Index Strasbourg curieux Strasbourg à la loupe

Agenda curieux :: Actu des sites Strasbourgeois :: Hébergement strasbourgeois

Strasbourg à la loupe » Zut !

Sites

22502 articles (21688 non lus) dans 281 sites

Exposition Exposition (1274 non lus)
Concert / soirée Concert / soirée (1544 non lus)
Guide / média Guide / média (7345 non lus)
Média_vidéo Média_vidéo (866 non lus)
Projection Projection (32 non lus)
Politique / social Politique / social (5659 non lus)
théâtre théâtre (678 non lus)
Artiste Artiste (175 non lus)
Inclassables Inclassables (207 non lus)
Edition/bd/imprimerie Edition/bd/imprimerie (1215 non lus)
Vélo transport Vélo transport (882 non lus)
Monde Numérique Monde Numérique (608 non lus)
Monde Numérique Média Monde Numérique Média (304 non lus)
Nature et Agriculture Nature et Agriculture (679 non lus)
Vie/assoc Quartiers Vie/assoc Quartiers (220 non lus)
 «  Expand/Collapse
MagpieRSS Object
(
    [parser] => Resource id #19
    [current_item] => Array
        (
        )

    [items] => Array
        (
            [0] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Tarkovski à bras-le-corps
                    [link#] => 1
                    [link] => http://zut-magazine.com/tarkovski-theatre-tns-simon-deletang-strasbourg/
                    [comments#] => 1
                    [comments] => http://zut-magazine.com/tarkovski-theatre-tns-simon-deletang-strasbourg/#respond
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Fri, 15 Sep 2017 08:27:52 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Zut alors
                            [subject#] => 11
                            [subject] => CULTURE
                            [subject#2] => Théâtre
                            [subject#3] => Andreï Tarkovski
                            [subject#4] => Arvo Pärt
                            [subject#5] => David Cronenberg
                            [subject#6] => David Lynch
                            [subject#7] => Eric Rohmer
                            [subject#8] => Julien Gaillard
                            [subject#9] => Lars von Trier
                            [subject#10] => Simon Delétang
                            [subject#11] => Stanislas Nordey
                        )

                    [category#] => 11
                    [category] => CULTURE
                    [category#2] => Théâtre
                    [category#3] => Andreï Tarkovski
                    [category#4] => Arvo Pärt
                    [category#5] => David Cronenberg
                    [category#6] => David Lynch
                    [category#7] => Eric Rohmer
                    [category#8] => Julien Gaillard
                    [category#9] => Lars von Trier
                    [category#10] => Simon Delétang
                    [category#11] => Stanislas Nordey
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => http://zut-magazine.com/?p=16643
                    [description#] => 1
                    [description] => Le metteur en scène Simon Delétang ouvre le tombeau d’une icône, Andreï Tarkovski, et exhibe Le Corps du poète pour en extraire la substantifique moelle. Rencontre. Stanislas Nordey co-signait l’an dernier une pièce sur Fassbinder. Est-ce que le cinéma infuse le théâtre contemporain ? Pas mal de metteurs en scène s’emparent du langage cinématographique, notamment celui de Rohmer. Tarkovski est pour moi tellement plus un poète, un peintre, quelqu’un qui a marqué l’histoire de l’art, que je mets plutôt en avant &#8230; <a href="http://zut-magazine.com/tarkovski-theatre-tns-simon-deletang-strasbourg/" >&#8594;</a>
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <div id="attachment_16644" style="width: 460px" class="wp-caption aligncenter"><a href="http://zut-magazine.com/tarkovski-theatre-tns-simon-deletang-strasbourg/simon-deletang-portrait/" rel="attachment wp-att-16644"><img class="wp-image-16644" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_interview_SimonDeletang_illustration1.jpg" alt="" width="450" height="600" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_interview_SimonDeletang_illustration1.jpg 620w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_interview_SimonDeletang_illustration1-225x300.jpg 225w" sizes="(max-width: 450px) 100vw, 450px" /></a></p>
<p class="wp-caption-text">Simon Delétang © Pascal Bastien</p>
</div>
<p><strong>Le metteur en scène Simon Delétang ouvre le tombeau d’une icône, Andreï Tarkovski, et exhibe <em>Le Corps du poète </em>pour en extraire la substantifique moelle. Rencontre.</strong></p>
<p><span id="more-16643"></span></p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Stanislas Nordey co-signait l’an dernier une pièce sur Fassbinder. Est-ce que le cinéma infuse le théâtre contemporain ?<br />
</strong>Pas mal de metteurs en scène s’emparent du langage cinématographique, notamment celui de Rohmer. Tarkovski est pour moi tellement plus un poète, un peintre, quelqu’un qui a marqué l’histoire de l’art, que je mets plutôt en avant la place de l’artiste créateur avec son œuvre et son combat pour la réaliser. C’est pour ça qu’il n’y a aucune image de film ou de rapport à la vidéo dans le spectacle. Évidemment, les grands cinéastes inspirent les metteurs en scène. Je suis très sensible aux œuvres de David Lynch, David Cronenberg et Lars von Trier – une lignée avec Tarkovski que j’ai découverte au fur et à mesure –, à un cinéma d’auteur qui cherche à faire du film une œuvre d’art. Je fais souvent des montages de textes, alors forcément il y a quelque chose de cinématographique dans le travail d’écriture : comment on passe d’une scène à l’autre ? C’est quoi faire des fondus enchaînés au théâtre ? Est-ce qu’on peut faire des champs-contrechamps ? Mais je ne pense pas être influencé esthétiquement et n’ai pas le fantasme de faire moi-même des films. Parfois on a envie de dire à des camarades metteurs en scène, qui finissent par passer à la réalisation : <em>« Vas-y, fais un film plutôt que de mettre des images partout et de ne plus savoir quoi faire avec les acteurs présents sur scène ! »</em> Mais je trouve ça intéressant que ces deux expressions soient poreuses.</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Vous mentionnez Lynch… Vos pièces précédentes étaient assez violentes, dans celle-là, comme dans les films de Tarkovski, vous êtes en quête de beauté. Cette beauté passe-t-elle par la violence ?<br />
</strong>Il y a des textes qui m’ont fracassé et j’avais besoin de transmettre cet effroi au spectateur. Dans les films, je trouve qu’il n’y a rien de plus beau qu’un plan sur la nature ou sur un visage apaisé après une scène extrêmement dure. J’ai souvent cherché à contrebalancer la violence visuelle par une extrême douceur musicale, c’est à dire de chercher toujours ce contraste entre une musique magnifique d’Arvo Pärt et un meurtre l’instant d’après. Cette tension produit quelque chose pour le spectateur. Ce spectacle sur Tarkovski c’est un des plus intimes, une chose que pour l’instant je réservais à mon jardin secret. Une chose qui m’accompagne, mais que je ne traduisais pas dans mon travail de manière frontale. Je ne me suis pas totalement adouci, mais je pense que j’ai moins besoin d’aller secouer le spectateur. Je préfère interpeller son intelligence, son émotion, plutôt que d’aller chercher du côté du choc et de la provocation.</p>
<p><strong>Entend-on Arvo Pärt dans <em>Le Corps du poète</em> ?<br />
</strong>Absolument. Par rapport à l’écriture musicale, à la recherche du sacré et au goût du silence, il y a lien qui était pour moi assez évident. Arvo Pärt surgit parce que ses morceaux prennent l’âme et l’élèvent. J’ai vraiment fait attention à une identité musicale proche de l’univers de Tarkovski, tout en cherchant à ne pas uniquement utiliser les œuvres que lui a citées dans ses films.</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Dans <em>Le Temps scellé</em>, Tarkovski affirme : « Un artiste ne peut exprimer l’idéal moral de son temps s’il ne touche pas à ses plaies les plus sanglantes (…) » Vous dites que votre spectacle réagit à l’air du temps : quel idéal tentez-vous d’exprimer ?<br />
</strong>Le sien avant tout, dans une société de plus en plus matérialiste, en perte de repères éthiques, philosophiques ou moraux. Même spirituels, puisqu’il a ce rapport très présent à la foi. En tant qu’athée profond, je peux saisir sa manière de s’y raccrocher, en exil, pour donner un sens à son existence. J’y vois aussi simplement le fait de tout artiste qui a une foi créatrice.</p>
<p style="text-align: justify;">L’air du temps artistique est saturé de nouvelles esthétiques : vidéo, chaos, défiance vis à vis du metteur en scène solitaire, recrudescence du collectif. On n’a eu de cesse, en répétition, de retravailler le texte <em>[avec Julien Gaillard, l’auteur, ndlr]</em> mais pour moi ce n’est pas de l’écriture au plateau. Il y a une tête parce qu’il y a un vrai travail de conception. J’ai l’exigence idéaliste de trouver la qualité partout. Il y a des analogies avec Tarkovski, sans avoir la prétention de m’y comparer. Tout ce qu’il a défendu lui dans son travail ou dans son <em>Journal</em> me touche, et je me dis qu’on est qu’à dix pour cent de son intransigeance, du sacrifice qu’il a pu s’imposer dans sa vie. Mais je ne suis pas pour la souffrance dans le travail. On peut trouver des choses dans la bienveillance, même si Tarkovski dit que si on est joyeux c’est qu’on ne comprend pas le monde. Je ne vais pas aussi loin, je suis capable d’apprécier la vie ! En tout cas, il y a une forme de retour à l’essentiel : poser des questions sur l’art. L’art, ce n’est pas la culture, c’est quelque chose de plus haut, mais qui ne doit pas être moins accessible. Là se trouve ma quête.</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Comment cela se traduit quand on veut parler d’un auteur relativement complexe comme Tarkovski ?<br />
</strong>C’est le pari du spectacle. Il y a pas mal de références tirées des films, mais les acteurs sont très vigilants avec moi. Le montage est fait de telle sorte qu’il y a des interviews de Tarkovski parlant de son travail, des scènes de film qu’il explique et problématise après. C’est un spectacle sur un artiste qui nous livre la quintessence de la pensée de son travail. Cela met la barre assez haut sur l’énonciation de cette pensée, mais en même temps elle est totalement audible, ce n’est pas quelqu’un qui s’exprime par métaphore. Le spectacle <em>est</em> spectaculaire. Ce n’est pas un Tarkovski dépressif à une table qui explique son cinéma à un journaliste, cela se passe dans un décor inspiré d’un de ses films et ça bouge ! Le spectacle est la mise au tombeau d’un artiste. Malgré tout, il est très vivant.</p>
<div id="attachment_16645" style="width: 630px" class="wp-caption aligncenter"><img class="wp-image-16645 size-full" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_interview_SimonDeletang_illustration2.jpg" alt="" width="620" height="620" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_interview_SimonDeletang_illustration2.jpg 620w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_interview_SimonDeletang_illustration2-150x150.jpg 150w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_interview_SimonDeletang_illustration2-300x300.jpg 300w" sizes="(max-width: 620px) 100vw, 620px" /></p>
<p class="wp-caption-text">Simon Delétang © Pascal Bastien</p>
</div>
<p>Propos recueillis par Antoine Ponza</p>
<p><em>Tarkovski, le corps du poète</em>, pièce de théâtre les 19, 20, 21, 22, 23, 25, 26, 27, 28 et 29 septembre à l’Espace Grüber au TNS, à Strasbourg<br />
www.tns.fr<br />
<strong>______________________________</strong></p>
<p><strong>JEU-CONCOURS !</strong></p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Le TNS et <em>Zut !</em> mettent 2×2 places en jeu pour la première représentation du <em>Corps du poète</em>, le mardi 19 septembre à 20h, à l&rsquo;Espace Grüber. Pour tenter votre chance, il vous suffit de citer l&rsquo;un des ouvrages de Tarkovski mentionnés dans l&rsquo;interview de Simon Delétang, en donnant vos noms et prénoms, à contact[@]chicmedias.com (enlever les [], c’est pour pas que les robots nous reconnaissent) </strong></p>

                        )

                    [wfw] => Array
                        (
                            [commentrss#] => 1
                            [commentrss] => http://zut-magazine.com/tarkovski-theatre-tns-simon-deletang-strasbourg/feed/
                        )

                    [slash] => Array
                        (
                            [comments#] => 1
                            [comments] => 0
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => Le metteur en scène Simon Delétang ouvre le tombeau d’une icône, Andreï Tarkovski, et exhibe Le Corps du poète pour en extraire la substantifique moelle. Rencontre. Stanislas Nordey co-signait l’an dernier une pièce sur Fassbinder. Est-ce que le cinéma infuse le théâtre contemporain ? Pas mal de metteurs en scène s’emparent du langage cinématographique, notamment celui de Rohmer. Tarkovski est pour moi tellement plus un poète, un peintre, quelqu’un qui a marqué l’histoire de l’art, que je mets plutôt en avant &#8230; <a href="http://zut-magazine.com/tarkovski-theatre-tns-simon-deletang-strasbourg/" >&#8594;</a>
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <div id="attachment_16644" style="width: 460px" class="wp-caption aligncenter"><a href="http://zut-magazine.com/tarkovski-theatre-tns-simon-deletang-strasbourg/simon-deletang-portrait/" rel="attachment wp-att-16644"><img class="wp-image-16644" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_interview_SimonDeletang_illustration1.jpg" alt="" width="450" height="600" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_interview_SimonDeletang_illustration1.jpg 620w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_interview_SimonDeletang_illustration1-225x300.jpg 225w" sizes="(max-width: 450px) 100vw, 450px" /></a></p>
<p class="wp-caption-text">Simon Delétang © Pascal Bastien</p>
</div>
<p><strong>Le metteur en scène Simon Delétang ouvre le tombeau d’une icône, Andreï Tarkovski, et exhibe <em>Le Corps du poète </em>pour en extraire la substantifique moelle. Rencontre.</strong></p>
<p><span id="more-16643"></span></p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Stanislas Nordey co-signait l’an dernier une pièce sur Fassbinder. Est-ce que le cinéma infuse le théâtre contemporain ?<br />
</strong>Pas mal de metteurs en scène s’emparent du langage cinématographique, notamment celui de Rohmer. Tarkovski est pour moi tellement plus un poète, un peintre, quelqu’un qui a marqué l’histoire de l’art, que je mets plutôt en avant la place de l’artiste créateur avec son œuvre et son combat pour la réaliser. C’est pour ça qu’il n’y a aucune image de film ou de rapport à la vidéo dans le spectacle. Évidemment, les grands cinéastes inspirent les metteurs en scène. Je suis très sensible aux œuvres de David Lynch, David Cronenberg et Lars von Trier – une lignée avec Tarkovski que j’ai découverte au fur et à mesure –, à un cinéma d’auteur qui cherche à faire du film une œuvre d’art. Je fais souvent des montages de textes, alors forcément il y a quelque chose de cinématographique dans le travail d’écriture : comment on passe d’une scène à l’autre ? C’est quoi faire des fondus enchaînés au théâtre ? Est-ce qu’on peut faire des champs-contrechamps ? Mais je ne pense pas être influencé esthétiquement et n’ai pas le fantasme de faire moi-même des films. Parfois on a envie de dire à des camarades metteurs en scène, qui finissent par passer à la réalisation : <em>« Vas-y, fais un film plutôt que de mettre des images partout et de ne plus savoir quoi faire avec les acteurs présents sur scène ! »</em> Mais je trouve ça intéressant que ces deux expressions soient poreuses.</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Vous mentionnez Lynch… Vos pièces précédentes étaient assez violentes, dans celle-là, comme dans les films de Tarkovski, vous êtes en quête de beauté. Cette beauté passe-t-elle par la violence ?<br />
</strong>Il y a des textes qui m’ont fracassé et j’avais besoin de transmettre cet effroi au spectateur. Dans les films, je trouve qu’il n’y a rien de plus beau qu’un plan sur la nature ou sur un visage apaisé après une scène extrêmement dure. J’ai souvent cherché à contrebalancer la violence visuelle par une extrême douceur musicale, c’est à dire de chercher toujours ce contraste entre une musique magnifique d’Arvo Pärt et un meurtre l’instant d’après. Cette tension produit quelque chose pour le spectateur. Ce spectacle sur Tarkovski c’est un des plus intimes, une chose que pour l’instant je réservais à mon jardin secret. Une chose qui m’accompagne, mais que je ne traduisais pas dans mon travail de manière frontale. Je ne me suis pas totalement adouci, mais je pense que j’ai moins besoin d’aller secouer le spectateur. Je préfère interpeller son intelligence, son émotion, plutôt que d’aller chercher du côté du choc et de la provocation.</p>
<p><strong>Entend-on Arvo Pärt dans <em>Le Corps du poète</em> ?<br />
</strong>Absolument. Par rapport à l’écriture musicale, à la recherche du sacré et au goût du silence, il y a lien qui était pour moi assez évident. Arvo Pärt surgit parce que ses morceaux prennent l’âme et l’élèvent. J’ai vraiment fait attention à une identité musicale proche de l’univers de Tarkovski, tout en cherchant à ne pas uniquement utiliser les œuvres que lui a citées dans ses films.</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Dans <em>Le Temps scellé</em>, Tarkovski affirme : « Un artiste ne peut exprimer l’idéal moral de son temps s’il ne touche pas à ses plaies les plus sanglantes (…) » Vous dites que votre spectacle réagit à l’air du temps : quel idéal tentez-vous d’exprimer ?<br />
</strong>Le sien avant tout, dans une société de plus en plus matérialiste, en perte de repères éthiques, philosophiques ou moraux. Même spirituels, puisqu’il a ce rapport très présent à la foi. En tant qu’athée profond, je peux saisir sa manière de s’y raccrocher, en exil, pour donner un sens à son existence. J’y vois aussi simplement le fait de tout artiste qui a une foi créatrice.</p>
<p style="text-align: justify;">L’air du temps artistique est saturé de nouvelles esthétiques : vidéo, chaos, défiance vis à vis du metteur en scène solitaire, recrudescence du collectif. On n’a eu de cesse, en répétition, de retravailler le texte <em>[avec Julien Gaillard, l’auteur, ndlr]</em> mais pour moi ce n’est pas de l’écriture au plateau. Il y a une tête parce qu’il y a un vrai travail de conception. J’ai l’exigence idéaliste de trouver la qualité partout. Il y a des analogies avec Tarkovski, sans avoir la prétention de m’y comparer. Tout ce qu’il a défendu lui dans son travail ou dans son <em>Journal</em> me touche, et je me dis qu’on est qu’à dix pour cent de son intransigeance, du sacrifice qu’il a pu s’imposer dans sa vie. Mais je ne suis pas pour la souffrance dans le travail. On peut trouver des choses dans la bienveillance, même si Tarkovski dit que si on est joyeux c’est qu’on ne comprend pas le monde. Je ne vais pas aussi loin, je suis capable d’apprécier la vie ! En tout cas, il y a une forme de retour à l’essentiel : poser des questions sur l’art. L’art, ce n’est pas la culture, c’est quelque chose de plus haut, mais qui ne doit pas être moins accessible. Là se trouve ma quête.</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Comment cela se traduit quand on veut parler d’un auteur relativement complexe comme Tarkovski ?<br />
</strong>C’est le pari du spectacle. Il y a pas mal de références tirées des films, mais les acteurs sont très vigilants avec moi. Le montage est fait de telle sorte qu’il y a des interviews de Tarkovski parlant de son travail, des scènes de film qu’il explique et problématise après. C’est un spectacle sur un artiste qui nous livre la quintessence de la pensée de son travail. Cela met la barre assez haut sur l’énonciation de cette pensée, mais en même temps elle est totalement audible, ce n’est pas quelqu’un qui s’exprime par métaphore. Le spectacle <em>est</em> spectaculaire. Ce n’est pas un Tarkovski dépressif à une table qui explique son cinéma à un journaliste, cela se passe dans un décor inspiré d’un de ses films et ça bouge ! Le spectacle est la mise au tombeau d’un artiste. Malgré tout, il est très vivant.</p>
<div id="attachment_16645" style="width: 630px" class="wp-caption aligncenter"><img class="wp-image-16645 size-full" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_interview_SimonDeletang_illustration2.jpg" alt="" width="620" height="620" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_interview_SimonDeletang_illustration2.jpg 620w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_interview_SimonDeletang_illustration2-150x150.jpg 150w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_interview_SimonDeletang_illustration2-300x300.jpg 300w" sizes="(max-width: 620px) 100vw, 620px" /></p>
<p class="wp-caption-text">Simon Delétang © Pascal Bastien</p>
</div>
<p>Propos recueillis par Antoine Ponza</p>
<p><em>Tarkovski, le corps du poète</em>, pièce de théâtre les 19, 20, 21, 22, 23, 25, 26, 27, 28 et 29 septembre à l’Espace Grüber au TNS, à Strasbourg<br />
www.tns.fr<br />
<strong>______________________________</strong></p>
<p><strong>JEU-CONCOURS !</strong></p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Le TNS et <em>Zut !</em> mettent 2×2 places en jeu pour la première représentation du <em>Corps du poète</em>, le mardi 19 septembre à 20h, à l&rsquo;Espace Grüber. Pour tenter votre chance, il vous suffit de citer l&rsquo;un des ouvrages de Tarkovski mentionnés dans l&rsquo;interview de Simon Delétang, en donnant vos noms et prénoms, à contact[@]chicmedias.com (enlever les [], c’est pour pas que les robots nous reconnaissent) </strong></p>

                    [category@term] => CULTURE
                    [category#2@term] => Théâtre
                    [category#3@term] => Andreï Tarkovski
                    [category#4@term] => Arvo Pärt
                    [category#5@term] => David Cronenberg
                    [category#6@term] => David Lynch
                    [category#7@term] => Eric Rohmer
                    [category#8@term] => Julien Gaillard
                    [category#9@term] => Lars von Trier
                    [category#10@term] => Simon Delétang
                    [category#11@term] => Stanislas Nordey
                    [date_timestamp] => 1505464072
                )

            [1] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Gastronomie et bonne humeur : le combo gagnant
                    [link#] => 1
                    [link] => http://zut-magazine.com/street-bouche-festival-2017-coop/
                    [comments#] => 1
                    [comments] => http://zut-magazine.com/street-bouche-festival-2017-coop/#respond
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Wed, 13 Sep 2017 14:38:37 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Alexandre Zebdi
                            [subject#] => 9
                            [subject] => CULTURE
                            [subject#2] => Festival
                            [subject#3] => Gastronomie
                            [subject#4] => LIFESTYLE
                            [subject#5] => STRASBOURG
                            [subject#6] => Chill
                            [subject#7] => Closely
                            [subject#8] => Coop
                            [subject#9] => Street Bouche
                        )

                    [category#] => 9
                    [category] => CULTURE
                    [category#2] => Festival
                    [category#3] => Gastronomie
                    [category#4] => LIFESTYLE
                    [category#5] => STRASBOURG
                    [category#6] => Chill
                    [category#7] => Closely
                    [category#8] => Coop
                    [category#9] => Street Bouche
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => http://zut-magazine.com/?p=16603
                    [description#] => 1
                    [description] => Découvrir de nouvelles saveurs et initiatives gastronomiques locales et respectueuses de l&#8217;environnement dans une ambiance décontractée sur fond de DJ set, voilà ce que promet cette seconde édition du Street Bouche festival, ces 16 et 17 septembre à la Coop. Attention : dernier week-end d&#8217;ouverture de la Coop avant travaux ! Après une première édition réussie l&#8217;année passée, le festival de street food revient pour une seconde édition et voit les choses en grand. Oubliez tout ce que vous pensiez &#8230; <a href="http://zut-magazine.com/street-bouche-festival-2017-coop/" >&#8594;</a>
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <div id="attachment_16632" style="width: 630px" class="wp-caption aligncenter"><a href="http://zut-magazine.com/street-bouche-festival-2017-coop"><img class="wp-image-16632 size-full" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_Street-Bouche-Festival-Coop.jpg" alt="" width="620" height="620" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_Street-Bouche-Festival-Coop.jpg 620w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_Street-Bouche-Festival-Coop-150x150.jpg 150w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_Street-Bouche-Festival-Coop-300x300.jpg 300w" sizes="(max-width: 620px) 100vw, 620px" /></a></p>
<p class="wp-caption-text">Photo de la première édition du Street Bouche Festival en 2016, à la Coop. Espérons que la météo soit aussi clémente&#8230; (document remis)</p>
</div>
<p style="text-align: left;"><strong>Découvrir de nouvelles saveurs et initiatives gastronomiques locales et respectueuses de l&rsquo;environnement dans une ambiance décontractée sur fond de DJ set, voilà ce que promet cette seconde édition du <a href="https://www.facebook.com/streetbouche/">Street Bouche festival</a>, ces 16 et 17 septembre à la Coop. Attention : dernier week-end d&rsquo;ouverture de la Coop avant travaux !</strong><span id="more-16603"></span></p>
<p style="text-align: justify;">Après une première édition réussie l&rsquo;année passée, le festival de street food revient pour une seconde édition et voit les choses en grand.</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Oubliez tout ce que vous pensiez savoir sur la street food</strong></p>
<p style="text-align: justify;"><em>« Quand on parle de street food les premières choses qui viennent à l&rsquo;esprit sont les grandes chaines de fast food comme McDo, Quick ou encore KFC&#8230; Avec le festival on a voulu montrer que la street food ce n&rsquo;est pas que ça ! Mais aussi pleins d&rsquo;initiatives de gastronomie saines et locales », </em>explique Laurent, l&rsquo;un des organisateurs du festival.</p>
<p style="text-align: justify;">Le <a href="https://www.facebook.com/streetbouche/">Street Bouche festival</a> c&rsquo;est avant tout l&rsquo;histoire d&rsquo;un groupe de passionnés, trentenaires, issus du monde de la musique et de l&rsquo;évènementiel, convaincus que de <strong>nouveaux modes de consommation sont possibles</strong>. Un seul mot d&rsquo;ordre : une cuisine de <strong>qualité</strong> avec des produits <strong>sains, locaux et de saison.</strong></p>
<p style="text-align: justify;">Cette identité forte se retrouve dans les valeurs du collectif, au cœur du festival c&rsquo;est l<strong>&lsquo;éco-responsabilité qui est mise à l&rsquo;honneur :</strong> <em>« Cette année encore, on a établi un cahier des charges pour sélectionner les foodtrucks et les artisans présents : des produits de qualité et de saison, une réduction des déchets, l&rsquo;utilisation de matériaux recyclables et la valorisation des circuits-courts. C&rsquo;est vers là qu&rsquo;on veut aller et emmener le public. »</em></p>
<div id="attachment_16634" style="width: 510px" class="wp-caption aligncenter"><img class="wp-image-16634 size-full" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_Street-Bouche-Festival-Coop-food-truck.jpg" alt="" width="500" height="500" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_Street-Bouche-Festival-Coop-food-truck.jpg 500w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_Street-Bouche-Festival-Coop-food-truck-150x150.jpg 150w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_Street-Bouche-Festival-Coop-food-truck-300x300.jpg 300w" sizes="(max-width: 500px) 100vw, 500px" /></p>
<p class="wp-caption-text">Les foodtrucks et le public lors de l&rsquo;édition 2016 du Street Bouche festival, installés à la Virgule à la Coop. (document remis)</p>
</div>
<p style="text-align: justify;">Plus qu&rsquo;un festival musico-culinaire, c&rsquo;est un <strong>concept unique</strong> qui est proposé ici : plus de <strong>50 foodtrucks</strong> présents aux tendances culinaires de tous les horizons, venus de <strong>toute la France et des quatre coins de l&rsquo;Europe</strong>, rassemblées autour de valeurs communes : <strong>le partage, le développement de l&rsquo;économie locale, la transmission, le multiculturalisme et la cuisine de qualité évidemment.</strong></p>
<p style="text-align: justify;">Que vous soyez dingue de viande, végétarien ou végan convaincu, tout est fait pour que <strong>chacun trouve son bonheur</strong>, dans une volonté d&rsquo;inclure tous les régimes alimentaires, tous les budgets et tous les goûts. On valide.</p>
<p style="text-align: justify;">Le <a href="https://www.facebook.com/streetbouche/">Street Bouche festival</a> c&rsquo;est aussi l&rsquo;<strong>occasion rêvée</strong>, pour les gourmands que nous sommes, pour découvrir des chefs restaurateurs ambulants, venus de toute l&rsquo;Europe présenter leur carte et leurs produits pour <em>« créer une véritable expérience, faciliter les rencontres, faire découvrir de nouvelles saveurs et sensibiliser le public à nos valeurs, tout en mixant les personnes : les trentenaires un peu bobos, les familles, les étudiants, les curieux, le tout dans un cadre unique et éphémère. »</em></p>
<p style="text-align: justify;">Éphémère car rappelons le, la COOP sera fermée au public pour travaux jusqu&rsquo;à sa réouverture en 2019. À ce titre, les acteurs de la <strong>COOP de demain</strong> seront présents tout au long du week-end sur le <a href="https://www.facebook.com/events/169554996949834/?acontext=%7B%22ref%22%3A%223%22%2C%22ref_newsfeed_story_type%22%3A%22regular%22%2C%22feed_story_type%22%3A%22361%22%2C%22action_history%22%3A%22null%22%7D">Village COOP 2019</a> pour rencontrer le public et présenter leurs projets autour de différents ateliers, animations et installations artistiques en plein air.</p>
<div id="attachment_16633" style="width: 510px" class="wp-caption aligncenter"><img class="wp-image-16633 size-full" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_Street-Bouche-Festival-Coop_logo-ecologie.jpg" alt="" width="500" height="500" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_Street-Bouche-Festival-Coop_logo-ecologie.jpg 500w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_Street-Bouche-Festival-Coop_logo-ecologie-150x150.jpg 150w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_Street-Bouche-Festival-Coop_logo-ecologie-300x300.jpg 300w" sizes="(max-width: 500px) 100vw, 500px" /></p>
<p class="wp-caption-text">Street Bouche, un festival aussi écologique que convivial&#8230; (document remis)</p>
</div>
<p style="text-align: justify;"><strong>Des talents locaux de la gastronomie de demain </strong></p>
<p style="text-align: justify;">Au « Fresh Merch », <strong>véritable village-marché de la gastronomie locale</strong>, on pourra rencontrer les <strong>acteurs innovants de nos régions</strong>, qui présenteront leurs savoir-faire et prouveront que d&rsquo;autres modes de production sont possibles, en adéquation avec notre environnement et la saisonnalité. <em>« On a la chance en Alsace d&rsquo;avoir énormément de producteurs et d&rsquo;agriculteurs et c&rsquo;est ça qu&rsquo;on veut mettre en avant : profiter de ce que le terroir nous offre et respecter la saisonnalité des produits. Il faut qu&rsquo;on arrive à comprendre collectivement qu&rsquo;il faut arrêter de consommer et d&rsquo;acheter des produits d&rsquo;été en plein mois de décembre. »</em></p>
<p style="text-align: justify;">Cavistes, brasseurs, fermiers, pâtissiers, producteurs, seront tous présents pour nous faire (re)découvrir les produits de notre terroir et <strong>valoriser le patrimoine culinaire d&rsquo;ici et d&rsquo;ailleurs. </strong>On en salive d&rsquo;avance !</p>
<p style="text-align: justify;">Le festival se veut avant tout <strong>convivial et familial</strong>, les petits aussi auront de quoi s&rsquo;amuser : trois associations locales seront regroupées dans la « Kiddo Area » où plusieurs ateliers et autres animations seront proposés <strong>pour sensibiliser nos petites têtes blondes</strong> à l&rsquo;environnement, à l&rsquo;agriculture et à la cuisine dans un cadre <strong>ludique</strong> et <strong>musical</strong>.</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>De la gastronomie au hip-hop</strong></p>
<p style="text-align: justify;">Immanquable et au cœur de l&rsquo;identité Street Bouche : <strong>la culture urbaine</strong> qui accompagnera le festival tout au long de ces deux jours. Au programme ? Une succession d&rsquo;illustrateurs, de graffeurs, de décorateurs, avec musique<strong> </strong>en continu<strong> </strong>de DJs issus de la scène strasbourgeoise (mention particulière pour DJ Chill du collectif <a href="https://www.facebook.com/event.closely/">Closely</a> qui nous a fait nous dandiner plus d&rsquo;une fois) et européenne pour nous faire profiter au maximum.</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Manger tout en dansant, le paradis n&rsquo;est pas loin</strong></p>
<p style="text-align: justify;">En parallèle du festival, une <strong><a href="https://www.facebook.com/events/122846348444019/?acontext=%7B%22ref%22%3A%2244%22%2C%22unit_ref%22%3A%22related_events%22%2C%22action_history%22%3A%22[%7B%5C%22surface%5C%22%3A%5C%22permalink%5C%22%2C%5C%22mechanism%5C%22%3A%5C%22RHC%5C%22%2C%5C%22extra_data%5C%22%3A[]%7D]%22%7D">soirée clubbing est organisée</a>,</strong> mêlant sonorités hip-hop et musique électronique (samedi soir sur le site de la Virgule à côté de la COOP), où <strong>trois pointures de la scène hip-hop et électro </strong>seront présentes pour nous faire danser jusqu&rsquo;au bout de la nuit et une dernière fois dans ce lieu exceptionnel.</p>
<p style="text-align: justify;">Le Street Bouche festival c&rsquo;est surtout une bouffée d&rsquo;air frais, une bonne dose d&rsquo;optimisme et de convivialité au cœur d&rsquo;un mois de septembre un peu morose&#8230; Il faut bien l&rsquo;avouer.</p>
<p style="text-align: justify;"><a href="https://www.facebook.com/events/1945864265646947/">Street Bouche festival<br />
</a><strong>16 au 17 Septembre à Strasbourg, à la </strong><strong>COOP, </strong><strong>rue de la Coopérative<br />
</strong><strong>Événement gratuit</strong></p>
<p style="text-align: justify;">Par Alexandre Zebdi<br />
Photos : Documents remis</p>

                        )

                    [wfw] => Array
                        (
                            [commentrss#] => 1
                            [commentrss] => http://zut-magazine.com/street-bouche-festival-2017-coop/feed/
                        )

                    [slash] => Array
                        (
                            [comments#] => 1
                            [comments] => 0
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => Découvrir de nouvelles saveurs et initiatives gastronomiques locales et respectueuses de l&#8217;environnement dans une ambiance décontractée sur fond de DJ set, voilà ce que promet cette seconde édition du Street Bouche festival, ces 16 et 17 septembre à la Coop. Attention : dernier week-end d&#8217;ouverture de la Coop avant travaux ! Après une première édition réussie l&#8217;année passée, le festival de street food revient pour une seconde édition et voit les choses en grand. Oubliez tout ce que vous pensiez &#8230; <a href="http://zut-magazine.com/street-bouche-festival-2017-coop/" >&#8594;</a>
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <div id="attachment_16632" style="width: 630px" class="wp-caption aligncenter"><a href="http://zut-magazine.com/street-bouche-festival-2017-coop"><img class="wp-image-16632 size-full" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_Street-Bouche-Festival-Coop.jpg" alt="" width="620" height="620" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_Street-Bouche-Festival-Coop.jpg 620w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_Street-Bouche-Festival-Coop-150x150.jpg 150w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_Street-Bouche-Festival-Coop-300x300.jpg 300w" sizes="(max-width: 620px) 100vw, 620px" /></a></p>
<p class="wp-caption-text">Photo de la première édition du Street Bouche Festival en 2016, à la Coop. Espérons que la météo soit aussi clémente&#8230; (document remis)</p>
</div>
<p style="text-align: left;"><strong>Découvrir de nouvelles saveurs et initiatives gastronomiques locales et respectueuses de l&rsquo;environnement dans une ambiance décontractée sur fond de DJ set, voilà ce que promet cette seconde édition du <a href="https://www.facebook.com/streetbouche/">Street Bouche festival</a>, ces 16 et 17 septembre à la Coop. Attention : dernier week-end d&rsquo;ouverture de la Coop avant travaux !</strong><span id="more-16603"></span></p>
<p style="text-align: justify;">Après une première édition réussie l&rsquo;année passée, le festival de street food revient pour une seconde édition et voit les choses en grand.</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Oubliez tout ce que vous pensiez savoir sur la street food</strong></p>
<p style="text-align: justify;"><em>« Quand on parle de street food les premières choses qui viennent à l&rsquo;esprit sont les grandes chaines de fast food comme McDo, Quick ou encore KFC&#8230; Avec le festival on a voulu montrer que la street food ce n&rsquo;est pas que ça ! Mais aussi pleins d&rsquo;initiatives de gastronomie saines et locales », </em>explique Laurent, l&rsquo;un des organisateurs du festival.</p>
<p style="text-align: justify;">Le <a href="https://www.facebook.com/streetbouche/">Street Bouche festival</a> c&rsquo;est avant tout l&rsquo;histoire d&rsquo;un groupe de passionnés, trentenaires, issus du monde de la musique et de l&rsquo;évènementiel, convaincus que de <strong>nouveaux modes de consommation sont possibles</strong>. Un seul mot d&rsquo;ordre : une cuisine de <strong>qualité</strong> avec des produits <strong>sains, locaux et de saison.</strong></p>
<p style="text-align: justify;">Cette identité forte se retrouve dans les valeurs du collectif, au cœur du festival c&rsquo;est l<strong>&lsquo;éco-responsabilité qui est mise à l&rsquo;honneur :</strong> <em>« Cette année encore, on a établi un cahier des charges pour sélectionner les foodtrucks et les artisans présents : des produits de qualité et de saison, une réduction des déchets, l&rsquo;utilisation de matériaux recyclables et la valorisation des circuits-courts. C&rsquo;est vers là qu&rsquo;on veut aller et emmener le public. »</em></p>
<div id="attachment_16634" style="width: 510px" class="wp-caption aligncenter"><img class="wp-image-16634 size-full" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_Street-Bouche-Festival-Coop-food-truck.jpg" alt="" width="500" height="500" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_Street-Bouche-Festival-Coop-food-truck.jpg 500w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_Street-Bouche-Festival-Coop-food-truck-150x150.jpg 150w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_Street-Bouche-Festival-Coop-food-truck-300x300.jpg 300w" sizes="(max-width: 500px) 100vw, 500px" /></p>
<p class="wp-caption-text">Les foodtrucks et le public lors de l&rsquo;édition 2016 du Street Bouche festival, installés à la Virgule à la Coop. (document remis)</p>
</div>
<p style="text-align: justify;">Plus qu&rsquo;un festival musico-culinaire, c&rsquo;est un <strong>concept unique</strong> qui est proposé ici : plus de <strong>50 foodtrucks</strong> présents aux tendances culinaires de tous les horizons, venus de <strong>toute la France et des quatre coins de l&rsquo;Europe</strong>, rassemblées autour de valeurs communes : <strong>le partage, le développement de l&rsquo;économie locale, la transmission, le multiculturalisme et la cuisine de qualité évidemment.</strong></p>
<p style="text-align: justify;">Que vous soyez dingue de viande, végétarien ou végan convaincu, tout est fait pour que <strong>chacun trouve son bonheur</strong>, dans une volonté d&rsquo;inclure tous les régimes alimentaires, tous les budgets et tous les goûts. On valide.</p>
<p style="text-align: justify;">Le <a href="https://www.facebook.com/streetbouche/">Street Bouche festival</a> c&rsquo;est aussi l&rsquo;<strong>occasion rêvée</strong>, pour les gourmands que nous sommes, pour découvrir des chefs restaurateurs ambulants, venus de toute l&rsquo;Europe présenter leur carte et leurs produits pour <em>« créer une véritable expérience, faciliter les rencontres, faire découvrir de nouvelles saveurs et sensibiliser le public à nos valeurs, tout en mixant les personnes : les trentenaires un peu bobos, les familles, les étudiants, les curieux, le tout dans un cadre unique et éphémère. »</em></p>
<p style="text-align: justify;">Éphémère car rappelons le, la COOP sera fermée au public pour travaux jusqu&rsquo;à sa réouverture en 2019. À ce titre, les acteurs de la <strong>COOP de demain</strong> seront présents tout au long du week-end sur le <a href="https://www.facebook.com/events/169554996949834/?acontext=%7B%22ref%22%3A%223%22%2C%22ref_newsfeed_story_type%22%3A%22regular%22%2C%22feed_story_type%22%3A%22361%22%2C%22action_history%22%3A%22null%22%7D">Village COOP 2019</a> pour rencontrer le public et présenter leurs projets autour de différents ateliers, animations et installations artistiques en plein air.</p>
<div id="attachment_16633" style="width: 510px" class="wp-caption aligncenter"><img class="wp-image-16633 size-full" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_Street-Bouche-Festival-Coop_logo-ecologie.jpg" alt="" width="500" height="500" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_Street-Bouche-Festival-Coop_logo-ecologie.jpg 500w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_Street-Bouche-Festival-Coop_logo-ecologie-150x150.jpg 150w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_Street-Bouche-Festival-Coop_logo-ecologie-300x300.jpg 300w" sizes="(max-width: 500px) 100vw, 500px" /></p>
<p class="wp-caption-text">Street Bouche, un festival aussi écologique que convivial&#8230; (document remis)</p>
</div>
<p style="text-align: justify;"><strong>Des talents locaux de la gastronomie de demain </strong></p>
<p style="text-align: justify;">Au « Fresh Merch », <strong>véritable village-marché de la gastronomie locale</strong>, on pourra rencontrer les <strong>acteurs innovants de nos régions</strong>, qui présenteront leurs savoir-faire et prouveront que d&rsquo;autres modes de production sont possibles, en adéquation avec notre environnement et la saisonnalité. <em>« On a la chance en Alsace d&rsquo;avoir énormément de producteurs et d&rsquo;agriculteurs et c&rsquo;est ça qu&rsquo;on veut mettre en avant : profiter de ce que le terroir nous offre et respecter la saisonnalité des produits. Il faut qu&rsquo;on arrive à comprendre collectivement qu&rsquo;il faut arrêter de consommer et d&rsquo;acheter des produits d&rsquo;été en plein mois de décembre. »</em></p>
<p style="text-align: justify;">Cavistes, brasseurs, fermiers, pâtissiers, producteurs, seront tous présents pour nous faire (re)découvrir les produits de notre terroir et <strong>valoriser le patrimoine culinaire d&rsquo;ici et d&rsquo;ailleurs. </strong>On en salive d&rsquo;avance !</p>
<p style="text-align: justify;">Le festival se veut avant tout <strong>convivial et familial</strong>, les petits aussi auront de quoi s&rsquo;amuser : trois associations locales seront regroupées dans la « Kiddo Area » où plusieurs ateliers et autres animations seront proposés <strong>pour sensibiliser nos petites têtes blondes</strong> à l&rsquo;environnement, à l&rsquo;agriculture et à la cuisine dans un cadre <strong>ludique</strong> et <strong>musical</strong>.</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>De la gastronomie au hip-hop</strong></p>
<p style="text-align: justify;">Immanquable et au cœur de l&rsquo;identité Street Bouche : <strong>la culture urbaine</strong> qui accompagnera le festival tout au long de ces deux jours. Au programme ? Une succession d&rsquo;illustrateurs, de graffeurs, de décorateurs, avec musique<strong> </strong>en continu<strong> </strong>de DJs issus de la scène strasbourgeoise (mention particulière pour DJ Chill du collectif <a href="https://www.facebook.com/event.closely/">Closely</a> qui nous a fait nous dandiner plus d&rsquo;une fois) et européenne pour nous faire profiter au maximum.</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Manger tout en dansant, le paradis n&rsquo;est pas loin</strong></p>
<p style="text-align: justify;">En parallèle du festival, une <strong><a href="https://www.facebook.com/events/122846348444019/?acontext=%7B%22ref%22%3A%2244%22%2C%22unit_ref%22%3A%22related_events%22%2C%22action_history%22%3A%22[%7B%5C%22surface%5C%22%3A%5C%22permalink%5C%22%2C%5C%22mechanism%5C%22%3A%5C%22RHC%5C%22%2C%5C%22extra_data%5C%22%3A[]%7D]%22%7D">soirée clubbing est organisée</a>,</strong> mêlant sonorités hip-hop et musique électronique (samedi soir sur le site de la Virgule à côté de la COOP), où <strong>trois pointures de la scène hip-hop et électro </strong>seront présentes pour nous faire danser jusqu&rsquo;au bout de la nuit et une dernière fois dans ce lieu exceptionnel.</p>
<p style="text-align: justify;">Le Street Bouche festival c&rsquo;est surtout une bouffée d&rsquo;air frais, une bonne dose d&rsquo;optimisme et de convivialité au cœur d&rsquo;un mois de septembre un peu morose&#8230; Il faut bien l&rsquo;avouer.</p>
<p style="text-align: justify;"><a href="https://www.facebook.com/events/1945864265646947/">Street Bouche festival<br />
</a><strong>16 au 17 Septembre à Strasbourg, à la </strong><strong>COOP, </strong><strong>rue de la Coopérative<br />
</strong><strong>Événement gratuit</strong></p>
<p style="text-align: justify;">Par Alexandre Zebdi<br />
Photos : Documents remis</p>

                    [category@term] => CULTURE
                    [category#2@term] => Festival
                    [category#3@term] => Gastronomie
                    [category#4@term] => LIFESTYLE
                    [category#5@term] => STRASBOURG
                    [category#6@term] => Chill
                    [category#7@term] => Closely
                    [category#8@term] => Coop
                    [category#9@term] => Street Bouche
                    [date_timestamp] => 1505313517
                )

            [2] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Siptrott’s
                    [link#] => 1
                    [link] => http://zut-magazine.com/siptrotts-sculpteurs-portrait/
                    [comments#] => 1
                    [comments] => http://zut-magazine.com/siptrotts-sculpteurs-portrait/#respond
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Tue, 12 Sep 2017 09:24:32 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Zut alors
                            [subject#] => 7
                            [subject] => CULTURE
                            [subject#2] => Green
                            [subject#3] => HAUT-RHIN
                            [subject#4] => Non classé
                            [subject#5] => Rencontre
                            [subject#6] => Sculpture
                            [subject#7] => Siptrott
                        )

                    [category#] => 7
                    [category] => CULTURE
                    [category#2] => Green
                    [category#3] => HAUT-RHIN
                    [category#4] => Non classé
                    [category#5] => Rencontre
                    [category#6] => Sculpture
                    [category#7] => Siptrott
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => http://zut-magazine.com/?p=15781
                    [description#] => 1
                    [description] => Ils forment un couple d’artistes, à la scène comme à la ville… ou à la forêt plutôt, celle qu’ils habitent depuis des lustres et qu’ils quittent parfois pour exposer leurs œuvres aux quatre coins du monde. Pour mieux y revenir. Suivant leur route. Aussi unis que leurs doigts de sculpteurs, ils signent de leur nom de famille pas commun assorti du signe pluriel : Siptrott’s. Portrait en pied de lettres de France et Hugues qui font de leur vie une œuvre &#8230; <a href="http://zut-magazine.com/siptrotts-sculpteurs-portrait/" >&#8594;</a>
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p style="text-align: justify;"><strong>Ils forment un couple d’artistes, à la scène comme à la ville… ou à la forêt plutôt, celle qu’ils habitent depuis des lustres et qu’ils quittent parfois pour exposer leurs œuvres aux quatre coins du monde. Pour mieux y revenir. Suivant leur route. Aussi unis que leurs doigts de sculpteurs, ils signent de leur nom de famille pas commun assorti du signe pluriel : Siptrott’s. </strong><strong>Portrait </strong><strong>en pied de lettres de France et Hugues qui font de leur vie une œuvre d’art, creusant leur sillon dans la vallée de leur ferveur.</strong></p>
<div id="attachment_15782" style="width: 470px" class="wp-caption aligncenter"><a href="http://zut-magazine.com/siptrotts-sculpteurs-portrait"><img class="wp-image-15782" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-portrait-1-©chirstophe-urbain.jpg" alt="" width="460" height="460" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-portrait-1-©chirstophe-urbain.jpg 620w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-portrait-1-©chirstophe-urbain-150x150.jpg 150w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-portrait-1-©chirstophe-urbain-300x300.jpg 300w" sizes="(max-width: 460px) 100vw, 460px" /></a></p>
<p class="wp-caption-text">France et Hugues Siptrott dans leur environnement ©Christophe Urbain</p>
</div>
<p style="text-align: justify;">Au fin fond de la forêt de Nonnenhardt. Quelques corps de bâtiments, plusieurs hectares, pensés, retapés, animés, habités, jusque dans les moindres détails, par France et Hugues, leurs poules, moutons, vaches, chevaux et autres habitants de la compagnie Siptrott. <strong>Une œuvre en soi. Vivante.</strong> Dans le jardin, on croise certaines de leurs <strong>sculptures polychromes</strong>, les modèles en terre cuite des installations en bronze qui trônent ailleurs dans le monde.</p>
<p style="text-align: justify;"><span id="more-15781"></span></p>
<div id="attachment_15783" style="width: 393px" class="wp-caption alignleft"><img class="wp-image-15783" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptroot-sculpture-4-©christohpe-urbain.jpg" alt="" width="383" height="383" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptroot-sculpture-4-©christohpe-urbain.jpg 500w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptroot-sculpture-4-©christohpe-urbain-150x150.jpg 150w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptroot-sculpture-4-©christohpe-urbain-300x300.jpg 300w" sizes="(max-width: 383px) 100vw, 383px" /></p>
<p class="wp-caption-text">©Christophe Urbain</p>
</div>
<p style="text-align: justify;">Lui avait des <strong>oncles sculpteurs</strong>, elle un <strong>sens artistique</strong> profond. Et l’<strong>idéal</strong> ou l’<strong>utopie</strong> comme quelque chose à réaliser. <em>« On était très candides, tout était possible, on le croyait vraiment (&#8230;) On était toujours au bord des choses…» </em>Hugues rectifie : <em>« On n’était pas au bord, on était à l’origine, complètement <strong>expérimental</strong>. »</em></p>
<p style="text-align: left;">Hugues conçoit l’œuvre comme un <strong>truchement</strong>, un moyen par lequel tu arrives à modifier ta vision du monde, à travailler sur lui, et à modifier la vision de l’autre, en espérance.<em> « Le monde est ce qu’il est. Mais s’il y a un axe personnel par lequel on peut cheminer, c’est le truchement de l’œuvre ; musique, peinture, sculpture, peu importe… L’œuvre est un passage, un lieu commun. Sentir que ça passe est l’une des <strong>voies d’enrichissement personnel</strong> de chacun. » </em></p>
<p>&nbsp;</p>
<div id="attachment_15786" style="width: 456px" class="wp-caption aligncenter"><img class="wp-image-15786" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-sculpture-1-©chirstophe-urbain.jpg" alt="" width="446" height="446" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-sculpture-1-©chirstophe-urbain.jpg 500w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-sculpture-1-©chirstophe-urbain-150x150.jpg 150w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-sculpture-1-©chirstophe-urbain-300x300.jpg 300w" sizes="(max-width: 446px) 100vw, 446px" /></p>
<p class="wp-caption-text">©Christophe Urbain</p>
</div>
<p>&nbsp;</p>
<div id="attachment_15790" style="width: 438px" class="wp-caption aligncenter"><img class="wp-image-15790" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-scultpture-6-©christophe-urbain.jpg" alt="" width="428" height="428" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-scultpture-6-©christophe-urbain.jpg 500w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-scultpture-6-©christophe-urbain-150x150.jpg 150w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-scultpture-6-©christophe-urbain-300x300.jpg 300w" sizes="(max-width: 428px) 100vw, 428px" /></p>
<p class="wp-caption-text">©Christophe Urbain</p>
</div>
<p style="text-align: justify;">Un travail de création que France définit comme un <strong>don</strong> et décrit comme un saut de l’ange, le fameux plongeon. <em>« Dans la création, tu n’es que toi, seul au monde et, dans le lâcher prise qui s’apparente au saut, après toute la pesanteur qui a été la tienne, soudain tu te livres à l’apesanteur. »</em></p>
<p style="text-align: center;"><strong>L’apesanteur et la grâce</strong>.</p>
<p style="text-align: justify;">Le saut de l’ange est permanent chez France. Il y a chez elle une qualité de relation avec les autres et la nature très intime, très relâchée. Elle parle de <em>« l’oblation »</em> comme d’une <em>« attitude naturelle de révérence de l’être-là du monde »</em>, précisant que là <em>« on entre vraiment dans l’intime ».</em> Elle nous raconte son rapport avec les animaux, les fleurs, la nature… Hugues croit à l’œuvre : <em>« </em><em>L’essentiel est l’interrogation sur l’œuvre. <strong>Est-ce que l’œuvre ne peut pas être aussi un mode de vie ? </strong>»</em></p>
<p>&nbsp;</p>
<div id="attachment_15785" style="width: 436px" class="wp-caption alignright"><img class="wp-image-15785 " src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-portrait-3-©christophe-urbain.jpg" alt="" width="426" height="333" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-portrait-3-©christophe-urbain.jpg 500w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-portrait-3-©christophe-urbain-300x235.jpg 300w" sizes="(max-width: 426px) 100vw, 426px" /></p>
<p class="wp-caption-text">©Christophe Urbain</p>
</div>
<p style="text-align: justify;"><em>« On n’a jamais fait nos projets, Hugues et moi, sans qu’il y ait un récit. <strong>On raconte une histoire</strong>. A deux. Dès le début, il y avait toujours du texte, des poèmes, avec les œuvres plastiques. »</em> Hugues relève : <em>« On est arrivés ici par un livre… »</em> France complète : <em>« Cette vallée était une fiction. Complètement abandonnée… »</em> Hugues développe : <em>« On avait 33 ans, on a découvert le lieu ici. Je n’ai pas trouvé d’autre idée à proposer au propriétaire – qu’on ne connaissait pas – qu’une œuvre. Un an et demi après, nous avons transmis au baron de Dietrich <strong>un livre unique</strong>, relié plein cuir, qui racontait l’histoire de lieux qui tombent à l’abandon et attendent quelqu’un pour les reprendre ; il comportait des pages blanches à la fin, comme pour dire : la fin de l’histoire, c’est vous qui </em><em>l’écrivez… Il a dit que c’était son livre. Il nous a cédé le terrain.»</em></p>
<div id="attachment_15789" style="width: 511px" class="wp-caption aligncenter"><img class="wp-image-15789" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-sculpture-5-©christophe-urbain.jpg" alt="" width="501" height="501" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-sculpture-5-©christophe-urbain.jpg 620w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-sculpture-5-©christophe-urbain-150x150.jpg 150w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-sculpture-5-©christophe-urbain-300x300.jpg 300w" sizes="(max-width: 501px) 100vw, 501px" /></p>
<p class="wp-caption-text">©Christophe Urbain</p>
</div>
<p style="text-align: justify;"><strong>Siptrott</strong> est un nom d’origine nordique, avec ses trois t fascinants. <em>« Dans l’étymologie qu’on m’a donnée, révèle Hugues, il y a le marcheur d’endurance, Siptrotter. C’est quelqu’un qui marche, qui va, <strong>vers un but</strong>. Et j’ai vécu cela toute ma vie : il faut avancer, au trot. Ces trois T sont là fixés à ce même <strong>comportement monolithique</strong> : tu commandes, tu travailles et tu achèves. C’est comme ça. »</em> La sicilienne France est moins linéaire : <em>« Dans mon comportement, mon caractère, ma manière excessive de faire, il y a toujours quelque chose en trop. Je ne sais pas quoi en faire. Si tu m’enlèves mon trop, je suis moins que rien. Le trop me caractérise.</em></p>
<div id="attachment_15788" style="width: 498px" class="wp-caption aligncenter"><img class="wp-image-15788" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-sculpture-3-©christophe-urbain.jpg" alt="" width="488" height="488" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-sculpture-3-©christophe-urbain.jpg 500w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-sculpture-3-©christophe-urbain-150x150.jpg 150w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-sculpture-3-©christophe-urbain-300x300.jpg 300w" sizes="(max-width: 488px) 100vw, 488px" /></p>
<p class="wp-caption-text">©Christophe Urbain</p>
</div>
<p>&nbsp;</p>
<div id="attachment_15784" style="width: 486px" class="wp-caption aligncenter"><img class="wp-image-15784" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-portrait-2-©christophe-urbain.jpg" alt="" width="476" height="476" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-portrait-2-©christophe-urbain.jpg 500w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-portrait-2-©christophe-urbain-150x150.jpg 150w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-portrait-2-©christophe-urbain-300x300.jpg 300w" sizes="(max-width: 476px) 100vw, 476px" /></p>
<p class="wp-caption-text">©Christophe Urbain</p>
</div>
<p style="text-align: justify;"><em>« Notre projet était de travailler ici dans ce lieu et de concourir pour toutes les choses qu’on a faites. » Ici comme ailleurs. « On a siptrotté », résume France.  </em>Une belle façon d’habiter l’existence à deux, de tisser leur histoire, leur œuvre, leur toile, avec la volonté de <strong>suivre un chemin de terre, jusqu’au bout.</strong></p>
<p>&nbsp;</p>
<p style="text-align: justify;">Par Jean Hansmaennel</p>
<p style="text-align: justify;">Mise en scène: Roland Anstett</p>
<p style="text-align: justify;">Photos: Christophe Urbain</p>
<p>&nbsp;</p>

                        )

                    [wfw] => Array
                        (
                            [commentrss#] => 1
                            [commentrss] => http://zut-magazine.com/siptrotts-sculpteurs-portrait/feed/
                        )

                    [slash] => Array
                        (
                            [comments#] => 1
                            [comments] => 0
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => Ils forment un couple d’artistes, à la scène comme à la ville… ou à la forêt plutôt, celle qu’ils habitent depuis des lustres et qu’ils quittent parfois pour exposer leurs œuvres aux quatre coins du monde. Pour mieux y revenir. Suivant leur route. Aussi unis que leurs doigts de sculpteurs, ils signent de leur nom de famille pas commun assorti du signe pluriel : Siptrott’s. Portrait en pied de lettres de France et Hugues qui font de leur vie une œuvre &#8230; <a href="http://zut-magazine.com/siptrotts-sculpteurs-portrait/" >&#8594;</a>
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p style="text-align: justify;"><strong>Ils forment un couple d’artistes, à la scène comme à la ville… ou à la forêt plutôt, celle qu’ils habitent depuis des lustres et qu’ils quittent parfois pour exposer leurs œuvres aux quatre coins du monde. Pour mieux y revenir. Suivant leur route. Aussi unis que leurs doigts de sculpteurs, ils signent de leur nom de famille pas commun assorti du signe pluriel : Siptrott’s. </strong><strong>Portrait </strong><strong>en pied de lettres de France et Hugues qui font de leur vie une œuvre d’art, creusant leur sillon dans la vallée de leur ferveur.</strong></p>
<div id="attachment_15782" style="width: 470px" class="wp-caption aligncenter"><a href="http://zut-magazine.com/siptrotts-sculpteurs-portrait"><img class="wp-image-15782" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-portrait-1-©chirstophe-urbain.jpg" alt="" width="460" height="460" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-portrait-1-©chirstophe-urbain.jpg 620w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-portrait-1-©chirstophe-urbain-150x150.jpg 150w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-portrait-1-©chirstophe-urbain-300x300.jpg 300w" sizes="(max-width: 460px) 100vw, 460px" /></a></p>
<p class="wp-caption-text">France et Hugues Siptrott dans leur environnement ©Christophe Urbain</p>
</div>
<p style="text-align: justify;">Au fin fond de la forêt de Nonnenhardt. Quelques corps de bâtiments, plusieurs hectares, pensés, retapés, animés, habités, jusque dans les moindres détails, par France et Hugues, leurs poules, moutons, vaches, chevaux et autres habitants de la compagnie Siptrott. <strong>Une œuvre en soi. Vivante.</strong> Dans le jardin, on croise certaines de leurs <strong>sculptures polychromes</strong>, les modèles en terre cuite des installations en bronze qui trônent ailleurs dans le monde.</p>
<p style="text-align: justify;"><span id="more-15781"></span></p>
<div id="attachment_15783" style="width: 393px" class="wp-caption alignleft"><img class="wp-image-15783" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptroot-sculpture-4-©christohpe-urbain.jpg" alt="" width="383" height="383" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptroot-sculpture-4-©christohpe-urbain.jpg 500w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptroot-sculpture-4-©christohpe-urbain-150x150.jpg 150w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptroot-sculpture-4-©christohpe-urbain-300x300.jpg 300w" sizes="(max-width: 383px) 100vw, 383px" /></p>
<p class="wp-caption-text">©Christophe Urbain</p>
</div>
<p style="text-align: justify;">Lui avait des <strong>oncles sculpteurs</strong>, elle un <strong>sens artistique</strong> profond. Et l’<strong>idéal</strong> ou l’<strong>utopie</strong> comme quelque chose à réaliser. <em>« On était très candides, tout était possible, on le croyait vraiment (&#8230;) On était toujours au bord des choses…» </em>Hugues rectifie : <em>« On n’était pas au bord, on était à l’origine, complètement <strong>expérimental</strong>. »</em></p>
<p style="text-align: left;">Hugues conçoit l’œuvre comme un <strong>truchement</strong>, un moyen par lequel tu arrives à modifier ta vision du monde, à travailler sur lui, et à modifier la vision de l’autre, en espérance.<em> « Le monde est ce qu’il est. Mais s’il y a un axe personnel par lequel on peut cheminer, c’est le truchement de l’œuvre ; musique, peinture, sculpture, peu importe… L’œuvre est un passage, un lieu commun. Sentir que ça passe est l’une des <strong>voies d’enrichissement personnel</strong> de chacun. » </em></p>
<p>&nbsp;</p>
<div id="attachment_15786" style="width: 456px" class="wp-caption aligncenter"><img class="wp-image-15786" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-sculpture-1-©chirstophe-urbain.jpg" alt="" width="446" height="446" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-sculpture-1-©chirstophe-urbain.jpg 500w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-sculpture-1-©chirstophe-urbain-150x150.jpg 150w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-sculpture-1-©chirstophe-urbain-300x300.jpg 300w" sizes="(max-width: 446px) 100vw, 446px" /></p>
<p class="wp-caption-text">©Christophe Urbain</p>
</div>
<p>&nbsp;</p>
<div id="attachment_15790" style="width: 438px" class="wp-caption aligncenter"><img class="wp-image-15790" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-scultpture-6-©christophe-urbain.jpg" alt="" width="428" height="428" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-scultpture-6-©christophe-urbain.jpg 500w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-scultpture-6-©christophe-urbain-150x150.jpg 150w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-scultpture-6-©christophe-urbain-300x300.jpg 300w" sizes="(max-width: 428px) 100vw, 428px" /></p>
<p class="wp-caption-text">©Christophe Urbain</p>
</div>
<p style="text-align: justify;">Un travail de création que France définit comme un <strong>don</strong> et décrit comme un saut de l’ange, le fameux plongeon. <em>« Dans la création, tu n’es que toi, seul au monde et, dans le lâcher prise qui s’apparente au saut, après toute la pesanteur qui a été la tienne, soudain tu te livres à l’apesanteur. »</em></p>
<p style="text-align: center;"><strong>L’apesanteur et la grâce</strong>.</p>
<p style="text-align: justify;">Le saut de l’ange est permanent chez France. Il y a chez elle une qualité de relation avec les autres et la nature très intime, très relâchée. Elle parle de <em>« l’oblation »</em> comme d’une <em>« attitude naturelle de révérence de l’être-là du monde »</em>, précisant que là <em>« on entre vraiment dans l’intime ».</em> Elle nous raconte son rapport avec les animaux, les fleurs, la nature… Hugues croit à l’œuvre : <em>« </em><em>L’essentiel est l’interrogation sur l’œuvre. <strong>Est-ce que l’œuvre ne peut pas être aussi un mode de vie ? </strong>»</em></p>
<p>&nbsp;</p>
<div id="attachment_15785" style="width: 436px" class="wp-caption alignright"><img class="wp-image-15785 " src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-portrait-3-©christophe-urbain.jpg" alt="" width="426" height="333" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-portrait-3-©christophe-urbain.jpg 500w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-portrait-3-©christophe-urbain-300x235.jpg 300w" sizes="(max-width: 426px) 100vw, 426px" /></p>
<p class="wp-caption-text">©Christophe Urbain</p>
</div>
<p style="text-align: justify;"><em>« On n’a jamais fait nos projets, Hugues et moi, sans qu’il y ait un récit. <strong>On raconte une histoire</strong>. A deux. Dès le début, il y avait toujours du texte, des poèmes, avec les œuvres plastiques. »</em> Hugues relève : <em>« On est arrivés ici par un livre… »</em> France complète : <em>« Cette vallée était une fiction. Complètement abandonnée… »</em> Hugues développe : <em>« On avait 33 ans, on a découvert le lieu ici. Je n’ai pas trouvé d’autre idée à proposer au propriétaire – qu’on ne connaissait pas – qu’une œuvre. Un an et demi après, nous avons transmis au baron de Dietrich <strong>un livre unique</strong>, relié plein cuir, qui racontait l’histoire de lieux qui tombent à l’abandon et attendent quelqu’un pour les reprendre ; il comportait des pages blanches à la fin, comme pour dire : la fin de l’histoire, c’est vous qui </em><em>l’écrivez… Il a dit que c’était son livre. Il nous a cédé le terrain.»</em></p>
<div id="attachment_15789" style="width: 511px" class="wp-caption aligncenter"><img class="wp-image-15789" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-sculpture-5-©christophe-urbain.jpg" alt="" width="501" height="501" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-sculpture-5-©christophe-urbain.jpg 620w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-sculpture-5-©christophe-urbain-150x150.jpg 150w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-sculpture-5-©christophe-urbain-300x300.jpg 300w" sizes="(max-width: 501px) 100vw, 501px" /></p>
<p class="wp-caption-text">©Christophe Urbain</p>
</div>
<p style="text-align: justify;"><strong>Siptrott</strong> est un nom d’origine nordique, avec ses trois t fascinants. <em>« Dans l’étymologie qu’on m’a donnée, révèle Hugues, il y a le marcheur d’endurance, Siptrotter. C’est quelqu’un qui marche, qui va, <strong>vers un but</strong>. Et j’ai vécu cela toute ma vie : il faut avancer, au trot. Ces trois T sont là fixés à ce même <strong>comportement monolithique</strong> : tu commandes, tu travailles et tu achèves. C’est comme ça. »</em> La sicilienne France est moins linéaire : <em>« Dans mon comportement, mon caractère, ma manière excessive de faire, il y a toujours quelque chose en trop. Je ne sais pas quoi en faire. Si tu m’enlèves mon trop, je suis moins que rien. Le trop me caractérise.</em></p>
<div id="attachment_15788" style="width: 498px" class="wp-caption aligncenter"><img class="wp-image-15788" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-sculpture-3-©christophe-urbain.jpg" alt="" width="488" height="488" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-sculpture-3-©christophe-urbain.jpg 500w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-sculpture-3-©christophe-urbain-150x150.jpg 150w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-sculpture-3-©christophe-urbain-300x300.jpg 300w" sizes="(max-width: 488px) 100vw, 488px" /></p>
<p class="wp-caption-text">©Christophe Urbain</p>
</div>
<p>&nbsp;</p>
<div id="attachment_15784" style="width: 486px" class="wp-caption aligncenter"><img class="wp-image-15784" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-portrait-2-©christophe-urbain.jpg" alt="" width="476" height="476" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-portrait-2-©christophe-urbain.jpg 500w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-portrait-2-©christophe-urbain-150x150.jpg 150w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-web-siptrott-portrait-2-©christophe-urbain-300x300.jpg 300w" sizes="(max-width: 476px) 100vw, 476px" /></p>
<p class="wp-caption-text">©Christophe Urbain</p>
</div>
<p style="text-align: justify;"><em>« Notre projet était de travailler ici dans ce lieu et de concourir pour toutes les choses qu’on a faites. » Ici comme ailleurs. « On a siptrotté », résume France.  </em>Une belle façon d’habiter l’existence à deux, de tisser leur histoire, leur œuvre, leur toile, avec la volonté de <strong>suivre un chemin de terre, jusqu’au bout.</strong></p>
<p>&nbsp;</p>
<p style="text-align: justify;">Par Jean Hansmaennel</p>
<p style="text-align: justify;">Mise en scène: Roland Anstett</p>
<p style="text-align: justify;">Photos: Christophe Urbain</p>
<p>&nbsp;</p>

                    [category@term] => CULTURE
                    [category#2@term] => Green
                    [category#3@term] => HAUT-RHIN
                    [category#4@term] => Non classé
                    [category#5@term] => Rencontre
                    [category#6@term] => Sculpture
                    [category#7@term] => Siptrott
                    [date_timestamp] => 1505208272
                )

            [3] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Supertonic
                    [link#] => 1
                    [link] => http://zut-magazine.com/supertonic-bar-restaurant-strasbourg-gin-saucisse/
                    [comments#] => 1
                    [comments] => http://zut-magazine.com/supertonic-bar-restaurant-strasbourg-gin-saucisse/#respond
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Thu, 07 Sep 2017 14:28:55 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Cécile Becker
                            [subject#] => 8
                            [subject] => STRASBOURG
                            [subject#2] => Zut ! à table
                            [subject#3] => Atelier Poste 4
                            [subject#4] => Diabolo Poivre
                            [subject#5] => Jack London
                            [subject#6] => Joseph Thomas
                            [subject#7] => Supertonic
                            [subject#8] => V8 designers
                        )

                    [category#] => 8
                    [category] => STRASBOURG
                    [category#2] => Zut ! à table
                    [category#3] => Atelier Poste 4
                    [category#4] => Diabolo Poivre
                    [category#5] => Jack London
                    [category#6] => Joseph Thomas
                    [category#7] => Supertonic
                    [category#8] => V8 designers
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => http://zut-magazine.com/?p=16570
                    [description#] => 1
                    [description] => Dernier-né de la famille Diabolo Poivre, Supertonic, bar et restaurant à Strasbourg, invite les aventuriers du goût à associer (ou pas) gin et saucisse, mais surtout à découvrir les subtilités de cette boisson aux botaniques méconnues. Avec Joseph Thomas, passionné de gin en charge de Supertonic, nous nous remémorons avec nostalgie nos années adolescentes arrosées de boissons où l’overdose de sucre (ce bon vieux malibu-orange…) devait faire passer le goût si désagréable de l’alcool. Jack London, dans son livre John Barleycorn, &#8230; <a href="http://zut-magazine.com/supertonic-bar-restaurant-strasbourg-gin-saucisse/" >&#8594;</a>
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <div id="attachment_16571" style="width: 630px" class="wp-caption aligncenter"><a href="http://zut-magazine.com/supertonic-bar-restaurant-strasbourg-gin-saucisse"><img class="wp-image-16571 size-full" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_Supertonic_Gin-saucisse_©_Henri-Vogt.jpg" alt="" width="620" height="414" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_Supertonic_Gin-saucisse_©_Henri-Vogt.jpg 620w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_Supertonic_Gin-saucisse_©_Henri-Vogt-300x200.jpg 300w" sizes="(max-width: 620px) 100vw, 620px" /></a></p>
<p class="wp-caption-text">Gin et saucisse chez <a href="https://www.facebook.com/supertonicresto/">Supertonic</a>, le nouveau bar signé <a href="http://www.diabolo-poivre.com/">Diabolo Poivre</a>. © <a href="http://www.henrivogtphoto.com/">Henri Vogt</a></p>
</div>
<p><strong>Dernier-né de la famille <a href="http://www.diabolo-poivre.com/">Diabolo Poivre</a>, <a href="https://www.facebook.com/supertonicresto/">Supertonic,</a> bar et restaurant à Strasbourg, invite les aventuriers du goût à associer (ou pas) gin et saucisse, mais surtout à découvrir les subtilités de cette boisson aux botaniques méconnues.</strong></p>
<p><span id="more-16570"></span></p>
<p style="text-align: justify;">Avec <strong>Joseph Thomas</strong>, passionné de gin en charge de <strong><a href="https://www.facebook.com/supertonicresto/">Supertonic</a></strong>, nous nous remémorons avec nostalgie nos années adolescentes arrosées de boissons où l’overdose de sucre (ce bon vieux malibu-orange…) devait faire passer le goût si désagréable de l’alcool.<br />
Jack London, dans son livre <a href="https://www.babelio.com/livres/London-John-Barleycorn/55882"><em>John Barleycorn</em></a>, décrit avec perfection les relations paradoxales qui nous lient à l’alcool : tout au long de notre vie, nous cherchons à apprivoiser cet élixir dont on n’aime, au fond, jamais vraiment le goût mais qui nous pousse à perdre le contrôle, et donc à nous trouver. Aimer le « mauvais » gin, beaucoup d’entre nous en sont capables : son <strong>goût résineux</strong>, son <strong>amertume</strong> et ses reflux vaguement médicamenteux se sont longtemps accommodés du plus basique des tonics – dont l’excès de sucre masque, le temps de l’ingestion, l’âpreté.</p>
<div id="attachment_16573" style="width: 510px" class="wp-caption aligncenter"><img class="wp-image-16573 size-full" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_Supertonic_deco_V8-designers_Poste-4_©_Henri-Vogt.jpg" alt="" width="500" height="334" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_Supertonic_deco_V8-designers_Poste-4_©_Henri-Vogt.jpg 500w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_Supertonic_deco_V8-designers_Poste-4_©_Henri-Vogt-300x200.jpg 300w" sizes="(max-width: 500px) 100vw, 500px" /></p>
<p class="wp-caption-text">La déco a été réalisée par les <a href="http://www.v8designers.com/">V8 designers</a> et est épaulée par la charte graphique mise en place par l&rsquo;<a href="http://www.atelierposte4.com/">Atelier Poste 4</a>. © <a href="http://www.henrivogtphoto.com/">Henri Vogt</a></p>
</div>
<p style="text-align: justify;"><strong>Une belle sélection</strong></p>
<p>Que cela soit dit : le gin, ce n’est pas que ça. <em>« C’est un alcool dont la palette aromatique est beaucoup plus large qu’on ne le pense</em>, explique Joseph Thomas.<em> Si on aromatise à la base l’alcool de baies de genévrier, on peut y ajouter ce que l’on veut. »</em> C’est ce que l’on appelle justement les <strong>botaniques</strong> : herbes, épices, plantes ou fruits que l’on fait macérer ou que l’on redistille avec la base <strong>genévrier</strong>-alcool éthylique. Ici on trouvera une sélection de <strong>45 gins</strong> (qui sera augmentée au fil des saisons) – dont des infusions maison –, les notes de coriandre du <a href="http://www.tanqueray.com/">Tanqueray</a>, de la citronnelle dans l’excellent <a href="https://bobbysdrygin.com/">Bobby’s</a> – le favori du patron –, les agrumes du <a href="http://www.whisky.fr/50-pounds.html">Fifty Pounds</a>…</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Du choix dans un décor de choix</strong></p>
<p>Chaque gin peut être bu pur ou agrémenté de deux tonics différents, et même accompagné de sa saucisse made by la <strong><a href="http://www.boucherie-lorch.fr/les-cartes-9">boucherie artisanale Lorch</a></strong>. Une coquetterie qui nous fera retrouver la fameuse currywurst – clin d’œil à l’esprit Biergarten voulu par l’équipe – et découvrir une saucisse de veau arrosée de sauce miso.</p>
<p>Le tout dans un décor au poil concocté par les <a href="http://www.v8designers.com/">V8 designers</a> et charté par leurs amis de l’<a href="http://www.atelierposte4.com/">Atelier Poste 4</a>. C’est beau, c’est bon et on en ressort chancelant d’avoir redécouvert cet alcool trop longtemps oublié.</p>
<p><strong><a href="https://www.facebook.com/supertonicresto/">Supertonic</a></strong><br />
<strong>Ouvert tous les jours de 10h à 1h30</strong><br />
<strong>1, place d’Austerlitz</strong><br />
<strong>03 67 68 01 15</strong></p>
<p>Par Cécile Becker<br />
Photos : <a href="http://www.henrivogtphoto.com/">Henri Vogt</a></p>

                        )

                    [wfw] => Array
                        (
                            [commentrss#] => 1
                            [commentrss] => http://zut-magazine.com/supertonic-bar-restaurant-strasbourg-gin-saucisse/feed/
                        )

                    [slash] => Array
                        (
                            [comments#] => 1
                            [comments] => 0
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => Dernier-né de la famille Diabolo Poivre, Supertonic, bar et restaurant à Strasbourg, invite les aventuriers du goût à associer (ou pas) gin et saucisse, mais surtout à découvrir les subtilités de cette boisson aux botaniques méconnues. Avec Joseph Thomas, passionné de gin en charge de Supertonic, nous nous remémorons avec nostalgie nos années adolescentes arrosées de boissons où l’overdose de sucre (ce bon vieux malibu-orange…) devait faire passer le goût si désagréable de l’alcool. Jack London, dans son livre John Barleycorn, &#8230; <a href="http://zut-magazine.com/supertonic-bar-restaurant-strasbourg-gin-saucisse/" >&#8594;</a>
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <div id="attachment_16571" style="width: 630px" class="wp-caption aligncenter"><a href="http://zut-magazine.com/supertonic-bar-restaurant-strasbourg-gin-saucisse"><img class="wp-image-16571 size-full" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_Supertonic_Gin-saucisse_©_Henri-Vogt.jpg" alt="" width="620" height="414" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_Supertonic_Gin-saucisse_©_Henri-Vogt.jpg 620w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_Supertonic_Gin-saucisse_©_Henri-Vogt-300x200.jpg 300w" sizes="(max-width: 620px) 100vw, 620px" /></a></p>
<p class="wp-caption-text">Gin et saucisse chez <a href="https://www.facebook.com/supertonicresto/">Supertonic</a>, le nouveau bar signé <a href="http://www.diabolo-poivre.com/">Diabolo Poivre</a>. © <a href="http://www.henrivogtphoto.com/">Henri Vogt</a></p>
</div>
<p><strong>Dernier-né de la famille <a href="http://www.diabolo-poivre.com/">Diabolo Poivre</a>, <a href="https://www.facebook.com/supertonicresto/">Supertonic,</a> bar et restaurant à Strasbourg, invite les aventuriers du goût à associer (ou pas) gin et saucisse, mais surtout à découvrir les subtilités de cette boisson aux botaniques méconnues.</strong></p>
<p><span id="more-16570"></span></p>
<p style="text-align: justify;">Avec <strong>Joseph Thomas</strong>, passionné de gin en charge de <strong><a href="https://www.facebook.com/supertonicresto/">Supertonic</a></strong>, nous nous remémorons avec nostalgie nos années adolescentes arrosées de boissons où l’overdose de sucre (ce bon vieux malibu-orange…) devait faire passer le goût si désagréable de l’alcool.<br />
Jack London, dans son livre <a href="https://www.babelio.com/livres/London-John-Barleycorn/55882"><em>John Barleycorn</em></a>, décrit avec perfection les relations paradoxales qui nous lient à l’alcool : tout au long de notre vie, nous cherchons à apprivoiser cet élixir dont on n’aime, au fond, jamais vraiment le goût mais qui nous pousse à perdre le contrôle, et donc à nous trouver. Aimer le « mauvais » gin, beaucoup d’entre nous en sont capables : son <strong>goût résineux</strong>, son <strong>amertume</strong> et ses reflux vaguement médicamenteux se sont longtemps accommodés du plus basique des tonics – dont l’excès de sucre masque, le temps de l’ingestion, l’âpreté.</p>
<div id="attachment_16573" style="width: 510px" class="wp-caption aligncenter"><img class="wp-image-16573 size-full" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_Supertonic_deco_V8-designers_Poste-4_©_Henri-Vogt.jpg" alt="" width="500" height="334" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_Supertonic_deco_V8-designers_Poste-4_©_Henri-Vogt.jpg 500w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_Supertonic_deco_V8-designers_Poste-4_©_Henri-Vogt-300x200.jpg 300w" sizes="(max-width: 500px) 100vw, 500px" /></p>
<p class="wp-caption-text">La déco a été réalisée par les <a href="http://www.v8designers.com/">V8 designers</a> et est épaulée par la charte graphique mise en place par l&rsquo;<a href="http://www.atelierposte4.com/">Atelier Poste 4</a>. © <a href="http://www.henrivogtphoto.com/">Henri Vogt</a></p>
</div>
<p style="text-align: justify;"><strong>Une belle sélection</strong></p>
<p>Que cela soit dit : le gin, ce n’est pas que ça. <em>« C’est un alcool dont la palette aromatique est beaucoup plus large qu’on ne le pense</em>, explique Joseph Thomas.<em> Si on aromatise à la base l’alcool de baies de genévrier, on peut y ajouter ce que l’on veut. »</em> C’est ce que l’on appelle justement les <strong>botaniques</strong> : herbes, épices, plantes ou fruits que l’on fait macérer ou que l’on redistille avec la base <strong>genévrier</strong>-alcool éthylique. Ici on trouvera une sélection de <strong>45 gins</strong> (qui sera augmentée au fil des saisons) – dont des infusions maison –, les notes de coriandre du <a href="http://www.tanqueray.com/">Tanqueray</a>, de la citronnelle dans l’excellent <a href="https://bobbysdrygin.com/">Bobby’s</a> – le favori du patron –, les agrumes du <a href="http://www.whisky.fr/50-pounds.html">Fifty Pounds</a>…</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Du choix dans un décor de choix</strong></p>
<p>Chaque gin peut être bu pur ou agrémenté de deux tonics différents, et même accompagné de sa saucisse made by la <strong><a href="http://www.boucherie-lorch.fr/les-cartes-9">boucherie artisanale Lorch</a></strong>. Une coquetterie qui nous fera retrouver la fameuse currywurst – clin d’œil à l’esprit Biergarten voulu par l’équipe – et découvrir une saucisse de veau arrosée de sauce miso.</p>
<p>Le tout dans un décor au poil concocté par les <a href="http://www.v8designers.com/">V8 designers</a> et charté par leurs amis de l’<a href="http://www.atelierposte4.com/">Atelier Poste 4</a>. C’est beau, c’est bon et on en ressort chancelant d’avoir redécouvert cet alcool trop longtemps oublié.</p>
<p><strong><a href="https://www.facebook.com/supertonicresto/">Supertonic</a></strong><br />
<strong>Ouvert tous les jours de 10h à 1h30</strong><br />
<strong>1, place d’Austerlitz</strong><br />
<strong>03 67 68 01 15</strong></p>
<p>Par Cécile Becker<br />
Photos : <a href="http://www.henrivogtphoto.com/">Henri Vogt</a></p>

                    [category@term] => STRASBOURG
                    [category#2@term] => Zut ! à table
                    [category#3@term] => Atelier Poste 4
                    [category#4@term] => Diabolo Poivre
                    [category#5@term] => Jack London
                    [category#6@term] => Joseph Thomas
                    [category#7@term] => Supertonic
                    [category#8@term] => V8 designers
                    [date_timestamp] => 1504794535
                )

            [4] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Des places à gagner pour « Ôtez-moi d’un doute » demain au Star St-Ex !
                    [link#] => 1
                    [link] => http://zut-magazine.com/places-a-gagner-otez-moi-dun-doute-star-st-ex-strasbourg/
                    [comments#] => 1
                    [comments] => http://zut-magazine.com/places-a-gagner-otez-moi-dun-doute-star-st-ex-strasbourg/#respond
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Fri, 01 Sep 2017 13:19:35 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Zut alors
                            [subject#] => 8
                            [subject] => Cinéma
                            [subject#2] => CULTURE
                            [subject#3] => Agnès Jaoui
                            [subject#4] => Carine Tardieu
                            [subject#5] => Cécile de France
                            [subject#6] => Denis Podalydès
                            [subject#7] => François Damiens
                            [subject#8] => Guy Marchand
                        )

                    [category#] => 8
                    [category] => Cinéma
                    [category#2] => CULTURE
                    [category#3] => Agnès Jaoui
                    [category#4] => Carine Tardieu
                    [category#5] => Cécile de France
                    [category#6] => Denis Podalydès
                    [category#7] => François Damiens
                    [category#8] => Guy Marchand
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => http://zut-magazine.com/?p=16546
                    [description#] => 1
                    [description] => Ôtez-moi d&#8217;un doute sera-t-elle LA comédie dramatique de la rentrée ? On vous laisse juger par vous-même puisque  Zut ! vous offre des places pour deux. L&#8217;avant-première du film a lieu demain soir au Star Saint-Exupéry ! Un père qui n&#8217;en est pas vraiment un, un deuxième, une femme séduisante plus proche de vous que vous ne l&#8217;escomptiez&#8230; Face à une longue recherche et la rencontre inopinée de la moqueuse Cécile de France (Anna), ce n&#8217;est pas sûr que François Damiens &#8230; <a href="http://zut-magazine.com/places-a-gagner-otez-moi-dun-doute-star-st-ex-strasbourg/" >&#8594;</a>
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p><a href="http://zut-magazine.com/places-a-gagner-otez-moi-dun-doute-star-st-ex-strasbourg/zut-web_otez_illustration_1/" rel="attachment wp-att-16548"><img class="aligncenter size-full wp-image-16548" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_Otez_illustration_1.jpg" alt="" width="620" height="336" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_Otez_illustration_1.jpg 620w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_Otez_illustration_1-300x163.jpg 300w" sizes="(max-width: 620px) 100vw, 620px" /></a></p>
<p><strong><em>Ôtez-moi d&rsquo;un doute</em> sera-t-elle LA comédie dramatique de la rentrée ? On vous laisse juger par vous-même puisque  <em>Zut !</em> vous offre des places pour deux. L&rsquo;avant-première du film a lieu demain soir au Star Saint-Exupéry !</strong></p>
<p><span id="more-16546"></span></p>
<p>Un père qui n&rsquo;en est pas vraiment un, un deuxième, une femme séduisante plus proche de vous que vous ne l&rsquo;escomptiez&#8230; Face à une longue recherche et la rencontre inopinée de la moqueuse Cécile de France (Anna), ce n&rsquo;est pas sûr que François Damiens (Erwan) rie beaucoup. Dernier né de la réalisatrice Carine Tardieu (<em>Du vent dans mes mollets</em>, avec Agnès Jaoui et Denis Podalydès), <em>Ôtez-moi d&rsquo;un doute</em> raconte l&rsquo;une de ces histoires de famille dans lesquelles les liens tissés avec ceux que l&rsquo;on aime ne coïncident pas forcément avec la version de l&rsquo;état civil. Et il peut être plus difficile qu&rsquo;il n&rsquo;y paraît de penser avec son cœur.</p>
<div id="attachment_16549" style="width: 630px" class="wp-caption aligncenter"><img class="size-full wp-image-16549" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_Otez_illustration_2.jpg" alt="" width="620" height="334" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_Otez_illustration_2.jpg 620w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_Otez_illustration_2-300x162.jpg 300w" sizes="(max-width: 620px) 100vw, 620px" /></p>
<p class="wp-caption-text">Cécile de France joue Anna dans <em>Ôtez-moi d&rsquo;un doute</em></p>
</div>
<p><strong>L’avant-première du film <em>Ôtez-moi d&rsquo;un doute</em> aura lieu le samedi 2 septembre, à 19h30 au Star St-Exupéry.</strong></p>
<p>______________________________</p>
<p><strong>JEU-CONCOURS !</strong></p>
<p>Le cinéma Star St-Exupéry et <em>Zut !</em> mettent 10&#215;2 places en jeu pour l’avant-première du film <i>Ôtez-moi d&rsquo;un  doute</i>. Pour tenter votre chance, il vous suffit d’envoyer un mail, en donnant vos noms et prénoms, à contact[@]chicmedias.com (enlever les [], c’est pour pas que les robots nous reconnaissent).</p>

                        )

                    [wfw] => Array
                        (
                            [commentrss#] => 1
                            [commentrss] => http://zut-magazine.com/places-a-gagner-otez-moi-dun-doute-star-st-ex-strasbourg/feed/
                        )

                    [slash] => Array
                        (
                            [comments#] => 1
                            [comments] => 0
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => Ôtez-moi d&#8217;un doute sera-t-elle LA comédie dramatique de la rentrée ? On vous laisse juger par vous-même puisque  Zut ! vous offre des places pour deux. L&#8217;avant-première du film a lieu demain soir au Star Saint-Exupéry ! Un père qui n&#8217;en est pas vraiment un, un deuxième, une femme séduisante plus proche de vous que vous ne l&#8217;escomptiez&#8230; Face à une longue recherche et la rencontre inopinée de la moqueuse Cécile de France (Anna), ce n&#8217;est pas sûr que François Damiens &#8230; <a href="http://zut-magazine.com/places-a-gagner-otez-moi-dun-doute-star-st-ex-strasbourg/" >&#8594;</a>
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p><a href="http://zut-magazine.com/places-a-gagner-otez-moi-dun-doute-star-st-ex-strasbourg/zut-web_otez_illustration_1/" rel="attachment wp-att-16548"><img class="aligncenter size-full wp-image-16548" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_Otez_illustration_1.jpg" alt="" width="620" height="336" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_Otez_illustration_1.jpg 620w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_Otez_illustration_1-300x163.jpg 300w" sizes="(max-width: 620px) 100vw, 620px" /></a></p>
<p><strong><em>Ôtez-moi d&rsquo;un doute</em> sera-t-elle LA comédie dramatique de la rentrée ? On vous laisse juger par vous-même puisque  <em>Zut !</em> vous offre des places pour deux. L&rsquo;avant-première du film a lieu demain soir au Star Saint-Exupéry !</strong></p>
<p><span id="more-16546"></span></p>
<p>Un père qui n&rsquo;en est pas vraiment un, un deuxième, une femme séduisante plus proche de vous que vous ne l&rsquo;escomptiez&#8230; Face à une longue recherche et la rencontre inopinée de la moqueuse Cécile de France (Anna), ce n&rsquo;est pas sûr que François Damiens (Erwan) rie beaucoup. Dernier né de la réalisatrice Carine Tardieu (<em>Du vent dans mes mollets</em>, avec Agnès Jaoui et Denis Podalydès), <em>Ôtez-moi d&rsquo;un doute</em> raconte l&rsquo;une de ces histoires de famille dans lesquelles les liens tissés avec ceux que l&rsquo;on aime ne coïncident pas forcément avec la version de l&rsquo;état civil. Et il peut être plus difficile qu&rsquo;il n&rsquo;y paraît de penser avec son cœur.</p>
<div id="attachment_16549" style="width: 630px" class="wp-caption aligncenter"><img class="size-full wp-image-16549" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_Otez_illustration_2.jpg" alt="" width="620" height="334" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_Otez_illustration_2.jpg 620w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/09/ZUT-WEB_Otez_illustration_2-300x162.jpg 300w" sizes="(max-width: 620px) 100vw, 620px" /></p>
<p class="wp-caption-text">Cécile de France joue Anna dans <em>Ôtez-moi d&rsquo;un doute</em></p>
</div>
<p><strong>L’avant-première du film <em>Ôtez-moi d&rsquo;un doute</em> aura lieu le samedi 2 septembre, à 19h30 au Star St-Exupéry.</strong></p>
<p>______________________________</p>
<p><strong>JEU-CONCOURS !</strong></p>
<p>Le cinéma Star St-Exupéry et <em>Zut !</em> mettent 10&#215;2 places en jeu pour l’avant-première du film <i>Ôtez-moi d&rsquo;un  doute</i>. Pour tenter votre chance, il vous suffit d’envoyer un mail, en donnant vos noms et prénoms, à contact[@]chicmedias.com (enlever les [], c’est pour pas que les robots nous reconnaissent).</p>

                    [category@term] => Cinéma
                    [category#2@term] => CULTURE
                    [category#3@term] => Agnès Jaoui
                    [category#4@term] => Carine Tardieu
                    [category#5@term] => Cécile de France
                    [category#6@term] => Denis Podalydès
                    [category#7@term] => François Damiens
                    [category#8@term] => Guy Marchand
                    [date_timestamp] => 1504271975
                )

            [5] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Le Douanier
                    [link#] => 1
                    [link] => http://zut-magazine.com/le-douanier-cocktails-bar-strasbourg/
                    [comments#] => 1
                    [comments] => http://zut-magazine.com/le-douanier-cocktails-bar-strasbourg/#respond
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Fri, 01 Sep 2017 10:02:43 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Zut alors
                            [subject#] => 8
                            [subject] => Gastronomie
                            [subject#2] => Gourmandises
                            [subject#3] => STRASBOURG
                            [subject#4] => Zut ! à table
                            [subject#5] => bar
                            [subject#6] => cocktail
                            [subject#7] => Le Douanier
                            [subject#8] => Suleyman Akbulut
                        )

                    [category#] => 8
                    [category] => Gastronomie
                    [category#2] => Gourmandises
                    [category#3] => STRASBOURG
                    [category#4] => Zut ! à table
                    [category#5] => bar
                    [category#6] => cocktail
                    [category#7] => Le Douanier
                    [category#8] => Suleyman Akbulut
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => http://zut-magazine.com/?p=16015
                    [description#] => 1
                    [description] => Le Douanier, un bar dédié à l’art du cocktail et à l’amour du voyage à Strasbourg. C’est dans un joli local à l’ambiance cosy, aux murs en briques apparentes et au sol en carrelage rosé que Suleyman Akbulut, ancien du Lab à Montréal et du Raven Café à Strasbourg, a choisi de poser ses bagages. Du Mexique au Japon, en passant par le Soudan ou l’Italie, chaque pays est représenté sur la carte du bar par un cocktail aux fruits &#8230; <a href="http://zut-magazine.com/le-douanier-cocktails-bar-strasbourg/" >&#8594;</a>
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <div id="attachment_16016" style="width: 630px" class="wp-caption aligncenter"><a href="http://zut-magazine.com/le-douanier-cocktails-bar-strasbourg"><img class="wp-image-16016 size-full" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-WEB_Le_douanier_bar_strasbourg.jpg" alt="" width="620" height="416" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-WEB_Le_douanier_bar_strasbourg.jpg 620w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-WEB_Le_douanier_bar_strasbourg-300x201.jpg 300w" sizes="(max-width: 620px) 100vw, 620px" /></a></p>
<p class="wp-caption-text">Le Douanier, rue de la Douane à Strasbourg © Henri Vogt</p>
</div>
<p style="text-align: justify;"><b>Le Douanier, un bar dédié à l’art du cocktail et à l’amour du voyage à Strasbourg.</b><span id="more-16015"></span></p>
<p style="text-align: justify;">C’est dans un joli local à l’ambiance <strong>cosy</strong>, aux murs en briques apparentes et au sol en<strong> carrelage rosé</strong> que <strong>Suleyman Akbulut</strong>, ancien du Lab à Montréal et du Raven Café à Strasbourg, a choisi de poser ses bagages. Du Mexique au Japon, en passant par le Soudan ou l’Italie, <strong>chaque pays est représenté sur la carte du bar par un cocktail</strong> aux fruits pressés et aux sirops maison.</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Le Grand Pygmée</strong> est à base de rhum pampero especial et de liqueur de vanille aux noix au Yorona et la tequila, infusée à l’hibiscus et liqueur de pêche. Le gin tonic, lui, peut être créé sur-mesure. Sont également prévus, dans les mois à venir, des<strong> initiations à la création de cocktails</strong> et de la petite restauration. Alors, pour un voyage bien corsé, allez voir le Douanier !</p>
<p style="text-align: justify;"><b>Le Douanier<br />
</b><b>5, rue de la Douane à</b><b> Strasbourg<br />
</b><a href="https://www.facebook.com/barledouanier/"><b>Facebook </b></a></p>
<p style="text-align: justify;">Par Paul Kempenich<br />
Photo : Henri Vogt</p>

                        )

                    [wfw] => Array
                        (
                            [commentrss#] => 1
                            [commentrss] => http://zut-magazine.com/le-douanier-cocktails-bar-strasbourg/feed/
                        )

                    [slash] => Array
                        (
                            [comments#] => 1
                            [comments] => 0
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => Le Douanier, un bar dédié à l’art du cocktail et à l’amour du voyage à Strasbourg. C’est dans un joli local à l’ambiance cosy, aux murs en briques apparentes et au sol en carrelage rosé que Suleyman Akbulut, ancien du Lab à Montréal et du Raven Café à Strasbourg, a choisi de poser ses bagages. Du Mexique au Japon, en passant par le Soudan ou l’Italie, chaque pays est représenté sur la carte du bar par un cocktail aux fruits &#8230; <a href="http://zut-magazine.com/le-douanier-cocktails-bar-strasbourg/" >&#8594;</a>
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <div id="attachment_16016" style="width: 630px" class="wp-caption aligncenter"><a href="http://zut-magazine.com/le-douanier-cocktails-bar-strasbourg"><img class="wp-image-16016 size-full" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-WEB_Le_douanier_bar_strasbourg.jpg" alt="" width="620" height="416" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-WEB_Le_douanier_bar_strasbourg.jpg 620w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-WEB_Le_douanier_bar_strasbourg-300x201.jpg 300w" sizes="(max-width: 620px) 100vw, 620px" /></a></p>
<p class="wp-caption-text">Le Douanier, rue de la Douane à Strasbourg © Henri Vogt</p>
</div>
<p style="text-align: justify;"><b>Le Douanier, un bar dédié à l’art du cocktail et à l’amour du voyage à Strasbourg.</b><span id="more-16015"></span></p>
<p style="text-align: justify;">C’est dans un joli local à l’ambiance <strong>cosy</strong>, aux murs en briques apparentes et au sol en<strong> carrelage rosé</strong> que <strong>Suleyman Akbulut</strong>, ancien du Lab à Montréal et du Raven Café à Strasbourg, a choisi de poser ses bagages. Du Mexique au Japon, en passant par le Soudan ou l’Italie, <strong>chaque pays est représenté sur la carte du bar par un cocktail</strong> aux fruits pressés et aux sirops maison.</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Le Grand Pygmée</strong> est à base de rhum pampero especial et de liqueur de vanille aux noix au Yorona et la tequila, infusée à l’hibiscus et liqueur de pêche. Le gin tonic, lui, peut être créé sur-mesure. Sont également prévus, dans les mois à venir, des<strong> initiations à la création de cocktails</strong> et de la petite restauration. Alors, pour un voyage bien corsé, allez voir le Douanier !</p>
<p style="text-align: justify;"><b>Le Douanier<br />
</b><b>5, rue de la Douane à</b><b> Strasbourg<br />
</b><a href="https://www.facebook.com/barledouanier/"><b>Facebook </b></a></p>
<p style="text-align: justify;">Par Paul Kempenich<br />
Photo : Henri Vogt</p>

                    [category@term] => Gastronomie
                    [category#2@term] => Gourmandises
                    [category#3@term] => STRASBOURG
                    [category#4@term] => Zut ! à table
                    [category#5@term] => bar
                    [category#6@term] => cocktail
                    [category#7@term] => Le Douanier
                    [category#8@term] => Suleyman Akbulut
                    [date_timestamp] => 1504260163
                )

            [6] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => C’est la rentrée !
                    [link#] => 1
                    [link] => http://zut-magazine.com/shopping-mode-tendances-homme-rentree-ete/
                    [comments#] => 1
                    [comments] => http://zut-magazine.com/shopping-mode-tendances-homme-rentree-ete/#respond
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Thu, 31 Aug 2017 09:53:33 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Myriam Commot-Delon
                            [subject#] => 21
                            [subject] => Homme
                            [subject#2] => MODE
                            [subject#3] => Prêt-à-porter
                            [subject#4] => TENDANCES
                            [subject#5] => Algorithme La Loggia
                            [subject#6] => Benvenuto Black
                            [subject#7] => Bloch gensburger
                            [subject#8] => cornéliani
                            [subject#9] => costume
                            [subject#10] => curieux ?
                            [subject#11] => Dôme
                            [subject#12] => hommes
                            [subject#13] => in'bô
                            [subject#14] => Les lunettes de gisèle
                            [subject#15] => Ly Adams
                            [subject#16] => Mauboussin
                            [subject#17] => Philippe Model
                            [subject#18] => revenge hom
                            [subject#19] => Santoni
                            [subject#20] => spring court
                            [subject#21] => tendances
                        )

                    [category#] => 21
                    [category] => Homme
                    [category#2] => MODE
                    [category#3] => Prêt-à-porter
                    [category#4] => TENDANCES
                    [category#5] => Algorithme La Loggia
                    [category#6] => Benvenuto Black
                    [category#7] => Bloch gensburger
                    [category#8] => cornéliani
                    [category#9] => costume
                    [category#10] => curieux ?
                    [category#11] => Dôme
                    [category#12] => hommes
                    [category#13] => in'bô
                    [category#14] => Les lunettes de gisèle
                    [category#15] => Ly Adams
                    [category#16] => Mauboussin
                    [category#17] => Philippe Model
                    [category#18] => revenge hom
                    [category#19] => Santoni
                    [category#20] => spring court
                    [category#21] => tendances
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => http://zut-magazine.com/?p=15409
                    [description#] => 1
                    [description] => Un look de rentrée pour rester dans l&#8217;été ? Messieurs, on associe la classe et le décontracté. La wishlist est déjà toute prête avec des marques comme Ly Adams, Santoni ou In&#8217;Bô disponibles dans vos shops strasbourgeois ou alsaciens.  &#160; &#160; &#160; &#160; &#160; &#160; &#160; &#160; &#160; &#160; &#160; &#160; &#160; &#160; &#160; &#160; &#160; &#160; &#160; &#160;
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p style="text-align: justify;"><strong>Un look de rentrée pour rester dans l&rsquo;été ? Messieurs, on associe la classe et le décontracté. La wishlist est déjà toute prête avec des marques comme <a href="https://www.lyadams.com/">Ly Adams</a>, <a href="http://www.santonishoes.com/fr/">Santoni </a>ou <a href="http://inbo.fr/fr/">In&rsquo;Bô</a> disponibles dans vos shops strasbourgeois ou alsaciens. </strong></p>
<div id="attachment_15412" style="width: 265px" class="wp-caption alignleft"><img class="wp-image-15412" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_Lyadams.jpg" alt="" width="255" height="340" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_Lyadams.jpg 500w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_Lyadams-225x300.jpg 225w" sizes="(max-width: 255px) 100vw, 255px" /></p>
<p class="wp-caption-text">Costume <a href="https://www.lyadams.com/">Ly Adams</a> Chez <a href="http://revenge-hom.com/bienvenue">Revenge Hom</a></p>
</div>
<div id="attachment_15413" style="width: 254px" class="wp-caption alignleft"><img class="wp-image-15413" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_Norseproject.jpg" alt="" width="244" height="162" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_Norseproject.jpg 500w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_Norseproject-300x200.jpg 300w" sizes="(max-width: 244px) 100vw, 244px" /></p>
<p class="wp-caption-text">Casquette en faux daim <a href="https://www.norseprojects.com/">Norse Project</a> chez <a href="http://www.lenouvelaccord.fr/">Le Nouvel Accord</a></p>
</div>
<p>&nbsp;</p>
<div id="attachment_15414" style="width: 255px" class="wp-caption alignleft"><img class="wp-image-15414" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_Springcourt.jpg" alt="" width="245" height="163" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_Springcourt.jpg 500w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_Springcourt-300x200.jpg 300w" sizes="(max-width: 245px) 100vw, 245px" /></p>
<p class="wp-caption-text">Tennis à scratch <a href="http://www.springcourt.com/fr/">Spring Court</a> chez <a href="https://www.facebook.com/curieuxstore/">Curieux</a></p>
</div>
<p>&nbsp;</p>
<p>&nbsp;</p>
<p>&nbsp;</p>
<p>&nbsp;</p>
<div id="attachment_15425" style="width: 260px" class="wp-caption alignleft"><img class="wp-image-15425" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_Corneliani.jpg" alt="" width="250" height="333" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_Corneliani.jpg 500w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_Corneliani-225x300.jpg 225w" sizes="(max-width: 250px) 100vw, 250px" /></p>
<p class="wp-caption-text">Costume <a href="https://www.corneliani.com/en">Cornéliani</a> chez Dôme</p>
</div>
<div id="attachment_15426" style="width: 240px" class="wp-caption alignleft"><img class="wp-image-15426" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_Inbo.jpg" alt="" width="230" height="154" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_Inbo.jpg 500w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_Inbo-300x200.jpg 300w" sizes="(max-width: 230px) 100vw, 230px" /></p>
<p class="wp-caption-text">Lunettes Mannon en bois de noyer <a href="http://inbo.fr/fr/">In&rsquo;Bô</a> chez <a href="http://www.leslunettesdegisele.fr/">Les Lunettes de Gisèle</a></p>
</div>
<div id="attachment_15427" style="width: 242px" class="wp-caption alignleft"><img class="wp-image-15427" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_Santoni.jpg" alt="" width="232" height="154" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_Santoni.jpg 500w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_Santoni-300x200.jpg 300w" sizes="(max-width: 232px) 100vw, 232px" /></p>
<p class="wp-caption-text">Sneakers minimalistes<a href="http://www.santonishoes.com/fr/"> Santoni</a> chez Dôme</p>
</div>
<p>&nbsp;</p>
<p>&nbsp;</p>
<p>&nbsp;</p>
<p>&nbsp;</p>
<p>&nbsp;</p>
<p>&nbsp;</p>
<p>&nbsp;</p>
<p>&nbsp;</p>
<p>&nbsp;</p>
<p>&nbsp;</p>
<p>&nbsp;</p>
<p>&nbsp;</p>
<p>&nbsp;</p>
<p>&nbsp;</p>
<div id="attachment_15429" style="width: 256px" class="wp-caption alignleft"><img class=" wp-image-15429" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_Benvenutoblack.jpg" alt="" width="246" height="370" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_Benvenutoblack.jpg 500w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_Benvenutoblack-199x300.jpg 199w" sizes="(max-width: 246px) 100vw, 246px" /></p>
<p class="wp-caption-text">Costume <a href="https://benvenuto.de/black/">Benvenuto Black</a> chez <a href="http://www.bloch-gensburger.fr/">Bloch Gensburger</a> à Colmar</p>
</div>
<div id="attachment_15430" style="width: 253px" class="wp-caption alignleft"><img class=" wp-image-15430" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_Mauboussin.jpg" alt="" width="243" height="162" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_Mauboussin.jpg 500w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_Mauboussin-300x200.jpg 300w" sizes="(max-width: 243px) 100vw, 243px" /></p>
<p class="wp-caption-text">Montre Céramat en acier et céramique mat <a href="http://www.mauboussin.fr/fr/">Mauboussin</a></p>
</div>
<div id="attachment_15431" style="width: 254px" class="wp-caption alignleft"><img class=" wp-image-15431" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_PhilippeModel.jpg" alt="" width="244" height="162" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_PhilippeModel.jpg 500w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_PhilippeModel-300x200.jpg 300w" sizes="(max-width: 244px) 100vw, 244px" /></p>
<p class="wp-caption-text">Basket Vintage <a href="http://www.philippemodel.com/en/">Philippe Model</a> chez <a href="https://www.algorithmelaloggia.com/">Algorithme La Loggia</a></p>
</div>
<p>&nbsp;</p>

                        )

                    [wfw] => Array
                        (
                            [commentrss#] => 1
                            [commentrss] => http://zut-magazine.com/shopping-mode-tendances-homme-rentree-ete/feed/
                        )

                    [slash] => Array
                        (
                            [comments#] => 1
                            [comments] => 0
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => Un look de rentrée pour rester dans l&#8217;été ? Messieurs, on associe la classe et le décontracté. La wishlist est déjà toute prête avec des marques comme Ly Adams, Santoni ou In&#8217;Bô disponibles dans vos shops strasbourgeois ou alsaciens.  &#160; &#160; &#160; &#160; &#160; &#160; &#160; &#160; &#160; &#160; &#160; &#160; &#160; &#160; &#160; &#160; &#160; &#160; &#160; &#160;
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p style="text-align: justify;"><strong>Un look de rentrée pour rester dans l&rsquo;été ? Messieurs, on associe la classe et le décontracté. La wishlist est déjà toute prête avec des marques comme <a href="https://www.lyadams.com/">Ly Adams</a>, <a href="http://www.santonishoes.com/fr/">Santoni </a>ou <a href="http://inbo.fr/fr/">In&rsquo;Bô</a> disponibles dans vos shops strasbourgeois ou alsaciens. </strong></p>
<div id="attachment_15412" style="width: 265px" class="wp-caption alignleft"><img class="wp-image-15412" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_Lyadams.jpg" alt="" width="255" height="340" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_Lyadams.jpg 500w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_Lyadams-225x300.jpg 225w" sizes="(max-width: 255px) 100vw, 255px" /></p>
<p class="wp-caption-text">Costume <a href="https://www.lyadams.com/">Ly Adams</a> Chez <a href="http://revenge-hom.com/bienvenue">Revenge Hom</a></p>
</div>
<div id="attachment_15413" style="width: 254px" class="wp-caption alignleft"><img class="wp-image-15413" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_Norseproject.jpg" alt="" width="244" height="162" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_Norseproject.jpg 500w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_Norseproject-300x200.jpg 300w" sizes="(max-width: 244px) 100vw, 244px" /></p>
<p class="wp-caption-text">Casquette en faux daim <a href="https://www.norseprojects.com/">Norse Project</a> chez <a href="http://www.lenouvelaccord.fr/">Le Nouvel Accord</a></p>
</div>
<p>&nbsp;</p>
<div id="attachment_15414" style="width: 255px" class="wp-caption alignleft"><img class="wp-image-15414" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_Springcourt.jpg" alt="" width="245" height="163" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_Springcourt.jpg 500w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_Springcourt-300x200.jpg 300w" sizes="(max-width: 245px) 100vw, 245px" /></p>
<p class="wp-caption-text">Tennis à scratch <a href="http://www.springcourt.com/fr/">Spring Court</a> chez <a href="https://www.facebook.com/curieuxstore/">Curieux</a></p>
</div>
<p>&nbsp;</p>
<p>&nbsp;</p>
<p>&nbsp;</p>
<p>&nbsp;</p>
<div id="attachment_15425" style="width: 260px" class="wp-caption alignleft"><img class="wp-image-15425" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_Corneliani.jpg" alt="" width="250" height="333" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_Corneliani.jpg 500w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_Corneliani-225x300.jpg 225w" sizes="(max-width: 250px) 100vw, 250px" /></p>
<p class="wp-caption-text">Costume <a href="https://www.corneliani.com/en">Cornéliani</a> chez Dôme</p>
</div>
<div id="attachment_15426" style="width: 240px" class="wp-caption alignleft"><img class="wp-image-15426" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_Inbo.jpg" alt="" width="230" height="154" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_Inbo.jpg 500w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_Inbo-300x200.jpg 300w" sizes="(max-width: 230px) 100vw, 230px" /></p>
<p class="wp-caption-text">Lunettes Mannon en bois de noyer <a href="http://inbo.fr/fr/">In&rsquo;Bô</a> chez <a href="http://www.leslunettesdegisele.fr/">Les Lunettes de Gisèle</a></p>
</div>
<div id="attachment_15427" style="width: 242px" class="wp-caption alignleft"><img class="wp-image-15427" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_Santoni.jpg" alt="" width="232" height="154" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_Santoni.jpg 500w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_Santoni-300x200.jpg 300w" sizes="(max-width: 232px) 100vw, 232px" /></p>
<p class="wp-caption-text">Sneakers minimalistes<a href="http://www.santonishoes.com/fr/"> Santoni</a> chez Dôme</p>
</div>
<p>&nbsp;</p>
<p>&nbsp;</p>
<p>&nbsp;</p>
<p>&nbsp;</p>
<p>&nbsp;</p>
<p>&nbsp;</p>
<p>&nbsp;</p>
<p>&nbsp;</p>
<p>&nbsp;</p>
<p>&nbsp;</p>
<p>&nbsp;</p>
<p>&nbsp;</p>
<p>&nbsp;</p>
<p>&nbsp;</p>
<div id="attachment_15429" style="width: 256px" class="wp-caption alignleft"><img class=" wp-image-15429" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_Benvenutoblack.jpg" alt="" width="246" height="370" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_Benvenutoblack.jpg 500w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_Benvenutoblack-199x300.jpg 199w" sizes="(max-width: 246px) 100vw, 246px" /></p>
<p class="wp-caption-text">Costume <a href="https://benvenuto.de/black/">Benvenuto Black</a> chez <a href="http://www.bloch-gensburger.fr/">Bloch Gensburger</a> à Colmar</p>
</div>
<div id="attachment_15430" style="width: 253px" class="wp-caption alignleft"><img class=" wp-image-15430" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_Mauboussin.jpg" alt="" width="243" height="162" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_Mauboussin.jpg 500w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_Mauboussin-300x200.jpg 300w" sizes="(max-width: 243px) 100vw, 243px" /></p>
<p class="wp-caption-text">Montre Céramat en acier et céramique mat <a href="http://www.mauboussin.fr/fr/">Mauboussin</a></p>
</div>
<div id="attachment_15431" style="width: 254px" class="wp-caption alignleft"><img class=" wp-image-15431" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_PhilippeModel.jpg" alt="" width="244" height="162" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_PhilippeModel.jpg 500w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/05/ZUT_WEB_Uptodate_PhilippeModel-300x200.jpg 300w" sizes="(max-width: 244px) 100vw, 244px" /></p>
<p class="wp-caption-text">Basket Vintage <a href="http://www.philippemodel.com/en/">Philippe Model</a> chez <a href="https://www.algorithmelaloggia.com/">Algorithme La Loggia</a></p>
</div>
<p>&nbsp;</p>

                    [category@term] => Homme
                    [category#2@term] => MODE
                    [category#3@term] => Prêt-à-porter
                    [category#4@term] => TENDANCES
                    [category#5@term] => Algorithme La Loggia
                    [category#6@term] => Benvenuto Black
                    [category#7@term] => Bloch gensburger
                    [category#8@term] => cornéliani
                    [category#9@term] => costume
                    [category#10@term] => curieux ?
                    [category#11@term] => Dôme
                    [category#12@term] => hommes
                    [category#13@term] => in'bô
                    [category#14@term] => Les lunettes de gisèle
                    [category#15@term] => Ly Adams
                    [category#16@term] => Mauboussin
                    [category#17@term] => Philippe Model
                    [category#18@term] => revenge hom
                    [category#19@term] => Santoni
                    [category#20@term] => spring court
                    [category#21@term] => tendances
                    [date_timestamp] => 1504173213
                )

            [7] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => L’Hédoniste
                    [link#] => 1
                    [link] => http://zut-magazine.com/l-hedoniste-restaurant-strasbourg/
                    [comments#] => 1
                    [comments] => http://zut-magazine.com/l-hedoniste-restaurant-strasbourg/#respond
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Tue, 29 Aug 2017 15:46:34 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Cécile Becker
                            [subject#] => 7
                            [subject] => Gastronomie
                            [subject#2] => Gourmandises
                            [subject#3] => STRASBOURG
                            [subject#4] => Zut ! à table
                            [subject#5] => Benjamin Hecht
                            [subject#6] => Julien Hoffbeck
                            [subject#7] => L'Hédoniste
                        )

                    [category#] => 7
                    [category] => Gastronomie
                    [category#2] => Gourmandises
                    [category#3] => STRASBOURG
                    [category#4] => Zut ! à table
                    [category#5] => Benjamin Hecht
                    [category#6] => Julien Hoffbeck
                    [category#7] => L'Hédoniste
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => http://zut-magazine.com/?p=15982
                    [description#] => 1
                    [description] => L&#8217;Hédoniste : des produits frais, une cuisine simple et moderne, deux jeunes chefs qui aiment le sud, un service impeccable. À découvrir près de l&#8217;Orangerie à Strasbourg. Julien Hoffbeck et Benjamin Hecht n’ont pas chômé depuis leur sortie du lycée hôtelier. Après le Bristol, le Georges V, Le Chambard (Olivier Nasti) pour l’un, Le Louis XV (Alain Ducasse), Le Côte Saint-Jacques (Jean-Michel Lorain) pour l’autre, ils ouvrent en mars dernier leur premier restaurant. Dans l’assiette, des goûts étonnants : santoline et pimprenelle &#8230; <a href="http://zut-magazine.com/l-hedoniste-restaurant-strasbourg/" >&#8594;</a>
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <div id="attachment_15983" style="width: 630px" class="wp-caption aligncenter"><a href="http://zut-magazine.com/l-hedoniste-restaurant-strasbourg"><img class="wp-image-15983 size-full" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-WEB_hedoniste_restaurant©Henri-vogt.jpg" alt="" width="620" height="414" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-WEB_hedoniste_restaurant©Henri-vogt.jpg 620w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-WEB_hedoniste_restaurant©Henri-vogt-300x200.jpg 300w" sizes="(max-width: 620px) 100vw, 620px" /></a></p>
<p class="wp-caption-text">Julien Hoffbeck et Benjamin Hecht © Henri Vogt</p>
</div>
<p style="text-align: justify;"><b>L&rsquo;Hédoniste : des produits frais, une cuisine simple et moderne, deux jeunes chefs qui aiment le sud, un service impeccable. À découvrir près de l&rsquo;Orangerie à Strasbourg.</b></p>
<p style="text-align: justify;"><span id="more-15982"></span></p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Julien Hoffbeck</strong> et <strong>Benjamin Hecht</strong> n’ont pas chômé depuis leur sortie du lycée hôtelier. Après le Bristol, le Georges V, Le Chambard (Olivier Nasti) pour l’un, Le Louis XV (Alain Ducasse), Le Côte Saint-Jacques (Jean-Michel Lorain) pour l’autre, ils ouvrent en mars dernier<strong> leur premier restaurant</strong>.</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Dans l’assiette</strong>, des goûts étonnants : <strong>santoline</strong> et <strong>pimprenelle</strong> par ci, des <strong>sauces</strong> et <strong>condiments</strong> très bien travaillés par là – on se souvient encore de cette excellente sauce, goulument saucée au pain, accompagnant des <strong>nuggets de poulet</strong>, craquants et fondants à la fois. Un menu de la semaine et une carte, <strong>évoluant tous les mois</strong>, qui fait la part belle à la saisonnalité. Les produits sont fournis par l’omnipotent Jean-Michel Obrecht, le Bunker Comestible ou le marché Gare, et servis de main de maîtresse par Axelle, cheffe de salle pointilleuse.</p>
<p style="text-align: justify;">Par Cécile Becker<br />
Photo : Henri Vogt</p>
<p style="text-align: justify;"><b><a href="http://www.lhedoniste-restaurant.fr">L’Hédoniste</a><br />
</b><b>1, rue Schimper À Strasbourg<br />
</b><b>03 88 61 14 57<br />
Ouvert midi &amp; soir du lundi au vendredi, et samedi soir</b></p>

                        )

                    [wfw] => Array
                        (
                            [commentrss#] => 1
                            [commentrss] => http://zut-magazine.com/l-hedoniste-restaurant-strasbourg/feed/
                        )

                    [slash] => Array
                        (
                            [comments#] => 1
                            [comments] => 0
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => L&#8217;Hédoniste : des produits frais, une cuisine simple et moderne, deux jeunes chefs qui aiment le sud, un service impeccable. À découvrir près de l&#8217;Orangerie à Strasbourg. Julien Hoffbeck et Benjamin Hecht n’ont pas chômé depuis leur sortie du lycée hôtelier. Après le Bristol, le Georges V, Le Chambard (Olivier Nasti) pour l’un, Le Louis XV (Alain Ducasse), Le Côte Saint-Jacques (Jean-Michel Lorain) pour l’autre, ils ouvrent en mars dernier leur premier restaurant. Dans l’assiette, des goûts étonnants : santoline et pimprenelle &#8230; <a href="http://zut-magazine.com/l-hedoniste-restaurant-strasbourg/" >&#8594;</a>
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <div id="attachment_15983" style="width: 630px" class="wp-caption aligncenter"><a href="http://zut-magazine.com/l-hedoniste-restaurant-strasbourg"><img class="wp-image-15983 size-full" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-WEB_hedoniste_restaurant©Henri-vogt.jpg" alt="" width="620" height="414" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-WEB_hedoniste_restaurant©Henri-vogt.jpg 620w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/06/ZUT-WEB_hedoniste_restaurant©Henri-vogt-300x200.jpg 300w" sizes="(max-width: 620px) 100vw, 620px" /></a></p>
<p class="wp-caption-text">Julien Hoffbeck et Benjamin Hecht © Henri Vogt</p>
</div>
<p style="text-align: justify;"><b>L&rsquo;Hédoniste : des produits frais, une cuisine simple et moderne, deux jeunes chefs qui aiment le sud, un service impeccable. À découvrir près de l&rsquo;Orangerie à Strasbourg.</b></p>
<p style="text-align: justify;"><span id="more-15982"></span></p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Julien Hoffbeck</strong> et <strong>Benjamin Hecht</strong> n’ont pas chômé depuis leur sortie du lycée hôtelier. Après le Bristol, le Georges V, Le Chambard (Olivier Nasti) pour l’un, Le Louis XV (Alain Ducasse), Le Côte Saint-Jacques (Jean-Michel Lorain) pour l’autre, ils ouvrent en mars dernier<strong> leur premier restaurant</strong>.</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Dans l’assiette</strong>, des goûts étonnants : <strong>santoline</strong> et <strong>pimprenelle</strong> par ci, des <strong>sauces</strong> et <strong>condiments</strong> très bien travaillés par là – on se souvient encore de cette excellente sauce, goulument saucée au pain, accompagnant des <strong>nuggets de poulet</strong>, craquants et fondants à la fois. Un menu de la semaine et une carte, <strong>évoluant tous les mois</strong>, qui fait la part belle à la saisonnalité. Les produits sont fournis par l’omnipotent Jean-Michel Obrecht, le Bunker Comestible ou le marché Gare, et servis de main de maîtresse par Axelle, cheffe de salle pointilleuse.</p>
<p style="text-align: justify;">Par Cécile Becker<br />
Photo : Henri Vogt</p>
<p style="text-align: justify;"><b><a href="http://www.lhedoniste-restaurant.fr">L’Hédoniste</a><br />
</b><b>1, rue Schimper À Strasbourg<br />
</b><b>03 88 61 14 57<br />
Ouvert midi &amp; soir du lundi au vendredi, et samedi soir</b></p>

                    [category@term] => Gastronomie
                    [category#2@term] => Gourmandises
                    [category#3@term] => STRASBOURG
                    [category#4@term] => Zut ! à table
                    [category#5@term] => Benjamin Hecht
                    [category#6@term] => Julien Hoffbeck
                    [category#7@term] => L'Hédoniste
                    [date_timestamp] => 1504021594
                )

            [8] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Des places à gagner pour l’avant-première du film Le Redoutable, une vision haute en couleur de Jean-Luc Godard !
                    [link#] => 1
                    [link] => http://zut-magazine.com/places-a-gagner-le-redoutable-jean-luc-godard-star-saint-exupery-strasbourg/
                    [comments#] => 1
                    [comments] => http://zut-magazine.com/places-a-gagner-le-redoutable-jean-luc-godard-star-saint-exupery-strasbourg/#respond
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Mon, 28 Aug 2017 14:33:35 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Zut alors
                            [subject#] => 7
                            [subject] => Cinéma
                            [subject#2] => CULTURE
                            [subject#3] => Non classé
                            [subject#4] => Jean-Luc Godard
                            [subject#5] => Louis Garrel
                            [subject#6] => Michel Hazanavicius
                            [subject#7] => Stacy Martin
                        )

                    [category#] => 7
                    [category] => Cinéma
                    [category#2] => CULTURE
                    [category#3] => Non classé
                    [category#4] => Jean-Luc Godard
                    [category#5] => Louis Garrel
                    [category#6] => Michel Hazanavicius
                    [category#7] => Stacy Martin
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => http://zut-magazine.com/?p=16518
                    [description#] => 1
                    [description] => Dernier film en date de Michel Hazanavicius, Le Redoutable dresse un portrait satirique de Jean-Luc Godard. En attendant nos interviews de Louis Garrel et Stacy Martin dans Zut !, des places sont à gagner pour l&#8217;avant-première du film mercredi 30 août au Star Saint-Exupéry, en présence du réalisateur et des acteurs. « On m&#8217;accuse de faire des films en franc-tireur. Mais c&#8217;est justement pour ça : je pars en reconnaissance » expliquait Jean-Luc Godard dans Les Cahiers du cinéma. Réalisateur prolifique, icône &#8230; <a href="http://zut-magazine.com/places-a-gagner-le-redoutable-jean-luc-godard-star-saint-exupery-strasbourg/" >&#8594;</a>
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p><a href="http://zut-magazine.com/places-a-gagner-le-redoutable-jean-luc-godard-star-saint-exupery-strasbourg/zut-web_le_redoutable_illustration_1/" rel="attachment wp-att-16521"><img class="aligncenter size-full wp-image-16521" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/08/ZUT-WEB_Le_Redoutable_illustration_1.jpg" alt="" width="620" height="413" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/08/ZUT-WEB_Le_Redoutable_illustration_1.jpg 620w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/08/ZUT-WEB_Le_Redoutable_illustration_1-300x200.jpg 300w" sizes="(max-width: 620px) 100vw, 620px" /></a></p>
<p><strong>Dernier film en date de Michel Hazanavicius, <em>Le Redoutable</em> dresse un portrait satirique de Jean-Luc Godard. En attendant nos interviews de Louis Garrel et Stacy Martin dans <em>Zut !</em>, des places sont à gagner pour l&rsquo;avant-première du film mercredi 30 août au Star Saint-Exupéry, en présence du réalisateur et des acteurs.</strong></p>
<p><span id="more-16518"></span></p>
<p>« On m&rsquo;accuse de faire des films en franc-tireur. Mais c&rsquo;est justement pour ça : je pars en reconnaissance » expliquait Jean-Luc Godard dans <em>Les Cahiers du cinéma</em>. Réalisateur prolifique, icône de la Nouvelle Vague, il fait actuellement l&rsquo;objet d&rsquo;une fiction tournée par Michel Hazanavicius (<em>La Classe américaine</em>, <em>OSS 117</em>&#8230;). <em>Le Redoutable</em> cible les années 1967-68, lors desquelles Godard (interprété par Louis Garrel) se marie avec Anne Wiazemsky (Stacy Martin), qui jouera dans plusieurs de ses films, et se tourne vers le maoïsme. Clairement satirique et farceur, le film tente de désacraliser un mythe vivant. Un regard léger sur la vie d&rsquo;un auteur à la vision du cinéma et de l&rsquo;art très personnelle, souvent décrié malgré des succès tels qu&rsquo;<em>À bout de souffle</em>, <em>Pierrot le fou</em> ou <em>Le Mépris</em>.</p>
<div id="attachment_16522" style="width: 630px" class="wp-caption aligncenter"><img class="size-full wp-image-16522" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/08/ZUT-WEB_Le_Redoutable_illustration_2.jpg" alt="" width="620" height="413" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/08/ZUT-WEB_Le_Redoutable_illustration_2.jpg 620w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/08/ZUT-WEB_Le_Redoutable_illustration_2-300x200.jpg 300w" sizes="(max-width: 620px) 100vw, 620px" /></p>
<p class="wp-caption-text">Stacy Martin, Anne Wiazemsky dans <em>Le Redoutable</em></p>
</div>
<p><strong>En présence du réalisateur Michel Hazanavicius, des acteurs Louis Garrel et Stacy Martin, l&rsquo;avant-première du <em>Redoutable</em> aura lieu le mercredi 30 août, à 19h30 au Star St-Exupéry.</strong></p>
<p>______________________________</p>
<p><strong>JEU-CONCOURS !</strong></p>
<p>Le cinéma Star St-Exupéry et <em>Zut !</em> mettent des places en jeu pour l’avant-première du film <em>Le Redoutable</em>. Pour tenter votre chance, il vous suffit d’envoyer un mail, en donnant vos noms et prénoms, à contact[@]chicmedias.com (enlever les [], c’est pour pas que les robots nous reconnaissent).</p>

                        )

                    [wfw] => Array
                        (
                            [commentrss#] => 1
                            [commentrss] => http://zut-magazine.com/places-a-gagner-le-redoutable-jean-luc-godard-star-saint-exupery-strasbourg/feed/
                        )

                    [slash] => Array
                        (
                            [comments#] => 1
                            [comments] => 0
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => Dernier film en date de Michel Hazanavicius, Le Redoutable dresse un portrait satirique de Jean-Luc Godard. En attendant nos interviews de Louis Garrel et Stacy Martin dans Zut !, des places sont à gagner pour l&#8217;avant-première du film mercredi 30 août au Star Saint-Exupéry, en présence du réalisateur et des acteurs. « On m&#8217;accuse de faire des films en franc-tireur. Mais c&#8217;est justement pour ça : je pars en reconnaissance » expliquait Jean-Luc Godard dans Les Cahiers du cinéma. Réalisateur prolifique, icône &#8230; <a href="http://zut-magazine.com/places-a-gagner-le-redoutable-jean-luc-godard-star-saint-exupery-strasbourg/" >&#8594;</a>
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p><a href="http://zut-magazine.com/places-a-gagner-le-redoutable-jean-luc-godard-star-saint-exupery-strasbourg/zut-web_le_redoutable_illustration_1/" rel="attachment wp-att-16521"><img class="aligncenter size-full wp-image-16521" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/08/ZUT-WEB_Le_Redoutable_illustration_1.jpg" alt="" width="620" height="413" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/08/ZUT-WEB_Le_Redoutable_illustration_1.jpg 620w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/08/ZUT-WEB_Le_Redoutable_illustration_1-300x200.jpg 300w" sizes="(max-width: 620px) 100vw, 620px" /></a></p>
<p><strong>Dernier film en date de Michel Hazanavicius, <em>Le Redoutable</em> dresse un portrait satirique de Jean-Luc Godard. En attendant nos interviews de Louis Garrel et Stacy Martin dans <em>Zut !</em>, des places sont à gagner pour l&rsquo;avant-première du film mercredi 30 août au Star Saint-Exupéry, en présence du réalisateur et des acteurs.</strong></p>
<p><span id="more-16518"></span></p>
<p>« On m&rsquo;accuse de faire des films en franc-tireur. Mais c&rsquo;est justement pour ça : je pars en reconnaissance » expliquait Jean-Luc Godard dans <em>Les Cahiers du cinéma</em>. Réalisateur prolifique, icône de la Nouvelle Vague, il fait actuellement l&rsquo;objet d&rsquo;une fiction tournée par Michel Hazanavicius (<em>La Classe américaine</em>, <em>OSS 117</em>&#8230;). <em>Le Redoutable</em> cible les années 1967-68, lors desquelles Godard (interprété par Louis Garrel) se marie avec Anne Wiazemsky (Stacy Martin), qui jouera dans plusieurs de ses films, et se tourne vers le maoïsme. Clairement satirique et farceur, le film tente de désacraliser un mythe vivant. Un regard léger sur la vie d&rsquo;un auteur à la vision du cinéma et de l&rsquo;art très personnelle, souvent décrié malgré des succès tels qu&rsquo;<em>À bout de souffle</em>, <em>Pierrot le fou</em> ou <em>Le Mépris</em>.</p>
<div id="attachment_16522" style="width: 630px" class="wp-caption aligncenter"><img class="size-full wp-image-16522" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/08/ZUT-WEB_Le_Redoutable_illustration_2.jpg" alt="" width="620" height="413" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/08/ZUT-WEB_Le_Redoutable_illustration_2.jpg 620w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/08/ZUT-WEB_Le_Redoutable_illustration_2-300x200.jpg 300w" sizes="(max-width: 620px) 100vw, 620px" /></p>
<p class="wp-caption-text">Stacy Martin, Anne Wiazemsky dans <em>Le Redoutable</em></p>
</div>
<p><strong>En présence du réalisateur Michel Hazanavicius, des acteurs Louis Garrel et Stacy Martin, l&rsquo;avant-première du <em>Redoutable</em> aura lieu le mercredi 30 août, à 19h30 au Star St-Exupéry.</strong></p>
<p>______________________________</p>
<p><strong>JEU-CONCOURS !</strong></p>
<p>Le cinéma Star St-Exupéry et <em>Zut !</em> mettent des places en jeu pour l’avant-première du film <em>Le Redoutable</em>. Pour tenter votre chance, il vous suffit d’envoyer un mail, en donnant vos noms et prénoms, à contact[@]chicmedias.com (enlever les [], c’est pour pas que les robots nous reconnaissent).</p>

                    [category@term] => Cinéma
                    [category#2@term] => CULTURE
                    [category#3@term] => Non classé
                    [category#4@term] => Jean-Luc Godard
                    [category#5@term] => Louis Garrel
                    [category#6@term] => Michel Hazanavicius
                    [category#7@term] => Stacy Martin
                    [date_timestamp] => 1503930815
                )

            [9] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Rodolphe Burger : le lieu d’une intimité.
                    [link#] => 1
                    [link] => http://zut-magazine.com/rodolphe-burger-le-lieu-dune-intimite/
                    [comments#] => 1
                    [comments] => http://zut-magazine.com/rodolphe-burger-le-lieu-dune-intimite/#respond
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Sun, 27 Aug 2017 09:02:30 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Emmanuel Abela
                            [subject#] => 9
                            [subject] => CULTURE
                            [subject#2] => Musique
                            [subject#3] => Christophe Calpini
                            [subject#4] => Concert
                            [subject#5] => Good
                            [subject#6] => rodolphe burger
                            [subject#7] => Saint-Pierre-sur-l'Hâte
                            [subject#8] => Sainte-Marie-aux-Mines
                            [subject#9] => Sarah Murcia
                        )

                    [category#] => 9
                    [category] => CULTURE
                    [category#2] => Musique
                    [category#3] => Christophe Calpini
                    [category#4] => Concert
                    [category#5] => Good
                    [category#6] => rodolphe burger
                    [category#7] => Saint-Pierre-sur-l'Hâte
                    [category#8] => Sainte-Marie-aux-Mines
                    [category#9] => Sarah Murcia
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => http://zut-magazine.com/?p=16506
                    [description#] => 1
                    [description] => Dans le cadre d&#8217;une tournée qui l&#8217;a conduit partout en France, Rodolphe Burger fait une halte de trois soirs chez lui (les 1er, 2 et 3 septembre), à Sainte-Marie-aux-Mines, dans le magnifique écrin XVIe de l&#8217;église Saint-Pierre-sur-l&#8217;Hâte. N’y a-t-il rien de plus agréable que de revoir l’ami Rodolphe Burger revenir jouer sur ses terres, à Sainte-Marie-aux-Mines ? Et qui plus est, dans l&#8217;église Saint-Pierre-sur-l&#8217;Hâte, un monument du XVIe à l&#8217;acoustique exceptionnelle, dans laquelle au fil des éditions du festival C&#8217;est &#8230; <a href="http://zut-magazine.com/rodolphe-burger-le-lieu-dune-intimite/" >&#8594;</a>
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <div id="attachment_16510" style="width: 460px" class="wp-caption aligncenter"><a href="http://zut-magazine.com/rodolphe-burger-le-lieu-dune-intimite/"><img class="wp-image-16510" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/08/ZUT_WEB_RodolpheBurger-c-JulienMignot.jpg" alt="" width="450" height="674" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/08/ZUT_WEB_RodolpheBurger-c-JulienMignot.jpg 620w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/08/ZUT_WEB_RodolpheBurger-c-JulienMignot-200x300.jpg 200w" sizes="(max-width: 450px) 100vw, 450px" /></a></p>
<p class="wp-caption-text">Rodolphe Burger de retour chez lui, à Sainte-Marie-aux-Mines / Photo : Julien Mignot</p>
</div>
<p style="text-align: justify;"><strong>Dans le cadre d&rsquo;une tournée qui l&rsquo;a conduit partout en France, Rodolphe Burger fait une halte de trois soirs chez lui (les 1er, 2 et 3 septembre), à Sainte-Marie-aux-Mines, dans le magnifique écrin XVI<sup>e</sup> de l&rsquo;église Saint-Pierre-sur-l&rsquo;Hâte.</strong></p>
<p><span id="more-16506"></span></p>
<p style="text-align: justify;">N’y a-t-il rien de plus agréable que de revoir l’ami <a href="http://dernierebandemusic.com/">Rodolphe Burger</a> revenir jouer sur ses terres, à Sainte-Marie-aux-Mines ? Et qui plus est, dans l&rsquo;église Saint-Pierre-sur-l&rsquo;Hâte, un monument du XVI<sup>e </sup>à l&rsquo;acoustique exceptionnelle, dans laquelle au fil des éditions du festival C&rsquo;est dans la Vallée, nous avons pu assister parmi tant d&rsquo;autres à des concerts de Moriarty, Jean-Louis Murat, Stuart Staples des Tindersticks ou Bertrand Belin. C&rsquo;est précisément dans cette chapelle qui desservait autrefois la communauté des mineurs d&rsquo;Echery que Kat Onoma a donné une série de concerts en 2001, préfiguration du futur festival.</p>
<p style="text-align: justify;">C&rsquo;est surtout pour Rodolphe Burger, le lieu d&rsquo;une intimité. Le soir du fameux concert de Moriarty qui s&rsquo;est terminé en acoustique pur, éclairé à la bougie, à la suite d&rsquo;un orage, il nous faisait cette confidence troublante : <em>« Vois-tu, c&rsquo;est dans ce narthex que mon père faisait jouer des quatuors à cordes. »</em> En une courte phrase, beaucoup de choses prenaient sens : la filiation, la transmission, le soin apporté au son, et bien sûr l&rsquo;intimité qu&rsquo;on associe à l&rsquo;écoute comme autant de thèmes inhérents au parcours artistique de Rodolphe.</p>
<p style="text-align: justify;">À l&rsquo;occasion d&rsquo;une longue tournée, sans doute l&rsquo;une des plus intenses depuis ses débuts en solo, ce retour à la source même prend une dimension particulière. À deux pas de la Ferme où il enregistre ses disques, l&rsquo;église Saint-Pierre-sur-l&rsquo;Hâte constitue sans doute l&rsquo;écrin idéal aux compositions aux forts accents poétiques qui constituent le dernier album du sieur Rodolphe, le bien nommé <em>Good, </em>sorti au début de l&rsquo;année : sa voix grave susurrante résonnera dans cet espace dédié aux mots, de manière ô combien chaleureuse. Toujours aussi élégant, le rockeur tourne avec Christophe Calpini à la batterie et la sémillante Sarah Murcia à la contrebasse – laquelle s&rsquo;est déjà produite à Saint-Pierre-sur-l&rsquo;Hâte, avec Fred Poulet et Seb Martel ! – , une formation qui rappelle ses premières amours jazz. Là aussi, comme un retour à la source.</p>
<p>Par Emmanuel Abela</p>
<p><strong>Concerts de Rodolphe Burger les 1, 2 et 3 septembre 2017</strong> <strong>à l‘église de St Pierre-sur-l&rsquo;Hâte à Ste-Marie-aux-Mines.</strong> <strong>Infos et réservations sur <a href="https://www.weezevent.com/rodolphe-burger-eglise">https://rburger.lnk.to/Eglise</a></strong></p>

                        )

                    [wfw] => Array
                        (
                            [commentrss#] => 1
                            [commentrss] => http://zut-magazine.com/rodolphe-burger-le-lieu-dune-intimite/feed/
                        )

                    [slash] => Array
                        (
                            [comments#] => 1
                            [comments] => 0
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => Dans le cadre d&#8217;une tournée qui l&#8217;a conduit partout en France, Rodolphe Burger fait une halte de trois soirs chez lui (les 1er, 2 et 3 septembre), à Sainte-Marie-aux-Mines, dans le magnifique écrin XVIe de l&#8217;église Saint-Pierre-sur-l&#8217;Hâte. N’y a-t-il rien de plus agréable que de revoir l’ami Rodolphe Burger revenir jouer sur ses terres, à Sainte-Marie-aux-Mines ? Et qui plus est, dans l&#8217;église Saint-Pierre-sur-l&#8217;Hâte, un monument du XVIe à l&#8217;acoustique exceptionnelle, dans laquelle au fil des éditions du festival C&#8217;est &#8230; <a href="http://zut-magazine.com/rodolphe-burger-le-lieu-dune-intimite/" >&#8594;</a>
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <div id="attachment_16510" style="width: 460px" class="wp-caption aligncenter"><a href="http://zut-magazine.com/rodolphe-burger-le-lieu-dune-intimite/"><img class="wp-image-16510" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/08/ZUT_WEB_RodolpheBurger-c-JulienMignot.jpg" alt="" width="450" height="674" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/08/ZUT_WEB_RodolpheBurger-c-JulienMignot.jpg 620w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2017/08/ZUT_WEB_RodolpheBurger-c-JulienMignot-200x300.jpg 200w" sizes="(max-width: 450px) 100vw, 450px" /></a></p>
<p class="wp-caption-text">Rodolphe Burger de retour chez lui, à Sainte-Marie-aux-Mines / Photo : Julien Mignot</p>
</div>
<p style="text-align: justify;"><strong>Dans le cadre d&rsquo;une tournée qui l&rsquo;a conduit partout en France, Rodolphe Burger fait une halte de trois soirs chez lui (les 1er, 2 et 3 septembre), à Sainte-Marie-aux-Mines, dans le magnifique écrin XVI<sup>e</sup> de l&rsquo;église Saint-Pierre-sur-l&rsquo;Hâte.</strong></p>
<p><span id="more-16506"></span></p>
<p style="text-align: justify;">N’y a-t-il rien de plus agréable que de revoir l’ami <a href="http://dernierebandemusic.com/">Rodolphe Burger</a> revenir jouer sur ses terres, à Sainte-Marie-aux-Mines ? Et qui plus est, dans l&rsquo;église Saint-Pierre-sur-l&rsquo;Hâte, un monument du XVI<sup>e </sup>à l&rsquo;acoustique exceptionnelle, dans laquelle au fil des éditions du festival C&rsquo;est dans la Vallée, nous avons pu assister parmi tant d&rsquo;autres à des concerts de Moriarty, Jean-Louis Murat, Stuart Staples des Tindersticks ou Bertrand Belin. C&rsquo;est précisément dans cette chapelle qui desservait autrefois la communauté des mineurs d&rsquo;Echery que Kat Onoma a donné une série de concerts en 2001, préfiguration du futur festival.</p>
<p style="text-align: justify;">C&rsquo;est surtout pour Rodolphe Burger, le lieu d&rsquo;une intimité. Le soir du fameux concert de Moriarty qui s&rsquo;est terminé en acoustique pur, éclairé à la bougie, à la suite d&rsquo;un orage, il nous faisait cette confidence troublante : <em>« Vois-tu, c&rsquo;est dans ce narthex que mon père faisait jouer des quatuors à cordes. »</em> En une courte phrase, beaucoup de choses prenaient sens : la filiation, la transmission, le soin apporté au son, et bien sûr l&rsquo;intimité qu&rsquo;on associe à l&rsquo;écoute comme autant de thèmes inhérents au parcours artistique de Rodolphe.</p>
<p style="text-align: justify;">À l&rsquo;occasion d&rsquo;une longue tournée, sans doute l&rsquo;une des plus intenses depuis ses débuts en solo, ce retour à la source même prend une dimension particulière. À deux pas de la Ferme où il enregistre ses disques, l&rsquo;église Saint-Pierre-sur-l&rsquo;Hâte constitue sans doute l&rsquo;écrin idéal aux compositions aux forts accents poétiques qui constituent le dernier album du sieur Rodolphe, le bien nommé <em>Good, </em>sorti au début de l&rsquo;année : sa voix grave susurrante résonnera dans cet espace dédié aux mots, de manière ô combien chaleureuse. Toujours aussi élégant, le rockeur tourne avec Christophe Calpini à la batterie et la sémillante Sarah Murcia à la contrebasse – laquelle s&rsquo;est déjà produite à Saint-Pierre-sur-l&rsquo;Hâte, avec Fred Poulet et Seb Martel ! – , une formation qui rappelle ses premières amours jazz. Là aussi, comme un retour à la source.</p>
<p>Par Emmanuel Abela</p>
<p><strong>Concerts de Rodolphe Burger les 1, 2 et 3 septembre 2017</strong> <strong>à l‘église de St Pierre-sur-l&rsquo;Hâte à Ste-Marie-aux-Mines.</strong> <strong>Infos et réservations sur <a href="https://www.weezevent.com/rodolphe-burger-eglise">https://rburger.lnk.to/Eglise</a></strong></p>

                    [category@term] => CULTURE
                    [category#2@term] => Musique
                    [category#3@term] => Christophe Calpini
                    [category#4@term] => Concert
                    [category#5@term] => Good
                    [category#6@term] => rodolphe burger
                    [category#7@term] => Saint-Pierre-sur-l'Hâte
                    [category#8@term] => Sainte-Marie-aux-Mines
                    [category#9@term] => Sarah Murcia
                    [date_timestamp] => 1503824550
                )

        )

    [channel] => Array
        (
            [title#] => 1
            [title] => Zut
            [atom] => Array
                (
                    [link#] => 1
                    [link@] => href,rel,type
                    [link@href] => http://zut-magazine.com/feed/
                    [link@rel] => self
                    [link@type] => application/rss+xml
                )

            [link#] => 1
            [link] => http://zut-magazine.com
            [description#] => 1
            [description] => Culture, Tendances, Lifestyle
            [lastbuilddate#] => 1
            [lastbuilddate] => Fri, 15 Sep 2017 09:51:26 +0000
            [language#] => 1
            [language] => fr-FR
            [sy] => Array
                (
                    [updateperiod#] => 1
                    [updateperiod] => hourly
                    [updatefrequency#] => 1
                    [updatefrequency] => 1
                )

            [xhtml] => Array
                (
                    [meta#] => 1
                    [meta@] => xmlns:xhtml,name,content
                    [meta@xmlns:xhtml] => http://www.w3.org/1999/xhtml
                    [meta@name] => robots
                    [meta@content] => noindex
                )

            [tagline#] => 1
            [tagline] => Culture, Tendances, Lifestyle
            [subtitle#] => 1
            [subtitle] => Culture, Tendances, Lifestyle
        )

    [textinput] => Array
        (
        )

    [image] => Array
        (
        )

    [feed_type] => RSS
    [feed_version] => 2.0
    [encoding] => UTF-8
    [_source_encoding] => 
    [ERROR] => 
    [WARNING] => 
    [_ATOM_CONTENT_CONSTRUCTS] => Array
        (
            [0] => content
            [1] => summary
            [2] => title
            [3] => info
            [4] => tagline
            [5] => copyright
            [6] => rights
            [7] => subtitle
        )

    [_XHTML_CONTENT_CONSTRUCTS] => Array
        (
            [0] => body
            [1] => div
        )

    [_KNOWN_ENCODINGS] => Array
        (
            [0] => UTF-8
            [1] => US-ASCII
            [2] => ISO-8859-1
        )

    [stack] => Array
        (
        )

    [inchannel] => 
    [initem] => 
    [incontent] => Array
        (
        )

    [exclude_top] => 
    [intextinput] => 
    [inimage] => 
    [current_namespace] => 
    [current_category] => 0
    [last_modified] => Fri, 15 Sep 2017 09:51:26 GMT

    [etag] => "1a832fccd0f40914aa3b9bcbf3855c17"

    [rss_origin] => 5
)