Index Strasbourg curieux Strasbourg à la loupe

Agenda curieux :: Actu des sites Strasbourgeois :: Hébergement strasbourgeois

Strasbourg à la loupe » FSU du Bas Rhin

Sites

22027 articles (21213 non lus) dans 281 sites

Exposition Exposition (1271 non lus)
Concert / soirée Concert / soirée (1530 non lus)
Guide / média Guide / média (7277 non lus)
Média_vidéo Média_vidéo (664 non lus)
Projection Projection (32 non lus)
Politique / social Politique / social (5540 non lus)
théâtre théâtre (675 non lus)
Artiste Artiste (174 non lus)
Inclassables Inclassables (207 non lus)
Edition/bd/imprimerie Edition/bd/imprimerie (1184 non lus)
Vélo transport Vélo transport (875 non lus)
Monde Numérique Monde Numérique (607 non lus)
Monde Numérique Média Monde Numérique Média (290 non lus)
Nature et Agriculture Nature et Agriculture (670 non lus)
Vie/assoc Quartiers Vie/assoc Quartiers (217 non lus)
 «  Expand/Collapse
MagpieRSS Object
(
    [parser] => Resource id #19
    [current_item] => Array
        (
        )

    [items] => Array
        (
            [0] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Une rentrée 2017… en marche arrière
                    [link#] => 1
                    [link] => http://sd67.fsu.fr/Une-rentree-2017-en-marche-arriere.html
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => true
                    [guid] => http://sd67.fsu.fr/Une-rentree-2017-en-marche-arriere.html
                    [dc] => Array
                        (
                            [date#] => 1
                            [date] => 2017-09-19T09:32:31Z
                            [format#] => 1
                            [format] => text/html
                            [language#] => 1
                            [language] => fr
                            [creator#] => 1
                            [creator] => FSU 67
                        )

                    [description#] => 1
                    [description] => 
<p>La rentrée remet sur le devant de la scène les préoccupations d'emploi, de conditions de travail, de pouvoir d'achat, de santé, de logement, de retraite… Les annonces et décisions prises par le gouvernement durant l'été sont guidées par l'austérité mettant ainsi à mal les solidarités, s'attaquant brutalement aux droits sociaux : nouvelle réduction des dépenses publiques, suppressions de contrats aidés, baisse des APL, multiplication inacceptable de mesures concernant les agents publics, réforme du Code du (...)</p>


-
<a href="http://sd67.fsu.fr/-Actualites-.html" rel="directory">Actualités</a>


		
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <div class='rss_chapo'><p>La rentrée remet sur le devant de la scène les préoccupations d'emploi, de conditions de travail, de pouvoir d'achat, de santé, de logement, de retraite… Les annonces et décisions prises par le gouvernement durant l'été sont guidées par l'austérité mettant ainsi à mal les solidarités, s'attaquant brutalement aux droits sociaux : nouvelle réduction des dépenses publiques, suppressions de contrats aidés, baisse des APL, multiplication inacceptable de mesures concernant les agents publics, réforme du Code du travail sans réel débat démocratique...</p></div>
		<div class='rss_texte'><p>En ce qui concerne le projet d'ordonnances sur le Code du travail, la FSU partage les inquiétudes et préoccupations des organisations qui condamnent les remises en cause des droits sociaux des salariés que cette « loi travail XXL » génère sous couvert de flexibilité et d'adaptabilité du marché du travail. La FSU rappelle qu'il n'y a aucune corrélation entre création d'emplois et protection de l'emploi. Cette réforme vise avant tout à affaiblir la protection des salariés et à renforcer les pouvoirs du patronat. Elle se traduira par davantage de précarité, de dumping social et d'arbitraire dans les relations entre l'employeur et l'employé. La FSU s'associe massivement à la colère des salariés du secteur privé en lutte pour obtenir un code du travail protecteur et des créations d'emplois de qualité. Cela passe par l'abrogation de la Loi El Khomri et le retrait des ordonnances Macron. C'est pourquoi, elle appelle à participer massivement aux mobilisations engagées le 12 septembre. <br class='autobr' />
La rentrée scolaire s'effectue dans la confusion et dans un contexte difficile : entre le devenir des personnes en contrats aidés et leurs missions laissées vacantes, un discours rétrograde du Ministre sur l'éducation, comme par exemple sur la lecture, des décisions précipitées (prises sans aucune concertation et remettant en cause des dispositifs plébiscités par les enseignants) qui s'appliquent à moyens constants, par redéploiement, et risquent d'accentuer les inégalités sur le territoire. L'opération de communication autour des classes de CP à 12 élèves ne doit pas faire oublier que dans de nombreux établissements la rentrée s'effectue dans des conditions dégradées avec des effectifs chargés. Que ce soit dans le 1er degré, dans le 2nd degré ou dans le supérieur qui voit se mettre en place, à cette rentrée, la sélection en master, la FSU, revendique un projet éducatif ayant pour objectif la réussite de tous les jeunes de l'école maternelle à l'enseignement supérieur dans le cadre d'une scolarité obligatoire jusqu'à 18 ans. Il est pour cela urgent d'investir de manière conséquente dans le service public d'éducation.<br class='autobr' />
Pour les agents de la Fonction publique, la période est particulièrement brutale : gel du point d'indice, prévision de 120 000 suppressions d'emplois (dont 70 000 dans la seule FPT), rétablissement de la journée de carence, augmentation de la CSG sans garantie d'amélioration du pouvoir d'achat et baisse des dotations aux collectivités locales. Ces mesures sont inefficaces et socialement injustes. Les suppressions de postes et les méthodes de gestion inspirées du nouveau mangement américain se traduisent par une intensification de la souffrance au travail chez les enseignants et les personnels administratifs. <br class='autobr' />
Les semaines à venir s'annoncent riches en mobilisations pour défendre les droits collectifs, le pouvoir d'achat et un service public de qualité. <br class='autobr' />
Strasbourg, le 12 septembre 2017.</p></div>
		
		
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => 
<p>La rentrée remet sur le devant de la scène les préoccupations d'emploi, de conditions de travail, de pouvoir d'achat, de santé, de logement, de retraite… Les annonces et décisions prises par le gouvernement durant l'été sont guidées par l'austérité mettant ainsi à mal les solidarités, s'attaquant brutalement aux droits sociaux : nouvelle réduction des dépenses publiques, suppressions de contrats aidés, baisse des APL, multiplication inacceptable de mesures concernant les agents publics, réforme du Code du (...)</p>


-
<a href="http://sd67.fsu.fr/-Actualites-.html" rel="directory">Actualités</a>


		
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <div class='rss_chapo'><p>La rentrée remet sur le devant de la scène les préoccupations d'emploi, de conditions de travail, de pouvoir d'achat, de santé, de logement, de retraite… Les annonces et décisions prises par le gouvernement durant l'été sont guidées par l'austérité mettant ainsi à mal les solidarités, s'attaquant brutalement aux droits sociaux : nouvelle réduction des dépenses publiques, suppressions de contrats aidés, baisse des APL, multiplication inacceptable de mesures concernant les agents publics, réforme du Code du travail sans réel débat démocratique...</p></div>
		<div class='rss_texte'><p>En ce qui concerne le projet d'ordonnances sur le Code du travail, la FSU partage les inquiétudes et préoccupations des organisations qui condamnent les remises en cause des droits sociaux des salariés que cette « loi travail XXL » génère sous couvert de flexibilité et d'adaptabilité du marché du travail. La FSU rappelle qu'il n'y a aucune corrélation entre création d'emplois et protection de l'emploi. Cette réforme vise avant tout à affaiblir la protection des salariés et à renforcer les pouvoirs du patronat. Elle se traduira par davantage de précarité, de dumping social et d'arbitraire dans les relations entre l'employeur et l'employé. La FSU s'associe massivement à la colère des salariés du secteur privé en lutte pour obtenir un code du travail protecteur et des créations d'emplois de qualité. Cela passe par l'abrogation de la Loi El Khomri et le retrait des ordonnances Macron. C'est pourquoi, elle appelle à participer massivement aux mobilisations engagées le 12 septembre. <br class='autobr' />
La rentrée scolaire s'effectue dans la confusion et dans un contexte difficile : entre le devenir des personnes en contrats aidés et leurs missions laissées vacantes, un discours rétrograde du Ministre sur l'éducation, comme par exemple sur la lecture, des décisions précipitées (prises sans aucune concertation et remettant en cause des dispositifs plébiscités par les enseignants) qui s'appliquent à moyens constants, par redéploiement, et risquent d'accentuer les inégalités sur le territoire. L'opération de communication autour des classes de CP à 12 élèves ne doit pas faire oublier que dans de nombreux établissements la rentrée s'effectue dans des conditions dégradées avec des effectifs chargés. Que ce soit dans le 1er degré, dans le 2nd degré ou dans le supérieur qui voit se mettre en place, à cette rentrée, la sélection en master, la FSU, revendique un projet éducatif ayant pour objectif la réussite de tous les jeunes de l'école maternelle à l'enseignement supérieur dans le cadre d'une scolarité obligatoire jusqu'à 18 ans. Il est pour cela urgent d'investir de manière conséquente dans le service public d'éducation.<br class='autobr' />
Pour les agents de la Fonction publique, la période est particulièrement brutale : gel du point d'indice, prévision de 120 000 suppressions d'emplois (dont 70 000 dans la seule FPT), rétablissement de la journée de carence, augmentation de la CSG sans garantie d'amélioration du pouvoir d'achat et baisse des dotations aux collectivités locales. Ces mesures sont inefficaces et socialement injustes. Les suppressions de postes et les méthodes de gestion inspirées du nouveau mangement américain se traduisent par une intensification de la souffrance au travail chez les enseignants et les personnels administratifs. <br class='autobr' />
Les semaines à venir s'annoncent riches en mobilisations pour défendre les droits collectifs, le pouvoir d'achat et un service public de qualité. <br class='autobr' />
Strasbourg, le 12 septembre 2017.</p></div>
		
		
                )

            [1] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Non au GCO : Manif le 30 septembre
                    [link#] => 1
                    [link] => http://sd67.fsu.fr/Manifestation-le-30-septembre.html
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => true
                    [guid] => http://sd67.fsu.fr/Manifestation-le-30-septembre.html
                    [dc] => Array
                        (
                            [date#] => 1
                            [date] => 2017-09-19T09:20:30Z
                            [format#] => 1
                            [format] => text/html
                            [language#] => 1
                            [language] => fr
                            [creator#] => 1
                            [creator] => FSU 67
                        )

                    [description#] => 1
                    [description] => 
<p>ll y a bientôt un an, le 15 octobre 2016, plus de 3500 personnes et 80 tracteurs ont défilé dans les rues de Strasbourg pour dire NON au GCO, OUI aux alternatives. <br class='autobr' />
Aujourd'hui, c'est un moratoire que nous souhaitons voir être mis en place pour un avenir sans GCO, car plus que jamais, nous ne voulons pas voir disparaitre 350 hectares de terres et de forêts inutilement au profit de quelques personnes qui trompent une majorité d'utilisateurs de l'actuelle A35 traversant Strasbourg. <br class='autobr' />
NON, le but du GCO (...)</p>


-
<a href="http://sd67.fsu.fr/-Actualites-.html" rel="directory">Actualités</a>


		
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <img class='spip_logo spip_logo_right spip_logos' alt="" style='float:right' src='http://sd67.fsu.fr/local/cache-vignettes/L107xH150/arton287-90c2b.jpg?1505812771' width='107' height='150' />
		<div class='rss_chapo'><p>ll y a bientôt un an, le 15 octobre 2016, plus de 3500 personnes et 80 tracteurs ont défilé dans les rues de Strasbourg pour dire NON au GCO, OUI aux alternatives.</p></div>
		<div class='rss_texte'><p>Aujourd'hui, c'est un moratoire que nous souhaitons voir être mis en place pour un avenir sans GCO, car plus que jamais, nous ne voulons pas voir disparaitre 350 hectares de terres et de forêts inutilement au profit de quelques personnes qui trompent une majorité d'utilisateurs de l'actuelle A35 traversant Strasbourg.</p>
<p>NON, le but du GCO n'est pas le désengorgement des accès à Strasbourg.</p>
<p>NON, le contournement de détournera pas la circulation de manière significative.</p>
<p>NON, l'interdiction du transit ne fera pas disparaitre les camions.</p>
<p>NON, la pollution ne diminuera pas !</p>
<p>Le véritable but du GCO est de créer un couloir à camion Nord/Sud – Sud/Nord : c'est à dire plus de camions, plus de bouchons aux entrées de l'agglomération, plus de pollution !<br class='autobr' />
Et ça, nous n'en voulons pas !<br class='autobr' />
Ce n'est pas parce que c'est signé, que c'est plié !</p>
<p> <strong> Le samedi 30 septembre 2017, rendez-vous à 14h, PLACE DE BORDEAUX à Strasbourg. Nous marcherons dans les rues de la capitale alsacienne pour réclamer un moratoire avec une réelle remise à plat du dossier…<br class='autobr' />
</strong></p>
<p> L'AVENIR SANS GCO EST POSSIBLE,</p>
<p>MOBILISEZ… MOBILISONS-NOUS !<br class='autobr' />
Il n'est pas trop tard, ensemble nous pouvons encore arrêter le projet !<br class='autobr' />
Vinci n'a pas les autorisations pour démarrer les travaux,<br class='autobr' />
même s'il peut poursuivre les travaux préparatoires, il n'est pas certain que le projet ira à son terme. Aujourd'hui, s'il n'est pas capable de faire une pause de lui-même au regard des deux avis négatifs prononcer par la CNPN, c'est alors à l'État par l'intermédiaire du Préfet de le faire !</p>
<p>TOUTES et TOUS dans les rues de Strasbourg le samedi 30 septembre – POUR UN AVENIR SANS GCO – Réclamons la mise en place d'un moratoire pour une remise à plat du dossier et une vraie étude des alternatives.</p>
<p>Faites passer le mot !</p></div>
		<div class="hyperlien">Voir en ligne : <a href="https://gcononmerci.org/" class="spip_out">Le site GCO non merci !</a></div>
		
		
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => 
<p>ll y a bientôt un an, le 15 octobre 2016, plus de 3500 personnes et 80 tracteurs ont défilé dans les rues de Strasbourg pour dire NON au GCO, OUI aux alternatives. <br class='autobr' />
Aujourd'hui, c'est un moratoire que nous souhaitons voir être mis en place pour un avenir sans GCO, car plus que jamais, nous ne voulons pas voir disparaitre 350 hectares de terres et de forêts inutilement au profit de quelques personnes qui trompent une majorité d'utilisateurs de l'actuelle A35 traversant Strasbourg. <br class='autobr' />
NON, le but du GCO (...)</p>


-
<a href="http://sd67.fsu.fr/-Actualites-.html" rel="directory">Actualités</a>


		
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <img class='spip_logo spip_logo_right spip_logos' alt="" style='float:right' src='http://sd67.fsu.fr/local/cache-vignettes/L107xH150/arton287-90c2b.jpg?1505812771' width='107' height='150' />
		<div class='rss_chapo'><p>ll y a bientôt un an, le 15 octobre 2016, plus de 3500 personnes et 80 tracteurs ont défilé dans les rues de Strasbourg pour dire NON au GCO, OUI aux alternatives.</p></div>
		<div class='rss_texte'><p>Aujourd'hui, c'est un moratoire que nous souhaitons voir être mis en place pour un avenir sans GCO, car plus que jamais, nous ne voulons pas voir disparaitre 350 hectares de terres et de forêts inutilement au profit de quelques personnes qui trompent une majorité d'utilisateurs de l'actuelle A35 traversant Strasbourg.</p>
<p>NON, le but du GCO n'est pas le désengorgement des accès à Strasbourg.</p>
<p>NON, le contournement de détournera pas la circulation de manière significative.</p>
<p>NON, l'interdiction du transit ne fera pas disparaitre les camions.</p>
<p>NON, la pollution ne diminuera pas !</p>
<p>Le véritable but du GCO est de créer un couloir à camion Nord/Sud – Sud/Nord : c'est à dire plus de camions, plus de bouchons aux entrées de l'agglomération, plus de pollution !<br class='autobr' />
Et ça, nous n'en voulons pas !<br class='autobr' />
Ce n'est pas parce que c'est signé, que c'est plié !</p>
<p> <strong> Le samedi 30 septembre 2017, rendez-vous à 14h, PLACE DE BORDEAUX à Strasbourg. Nous marcherons dans les rues de la capitale alsacienne pour réclamer un moratoire avec une réelle remise à plat du dossier…<br class='autobr' />
</strong></p>
<p> L'AVENIR SANS GCO EST POSSIBLE,</p>
<p>MOBILISEZ… MOBILISONS-NOUS !<br class='autobr' />
Il n'est pas trop tard, ensemble nous pouvons encore arrêter le projet !<br class='autobr' />
Vinci n'a pas les autorisations pour démarrer les travaux,<br class='autobr' />
même s'il peut poursuivre les travaux préparatoires, il n'est pas certain que le projet ira à son terme. Aujourd'hui, s'il n'est pas capable de faire une pause de lui-même au regard des deux avis négatifs prononcer par la CNPN, c'est alors à l'État par l'intermédiaire du Préfet de le faire !</p>
<p>TOUTES et TOUS dans les rues de Strasbourg le samedi 30 septembre – POUR UN AVENIR SANS GCO – Réclamons la mise en place d'un moratoire pour une remise à plat du dossier et une vraie étude des alternatives.</p>
<p>Faites passer le mot !</p></div>
		<div class="hyperlien">Voir en ligne : <a href="https://gcononmerci.org/" class="spip_out">Le site GCO non merci !</a></div>
		
		
                )

            [2] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Droit à l'avortement en Europe ! Les Femmes décident !
                    [link#] => 1
                    [link] => http://sd67.fsu.fr/Droit-a-l-avortement-en-Europe-Les-Femmes-decident.html
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => true
                    [guid] => http://sd67.fsu.fr/Droit-a-l-avortement-en-Europe-Les-Femmes-decident.html
                    [dc] => Array
                        (
                            [date#] => 1
                            [date] => 2017-09-19T09:12:00Z
                            [format#] => 1
                            [format] => text/html
                            [language#] => 1
                            [language] => fr
                            [creator#] => 1
                            [creator] => FSU 67
                        )

                    [description#] => 1
                    [description] => 
<p>En solidarité avec l'ensemble des femmes européennes, après la lutte exemplaire des femmes espagnoles en 2014, polonaises en 2016, nous exigeons que les droits des femmes, la liberté à disposer de son corps, le droit à l'avortement et à la santé soient respectés dans tous les pays européens et inscrits comme droits fondamentaux pour l'égalité en Europe. <br class='autobr' />
Aujourd'hui, le droit à l'avortement au sein de l'Europe relève de la compétence de chaque Etat. Interdit à Malte, sous hautes contraintes en Irlande, en (...)</p>


-
<a href="http://sd67.fsu.fr/-Actualites-.html" rel="directory">Actualités</a>


		
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <img class='spip_logo spip_logo_right spip_logos' alt="" style='float:right' src='http://sd67.fsu.fr/local/cache-vignettes/L150xH133/arton286-08cd6.png?1505812214' width='150' height='133' />
		<div class='rss_chapo'><p>En solidarité avec l'ensemble des femmes européennes, après la lutte exemplaire des femmes espagnoles en 2014, polonaises en 2016, nous exigeons que les droits des femmes, la liberté à disposer de son corps, le droit à l'avortement et à la santé soient respectés dans tous les pays européens et inscrits comme droits fondamentaux pour l'égalité en Europe.</p></div>
		<div class='rss_texte'><p>Aujourd'hui, le droit à l'avortement au sein de l'Europe relève de la compétence de chaque Etat.<br class='autobr' />
Interdit à Malte, sous hautes contraintes en Irlande, en Hongrie et en Pologne. Le droit à l'avortement, même légalisé est, peut ou pourrait être remis en question par le maintien de la clause de conscience des médecins (Italie), l'absence de structures hospitalières adéquates (Grèce, Bavière), les restrictions de personnels et les suppressions des centres pratiquant l'avortement lors de restructurations hospitalières (France), et, dans tous les pays, par une montée de mouvances réactionnaires, conservatrices et rétrogrades.</p>
<p>Nous réaffirmons que :<br class='autobr' />
• L'accès à l'avortement est un droit fondamental ;<br class='autobr' />
• L'avortement est un choix personnel – mon corps m'appartient, je choisis ma vie ;<br class='autobr' />
• Des moyens financiers doivent être donnés pour que les centres pratiquant l'avortement et les centres de planification soient accessibles à toutes sur les terri-toires ;<br class='autobr' />
• Des campagnes tous publics sont nécessaires ;<br class='autobr' />
• L'éducation à la vie sexuelle doit être prodiguée à toutes et à tous pour qu'elles et ils puissent avoir des choix libres et éclairés ;<br class='autobr' />
• La formation aux techniques d'avortement et à l'accompagnement doit faire partie intégrante de la formation initiale des professionnel/les de santé ;<br class='autobr' />
• La clause de conscience des professionnel-les de santé doit être supprimée ;<br class='autobr' />
• Les délais légaux pour avorter doivent être harmoni-sés sur ceux des pays les plus progressistes en Europe et les États doivent dépénaliser totalement l'avortement.</p>
<p>Nous appelons à la construction d'une mobilisation européenne autour du 28 septembre 2017, journée internationale du Droit à l'Avortement, où chaque pays inscrira ses revendications en vue d'une harmonisation européenne pour le respect des droits des femmes.</p>
<p>Rassemblement à Strasbourg<br class='autobr' />
Jeudi 28 septembre<br class='autobr' />
12h place Kleber</p>
<p>A l'appel de Alternative Libertaire Alsace, ATTAC Strasbourg, CGT 67, FSU 67, Le Planning Familial 67, Les Effronté-e-s Strasbourg, NPA 67, Solidaires Alsace, UNEF Strasbourg.</p></div>
		<div class="hyperlien">Voir en ligne : <a href="http://avortementeurope.org/" class="spip_out">Le site de la mobilisation européenne</a></div>
		
		
                        )

                    [enclosure#] => 1
                    [enclosure@] => url,length,type
                    [enclosure@url] => http://sd67.fsu.fr/IMG/pdf/tract_28sept.pdf
                    [enclosure@length] => 419432
                    [enclosure@type] => application/pdf
                    [summary#] => 1
                    [summary] => 
<p>En solidarité avec l'ensemble des femmes européennes, après la lutte exemplaire des femmes espagnoles en 2014, polonaises en 2016, nous exigeons que les droits des femmes, la liberté à disposer de son corps, le droit à l'avortement et à la santé soient respectés dans tous les pays européens et inscrits comme droits fondamentaux pour l'égalité en Europe. <br class='autobr' />
Aujourd'hui, le droit à l'avortement au sein de l'Europe relève de la compétence de chaque Etat. Interdit à Malte, sous hautes contraintes en Irlande, en (...)</p>


-
<a href="http://sd67.fsu.fr/-Actualites-.html" rel="directory">Actualités</a>


		
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <img class='spip_logo spip_logo_right spip_logos' alt="" style='float:right' src='http://sd67.fsu.fr/local/cache-vignettes/L150xH133/arton286-08cd6.png?1505812214' width='150' height='133' />
		<div class='rss_chapo'><p>En solidarité avec l'ensemble des femmes européennes, après la lutte exemplaire des femmes espagnoles en 2014, polonaises en 2016, nous exigeons que les droits des femmes, la liberté à disposer de son corps, le droit à l'avortement et à la santé soient respectés dans tous les pays européens et inscrits comme droits fondamentaux pour l'égalité en Europe.</p></div>
		<div class='rss_texte'><p>Aujourd'hui, le droit à l'avortement au sein de l'Europe relève de la compétence de chaque Etat.<br class='autobr' />
Interdit à Malte, sous hautes contraintes en Irlande, en Hongrie et en Pologne. Le droit à l'avortement, même légalisé est, peut ou pourrait être remis en question par le maintien de la clause de conscience des médecins (Italie), l'absence de structures hospitalières adéquates (Grèce, Bavière), les restrictions de personnels et les suppressions des centres pratiquant l'avortement lors de restructurations hospitalières (France), et, dans tous les pays, par une montée de mouvances réactionnaires, conservatrices et rétrogrades.</p>
<p>Nous réaffirmons que :<br class='autobr' />
• L'accès à l'avortement est un droit fondamental ;<br class='autobr' />
• L'avortement est un choix personnel – mon corps m'appartient, je choisis ma vie ;<br class='autobr' />
• Des moyens financiers doivent être donnés pour que les centres pratiquant l'avortement et les centres de planification soient accessibles à toutes sur les terri-toires ;<br class='autobr' />
• Des campagnes tous publics sont nécessaires ;<br class='autobr' />
• L'éducation à la vie sexuelle doit être prodiguée à toutes et à tous pour qu'elles et ils puissent avoir des choix libres et éclairés ;<br class='autobr' />
• La formation aux techniques d'avortement et à l'accompagnement doit faire partie intégrante de la formation initiale des professionnel/les de santé ;<br class='autobr' />
• La clause de conscience des professionnel-les de santé doit être supprimée ;<br class='autobr' />
• Les délais légaux pour avorter doivent être harmoni-sés sur ceux des pays les plus progressistes en Europe et les États doivent dépénaliser totalement l'avortement.</p>
<p>Nous appelons à la construction d'une mobilisation européenne autour du 28 septembre 2017, journée internationale du Droit à l'Avortement, où chaque pays inscrira ses revendications en vue d'une harmonisation européenne pour le respect des droits des femmes.</p>
<p>Rassemblement à Strasbourg<br class='autobr' />
Jeudi 28 septembre<br class='autobr' />
12h place Kleber</p>
<p>A l'appel de Alternative Libertaire Alsace, ATTAC Strasbourg, CGT 67, FSU 67, Le Planning Familial 67, Les Effronté-e-s Strasbourg, NPA 67, Solidaires Alsace, UNEF Strasbourg.</p></div>
		<div class="hyperlien">Voir en ligne : <a href="http://avortementeurope.org/" class="spip_out">Le site de la mobilisation européenne</a></div>
		
		
                    [link_enclosure#] => 1
                    [link_enclosure@href] => http://sd67.fsu.fr/IMG/pdf/tract_28sept.pdf
                    [link_enclosure] => http://sd67.fsu.fr/IMG/pdf/tract_28sept.pdf
                    [link_enclosure@length] => 419432
                    [link_enclosure@type] => application/pdf
                )

            [3] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Le 21 septembre, mobilisons-nous contre la loi travail XXL ! 
                    [link#] => 1
                    [link] => http://sd67.fsu.fr/Le-21-septembre-mobilisons-nous-contre-la-loi-travail-XXL.html
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => true
                    [guid] => http://sd67.fsu.fr/Le-21-septembre-mobilisons-nous-contre-la-loi-travail-XXL.html
                    [dc] => Array
                        (
                            [date#] => 1
                            [date] => 2017-09-18T13:11:00Z
                            [format#] => 1
                            [format] => text/html
                            [language#] => 1
                            [language] => fr
                            [creator#] => 1
                            [creator] => FSU 67
                        )

                    [description#] => 1
                    [description] => 
<p>Les décisions prises par le gouvernement dans le privé (loi travail XXL) comme dans le public (austérité salariale et suppressions de postes) montrent le cap du gouvernement : il s'agit d'affaiblir les solidarités collectives au bénéfice des plus riches. <br class='autobr' />
LA LOI TRAVAIL XXL, C'EST : L'inversion des normes partout La réforme va encore accentuer l'inversion de la hiérarchie des normes au détriment de la protection des salariés. <br class='autobr' /> La primauté de l'accord d'entreprise, même moins favorable, sur l'accord de (...)</p>


-
<a href="http://sd67.fsu.fr/-Actualites-.html" rel="directory">Actualités</a>


		
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <div class='rss_chapo'><p>Les décisions prises par le gouvernement dans le privé (loi travail XXL) comme dans le public (austérité salariale et suppressions de postes) montrent le cap du gouvernement : il s'agit d'affaiblir les solidarités collectives au bénéfice des plus riches.</p></div>
		<div class='rss_texte'><p><strong>LA LOI TRAVAIL XXL, C'EST :</strong><br class='autobr' />
<i>L'inversion des normes partout </i> <br class='autobr' />
La réforme va encore accentuer l'inversion de la hiérarchie des normes au détriment de la protection des salariés. <br /><img src='http://sd67.fsu.fr/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-32883.gif?1488876944' width='8' height='11' class='puce' alt="-" /> La primauté de l'accord d'entreprise, même moins favorable, sur l'accord de branche va s'accentuer dans de nombreux domaines (primes, congé maternité et santé au travail). <br /><img src='http://sd67.fsu.fr/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-32883.gif?1488876944' width='8' height='11' class='puce' alt="-" /> Les branches pourront modifier les règles du CDD (jusqu'alors régies par la loi) et recourir au contrat de chantier et de projet (ce qui annonce la fin du CDI). Cela se traduira par une amplification du dumping social et une précarité croissante pour les salariés.</p>
<p><i>Chef, oui chef ! </i> <br /><img src='http://sd67.fsu.fr/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-32883.gif?1488876944' width='8' height='11' class='puce' alt="-" /> Dans les PME, le patron pourra désormais contourner les syndicats et négocier avec un salarié isolé et non protégé. <br /><img src='http://sd67.fsu.fr/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-32883.gif?1488876944' width='8' height='11' class='puce' alt="-" /> L'employeur pourra également prendre l'initiative d'un référendum. Sur fond de chantage à l'emploi, cela constituera un formidable outil pour faire pression sur les salariés. <br /><img src='http://sd67.fsu.fr/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-32883.gif?1488876944' width='8' height='11' class='puce' alt="-" /> Les CHSCT sont fusionnés avec les autres instances représentatives et ce alors que la souffrance au travail et les accidents au travail s'accroissent</p>
<p><i>Licencier plus facilement</i>
<br /><img src='http://sd67.fsu.fr/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-32883.gif?1488876944' width='8' height='11' class='puce' alt="-" /> La création de ruptures conventionnelles collectives permettrait à l'employeur de fortement inciter des salariés à demander leur « départ volontaire » et de s'affranchir des règles des plans de sauvegarde pour l'emploi, plus protectrices pour les salariés. <br /><img src='http://sd67.fsu.fr/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-32883.gif?1488876944' width='8' height='11' class='puce' alt="-" /> Le plafonnement des indemnités prud'homales permettra à l'employeur de provisionner un licenciement</p>
<p>Nombre de mesures prévues dans ces textes ne manqueront d'ailleurs pas d'avoir des traductions négatives dans la Fonction publique sous le fallacieux prétexte de la recherche d'égalité entre le public et le privé qui a trop souvent conduit à des régressions pour tous.<br class='autobr' />
<strong><br class='autobr' />
<i> <i>LES ATTAQUES CONTRE LE SERVICE PUBLIC </i> </strong> </i> <br class='autobr' />
Pour les agents de la Fonction publique, la période est particulièrement brutale : gel du point d'indice, prévision de 120000 suppressions d'emplois (dont 70000 dans la seule FPT), rétablissement de la journée de carence, augmentation de la CSG sans garantie d'amélioration du pouvoir d'achat, dégradation des conditions de travail. <br class='autobr' />
Les annonces et décisions prises par le gouvernement durant l'été sont guidées par l'austérité mettant ainsi à mal les solidarités, s'attaquant brutalement aux droits sociaux : nouvelle réduction des dépenses publiques, suppressions de contrats aidés, baisse des APL, attaques contre les retraité-es. <br class='autobr' />
Ces mesures sont inefficaces sur le plan économique et socialement injustes et appellent une riposte d'ampleur.</p>
<p>L'intersyndicale CGT-CNT-FSU-Solidaires-UNEF appelle à la grève et à manifester jeudi 21 septembre :
<br /><img src='http://sd67.fsu.fr/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-32883.gif?1488876944' width='8' height='11' class='puce' alt="-" /> A STRASBOURG : 14 H PL KLEBER</p></div>
		
		
                        )

                    [enclosure#] => 1
                    [enclosure@] => url,length,type
                    [enclosure@url] => http://sd67.fsu.fr/IMG/pdf/21sept_intersyndicale.pdf
                    [enclosure@length] => 350774
                    [enclosure@type] => application/pdf
                    [summary#] => 1
                    [summary] => 
<p>Les décisions prises par le gouvernement dans le privé (loi travail XXL) comme dans le public (austérité salariale et suppressions de postes) montrent le cap du gouvernement : il s'agit d'affaiblir les solidarités collectives au bénéfice des plus riches. <br class='autobr' />
LA LOI TRAVAIL XXL, C'EST : L'inversion des normes partout La réforme va encore accentuer l'inversion de la hiérarchie des normes au détriment de la protection des salariés. <br class='autobr' /> La primauté de l'accord d'entreprise, même moins favorable, sur l'accord de (...)</p>


-
<a href="http://sd67.fsu.fr/-Actualites-.html" rel="directory">Actualités</a>


		
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <div class='rss_chapo'><p>Les décisions prises par le gouvernement dans le privé (loi travail XXL) comme dans le public (austérité salariale et suppressions de postes) montrent le cap du gouvernement : il s'agit d'affaiblir les solidarités collectives au bénéfice des plus riches.</p></div>
		<div class='rss_texte'><p><strong>LA LOI TRAVAIL XXL, C'EST :</strong><br class='autobr' />
<i>L'inversion des normes partout </i> <br class='autobr' />
La réforme va encore accentuer l'inversion de la hiérarchie des normes au détriment de la protection des salariés. <br /><img src='http://sd67.fsu.fr/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-32883.gif?1488876944' width='8' height='11' class='puce' alt="-" /> La primauté de l'accord d'entreprise, même moins favorable, sur l'accord de branche va s'accentuer dans de nombreux domaines (primes, congé maternité et santé au travail). <br /><img src='http://sd67.fsu.fr/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-32883.gif?1488876944' width='8' height='11' class='puce' alt="-" /> Les branches pourront modifier les règles du CDD (jusqu'alors régies par la loi) et recourir au contrat de chantier et de projet (ce qui annonce la fin du CDI). Cela se traduira par une amplification du dumping social et une précarité croissante pour les salariés.</p>
<p><i>Chef, oui chef ! </i> <br /><img src='http://sd67.fsu.fr/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-32883.gif?1488876944' width='8' height='11' class='puce' alt="-" /> Dans les PME, le patron pourra désormais contourner les syndicats et négocier avec un salarié isolé et non protégé. <br /><img src='http://sd67.fsu.fr/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-32883.gif?1488876944' width='8' height='11' class='puce' alt="-" /> L'employeur pourra également prendre l'initiative d'un référendum. Sur fond de chantage à l'emploi, cela constituera un formidable outil pour faire pression sur les salariés. <br /><img src='http://sd67.fsu.fr/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-32883.gif?1488876944' width='8' height='11' class='puce' alt="-" /> Les CHSCT sont fusionnés avec les autres instances représentatives et ce alors que la souffrance au travail et les accidents au travail s'accroissent</p>
<p><i>Licencier plus facilement</i>
<br /><img src='http://sd67.fsu.fr/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-32883.gif?1488876944' width='8' height='11' class='puce' alt="-" /> La création de ruptures conventionnelles collectives permettrait à l'employeur de fortement inciter des salariés à demander leur « départ volontaire » et de s'affranchir des règles des plans de sauvegarde pour l'emploi, plus protectrices pour les salariés. <br /><img src='http://sd67.fsu.fr/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-32883.gif?1488876944' width='8' height='11' class='puce' alt="-" /> Le plafonnement des indemnités prud'homales permettra à l'employeur de provisionner un licenciement</p>
<p>Nombre de mesures prévues dans ces textes ne manqueront d'ailleurs pas d'avoir des traductions négatives dans la Fonction publique sous le fallacieux prétexte de la recherche d'égalité entre le public et le privé qui a trop souvent conduit à des régressions pour tous.<br class='autobr' />
<strong><br class='autobr' />
<i> <i>LES ATTAQUES CONTRE LE SERVICE PUBLIC </i> </strong> </i> <br class='autobr' />
Pour les agents de la Fonction publique, la période est particulièrement brutale : gel du point d'indice, prévision de 120000 suppressions d'emplois (dont 70000 dans la seule FPT), rétablissement de la journée de carence, augmentation de la CSG sans garantie d'amélioration du pouvoir d'achat, dégradation des conditions de travail. <br class='autobr' />
Les annonces et décisions prises par le gouvernement durant l'été sont guidées par l'austérité mettant ainsi à mal les solidarités, s'attaquant brutalement aux droits sociaux : nouvelle réduction des dépenses publiques, suppressions de contrats aidés, baisse des APL, attaques contre les retraité-es. <br class='autobr' />
Ces mesures sont inefficaces sur le plan économique et socialement injustes et appellent une riposte d'ampleur.</p>
<p>L'intersyndicale CGT-CNT-FSU-Solidaires-UNEF appelle à la grève et à manifester jeudi 21 septembre :
<br /><img src='http://sd67.fsu.fr/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-32883.gif?1488876944' width='8' height='11' class='puce' alt="-" /> A STRASBOURG : 14 H PL KLEBER</p></div>
		
		
                    [link_enclosure#] => 1
                    [link_enclosure@href] => http://sd67.fsu.fr/IMG/pdf/21sept_intersyndicale.pdf
                    [link_enclosure] => http://sd67.fsu.fr/IMG/pdf/21sept_intersyndicale.pdf
                    [link_enclosure@length] => 350774
                    [link_enclosure@type] => application/pdf
                )

            [4] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Non à l'état d'urgence permanent ! 
                    [link#] => 1
                    [link] => http://sd67.fsu.fr/Non-a-l-etat-d-urgence-permanent.html
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => true
                    [guid] => http://sd67.fsu.fr/Non-a-l-etat-d-urgence-permanent.html
                    [dc] => Array
                        (
                            [date#] => 1
                            [date] => 2017-09-06T13:34:53Z
                            [format#] => 1
                            [format] => text/html
                            [language#] => 1
                            [language] => fr
                            [creator#] => 1
                            [creator] => FSU 67
                        )

                    [description#] => 1
                    [description] => 
<p>Le gouvernement veut inscrire les dispositions de l'état d'urgence dans la loi ce qui menace les libertés individuelles et collectives. Le Collectif Justice etLibertés appelle à manifester contre l'état d'urgence permanent et pour défendre nos droits et libertés. Voir l'appel sur le site du collectif.</p>


-
<a href="http://sd67.fsu.fr/-Actualites-.html" rel="directory">Actualités</a>


		
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <div class='rss_texte'><p>Le gouvernement veut inscrire les dispositions de l'état d'urgence dans la loi ce qui menace les libertés individuelles et collectives. Le Collectif Justice etLibertés appelle à manifester contre l'état d'urgence permanent et pour défendre nos droits et libertés. Voir l'appel sur le site du collectif.</p></div>
		<div class="hyperlien">Voir en ligne : <a href="http://collectifjusticeetlibertes.blogspot.fr/2017/07/non-letat-durgence-permanent-appel-au.html" class="spip_out">Justice et Libertés</a></div>
		
		
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => 
<p>Le gouvernement veut inscrire les dispositions de l'état d'urgence dans la loi ce qui menace les libertés individuelles et collectives. Le Collectif Justice etLibertés appelle à manifester contre l'état d'urgence permanent et pour défendre nos droits et libertés. Voir l'appel sur le site du collectif.</p>


-
<a href="http://sd67.fsu.fr/-Actualites-.html" rel="directory">Actualités</a>


		
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <div class='rss_texte'><p>Le gouvernement veut inscrire les dispositions de l'état d'urgence dans la loi ce qui menace les libertés individuelles et collectives. Le Collectif Justice etLibertés appelle à manifester contre l'état d'urgence permanent et pour défendre nos droits et libertés. Voir l'appel sur le site du collectif.</p></div>
		<div class="hyperlien">Voir en ligne : <a href="http://collectifjusticeetlibertes.blogspot.fr/2017/07/non-letat-durgence-permanent-appel-au.html" class="spip_out">Justice et Libertés</a></div>
		
		
                )

            [5] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Découvrez le « Petit guide de résistance à la loi Travail XXL »
                    [link#] => 1
                    [link] => http://sd67.fsu.fr/Decouvrez-le-Petit-guide-de-resistance-a-la-loi-Travail-XXL-284.html
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => true
                    [guid] => http://sd67.fsu.fr/Decouvrez-le-Petit-guide-de-resistance-a-la-loi-Travail-XXL-284.html
                    [dc] => Array
                        (
                            [date#] => 1
                            [date] => 2017-09-06T13:25:47Z
                            [format#] => 1
                            [format] => text/html
                            [language#] => 1
                            [language] => fr
                            [creator#] => 1
                            [creator] => FSU 67
                        )

                    [description#] => 1
                    [description] => <p>Pour permettre aux citoyen·ne·s de comprendre les enjeux et de se mobiliser face au projet de loi Travail, Attac et les Économistes atterrés ont rédigé un Petit guide de résistance à la loi Travail XXLdisponible sur le site d'ATTAC.</p>

-
<a href="http://sd67.fsu.fr/-Actualites-.html" rel="directory">Actualités</a>


		
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <div class='rss_texte'><p>Pour permettre aux citoyen·ne·s de comprendre les enjeux et de se mobiliser face au projet de loi Travail, Attac et les Économistes atterrés ont rédigé <a href="https://france.attac.org/se-mobiliser/loi-travail-xxl-c-est-toujours-non/article/decouvrez-le-petit-guide-de-resistance-a-la-loi-travail-xxl" class='spip_out' rel='external'>un Petit guide de résistance à la loi Travail XXL</a>disponible sur le site d'ATTAC.</p>
<p>Les réformes qui depuis plus de 30 ans ont flexibilisé l'emploi en France n'ont pas permis de lutter efficacement contre le chômage. Au contraire, elles ont précarisé l'emploi, aliéné le travail et fragilisé l'économie. Avec son projet d'ordonnances, Emmanuel Macron veut aller encore plus loin en soumettant le travail aux exigences du patronat et de la finance.</p>
<p>Voir également les vidéos suivantes :</p>
<p><a href="https://vimeo.com/230123561" class='spip_out' rel='external'>#LesExpertsAttac n°1 : ça veut dire quoi « libérer le travail » ?</a></p>
<p><a href="https://vimeo.com/230568931" class='spip_out' rel='external'>#LesExpertsAttac n°2 : Renault va être obligé de baisser les droits de ses salariés.</a></p></div>
		<div class="hyperlien">Voir en ligne : <a href="https://france.attac.org/se-mobiliser/loi-travail-xxl-c-est-toujours-non/article/decouvrez-le-petit-guide-de-resistance-a-la-loi-travail-xxl" class="spip_out">Le site d'ATTAC</a></div>
		
		
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => <p>Pour permettre aux citoyen·ne·s de comprendre les enjeux et de se mobiliser face au projet de loi Travail, Attac et les Économistes atterrés ont rédigé un Petit guide de résistance à la loi Travail XXLdisponible sur le site d'ATTAC.</p>

-
<a href="http://sd67.fsu.fr/-Actualites-.html" rel="directory">Actualités</a>


		
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <div class='rss_texte'><p>Pour permettre aux citoyen·ne·s de comprendre les enjeux et de se mobiliser face au projet de loi Travail, Attac et les Économistes atterrés ont rédigé <a href="https://france.attac.org/se-mobiliser/loi-travail-xxl-c-est-toujours-non/article/decouvrez-le-petit-guide-de-resistance-a-la-loi-travail-xxl" class='spip_out' rel='external'>un Petit guide de résistance à la loi Travail XXL</a>disponible sur le site d'ATTAC.</p>
<p>Les réformes qui depuis plus de 30 ans ont flexibilisé l'emploi en France n'ont pas permis de lutter efficacement contre le chômage. Au contraire, elles ont précarisé l'emploi, aliéné le travail et fragilisé l'économie. Avec son projet d'ordonnances, Emmanuel Macron veut aller encore plus loin en soumettant le travail aux exigences du patronat et de la finance.</p>
<p>Voir également les vidéos suivantes :</p>
<p><a href="https://vimeo.com/230123561" class='spip_out' rel='external'>#LesExpertsAttac n°1 : ça veut dire quoi « libérer le travail » ?</a></p>
<p><a href="https://vimeo.com/230568931" class='spip_out' rel='external'>#LesExpertsAttac n°2 : Renault va être obligé de baisser les droits de ses salariés.</a></p></div>
		<div class="hyperlien">Voir en ligne : <a href="https://france.attac.org/se-mobiliser/loi-travail-xxl-c-est-toujours-non/article/decouvrez-le-petit-guide-de-resistance-a-la-loi-travail-xxl" class="spip_out">Le site d'ATTAC</a></div>
		
		
                )

            [6] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Projection débat : Moi, Daniel Blake 
                    [link#] => 1
                    [link] => http://sd67.fsu.fr/Projection-debat-Moi-Daniel-Blake.html
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => true
                    [guid] => http://sd67.fsu.fr/Projection-debat-Moi-Daniel-Blake.html
                    [dc] => Array
                        (
                            [date#] => 1
                            [date] => 2017-06-27T11:13:31Z
                            [format#] => 1
                            [format] => text/html
                            [language#] => 1
                            [language] => fr
                            [creator#] => 1
                            [creator] => FSU 67
                        )

                    [description#] => 1
                    [description] => 
<p>Les Amis de l'Humanité Alsace, la CGT 67 et la FSU 67 vous invitent à une projection-débat autour du film Moi, Daniel Blake de Ken Loach le mardi 4 juillet à 20 heures au cinéma l'Odyssée à Strasbourg. Le débat sera animé par des syndicalistes de Pôle emploi : Véronique Siefert-Abert (CGT) et Anne-Pascale Gonny (Snutefi-FSU). <br class='autobr' />
Moi, Daniel Blake. Ken Loach vote l'humain contre le marché À peine remis d'un accident cardiaque, un ouvrier se voit interdire de travailler tout en perdant sa (...)</p>


-
<a href="http://sd67.fsu.fr/-Actualites-.html" rel="directory">Actualités</a>


		
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <img class='spip_logo spip_logo_right spip_logos' alt="" style='float:right' src='http://sd67.fsu.fr/local/cache-vignettes/L150xH150/arton282-7a8c8.jpg?1498562775' width='150' height='150' />
		<div class='rss_chapo'><p>Les Amis de l'Humanité Alsace, la CGT 67 et la FSU 67 vous invitent à une projection-débat autour du film Moi, Daniel Blake de Ken Loach le mardi 4 juillet à 20 heures au cinéma l'Odyssée à Strasbourg. <br class='autobr' />
Le débat sera animé par des syndicalistes de Pôle emploi : Véronique Siefert-Abert (CGT) et Anne-Pascale Gonny (Snutefi-FSU).</p></div>
		<div class='rss_texte'><p><i>Moi, Daniel Blake</i>. Ken Loach vote l'humain contre le marché</p>
<p>À peine remis d'un accident cardiaque, un ouvrier se voit interdire de travailler tout en perdant sa pension d'invalidité. Il rencontre une mère célibataire également exclue du système. Pour son 20e long métrage, Ken Loach raconte l'histoire d'un ouvrier, Daniel Blake. Ce menuisier expérimenté est face à une injustice. Ses problèmes cardiaques ont conduit son médecin à lui interdire de travailler alors qu'il a perdu sa pension d'invalidité. Lors de ses démarches pour recouvrer ses droits, il rencontre Katie, mère célibataire de deux enfants, elle aussi mise hors système après un retard succinct à un entretien. Ces deux écorchés de la vie s'entraident, sans assurance de pouvoir maintenir totalement la tête hors de l'eau. Dans la veine de « Raining Stones » ou de « My Name Is Joe », autour d'un scénario de Paul Laverty, Ken Loach confronte l'absurdité d'un système au quotidien de figures des classes populaires. Cette charge virulente contre la privatisation des services publics montre que Loach n'a rien perdu de sa verve dans un cinéma dont la mise en scène simple et limpide nourrit la force du témoignage.</p>
<p>Michaël Molinard</p></div>
		<div class="hyperlien">Voir en ligne : <a href="http://www.dailymotion.com/video/x50y4no_moi-daniel-blake_shortfilms" class="spip_out">La bande-annonce du film</a></div>
		
		
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => 
<p>Les Amis de l'Humanité Alsace, la CGT 67 et la FSU 67 vous invitent à une projection-débat autour du film Moi, Daniel Blake de Ken Loach le mardi 4 juillet à 20 heures au cinéma l'Odyssée à Strasbourg. Le débat sera animé par des syndicalistes de Pôle emploi : Véronique Siefert-Abert (CGT) et Anne-Pascale Gonny (Snutefi-FSU). <br class='autobr' />
Moi, Daniel Blake. Ken Loach vote l'humain contre le marché À peine remis d'un accident cardiaque, un ouvrier se voit interdire de travailler tout en perdant sa (...)</p>


-
<a href="http://sd67.fsu.fr/-Actualites-.html" rel="directory">Actualités</a>


		
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <img class='spip_logo spip_logo_right spip_logos' alt="" style='float:right' src='http://sd67.fsu.fr/local/cache-vignettes/L150xH150/arton282-7a8c8.jpg?1498562775' width='150' height='150' />
		<div class='rss_chapo'><p>Les Amis de l'Humanité Alsace, la CGT 67 et la FSU 67 vous invitent à une projection-débat autour du film Moi, Daniel Blake de Ken Loach le mardi 4 juillet à 20 heures au cinéma l'Odyssée à Strasbourg. <br class='autobr' />
Le débat sera animé par des syndicalistes de Pôle emploi : Véronique Siefert-Abert (CGT) et Anne-Pascale Gonny (Snutefi-FSU).</p></div>
		<div class='rss_texte'><p><i>Moi, Daniel Blake</i>. Ken Loach vote l'humain contre le marché</p>
<p>À peine remis d'un accident cardiaque, un ouvrier se voit interdire de travailler tout en perdant sa pension d'invalidité. Il rencontre une mère célibataire également exclue du système. Pour son 20e long métrage, Ken Loach raconte l'histoire d'un ouvrier, Daniel Blake. Ce menuisier expérimenté est face à une injustice. Ses problèmes cardiaques ont conduit son médecin à lui interdire de travailler alors qu'il a perdu sa pension d'invalidité. Lors de ses démarches pour recouvrer ses droits, il rencontre Katie, mère célibataire de deux enfants, elle aussi mise hors système après un retard succinct à un entretien. Ces deux écorchés de la vie s'entraident, sans assurance de pouvoir maintenir totalement la tête hors de l'eau. Dans la veine de « Raining Stones » ou de « My Name Is Joe », autour d'un scénario de Paul Laverty, Ken Loach confronte l'absurdité d'un système au quotidien de figures des classes populaires. Cette charge virulente contre la privatisation des services publics montre que Loach n'a rien perdu de sa verve dans un cinéma dont la mise en scène simple et limpide nourrit la force du témoignage.</p>
<p>Michaël Molinard</p></div>
		<div class="hyperlien">Voir en ligne : <a href="http://www.dailymotion.com/video/x50y4no_moi-daniel-blake_shortfilms" class="spip_out">La bande-annonce du film</a></div>
		
		
                )

            [7] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Rassemblement intersyndical contre la loi travail et la la loi travail XXL de Macron _ Mardi 27 juin 2017
                    [link#] => 1
                    [link] => http://sd67.fsu.fr/Rassemblement-intersyndical-contre-la-loi-travail-et-la-la-loi-travail-XXL-de.html
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => true
                    [guid] => http://sd67.fsu.fr/Rassemblement-intersyndical-contre-la-loi-travail-et-la-la-loi-travail-XXL-de.html
                    [dc] => Array
                        (
                            [date#] => 1
                            [date] => 2017-06-25T19:31:49Z
                            [format#] => 1
                            [format] => text/html
                            [language#] => 1
                            [language] => fr
                            [creator#] => 1
                            [creator] => FSU 67
                        )

                    [description#] => 1
                    [description] => 
<p>NI LOI TRAVAIL, NI LOI MACRON TRAVAIL XXL, NI ORDONNANCES LA MOBILISATION UNITAIRE REPREND NE TOUCHEZ PAS AU CODE DU TRAVAIL ! <br class='autobr' />
Les futurs projets de réforme du gouvernement concernant le droit du travail, dévoilés par la presse, vont bien au-delà des éléments annoncés, publiquement ! Ils concernent notamment le contrat de travail, les salaires, la santé, la sécurité au travail, l'assurance chômage et les retraites. Toutes les annonces vont dans le même sens : plus de précarité et de flexibilité pour (...)</p>


-
<a href="http://sd67.fsu.fr/-Actualites-.html" rel="directory">Actualités</a>


		
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <div class='rss_texte'><h3 class="spip"> <strong>NI LOI TRAVAIL, NI LOI MACRON TRAVAIL XXL, NI ORDONNANCES
LA MOBILISATION UNITAIRE REPREND
NE TOUCHEZ PAS AU CODE DU TRAVAIL !</strong></h3>
<p>Les futurs projets de réforme du gouvernement concernant le droit du travail, dévoilés par la presse, vont bien au-delà des éléments annoncés, publiquement ! Ils concernent notamment le contrat de travail, les salaires, la santé, la sécurité au travail, l'assurance chômage et les retraites.<br class='autobr' />
Toutes les annonces vont dans le même sens : plus de précarité et de flexibilité pour les salariés, plus de « souplesse » et de facilités à licencier pour les entreprises. Au- delà de la méthode, consistant à agir rapidement via les ordonnances, le discours gouvernemental sur la « concertation » ne change rien : le gouvernement veut aller vite sans de véritables négociations. Il veut frapper fort. Le nouveau pouvoir à un projet de société ultralibéral, destructeur pour les salariés.<br class='autobr' />
Les organisations syndicales CGT, CNT, FSU, SOLIDAIRES d'ALSACE considèrent qu'il est urgent, indispensable que les salariés soient informés du contenu dangereux des projets Macron !<br class='autobr' />
Nous nous sommes opposés à la loi El Khomri, nous nous opposerons aux ordonnances Macron<br class='autobr' />
Nous ne le laisserons pas faire.<br class='autobr' />
Aussi, nos organisations organiseront un rassemblement unitaire le jour de l'installation des députés à l'Assemblée Nationale le :</p>
<h3 class="spip"> <strong>MARDI 27 JUIN 2017 à 18h00, place Kléber, STRASBOURG</strong> </h3></div>
		
		
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => 
<p>NI LOI TRAVAIL, NI LOI MACRON TRAVAIL XXL, NI ORDONNANCES LA MOBILISATION UNITAIRE REPREND NE TOUCHEZ PAS AU CODE DU TRAVAIL ! <br class='autobr' />
Les futurs projets de réforme du gouvernement concernant le droit du travail, dévoilés par la presse, vont bien au-delà des éléments annoncés, publiquement ! Ils concernent notamment le contrat de travail, les salaires, la santé, la sécurité au travail, l'assurance chômage et les retraites. Toutes les annonces vont dans le même sens : plus de précarité et de flexibilité pour (...)</p>


-
<a href="http://sd67.fsu.fr/-Actualites-.html" rel="directory">Actualités</a>


		
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <div class='rss_texte'><h3 class="spip"> <strong>NI LOI TRAVAIL, NI LOI MACRON TRAVAIL XXL, NI ORDONNANCES
LA MOBILISATION UNITAIRE REPREND
NE TOUCHEZ PAS AU CODE DU TRAVAIL !</strong></h3>
<p>Les futurs projets de réforme du gouvernement concernant le droit du travail, dévoilés par la presse, vont bien au-delà des éléments annoncés, publiquement ! Ils concernent notamment le contrat de travail, les salaires, la santé, la sécurité au travail, l'assurance chômage et les retraites.<br class='autobr' />
Toutes les annonces vont dans le même sens : plus de précarité et de flexibilité pour les salariés, plus de « souplesse » et de facilités à licencier pour les entreprises. Au- delà de la méthode, consistant à agir rapidement via les ordonnances, le discours gouvernemental sur la « concertation » ne change rien : le gouvernement veut aller vite sans de véritables négociations. Il veut frapper fort. Le nouveau pouvoir à un projet de société ultralibéral, destructeur pour les salariés.<br class='autobr' />
Les organisations syndicales CGT, CNT, FSU, SOLIDAIRES d'ALSACE considèrent qu'il est urgent, indispensable que les salariés soient informés du contenu dangereux des projets Macron !<br class='autobr' />
Nous nous sommes opposés à la loi El Khomri, nous nous opposerons aux ordonnances Macron<br class='autobr' />
Nous ne le laisserons pas faire.<br class='autobr' />
Aussi, nos organisations organiseront un rassemblement unitaire le jour de l'installation des députés à l'Assemblée Nationale le :</p>
<h3 class="spip"> <strong>MARDI 27 JUIN 2017 à 18h00, place Kléber, STRASBOURG</strong> </h3></div>
		
		
                )

            [8] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => La "main invisible" du numérique
                    [link#] => 1
                    [link] => http://sd67.fsu.fr/La-main-invisible-du-numerique.html
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => true
                    [guid] => http://sd67.fsu.fr/La-main-invisible-du-numerique.html
                    [dc] => Array
                        (
                            [date#] => 1
                            [date] => 2017-06-20T09:41:01Z
                            [format#] => 1
                            [format] => text/html
                            [language#] => 1
                            [language] => fr
                            [creator#] => 1
                            [creator] => FSU 67
                        )

                    [description#] => 1
                    [description] => 
<p>Il n'est pas question d'opposer ici le papier et le numérique : des synergies fécondes sont à l'œuvre, montrant à quel point l'essence du livre est dans l'acte même de lire, et l'enjeu dans le partage de ce plaisir. Ce qu'il faut penser, c'est précisément comment nous pensons en milieu numérique, ce que cela fait à l'attention, à l'éducation, mais aussi au syndicalisme et à la démocratie elle-même, car c'est toute la signification de la représentation qui est à repenser, et les modalités de la participation qui (...)</p>


-
<a href="http://sd67.fsu.fr/-Actualites-.html" rel="directory">Actualités</a>


		
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <div class='rss_chapo'><p>Il n'est pas question d'opposer ici le papier et le numérique : des synergies fécondes sont à l'œuvre, montrant à quel point l'essence du livre est dans l'acte même de lire, et l'enjeu dans le partage de ce plaisir.<br class='autobr' />
Ce qu'il faut penser, c'est précisément comment nous pensons en milieu numérique, ce que cela fait à l'attention, à l'éducation, mais aussi au syndicalisme et à la démocratie elle-même, car c'est toute la signification de la représentation qui est à repenser, et les modalités de la participation qui sont à reconsidérer. C'est pourquoi chacun.e doit pouvoir s'approprier les savoirs scientifiques de base pour être capable de poser des questions légitimes. Sans quoi, le numérique risque de devenir comme la finance : de même que nous parlons de « la main invisible du marché », nous pourrions être soumis à notre insu à cette « main invisible du numérique ».<br class='autobr' />
C'est l'objet du dossier de Regards Croisés. En primeur l'article de Christine Eisenbeis et Maxence Guesdon et celui de Yves Citton.</p></div>
		<div class='rss_texte'><p>Ce texte est un plaidoyer pour que la question du numérique dans la société devienne un débat social, syndical, politique. Ceci nécessite de reconnaître que les enjeux liés au numérique ne sont pas seulement techniques, même s'ils le sont aussi, ce qui demande que chacun.e s'approprie les savoirs scientifiques de base pour être capable de poser des questions légitimes. Sans quoi, le numérique risque de devenir comme la finance : de même que nous parlons de « la main invisible du marché », nous pourrions être soumis à notre insu à cette « main invisible du numérique.</p>
<p>« Neuf fois sept, songeait Shuman avec une profonde satisfaction, font soixante-trois, et je n'ai nul besoin d'ordinateur pour me le dire. L'ordinateur, je l'ai dans ma tête. Et c'était sidérant, ce sentiment de puissance que cela conférait. »</p>
<p>Dans cette nouvelle d'Isaac Asimov [2], le monde est administré par les ordinateurs. Shuman est un « programmeur de première classe ». Il est tout étonné des résultats d'un technicien qui vient de découvrir comment effectuer une multiplication sans ordinateur et propose à ses dirigeants de lancer un projet « Nombre » pour travailler sur le calcul humain, dit « graphitique » car il utilise l'écriture, et permettre de remplacer les ordinateurs coûteux par des humains dans les missiles. Le technicien, bouleversé par ce projet, préfère se suicider, tandis que Shuman éprouve le « sentiment de puissance », de savoir désormais effectuer un calcul sans ordinateur.</p>
<p>Calcul « graphitique », calcul numérique, cette nouvelle pose plusieurs questions. Est-il grave que les humains ne sachent plus faire de calcul sans ordinateur ? Pourquoi ce savoir-faire a-t-il disparu dans ce futur imaginé par Asimov ? Surtout, ce futur est-il issu de la volonté de la société ? Et si non, comment s'est-il imposé, par qui a-t-il été imposé ? Ce présent texte est un plaidoyer pour que cette question du numérique dans la société devienne un débat social, syndical, politique. Ceci nécessite de reconnaître que les enjeux liés au numérique ne sont pas seulement techniques. Ils sont néanmoins - aussi – des questions techniques. Nous tous devons avoir la légitimité d'interroger, et donc nous tous devons nous approprier les savoirs scientifiques de base, nous devons tous avoir une culture technique, comme le réclamait déjà Gilbert Simondon. Sans quoi le numérique risque de devenir comme la finance : de même que nous parlons de « la main invisible du marché », nous pourrions être soumis à notre insu à cette « main invisible du numérique », qui, comme l'économie de marché, se régulerait naturellement. « L'informatique est une science bien trop sérieuse pour être laissée aux informaticiens » [3].</p>
<p>Pour penser ces questions, le philosophe Bernard Stiegler propose, parmi d'autres, les concepts de prolétarisation, de disruption, de pharmacologie.<br class='autobr' />
Dans le futur décrit par Asimov, les humains ont perdu la capacité de faire une multiplication, capacité désormais passée dans l'ordinateur. Or le savoir-faire lié à la multiplication ne consiste pas seulement en la capacité opératoire. Apprendre des tables de multiplication de manière mécanique permet de s'en affranchir ensuite pour appréhender d'autres notions plus complexes nécessaires à la vie en société, comme les ordres de grandeur, les statistiques, qui ensuite permettent l'appréhension des sciences. De même, un acteur apprend lui aussi « automatiquement » par cœur son texte pour ensuite ne plus avoir à le lire et pouvoir l'interpréter, un musicien fait des gammes pour acquérir des automatismes et pouvoir interpréter des œuvres ou même improviser.<br class='autobr' />
La « prolétarisation » est la perte de savoir et de savoir-faire, qui sont externalisés dans des objets techniques. Elle peut être bénéfique, par exemple lorsqu'elle libère du temps pour une autre activité jugée plus intéressante par un individu. Ainsi, l'utilisation d'une machine à laver prolétarise l'individu qui ne sait plus laver son linge autrement mais peut utiliser le temps gagné pour faire autre chose. Mais la prolétarisation peut également entraîner une perte de savoir-vivre, quand les savoir perdus ne permettent plus à l'individu d'appréhender son environnement, de faire des choix éclairés, ou tout simplement quand elle prive sa vie de saveur, qui partage la même racine étymologique que savoir. L'enjeu est alors pour chacun.e, ou pour la société, de savoir ce qu'il est acceptable de ne plus savoir ou pouvoir faire et ce qui ne l'est pas.</p>
<p>Au 20e siècle, l'anthropologie, avec Leroi-Gourhan, a montré que c'est par la technique que l'humain devient humain : l'utilisation d'outils a entraîné des modifications de notre corps et de notre pensée.<br class='autobr' />
De la même manière, les outils numériques sont des automatisations de savoir-faire qui, en retour, créent en nous de nombreux automatismes, sous formes d'habitudes nées d'usages répétés, comme la complétion automatique des mots, ou même inscrits dans notre corps avec par exemple l'addiction aux smartphones, aux réseaux sociaux, l'interrogation sur un moteur de recherche dès que l'on se pose une question. Certaines de nos prises de décisions sont elles aussi basées sur ces outils : conduite avec GPS, sondages en temps réel pour les élections, bulles informationnelles dans les réseaux sociaux, etc. Ainsi une large part de nos comportements repose maintenant sur des outils que peu d'entre nous comprennent, maîtrisent ou peuvent modifier.<br class='autobr' />
Il est urgent de nous poser ces questions de prolétarisation, notamment pour les plus jeunes qui n'auront pas connu de monde sans ordinateurs et réseaux.</p>
<p>La disruption exprime la force de la vitesse de développement des outils numériques qui, sous des injonctions d'évidence de progrès, prend de court la société, « obligée » alors de les adopter sans pouvoir prendre le temps de les penser. Dans la nouvelle d'Asimov, les humains ne savent plus faire des calculs de tête. Ceci signifie entre autres que la transmission de ce savoir-faire a été abandonnée, sans doute au prétexte qu'il est inutile puisque la calculatrice remplit cette fonction.<br class='autobr' />
Cependant, « le sentiment de puissance » que ressent Shuman à savoir faire une multiplication peut laisser penser que l'on aurait pu anticiper et continuer à expliquer le calcul graphitique, même quand il est devenu « inutile ». Bien d'autres « évidences » mériteraient d'être débattues et réfléchies. Par exemple, la gestion des collections d'ouvrages dans nos centres de documentation universitaires pourrait être abandonnée du jour au lendemain car « tout se trouve sur Internet ». Le métier de documentaliste est-il remplaçable par de bons moteurs de recherche et des outils de documentarisation automatique ? On distribue des tablettes électroniques dans les écoles. Les enseignants étaient-ils demandeurs ? Ont-ils anticipé et débattu les effets sur les élèves, dans et hors la classe ? On transforme les administrations en créant des « plates-formes » de services mutualisés auxquelles on s'adresse au travers de logiciels ou de coups de téléphone filtrés par des « robots ». Utilisateurs comme agents s'arrachent les cheveux à faire rentrer le réel dans la machine qui force à grammatiser le travail. Gagne-t-on du « temps » ? De l'efficacité ? Ne crée-t-on pas, au contraire, un clivage entre les connectés et les non-connectés ?<br class='autobr' />
N'exclut-on pas les individus, les situations et au final les réalités qui ne rentrent pas dans les cases ? Et qui décide des cases et des réalités acceptables et se cache ensuite derrière les algorithmes ?</p>
<p>Comme le dit l'article L4121-2, alinéa 4, du code du travail, adaptons-nous réellement le travail à l'homme ? Rien n'est moins sûr lorsque les outils logiciels sont réalisés sans prendre en compte le travail réel. Pourquoi avons-nous l'impression d'avoir de moins en moins de temps, alors que les outils numériques devraient permettre de moins et mieux travailler, et donc de prendre son temps ? La dématérialisation gagne de plus en plus rapidement l'administration. Or, elle devrait poser de nombreuses questions concernant notamment la pérennité des dossiers stockés sous des dispositifs et formats qui évoluent très rapidement, la consommation d'énergie qu'elle entraîne. Par exemple, la conservation d'une photo sur papier ne nécessite pas d'énergie, contrairement à la conservation d'une photo sous format numérique sur un serveur. Les conséquences écologiques en termes de matériaux, d'énergie consommée et de chaleur générée sont très peu mises en question, et l'on continue à appeler immatérielles ces technologies du numérique, en oubliant le poids des ordinateurs portables que nous transportons dans nos sacs ou ces hangars de serveurs de données que l'on va finir par construire près de centrales d'énergie et près des pôles pour leur refroidissement, sans oublier les millions de kilomètres de câbles déroulés sur toute la planète.</p>
<p>« Le monde est devenu numérique », dit le plan stratégique de l'Inria « Horizon 2020 ». Le mode passif de cette formule exprime une certaine inéluctabilité, comme si la numérisation du monde était un phénomène naturel. De nombreuses expressions traduisent cette attitude de passivité, de soumission à une machine que nous nourrissons : « des services gourmands en travail humain », « Au grand festin du numérique, serez-vous à table ou dans l'assiette ? » [4], « Software eats the world », « alimenter un compte épargne temps »… L'homo creator se mue en l'homo materia de Günther Anders [5].</p>
<p>De fait, nous nourrissons en permanence nos smartphones, ces « little brothers », de données sur nos vies, nous exposant ainsi à une surveillance si permanente que l'on finit par oublier, ou dont on préfére ignorer les conséquences éventuelles sous un régime totalitaire. « Jusqu'ici tout va bien... »<br class='autobr' />
Le numérique est un pharmakon, dit Stiegler, c'est-à-dire poison ou médicament selon l'usage que nous en faisons. « Ce monde industrialisé hautement numérique nécessite d'être mis entre les mains de gens qui ont une très grande éthique. Parce qu'une industrie très numérisée, c'est comme une voiture de course. La moindre erreur de pilotage déclenche des catastrophes. », disait Geneviève Bouché, futurologue, lors d'un débat sur le revenu de base [6]. Or les pilotes sont aujourd'hui les industries de logiciels privées. Ce sont elles qui ont la main sur ces logiciels et qui à travers eux, à travers les usages qu'ils prescrivent, déterminent nos comportements possibles. C'est donc une forme de domination. Mais il n'y a pas de fatalité et une émancipation est possible ; elle passe par une recapacitation. De même que tout lecteur sait écrire, tout utilisateur de logiciel devrait être en capacité d'y contribuer d'une manière ou d'une autre. Ceci passe par l'enseignement pour toutes et tous de la science informatique, qui n'est pas le mode d'emploi des logiciels, mais les concepts de représentation de l'information, de programmation, d'algorithmique, etc. Les citoyens ainsi formés se sentiraient plus légitimes à interroger ce « monde devenu numérique », et pourront faire la critique de la généralisation du vote électronique, ou encore réaliser pourquoi les messages qu'ils s'échangent électroniquement sont très facilement interceptables.</p>
<p>La question centrale n'est donc évidemment pas si l'on peut, ou pas, se passer à terme de savoir faire une multiplication « à la main », mais comment, par qui et où cette question peut être débattue, critiquée, décidée. La philosophe Antoinette Rouvroy estime que nous devons développer deux capacités : la capacité d'énonciation, c'est-à-dire la possibilité d'énoncer par nous-mêmes ce qui nous fait agir, et la capacité de réticence, consistant à ne pas faire quelque chose uniquement car nous en avons la possibilité. Ceci requiert des bases scientifiques d'informatique, ainsi que la mise en visibilité de cette « main du numérique », trop souvent parée de neutralité sous le terme d'algorithmes pour cacher des modèles et des choix. C'est la condition de possibilité d'un débat pour que ce futur numérique – de fait déjà là – puisse être appréhendé en connaissance de cause … et de conséquences.</p>
<p>[1] L'Institut national de recherche en informatique et en automatique (Inria) est un institut de recherche français en mathématiques et informatique. Créé le 3 janvier 1967 dans le cadre du plan Calcul, il a le statut d'établissement public à caractère scientifique et technologique. Son objectif est de mettre en réseau les compétences et talents de l'ensemble du dispositif de recherche français et international.</p>
<p>[2] La version originale de cette nouvelle, The feeling of power, date de février 1958, une traduction en français sous le titre Sept fois neuf … est disponible dans L'avenir commence demain (Nine Tomorrows) , Isaac Asimov, Pocket "Science-Fiction", 2008.</p>
<p>[3] « L'informatique est une science bien trop sérieuse pour être laissée aux informaticiens » Serge Abiteboul, Colin de la Higuera et Gilles Dowek, Le Monde, 22 juin 2012, <a href="http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/06/22/l-informatique-est-une-science-bien-trop-serieuse-pour-etre-laissee-aux-informaticiens_1722939_3232.html" class='spip_url spip_out auto' rel='nofollow external'>http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/06/22/l-informatique-est-une-science-bien-trop-serieuse-pour-etre-laissee-aux-informaticiens_1722939_3232.html</a></p>
<p>[4] Université Medef du numérique, mars 2016, cité dans « Droit du travail et numérique : conjuguer le futur au passé ? », Anne Rivière, Progressistes n° 12, avril-mai-juin 2016, <a href="https://revue-progressistes.org/2016/06/27/progressistes-n12/" class='spip_url spip_out auto' rel='nofollow external'>https://revue-progressistes.org/2016/06/27/progressistes-n12/</a></p>
<p>[5] L'obsolescence de l'homme, Tome 2, Sur la destruction de la vie à l'époque de la troisième révolution industrielle, Günther Anders, cité par Philippe Ivernel dans la préface de La Haine.</p>
<p>[6] « Revenu Universel et/ou Centralité du travail », Conférence ATEMIS et Travail & Politique, 2 février 2017, <a href="http://www.travailetpolitique.fr/revenu-universel-etou-centralite-du-travail/" class='spip_url spip_out auto' rel='nofollow external'>http://www.travailetpolitique.fr/revenu-universel-etou-centralite-du-travail/</a>, minute 1:30:00</p></div>
		<div class="hyperlien">Voir en ligne : <a href="http://institut.fsu.fr/-Regards-Croises-No22-737-.html" class="spip_out">Regards croisés : la revue de l'Institut de recherches de la FSU</a></div>
		
		
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => 
<p>Il n'est pas question d'opposer ici le papier et le numérique : des synergies fécondes sont à l'œuvre, montrant à quel point l'essence du livre est dans l'acte même de lire, et l'enjeu dans le partage de ce plaisir. Ce qu'il faut penser, c'est précisément comment nous pensons en milieu numérique, ce que cela fait à l'attention, à l'éducation, mais aussi au syndicalisme et à la démocratie elle-même, car c'est toute la signification de la représentation qui est à repenser, et les modalités de la participation qui (...)</p>


-
<a href="http://sd67.fsu.fr/-Actualites-.html" rel="directory">Actualités</a>


		
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <div class='rss_chapo'><p>Il n'est pas question d'opposer ici le papier et le numérique : des synergies fécondes sont à l'œuvre, montrant à quel point l'essence du livre est dans l'acte même de lire, et l'enjeu dans le partage de ce plaisir.<br class='autobr' />
Ce qu'il faut penser, c'est précisément comment nous pensons en milieu numérique, ce que cela fait à l'attention, à l'éducation, mais aussi au syndicalisme et à la démocratie elle-même, car c'est toute la signification de la représentation qui est à repenser, et les modalités de la participation qui sont à reconsidérer. C'est pourquoi chacun.e doit pouvoir s'approprier les savoirs scientifiques de base pour être capable de poser des questions légitimes. Sans quoi, le numérique risque de devenir comme la finance : de même que nous parlons de « la main invisible du marché », nous pourrions être soumis à notre insu à cette « main invisible du numérique ».<br class='autobr' />
C'est l'objet du dossier de Regards Croisés. En primeur l'article de Christine Eisenbeis et Maxence Guesdon et celui de Yves Citton.</p></div>
		<div class='rss_texte'><p>Ce texte est un plaidoyer pour que la question du numérique dans la société devienne un débat social, syndical, politique. Ceci nécessite de reconnaître que les enjeux liés au numérique ne sont pas seulement techniques, même s'ils le sont aussi, ce qui demande que chacun.e s'approprie les savoirs scientifiques de base pour être capable de poser des questions légitimes. Sans quoi, le numérique risque de devenir comme la finance : de même que nous parlons de « la main invisible du marché », nous pourrions être soumis à notre insu à cette « main invisible du numérique.</p>
<p>« Neuf fois sept, songeait Shuman avec une profonde satisfaction, font soixante-trois, et je n'ai nul besoin d'ordinateur pour me le dire. L'ordinateur, je l'ai dans ma tête. Et c'était sidérant, ce sentiment de puissance que cela conférait. »</p>
<p>Dans cette nouvelle d'Isaac Asimov [2], le monde est administré par les ordinateurs. Shuman est un « programmeur de première classe ». Il est tout étonné des résultats d'un technicien qui vient de découvrir comment effectuer une multiplication sans ordinateur et propose à ses dirigeants de lancer un projet « Nombre » pour travailler sur le calcul humain, dit « graphitique » car il utilise l'écriture, et permettre de remplacer les ordinateurs coûteux par des humains dans les missiles. Le technicien, bouleversé par ce projet, préfère se suicider, tandis que Shuman éprouve le « sentiment de puissance », de savoir désormais effectuer un calcul sans ordinateur.</p>
<p>Calcul « graphitique », calcul numérique, cette nouvelle pose plusieurs questions. Est-il grave que les humains ne sachent plus faire de calcul sans ordinateur ? Pourquoi ce savoir-faire a-t-il disparu dans ce futur imaginé par Asimov ? Surtout, ce futur est-il issu de la volonté de la société ? Et si non, comment s'est-il imposé, par qui a-t-il été imposé ? Ce présent texte est un plaidoyer pour que cette question du numérique dans la société devienne un débat social, syndical, politique. Ceci nécessite de reconnaître que les enjeux liés au numérique ne sont pas seulement techniques. Ils sont néanmoins - aussi – des questions techniques. Nous tous devons avoir la légitimité d'interroger, et donc nous tous devons nous approprier les savoirs scientifiques de base, nous devons tous avoir une culture technique, comme le réclamait déjà Gilbert Simondon. Sans quoi le numérique risque de devenir comme la finance : de même que nous parlons de « la main invisible du marché », nous pourrions être soumis à notre insu à cette « main invisible du numérique », qui, comme l'économie de marché, se régulerait naturellement. « L'informatique est une science bien trop sérieuse pour être laissée aux informaticiens » [3].</p>
<p>Pour penser ces questions, le philosophe Bernard Stiegler propose, parmi d'autres, les concepts de prolétarisation, de disruption, de pharmacologie.<br class='autobr' />
Dans le futur décrit par Asimov, les humains ont perdu la capacité de faire une multiplication, capacité désormais passée dans l'ordinateur. Or le savoir-faire lié à la multiplication ne consiste pas seulement en la capacité opératoire. Apprendre des tables de multiplication de manière mécanique permet de s'en affranchir ensuite pour appréhender d'autres notions plus complexes nécessaires à la vie en société, comme les ordres de grandeur, les statistiques, qui ensuite permettent l'appréhension des sciences. De même, un acteur apprend lui aussi « automatiquement » par cœur son texte pour ensuite ne plus avoir à le lire et pouvoir l'interpréter, un musicien fait des gammes pour acquérir des automatismes et pouvoir interpréter des œuvres ou même improviser.<br class='autobr' />
La « prolétarisation » est la perte de savoir et de savoir-faire, qui sont externalisés dans des objets techniques. Elle peut être bénéfique, par exemple lorsqu'elle libère du temps pour une autre activité jugée plus intéressante par un individu. Ainsi, l'utilisation d'une machine à laver prolétarise l'individu qui ne sait plus laver son linge autrement mais peut utiliser le temps gagné pour faire autre chose. Mais la prolétarisation peut également entraîner une perte de savoir-vivre, quand les savoir perdus ne permettent plus à l'individu d'appréhender son environnement, de faire des choix éclairés, ou tout simplement quand elle prive sa vie de saveur, qui partage la même racine étymologique que savoir. L'enjeu est alors pour chacun.e, ou pour la société, de savoir ce qu'il est acceptable de ne plus savoir ou pouvoir faire et ce qui ne l'est pas.</p>
<p>Au 20e siècle, l'anthropologie, avec Leroi-Gourhan, a montré que c'est par la technique que l'humain devient humain : l'utilisation d'outils a entraîné des modifications de notre corps et de notre pensée.<br class='autobr' />
De la même manière, les outils numériques sont des automatisations de savoir-faire qui, en retour, créent en nous de nombreux automatismes, sous formes d'habitudes nées d'usages répétés, comme la complétion automatique des mots, ou même inscrits dans notre corps avec par exemple l'addiction aux smartphones, aux réseaux sociaux, l'interrogation sur un moteur de recherche dès que l'on se pose une question. Certaines de nos prises de décisions sont elles aussi basées sur ces outils : conduite avec GPS, sondages en temps réel pour les élections, bulles informationnelles dans les réseaux sociaux, etc. Ainsi une large part de nos comportements repose maintenant sur des outils que peu d'entre nous comprennent, maîtrisent ou peuvent modifier.<br class='autobr' />
Il est urgent de nous poser ces questions de prolétarisation, notamment pour les plus jeunes qui n'auront pas connu de monde sans ordinateurs et réseaux.</p>
<p>La disruption exprime la force de la vitesse de développement des outils numériques qui, sous des injonctions d'évidence de progrès, prend de court la société, « obligée » alors de les adopter sans pouvoir prendre le temps de les penser. Dans la nouvelle d'Asimov, les humains ne savent plus faire des calculs de tête. Ceci signifie entre autres que la transmission de ce savoir-faire a été abandonnée, sans doute au prétexte qu'il est inutile puisque la calculatrice remplit cette fonction.<br class='autobr' />
Cependant, « le sentiment de puissance » que ressent Shuman à savoir faire une multiplication peut laisser penser que l'on aurait pu anticiper et continuer à expliquer le calcul graphitique, même quand il est devenu « inutile ». Bien d'autres « évidences » mériteraient d'être débattues et réfléchies. Par exemple, la gestion des collections d'ouvrages dans nos centres de documentation universitaires pourrait être abandonnée du jour au lendemain car « tout se trouve sur Internet ». Le métier de documentaliste est-il remplaçable par de bons moteurs de recherche et des outils de documentarisation automatique ? On distribue des tablettes électroniques dans les écoles. Les enseignants étaient-ils demandeurs ? Ont-ils anticipé et débattu les effets sur les élèves, dans et hors la classe ? On transforme les administrations en créant des « plates-formes » de services mutualisés auxquelles on s'adresse au travers de logiciels ou de coups de téléphone filtrés par des « robots ». Utilisateurs comme agents s'arrachent les cheveux à faire rentrer le réel dans la machine qui force à grammatiser le travail. Gagne-t-on du « temps » ? De l'efficacité ? Ne crée-t-on pas, au contraire, un clivage entre les connectés et les non-connectés ?<br class='autobr' />
N'exclut-on pas les individus, les situations et au final les réalités qui ne rentrent pas dans les cases ? Et qui décide des cases et des réalités acceptables et se cache ensuite derrière les algorithmes ?</p>
<p>Comme le dit l'article L4121-2, alinéa 4, du code du travail, adaptons-nous réellement le travail à l'homme ? Rien n'est moins sûr lorsque les outils logiciels sont réalisés sans prendre en compte le travail réel. Pourquoi avons-nous l'impression d'avoir de moins en moins de temps, alors que les outils numériques devraient permettre de moins et mieux travailler, et donc de prendre son temps ? La dématérialisation gagne de plus en plus rapidement l'administration. Or, elle devrait poser de nombreuses questions concernant notamment la pérennité des dossiers stockés sous des dispositifs et formats qui évoluent très rapidement, la consommation d'énergie qu'elle entraîne. Par exemple, la conservation d'une photo sur papier ne nécessite pas d'énergie, contrairement à la conservation d'une photo sous format numérique sur un serveur. Les conséquences écologiques en termes de matériaux, d'énergie consommée et de chaleur générée sont très peu mises en question, et l'on continue à appeler immatérielles ces technologies du numérique, en oubliant le poids des ordinateurs portables que nous transportons dans nos sacs ou ces hangars de serveurs de données que l'on va finir par construire près de centrales d'énergie et près des pôles pour leur refroidissement, sans oublier les millions de kilomètres de câbles déroulés sur toute la planète.</p>
<p>« Le monde est devenu numérique », dit le plan stratégique de l'Inria « Horizon 2020 ». Le mode passif de cette formule exprime une certaine inéluctabilité, comme si la numérisation du monde était un phénomène naturel. De nombreuses expressions traduisent cette attitude de passivité, de soumission à une machine que nous nourrissons : « des services gourmands en travail humain », « Au grand festin du numérique, serez-vous à table ou dans l'assiette ? » [4], « Software eats the world », « alimenter un compte épargne temps »… L'homo creator se mue en l'homo materia de Günther Anders [5].</p>
<p>De fait, nous nourrissons en permanence nos smartphones, ces « little brothers », de données sur nos vies, nous exposant ainsi à une surveillance si permanente que l'on finit par oublier, ou dont on préfére ignorer les conséquences éventuelles sous un régime totalitaire. « Jusqu'ici tout va bien... »<br class='autobr' />
Le numérique est un pharmakon, dit Stiegler, c'est-à-dire poison ou médicament selon l'usage que nous en faisons. « Ce monde industrialisé hautement numérique nécessite d'être mis entre les mains de gens qui ont une très grande éthique. Parce qu'une industrie très numérisée, c'est comme une voiture de course. La moindre erreur de pilotage déclenche des catastrophes. », disait Geneviève Bouché, futurologue, lors d'un débat sur le revenu de base [6]. Or les pilotes sont aujourd'hui les industries de logiciels privées. Ce sont elles qui ont la main sur ces logiciels et qui à travers eux, à travers les usages qu'ils prescrivent, déterminent nos comportements possibles. C'est donc une forme de domination. Mais il n'y a pas de fatalité et une émancipation est possible ; elle passe par une recapacitation. De même que tout lecteur sait écrire, tout utilisateur de logiciel devrait être en capacité d'y contribuer d'une manière ou d'une autre. Ceci passe par l'enseignement pour toutes et tous de la science informatique, qui n'est pas le mode d'emploi des logiciels, mais les concepts de représentation de l'information, de programmation, d'algorithmique, etc. Les citoyens ainsi formés se sentiraient plus légitimes à interroger ce « monde devenu numérique », et pourront faire la critique de la généralisation du vote électronique, ou encore réaliser pourquoi les messages qu'ils s'échangent électroniquement sont très facilement interceptables.</p>
<p>La question centrale n'est donc évidemment pas si l'on peut, ou pas, se passer à terme de savoir faire une multiplication « à la main », mais comment, par qui et où cette question peut être débattue, critiquée, décidée. La philosophe Antoinette Rouvroy estime que nous devons développer deux capacités : la capacité d'énonciation, c'est-à-dire la possibilité d'énoncer par nous-mêmes ce qui nous fait agir, et la capacité de réticence, consistant à ne pas faire quelque chose uniquement car nous en avons la possibilité. Ceci requiert des bases scientifiques d'informatique, ainsi que la mise en visibilité de cette « main du numérique », trop souvent parée de neutralité sous le terme d'algorithmes pour cacher des modèles et des choix. C'est la condition de possibilité d'un débat pour que ce futur numérique – de fait déjà là – puisse être appréhendé en connaissance de cause … et de conséquences.</p>
<p>[1] L'Institut national de recherche en informatique et en automatique (Inria) est un institut de recherche français en mathématiques et informatique. Créé le 3 janvier 1967 dans le cadre du plan Calcul, il a le statut d'établissement public à caractère scientifique et technologique. Son objectif est de mettre en réseau les compétences et talents de l'ensemble du dispositif de recherche français et international.</p>
<p>[2] La version originale de cette nouvelle, The feeling of power, date de février 1958, une traduction en français sous le titre Sept fois neuf … est disponible dans L'avenir commence demain (Nine Tomorrows) , Isaac Asimov, Pocket "Science-Fiction", 2008.</p>
<p>[3] « L'informatique est une science bien trop sérieuse pour être laissée aux informaticiens » Serge Abiteboul, Colin de la Higuera et Gilles Dowek, Le Monde, 22 juin 2012, <a href="http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/06/22/l-informatique-est-une-science-bien-trop-serieuse-pour-etre-laissee-aux-informaticiens_1722939_3232.html" class='spip_url spip_out auto' rel='nofollow external'>http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/06/22/l-informatique-est-une-science-bien-trop-serieuse-pour-etre-laissee-aux-informaticiens_1722939_3232.html</a></p>
<p>[4] Université Medef du numérique, mars 2016, cité dans « Droit du travail et numérique : conjuguer le futur au passé ? », Anne Rivière, Progressistes n° 12, avril-mai-juin 2016, <a href="https://revue-progressistes.org/2016/06/27/progressistes-n12/" class='spip_url spip_out auto' rel='nofollow external'>https://revue-progressistes.org/2016/06/27/progressistes-n12/</a></p>
<p>[5] L'obsolescence de l'homme, Tome 2, Sur la destruction de la vie à l'époque de la troisième révolution industrielle, Günther Anders, cité par Philippe Ivernel dans la préface de La Haine.</p>
<p>[6] « Revenu Universel et/ou Centralité du travail », Conférence ATEMIS et Travail & Politique, 2 février 2017, <a href="http://www.travailetpolitique.fr/revenu-universel-etou-centralite-du-travail/" class='spip_url spip_out auto' rel='nofollow external'>http://www.travailetpolitique.fr/revenu-universel-etou-centralite-du-travail/</a>, minute 1:30:00</p></div>
		<div class="hyperlien">Voir en ligne : <a href="http://institut.fsu.fr/-Regards-Croises-No22-737-.html" class="spip_out">Regards croisés : la revue de l'Institut de recherches de la FSU</a></div>
		
		
                )

            [9] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Projection débat sur l'Esprit de 45 de Ken Loach
                    [link#] => 1
                    [link] => http://sd67.fsu.fr/Projection-debat-sur-l-Esprit-de-45-de-Ken-Loach.html
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => true
                    [guid] => http://sd67.fsu.fr/Projection-debat-sur-l-Esprit-de-45-de-Ken-Loach.html
                    [dc] => Array
                        (
                            [date#] => 1
                            [date] => 2017-06-13T13:29:00Z
                            [format#] => 1
                            [format] => text/html
                            [language#] => 1
                            [language] => fr
                            [creator#] => 1
                            [creator] => FSU 67
                        )

                    [description#] => 1
                    [description] => <p>La FSU 67 et la CGT s'associent aux Amis de l'Humanité Alsace pour une projection débat sur le documentaire de Ken Loach l'Esprit de 45. La projection aura lieu le jeudi 22 juin à 20 h au cinéma l'Odyssée à Strasbourg (tarif : 5 euros). Le débat sera animé par Bernard Friot du réseau salariat.</p>

-
<a href="http://sd67.fsu.fr/-Actualites-.html" rel="directory">Actualités</a>


		
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <img class='spip_logo spip_logo_right spip_logos' alt="" style='float:right' src='http://sd67.fsu.fr/local/cache-vignettes/L112xH150/arton274-8fe19.jpg?1496153117' width='112' height='150' />
		<div class='rss_chapo'><p>La FSU 67 et la CGT s'associent aux Amis de l'Humanité Alsace pour une projection débat sur le documentaire de Ken Loach l'Esprit de 45. La projection aura lieu le jeudi 22 juin à 20 h au cinéma l'Odyssée à Strasbourg (tarif : 5 euros). Le débat sera animé par Bernard Friot du réseau salariat.</p></div>
		<div class='rss_texte'><p>Plaidoyer d'un réalisateur militant en faveur d'un socialisme authentique au service de l'Homme et non du profit…</p>
<p>L'année 1945 a marqué un tournant dans l'histoire de la Grande Bretagne. L'unité de son peuple pendant les combats de 1939-1945, et le souvenir douloureux de l'entre-deux-guerres ont conduit à l'émergence d'un nouvel idéal social. La fraternité est ainsi devenue le mot d'ordre de cette époque. Pour former la trame éminemment sociopolitique de son film, le réalisateur Ken Loach a eu recours à des séquences vidéo provenant d'archives régionales et nationales britanniques, à des enregistrements sonores et à des témoignages contemporains. L'esprit de 45 entend mettre en lumière et rendre hommage à un moment de l'histoire du Royaume Uni marqué par un sentiment de solidarité sans précédent dont l'impact a été significatif pendant de nombreuses années et qui peut pourtant être redécouvert aujourd'hui.</p></div>
		<div class="hyperlien">Voir en ligne : <a href="https://www.youtube.com/watch?v=DBLByhfDKu8" class="spip_out">La bande-annonce du film</a></div>
		
		
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => <p>La FSU 67 et la CGT s'associent aux Amis de l'Humanité Alsace pour une projection débat sur le documentaire de Ken Loach l'Esprit de 45. La projection aura lieu le jeudi 22 juin à 20 h au cinéma l'Odyssée à Strasbourg (tarif : 5 euros). Le débat sera animé par Bernard Friot du réseau salariat.</p>

-
<a href="http://sd67.fsu.fr/-Actualites-.html" rel="directory">Actualités</a>


		
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <img class='spip_logo spip_logo_right spip_logos' alt="" style='float:right' src='http://sd67.fsu.fr/local/cache-vignettes/L112xH150/arton274-8fe19.jpg?1496153117' width='112' height='150' />
		<div class='rss_chapo'><p>La FSU 67 et la CGT s'associent aux Amis de l'Humanité Alsace pour une projection débat sur le documentaire de Ken Loach l'Esprit de 45. La projection aura lieu le jeudi 22 juin à 20 h au cinéma l'Odyssée à Strasbourg (tarif : 5 euros). Le débat sera animé par Bernard Friot du réseau salariat.</p></div>
		<div class='rss_texte'><p>Plaidoyer d'un réalisateur militant en faveur d'un socialisme authentique au service de l'Homme et non du profit…</p>
<p>L'année 1945 a marqué un tournant dans l'histoire de la Grande Bretagne. L'unité de son peuple pendant les combats de 1939-1945, et le souvenir douloureux de l'entre-deux-guerres ont conduit à l'émergence d'un nouvel idéal social. La fraternité est ainsi devenue le mot d'ordre de cette époque. Pour former la trame éminemment sociopolitique de son film, le réalisateur Ken Loach a eu recours à des séquences vidéo provenant d'archives régionales et nationales britanniques, à des enregistrements sonores et à des témoignages contemporains. L'esprit de 45 entend mettre en lumière et rendre hommage à un moment de l'histoire du Royaume Uni marqué par un sentiment de solidarité sans précédent dont l'impact a été significatif pendant de nombreuses années et qui peut pourtant être redécouvert aujourd'hui.</p></div>
		<div class="hyperlien">Voir en ligne : <a href="https://www.youtube.com/watch?v=DBLByhfDKu8" class="spip_out">La bande-annonce du film</a></div>
		
		
                )

            [10] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Formation syndicale "Sociologie du travail" _ 10.02.2017
                    [link#] => 1
                    [link] => http://sd67.fsu.fr/Formation-syndicale-Sociologie-du-travail-_-10-02-2017.html
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => true
                    [guid] => http://sd67.fsu.fr/Formation-syndicale-Sociologie-du-travail-_-10-02-2017.html
                    [dc] => Array
                        (
                            [date#] => 1
                            [date] => 2016-12-01T15:19:48Z
                            [format#] => 1
                            [format] => text/html
                            [language#] => 1
                            [language] => fr
                            [creator#] => 1
                            [creator] => FSU 67
                        )

                    [description#] => 1
                    [description] => 
<p>L'association des professeurs de sciences économiques et sociales d'Alsace organise, une journée de formation le vendredi 10 février 2016 au Patio (campus de l'Esplanade à Strasbourg), avec Nicolas Jounin, sociologue du travail et auteur de Voyage de classes, ouvrage écrit à partir des observations d'étudiants de Seine-Saint-Denis envoyés enquêter dans les beaux quartiers de Paris. <br class='autobr' />
La matinée est ouverte au public (il y aura, outre des professeurs de SES, des universitaires et des étudiants en sciences (...)</p>


-
<a href="http://sd67.fsu.fr/-Agenda-.html" rel="directory">— Agenda —</a>


		
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <div class='rss_texte'><p>L'association des professeurs de sciences économiques et sociales d'Alsace organise, une journée de formation le vendredi 10 février 2016 au Patio (campus de l'Esplanade à Strasbourg), avec Nicolas Jounin, sociologue du travail et auteur de <i>Voyage de classes</i>, ouvrage écrit à partir des observations d'étudiants de Seine-Saint-Denis envoyés enquêter dans les beaux quartiers de Paris.</p>
<p>La matinée est ouverte au public (il y aura, outre des professeurs de SES, des universitaires et des étudiants en sciences sociales, et des élèves de lycée).</p>
<p><strong>Matin : 9h-12h </strong> : Nicolas Jounin</p>
<p>9h : accueil à l'amphithéâtre Jean Cavaillès<br class='autobr' />
9h 10-10h40 : Voyage de classes<br class='autobr' />
Quand des étudiants de Seine-Saint-Denis enquêtent dans les beaux quartiers.<br class='autobr' />
<a href="http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-voyage_de_classes-9782707183217.html" class='spip_url spip_out auto' rel='nofollow external'>http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-voyage_de_classes-9782707183217.html</a></p>
<p>11h-12h : Une expérience de sociologie du travail<br class='autobr' />
<a href="http://www2.univ-paris8.fr/sociologie/?page_id=270" class='spip_url spip_out auto' rel='nofollow external'>http://www2.univ-paris8.fr/sociologie/?page_id=270</a></p>
<p><strong>Après-midi : 14h-17h</strong><br class='autobr' />
Salle 5316 : Atelier pour les professeurs animé par Nicolas Jounin<br class='autobr' />
14h-17h : Méthodologie de l'enquête sociologique autour de « Voyage de classes »</p>
<p>Le stage est sous couvert syndical pour donner lieu à une autorisation d'absence, la demande d'autorisation devant être déposée au moins un mois avant le début du stage.<br class='autobr' />
Le stage est gratuit. Si vous souhaitez y participer, merci de vous signaler auprès de la FSU 67 par mail afin que vous soit établie une autorisation d'absence (fsu67@fsu.fr).</p></div>
		
		
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => 
<p>L'association des professeurs de sciences économiques et sociales d'Alsace organise, une journée de formation le vendredi 10 février 2016 au Patio (campus de l'Esplanade à Strasbourg), avec Nicolas Jounin, sociologue du travail et auteur de Voyage de classes, ouvrage écrit à partir des observations d'étudiants de Seine-Saint-Denis envoyés enquêter dans les beaux quartiers de Paris. <br class='autobr' />
La matinée est ouverte au public (il y aura, outre des professeurs de SES, des universitaires et des étudiants en sciences (...)</p>


-
<a href="http://sd67.fsu.fr/-Agenda-.html" rel="directory">— Agenda —</a>


		
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <div class='rss_texte'><p>L'association des professeurs de sciences économiques et sociales d'Alsace organise, une journée de formation le vendredi 10 février 2016 au Patio (campus de l'Esplanade à Strasbourg), avec Nicolas Jounin, sociologue du travail et auteur de <i>Voyage de classes</i>, ouvrage écrit à partir des observations d'étudiants de Seine-Saint-Denis envoyés enquêter dans les beaux quartiers de Paris.</p>
<p>La matinée est ouverte au public (il y aura, outre des professeurs de SES, des universitaires et des étudiants en sciences sociales, et des élèves de lycée).</p>
<p><strong>Matin : 9h-12h </strong> : Nicolas Jounin</p>
<p>9h : accueil à l'amphithéâtre Jean Cavaillès<br class='autobr' />
9h 10-10h40 : Voyage de classes<br class='autobr' />
Quand des étudiants de Seine-Saint-Denis enquêtent dans les beaux quartiers.<br class='autobr' />
<a href="http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-voyage_de_classes-9782707183217.html" class='spip_url spip_out auto' rel='nofollow external'>http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-voyage_de_classes-9782707183217.html</a></p>
<p>11h-12h : Une expérience de sociologie du travail<br class='autobr' />
<a href="http://www2.univ-paris8.fr/sociologie/?page_id=270" class='spip_url spip_out auto' rel='nofollow external'>http://www2.univ-paris8.fr/sociologie/?page_id=270</a></p>
<p><strong>Après-midi : 14h-17h</strong><br class='autobr' />
Salle 5316 : Atelier pour les professeurs animé par Nicolas Jounin<br class='autobr' />
14h-17h : Méthodologie de l'enquête sociologique autour de « Voyage de classes »</p>
<p>Le stage est sous couvert syndical pour donner lieu à une autorisation d'absence, la demande d'autorisation devant être déposée au moins un mois avant le début du stage.<br class='autobr' />
Le stage est gratuit. Si vous souhaitez y participer, merci de vous signaler auprès de la FSU 67 par mail afin que vous soit établie une autorisation d'absence (fsu67@fsu.fr).</p></div>
		
		
                )

            [11] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] =>  Mobilisons-nous pour faire entendre et gagner sur nos revendications !
                    [link#] => 1
                    [link] => http://sd67.fsu.fr/Mobilisons-nous-pour-faire-entendre-et-gagner-sur-nos-revendications.html
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => true
                    [guid] => http://sd67.fsu.fr/Mobilisons-nous-pour-faire-entendre-et-gagner-sur-nos-revendications.html
                    [dc] => Array
                        (
                            [date#] => 1
                            [date] => 2016-11-24T15:16:00Z
                            [format#] => 1
                            [format] => text/html
                            [language#] => 1
                            [language] => fr
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Webmestre National
                        )

                    [description#] => 1
                    [description] => 
<p>Voir notre article : http://alsace.fsu.fr/Le-29-novembre...</p>


-
<a href="http://sd67.fsu.fr/-Agenda-.html" rel="directory">— Agenda —</a>


		
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => <div class='rss_texte'><p>Voir notre article : <a href="http://alsace.fsu.fr/Le-29-novembre-Mobilisons-nous-pour-faire-entendre-et-gagner-sur-nos.html" class='spip_url spip_out' rel='external'>http://alsace.fsu.fr/Le-29-novembre...</a></p></div>
		
		
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => 
<p>Voir notre article : http://alsace.fsu.fr/Le-29-novembre...</p>


-
<a href="http://sd67.fsu.fr/-Agenda-.html" rel="directory">— Agenda —</a>


		
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => <div class='rss_texte'><p>Voir notre article : <a href="http://alsace.fsu.fr/Le-29-novembre-Mobilisons-nous-pour-faire-entendre-et-gagner-sur-nos.html" class='spip_url spip_out' rel='external'>http://alsace.fsu.fr/Le-29-novembre...</a></p></div>
		
		
                )

            [12] => Array
                (
                    [title#] => 1
                    [title] => Loi Travail : tuojours Non !
                    [link#] => 1
                    [link] => http://sd67.fsu.fr/Loi-Travail-tuojours-Non.html
                    [guid#] => 1
                    [guid@] => ispermalink
                    [guid@ispermalink] => true
                    [guid] => http://sd67.fsu.fr/Loi-Travail-tuojours-Non.html
                    [dc] => Array
                        (
                            [date#] => 1
                            [date] => 2016-11-24T15:09:40Z
                            [format#] => 1
                            [format] => text/html
                            [language#] => 1
                            [language] => fr
                            [creator#] => 1
                            [creator] => Webmestre National
                        )

                    [description#] => 1
                    [description] => 

-
<a href="http://sd67.fsu.fr/-Agenda-.html" rel="directory">— Agenda —</a>


		
                    [content] => Array
                        (
                            [encoded#] => 1
                            [encoded] => 
		
                        )

                    [summary#] => 1
                    [summary] => 

-
<a href="http://sd67.fsu.fr/-Agenda-.html" rel="directory">— Agenda —</a>


		
                    [atom_content#] => 1
                    [atom_content] => 
		
                )

        )

    [channel] => Array
        (
            [title#] => 1
            [title] => Site de la FSU Alsace
            [link#] => 1
            [link] => http://alsace.fsu.fr/
            [language#] => 1
            [language] => fr
            [generator#] => 1
            [generator] => SPIP - www.spip.net (Sarka-SPIP)
        )

    [textinput] => Array
        (
        )

    [image] => Array
        (
        )

    [feed_type] => RSS
    [feed_version] => 2.0
    [encoding] => UTF-8
    [_source_encoding] => 
    [ERROR] => 
    [WARNING] => 
    [_ATOM_CONTENT_CONSTRUCTS] => Array
        (
            [0] => content
            [1] => summary
            [2] => title
            [3] => info
            [4] => tagline
            [5] => copyright
            [6] => rights
            [7] => subtitle
        )

    [_XHTML_CONTENT_CONSTRUCTS] => Array
        (
            [0] => body
            [1] => div
        )

    [_KNOWN_ENCODINGS] => Array
        (
            [0] => UTF-8
            [1] => US-ASCII
            [2] => ISO-8859-1
        )

    [stack] => Array
        (
        )

    [inchannel] => 
    [initem] => 
    [incontent] => Array
        (
        )

    [exclude_top] => 
    [intextinput] => 
    [inimage] => 
    [current_namespace] => 
    [current_category] => 0
    [last_modified] => Tue, 19 Sep 2017 11:32:38 GMT

    [rss_origin] => 5
)