naître deux tendances opposées dans l’univers du jeu vidéo : d’un côté, la <strong>casualisation</strong>, consistant à rendre les jeux toujours plus accessibles, et de l’autre, le <strong>hardcore gaming</strong>, visant à produire des jeux de plus en plus difficiles, exigeants, voire punitifs. La série des <strong>Dark Souls</strong>, devenue mythique pour son extrême difficulté et son univers très sombre, typé dark fantasy, est devenue une source d’inspiration essentielle pour de nombreux jeux vidéo, jusqu’à donner naissance à un genre de jeux à part entière : les <strong>« Souls Like »</strong>.</p>
<p style="text-align: justify;">          C’est à cette catégorie de jeux qu’appartient notre pépite de cette semaine : <strong>GLOOM</strong>. Développé par le studio finlandais <strong>Hunchback Studio</strong>, piloté par <strong>Alexis Sirvio</strong>, le créateur du jeu, et mis en musique par <strong>Valtteri Hanhijoki</strong>, GLOOM vous propose de plonger dans un monde cauchemardesque directement inspiré de l’univers de <strong>Howard P. Lovecraft</strong>. Vous y incarnez un rêveur anonyme, égaré  dans les limbes du <strong>Rêve Commun</strong>. Votre mission est de retrouver votre identité en récoltant les pages perdues du <strong>« Necromicon »</strong>, le livre des morts, débloquées à la fin de chaque niveau.</p>
&nbsp;

<img class="aligncenter wp-image-12720" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/1.-Un-village-de-départ-pas-si-paisible-1-e1527683992490.jpg" width="628" height="354" />
<p style="text-align: center;"><em>Un village pas si paisible... </em></p>
&nbsp;
<p style="text-align: justify;">        Malgré les apparences, GLOOM n’appartient pas à la catégorie des jeux de plateforme traditionnels. Il s’agit en effet d’un <strong>« Rogue-like »</strong>, en référence au jeu « Rogue », sorti en 1980. Le principe de Rogue repose en effet sur l’exploration d’un souterrain, dont les salles sont générées et agencées de façon aléatoire : on parle de <strong>« génération procédurale »</strong> dans le langage des développeurs. Autrement dit, à chaque nouvelle partie de GLOOM que vous lancez, vous ne savez jamais à l’avance quelle sera la configuration de salles et de monstres que vous allez rencontrer sur votre chemin.</p>
<p style="text-align: justify;">              Seconde caractéristique structurelle, GLOOM utilise le mécanisme de la <strong>« Permadeath »</strong>, ou <strong>« mort permanente »</strong>. Autrement dit, à chaque fois que vous mourrez dans GLOOM, il faut TOUT recommencer à zéro. Absolument rien n’est conservé d’une tentative à l’autre, si ce n’est l’expérience de jeu que vous accumulez dans la douleur et bien malgré vous au fur et à mesure des parties. Avec GLOOM, on est donc bien loin de satisfaire la pulsion capitaliste qu’incarne habituellement le jeu vidéo, nous poussant à accumuler autant que possible niveaux, équipements et trésors.</p>
&nbsp;

<img class="aligncenter wp-image-12704" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/2.-Améliorer-son-arme-à-la-forge-en-cours-de-run-e1527683181349.jpg" width="608" height="338" />
<p style="text-align: center;"><em>Le passage par la forge permet d'améliorer temporairement armes et pistolets</em></p>
&nbsp;
<p style="text-align: justify;">                GLOOM est avec évidence un jeu qui fonctionne sur la frustration. Les parties, appelées des <strong>« runs »</strong>, sont assez courtes (10 minutes environ), et vous serez donc à chaque fois tenté d’en lancer une de plus, espérant ainsi conquérir une ou deux salles supplémentaires dans l’exploration du souterrain. Chaque nouvelle tentative vient nourrir en vous l’espoir de rassembler enfin la bonne combinaison d’armes, de bonus et de salles, qui vous permettra cette fois de parvenir à la fin du jeu, si convoitée, alors que finalement tout à fait abstraite et indéterminée. L’apparition intempestive d’adversaires, de bonus ou de boss, vient encore rajouter du piment à l’aventure, plongeant le joueur dans un état d’alerte permanent.</p>
<p style="text-align: justify;">               GLOOM paraîtra sans doute bien ingrat à bien des joueurs, et risque d’en décourager plus d’un dès les premières heures de jeu. Mais au fur et à mesure des parties, votre technique acquiert de plus en plus de finesse et accède à un degré de qualité supérieur. Vous vous engagez progressivement dans un corps à corps resserré avec la matière même du jeu vidéo, avec, à la clef, le sentiment d’une compréhension claire et lucide du jeu et de ses mécanismes. Avec GLOOM, le joueur tente une fois encore de réaliser l’un des plus vieux rêves de l’histoire du jeu vidéo : réussir, en une seule tentative, la partie parfaite. Parvenir pour la première fois à la fin du jeu déclenchera en vous un bel accès de <strong>« fiero »</strong>, la fierté du joueur, et l'affect spécifique du jeu vidéo en général.</p>
&nbsp;

<img class="aligncenter wp-image-12707" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/Will-you-enter-the-Amphitheatre--e1527683275691.jpg" width="594" height="328" />
<p style="text-align: center;"><em>Invitation exclusive du "Maestro" à pénétrer dans l'Amphithéâtre</em></p>
&nbsp;
<p style="text-align: justify;">            En définitive, la véritable récompense que propose GLOOM, c’est l’accès à des niveaux très avancés de concentration et d’absorption dans le jeu, prenant ainsi le contre-pied de la tendance actuelle consistant à multiplier le nombre de tâches réalisées simultanément, empêchant le cerveau de s’absorber dans aucune. Malgré son univers cauchemardesque (ou peut-être grâce à la répulsion qu’il suscite), GLOOM vient pourtant paradoxalement mettre l’accent sur ce que le jeu a de meilleur à nous donner : une forte impulsion à nous améliorer, à faire advenir la meilleure version de soi, à développer une foi solide dans l’avenir et une confiance inébranlable dans sa propre capacité à surmonter les obstacles, même les plus difficiles.</p>
&nbsp;
<p style="text-align: justify;"><strong>Sortie </strong>: avril 2017</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Accès</strong> : via Steam pour 10€</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Supports </strong>: PC, Mac et Linux</p>
&nbsp;

&nbsp;<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/pepites/pepite-1-gloom-jeu-video/">Pépite Jeu Indé n°1 : Gloom</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => <p><img width="1435" height="695" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/0.-You-Perished-in-a-Dream.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/0.-You-Perished-in-a-Dream.jpg 1435w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/0.-You-Perished-in-a-Dream-150x73.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/0.-You-Perished-in-a-Dream-300x145.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/0.-You-Perished-in-a-Dream-768x372.jpg 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/0.-You-Perished-in-a-Dream-1024x496.jpg 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/0.-You-Perished-in-a-Dream-600x291.jpg 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/0.-You-Perished-in-a-Dream-245x119.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/0.-You-Perished-in-a-Dream-580x281.jpg 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/0.-You-Perished-in-a-Dream-700x339.jpg 700w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/0.-You-Perished-in-a-Dream-270x131.jpg 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/0.-You-Perished-in-a-Dream-500x242.jpg 500w" sizes="(max-width: 1435px) 100vw, 1435px" /></p>
<p style="text-align: justify;"><em>       Découvrez ici des pépites du jeu vidéo indépendant, en prémices de la prochaine édition du Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg (14 au 23 septembre) et de sa programmation "jeux vidéo et réalité virtuelle", dont le Shadok est partenaire. </em><em>Allant du grand classique devenu incontournable, à la dernière sortie encore confidentielle, ces pépites vous permettront de découvrir la richesse, la profondeur et la diversité de la création contemporaine dans le domaine du jeu vidéo indépendant. </em><em>Aujourd'hui, nous parlons du jeu : <strong>GLOOM</strong>.</em></p>
<p>&nbsp;</p>
<p>https://www.youtube.com/watch?v=upXlfIwNWd0</p>
<p>&nbsp;</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>               </strong>Ces dernières années ont vu naître deux tendances opposées dans l’univers du jeu vidéo : d’un côté, la <strong>casualisation</strong>, consistant à rendre les jeux toujours plus accessibles, et de l’autre, le <strong>hardcore gaming</strong>, visant à produire des jeux de plus en plus difficiles, exigeants, voire punitifs. La série des <strong>Dark Souls</strong>, devenue mythique pour son extrême difficulté et son univers très sombre, typé dark fantasy, est devenue une source d’inspiration essentielle pour de nombreux jeux vidéo, jusqu’à donner naissance à un genre de jeux à part entière : les <strong>« Souls Like »</strong>.</p>
<p style="text-align: justify;">          C’est à cette catégorie de jeux qu’appartient notre pépite de cette semaine : <strong>GLOOM</strong>. Développé par le studio finlandais <strong>Hunchback Studio</strong>, piloté par <strong>Alexis Sirvio</strong>, le créateur du jeu, et mis en musique par <strong>Valtteri Hanhijoki</strong>, GLOOM vous propose de plonger dans un monde cauchemardesque directement inspiré de l’univers de <strong>Howard P. Lovecraft</strong>. Vous y incarnez un rêveur anonyme, égaré  dans les limbes du <strong>Rêve Commun</strong>. Votre mission est de retrouver votre identité en récoltant les pages perdues du <strong>« Necromicon »</strong>, le livre des morts, débloquées à la fin de chaque niveau.</p>
<p>&nbsp;</p>
<p><img class="aligncenter wp-image-12720" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/1.-Un-village-de-départ-pas-si-paisible-1-e1527683992490.jpg" width="628" height="354" /></p>
<p style="text-align: center;"><em>Un village pas si paisible... </em></p>
<p>&nbsp;</p>
<p style="text-align: justify;">        Malgré les apparences, GLOOM n’appartient pas à la catégorie des jeux de plateforme traditionnels. Il s’agit en effet d’un <strong>« Rogue-like »</strong>, en référence au jeu « Rogue », sorti en 1980. Le principe de Rogue repose en effet sur l’exploration d’un souterrain, dont les salles sont générées et agencées de façon aléatoire : on parle de <strong>« génération procédurale »</strong> dans le langage des développeurs. Autrement dit, à chaque nouvelle partie de GLOOM que vous lancez, vous ne savez jamais à l’avance quelle sera la configuration de salles et de monstres que vous allez rencontrer sur votre chemin.</p>
<p style="text-align: justify;">              Seconde caractéristique structurelle, GLOOM utilise le mécanisme de la <strong>« Permadeath »</strong>, ou <strong>« mort permanente »</strong>. Autrement dit, à chaque fois que vous mourrez dans GLOOM, il faut TOUT recommencer à zéro. Absolument rien n’est conservé d’une tentative à l’autre, si ce n’est l’expérience de jeu que vous accumulez dans la douleur et bien malgré vous au fur et à mesure des parties. Avec GLOOM, on est donc bien loin de satisfaire la pulsion capitaliste qu’incarne habituellement le jeu vidéo, nous poussant à accumuler autant que possible niveaux, équipements et trésors.</p>
<p>&nbsp;</p>
<p><img class="aligncenter wp-image-12704" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/2.-Améliorer-son-arme-à-la-forge-en-cours-de-run-e1527683181349.jpg" width="608" height="338" /></p>
<p style="text-align: center;"><em>Le passage par la forge permet d'améliorer temporairement armes et pistolets</em></p>
<p>&nbsp;</p>
<p style="text-align: justify;">                GLOOM est avec évidence un jeu qui fonctionne sur la frustration. Les parties, appelées des <strong>« runs »</strong>, sont assez courtes (10 minutes environ), et vous serez donc à chaque fois tenté d’en lancer une de plus, espérant ainsi conquérir une ou deux salles supplémentaires dans l’exploration du souterrain. Chaque nouvelle tentative vient nourrir en vous l’espoir de rassembler enfin la bonne combinaison d’armes, de bonus et de salles, qui vous permettra cette fois de parvenir à la fin du jeu, si convoitée, alors que finalement tout à fait abstraite et indéterminée. L’apparition intempestive d’adversaires, de bonus ou de boss, vient encore rajouter du piment à l’aventure, plongeant le joueur dans un état d’alerte permanent.</p>
<p style="text-align: justify;">               GLOOM paraîtra sans doute bien ingrat à bien des joueurs, et risque d’en décourager plus d’un dès les premières heures de jeu. Mais au fur et à mesure des parties, votre technique acquiert de plus en plus de finesse et accède à un degré de qualité supérieur. Vous vous engagez progressivement dans un corps à corps resserré avec la matière même du jeu vidéo, avec, à la clef, le sentiment d’une compréhension claire et lucide du jeu et de ses mécanismes. Avec GLOOM, le joueur tente une fois encore de réaliser l’un des plus vieux rêves de l’histoire du jeu vidéo : réussir, en une seule tentative, la partie parfaite. Parvenir pour la première fois à la fin du jeu déclenchera en vous un bel accès de <strong>« fiero »</strong>, la fierté du joueur, et l'affect spécifique du jeu vidéo en général.</p>
<p>&nbsp;</p>
<p><img class="aligncenter wp-image-12707" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/Will-you-enter-the-Amphitheatre--e1527683275691.jpg" width="594" height="328" /></p>
<p style="text-align: center;"><em>Invitation exclusive du "Maestro" à pénétrer dans l'Amphithéâtre</em></p>
<p>&nbsp;</p>
<p style="text-align: justify;">            En définitive, la véritable récompense que propose GLOOM, c’est l’accès à des niveaux très avancés de concentration et d’absorption dans le jeu, prenant ainsi le contre-pied de la tendance actuelle consistant à multiplier le nombre de tâches réalisées simultanément, empêchant le cerveau de s’absorber dans aucune. Malgré son univers cauchemardesque (ou peut-être grâce à la répulsion qu’il suscite), GLOOM vient pourtant paradoxalement mettre l’accent sur ce que le jeu a de meilleur à nous donner : une forte impulsion à nous améliorer, à faire advenir la meilleure version de soi, à développer une foi solide dans l’avenir et une confiance inébranlable dans sa propre capacité à surmonter les obstacles, même les plus difficiles.</p>
<p>&nbsp;</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Sortie </strong>: avril 2017</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Accès</strong> : via Steam pour 10€</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Supports </strong>: PC, Mac et Linux</p>
<p>&nbsp;</p>
<p>&nbsp;</p>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/pepites/pepite-1-gloom-jeu-video/">Pépite Jeu Indé n°1 : Gloom</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p><img width="1435" height="695" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/0.-You-Perished-in-a-Dream.jpg" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/0.-You-Perished-in-a-Dream.jpg 1435w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/0.-You-Perished-in-a-Dream-150x73.jpg 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/0.-You-Perished-in-a-Dream-300x145.jpg 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/0.-You-Perished-in-a-Dream-768x372.jpg 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/0.-You-Perished-in-a-Dream-1024x496.jpg 1024w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/0.-You-Perished-in-a-Dream-600x291.jpg 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/0.-You-Perished-in-a-Dream-245x119.jpg 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/0.-You-Perished-in-a-Dream-580x281.jpg 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/0.-You-Perished-in-a-Dream-700x339.jpg 700w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/0.-You-Perished-in-a-Dream-270x131.jpg 270w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/0.-You-Perished-in-a-Dream-500x242.jpg 500w" sizes="(max-width: 1435px) 100vw, 1435px" /></p><p style="text-align: justify;"><em>       Découvrez ici des pépites du jeu vidéo indépendant, en prémices de la prochaine édition du Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg (14 au 23 septembre) et de sa programmation "jeux vidéo et réalité virtuelle", dont le Shadok est partenaire. </em><em>Allant du grand classique devenu incontournable, à la dernière sortie encore confidentielle, ces pépites vous permettront de découvrir la richesse, la profondeur et la diversité de la création contemporaine dans le domaine du jeu vidéo indépendant. </em><em>Aujourd'hui, nous parlons du jeu : <strong>GLOOM</strong>.</em></p>
&nbsp;

https://www.youtube.com/watch?v=upXlfIwNWd0

&nbsp;
<p style="text-align: justify;"><strong>               </strong>Ces dernières années ont vu naître deux tendances opposées dans l’univers du jeu vidéo : d’un côté, la <strong>casualisation</strong>, consistant à rendre les jeux toujours plus accessibles, et de l’autre, le <strong>hardcore gaming</strong>, visant à produire des jeux de plus en plus difficiles, exigeants, voire punitifs. La série des <strong>Dark Souls</strong>, devenue mythique pour son extrême difficulté et son univers très sombre, typé dark fantasy, est devenue une source d’inspiration essentielle pour de nombreux jeux vidéo, jusqu’à donner naissance à un genre de jeux à part entière : les <strong>« Souls Like »</strong>.</p>
<p style="text-align: justify;">          C’est à cette catégorie de jeux qu’appartient notre pépite de cette semaine : <strong>GLOOM</strong>. Développé par le studio finlandais <strong>Hunchback Studio</strong>, piloté par <strong>Alexis Sirvio</strong>, le créateur du jeu, et mis en musique par <strong>Valtteri Hanhijoki</strong>, GLOOM vous propose de plonger dans un monde cauchemardesque directement inspiré de l’univers de <strong>Howard P. Lovecraft</strong>. Vous y incarnez un rêveur anonyme, égaré  dans les limbes du <strong>Rêve Commun</strong>. Votre mission est de retrouver votre identité en récoltant les pages perdues du <strong>« Necromicon »</strong>, le livre des morts, débloquées à la fin de chaque niveau.</p>
&nbsp;

<img class="aligncenter wp-image-12720" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/1.-Un-village-de-départ-pas-si-paisible-1-e1527683992490.jpg" width="628" height="354" />
<p style="text-align: center;"><em>Un village pas si paisible... </em></p>
&nbsp;
<p style="text-align: justify;">        Malgré les apparences, GLOOM n’appartient pas à la catégorie des jeux de plateforme traditionnels. Il s’agit en effet d’un <strong>« Rogue-like »</strong>, en référence au jeu « Rogue », sorti en 1980. Le principe de Rogue repose en effet sur l’exploration d’un souterrain, dont les salles sont générées et agencées de façon aléatoire : on parle de <strong>« génération procédurale »</strong> dans le langage des développeurs. Autrement dit, à chaque nouvelle partie de GLOOM que vous lancez, vous ne savez jamais à l’avance quelle sera la configuration de salles et de monstres que vous allez rencontrer sur votre chemin.</p>
<p style="text-align: justify;">              Seconde caractéristique structurelle, GLOOM utilise le mécanisme de la <strong>« Permadeath »</strong>, ou <strong>« mort permanente »</strong>. Autrement dit, à chaque fois que vous mourrez dans GLOOM, il faut TOUT recommencer à zéro. Absolument rien n’est conservé d’une tentative à l’autre, si ce n’est l’expérience de jeu que vous accumulez dans la douleur et bien malgré vous au fur et à mesure des parties. Avec GLOOM, on est donc bien loin de satisfaire la pulsion capitaliste qu’incarne habituellement le jeu vidéo, nous poussant à accumuler autant que possible niveaux, équipements et trésors.</p>
&nbsp;

<img class="aligncenter wp-image-12704" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/2.-Améliorer-son-arme-à-la-forge-en-cours-de-run-e1527683181349.jpg" width="608" height="338" />
<p style="text-align: center;"><em>Le passage par la forge permet d'améliorer temporairement armes et pistolets</em></p>
&nbsp;
<p style="text-align: justify;">                GLOOM est avec évidence un jeu qui fonctionne sur la frustration. Les parties, appelées des <strong>« runs »</strong>, sont assez courtes (10 minutes environ), et vous serez donc à chaque fois tenté d’en lancer une de plus, espérant ainsi conquérir une ou deux salles supplémentaires dans l’exploration du souterrain. Chaque nouvelle tentative vient nourrir en vous l’espoir de rassembler enfin la bonne combinaison d’armes, de bonus et de salles, qui vous permettra cette fois de parvenir à la fin du jeu, si convoitée, alors que finalement tout à fait abstraite et indéterminée. L’apparition intempestive d’adversaires, de bonus ou de boss, vient encore rajouter du piment à l’aventure, plongeant le joueur dans un état d’alerte permanent.</p>
<p style="text-align: justify;">               GLOOM paraîtra sans doute bien ingrat à bien des joueurs, et risque d’en décourager plus d’un dès les premières heures de jeu. Mais au fur et à mesure des parties, votre technique acquiert de plus en plus de finesse et accède à un degré de qualité supérieur. Vous vous engagez progressivement dans un corps à corps resserré avec la matière même du jeu vidéo, avec, à la clef, le sentiment d’une compréhension claire et lucide du jeu et de ses mécanismes. Avec GLOOM, le joueur tente une fois encore de réaliser l’un des plus vieux rêves de l’histoire du jeu vidéo : réussir, en une seule tentative, la partie parfaite. Parvenir pour la première fois à la fin du jeu déclenchera en vous un bel accès de <strong>« fiero »</strong>, la fierté du joueur, et l'affect spécifique du jeu vidéo en général.</p>
&nbsp;

<img class="aligncenter wp-image-12707" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/05/Will-you-enter-the-Amphitheatre--e1527683275691.jpg" width="594" height="328" />
<p style="text-align: center;"><em>Invitation exclusive du "Maestro" à pénétrer dans l'Amphithéâtre</em></p>
&nbsp;
<p style="text-align: justify;">            En définitive, la véritable récompense que propose GLOOM, c’est l’accès à des niveaux très avancés de concentration et d’absorption dans le jeu, prenant ainsi le contre-pied de la tendance actuelle consistant à multiplier le nombre de tâches réalisées simultanément, empêchant le cerveau de s’absorber dans aucune. Malgré son univers cauchemardesque (ou peut-être grâce à la répulsion qu’il suscite), GLOOM vient pourtant paradoxalement mettre l’accent sur ce que le jeu a de meilleur à nous donner : une forte impulsion à nous améliorer, à faire advenir la meilleure version de soi, à développer une foi solide dans l’avenir et une confiance inébranlable dans sa propre capacité à surmonter les obstacles, même les plus difficiles.</p>
&nbsp;
<p style="text-align: justify;"><strong>Sortie </strong>: avril 2017</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Accès</strong> : via Steam pour 10€</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Supports </strong>: PC, Mac et Linux</p>
&nbsp;

&nbsp;<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/pepites/pepite-1-gloom-jeu-video/">Pépite Jeu Indé n°1 : Gloom</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [category@term] => Pépites
                    [category#2@term] => jeux vidéo
                    [category#3@term] => gloom
                    [category#4@term] => pépites
                    [category#5@term] => lovecraft
                    [date_timestamp] => 1528717791
                )

            [18] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Bourse aux projets Jeunes Talents 2018 – Appel à candidatures
                    [link#] => 1
                    [link] => https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/bourse-projets-jeunes-talents/
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Mon, 30 Apr 2018 12:08:56 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Administrateurs Shadok
                            [subject#] => 5
                            [subject] => blog
                            [subject#2] => bourse
                            [subject#3] => projets jeunes talents
                            [subject#4] => 2018
                            [subject#5] => candidature
                        )

                    [category#] => 5
                    [category] => blog
                    [category#2] => bourse
                    [category#3] => projets jeunes talents
                    [category#4] => 2018
                    [category#5] => candidature
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => https://www.shadok.strasbourg.eu/?p=11773
                    [description#] => 1
                    [description] => <p><img width="1711" height="2312" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/BAPJT_marqueur.png" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="bourse aux projets jeunes talents" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/BAPJT_marqueur.png 1711w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/BAPJT_marqueur-150x203.png 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/BAPJT_marqueur-300x405.png 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/BAPJT_marqueur-768x1038.png 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/BAPJT_marqueur-758x1024.png 758w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/BAPJT_marqueur-600x811.png 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/BAPJT_marqueur-245x331.png 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/BAPJT_marqueur-580x784.png 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/BAPJT_marqueur-278x375.png 278w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/BAPJT_marqueur-200x270.png 200w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/BAPJT_marqueur-500x676.png 500w" sizes="(max-width: 1711px) 100vw, 1711px" /></p>
<p><span style="color: #000000;">La Bourse aux projets jeunes talents</span> (*) est un dispositif qui vise à valoriser le talent des jeunes et à soutenir les projets innovants et expérimentaux qui émanent de collectifs de jeunes âgés de 16 à 25 ans organisés ou non en association.</p>
<p>Ce soutien est à la fois méthodologique, technique et financier.</p>
<p>&nbsp;</p>
<h4>Pour quels projets ?</h4>
<p>Les projets soutenus peuvent être collectifs ou associatifs (**). Ils doivent relever de l’intérêt général local. Une attention toute particulière sera portée par le jury aux projets favorisant l’acte d’entreprendre chez les jeunes, valorisant leurs actions et leurs talents et privilégiant la prise de responsabilités et l’autonomi</p>
<p>Tous les projets sont recevables à l’exception :</p>
<p>• des projets individuels (portés par une seule personne),</p>
<p>• des projets d’étude et de formation,</p>
<p>• des projets de vacances, de consommationde loisirs, de participation à des compétitions,</p>
<p>• tout projet qui n’est pas à l’initiative directe du candidat.</p>
<p>&nbsp;</p>
<h4>Comment participer à la Bourse aux projets Jeunes Talents ?</h4>
<p>&nbsp;</p>
<h5>1. La bonne idée</h5>
<p>Vous avez une idée de projet ? Vous voulez en savoir plus sur l’aide qui pourrait vous être apportée ? Prenez rendez-vous avec un technicien de la Mission Jeunesse. Cette rencontre permettra de vérifier la recevabilité de votre idée, de définir le mode de soutien dont vous avez besoin et de retirer un dossier de candidature.</p>
<h5>2. L'élaboration du projet</h5>
<p>Vous devez construire votre projet, c’est-à-dire débattre, réfléchir, rencontrer ,des partenaires potentiels, des financeurs, rédiger le dossier, préparer la présentation du dossier et les supports nécessaires (film, power point, CD, photos, textes…).</p>
<h5>3. Le dépôt du dossier</h5>
<p>Retrouvez les modalités et les dates de dépôt de dossier auprès de la mission jeunesse sur le site de la ville www.strasbourg.eu/bourse-projets</p>
<h5>4. Le jury</h5>
<p>Vous présenterez votre projet devant un jury composé d’élus et de techniciens. Les bourses allouées seront d’un montant maximum de 2 000€, elles ne peuvent pas financer la totalité du projet.</p>
<p>&nbsp;</p>
<hr />
<h4><strong>Plus d'informations :</strong></h4>
<p>&nbsp;</p>
<p>Présentation complète du dispositif et dossier de candidature : <a href="https://www.strasbourg.eu/bourse-projets">https://www.strasbourg.eu/bourse-projets</a></p>
<p>Toutes les infos en PDF : <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/bourse_jeunes_2018.pdf">cliquez ici.</a></p>
<p>Contact – <span style="color: #000000;">Mission Jeunesse :<br />
<span style="color: #808080;">Tél. : 03.68.98.69.52 ou 03.88.68.69.53<br />
<a href="mailto:mission.jeunesse@strasbourg.eu">mission.jeunesse@strasbourg.eu</a></span><br />
</span></p>
<hr />
<p>&nbsp;</p>
<p>* <em>Le règlement de la Bourse aux projets jeunes talents est disponible sur le site <a href="https://www.strasbourg.eu/bourse-projets">www.strasbourg.eu/bourse-projets</a></em></p>
<p>** <em>À l’exception des associations déjà financées par la Ville ou l’Eurométropole de Strasbourg au titre du soutien à leur fonctionnement</em><br />
<em> ou du soutien à un projet quelconque.</em></p>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/bourse-projets-jeunes-talents/">Bourse aux projets Jeunes Talents 2018 – Appel à candidatures</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p><img width="1711" height="2312" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/BAPJT_marqueur.png" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="bourse aux projets jeunes talents" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/BAPJT_marqueur.png 1711w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/BAPJT_marqueur-150x203.png 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/BAPJT_marqueur-300x405.png 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/BAPJT_marqueur-768x1038.png 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/BAPJT_marqueur-758x1024.png 758w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/BAPJT_marqueur-600x811.png 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/BAPJT_marqueur-245x331.png 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/BAPJT_marqueur-580x784.png 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/BAPJT_marqueur-278x375.png 278w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/BAPJT_marqueur-200x270.png 200w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/BAPJT_marqueur-500x676.png 500w" sizes="(max-width: 1711px) 100vw, 1711px" /></p><span style="color: #000000;">La Bourse aux projets jeunes talents</span> (*) est un dispositif qui vise à valoriser le talent des jeunes et à soutenir les projets innovants et expérimentaux qui émanent de collectifs de jeunes âgés de 16 à 25 ans organisés ou non en association.

Ce soutien est à la fois méthodologique, technique et financier.

&nbsp;
<h4>Pour quels projets ?</h4>
Les projets soutenus peuvent être collectifs ou associatifs (**). Ils doivent relever de l’intérêt général local. Une attention toute particulière sera portée par le jury aux projets favorisant l’acte d’entreprendre chez les jeunes, valorisant leurs actions et leurs talents et privilégiant la prise de responsabilités et l’autonomi

Tous les projets sont recevables à l’exception :

• des projets individuels (portés par une seule personne),

• des projets d’étude et de formation,

• des projets de vacances, de consommationde loisirs, de participation à des compétitions,

• tout projet qui n’est pas à l’initiative directe du candidat.

&nbsp;
<h4>Comment participer à la Bourse aux projets Jeunes Talents ?</h4>
&nbsp;
<h5>1. La bonne idée</h5>
Vous avez une idée de projet ? Vous voulez en savoir plus sur l’aide qui pourrait vous être apportée ? Prenez rendez-vous avec un technicien de la Mission Jeunesse. Cette rencontre permettra de vérifier la recevabilité de votre idée, de définir le mode de soutien dont vous avez besoin et de retirer un dossier de candidature.
<h5>2. L'élaboration du projet</h5>
Vous devez construire votre projet, c’est-à-dire débattre, réfléchir, rencontrer ,des partenaires potentiels, des financeurs, rédiger le dossier, préparer la présentation du dossier et les supports nécessaires (film, power point, CD, photos, textes…).
<h5>3. Le dépôt du dossier</h5>
Retrouvez les modalités et les dates de dépôt de dossier auprès de la mission jeunesse sur le site de la ville www.strasbourg.eu/bourse-projets
<h5>4. Le jury</h5>
Vous présenterez votre projet devant un jury composé d’élus et de techniciens. Les bourses allouées seront d’un montant maximum de 2 000€, elles ne peuvent pas financer la totalité du projet.

&nbsp;

<hr />

<h4><strong>Plus d'informations :</strong></h4>
&nbsp;

Présentation complète du dispositif et dossier de candidature : <a href="https://www.strasbourg.eu/bourse-projets">https://www.strasbourg.eu/bourse-projets</a>

Toutes les infos en PDF : <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/bourse_jeunes_2018.pdf">cliquez ici.</a>

Contact – <span style="color: #000000;">Mission Jeunesse :
<span style="color: #808080;">Tél. : 03.68.98.69.52 ou 03.88.68.69.53
<a href="mailto:mission.jeunesse@strasbourg.eu">mission.jeunesse@strasbourg.eu</a></span>
</span>

<hr />

&nbsp;

* <em>Le règlement de la Bourse aux projets jeunes talents est disponible sur le site <a href="https://www.strasbourg.eu/bourse-projets">www.strasbourg.eu/bourse-projets</a></em>

** <em>À l’exception des associations déjà financées par la Ville ou l’Eurométropole de Strasbourg au titre du soutien à leur fonctionnement</em>
<em> ou du soutien à un projet quelconque.</em><p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/bourse-projets-jeunes-talents/">Bourse aux projets Jeunes Talents 2018 – Appel à candidatures</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => <p><img width="1711" height="2312" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/BAPJT_marqueur.png" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="bourse aux projets jeunes talents" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/BAPJT_marqueur.png 1711w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/BAPJT_marqueur-150x203.png 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/BAPJT_marqueur-300x405.png 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/BAPJT_marqueur-768x1038.png 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/BAPJT_marqueur-758x1024.png 758w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/BAPJT_marqueur-600x811.png 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/BAPJT_marqueur-245x331.png 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/BAPJT_marqueur-580x784.png 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/BAPJT_marqueur-278x375.png 278w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/BAPJT_marqueur-200x270.png 200w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/BAPJT_marqueur-500x676.png 500w" sizes="(max-width: 1711px) 100vw, 1711px" /></p>
<p><span style="color: #000000;">La Bourse aux projets jeunes talents</span> (*) est un dispositif qui vise à valoriser le talent des jeunes et à soutenir les projets innovants et expérimentaux qui émanent de collectifs de jeunes âgés de 16 à 25 ans organisés ou non en association.</p>
<p>Ce soutien est à la fois méthodologique, technique et financier.</p>
<p>&nbsp;</p>
<h4>Pour quels projets ?</h4>
<p>Les projets soutenus peuvent être collectifs ou associatifs (**). Ils doivent relever de l’intérêt général local. Une attention toute particulière sera portée par le jury aux projets favorisant l’acte d’entreprendre chez les jeunes, valorisant leurs actions et leurs talents et privilégiant la prise de responsabilités et l’autonomi</p>
<p>Tous les projets sont recevables à l’exception :</p>
<p>• des projets individuels (portés par une seule personne),</p>
<p>• des projets d’étude et de formation,</p>
<p>• des projets de vacances, de consommationde loisirs, de participation à des compétitions,</p>
<p>• tout projet qui n’est pas à l’initiative directe du candidat.</p>
<p>&nbsp;</p>
<h4>Comment participer à la Bourse aux projets Jeunes Talents ?</h4>
<p>&nbsp;</p>
<h5>1. La bonne idée</h5>
<p>Vous avez une idée de projet ? Vous voulez en savoir plus sur l’aide qui pourrait vous être apportée ? Prenez rendez-vous avec un technicien de la Mission Jeunesse. Cette rencontre permettra de vérifier la recevabilité de votre idée, de définir le mode de soutien dont vous avez besoin et de retirer un dossier de candidature.</p>
<h5>2. L'élaboration du projet</h5>
<p>Vous devez construire votre projet, c’est-à-dire débattre, réfléchir, rencontrer ,des partenaires potentiels, des financeurs, rédiger le dossier, préparer la présentation du dossier et les supports nécessaires (film, power point, CD, photos, textes…).</p>
<h5>3. Le dépôt du dossier</h5>
<p>Retrouvez les modalités et les dates de dépôt de dossier auprès de la mission jeunesse sur le site de la ville www.strasbourg.eu/bourse-projets</p>
<h5>4. Le jury</h5>
<p>Vous présenterez votre projet devant un jury composé d’élus et de techniciens. Les bourses allouées seront d’un montant maximum de 2 000€, elles ne peuvent pas financer la totalité du projet.</p>
<p>&nbsp;</p>
<hr />
<h4><strong>Plus d'informations :</strong></h4>
<p>&nbsp;</p>
<p>Présentation complète du dispositif et dossier de candidature : <a href="https://www.strasbourg.eu/bourse-projets">https://www.strasbourg.eu/bourse-projets</a></p>
<p>Toutes les infos en PDF : <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/bourse_jeunes_2018.pdf">cliquez ici.</a></p>
<p>Contact – <span style="color: #000000;">Mission Jeunesse :<br />
<span style="color: #808080;">Tél. : 03.68.98.69.52 ou 03.88.68.69.53<br />
<a href="mailto:mission.jeunesse@strasbourg.eu">mission.jeunesse@strasbourg.eu</a></span><br />
</span></p>
<hr />
<p>&nbsp;</p>
<p>* <em>Le règlement de la Bourse aux projets jeunes talents est disponible sur le site <a href="https://www.strasbourg.eu/bourse-projets">www.strasbourg.eu/bourse-projets</a></em></p>
<p>** <em>À l’exception des associations déjà financées par la Ville ou l’Eurométropole de Strasbourg au titre du soutien à leur fonctionnement</em><br />
<em> ou du soutien à un projet quelconque.</em></p>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/bourse-projets-jeunes-talents/">Bourse aux projets Jeunes Talents 2018 – Appel à candidatures</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p><img width="1711" height="2312" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/BAPJT_marqueur.png" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="bourse aux projets jeunes talents" srcset="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/BAPJT_marqueur.png 1711w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/BAPJT_marqueur-150x203.png 150w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/BAPJT_marqueur-300x405.png 300w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/BAPJT_marqueur-768x1038.png 768w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/BAPJT_marqueur-758x1024.png 758w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/BAPJT_marqueur-600x811.png 600w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/BAPJT_marqueur-245x331.png 245w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/BAPJT_marqueur-580x784.png 580w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/BAPJT_marqueur-278x375.png 278w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/BAPJT_marqueur-200x270.png 200w, https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/BAPJT_marqueur-500x676.png 500w" sizes="(max-width: 1711px) 100vw, 1711px" /></p><span style="color: #000000;">La Bourse aux projets jeunes talents</span> (*) est un dispositif qui vise à valoriser le talent des jeunes et à soutenir les projets innovants et expérimentaux qui émanent de collectifs de jeunes âgés de 16 à 25 ans organisés ou non en association.

Ce soutien est à la fois méthodologique, technique et financier.

&nbsp;
<h4>Pour quels projets ?</h4>
Les projets soutenus peuvent être collectifs ou associatifs (**). Ils doivent relever de l’intérêt général local. Une attention toute particulière sera portée par le jury aux projets favorisant l’acte d’entreprendre chez les jeunes, valorisant leurs actions et leurs talents et privilégiant la prise de responsabilités et l’autonomi

Tous les projets sont recevables à l’exception :

• des projets individuels (portés par une seule personne),

• des projets d’étude et de formation,

• des projets de vacances, de consommationde loisirs, de participation à des compétitions,

• tout projet qui n’est pas à l’initiative directe du candidat.

&nbsp;
<h4>Comment participer à la Bourse aux projets Jeunes Talents ?</h4>
&nbsp;
<h5>1. La bonne idée</h5>
Vous avez une idée de projet ? Vous voulez en savoir plus sur l’aide qui pourrait vous être apportée ? Prenez rendez-vous avec un technicien de la Mission Jeunesse. Cette rencontre permettra de vérifier la recevabilité de votre idée, de définir le mode de soutien dont vous avez besoin et de retirer un dossier de candidature.
<h5>2. L'élaboration du projet</h5>
Vous devez construire votre projet, c’est-à-dire débattre, réfléchir, rencontrer ,des partenaires potentiels, des financeurs, rédiger le dossier, préparer la présentation du dossier et les supports nécessaires (film, power point, CD, photos, textes…).
<h5>3. Le dépôt du dossier</h5>
Retrouvez les modalités et les dates de dépôt de dossier auprès de la mission jeunesse sur le site de la ville www.strasbourg.eu/bourse-projets
<h5>4. Le jury</h5>
Vous présenterez votre projet devant un jury composé d’élus et de techniciens. Les bourses allouées seront d’un montant maximum de 2 000€, elles ne peuvent pas financer la totalité du projet.

&nbsp;

<hr />

<h4><strong>Plus d'informations :</strong></h4>
&nbsp;

Présentation complète du dispositif et dossier de candidature : <a href="https://www.strasbourg.eu/bourse-projets">https://www.strasbourg.eu/bourse-projets</a>

Toutes les infos en PDF : <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/04/bourse_jeunes_2018.pdf">cliquez ici.</a>

Contact – <span style="color: #000000;">Mission Jeunesse :
<span style="color: #808080;">Tél. : 03.68.98.69.52 ou 03.88.68.69.53
<a href="mailto:mission.jeunesse@strasbourg.eu">mission.jeunesse@strasbourg.eu</a></span>
</span>

<hr />

&nbsp;

* <em>Le règlement de la Bourse aux projets jeunes talents est disponible sur le site <a href="https://www.strasbourg.eu/bourse-projets">www.strasbourg.eu/bourse-projets</a></em>

** <em>À l’exception des associations déjà financées par la Ville ou l’Eurométropole de Strasbourg au titre du soutien à leur fonctionnement</em>
<em> ou du soutien à un projet quelconque.</em><p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/bourse-projets-jeunes-talents/">Bourse aux projets Jeunes Talents 2018 – Appel à candidatures</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [category@term] => blog
                    [category#2@term] => bourse
                    [category#3@term] => projets jeunes talents
                    [category#4@term] => 2018
                    [category#5@term] => candidature
                    [date_timestamp] => 1525090136
                )

            [19] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Focus – Réalité Virtuelle : le film dont vous êtes le héros
                    [link#] => 1
                    [link] => https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/focus-realite-virtuelle/
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Fri, 27 Apr 2018 10:42:49 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Administrateurs Shadok
                            [subject#] => 7
                            [subject] => 2018
                            [subject#2] => blog
                            [subject#3] => seppia
                            [subject#4] => réalité virtuelle
                            [subject#5] => VR
                            [subject#6] => feffs
                            [subject#7] => Shadok
                        )

                    [category#] => 7
                    [category] => 2018
                    [category#2] => blog
                    [category#3] => seppia
                    [category#4] => réalité virtuelle
                    [category#5] => VR
                    [category#6] => feffs
                    [category#7] => Shadok
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => https://www.shadok.strasbourg.eu/?p=11707
                    [description#] => 1
                    [description] => <p><img width="700" height="370" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/03/cinemaVR_fb_banner.gif" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="cinéma VR shadok feffs seppia" /></p>
<p style="text-align: left;"><span style="color: #000000;">2018 est synonyme de Réalité Virtuelle</span> (ou VR pour <em>Virtual Reality)</em> <span style="color: #808080;"><a style="color: #808080;" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">au Shadok</a></span>, qui renforce son accompagnement du <a href="http://strasbourgfestival.com/"><span style="color: #808080;">Festival du Film Fantastique de Strasbourg</span></a> (FEFFS), en partenariat avec <span style="color: #808080;"><a style="color: #808080;" href="https://seppia.eu/">la société de production Seppia</a></span>, dans l’exploration de ces dispositifs innovants et de leurs possibles.</p>
<p style="text-align: left;">Ainsi, tout au long de cette année sont programmées six séances de cinéma en Réalité Virtuelle. Vous pouvez faire l'expérience d'une immersion à 360° dans un documentaire ou une fiction, via un casque et un espace dédié*.</p>
<p style="text-align: left;">-</p>
<p style="text-align: justify;">Dès le mois de mai, toujours en partenariat avec le FEFFS et Seppia Interactive, <span style="color: #000000;">une station de réalité virtuelle sera installée <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu">au Shadok</a></span>.</p>
<p style="text-align: justify;">Le principe : 1 film découverte proposé tous les trimestres et 3 créneaux possibles, les mercredis, samedis et dimanches entre 14h et 18h. A disposition, 2 casques, un espace dédié, un accompagnement par l'équipe de médiation du Shadok et, en continu, une vidéo pédagogique expliquant le dispositif de réalité virtuelle.</p>
<p>-</p>
<p style="text-align: justify;">Pour <span style="color: #000000;">Cédric Bonin</span>, co-gérant et producteur chez Seppia, la VR est avant tout un « <em>nouveau média interactif offrant de nouvelles possibilités</em> ». L'entrepreneur strasbourgeois spécialisé dans les documentaires pour le cinéma, la télé et Internet, voit donc dans ce médium, non seulement un potentiel narratif mais aussi la possibilité de toucher d'autres audiences, « <em>la VR fait partie de notre envie de s'adresser au public d'aujourd'hui et de demain</em> ». Une attitude résolument tournée vers l'avenir et que Cédric qualifie pour sa part de "pro-active".</p>
<p style="text-align: justify;">Avec 95% de la production cinématographique basée en région parisienne, le challenge de Seppia est donc d'être « <em>toujours innovant en matière de production</em> ». Pour Cédric il faut ainsi « <em>chercher l'écran le plus adapté à l'histoire que l'on souhaite raconter</em> » et dans cette logique, la VR permet justement « <em>d'aller là où on ne peut pas être </em>». Abysses, confins de l'espace ou voyage dans le temps, l'immersion est totale et le spectateur est littéralement embarqué dans l'histoire, « <em>le cerveau est trompé, un certain nombre de sens sont décuplés</em> ».</p>
<p style="text-align: justify;">Se pose alors la question de la place du spectateur, tantôt témoin omniscient tantôt acteur lui-même du film, « <em>on doit se demander où l'on va placer le spectateur, quelle va être la position de la caméra, des protagonistes. On est plus proche de la scénographie du théâtre ou de la danse </em>».</p>
<p style="text-align: justify;">Le cinéma en Réalité Virtuelle est donc un médium à réinventer constamment si bien qu'on en vient à se demander s’il s'agit bien encore de cinéma à proprement parler. Pour Cédric, aucun doute là-dessus, car si on y réfléchit bien, « <em>la VR, ça reste un écran</em> ».</p>
<p>-</p>
<p style="text-align: justify;"><span style="color: #000000;">Daniel Cohen</span>, directeur du FEFFS, avoue, lui, avoir eu un véritable coup de cœur pour la VR, « <em>j'ai tout de suite eu envie de partager cela avec le public</em> ». C'est en visionnant <em>Catatonique</em>, un film d'horreur à la première personne, qu'il a d'emblée saisi le potentiel de ce nouveau format. « <em>C'est une révolution technologique qui va permettre de montrer de nouveaux types d'œuvres et il y a de plus en plus de production, de diffusion </em>». Soutien du Centre National du Cinéma (CNC), exploitants créant des salles de VR, pour Daniel « <em>ces signes montrent que les personnes du cinéma croient au futur de cette technologie</em> ».</p>
<p style="text-align: justify;">Ainsi, les « <em>planètes étaient bien alignées</em> » et c'est tout naturellement que Seppia est venu soutenir le FEFFS dans sa volonté de présenter du cinéma en Réalité Virtuelle durant l’événement, au même titre que des films classiques. De là l'envie également de « <em>développer cela hors du festival</em> » et au Shadok cette fois. Partenaire du FEFFS, c'est pour Daniel, « <em>le lieu adéquate</em> » et qui permet « <em>de fusionner le public du FEFFS et celui du Shadok</em> ». « <em>Il y a une forte demande (...) on a déjà fait des séances à guichet fermé</em> », un fort engouement donc, pour cette nouvelle forme de cinéma que Daniel qualifie "d'expérience collective".</p>
<p style="text-align: justify;">Car l'idée de ces projections de cinéma en VR c'est aussi pour Daniel l'occasion « <em>d'aller à l'encontre de l'isolement</em> ». Ce cinéma, trop souvent vu comme coupé du monde, Daniel veut au contraire le présenter comme proche du spectacle et parle, « <em>d'immersion à plusieurs</em> » : « <em>le public va vivre en même temps l'expérience, on va tous voir la même chose en même temps avec d'autres spectateurs autour de soi, c'est un spectacle public</em> » renchérit-il.</p>
<p style="text-align: justify;">Un spectacle désormais pour tous mais qui était déjà mis en scène dans les films de science-fiction il y a presque 30 ans, « <em>la VR, on voyait ça comme un fantasme (...) aujourd'hui le futur nous a rattrapé</em> ».</p>
<p>&nbsp;</p>
<hr />
<p>&nbsp;</p>
<h4 style="text-align: justify;"><span style="color: #000000;"><b>+ d'infos sur les évènements :</b></span></h4>
<p>&nbsp;</p>
<p style="text-align: justify;"><a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/agenda/vr-cinema/2018-06-19/"><span style="color: #14b0cc;"><strong>Cinéma VR</strong></span></a></p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Mardi 19 juin à 19h15, 20h15, 21h15 et 22h15</strong></p>
<p style="text-align: justify;">5 mini films pour une durée totale de 30 minutes.</p>
<p style="text-align: justify;">Tarif unique de 6€ (billets disponibles sur le site du FEFFS, attention, places limitées)</p>
<p style="text-align: justify;">Où : Le Salon</p>
<p style="text-align: justify;"><strong> </strong></p>
<p style="text-align: justify;"><a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/agenda/dolphin-man/2018-05-16/"><span style="color: #14b0cc;"><strong>Station VR </strong></span></a></p>
<p style="text-align: justify;">Dispositif audiovisuel en réalité virtuelle</p>
<p style="text-align: justify;"><em>Dolphin Man</em> de Benoît Lichté</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>A PARTIR DU 16 MAI</strong></p>
<p style="text-align: justify;">TOUS LES MERCREDIS, SAMEDIS ET DIMANCHES DE 14H À 18H</p>
<p style="text-align: justify;">Où : Le Plateau</p>
<hr />
<p>&nbsp;</p>
<p><em><span style="color: #000000;"><strong>*Attention</strong></span> l’accès aux casques de réalité virtuelle n’est pas recommandé aux personnes de moins de 12 ans, femmes enceintes, personnes épileptiques et souffrant de fortes déficiences cardiaques.</em></p>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/focus-realite-virtuelle/">Focus – Réalité Virtuelle : le film dont vous êtes le héros</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p><img width="700" height="370" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/03/cinemaVR_fb_banner.gif" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="cinéma VR shadok feffs seppia" /></p><p style="text-align: left;"><span style="color: #000000;">2018 est synonyme de Réalité Virtuelle</span> (ou VR pour <em>Virtual Reality)</em> <span style="color: #808080;"><a style="color: #808080;" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">au Shadok</a></span>, qui renforce son accompagnement du <a href="http://strasbourgfestival.com/"><span style="color: #808080;">Festival du Film Fantastique de Strasbourg</span></a> (FEFFS), en partenariat avec <span style="color: #808080;"><a style="color: #808080;" href="https://seppia.eu/">la société de production Seppia</a></span>, dans l’exploration de ces dispositifs innovants et de leurs possibles.</p>
<p style="text-align: left;">Ainsi, tout au long de cette année sont programmées six séances de cinéma en Réalité Virtuelle. Vous pouvez faire l'expérience d'une immersion à 360° dans un documentaire ou une fiction, via un casque et un espace dédié*.</p>
<p style="text-align: left;">-</p>
<p style="text-align: justify;">Dès le mois de mai, toujours en partenariat avec le FEFFS et Seppia Interactive, <span style="color: #000000;">une station de réalité virtuelle sera installée <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu">au Shadok</a></span>.</p>
<p style="text-align: justify;">Le principe : 1 film découverte proposé tous les trimestres et 3 créneaux possibles, les mercredis, samedis et dimanches entre 14h et 18h. A disposition, 2 casques, un espace dédié, un accompagnement par l'équipe de médiation du Shadok et, en continu, une vidéo pédagogique expliquant le dispositif de réalité virtuelle.</p>
-
<p style="text-align: justify;">Pour <span style="color: #000000;">Cédric Bonin</span>, co-gérant et producteur chez Seppia, la VR est avant tout un « <em>nouveau média interactif offrant de nouvelles possibilités</em> ». L'entrepreneur strasbourgeois spécialisé dans les documentaires pour le cinéma, la télé et Internet, voit donc dans ce médium, non seulement un potentiel narratif mais aussi la possibilité de toucher d'autres audiences, « <em>la VR fait partie de notre envie de s'adresser au public d'aujourd'hui et de demain</em> ». Une attitude résolument tournée vers l'avenir et que Cédric qualifie pour sa part de "pro-active".</p>
<p style="text-align: justify;">Avec 95% de la production cinématographique basée en région parisienne, le challenge de Seppia est donc d'être « <em>toujours innovant en matière de production</em> ». Pour Cédric il faut ainsi « <em>chercher l'écran le plus adapté à l'histoire que l'on souhaite raconter</em> » et dans cette logique, la VR permet justement « <em>d'aller là où on ne peut pas être </em>». Abysses, confins de l'espace ou voyage dans le temps, l'immersion est totale et le spectateur est littéralement embarqué dans l'histoire, « <em>le cerveau est trompé, un certain nombre de sens sont décuplés</em> ».</p>
<p style="text-align: justify;">Se pose alors la question de la place du spectateur, tantôt témoin omniscient tantôt acteur lui-même du film, « <em>on doit se demander où l'on va placer le spectateur, quelle va être la position de la caméra, des protagonistes. On est plus proche de la scénographie du théâtre ou de la danse </em>».</p>
<p style="text-align: justify;">Le cinéma en Réalité Virtuelle est donc un médium à réinventer constamment si bien qu'on en vient à se demander s’il s'agit bien encore de cinéma à proprement parler. Pour Cédric, aucun doute là-dessus, car si on y réfléchit bien, « <em>la VR, ça reste un écran</em> ».</p>
-
<p style="text-align: justify;"><span style="color: #000000;">Daniel Cohen</span>, directeur du FEFFS, avoue, lui, avoir eu un véritable coup de cœur pour la VR, « <em>j'ai tout de suite eu envie de partager cela avec le public</em> ». C'est en visionnant <em>Catatonique</em>, un film d'horreur à la première personne, qu'il a d'emblée saisi le potentiel de ce nouveau format. « <em>C'est une révolution technologique qui va permettre de montrer de nouveaux types d'œuvres et il y a de plus en plus de production, de diffusion </em>». Soutien du Centre National du Cinéma (CNC), exploitants créant des salles de VR, pour Daniel « <em>ces signes montrent que les personnes du cinéma croient au futur de cette technologie</em> ».</p>
<p style="text-align: justify;">Ainsi, les « <em>planètes étaient bien alignées</em> » et c'est tout naturellement que Seppia est venu soutenir le FEFFS dans sa volonté de présenter du cinéma en Réalité Virtuelle durant l’événement, au même titre que des films classiques. De là l'envie également de « <em>développer cela hors du festival</em> » et au Shadok cette fois. Partenaire du FEFFS, c'est pour Daniel, « <em>le lieu adéquate</em> » et qui permet « <em>de fusionner le public du FEFFS et celui du Shadok</em> ». « <em>Il y a une forte demande (...) on a déjà fait des séances à guichet fermé</em> », un fort engouement donc, pour cette nouvelle forme de cinéma que Daniel qualifie "d'expérience collective".</p>
<p style="text-align: justify;">Car l'idée de ces projections de cinéma en VR c'est aussi pour Daniel l'occasion « <em>d'aller à l'encontre de l'isolement</em> ». Ce cinéma, trop souvent vu comme coupé du monde, Daniel veut au contraire le présenter comme proche du spectacle et parle, « <em>d'immersion à plusieurs</em> » : « <em>le public va vivre en même temps l'expérience, on va tous voir la même chose en même temps avec d'autres spectateurs autour de soi, c'est un spectacle public</em> » renchérit-il.</p>
<p style="text-align: justify;">Un spectacle désormais pour tous mais qui était déjà mis en scène dans les films de science-fiction il y a presque 30 ans, « <em>la VR, on voyait ça comme un fantasme (...) aujourd'hui le futur nous a rattrapé</em> ».</p>
&nbsp;

<hr />

&nbsp;
<h4 style="text-align: justify;"><span style="color: #000000;"><b>+ d'infos sur les évènements :</b></span></h4>
&nbsp;
<p style="text-align: justify;"><a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/agenda/vr-cinema/2018-06-19/"><span style="color: #14b0cc;"><strong>Cinéma VR</strong></span></a></p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Mardi 19 juin à 19h15, 20h15, 21h15 et 22h15</strong></p>
<p style="text-align: justify;">5 mini films pour une durée totale de 30 minutes.</p>
<p style="text-align: justify;">Tarif unique de 6€ (billets disponibles sur le site du FEFFS, attention, places limitées)</p>
<p style="text-align: justify;">Où : Le Salon</p>
<p style="text-align: justify;"><strong> </strong></p>
<p style="text-align: justify;"><a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/agenda/dolphin-man/2018-05-16/"><span style="color: #14b0cc;"><strong>Station VR </strong></span></a></p>
<p style="text-align: justify;">Dispositif audiovisuel en réalité virtuelle</p>
<p style="text-align: justify;"><em>Dolphin Man</em> de Benoît Lichté</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>A PARTIR DU 16 MAI</strong></p>
<p style="text-align: justify;">TOUS LES MERCREDIS, SAMEDIS ET DIMANCHES DE 14H À 18H</p>
<p style="text-align: justify;">Où : Le Plateau</p>


<hr />

&nbsp;

<em><span style="color: #000000;"><strong>*Attention</strong></span> l’accès aux casques de réalité virtuelle n’est pas recommandé aux personnes de moins de 12 ans, femmes enceintes, personnes épileptiques et souffrant de fortes déficiences cardiaques.</em><p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/focus-realite-virtuelle/">Focus – Réalité Virtuelle : le film dont vous êtes le héros</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => <p><img width="700" height="370" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/03/cinemaVR_fb_banner.gif" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="cinéma VR shadok feffs seppia" /></p>
<p style="text-align: left;"><span style="color: #000000;">2018 est synonyme de Réalité Virtuelle</span> (ou VR pour <em>Virtual Reality)</em> <span style="color: #808080;"><a style="color: #808080;" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">au Shadok</a></span>, qui renforce son accompagnement du <a href="http://strasbourgfestival.com/"><span style="color: #808080;">Festival du Film Fantastique de Strasbourg</span></a> (FEFFS), en partenariat avec <span style="color: #808080;"><a style="color: #808080;" href="https://seppia.eu/">la société de production Seppia</a></span>, dans l’exploration de ces dispositifs innovants et de leurs possibles.</p>
<p style="text-align: left;">Ainsi, tout au long de cette année sont programmées six séances de cinéma en Réalité Virtuelle. Vous pouvez faire l'expérience d'une immersion à 360° dans un documentaire ou une fiction, via un casque et un espace dédié*.</p>
<p style="text-align: left;">-</p>
<p style="text-align: justify;">Dès le mois de mai, toujours en partenariat avec le FEFFS et Seppia Interactive, <span style="color: #000000;">une station de réalité virtuelle sera installée <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu">au Shadok</a></span>.</p>
<p style="text-align: justify;">Le principe : 1 film découverte proposé tous les trimestres et 3 créneaux possibles, les mercredis, samedis et dimanches entre 14h et 18h. A disposition, 2 casques, un espace dédié, un accompagnement par l'équipe de médiation du Shadok et, en continu, une vidéo pédagogique expliquant le dispositif de réalité virtuelle.</p>
<p>-</p>
<p style="text-align: justify;">Pour <span style="color: #000000;">Cédric Bonin</span>, co-gérant et producteur chez Seppia, la VR est avant tout un « <em>nouveau média interactif offrant de nouvelles possibilités</em> ». L'entrepreneur strasbourgeois spécialisé dans les documentaires pour le cinéma, la télé et Internet, voit donc dans ce médium, non seulement un potentiel narratif mais aussi la possibilité de toucher d'autres audiences, « <em>la VR fait partie de notre envie de s'adresser au public d'aujourd'hui et de demain</em> ». Une attitude résolument tournée vers l'avenir et que Cédric qualifie pour sa part de "pro-active".</p>
<p style="text-align: justify;">Avec 95% de la production cinématographique basée en région parisienne, le challenge de Seppia est donc d'être « <em>toujours innovant en matière de production</em> ». Pour Cédric il faut ainsi « <em>chercher l'écran le plus adapté à l'histoire que l'on souhaite raconter</em> » et dans cette logique, la VR permet justement « <em>d'aller là où on ne peut pas être </em>». Abysses, confins de l'espace ou voyage dans le temps, l'immersion est totale et le spectateur est littéralement embarqué dans l'histoire, « <em>le cerveau est trompé, un certain nombre de sens sont décuplés</em> ».</p>
<p style="text-align: justify;">Se pose alors la question de la place du spectateur, tantôt témoin omniscient tantôt acteur lui-même du film, « <em>on doit se demander où l'on va placer le spectateur, quelle va être la position de la caméra, des protagonistes. On est plus proche de la scénographie du théâtre ou de la danse </em>».</p>
<p style="text-align: justify;">Le cinéma en Réalité Virtuelle est donc un médium à réinventer constamment si bien qu'on en vient à se demander s’il s'agit bien encore de cinéma à proprement parler. Pour Cédric, aucun doute là-dessus, car si on y réfléchit bien, « <em>la VR, ça reste un écran</em> ».</p>
<p>-</p>
<p style="text-align: justify;"><span style="color: #000000;">Daniel Cohen</span>, directeur du FEFFS, avoue, lui, avoir eu un véritable coup de cœur pour la VR, « <em>j'ai tout de suite eu envie de partager cela avec le public</em> ». C'est en visionnant <em>Catatonique</em>, un film d'horreur à la première personne, qu'il a d'emblée saisi le potentiel de ce nouveau format. « <em>C'est une révolution technologique qui va permettre de montrer de nouveaux types d'œuvres et il y a de plus en plus de production, de diffusion </em>». Soutien du Centre National du Cinéma (CNC), exploitants créant des salles de VR, pour Daniel « <em>ces signes montrent que les personnes du cinéma croient au futur de cette technologie</em> ».</p>
<p style="text-align: justify;">Ainsi, les « <em>planètes étaient bien alignées</em> » et c'est tout naturellement que Seppia est venu soutenir le FEFFS dans sa volonté de présenter du cinéma en Réalité Virtuelle durant l’événement, au même titre que des films classiques. De là l'envie également de « <em>développer cela hors du festival</em> » et au Shadok cette fois. Partenaire du FEFFS, c'est pour Daniel, « <em>le lieu adéquate</em> » et qui permet « <em>de fusionner le public du FEFFS et celui du Shadok</em> ». « <em>Il y a une forte demande (...) on a déjà fait des séances à guichet fermé</em> », un fort engouement donc, pour cette nouvelle forme de cinéma que Daniel qualifie "d'expérience collective".</p>
<p style="text-align: justify;">Car l'idée de ces projections de cinéma en VR c'est aussi pour Daniel l'occasion « <em>d'aller à l'encontre de l'isolement</em> ». Ce cinéma, trop souvent vu comme coupé du monde, Daniel veut au contraire le présenter comme proche du spectacle et parle, « <em>d'immersion à plusieurs</em> » : « <em>le public va vivre en même temps l'expérience, on va tous voir la même chose en même temps avec d'autres spectateurs autour de soi, c'est un spectacle public</em> » renchérit-il.</p>
<p style="text-align: justify;">Un spectacle désormais pour tous mais qui était déjà mis en scène dans les films de science-fiction il y a presque 30 ans, « <em>la VR, on voyait ça comme un fantasme (...) aujourd'hui le futur nous a rattrapé</em> ».</p>
<p>&nbsp;</p>
<hr />
<p>&nbsp;</p>
<h4 style="text-align: justify;"><span style="color: #000000;"><b>+ d'infos sur les évènements :</b></span></h4>
<p>&nbsp;</p>
<p style="text-align: justify;"><a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/agenda/vr-cinema/2018-06-19/"><span style="color: #14b0cc;"><strong>Cinéma VR</strong></span></a></p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Mardi 19 juin à 19h15, 20h15, 21h15 et 22h15</strong></p>
<p style="text-align: justify;">5 mini films pour une durée totale de 30 minutes.</p>
<p style="text-align: justify;">Tarif unique de 6€ (billets disponibles sur le site du FEFFS, attention, places limitées)</p>
<p style="text-align: justify;">Où : Le Salon</p>
<p style="text-align: justify;"><strong> </strong></p>
<p style="text-align: justify;"><a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/agenda/dolphin-man/2018-05-16/"><span style="color: #14b0cc;"><strong>Station VR </strong></span></a></p>
<p style="text-align: justify;">Dispositif audiovisuel en réalité virtuelle</p>
<p style="text-align: justify;"><em>Dolphin Man</em> de Benoît Lichté</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>A PARTIR DU 16 MAI</strong></p>
<p style="text-align: justify;">TOUS LES MERCREDIS, SAMEDIS ET DIMANCHES DE 14H À 18H</p>
<p style="text-align: justify;">Où : Le Plateau</p>
<hr />
<p>&nbsp;</p>
<p><em><span style="color: #000000;"><strong>*Attention</strong></span> l’accès aux casques de réalité virtuelle n’est pas recommandé aux personnes de moins de 12 ans, femmes enceintes, personnes épileptiques et souffrant de fortes déficiences cardiaques.</em></p>
<p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/focus-realite-virtuelle/">Focus – Réalité Virtuelle : le film dont vous êtes le héros</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p><img width="700" height="370" src="https://www.shadok.strasbourg.eu/wp-content/uploads/2018/03/cinemaVR_fb_banner.gif" class="attachment-post-thumbnail size-post-thumbnail wp-post-image" alt="cinéma VR shadok feffs seppia" /></p><p style="text-align: left;"><span style="color: #000000;">2018 est synonyme de Réalité Virtuelle</span> (ou VR pour <em>Virtual Reality)</em> <span style="color: #808080;"><a style="color: #808080;" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">au Shadok</a></span>, qui renforce son accompagnement du <a href="http://strasbourgfestival.com/"><span style="color: #808080;">Festival du Film Fantastique de Strasbourg</span></a> (FEFFS), en partenariat avec <span style="color: #808080;"><a style="color: #808080;" href="https://seppia.eu/">la société de production Seppia</a></span>, dans l’exploration de ces dispositifs innovants et de leurs possibles.</p>
<p style="text-align: left;">Ainsi, tout au long de cette année sont programmées six séances de cinéma en Réalité Virtuelle. Vous pouvez faire l'expérience d'une immersion à 360° dans un documentaire ou une fiction, via un casque et un espace dédié*.</p>
<p style="text-align: left;">-</p>
<p style="text-align: justify;">Dès le mois de mai, toujours en partenariat avec le FEFFS et Seppia Interactive, <span style="color: #000000;">une station de réalité virtuelle sera installée <a href="https://www.shadok.strasbourg.eu">au Shadok</a></span>.</p>
<p style="text-align: justify;">Le principe : 1 film découverte proposé tous les trimestres et 3 créneaux possibles, les mercredis, samedis et dimanches entre 14h et 18h. A disposition, 2 casques, un espace dédié, un accompagnement par l'équipe de médiation du Shadok et, en continu, une vidéo pédagogique expliquant le dispositif de réalité virtuelle.</p>
-
<p style="text-align: justify;">Pour <span style="color: #000000;">Cédric Bonin</span>, co-gérant et producteur chez Seppia, la VR est avant tout un « <em>nouveau média interactif offrant de nouvelles possibilités</em> ». L'entrepreneur strasbourgeois spécialisé dans les documentaires pour le cinéma, la télé et Internet, voit donc dans ce médium, non seulement un potentiel narratif mais aussi la possibilité de toucher d'autres audiences, « <em>la VR fait partie de notre envie de s'adresser au public d'aujourd'hui et de demain</em> ». Une attitude résolument tournée vers l'avenir et que Cédric qualifie pour sa part de "pro-active".</p>
<p style="text-align: justify;">Avec 95% de la production cinématographique basée en région parisienne, le challenge de Seppia est donc d'être « <em>toujours innovant en matière de production</em> ». Pour Cédric il faut ainsi « <em>chercher l'écran le plus adapté à l'histoire que l'on souhaite raconter</em> » et dans cette logique, la VR permet justement « <em>d'aller là où on ne peut pas être </em>». Abysses, confins de l'espace ou voyage dans le temps, l'immersion est totale et le spectateur est littéralement embarqué dans l'histoire, « <em>le cerveau est trompé, un certain nombre de sens sont décuplés</em> ».</p>
<p style="text-align: justify;">Se pose alors la question de la place du spectateur, tantôt témoin omniscient tantôt acteur lui-même du film, « <em>on doit se demander où l'on va placer le spectateur, quelle va être la position de la caméra, des protagonistes. On est plus proche de la scénographie du théâtre ou de la danse </em>».</p>
<p style="text-align: justify;">Le cinéma en Réalité Virtuelle est donc un médium à réinventer constamment si bien qu'on en vient à se demander s’il s'agit bien encore de cinéma à proprement parler. Pour Cédric, aucun doute là-dessus, car si on y réfléchit bien, « <em>la VR, ça reste un écran</em> ».</p>
-
<p style="text-align: justify;"><span style="color: #000000;">Daniel Cohen</span>, directeur du FEFFS, avoue, lui, avoir eu un véritable coup de cœur pour la VR, « <em>j'ai tout de suite eu envie de partager cela avec le public</em> ». C'est en visionnant <em>Catatonique</em>, un film d'horreur à la première personne, qu'il a d'emblée saisi le potentiel de ce nouveau format. « <em>C'est une révolution technologique qui va permettre de montrer de nouveaux types d'œuvres et il y a de plus en plus de production, de diffusion </em>». Soutien du Centre National du Cinéma (CNC), exploitants créant des salles de VR, pour Daniel « <em>ces signes montrent que les personnes du cinéma croient au futur de cette technologie</em> ».</p>
<p style="text-align: justify;">Ainsi, les « <em>planètes étaient bien alignées</em> » et c'est tout naturellement que Seppia est venu soutenir le FEFFS dans sa volonté de présenter du cinéma en Réalité Virtuelle durant l’événement, au même titre que des films classiques. De là l'envie également de « <em>développer cela hors du festival</em> » et au Shadok cette fois. Partenaire du FEFFS, c'est pour Daniel, « <em>le lieu adéquate</em> » et qui permet « <em>de fusionner le public du FEFFS et celui du Shadok</em> ». « <em>Il y a une forte demande (...) on a déjà fait des séances à guichet fermé</em> », un fort engouement donc, pour cette nouvelle forme de cinéma que Daniel qualifie "d'expérience collective".</p>
<p style="text-align: justify;">Car l'idée de ces projections de cinéma en VR c'est aussi pour Daniel l'occasion « <em>d'aller à l'encontre de l'isolement</em> ». Ce cinéma, trop souvent vu comme coupé du monde, Daniel veut au contraire le présenter comme proche du spectacle et parle, « <em>d'immersion à plusieurs</em> » : « <em>le public va vivre en même temps l'expérience, on va tous voir la même chose en même temps avec d'autres spectateurs autour de soi, c'est un spectacle public</em> » renchérit-il.</p>
<p style="text-align: justify;">Un spectacle désormais pour tous mais qui était déjà mis en scène dans les films de science-fiction il y a presque 30 ans, « <em>la VR, on voyait ça comme un fantasme (...) aujourd'hui le futur nous a rattrapé</em> ».</p>
&nbsp;

<hr />

&nbsp;
<h4 style="text-align: justify;"><span style="color: #000000;"><b>+ d'infos sur les évènements :</b></span></h4>
&nbsp;
<p style="text-align: justify;"><a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/agenda/vr-cinema/2018-06-19/"><span style="color: #14b0cc;"><strong>Cinéma VR</strong></span></a></p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Mardi 19 juin à 19h15, 20h15, 21h15 et 22h15</strong></p>
<p style="text-align: justify;">5 mini films pour une durée totale de 30 minutes.</p>
<p style="text-align: justify;">Tarif unique de 6€ (billets disponibles sur le site du FEFFS, attention, places limitées)</p>
<p style="text-align: justify;">Où : Le Salon</p>
<p style="text-align: justify;"><strong> </strong></p>
<p style="text-align: justify;"><a href="https://www.shadok.strasbourg.eu/agenda/dolphin-man/2018-05-16/"><span style="color: #14b0cc;"><strong>Station VR </strong></span></a></p>
<p style="text-align: justify;">Dispositif audiovisuel en réalité virtuelle</p>
<p style="text-align: justify;"><em>Dolphin Man</em> de Benoît Lichté</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>A PARTIR DU 16 MAI</strong></p>
<p style="text-align: justify;">TOUS LES MERCREDIS, SAMEDIS ET DIMANCHES DE 14H À 18H</p>
<p style="text-align: justify;">Où : Le Plateau</p>


<hr />

&nbsp;

<em><span style="color: #000000;"><strong>*Attention</strong></span> l’accès aux casques de réalité virtuelle n’est pas recommandé aux personnes de moins de 12 ans, femmes enceintes, personnes épileptiques et souffrant de fortes déficiences cardiaques.</em><p>Cet article <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu/blog/focus-realite-virtuelle/">Focus – Réalité Virtuelle : le film dont vous êtes le héros</a> est apparu en premier sur <a rel="nofollow" href="https://www.shadok.strasbourg.eu">Shadok</a>.</p>

                    [category@term] => 2018
                    [category#2@term] => blog
                    [category#3@term] => seppia
                    [category#4@term] => réalité virtuelle
                    [category#5@term] => VR
                    [category#6@term] => feffs
                    [category#7@term] => Shadok
                    [date_timestamp] => 1524825769
                )

        )

    [channel] => Array
        (
            [title#] => 1
            [title] => Shadok
            [atom] => Array
                (
                    [link#] => 1
                    [link@] => href,rel,type
                    [link@href] => https://www.shadok.strasbourg.eu/feed/
                    [link@rel] => self
                    [link@type] => application/rss+xml
                )

            [link#] => 1
            [link] => https://www.shadok.strasbourg.eu
            [description#] => 1
            [description] => Fabrique du numérique
            [lastbuilddate#] => 1
            [lastbuilddate] => 
	Fri, 15 Nov 2019 15:43:23 +0000	
            [language#] => 1
            [language] => fr-FR
            [sy] => Array
                (
                    [updateperiod#] => 1
                    [updateperiod] => 
	hourly	
                    [updatefrequency#] => 1
                    [updatefrequency] => 
	1	
                )

            [tagline#] => 1
            [tagline] => Fabrique du numérique
            [subtitle#] => 1
            [subtitle] => Fabrique du numérique
        )

    [textinput] => Array
        (
        )

    [image] => Array
        (
        )

    [feed_type] => RSS
    [feed_version] => 2.0
    [encoding] => UTF-8
    [_source_encoding] => 
    [ERROR] => 
    [WARNING] => 
    [_ATOM_CONTENT_CONSTRUCTS] => Array
        (
            [0] => content
            [1] => summary
            [2] => title
            [3] => info
            [4] => tagline
            [5] => copyright
            [6] => rights
            [7] => subtitle
        )

    [_XHTML_CONTENT_CONSTRUCTS] => Array
        (
            [0] => body
            [1] => div
        )

    [_KNOWN_ENCODINGS] => Array
        (
            [0] => UTF-8
            [1] => US-ASCII
            [2] => ISO-8859-1
        )

    [stack] => Array
        (
        )

    [inchannel] => 
    [initem] => 
    [incontent] => Array
        (
        )

    [exclude_top] => 
    [intextinput] => 
    [inimage] => 
    [current_namespace] => 
    [current_category] => 0
    [etag] => "f25539c7859c25bc78babe1b4499ec9b"

    [rss_origin] => 5
)