Index Strasbourg curieux Strasbourg à la loupe

Agenda curieux :: Actu des sites Strasbourgeois :: Hébergement strasbourgeois

Strasbourg à la loupe » Zut !

Sites

35277 articles (34463 non lus) dans 281 sites

Exposition Exposition (1365 non lus)
Concert / soirée Concert / soirée (3324 non lus)
Guide / média Guide / média (11101 non lus)
Média_vidéo Média_vidéo (1125 non lus)
Projection Projection (34 non lus)
Politique / social Politique / social (10096 non lus)
théâtre théâtre (821 non lus)
Artiste Artiste (207 non lus)
Inclassables Inclassables (305 non lus)
Edition/bd/imprimerie Edition/bd/imprimerie (1738 non lus)
Vélo transport Vélo transport (1185 non lus)
Monde Numérique Monde Numérique (1192 non lus)
Monde Numérique Média Monde Numérique Média (463 non lus)
Nature et Agriculture Nature et Agriculture (946 non lus)
Vie/assoc Quartiers Vie/assoc Quartiers (561 non lus)
 «  Expand/Collapse
MagpieRSS Object
(
    [parser] => Resource id #19
    [current_item] => Array
        (
        )

    [items] => Array
        (
            [0] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Marquis de Sade au Festival Musica
                    [link#] => 1
                    [link] => http://zut-magazine.com/marquis-de-sade-au-festival-musica/
                    [comments#] => 1
                    [comments] => http://zut-magazine.com/marquis-de-sade-au-festival-musica/#respond
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Thu, 09 Aug 2018 05:38:06 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Alexandre Zebdi
                            [subject#] => 11
                            [subject] => CULTURE
                            [subject#2] => Festival
                            [subject#3] => Musique
                            [subject#4] => STRASBOURG
                            [subject#5] => Festival Musica
                            [subject#6] => franck darcel
                            [subject#7] => marquis de sade
                            [subject#8] => Opéra national du Rhin
                            [subject#9] => philippe pascal
                            [subject#10] => radio en construction
                            [subject#11] => thierry danet
                        )

                    [category#] => 11
                    [category] => CULTURE
                    [category#2] => Festival
                    [category#3] => Musique
                    [category#4] => STRASBOURG
                    [category#5] => Festival Musica
                    [category#6] => franck darcel
                    [category#7] => marquis de sade
                    [category#8] => Opéra national du Rhin
                    [category#9] => philippe pascal
                    [category#10] => radio en construction
                    [category#11] => thierry danet
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => http://zut-magazine.com/?p=18684
                    [description#] => 1
                    [description] => Le groupe emblématique des années 80 Marquis de Sade se produira sur la scène de l’Opéra du Rhin dans le cadre du festival Musica, retour sur la découverte de ce phénomène par Thierry Danet, directeur de La Laiterie, de Radio en Construction, et initiateur du concert. À chacun sa façon de découvrir Marquis de Sade au début des années 80.Contre toute attente, le groupe rennais passe à la télévision et même à la radio. Thierry Danet, lui, les découvre sur Europe &#8230; <a href="http://zut-magazine.com/marquis-de-sade-au-festival-musica/" >&#8594;</a>
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <div id="attachment_18706" style="width: 630px" class="wp-caption aligncenter"><a href="http://zut-magazine.com/marquis-de-sade-au-festival-musica/"><img class="wp-image-18706 size-full" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/ZUT38_MarquisdeSade-copie.jpg" alt="" width="620" height="635" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/ZUT38_MarquisdeSade-copie.jpg 620w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/ZUT38_MarquisdeSade-copie-293x300.jpg 293w" sizes="(max-width: 620px) 100vw, 620px" /></a></p>
<p class="wp-caption-text">Marquis de Sade</p>
</div>
<p><strong>Le groupe emblématique des années 80 Marquis de Sade se produira sur la scène de l’<a href="http://www.operanationaldurhin.eu/">Opéra du Rhin</a> dans le cadre du <a href="http://www.festivalmusica.org/">festival Musica</a>, retour sur la découverte de ce phénomène par Thierry Danet, directeur de <a href="https://www.artefact.org/">La Laiterie</a>, de <a href="http://www.radioenconstruction.com/">Radio en Construction</a>, et initiateur du concert.</strong><span id="more-18684"></span></p>
<p style="text-align: justify;">À chacun sa façon de découvrir Marquis de Sade au début des années 80.Contre toute attente, le groupe rennais passe à la télévision et même à la radio. Thierry Danet, lui, les découvre sur Europe 1. « Au hit-parade ! » À l’époque, à la suite de l’explosion de Téléphone, <em>« des artistes français improbables comme Starshooter, Edith Nylon ou Marquis de Sade débarquaient sur les ondes »</em>. Il est en 5e et s’attache à tout ce qu’il peut entendre de la scène punk. Il se souvient du morceau diffusé ce soir-là, Conrad Veidt, alors que le groupe entame la tournée qui accompagne la sortie de son premier album, Dantzig Twist. Thierry souhaite assister au concert nancéien, négocie avec son père, mais n’a que 12 ans ! <em>« Il me demande : mais au moins sais-tu qui est le Marquis de Sade ? Je lui réponds que je n’en ai aucune idée. »</em> Son père n’a pas besoin de trancher : le concert est annulé. Thierry découvre le live dans la fameuse émission dominicale d’Antoine de Caunes sur Antenne 2, Chorus, ainsi que cet étrange play-back musique dans une émission de Thierry Le Luron, au cours de laquelle le morceau Cancer and Drugs est interrompu par l’animateur parce qu’il n’entend pas « l’orchestre ». <strong>Le choc des cultures est total : la rencontre des deux mondes, la télévision giscardienne et l’avant-garde, crée une situation invraisemblable.</strong></p>
<p><center><iframe src="https://www.youtube.com/embed/BlCNMdOKUF8" width="560" height="315" frameborder="0" allowfullscreen="allowfullscreen"></iframe></center></p>
<p style="text-align: justify;">À la suite d’une écoute à la Fnac Châtelet, Thierry achète le deuxième album du groupe, Rue de Siam. <em>« Dès le riff de Back to Cruelty, j’ai dit au vendeur : ok, je le prends ! » À Strasbourg, il emprunte Dantzig Twist à la bibliothèque, rue Kuhn, et l’enregistre en K7. « Sur l’autre face figurait Marquee Moon de Television. »</em> Les liens esthétiques semblent une évidence. Mais qu’entend-il chez Marquis de Sade qui les distingue d’autres groupes de la même époque ? <em>« L’univers harmonique du groupe m’a beaucoup impacté, avec ces architectures rythmiques très particulières. Pour moi, ça marquait un franc pas de côté par rapport au rock’n’roll. »</em></p>
<p style="text-align: justify;">Et puis, il y a les textes de Philippe Pascal, celui de Conrad Veidt notamment. Thierry y repère une phrase devenue fondatrice pour lui : Le sens expire, l’expression prime. Elle le « met en mouvement », lui donne une impulsion pour agir. Ce qui le touche également, et de manière intime, c’est cette approche qui l’éloigne des reconstitutions du rock français de l’époque, et qui sonne profondément « européen ». « Même si Rennes [d&rsquo;où est originaire le groupe, ndlr] nous semblait au bout du monde, cette musique venait d’un territoire que j’habitais. » Les langues se superposent, Philippe Pascal, le chanteur, théâtralise sa gestuelle, l’univers du groupe lui ouvre un pan entier de la culture continentale : Vienne, Egon Schiele ou l’expressionnisme allemand.<em> « <strong>Marquis de Sade, ça m’a toujours paru grand ! Nul dilettantisme, cette histoire est importante. C’est fulgurant, et ça peut tutoyer toutes les formes d’art.</strong> Pour moi adolescent, il est très excitant de se retrouver connecté à tout cela et de découvrir que ce que tu as appris à l’école relève du sensible. »<br />
</em></p>
<p><center><iframe src="https://www.youtube.com/embed/6Esh8asa70s" width="560" height="315" frameborder="0" allowfullscreen="allowfullscreen"></iframe></center></p>
<p style="text-align: justify;">Étrangement, à l’automne dernier, il est passé à côté de l’information concernant la reformation du groupe – un one-shot au départ – ; il découvre le matin même l’organisation d’un concert événement qui réunit à Rennes les leaders Philippe Pascal et Franck Darcel. Le récit de cette folle journée du 16 septembre 2017 tient de l’odyssée : un petit déjeuner, l’information lue dans Libé, un départ en train précipité, une réservation d’hôtel à Rennes et l’achat d’un billet sur leboncoin et puis <em>« un beau concert, avec des moments exceptionnels ! »</em> La rumeur ne tarde pas à circuler autour d’autres concerts du groupe sur la base de « circonstances liées à des lieux ou des situations ». <strong>Il voit une évidence dans l’organisation d’un concert strasbourgeois, 37 ans après la tournée du groupe en 1981 et une première halte dans la capitale alsacienne.</strong> «<em> Je trouve juste d’organiser un concert de Marquis de Sade à Strasbourg ; également juste de le faire dans le cadre de Musica. C’est de l’ordre de ce que m’a inspiré le festival quand il a été créé, avec ces zones de frottement entre pop et avant-garde. Et c’est tout aussi juste de le faire à l’Opéra national du Rhin. L’opéra, pour moi, ne constitue pas seulement un cadre ni un décor, mais crée une situation d’écoute qui rend hommage à l’esthétique du son chez Marquis de Sade. »</em></p>
<p style="text-align: justify;">Nul hasard donc, mais la volonté clairement affichée d’<em>« <strong>ouvrir autrement une fréquentation à la fois du groupe, du lieu et du festival</strong>. Nous ne sommes pas en train de faire quelque chose d’extrêmement spectaculaire, nuance-til, mais cela rend compte du trajet de chacun et de la façon dont les choses se croisent et se recroisent. » </em></p>
<p><strong>Marquis de Sade, à l&rsquo;occasion du <a href="http://www.festivalmusica.org">Festival Musica </a>du 19 septembre au 6 octobre<br />
</strong><a href="http://www.festivalmusica.org/billetterie">Billeterie</a><br />
<strong>Le 23 septembre à l&rsquo;Opéra national du Rhin à Strasbourg</strong></p>

                        )

                    [wfw] => Array
                        (
                            [commentrss#] => 1
                            [commentrss] => http://zut-magazine.com/marquis-de-sade-au-festival-musica/feed/
                        )

                    [slash] => Array
                        (
                            [comments#] => 1
                            [comments] => 0
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => Le groupe emblématique des années 80 Marquis de Sade se produira sur la scène de l’Opéra du Rhin dans le cadre du festival Musica, retour sur la découverte de ce phénomène par Thierry Danet, directeur de La Laiterie, de Radio en Construction, et initiateur du concert. À chacun sa façon de découvrir Marquis de Sade au début des années 80.Contre toute attente, le groupe rennais passe à la télévision et même à la radio. Thierry Danet, lui, les découvre sur Europe &#8230; <a href="http://zut-magazine.com/marquis-de-sade-au-festival-musica/" >&#8594;</a>
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <div id="attachment_18706" style="width: 630px" class="wp-caption aligncenter"><a href="http://zut-magazine.com/marquis-de-sade-au-festival-musica/"><img class="wp-image-18706 size-full" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/ZUT38_MarquisdeSade-copie.jpg" alt="" width="620" height="635" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/ZUT38_MarquisdeSade-copie.jpg 620w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/ZUT38_MarquisdeSade-copie-293x300.jpg 293w" sizes="(max-width: 620px) 100vw, 620px" /></a></p>
<p class="wp-caption-text">Marquis de Sade</p>
</div>
<p><strong>Le groupe emblématique des années 80 Marquis de Sade se produira sur la scène de l’<a href="http://www.operanationaldurhin.eu/">Opéra du Rhin</a> dans le cadre du <a href="http://www.festivalmusica.org/">festival Musica</a>, retour sur la découverte de ce phénomène par Thierry Danet, directeur de <a href="https://www.artefact.org/">La Laiterie</a>, de <a href="http://www.radioenconstruction.com/">Radio en Construction</a>, et initiateur du concert.</strong><span id="more-18684"></span></p>
<p style="text-align: justify;">À chacun sa façon de découvrir Marquis de Sade au début des années 80.Contre toute attente, le groupe rennais passe à la télévision et même à la radio. Thierry Danet, lui, les découvre sur Europe 1. « Au hit-parade ! » À l’époque, à la suite de l’explosion de Téléphone, <em>« des artistes français improbables comme Starshooter, Edith Nylon ou Marquis de Sade débarquaient sur les ondes »</em>. Il est en 5e et s’attache à tout ce qu’il peut entendre de la scène punk. Il se souvient du morceau diffusé ce soir-là, Conrad Veidt, alors que le groupe entame la tournée qui accompagne la sortie de son premier album, Dantzig Twist. Thierry souhaite assister au concert nancéien, négocie avec son père, mais n’a que 12 ans ! <em>« Il me demande : mais au moins sais-tu qui est le Marquis de Sade ? Je lui réponds que je n’en ai aucune idée. »</em> Son père n’a pas besoin de trancher : le concert est annulé. Thierry découvre le live dans la fameuse émission dominicale d’Antoine de Caunes sur Antenne 2, Chorus, ainsi que cet étrange play-back musique dans une émission de Thierry Le Luron, au cours de laquelle le morceau Cancer and Drugs est interrompu par l’animateur parce qu’il n’entend pas « l’orchestre ». <strong>Le choc des cultures est total : la rencontre des deux mondes, la télévision giscardienne et l’avant-garde, crée une situation invraisemblable.</strong></p>
<p><center><iframe src="https://www.youtube.com/embed/BlCNMdOKUF8" width="560" height="315" frameborder="0" allowfullscreen="allowfullscreen"></iframe></center></p>
<p style="text-align: justify;">À la suite d’une écoute à la Fnac Châtelet, Thierry achète le deuxième album du groupe, Rue de Siam. <em>« Dès le riff de Back to Cruelty, j’ai dit au vendeur : ok, je le prends ! » À Strasbourg, il emprunte Dantzig Twist à la bibliothèque, rue Kuhn, et l’enregistre en K7. « Sur l’autre face figurait Marquee Moon de Television. »</em> Les liens esthétiques semblent une évidence. Mais qu’entend-il chez Marquis de Sade qui les distingue d’autres groupes de la même époque ? <em>« L’univers harmonique du groupe m’a beaucoup impacté, avec ces architectures rythmiques très particulières. Pour moi, ça marquait un franc pas de côté par rapport au rock’n’roll. »</em></p>
<p style="text-align: justify;">Et puis, il y a les textes de Philippe Pascal, celui de Conrad Veidt notamment. Thierry y repère une phrase devenue fondatrice pour lui : Le sens expire, l’expression prime. Elle le « met en mouvement », lui donne une impulsion pour agir. Ce qui le touche également, et de manière intime, c’est cette approche qui l’éloigne des reconstitutions du rock français de l’époque, et qui sonne profondément « européen ». « Même si Rennes [d&rsquo;où est originaire le groupe, ndlr] nous semblait au bout du monde, cette musique venait d’un territoire que j’habitais. » Les langues se superposent, Philippe Pascal, le chanteur, théâtralise sa gestuelle, l’univers du groupe lui ouvre un pan entier de la culture continentale : Vienne, Egon Schiele ou l’expressionnisme allemand.<em> « <strong>Marquis de Sade, ça m’a toujours paru grand ! Nul dilettantisme, cette histoire est importante. C’est fulgurant, et ça peut tutoyer toutes les formes d’art.</strong> Pour moi adolescent, il est très excitant de se retrouver connecté à tout cela et de découvrir que ce que tu as appris à l’école relève du sensible. »<br />
</em></p>
<p><center><iframe src="https://www.youtube.com/embed/6Esh8asa70s" width="560" height="315" frameborder="0" allowfullscreen="allowfullscreen"></iframe></center></p>
<p style="text-align: justify;">Étrangement, à l’automne dernier, il est passé à côté de l’information concernant la reformation du groupe – un one-shot au départ – ; il découvre le matin même l’organisation d’un concert événement qui réunit à Rennes les leaders Philippe Pascal et Franck Darcel. Le récit de cette folle journée du 16 septembre 2017 tient de l’odyssée : un petit déjeuner, l’information lue dans Libé, un départ en train précipité, une réservation d’hôtel à Rennes et l’achat d’un billet sur leboncoin et puis <em>« un beau concert, avec des moments exceptionnels ! »</em> La rumeur ne tarde pas à circuler autour d’autres concerts du groupe sur la base de « circonstances liées à des lieux ou des situations ». <strong>Il voit une évidence dans l’organisation d’un concert strasbourgeois, 37 ans après la tournée du groupe en 1981 et une première halte dans la capitale alsacienne.</strong> «<em> Je trouve juste d’organiser un concert de Marquis de Sade à Strasbourg ; également juste de le faire dans le cadre de Musica. C’est de l’ordre de ce que m’a inspiré le festival quand il a été créé, avec ces zones de frottement entre pop et avant-garde. Et c’est tout aussi juste de le faire à l’Opéra national du Rhin. L’opéra, pour moi, ne constitue pas seulement un cadre ni un décor, mais crée une situation d’écoute qui rend hommage à l’esthétique du son chez Marquis de Sade. »</em></p>
<p style="text-align: justify;">Nul hasard donc, mais la volonté clairement affichée d’<em>« <strong>ouvrir autrement une fréquentation à la fois du groupe, du lieu et du festival</strong>. Nous ne sommes pas en train de faire quelque chose d’extrêmement spectaculaire, nuance-til, mais cela rend compte du trajet de chacun et de la façon dont les choses se croisent et se recroisent. » </em></p>
<p><strong>Marquis de Sade, à l&rsquo;occasion du <a href="http://www.festivalmusica.org">Festival Musica </a>du 19 septembre au 6 octobre<br />
</strong><a href="http://www.festivalmusica.org/billetterie">Billeterie</a><br />
<strong>Le 23 septembre à l&rsquo;Opéra national du Rhin à Strasbourg</strong></p>

                    [category@term] => CULTURE
                    [category#2@term] => Festival
                    [category#3@term] => Musique
                    [category#4@term] => STRASBOURG
                    [category#5@term] => Festival Musica
                    [category#6@term] => franck darcel
                    [category#7@term] => marquis de sade
                    [category#8@term] => Opéra national du Rhin
                    [category#9@term] => philippe pascal
                    [category#10@term] => radio en construction
                    [category#11@term] => thierry danet
                    [date_timestamp] => 1533793086
                )

            [1] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => L’Oro di Napoli
                    [link#] => 1
                    [link] => http://zut-magazine.com/loro-di-napoli-pizza-restaurant-strasbourg/
                    [comments#] => 1
                    [comments] => http://zut-magazine.com/loro-di-napoli-pizza-restaurant-strasbourg/#respond
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Thu, 09 Aug 2018 05:24:05 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Alexandre Zebdi
                            [subject#] => 4
                            [subject] => Gastronomie
                            [subject#2] => STRASBOURG
                            [subject#3] => Zut ! à table
                            [subject#4] => Oro di Napoli
                        )

                    [category#] => 4
                    [category] => Gastronomie
                    [category#2] => STRASBOURG
                    [category#3] => Zut ! à table
                    [category#4] => Oro di Napoli
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => http://zut-magazine.com/?p=18680
                    [description#] => 1
                    [description] => « Une pizza, c&#8217;est avant tout d&#8217;excellents ingrédients », L&#8217;Oro di Napoli suit la recette de la véritable pizza napolitaine. Bonne nouvelle ! Après de longs mois à tenter de se faire livrer des pizze depuis leur enseigne du Neudorf, on se réjouit de cette ouverture au centre-ville. Leurs pizze De la farine de Campanie, une levée de 18h et d’excellents ingrédients : mozzarella, sauce tomate San Marzano, basilic frais. Les indispensables de la Verace Pizza Napoletana. On aime La pizza fritta &#8230; <a href="http://zut-magazine.com/loro-di-napoli-pizza-restaurant-strasbourg/" >&#8594;</a>
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <div id="attachment_18700" style="width: 630px" class="wp-caption aligncenter"><img class="wp-image-18700 size-full" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/08/ZUT_Oro-Di-Napoli_credit-Henri-VOGT.jpg" alt="" width="620" height="414" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/08/ZUT_Oro-Di-Napoli_credit-Henri-VOGT.jpg 620w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/08/ZUT_Oro-Di-Napoli_credit-Henri-VOGT-300x200.jpg 300w" sizes="(max-width: 620px) 100vw, 620px" /></p>
<p class="wp-caption-text">© Henri Vogt</p>
</div>
<p><strong><em>« Une pizza, c&rsquo;est avant tout d&rsquo;excellents ingrédients »</em>, L&rsquo;Oro di Napoli suit la recette de la véritable pizza napolitaine.</strong></p>
<p><span id="more-18680"></span></p>
<p><span style="color: #ff0000;">Bonne nouvelle !</span> Après de longs mois à tenter de se faire livrer des pizze depuis leur enseigne du Neudorf, on se réjouit de cette ouverture au centre-ville.</p>
<p style="text-align: justify;"><span style="color: #ff0000;">Leurs pizze</span> De la farine de Campanie, une levée de 18h et d’excellents ingrédients : mozzarella, sauce tomate San Marzano, basilic frais. Les indispensables de la<em> Verace Pizza Napoletana.</em></p>
<p style="text-align: justify;"><span style="color: #ff0000;">On aime</span> La pizza fritta et le panuozzo. Leur pizza halal (jambon de dinde) : n’en déplaise aux mauvaises langues, la qualité d’une pizza se juge aux éléments cités ci-dessus. E basta.</p>
<p>Par Cécile Becker &#8211; Photo : Henri Vogt</p>
<p><strong>Horaires d&rsquo;ouverture :</strong><br />
<strong>Du mardi au samedi de 11h30 à 13:30 -et de 18h30 à 23h30</strong><br />
<strong>Le dimanche de 18h30 à 23h</strong><br />
<strong>Fermé le lundi</strong></p>
<p><strong><a href="http://www.lorodinapoli.fr">L&rsquo;Oro di Napoli</a></strong><br />
<strong>40, rue des Bouchers | Strasbourg</strong></p>

                        )

                    [wfw] => Array
                        (
                            [commentrss#] => 1
                            [commentrss] => http://zut-magazine.com/loro-di-napoli-pizza-restaurant-strasbourg/feed/
                        )

                    [slash] => Array
                        (
                            [comments#] => 1
                            [comments] => 0
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => « Une pizza, c&#8217;est avant tout d&#8217;excellents ingrédients », L&#8217;Oro di Napoli suit la recette de la véritable pizza napolitaine. Bonne nouvelle ! Après de longs mois à tenter de se faire livrer des pizze depuis leur enseigne du Neudorf, on se réjouit de cette ouverture au centre-ville. Leurs pizze De la farine de Campanie, une levée de 18h et d’excellents ingrédients : mozzarella, sauce tomate San Marzano, basilic frais. Les indispensables de la Verace Pizza Napoletana. On aime La pizza fritta &#8230; <a href="http://zut-magazine.com/loro-di-napoli-pizza-restaurant-strasbourg/" >&#8594;</a>
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <div id="attachment_18700" style="width: 630px" class="wp-caption aligncenter"><img class="wp-image-18700 size-full" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/08/ZUT_Oro-Di-Napoli_credit-Henri-VOGT.jpg" alt="" width="620" height="414" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/08/ZUT_Oro-Di-Napoli_credit-Henri-VOGT.jpg 620w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/08/ZUT_Oro-Di-Napoli_credit-Henri-VOGT-300x200.jpg 300w" sizes="(max-width: 620px) 100vw, 620px" /></p>
<p class="wp-caption-text">© Henri Vogt</p>
</div>
<p><strong><em>« Une pizza, c&rsquo;est avant tout d&rsquo;excellents ingrédients »</em>, L&rsquo;Oro di Napoli suit la recette de la véritable pizza napolitaine.</strong></p>
<p><span id="more-18680"></span></p>
<p><span style="color: #ff0000;">Bonne nouvelle !</span> Après de longs mois à tenter de se faire livrer des pizze depuis leur enseigne du Neudorf, on se réjouit de cette ouverture au centre-ville.</p>
<p style="text-align: justify;"><span style="color: #ff0000;">Leurs pizze</span> De la farine de Campanie, une levée de 18h et d’excellents ingrédients : mozzarella, sauce tomate San Marzano, basilic frais. Les indispensables de la<em> Verace Pizza Napoletana.</em></p>
<p style="text-align: justify;"><span style="color: #ff0000;">On aime</span> La pizza fritta et le panuozzo. Leur pizza halal (jambon de dinde) : n’en déplaise aux mauvaises langues, la qualité d’une pizza se juge aux éléments cités ci-dessus. E basta.</p>
<p>Par Cécile Becker &#8211; Photo : Henri Vogt</p>
<p><strong>Horaires d&rsquo;ouverture :</strong><br />
<strong>Du mardi au samedi de 11h30 à 13:30 -et de 18h30 à 23h30</strong><br />
<strong>Le dimanche de 18h30 à 23h</strong><br />
<strong>Fermé le lundi</strong></p>
<p><strong><a href="http://www.lorodinapoli.fr">L&rsquo;Oro di Napoli</a></strong><br />
<strong>40, rue des Bouchers | Strasbourg</strong></p>

                    [category@term] => Gastronomie
                    [category#2@term] => STRASBOURG
                    [category#3@term] => Zut ! à table
                    [category#4@term] => Oro di Napoli
                    [date_timestamp] => 1533792245
                )

            [2] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Festival des arts de rue de strasbourg
                    [link#] => 1
                    [link] => http://zut-magazine.com/festival-des-arts-de-rue-de-strasbourg/
                    [comments#] => 1
                    [comments] => http://zut-magazine.com/festival-des-arts-de-rue-de-strasbourg/#respond
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Tue, 07 Aug 2018 09:26:49 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Alexandre Zebdi
                            [subject#] => 9
                            [subject] => CULTURE
                            [subject#2] => Danse
                            [subject#3] => Festival
                            [subject#4] => Jeunesse
                            [subject#5] => spectacle
                            [subject#6] => STRASBOURG
                            [subject#7] => Théâtre
                            [subject#8] => compagnie carabosse
                            [subject#9] => farse
                        )

                    [category#] => 9
                    [category] => CULTURE
                    [category#2] => Danse
                    [category#3] => Festival
                    [category#4] => Jeunesse
                    [category#5] => spectacle
                    [category#6] => STRASBOURG
                    [category#7] => Théâtre
                    [category#8] => compagnie carabosse
                    [category#9] => farse
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => http://zut-magazine.com/?p=18688
                    [description#] => 1
                    [description] => Trois jours et trois nuits d’émotions partagées et d’instants complices à vivre partout dans la ville pendant Festival des Arts de Rue de Strasbourg le week-end du 11 août. Après le succès de la 1ère édition l’année dernière, le FARSe (festival des arts de la rue de Strasbourg) réinvestit l’espace public. Mots d’ordre : sensibilité et humour. Les compagnies invitées proposent des rendez-vous audacieux, légers, inattendus ou spectaculaires. Parcours poétique enflammé de la compagnie Carabosse, déambulations, théâtre équestre, échasses, cirque, &#8230; <a href="http://zut-magazine.com/festival-des-arts-de-rue-de-strasbourg/" >&#8594;</a>
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <div id="attachment_18696" style="width: 630px" class="wp-caption aligncenter"><img class="wp-image-18696 size-full" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/ZUT38_culture-été_FARSe-2018_carabosse__photo_vincent_muteau_.jpg" alt="" width="620" height="412" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/ZUT38_culture-été_FARSe-2018_carabosse__photo_vincent_muteau_.jpg 620w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/ZUT38_culture-été_FARSe-2018_carabosse__photo_vincent_muteau_-300x199.jpg 300w" sizes="(max-width: 620px) 100vw, 620px" /></p>
<p class="wp-caption-text">© Vincent Muteau</p>
</div>
<p><strong>Trois jours et trois nuits d’émotions partagées et d’instants complices à vivre partout dans la ville pendant Festival des Arts de Rue de Strasbourg le week-end du 11 août.</strong><span id="more-18688"></span></p>
<p style="text-align: justify;">Après le succès de la 1ère édition l’année dernière, le FARSe (festival des arts de la rue de Strasbourg) réinvestit l’espace public. <strong>Mots d’ordre : sensibilité et humour</strong>. Les compagnies invitées proposent des rendez-vous audacieux, légers, inattendus ou spectaculaires. Parcours poétique enflammé de la <a href="http://Les 11 et 12 août">compagnie Carabosse</a>, déambulations, théâtre équestre, échasses, cirque, musique, vidéo mapping…</p>
<p><center><iframe src="https://www.youtube.com/embed/7ayI6eaNiAU" width="560" height="315" frameborder="0" allowfullscreen="allowfullscreen"></iframe></center></p>
<p style="text-align: ju&lt;iframe width=;">Et les enfants dès 2 ans ont leur FARSe des minis sur la Presqu’île Malraux. Pour tout savoir, se rafraîchir, se retrouver, le QG est à l’école Pasteur, rue des Veaux.</p>
<p><strong><a href="https://ete.strasbourg.eu/farse-festival-arts-de-la-rue">FARSe</a>, festival d&rsquo;arts de la rue du 10 au 12 août</strong><br />
<strong>Divers lieux à Strasbourg</strong></p>

                        )

                    [wfw] => Array
                        (
                            [commentrss#] => 1
                            [commentrss] => http://zut-magazine.com/festival-des-arts-de-rue-de-strasbourg/feed/
                        )

                    [slash] => Array
                        (
                            [comments#] => 1
                            [comments] => 0
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => Trois jours et trois nuits d’émotions partagées et d’instants complices à vivre partout dans la ville pendant Festival des Arts de Rue de Strasbourg le week-end du 11 août. Après le succès de la 1ère édition l’année dernière, le FARSe (festival des arts de la rue de Strasbourg) réinvestit l’espace public. Mots d’ordre : sensibilité et humour. Les compagnies invitées proposent des rendez-vous audacieux, légers, inattendus ou spectaculaires. Parcours poétique enflammé de la compagnie Carabosse, déambulations, théâtre équestre, échasses, cirque, &#8230; <a href="http://zut-magazine.com/festival-des-arts-de-rue-de-strasbourg/" >&#8594;</a>
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <div id="attachment_18696" style="width: 630px" class="wp-caption aligncenter"><img class="wp-image-18696 size-full" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/ZUT38_culture-été_FARSe-2018_carabosse__photo_vincent_muteau_.jpg" alt="" width="620" height="412" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/ZUT38_culture-été_FARSe-2018_carabosse__photo_vincent_muteau_.jpg 620w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/ZUT38_culture-été_FARSe-2018_carabosse__photo_vincent_muteau_-300x199.jpg 300w" sizes="(max-width: 620px) 100vw, 620px" /></p>
<p class="wp-caption-text">© Vincent Muteau</p>
</div>
<p><strong>Trois jours et trois nuits d’émotions partagées et d’instants complices à vivre partout dans la ville pendant Festival des Arts de Rue de Strasbourg le week-end du 11 août.</strong><span id="more-18688"></span></p>
<p style="text-align: justify;">Après le succès de la 1ère édition l’année dernière, le FARSe (festival des arts de la rue de Strasbourg) réinvestit l’espace public. <strong>Mots d’ordre : sensibilité et humour</strong>. Les compagnies invitées proposent des rendez-vous audacieux, légers, inattendus ou spectaculaires. Parcours poétique enflammé de la <a href="http://Les 11 et 12 août">compagnie Carabosse</a>, déambulations, théâtre équestre, échasses, cirque, musique, vidéo mapping…</p>
<p><center><iframe src="https://www.youtube.com/embed/7ayI6eaNiAU" width="560" height="315" frameborder="0" allowfullscreen="allowfullscreen"></iframe></center></p>
<p style="text-align: ju&lt;iframe width=;">Et les enfants dès 2 ans ont leur FARSe des minis sur la Presqu’île Malraux. Pour tout savoir, se rafraîchir, se retrouver, le QG est à l’école Pasteur, rue des Veaux.</p>
<p><strong><a href="https://ete.strasbourg.eu/farse-festival-arts-de-la-rue">FARSe</a>, festival d&rsquo;arts de la rue du 10 au 12 août</strong><br />
<strong>Divers lieux à Strasbourg</strong></p>

                    [category@term] => CULTURE
                    [category#2@term] => Danse
                    [category#3@term] => Festival
                    [category#4@term] => Jeunesse
                    [category#5@term] => spectacle
                    [category#6@term] => STRASBOURG
                    [category#7@term] => Théâtre
                    [category#8@term] => compagnie carabosse
                    [category#9@term] => farse
                    [date_timestamp] => 1533634009
                )

            [3] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Madame Julia
                    [link#] => 1
                    [link] => http://zut-magazine.com/mademoiselle-julia-brunch-a-strasbourg/
                    [comments#] => 1
                    [comments] => http://zut-magazine.com/mademoiselle-julia-brunch-a-strasbourg/#respond
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Thu, 26 Jul 2018 14:59:15 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Alexandre Zebdi
                            [subject#] => 3
                            [subject] => STRASBOURG
                            [subject#2] => Zut ! à table
                            [subject#3] => madame julia
                        )

                    [category#] => 3
                    [category] => STRASBOURG
                    [category#2] => Zut ! à table
                    [category#3] => madame julia
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => http://zut-magazine.com/?p=18638
                    [description#] => 1
                    [description] => Récemment ouvert place de la Bourse, le restaurant Madame Julia, a tout du nouveau coup de coeur pour bruncher à toute heure de la journée dans une ambiance industrielle et new-yorkaise. Le lieu Une ambiance cosy et conviviale, un accueil chaleureux et une déco typique new-yorkaise : style industriel, meubles en bois et briques apparentes. On y déguste Menu breakfast express – café viennoiserie – ou complet en salé ou sucré, déjeuners sains et variés – bowls, tartines et sandwichs &#8230; <a href="http://zut-magazine.com/mademoiselle-julia-brunch-a-strasbourg/" >&#8594;</a>
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p style="text-align: justify;"><span style="color: #ff0000;"><a href="http://zut-magazine.com/mademoiselle-julia-brunch-a-strasbourg/"><img class="aligncenter wp-image-18670 size-full" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/madame-julia-e1532615291544.jpg" alt="" width="600" height="449" /></a></span></p>
<p><strong>Récemment ouvert place de la Bourse, le restaurant<a href="https://www.facebook.com/Madamejulia-Strasbourg-235588983841937/"> Madame Julia</a>, a tout du nouveau coup de coeur pour bruncher à toute heure de la journée dans une ambiance industrielle et new-yorkaise.</strong><span id="more-18638"></span></p>
<p style="text-align: justify;"><span style="color: #ff0000;">Le lieu</span> Une ambiance cosy et conviviale, un accueil chaleureux et une déco typique new-yorkaise : style industriel, meubles en bois et briques apparentes.</p>
<p style="text-align: justify;"><span style="color: #ff0000;">On y déguste</span> Menu breakfast express – café viennoiserie – ou complet en salé ou sucré, déjeuners sains et variés – bowls, tartines et sandwichs – boissons chaudes, thés glacés, jus composés et desserts. Tout est fait maison, avec quelques options vegan ou sans gluten.</p>
<p style="text-align: justify;"><span style="color: #ff0000;">Coups de coeur</span> On aime les pancakes gourmands – qui ont déjà leur petite réputation – et le brunch en continu, le samedi, sans réservation.</p>
<p><a href="https://www.facebook.com/Madamejulia-Strasbourg-235588983841937/">Madame Julia</a><br />
34, rue de la 1er Armée</p>
<p>&nbsp;</p>
<p>Photo : Henri Vogt</p>

                        )

                    [wfw] => Array
                        (
                            [commentrss#] => 1
                            [commentrss] => http://zut-magazine.com/mademoiselle-julia-brunch-a-strasbourg/feed/
                        )

                    [slash] => Array
                        (
                            [comments#] => 1
                            [comments] => 0
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => Récemment ouvert place de la Bourse, le restaurant Madame Julia, a tout du nouveau coup de coeur pour bruncher à toute heure de la journée dans une ambiance industrielle et new-yorkaise. Le lieu Une ambiance cosy et conviviale, un accueil chaleureux et une déco typique new-yorkaise : style industriel, meubles en bois et briques apparentes. On y déguste Menu breakfast express – café viennoiserie – ou complet en salé ou sucré, déjeuners sains et variés – bowls, tartines et sandwichs &#8230; <a href="http://zut-magazine.com/mademoiselle-julia-brunch-a-strasbourg/" >&#8594;</a>
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p style="text-align: justify;"><span style="color: #ff0000;"><a href="http://zut-magazine.com/mademoiselle-julia-brunch-a-strasbourg/"><img class="aligncenter wp-image-18670 size-full" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/madame-julia-e1532615291544.jpg" alt="" width="600" height="449" /></a></span></p>
<p><strong>Récemment ouvert place de la Bourse, le restaurant<a href="https://www.facebook.com/Madamejulia-Strasbourg-235588983841937/"> Madame Julia</a>, a tout du nouveau coup de coeur pour bruncher à toute heure de la journée dans une ambiance industrielle et new-yorkaise.</strong><span id="more-18638"></span></p>
<p style="text-align: justify;"><span style="color: #ff0000;">Le lieu</span> Une ambiance cosy et conviviale, un accueil chaleureux et une déco typique new-yorkaise : style industriel, meubles en bois et briques apparentes.</p>
<p style="text-align: justify;"><span style="color: #ff0000;">On y déguste</span> Menu breakfast express – café viennoiserie – ou complet en salé ou sucré, déjeuners sains et variés – bowls, tartines et sandwichs – boissons chaudes, thés glacés, jus composés et desserts. Tout est fait maison, avec quelques options vegan ou sans gluten.</p>
<p style="text-align: justify;"><span style="color: #ff0000;">Coups de coeur</span> On aime les pancakes gourmands – qui ont déjà leur petite réputation – et le brunch en continu, le samedi, sans réservation.</p>
<p><a href="https://www.facebook.com/Madamejulia-Strasbourg-235588983841937/">Madame Julia</a><br />
34, rue de la 1er Armée</p>
<p>&nbsp;</p>
<p>Photo : Henri Vogt</p>

                    [category@term] => STRASBOURG
                    [category#2@term] => Zut ! à table
                    [category#3@term] => madame julia
                    [date_timestamp] => 1532617155
                )

            [4] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => SieMatic : la cuisine faussement classique
                    [link#] => 1
                    [link] => http://zut-magazine.com/siematic-la-cuisine-faussement-classique-a-strasbourg/
                    [comments#] => 1
                    [comments] => http://zut-magazine.com/siematic-la-cuisine-faussement-classique-a-strasbourg/#respond
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Thu, 26 Jul 2018 14:29:13 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Alexandre Zebdi
                            [subject#] => 6
                            [subject] => Déco
                            [subject#2] => Design
                            [subject#3] => LIFESTYLE
                            [subject#4] => STRASBOURG
                            [subject#5] => 3C cuisine
                            [subject#6] => siematic
                        )

                    [category#] => 6
                    [category] => Déco
                    [category#2] => Design
                    [category#3] => LIFESTYLE
                    [category#4] => STRASBOURG
                    [category#5] => 3C cuisine
                    [category#6] => siematic
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => http://zut-magazine.com/?p=18640
                    [description#] => 1
                    [description] => Menu gastronomique chez SieMatic, avec son univers de style Classic. Un terrain de jeu infini pour les adeptes des cuisines aimant associer ancien et contemporain, qui privilégie la flexibilité des rangements intérieurs grâce au système MultiMatic. Dans la collection 2018, une finition dans l’air du temps : un bronze doré lumineux et sophistiqué à retrouver sur les étagères et les poignées. L’idée ZUT en + 01— Carrelages Coloriste hors-pair, Hella Jongérius expérimente cette saison ses gradations tonales atypiques sur des &#8230; <a href="http://zut-magazine.com/siematic-la-cuisine-faussement-classique-a-strasbourg/" >&#8594;</a>
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <p><strong> <a href="http://zut-magazine.com/siematic-la-cuisine-faussement-classique-a-strasbourg/"><img class="aligncenter wp-image-18669 size-full" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/Siematic_Classic-e1532614712240.jpg" alt="" width="600" height="401" /></a>Menu gastronomique chez SieMatic, avec son univers de style Classic. Un terrain de jeu infini pour les adeptes des cuisines aimant associer ancien et contemporain, qui privilégie la flexibilité des rangements intérieurs grâce au système MultiMatic.</strong><span id="more-18640"></span></p>
<p style="text-align: justify;">Dans la collection 2018, une finition dans l’air du temps : un bronze doré lumineux et sophistiqué à retrouver sur les étagères et les poignées.</p>
<p><span style="color: #ff0000;">L’idée ZUT en +</span> 01— Carrelages Coloriste hors-pair, Hella Jongérius expérimente cette saison ses gradations tonales atypiques sur des carreaux en grès cérame émaillé. Il en résulte une gamme chromatique inédite de sept couleurs de base, déclinées en deux gammes d’intensité.</p>
<div id="attachment_18667" style="width: 577px" class="wp-caption aligncenter"><img class="wp-image-18667 size-full" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/Carrelages.jpg" alt="" width="567" height="567" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/Carrelages.jpg 567w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/Carrelages-150x150.jpg 150w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/Carrelages-300x300.jpg 300w" sizes="(max-width: 567px) 100vw, 567px" /></p>
<p class="wp-caption-text">Collection Diarama, 9,3 × 18,5 cm, design Hella Jongérius, Mutina. www.forgiarini.net</p>
</div>
<p style="text-align: justify;"><span style="color: #ff0000;">L’idée en +</span> 01— Carrelages Coloriste hors-pair, Hella Jongérius expérimente cette saison ses gradations tonales atypiques sur des carreaux en grès cérame émaillé. Il en résulte une gamme chromatique inédite de sept couleurs de base, déclinées en deux gammes d’intensité.</p>
<div id="attachment_18665" style="width: 510px" class="wp-caption aligncenter"><img class="wp-image-18665 size-full" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/S’asseoir_1-e1532614681258.jpg" alt="" width="500" height="500" /></p>
<p class="wp-caption-text">02— Assise Canapé outdoor Backpack, design LucidiPevere, Cinna. www.cinna.fr</p>
</div>
<div id="attachment_18668" style="width: 577px" class="wp-caption aligncenter"><img class="wp-image-18668 size-full" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/Art-de-la-table.jpg" alt="" width="567" height="756" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/Art-de-la-table.jpg 567w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/Art-de-la-table-225x300.jpg 225w" sizes="(max-width: 567px) 100vw, 567px" /></p>
<p class="wp-caption-text">03— Art de la table Coupe, design Anita Le Grelle, Serax. www.surtout.cafe</p>
</div>
<div id="attachment_18666" style="width: 577px" class="wp-caption aligncenter"><img class="wp-image-18666 size-full" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/Épicerie.jpg" alt="" width="567" height="520" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/Épicerie.jpg 567w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/Épicerie-300x275.jpg 300w" sizes="(max-width: 567px) 100vw, 567px" /></p>
<p class="wp-caption-text">04— Épicerie Huile d’olive grecque et bio Lakudia, Oliviers &amp; Co.</p>
</div>
<p><img class="aligncenter size-full wp-image-18664" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/suspension_brass_95_96_de_gervasoni_d_120_1-1.jpg" alt="" width="567" height="425" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/suspension_brass_95_96_de_gervasoni_d_120_1-1.jpg 567w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/suspension_brass_95_96_de_gervasoni_d_120_1-1-300x225.jpg 300w" sizes="(max-width: 567px) 100vw, 567px" /></p>
<p>05— Luminaire Suspension Brass en laiton, design Paola Navone, Gervasoni www.fouduroi.eu</p>
<p><a href="http://www.cuisine-3C.com">3C Cuisine –SieMatic Store</a><br />
20, avenue de la Marseillaise</p>

                        )

                    [wfw] => Array
                        (
                            [commentrss#] => 1
                            [commentrss] => http://zut-magazine.com/siematic-la-cuisine-faussement-classique-a-strasbourg/feed/
                        )

                    [slash] => Array
                        (
                            [comments#] => 1
                            [comments] => 0
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => Menu gastronomique chez SieMatic, avec son univers de style Classic. Un terrain de jeu infini pour les adeptes des cuisines aimant associer ancien et contemporain, qui privilégie la flexibilité des rangements intérieurs grâce au système MultiMatic. Dans la collection 2018, une finition dans l’air du temps : un bronze doré lumineux et sophistiqué à retrouver sur les étagères et les poignées. L’idée ZUT en + 01— Carrelages Coloriste hors-pair, Hella Jongérius expérimente cette saison ses gradations tonales atypiques sur des &#8230; <a href="http://zut-magazine.com/siematic-la-cuisine-faussement-classique-a-strasbourg/" >&#8594;</a>
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <p><strong> <a href="http://zut-magazine.com/siematic-la-cuisine-faussement-classique-a-strasbourg/"><img class="aligncenter wp-image-18669 size-full" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/Siematic_Classic-e1532614712240.jpg" alt="" width="600" height="401" /></a>Menu gastronomique chez SieMatic, avec son univers de style Classic. Un terrain de jeu infini pour les adeptes des cuisines aimant associer ancien et contemporain, qui privilégie la flexibilité des rangements intérieurs grâce au système MultiMatic.</strong><span id="more-18640"></span></p>
<p style="text-align: justify;">Dans la collection 2018, une finition dans l’air du temps : un bronze doré lumineux et sophistiqué à retrouver sur les étagères et les poignées.</p>
<p><span style="color: #ff0000;">L’idée ZUT en +</span> 01— Carrelages Coloriste hors-pair, Hella Jongérius expérimente cette saison ses gradations tonales atypiques sur des carreaux en grès cérame émaillé. Il en résulte une gamme chromatique inédite de sept couleurs de base, déclinées en deux gammes d’intensité.</p>
<div id="attachment_18667" style="width: 577px" class="wp-caption aligncenter"><img class="wp-image-18667 size-full" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/Carrelages.jpg" alt="" width="567" height="567" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/Carrelages.jpg 567w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/Carrelages-150x150.jpg 150w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/Carrelages-300x300.jpg 300w" sizes="(max-width: 567px) 100vw, 567px" /></p>
<p class="wp-caption-text">Collection Diarama, 9,3 × 18,5 cm, design Hella Jongérius, Mutina. www.forgiarini.net</p>
</div>
<p style="text-align: justify;"><span style="color: #ff0000;">L’idée en +</span> 01— Carrelages Coloriste hors-pair, Hella Jongérius expérimente cette saison ses gradations tonales atypiques sur des carreaux en grès cérame émaillé. Il en résulte une gamme chromatique inédite de sept couleurs de base, déclinées en deux gammes d’intensité.</p>
<div id="attachment_18665" style="width: 510px" class="wp-caption aligncenter"><img class="wp-image-18665 size-full" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/S’asseoir_1-e1532614681258.jpg" alt="" width="500" height="500" /></p>
<p class="wp-caption-text">02— Assise Canapé outdoor Backpack, design LucidiPevere, Cinna. www.cinna.fr</p>
</div>
<div id="attachment_18668" style="width: 577px" class="wp-caption aligncenter"><img class="wp-image-18668 size-full" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/Art-de-la-table.jpg" alt="" width="567" height="756" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/Art-de-la-table.jpg 567w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/Art-de-la-table-225x300.jpg 225w" sizes="(max-width: 567px) 100vw, 567px" /></p>
<p class="wp-caption-text">03— Art de la table Coupe, design Anita Le Grelle, Serax. www.surtout.cafe</p>
</div>
<div id="attachment_18666" style="width: 577px" class="wp-caption aligncenter"><img class="wp-image-18666 size-full" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/Épicerie.jpg" alt="" width="567" height="520" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/Épicerie.jpg 567w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/Épicerie-300x275.jpg 300w" sizes="(max-width: 567px) 100vw, 567px" /></p>
<p class="wp-caption-text">04— Épicerie Huile d’olive grecque et bio Lakudia, Oliviers &amp; Co.</p>
</div>
<p><img class="aligncenter size-full wp-image-18664" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/suspension_brass_95_96_de_gervasoni_d_120_1-1.jpg" alt="" width="567" height="425" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/suspension_brass_95_96_de_gervasoni_d_120_1-1.jpg 567w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/suspension_brass_95_96_de_gervasoni_d_120_1-1-300x225.jpg 300w" sizes="(max-width: 567px) 100vw, 567px" /></p>
<p>05— Luminaire Suspension Brass en laiton, design Paola Navone, Gervasoni www.fouduroi.eu</p>
<p><a href="http://www.cuisine-3C.com">3C Cuisine –SieMatic Store</a><br />
20, avenue de la Marseillaise</p>

                    [category@term] => Déco
                    [category#2@term] => Design
                    [category#3@term] => LIFESTYLE
                    [category#4@term] => STRASBOURG
                    [category#5@term] => 3C cuisine
                    [category#6@term] => siematic
                    [date_timestamp] => 1532615353
                )

            [5] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Le Tigre
                    [link#] => 1
                    [link] => http://zut-magazine.com/le-tigre-moderneisation-du-restaurant-a-haguenau/
                    [comments#] => 1
                    [comments] => http://zut-magazine.com/le-tigre-moderneisation-du-restaurant-a-haguenau/#respond
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Thu, 26 Jul 2018 14:13:29 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Alexandre Zebdi
                            [subject#] => 6
                            [subject] => D'ailleurs
                            [subject#2] => Zut ! à table
                            [subject#3] => alain gabriel
                            [subject#4] => denis henry
                            [subject#5] => le tigre
                            [subject#6] => patrick noisette
                        )

                    [category#] => 6
                    [category] => D'ailleurs
                    [category#2] => Zut ! à table
                    [category#3] => alain gabriel
                    [category#4] => denis henry
                    [category#5] => le tigre
                    [category#6] => patrick noisette
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => http://zut-magazine.com/?p=18642
                    [description#] => 1
                    [description] => Établissement familial par excellence à Haguenau, Le Tigre a modernisé son image avec la complicité de l’architecte d’intérieur Denis Henry « Nous avons dépoussiéré l’ancienne image du Tigre, sans la dénaturer, pour y apporter lumière et sobriété. » Rénovée du sol au plafond, la salle est à présent insonorisée et offre une ambiance ouatée, en accord avec le nouveau design. « Le meuble du bar est blanc, il crée un contraste avec les boiseries si caractéristiques du lieu et les sols &#8230; <a href="http://zut-magazine.com/le-tigre-moderneisation-du-restaurant-a-haguenau/" >&#8594;</a>
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <div id="attachment_18661" style="width: 610px" class="wp-caption aligncenter"><a href="http://zut-magazine.com/le-tigre-moderneisation-du-restaurant-a-haguenau/"><img class="wp-image-18661 size-full" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/tigre-e1532614378992.jpg" alt="" width="600" height="400" /></a></p>
<p class="wp-caption-text">©Maxime Gautherot</p>
</div>
<p style="text-align: justify;"><strong>Établissement familial par excellence à Haguenau, Le Tigre a modernisé son image avec la complicité de l’architecte d’intérieur Denis Henry </strong><span id="more-18642"></span></p>
<p style="text-align: justify;"><em>« Nous avons dépoussiéré l’ancienne image du Tigre, sans la dénaturer, pour y apporter lumière et sobriété. » </em>Rénovée du sol au plafond, la salle est à présent insonorisée et offre une ambiance ouatée, en accord avec le nouveau design. <em>« Le meuble du bar est blanc, il crée un contraste avec les boiseries si caractéristiques du lieu et les sols sombres. L’espace devient lumineux et chaleureux à la fois »</em>, précise l’architecte.</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Le chef Alain Gabriel, quant à lui, offre toujours une cuisine originale dans un esprit fidèle à l’ambiance brasserie</strong>. Les plats traditionnels alsaciens sont revisités, les produits sont frais et s’accordent aux saisons. L’été, les poissons offrent un air iodé de vacances. Les tripes au riesling comme les bouchées à la reine à base de poule restent toujours à l’honneur. <em>« Nous sommes maître restaurateur d’abord »</em>, indique Patrick Noisette, propriétaire du lieu.</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>De la brasserie traditionnelle à un lieu de vie plus contemporain, ses nombreuses évolutions s’inscrivent dans la continuité de l’histoire de ce restaurant devenue institution.</strong></p>
<p>Le Tigre<br />
4, place d&rsquo;armes à Haguenau<br />
03 88 93 76 82</p>
<p>&nbsp;</p>
<p class="p1"><b>Par </b>Lisa Laroche — <b>Photo </b>Maxime Gautherot</p>

                        )

                    [wfw] => Array
                        (
                            [commentrss#] => 1
                            [commentrss] => http://zut-magazine.com/le-tigre-moderneisation-du-restaurant-a-haguenau/feed/
                        )

                    [slash] => Array
                        (
                            [comments#] => 1
                            [comments] => 0
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => Établissement familial par excellence à Haguenau, Le Tigre a modernisé son image avec la complicité de l’architecte d’intérieur Denis Henry « Nous avons dépoussiéré l’ancienne image du Tigre, sans la dénaturer, pour y apporter lumière et sobriété. » Rénovée du sol au plafond, la salle est à présent insonorisée et offre une ambiance ouatée, en accord avec le nouveau design. « Le meuble du bar est blanc, il crée un contraste avec les boiseries si caractéristiques du lieu et les sols &#8230; <a href="http://zut-magazine.com/le-tigre-moderneisation-du-restaurant-a-haguenau/" >&#8594;</a>
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <div id="attachment_18661" style="width: 610px" class="wp-caption aligncenter"><a href="http://zut-magazine.com/le-tigre-moderneisation-du-restaurant-a-haguenau/"><img class="wp-image-18661 size-full" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/tigre-e1532614378992.jpg" alt="" width="600" height="400" /></a></p>
<p class="wp-caption-text">©Maxime Gautherot</p>
</div>
<p style="text-align: justify;"><strong>Établissement familial par excellence à Haguenau, Le Tigre a modernisé son image avec la complicité de l’architecte d’intérieur Denis Henry </strong><span id="more-18642"></span></p>
<p style="text-align: justify;"><em>« Nous avons dépoussiéré l’ancienne image du Tigre, sans la dénaturer, pour y apporter lumière et sobriété. » </em>Rénovée du sol au plafond, la salle est à présent insonorisée et offre une ambiance ouatée, en accord avec le nouveau design. <em>« Le meuble du bar est blanc, il crée un contraste avec les boiseries si caractéristiques du lieu et les sols sombres. L’espace devient lumineux et chaleureux à la fois »</em>, précise l’architecte.</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Le chef Alain Gabriel, quant à lui, offre toujours une cuisine originale dans un esprit fidèle à l’ambiance brasserie</strong>. Les plats traditionnels alsaciens sont revisités, les produits sont frais et s’accordent aux saisons. L’été, les poissons offrent un air iodé de vacances. Les tripes au riesling comme les bouchées à la reine à base de poule restent toujours à l’honneur. <em>« Nous sommes maître restaurateur d’abord »</em>, indique Patrick Noisette, propriétaire du lieu.</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>De la brasserie traditionnelle à un lieu de vie plus contemporain, ses nombreuses évolutions s’inscrivent dans la continuité de l’histoire de ce restaurant devenue institution.</strong></p>
<p>Le Tigre<br />
4, place d&rsquo;armes à Haguenau<br />
03 88 93 76 82</p>
<p>&nbsp;</p>
<p class="p1"><b>Par </b>Lisa Laroche — <b>Photo </b>Maxime Gautherot</p>

                    [category@term] => D'ailleurs
                    [category#2@term] => Zut ! à table
                    [category#3@term] => alain gabriel
                    [category#4@term] => denis henry
                    [category#5@term] => le tigre
                    [category#6@term] => patrick noisette
                    [date_timestamp] => 1532614409
                )

            [6] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Musée du Bagage : voyages imaginaires
                    [link#] => 1
                    [link] => http://zut-magazine.com/musee-du-bagage-a-haguenau-exposition-voyages-imaginaires/
                    [comments#] => 1
                    [comments] => http://zut-magazine.com/musee-du-bagage-a-haguenau-exposition-voyages-imaginaires/#respond
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Thu, 26 Jul 2018 14:03:37 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Alexandre Zebdi
                            [subject#] => 6
                            [subject] => CULTURE
                            [subject#2] => D'ailleurs
                            [subject#3] => Exposition
                            [subject#4] => Voyage
                            [subject#5] => jean-philippe rolland
                            [subject#6] => musée du bagage
                        )

                    [category#] => 6
                    [category] => CULTURE
                    [category#2] => D'ailleurs
                    [category#3] => Exposition
                    [category#4] => Voyage
                    [category#5] => jean-philippe rolland
                    [category#6] => musée du bagage
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => http://zut-magazine.com/?p=18644
                    [description#] => 1
                    [description] => « Du Grand Tour au Tour Opérateur » est le second chapitre de la formidable histoire du voyage, mis en scène par le Musée du Bagage de Haguenau et les collectionneurs passionnés, Marie et Jean-Philippe Rolland. Avec cette nouvelle exposition, ils remontent une nouvelle fois le temps… La visite démarre et un dédale s’ouvre face à nous. Les images défilent, les sons emplissent nos oreilles et nous quittons la ville pour d’autres contrées. Nous déambulons ainsi de Rome à Louxor, &#8230; <a href="http://zut-magazine.com/musee-du-bagage-a-haguenau-exposition-voyages-imaginaires/" >&#8594;</a>
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <div id="attachment_18658" style="width: 610px" class="wp-caption aligncenter"><a href="http://zut-magazine.com/musee-du-bagage-a-haguenau-exposition-voyages-imaginaires/"><img class="wp-image-18658 size-full" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/musee-du-bagage2-e1532613763166.jpg" alt="" width="600" height="400" /></a></p>
<p class="wp-caption-text">©Preview</p>
</div>
<p style="text-align: justify;"><strong>« Du Grand Tour au Tour Opérateur » est le second chapitre de la formidable histoire du voyage, mis en scène par le Musée du Bagage de Haguenau et les collectionneurs passionnés, Marie et Jean-Philippe Rolland. Avec cette nouvelle exposition, ils remontent une nouvelle fois le temps…</strong><span id="more-18644"></span></p>
<p style="text-align: justify;">La visite démarre et un dédale s’ouvre face à nous. Les images défilent, les sons emplissent nos oreilles et nous quittons la ville pour d’autres contrées. Nous déambulons ainsi de Rome à Louxor, de Deauville à la Côte d’Azur, avant d’atterrir à Heathrow. Chaque îlot promet la découverte de nouveaux vestiges d’expéditions passées.</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Des voyageurs invisibles, il ne reste que les bagages, les accessoires et quelques clichés en noir et blanc mais cela suffit à nous les représenter, peut-être même à les incarner pendant une fraction de seconde</strong>. Au fil de notre visite nous sommes ce jeune auteur romantique cherchant l’inspiration sur la colline du Palatin, cet explorateur en herbe scrutant les pyramides depuis les rives du Nil, ce dandy flambant dans les casinos normands, cette cantatrice se délectant des premiers bains de mer en Méditerranée avant de redevenir simple touriste patientant dans un hall d’aéroport.À chaque illustre voyageur son illustre bagagerie. Penderie, commode à chaussures, bibliothèque, table de jeu, au fil des siècles les malletiers ont regorgé d’ingéniosité pour créer des malles à la hauteur des exigences des voyageurs. Aujourd’hui elles flottent face à nous, entourées d’une aura mystérieuse d’histoire et d’aventure. Elles reflètent la splendide démesure d’une époque révolue. Elles témoignent <strong>d’un monde où voyager était un art dans lequel excellait cette élite insouciante.</strong></p>
<p style="text-align: justify;"><strong>La fin d’une époque ?</strong><br />
Dans cet univers où le temps est suspendu, plane l’ombre du touriste contemporain. Discret, presque dissimulé dans le décor, il court les sites historiques ou paresse au soleil, semblant tout ignorer des Grands Tours. Ils sont autres et pourtant ils nous représentent. Fondus dans la masse, nous faisons aujourd’hui les mêmes voyages, nous transportons les mêmes panoplies. <strong>Tandis que nous assistons à la standardisation du tourisme, nous observons avec nostalgie que voyager a perdu de sa superbe.</strong> La liseuse électronique remplace la malle-bibliothèque, la tasse isotherme rend obsolète le nécessaire à thé et la valise à roulettes a succédé à la wardrobe. Pourtant, entre aujourd’hui et hier, ce ne sont que les accessoires qui ont changé. Le plaisir de parcourir le monde, lui, reste intact. Si de nos aventures il ne restera peut-être aucune trace, nous aurons eu la chance de nous créer des souvenirs et ceux-là resteront nos biens les plus précieux.</p>
<div id="attachment_18657" style="width: 610px" class="wp-caption aligncenter"><img class="size-full wp-image-18657" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/musee-du-bagage1-e1532613742261.jpg" alt="" width="600" height="900" /></p>
<p class="wp-caption-text">©Preview</p>
</div>
<p style="text-align: justify;"><strong>Le voyage idéal d’une collectionneuse</strong><br />
<em>« Dès que l’on restaure une malle, on voyage. On prend le temps de découvrir chaque malletier, comment il a construit la malle, comment il l’a adaptée à la commande du client. »</em> <strong>Restauratrice de malles anciennes depuis près de 20 ans, Marie Rolland poursuit le travail des maîtres-artisans du voyage.</strong> Mais qu’en serait-il si elle revêtait l’habit d’une femme du Monde ? Un sourire dans la voix, une étincelle dans les yeux, elle imagine quelle serait sa malle idéale. Elle choisirait une vaste malle Vuitton à monogrammes, protégée par des cornières de cuir et ornée d’une bijouterie en laiton massif. Si nous pourrions croire que ce précieux bagage l’accompagnerait pour voyager d’une époque à l’autre, nous faisons erreur. Elle l’emporterait pour un formidable tour du monde et ne la remplirait que d’une seule chose, le bien le plus précieux qui soit : le temps.</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Une collection aux 1 000 secrets</strong><br />
Muettes et pourtant si éloquentes, les malles regorgent d’histoires à raconter. Ce sont celles des artisans qui les ont fabriquées, celles de leurs propriétaires ou bien simplement celles du temps qui passe. Épopée ou anecdote, Marie et Jean-Philippe Rolland se plaisent à partager chacune d’elles. Nous retenons celle du jour où le couple découvrit une inscription dissimulée sous le tissu. Là, figée dans le temps, un malletier adressait, à quiconque la découvrirait, une invitation à lui rendre visite. L’histoire ne nous dit pas si le fabriquant reçut une réponse mais c’est là toute la beauté des mystérieux récits de bagages, finir par des points de suspensions pour laisser convoler l’imagination. À l’abri des regards, le reste de la collection Rolland a encore bien des secrets à livrer. Malles, sacs et nécessaires sommeillent dans les coffres de l’ancienne Banque de France, attendant sagement d’écrire à leur tour un nouveau chapitre de leur fabuleuse histoire…</p>
<p style="text-align: justify;"><a href="http://www.museedubagage.com">Musée du Bagage</a><br />
5, rue Saint-Georges à Haguenau<br />
03 88 63 44 43</p>
<p>&nbsp;</p>

                        )

                    [wfw] => Array
                        (
                            [commentrss#] => 1
                            [commentrss] => http://zut-magazine.com/musee-du-bagage-a-haguenau-exposition-voyages-imaginaires/feed/
                        )

                    [slash] => Array
                        (
                            [comments#] => 1
                            [comments] => 0
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => « Du Grand Tour au Tour Opérateur » est le second chapitre de la formidable histoire du voyage, mis en scène par le Musée du Bagage de Haguenau et les collectionneurs passionnés, Marie et Jean-Philippe Rolland. Avec cette nouvelle exposition, ils remontent une nouvelle fois le temps… La visite démarre et un dédale s’ouvre face à nous. Les images défilent, les sons emplissent nos oreilles et nous quittons la ville pour d’autres contrées. Nous déambulons ainsi de Rome à Louxor, &#8230; <a href="http://zut-magazine.com/musee-du-bagage-a-haguenau-exposition-voyages-imaginaires/" >&#8594;</a>
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <div id="attachment_18658" style="width: 610px" class="wp-caption aligncenter"><a href="http://zut-magazine.com/musee-du-bagage-a-haguenau-exposition-voyages-imaginaires/"><img class="wp-image-18658 size-full" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/musee-du-bagage2-e1532613763166.jpg" alt="" width="600" height="400" /></a></p>
<p class="wp-caption-text">©Preview</p>
</div>
<p style="text-align: justify;"><strong>« Du Grand Tour au Tour Opérateur » est le second chapitre de la formidable histoire du voyage, mis en scène par le Musée du Bagage de Haguenau et les collectionneurs passionnés, Marie et Jean-Philippe Rolland. Avec cette nouvelle exposition, ils remontent une nouvelle fois le temps…</strong><span id="more-18644"></span></p>
<p style="text-align: justify;">La visite démarre et un dédale s’ouvre face à nous. Les images défilent, les sons emplissent nos oreilles et nous quittons la ville pour d’autres contrées. Nous déambulons ainsi de Rome à Louxor, de Deauville à la Côte d’Azur, avant d’atterrir à Heathrow. Chaque îlot promet la découverte de nouveaux vestiges d’expéditions passées.</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Des voyageurs invisibles, il ne reste que les bagages, les accessoires et quelques clichés en noir et blanc mais cela suffit à nous les représenter, peut-être même à les incarner pendant une fraction de seconde</strong>. Au fil de notre visite nous sommes ce jeune auteur romantique cherchant l’inspiration sur la colline du Palatin, cet explorateur en herbe scrutant les pyramides depuis les rives du Nil, ce dandy flambant dans les casinos normands, cette cantatrice se délectant des premiers bains de mer en Méditerranée avant de redevenir simple touriste patientant dans un hall d’aéroport.À chaque illustre voyageur son illustre bagagerie. Penderie, commode à chaussures, bibliothèque, table de jeu, au fil des siècles les malletiers ont regorgé d’ingéniosité pour créer des malles à la hauteur des exigences des voyageurs. Aujourd’hui elles flottent face à nous, entourées d’une aura mystérieuse d’histoire et d’aventure. Elles reflètent la splendide démesure d’une époque révolue. Elles témoignent <strong>d’un monde où voyager était un art dans lequel excellait cette élite insouciante.</strong></p>
<p style="text-align: justify;"><strong>La fin d’une époque ?</strong><br />
Dans cet univers où le temps est suspendu, plane l’ombre du touriste contemporain. Discret, presque dissimulé dans le décor, il court les sites historiques ou paresse au soleil, semblant tout ignorer des Grands Tours. Ils sont autres et pourtant ils nous représentent. Fondus dans la masse, nous faisons aujourd’hui les mêmes voyages, nous transportons les mêmes panoplies. <strong>Tandis que nous assistons à la standardisation du tourisme, nous observons avec nostalgie que voyager a perdu de sa superbe.</strong> La liseuse électronique remplace la malle-bibliothèque, la tasse isotherme rend obsolète le nécessaire à thé et la valise à roulettes a succédé à la wardrobe. Pourtant, entre aujourd’hui et hier, ce ne sont que les accessoires qui ont changé. Le plaisir de parcourir le monde, lui, reste intact. Si de nos aventures il ne restera peut-être aucune trace, nous aurons eu la chance de nous créer des souvenirs et ceux-là resteront nos biens les plus précieux.</p>
<div id="attachment_18657" style="width: 610px" class="wp-caption aligncenter"><img class="size-full wp-image-18657" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/musee-du-bagage1-e1532613742261.jpg" alt="" width="600" height="900" /></p>
<p class="wp-caption-text">©Preview</p>
</div>
<p style="text-align: justify;"><strong>Le voyage idéal d’une collectionneuse</strong><br />
<em>« Dès que l’on restaure une malle, on voyage. On prend le temps de découvrir chaque malletier, comment il a construit la malle, comment il l’a adaptée à la commande du client. »</em> <strong>Restauratrice de malles anciennes depuis près de 20 ans, Marie Rolland poursuit le travail des maîtres-artisans du voyage.</strong> Mais qu’en serait-il si elle revêtait l’habit d’une femme du Monde ? Un sourire dans la voix, une étincelle dans les yeux, elle imagine quelle serait sa malle idéale. Elle choisirait une vaste malle Vuitton à monogrammes, protégée par des cornières de cuir et ornée d’une bijouterie en laiton massif. Si nous pourrions croire que ce précieux bagage l’accompagnerait pour voyager d’une époque à l’autre, nous faisons erreur. Elle l’emporterait pour un formidable tour du monde et ne la remplirait que d’une seule chose, le bien le plus précieux qui soit : le temps.</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Une collection aux 1 000 secrets</strong><br />
Muettes et pourtant si éloquentes, les malles regorgent d’histoires à raconter. Ce sont celles des artisans qui les ont fabriquées, celles de leurs propriétaires ou bien simplement celles du temps qui passe. Épopée ou anecdote, Marie et Jean-Philippe Rolland se plaisent à partager chacune d’elles. Nous retenons celle du jour où le couple découvrit une inscription dissimulée sous le tissu. Là, figée dans le temps, un malletier adressait, à quiconque la découvrirait, une invitation à lui rendre visite. L’histoire ne nous dit pas si le fabriquant reçut une réponse mais c’est là toute la beauté des mystérieux récits de bagages, finir par des points de suspensions pour laisser convoler l’imagination. À l’abri des regards, le reste de la collection Rolland a encore bien des secrets à livrer. Malles, sacs et nécessaires sommeillent dans les coffres de l’ancienne Banque de France, attendant sagement d’écrire à leur tour un nouveau chapitre de leur fabuleuse histoire…</p>
<p style="text-align: justify;"><a href="http://www.museedubagage.com">Musée du Bagage</a><br />
5, rue Saint-Georges à Haguenau<br />
03 88 63 44 43</p>
<p>&nbsp;</p>

                    [category@term] => CULTURE
                    [category#2@term] => D'ailleurs
                    [category#3@term] => Exposition
                    [category#4@term] => Voyage
                    [category#5@term] => jean-philippe rolland
                    [category#6@term] => musée du bagage
                    [date_timestamp] => 1532613817
                )

            [7] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Bruce Nauman Disappearing Acts
                    [link#] => 1
                    [link] => http://zut-magazine.com/bruce-nauman-disappearing-acts-exposition-au-kunstmuseum-bale/
                    [comments#] => 1
                    [comments] => http://zut-magazine.com/bruce-nauman-disappearing-acts-exposition-au-kunstmuseum-bale/#respond
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Wed, 25 Jul 2018 11:13:59 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Alexandre Zebdi
                            [subject#] => 7
                            [subject] => Art numérique
                            [subject#2] => CULTURE
                            [subject#3] => D'ailleurs
                            [subject#4] => Exposition
                            [subject#5] => bruce nauman
                            [subject#6] => Kunstmuseum
                            [subject#7] => Schaulager
                        )

                    [category#] => 7
                    [category] => Art numérique
                    [category#2] => CULTURE
                    [category#3] => D'ailleurs
                    [category#4] => Exposition
                    [category#5] => bruce nauman
                    [category#6] => Kunstmuseum
                    [category#7] => Schaulager
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => http://zut-magazine.com/?p=18646
                    [description#] => 1
                    [description] => Chez Bruce Nauman, la variété – dessin, sculpture, installation, vidéo – dit quelque chose de l’inconstance, et peut-être même de l’urgence. Une exposition à découvrir jusqu&#8217;au 28 août au Kunstmuseum à Bâle. L’esprit fertile de cet artiste américain saute d’une idée à l’autre, donnant le sentiment d’une certaine frivolité, mais en s’y attachant mieux que cela, on constate que chaque oeuvre prend le temps ; un temps bien à elle, triple, le temps de s’installer dans sa conception même, le &#8230; <a href="http://zut-magazine.com/bruce-nauman-disappearing-acts-exposition-au-kunstmuseum-bale/" >&#8594;</a>
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <div id="attachment_18647" style="width: 610px" class="wp-caption aligncenter"><a href="http://zut-magazine.com/bruce-nauman-disappearing-acts-exposition-au-kunstmuseum-bale/"><img class="wp-image-18647 size-full" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/Nauman_007_greenhorse_eciRGB-e1532515121734.jpg" alt="" width="600" height="452" /></a></p>
<p class="wp-caption-text">Bruce Nauman, Green Horses,1988, Video installation<br />Photo : Ron Amstutz© Bruce Nauman, ProLitteris, Zurich</p>
</div>
<p><strong>Chez Bruce Nauman, la variété – dessin, sculpture, installation, vidéo – dit quelque chose de l’inconstance, et peut-être même de l’urgence. Une exposition à découvrir jusqu&rsquo;au 28 août au Kunstmuseum à Bâle.</strong><span id="more-18646"></span></p>
<p style="text-align: justify;">L’esprit fertile de cet artiste américain saute d’une idée à l’autre, donnant le sentiment d’une certaine frivolité, mais en s’y attachant mieux que cela, on constate que chaque oeuvre prend le temps ; un temps bien à elle, triple, le temps de s’installer dans sa conception même, le temps de sa réalisation et le temps de pénétrer nos esprits.</p>
<p style="text-align: justify;">Chacune d’entre elles vaut pour elle-même, détachée du tout. Il est même nécessaire, pour mieux la recevoir, de la détacher mentalement, de l’isoler et de la fréquenter pleinement comme s’il s’agissait d’un être à part entière.</p>
<p>Bruce Nauman, exposition<br />
<a href="http://www.kunstmuseumbasel.ch">Schaulager Kunstmuseum</a> à Bâle<br />
Jusqu&rsquo;au 26.08.18</p>

                        )

                    [wfw] => Array
                        (
                            [commentrss#] => 1
                            [commentrss] => http://zut-magazine.com/bruce-nauman-disappearing-acts-exposition-au-kunstmuseum-bale/feed/
                        )

                    [slash] => Array
                        (
                            [comments#] => 1
                            [comments] => 0
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => Chez Bruce Nauman, la variété – dessin, sculpture, installation, vidéo – dit quelque chose de l’inconstance, et peut-être même de l’urgence. Une exposition à découvrir jusqu&#8217;au 28 août au Kunstmuseum à Bâle. L’esprit fertile de cet artiste américain saute d’une idée à l’autre, donnant le sentiment d’une certaine frivolité, mais en s’y attachant mieux que cela, on constate que chaque oeuvre prend le temps ; un temps bien à elle, triple, le temps de s’installer dans sa conception même, le &#8230; <a href="http://zut-magazine.com/bruce-nauman-disappearing-acts-exposition-au-kunstmuseum-bale/" >&#8594;</a>
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <div id="attachment_18647" style="width: 610px" class="wp-caption aligncenter"><a href="http://zut-magazine.com/bruce-nauman-disappearing-acts-exposition-au-kunstmuseum-bale/"><img class="wp-image-18647 size-full" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/Nauman_007_greenhorse_eciRGB-e1532515121734.jpg" alt="" width="600" height="452" /></a></p>
<p class="wp-caption-text">Bruce Nauman, Green Horses,1988, Video installation<br />Photo : Ron Amstutz© Bruce Nauman, ProLitteris, Zurich</p>
</div>
<p><strong>Chez Bruce Nauman, la variété – dessin, sculpture, installation, vidéo – dit quelque chose de l’inconstance, et peut-être même de l’urgence. Une exposition à découvrir jusqu&rsquo;au 28 août au Kunstmuseum à Bâle.</strong><span id="more-18646"></span></p>
<p style="text-align: justify;">L’esprit fertile de cet artiste américain saute d’une idée à l’autre, donnant le sentiment d’une certaine frivolité, mais en s’y attachant mieux que cela, on constate que chaque oeuvre prend le temps ; un temps bien à elle, triple, le temps de s’installer dans sa conception même, le temps de sa réalisation et le temps de pénétrer nos esprits.</p>
<p style="text-align: justify;">Chacune d’entre elles vaut pour elle-même, détachée du tout. Il est même nécessaire, pour mieux la recevoir, de la détacher mentalement, de l’isoler et de la fréquenter pleinement comme s’il s’agissait d’un être à part entière.</p>
<p>Bruce Nauman, exposition<br />
<a href="http://www.kunstmuseumbasel.ch">Schaulager Kunstmuseum</a> à Bâle<br />
Jusqu&rsquo;au 26.08.18</p>

                    [category@term] => Art numérique
                    [category#2@term] => CULTURE
                    [category#3@term] => D'ailleurs
                    [category#4@term] => Exposition
                    [category#5@term] => bruce nauman
                    [category#6@term] => Kunstmuseum
                    [category#7@term] => Schaulager
                    [date_timestamp] => 1532517239
                )

            [8] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Tzatzi
                    [link#] => 1
                    [link] => http://zut-magazine.com/tzatzi-la-cuisine-mediterraneenne-a-strasbourg/
                    [comments#] => 1
                    [comments] => http://zut-magazine.com/tzatzi-la-cuisine-mediterraneenne-a-strasbourg/#respond
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Wed, 25 Jul 2018 09:57:30 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Alexandre Zebdi
                            [subject#] => 12
                            [subject] => Arts de la table
                            [subject#2] => STRASBOURG
                            [subject#3] => Zut ! à table
                            [subject#4] => christophe lemmenais
                            [subject#5] => Diabolo Poivre
                            [subject#6] => east canteen
                            [subject#7] => gilles egloff
                            [subject#8] => jérome frocker
                            [subject#9] => la corde à linge
                            [subject#10] => la hache
                            [subject#11] => square delicatessen
                            [subject#12] => tzatzi
                        )

                    [category#] => 12
                    [category] => Arts de la table
                    [category#2] => STRASBOURG
                    [category#3] => Zut ! à table
                    [category#4] => christophe lemmenais
                    [category#5] => Diabolo Poivre
                    [category#6] => east canteen
                    [category#7] => gilles egloff
                    [category#8] => jérome frocker
                    [category#9] => la corde à linge
                    [category#10] => la hache
                    [category#11] => square delicatessen
                    [category#12] => tzatzi
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => http://zut-magazine.com/?p=18587
                    [description#] => 1
                    [description] => Sans hésiter, le nouveau restaurant Tzatzi est l’endroit où passer l’été. Avec ses plats d’inspiration méditerranéenne à partager, ses cocktails ensoleillés et sa carte à 80 % veggie, cette nouvelle adresse « food sunshine » éveille nos papilles aux saveurs grecques, turques ou libanaises. Tzatzi c’est qui ? Gilles Egloff, Jérôme Fricker et Christophe Lemennais du groupe Diabolo Poivre. Déjà à la tête d’enseignes phares strasbourgeoises addictives aux concepts ficelés (La Hache, La Corde à Linge, East Canteen, Square Delicatessen…), &#8230; <a href="http://zut-magazine.com/tzatzi-la-cuisine-mediterraneenne-a-strasbourg/" >&#8594;</a>
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <div id="attachment_18634" style="width: 610px" class="wp-caption aligncenter"><a href="http://zut-magazine.com/tzatzi-la-cuisine-mediterraneenne-a-strasbourg/"><img class="wp-image-18634 size-full" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/TZAZI2314.jpg" alt="" width="600" height="444" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/TZAZI2314.jpg 600w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/TZAZI2314-300x222.jpg 300w" sizes="(max-width: 600px) 100vw, 600px" /></a></p>
<p class="wp-caption-text">© Preview</p>
</div>
<p style="text-align: justify;"><strong> Sans hésiter, le nouveau restaurant Tzatzi est l’endroit où passer l’été. Avec ses plats d’inspiration méditerranéenne à partager, ses cocktails ensoleillés et sa carte à 80 % veggie, cette nouvelle adresse <em>« food sunshine »</em> éveille nos papilles aux saveurs grecques, turques ou libanaises.</strong><span id="more-18587"></span></p>
<p style="text-align: justify;"><span style="color: #ff0000;">Tzatzi c’est qui ?</span> Gilles Egloff, Jérôme Fricker et Christophe Lemennais du groupe Diabolo Poivre. Déjà à la tête d’enseignes phares strasbourgeoises addictives aux concepts ficelés (La Hache, La Corde à Linge, East Canteen, Square Delicatessen…), ils élargissent leur champ aux mezzés.</p>
<p style="text-align: justify;"><span style="color: #ff0000;">Tzatzi c’est quoi ?</span> Un concentré de cuisine solaire où sumac, origan, badiane et agrumes azimutent falafels, poulpes, aubergines, houmous, shawarma d’agneau, salades fatouche, shakshuka, tzatziki… Une gastronomie de l’oeil et une esthétique du partage, qu’accompagne un décor végétal et rafraîchissant aux carrelages pimpants, orchestré par le designer Claude Drach en collaboration avec Creatio (entreprise de KS Groupe, spécialisée en aménagement).</p>
<div id="attachment_18636" style="width: 610px" class="wp-caption aligncenter"><img class="size-full wp-image-18636" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/TZAZI2403.jpg" alt="alt=&quot;restaurant inspiration méditerranéenne tzatzi&quot; " width="600" height="400" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/TZAZI2403.jpg 600w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/TZAZI2403-300x200.jpg 300w" sizes="(max-width: 600px) 100vw, 600px" /></p>
<p class="wp-caption-text">© Preview</p>
</div>
<p style="text-align: justify;"><span style="color: #ff0000;">Nos Tzatzi kifs ?</span> La limonana, une citronnade israélienne home made, et les thés glacés des Jardins de Gaïa, les pide, coquettes pizzas turques, le houmous bien évidemment, ultra-aérien, à choisir avec sa garniture veggie (8€) ou des légumes rôtis aux épices bio Terra Madre. Mais aussi un riz au lait tout crémeux couvert de pistaches et des baklavas, feuilletés et miellés à souhait… Damnation ! Le tout servi par un staff fringant en tee-shirts Erasmooth, brodés de formules bien troussées : Houmous is the new caviar, houmous lover, Tzatzi qui ?…</p>
<div id="attachment_18634" style="width: 610px" class="wp-caption aligncenter"><img class="size-full wp-image-18634" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/TZAZI2314.jpg" alt="" width="600" height="444" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/TZAZI2314.jpg 600w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/TZAZI2314-300x222.jpg 300w" sizes="(max-width: 600px) 100vw, 600px" /></p>
<p class="wp-caption-text">© Preview</p>
</div>
<p>Mezzés à partir de 5€<br />
Formule 3 salades ou 2 salades + houmous classique → 9 €</p>
<p><a href="http://www.tzatzi.fr">Tzatzi</a><br />
1, rue de la Demi-Lune</p>
<p>&nbsp;</p>
<p>Par Myriam Commot-Delon — Photos : Preview</p>

                        )

                    [wfw] => Array
                        (
                            [commentrss#] => 1
                            [commentrss] => http://zut-magazine.com/tzatzi-la-cuisine-mediterraneenne-a-strasbourg/feed/
                        )

                    [slash] => Array
                        (
                            [comments#] => 1
                            [comments] => 0
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => Sans hésiter, le nouveau restaurant Tzatzi est l’endroit où passer l’été. Avec ses plats d’inspiration méditerranéenne à partager, ses cocktails ensoleillés et sa carte à 80 % veggie, cette nouvelle adresse « food sunshine » éveille nos papilles aux saveurs grecques, turques ou libanaises. Tzatzi c’est qui ? Gilles Egloff, Jérôme Fricker et Christophe Lemennais du groupe Diabolo Poivre. Déjà à la tête d’enseignes phares strasbourgeoises addictives aux concepts ficelés (La Hache, La Corde à Linge, East Canteen, Square Delicatessen…), &#8230; <a href="http://zut-magazine.com/tzatzi-la-cuisine-mediterraneenne-a-strasbourg/" >&#8594;</a>
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <div id="attachment_18634" style="width: 610px" class="wp-caption aligncenter"><a href="http://zut-magazine.com/tzatzi-la-cuisine-mediterraneenne-a-strasbourg/"><img class="wp-image-18634 size-full" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/TZAZI2314.jpg" alt="" width="600" height="444" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/TZAZI2314.jpg 600w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/TZAZI2314-300x222.jpg 300w" sizes="(max-width: 600px) 100vw, 600px" /></a></p>
<p class="wp-caption-text">© Preview</p>
</div>
<p style="text-align: justify;"><strong> Sans hésiter, le nouveau restaurant Tzatzi est l’endroit où passer l’été. Avec ses plats d’inspiration méditerranéenne à partager, ses cocktails ensoleillés et sa carte à 80 % veggie, cette nouvelle adresse <em>« food sunshine »</em> éveille nos papilles aux saveurs grecques, turques ou libanaises.</strong><span id="more-18587"></span></p>
<p style="text-align: justify;"><span style="color: #ff0000;">Tzatzi c’est qui ?</span> Gilles Egloff, Jérôme Fricker et Christophe Lemennais du groupe Diabolo Poivre. Déjà à la tête d’enseignes phares strasbourgeoises addictives aux concepts ficelés (La Hache, La Corde à Linge, East Canteen, Square Delicatessen…), ils élargissent leur champ aux mezzés.</p>
<p style="text-align: justify;"><span style="color: #ff0000;">Tzatzi c’est quoi ?</span> Un concentré de cuisine solaire où sumac, origan, badiane et agrumes azimutent falafels, poulpes, aubergines, houmous, shawarma d’agneau, salades fatouche, shakshuka, tzatziki… Une gastronomie de l’oeil et une esthétique du partage, qu’accompagne un décor végétal et rafraîchissant aux carrelages pimpants, orchestré par le designer Claude Drach en collaboration avec Creatio (entreprise de KS Groupe, spécialisée en aménagement).</p>
<div id="attachment_18636" style="width: 610px" class="wp-caption aligncenter"><img class="size-full wp-image-18636" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/TZAZI2403.jpg" alt="alt=&quot;restaurant inspiration méditerranéenne tzatzi&quot; " width="600" height="400" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/TZAZI2403.jpg 600w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/TZAZI2403-300x200.jpg 300w" sizes="(max-width: 600px) 100vw, 600px" /></p>
<p class="wp-caption-text">© Preview</p>
</div>
<p style="text-align: justify;"><span style="color: #ff0000;">Nos Tzatzi kifs ?</span> La limonana, une citronnade israélienne home made, et les thés glacés des Jardins de Gaïa, les pide, coquettes pizzas turques, le houmous bien évidemment, ultra-aérien, à choisir avec sa garniture veggie (8€) ou des légumes rôtis aux épices bio Terra Madre. Mais aussi un riz au lait tout crémeux couvert de pistaches et des baklavas, feuilletés et miellés à souhait… Damnation ! Le tout servi par un staff fringant en tee-shirts Erasmooth, brodés de formules bien troussées : Houmous is the new caviar, houmous lover, Tzatzi qui ?…</p>
<div id="attachment_18634" style="width: 610px" class="wp-caption aligncenter"><img class="size-full wp-image-18634" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/TZAZI2314.jpg" alt="" width="600" height="444" srcset="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/TZAZI2314.jpg 600w, http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/TZAZI2314-300x222.jpg 300w" sizes="(max-width: 600px) 100vw, 600px" /></p>
<p class="wp-caption-text">© Preview</p>
</div>
<p>Mezzés à partir de 5€<br />
Formule 3 salades ou 2 salades + houmous classique → 9 €</p>
<p><a href="http://www.tzatzi.fr">Tzatzi</a><br />
1, rue de la Demi-Lune</p>
<p>&nbsp;</p>
<p>Par Myriam Commot-Delon — Photos : Preview</p>

                    [category@term] => Arts de la table
                    [category#2@term] => STRASBOURG
                    [category#3@term] => Zut ! à table
                    [category#4@term] => christophe lemmenais
                    [category#5@term] => Diabolo Poivre
                    [category#6@term] => east canteen
                    [category#7@term] => gilles egloff
                    [category#8@term] => jérome frocker
                    [category#9@term] => la corde à linge
                    [category#10@term] => la hache
                    [category#11@term] => square delicatessen
                    [category#12@term] => tzatzi
                    [date_timestamp] => 1532512650
                )

            [9] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => MyYour chez Decoburo
                    [link#] => 1
                    [link] => http://zut-magazine.com/myyour-chez-decoburo-mobilier-design-et-contemporain-zelleberg/
                    [comments#] => 1
                    [comments] => http://zut-magazine.com/myyour-chez-decoburo-mobilier-design-et-contemporain-zelleberg/#respond
                    [pubdate#] => 1
                    [pubdate] => Wed, 25 Jul 2018 09:50:22 +0000
                    [dc] => Array
                        (
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Alexandre Zebdi
                            [subject#] => 6
                            [subject] => Déco
                            [subject#2] => Design
                            [subject#3] => LIFESTYLE
                            [subject#4] => decoburo
                            [subject#5] => myyour
                            [subject#6] => usm haller
                        )

                    [category#] => 6
                    [category] => Déco
                    [category#2] => Design
                    [category#3] => LIFESTYLE
                    [category#4] => decoburo
                    [category#5] => myyour
                    [category#6] => usm haller
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => false
                    [guid] => http://zut-magazine.com/?p=18591
                    [description#] => 1
                    [description] => Et si le mobilier outdoor bousculait ses habitudes, au point de faire salon ? La ligne de la jeune firme italienne MyYour se taille une jolie place au soleil en abolissant la frontière entre espace intérieur et extérieur, à découvrir au showroom Decoburo. L’allure, résolument contemporaine, est aussi audacieuse et révolutionnaire que leur matériau de prédilection : le Poleasy®. En plus de se plier à toutes les fantaisies des designers collaborant avec MyYour, ce polyéthylène rotomoulé est antitraces et anti &#8230; <a href="http://zut-magazine.com/myyour-chez-decoburo-mobilier-design-et-contemporain-zelleberg/" >&#8594;</a>
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <div id="attachment_18630" style="width: 610px" class="wp-caption aligncenter"><a href="http://zut-magazine.com/myyour-chez-decoburo-mobilier-design-et-contemporain-zelleberg/"><img class="wp-image-18630 size-full" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/2-e1532511860777.jpg" alt="" width="600" height="400" /></a></p>
<p class="wp-caption-text">1 — Bar modulable Dublin, disponible en version lumineuse et dans 30 couleurs, mat ou oxydé. Tabouret de bar Oxford, design Brogliato Traverso.</p>
</div>
<p style="text-align: justify;"><strong> Et si le mobilier outdoor bousculait ses habitudes, au point de faire salon ? La ligne de la jeune firme italienne <a href="http://myyour.eu/en/prodotti/frames/">MyYour</a> se taille une jolie place au soleil en abolissant la frontière entre espace intérieur et extérieur, à découvrir au showroom <a href="http://www.decoburo-store.com">Decoburo</a>.</strong><span id="more-18591"></span></p>
<p style="text-align: justify;">L’allure, résolument contemporaine, est aussi audacieuse et révolutionnaire que leur matériau de prédilection : le Poleasy®. En plus de se plier à toutes les fantaisies des designers collaborant avec MyYour, ce polyéthylène rotomoulé est antitraces et anti UV, d’entretien ultra-facile et d’une robustesse inégalable !</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Les collections <a href="http://myyour.eu/en/prodotti/frames/">MyYour</a> sont distribuées par <a href="http://www.decoburo-store.com">Decoburo</a>, un showroom privé spécialisé en mobilier contemporain – il est distributeur officiel du système USM Haller – et dans l’aménagement d’espaces professionnels ou privés</strong>.</p>
<div id="attachment_18632" style="width: 610px" class="wp-caption aligncenter"><img class="wp-image-18632 size-full" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/Myyour_New-Products-27-e1532511913966.jpg" alt="" width="600" height="840" /></p>
<p class="wp-caption-text">2 — Suspensions Funnel à aspect métal, existent aussi en version portable avec batterie autonome.</p>
</div>
<div id="attachment_18629" style="width: 610px" class="wp-caption aligncenter"><img class="wp-image-18629 size-full" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/1-e1532511838231.jpg" alt="" width="600" height="800" /></p>
<p class="wp-caption-text">3 — Modules Pandora, à utiliser en luminaires ou en poufs, design Federico Traverso</p>
</div>
<p>&nbsp;</p>
<div id="attachment_18631" style="width: 610px" class="wp-caption aligncenter"><img class="wp-image-18631 size-full" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/4-e1532511895659.jpg" alt="" width="600" height="600" /></p>
<p class="wp-caption-text">4 — Canapé monobloc 2054, designer Valerio Cometti, paravent ou cloison modulable Frame et lampadaire orientable Hollywood façon projecteur de cinéma.</p>
</div>
<p>Conseils sur rendez-vous, du lundi au vendredi.</p>
<p><a href="http://www.decoburo-store.com">Decoburo</a> 4, Le Schlossberg à Zellenberg<br />
03 89 21 72 02</p>

                        )

                    [wfw] => Array
                        (
                            [commentrss#] => 1
                            [commentrss] => http://zut-magazine.com/myyour-chez-decoburo-mobilier-design-et-contemporain-zelleberg/feed/
                        )

                    [slash] => Array
                        (
                            [comments#] => 1
                            [comments] => 0
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => Et si le mobilier outdoor bousculait ses habitudes, au point de faire salon ? La ligne de la jeune firme italienne MyYour se taille une jolie place au soleil en abolissant la frontière entre espace intérieur et extérieur, à découvrir au showroom Decoburo. L’allure, résolument contemporaine, est aussi audacieuse et révolutionnaire que leur matériau de prédilection : le Poleasy®. En plus de se plier à toutes les fantaisies des designers collaborant avec MyYour, ce polyéthylène rotomoulé est antitraces et anti &#8230; <a href="http://zut-magazine.com/myyour-chez-decoburo-mobilier-design-et-contemporain-zelleberg/" >&#8594;</a>
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <div id="attachment_18630" style="width: 610px" class="wp-caption aligncenter"><a href="http://zut-magazine.com/myyour-chez-decoburo-mobilier-design-et-contemporain-zelleberg/"><img class="wp-image-18630 size-full" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/2-e1532511860777.jpg" alt="" width="600" height="400" /></a></p>
<p class="wp-caption-text">1 — Bar modulable Dublin, disponible en version lumineuse et dans 30 couleurs, mat ou oxydé. Tabouret de bar Oxford, design Brogliato Traverso.</p>
</div>
<p style="text-align: justify;"><strong> Et si le mobilier outdoor bousculait ses habitudes, au point de faire salon ? La ligne de la jeune firme italienne <a href="http://myyour.eu/en/prodotti/frames/">MyYour</a> se taille une jolie place au soleil en abolissant la frontière entre espace intérieur et extérieur, à découvrir au showroom <a href="http://www.decoburo-store.com">Decoburo</a>.</strong><span id="more-18591"></span></p>
<p style="text-align: justify;">L’allure, résolument contemporaine, est aussi audacieuse et révolutionnaire que leur matériau de prédilection : le Poleasy®. En plus de se plier à toutes les fantaisies des designers collaborant avec MyYour, ce polyéthylène rotomoulé est antitraces et anti UV, d’entretien ultra-facile et d’une robustesse inégalable !</p>
<p style="text-align: justify;"><strong>Les collections <a href="http://myyour.eu/en/prodotti/frames/">MyYour</a> sont distribuées par <a href="http://www.decoburo-store.com">Decoburo</a>, un showroom privé spécialisé en mobilier contemporain – il est distributeur officiel du système USM Haller – et dans l’aménagement d’espaces professionnels ou privés</strong>.</p>
<div id="attachment_18632" style="width: 610px" class="wp-caption aligncenter"><img class="wp-image-18632 size-full" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/Myyour_New-Products-27-e1532511913966.jpg" alt="" width="600" height="840" /></p>
<p class="wp-caption-text">2 — Suspensions Funnel à aspect métal, existent aussi en version portable avec batterie autonome.</p>
</div>
<div id="attachment_18629" style="width: 610px" class="wp-caption aligncenter"><img class="wp-image-18629 size-full" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/1-e1532511838231.jpg" alt="" width="600" height="800" /></p>
<p class="wp-caption-text">3 — Modules Pandora, à utiliser en luminaires ou en poufs, design Federico Traverso</p>
</div>
<p>&nbsp;</p>
<div id="attachment_18631" style="width: 610px" class="wp-caption aligncenter"><img class="wp-image-18631 size-full" src="http://zut-magazine.com/wp-content/uploads/2018/07/4-e1532511895659.jpg" alt="" width="600" height="600" /></p>
<p class="wp-caption-text">4 — Canapé monobloc 2054, designer Valerio Cometti, paravent ou cloison modulable Frame et lampadaire orientable Hollywood façon projecteur de cinéma.</p>
</div>
<p>Conseils sur rendez-vous, du lundi au vendredi.</p>
<p><a href="http://www.decoburo-store.com">Decoburo</a> 4, Le Schlossberg à Zellenberg<br />
03 89 21 72 02</p>

                    [category@term] => Déco
                    [category#2@term] => Design
                    [category#3@term] => LIFESTYLE
                    [category#4@term] => decoburo
                    [category#5@term] => myyour
                    [category#6@term] => usm haller
                    [date_timestamp] => 1532512222
                )

        )

    [channel] => Array
        (
            [title#] => 1
            [title] => Zut
            [atom] => Array
                (
                    [link#] => 1
                    [link@] => href,rel,type
                    [link@href] => http://zut-magazine.com/feed/
                    [link@rel] => self
                    [link@type] => application/rss+xml
                )

            [link#] => 1
            [link] => http://zut-magazine.com
            [description#] => 1
            [description] => Culture, Tendances, Lifestyle
            [lastbuilddate#] => 1
            [lastbuilddate] => Thu, 09 Aug 2018 05:39:22 +0000
            [language#] => 1
            [language] => fr-FR
            [sy] => Array
                (
                    [updateperiod#] => 1
                    [updateperiod] => hourly
                    [updatefrequency#] => 1
                    [updatefrequency] => 1
                )

            [xhtml] => Array
                (
                    [meta#] => 1
                    [meta@] => xmlns:xhtml,name,content
                    [meta@xmlns:xhtml] => http://www.w3.org/1999/xhtml
                    [meta@name] => robots
                    [meta@content] => noindex
                )

            [tagline#] => 1
            [tagline] => Culture, Tendances, Lifestyle
            [subtitle#] => 1
            [subtitle] => Culture, Tendances, Lifestyle
        )

    [textinput] => Array
        (
        )

    [image] => Array
        (
        )

    [feed_type] => RSS
    [feed_version] => 2.0
    [encoding] => UTF-8
    [_source_encoding] => 
    [ERROR] => 
    [WARNING] => 
    [_ATOM_CONTENT_CONSTRUCTS] => Array
        (
            [0] => content
            [1] => summary
            [2] => title
            [3] => info
            [4] => tagline
            [5] => copyright
            [6] => rights
            [7] => subtitle
        )

    [_XHTML_CONTENT_CONSTRUCTS] => Array
        (
            [0] => body
            [1] => div
        )

    [_KNOWN_ENCODINGS] => Array
        (
            [0] => UTF-8
            [1] => US-ASCII
            [2] => ISO-8859-1
        )

    [stack] => Array
        (
        )

    [inchannel] => 
    [initem] => 
    [incontent] => Array
        (
        )

    [exclude_top] => 
    [intextinput] => 
    [inimage] => 
    [current_namespace] => 
    [current_category] => 0
    [last_modified] => Thu, 09 Aug 2018 05:39:22 GMT

    [etag] => "f93277e295c5517dab9768669f39bc8c"

    [rss_origin] => 5
)